Chapitre Cinq : Alliances (3/8)

Faut-il préférer, dans la dot du futur mari, une propriété ou bien 4 000 livres de rentes ? là-dessus, Antoine et Marie Magdeleine sont en désaccord. Lui préfèrerait de beaucoup du numéraire quand elle, plus attentive aux conditions matérielles de la réussite morale d’une vie conjugale, souhaiterait « un objet qui attache et fasse une occupation ; surtout au mari. Il faut un ménage des enfants et des affaires, mais pas trop de l’un ni de l’autre ». Mais ce n’est pas tout : si le souci premier paraît être se « s’attacher », par une propriété, l’affection et l’intérêt d’un mari ; celui d’Albine est également pris en compte. Et on rejoint, ici, une problématique soulevée par Le Mari sentimental : celle d’être dans une maison comme chez soi, d’y faire les changements qu’on souhaite, ce que ne permettrait pas l’obligation d’habiter chez des beaux parents ou de louer un appartement : « [sur l’objet] d’opter entre les 4 m. L. de rente ou la propriété, nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec mon mari, je préfère infiniment le dernier, même à quelques 100 L. de rente de moins, il faut la possession au moment d’un objet qui attache et fasse une occupation ; surtout au mari ; il faut un ménage des enfants et des affaires, mais pas trop de l’un ni de l’autre ; je suis persuadée aussi qu’alb. pensera comme moi sur la propriété, le plaisir de paraître tout de suite chez soi, et d’y faire les changements à son goût serait une jouissance et un moyen pour s’accoutumer un peu à la dure séparation ».

Un dernier élément entre en ligne de compte, qui range bien les Morand parmi les aristocrates qu’ils n’ont jamais cessé d’être, en dépit d’opinions et d’attitudes plus ou moins républicaines : celui de la particule. Albine est née Morand de Jouffrey. Ne serait-il pas possible, demande sa mère, d’accoler un deuxième nom au patronyme du fiancé ? C’est, accord-t-elle, « un bien petit objet de vanité », mais « s’il y avait un second nom cela ferait plaisir ; je ne sais pas où mon mari a pris qu’il s’appelait De sesarche ; au reste il leur serait sûrement bien aisé d’en trouver un, qui distingua le fils du père (c’est encore une chose que je ne puis dire qu’à vous) ». Sur le tout, on aura bien deviné que Marie Magdeleine, en prévision d’une déception bien prévisible au moment de la rencontre, cherche à répondre à tous les souhaits exprimés par Albine : « mon désir, espérant que cela peut faire le bonheur d’alb. est de réunir le plus de choses qui lui paraissent agréables pour l’y décider ; mais la petite taille est un grand obstacle, il n’y avait que le séjour près de nous qui puisse lui faire faire ce sacrifice ; elle me dit aussi modestement, qu’elle désirerait le connaître, mais qu’elle pensait bien aussi qu’il était très possible qu’elle-même ne lui convienne pas. Celui dont il a été question se trouvait d’une haute taille, alb. lui plaisait beaucoup elle l’a vu sans pouvoir s’en douter, mais je ne le regrette point ; je n’ai pas pensé de même pour un dont il fut question cet hiver, proposé par Mme de Montherot (je n’ai pu que savoir gré à cette amie) par bonne volonté elle fut beaucoup trop vite, il était dans le nombre des petits mon mari y trouvait cependant quelques inconvénients, il y avait 100 m. écus et le séjour ici, enfin c’est de celui-ci comme du dernier il ne faut plus penser pour (déchiré). Combien les Dlles sont difficiles à marier, Mlle Demag avec bien plus d’avantages qu’albi, s’est décidée de la même manière, je lui la cite ainsi que Mlle Devalin, etc. »

En juillet, les choses ont bien avancé : les « fiancés » se sont rencontrés à Lyon. Albine, comme on pouvait s’y attendre, a été bien rebutée. On ne lui avait pas tout dit, l’homme n’était seulement excessivement court, il portait également la perruque et n’était pas de l’âge le plus tendre. On ne sait, au juste, si ce sont ces détails sur la « taille, la perruque et l’âge » [1] qui ont arrêté net les espérances d’Albine, mais celle-ci ne paraît plus très décidée, et Marie Magdeleine, peut être aussi rebutée que sa fille finalement, refuse de l’influencer. En tout état de cause, la conversation a peut être joué ; mais d’après Antoine, ils ne se sont rien dit de bien important ou en tout cas, de très secret. On dirait même à l’entendre qu’ils n’ont jamais eu un moment de solitude. Antoine, soit qu’il se montre moins sensible au physique et à l’aspect du prétendant, soit qu’il soit plus confiant sur le poids de sa volonté en la matière, croirait presque la chose déjà faite : « Ma femme et ma fille retournent aujourd’hui à Machi, et M. de s./b. part demain, il s’est parfaitement conduit pendant son séjour à Lyon et a eu l’intention de le prolonger aussi longtemps que ces dames y restaient, je suis de plus en plus persuadé que par son caractère et ses qualités il est destiné à faire le bonheur de sa femme, malgré la taille, la perruque et l’âge. Ma fille ne témoigne pas d’éloignement mais elle aurait besoin d’être décidée et sa mère ne croit pas devoir prendre sur elle de l’influencer. Cependant ma chère maman, je regarde cette affaire comme bien avancée quoi qu’ils se quitteront sûrement sans s’être rien dit qui y eut rapport, j’avoue que je crois qu’il ne faut pas mettre une demoiselle dans le cas de causer avec un homme sous certain point de vue sans que tout soit absolument décidé. » [2]

Ce qui chagrine Antoine n’est pas dans le peu d’engouement d’Albine pour le jeune homme. Ce n’est pas non plus dans l’attitude de la famille qui semble répondre favorablement à tous les « petits changements » auxquels les Morand semblent vouloir tenir. Si le père n’apporte aucun obstacle et si la mère trouve Albine à son goût, ce qui ne pourra se décider que par une visite à Grenoble, l’affaire pourra se régler. Mais pourquoi diable ce garçon est-il allé écrire de manière si positive, et d’une façon telle que tout Grenoble en parle et bientôt, par certains amis, tout Lyon ? Jusqu’au dernier moment, c’est-à-dire celui où les parents, après les enfants, donnent leur ultime consentement, sur la base des accords matériels et de la convenance des caractères entre la future bru et ses beaux parents, un homme d’expérience, c’est-à-dire un parent n’écarte pas la possibilité d’un échec. Antoine n’a pas tort. Malheureusement, on n’a pas les détails sur les événements qui ont eu lieu entre cette lettre du 13 juillet et le fatidique mois d’août pendant lequel devait avoir lieu la rencontre entre Albine et la famille de son prétendant. Se sont-ils rencontrés et mal plus ? Albine a-t-elle pris conscience du caractère rédhibitoire de son peu d’attrait pour le petit vieil homme à la perruque ? Toujours est-il qu’à l’automne, tout est changé.

Le Voisin, gendre et mari idéal (octobre 1805)

Antoine qui voyait comme un « grand sacrifice » de devoir marier sa fille à Grenoble, c’est-à-dire loin de chez lui, s’émerveille en octobre de la voir bientôt mariée au fils d’un ancien confrère et ami, jeune, bel homme, d’une candeur et d’une honnêteté bien rares, voisin, propriétaire d’un château très bien meublé qu’il connaît dans tous ses détails, etc. Il s’agit d’Honoré Bœuf de Curis, dont le père avait été guillotiné, comme celui d’Antoine : de cela il n’est pas question dans les lettres, d’ailleurs ; on l’apprendra par Madame Vitet, la mère de Pierre, qui a été invitée à la noce, dans un courrier qu’elle adresse à son fils. Antoine exulte, c’est peu de le dire. Hélas, la joie qu’il trouvera auprès de ce couple où tout l’émerveille, sera de très courte durée.

« Je ne conçois pas, ma chère maman, comment j’ai pu rester si longtemps sans vous écrire surtout dans des circonstances aussi intéressantes ; il faut croire que c’est la suite de l’embarras où elles me jettent : comment en effet lorsque je m’étais décidé à un grand sacrifice, pouvoir m’accoutumer tout à coup à l’idée de voir ma fille épouser le fils d’un ancien confrère et d’un ami, jeune, bel homme, d’une candeur et d’une honnêteté bien rares ; mon voisin, propriétaire d’un château très bien meublé, que je connais dans tous ses détails et où très jeune je comptais déjà pour quelque chose. Comment passer sans le plus grand trouble, de l’idée d’une séparation bien cruelle à celle si douce de ne la perdre de vue ni à la campagne ni à la ville et au bonheur de voir ma famille s’augmenter d’une manière agréable sans cependant être obligé de loger chez moi le nouveau venu pour m’assurer le plaisir de passer quelques mois avec ma fille ; en vérité, ma chère maman, je ne peux suffire à ma joie qui se concentre en moi-même et à laquelle je sens que je ne me livrerai avec sécurité que lorsque la chose sera faite. Ce bonheur est si grand pour moi que je ne me flatte pas de l’avoir mérité, car vous sentez bien que cette défiance est la seule cause qui puisse me laisser quelque doute sur une affaire aussi bien arrêtée et aussi publiquement sûre et généralement approuvée que celle là. » [3]

Comment l’affaire s’est-elle faite ? Antoine s’est laissé convaincre par un ami commun qu’il y avait bien des avantages à tourner ses regards vers le voisinage plutôt que vers cette ville lointaine qui allait lui enlever sa fille ou l’obliger à recevoir dans son appartement trop exigu pour y loger deux couples, et pour de longs mois d’intimité forcée, ce « nouveau venu » :

« Ma satisfaction, ma chère maman, a été bien troublée par ce qui s’est passé ; j’estime beaucoup certaine personne je suis plein d’attachement pour toute sa famille et j’avoue que j’eus donné beaucoup pour que tout ce qui s’est passé n’eut pas eu lieu ; ce qu’il y a de bien certain (et vous n’en doutez pas) c’est que j’agissais franchement ; ce n’est que dans les derniers moments et pendant que les bienheureux clous ont retardé le voyage, qu’un ami commun a noué cette affaire [avec la famille Bœuf de curis], alors nous avons tous reconnu que l’autre affaire était la suite de raisonnements de notre part et de celle de nos parents sur les convenances, que si alb. ne s’était pas prononcée contre ce n’était que l’effet de sa confiance en nous tous, mais que les agréments de cet établissement étaient tels qu’il n’était pas possible de penser à l’autre sans courir les risques d’être tous malheureux en faisant le malheur d’un enfant aimable et qui mérite bien qu’on veille à ce qui peut assurer son bonheur. Vous avez tout de suite chère maman partagé notre manière de penser parce que le cœur maternel ne [se] trompe pas. » [4] En tout état de cause, voici Albine à nouveau presque mariée.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lyon, le mardi 11 thermidor an 13 [13 juillet 1805]. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[2] Lyon, le mardi 11 thermidor an 13 [13 juillet 1805]. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[3] Machi, le 16 octobre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[4] Machi, le 16 octobre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *