Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (6/8)

les alliances incertaines : beaux-frères en partage[av1]

Le patrimoine joue un rôle important dans les relations familiales. Pour plusieurs raisons. Les héritages forcent parfois les descendants à partager des intérêts communs. Des tractations sont opérées au titre de la préférence familiale, qui mettent en péril les liens lorsque des intérêts divergents poussent les uns à vendre contre le gré des autres. C’est le cas notamment entre Antoine et son beau-frère Bertrand de Besson à propos de certaine part du pont Morand que le premier a vendue à sa sœur en 1797. Il la lui a vendue à des conditions qui mettent le mari, au moment du décès de sa femme, dans l’incapacité de revendre la part avant quatre ans. S’ensuivent des tractations, des tensions et finalement, une vraie brouille entre les beaux-frères à laquelle le jugement du tribunal ne mettra pas fin. Plus intéressant, du point de vue de la conjugalité, est le cas de la famille des Barbet, cousins de Pierre et Amélie. Il semble qu’il y ait, entre beaux-frères, une relation exceptionnelle qui rend leur coopération – mais aussi leur concurrence – tout à fait spécifique.

Entre la fin du Premier Empire et le début de la Restauration des Bourbons, c’est-à-dire entre 1813 et 1815, le commerce stagne et l’entreprise familiale des Arnaud-Tizon souffre de grandes pertes. Juste avant ce moment difficile, Jacques Barbet, qui était partenaire avec Ludovic AT dans une usine à Bapaume près de Rouen, a vendu sa part dans l’entreprise pour travailler avec ses propres frères dans le même domaine. Eux aussi connaissent des difficultés mais, en raison de la plus grande taille de leur entreprise, et de l’importance de leur capital, ils évitent la faillite. Par contre, l’entreprise Arnaud-Tizon père et fils (Claude et Ludovic) fait de si grandes pertes qu’ils n’échappent pas, finalement, à la ruine totale. L’entreprise finit par fermer les portes dans les années 1840.

Entre temps, les parents d’Amélie, qui viennent tous deux de familles avec de fortes ressources, et qui ont réussi à bien établir leurs quatre enfants en offrant d’importantes dots à chacun, se trouvent presque sans le sou pour vivre au moment de leur vieillesse.  Ils s’installent pendant un moment chez Pierre et Amélie, et puis définitivement chez Victoire et Jacques Barbet, qui devient Barbet de Jouy grâce au domaine qu’il achète et lui donne droit à un nom à particule. Les dernières lettres que nous avons des parents d’Amélie viennent de Jouy. Tous ces problèmes d’argent en causent d’autres, surtout entre Jacques Barbet et ses beaux-frères Ludovic Arnaud-Tizon et Pierre Vitet. L’histoire est assez compliquée ; les détails ne nous intéressent pas en eux-mêmes mais pour ce qu’ils montrent des relations monétaires entre les membres de ces familles.

Pendant presque vingt ans Pierre Vitet et Jacques Barbet ont été très proches. Ils se tutoient et ils se sentent assez à l’aise ensemble pour plaisanter et risquer, dans leurs échanges épistolaires, des remarques un peu osées. Ainsi, Barbet parle-t-il de son amour pour sa belle-sœur Amélie, la femme de Pierre, d’une manière qui n’est pas tout à fait innocente : il recourt à des expressions qui suggèrent des relations ambiguës, et manifestent l’ambivalence qui peut s’établir parfois entre les membres d’une même famille, créant des situations limites. Le cas de Barbet ne laisse aucun doute sur ce plan : « il m’arrive presque toujours, écrit-il à Pierre, de prononcer le nom d’Amélie en m’adressant à ma femme qui ne fait qu’en rire et je te prie mon ami d’en faire autant car je t’en fais l’aveu j’aime beaucoup ton aimable femme et rien ne me fera changer ainsi prends ton parti en brave. »[1] Leur proximité est telle que Barbet n’hésite pas à raconter à Pierre ses conquêtes amoureuses ou plutôt, libertines. Ainsi, se vante-t-il d’avoir fréquenté de la manière la plus intime qui soit Mlle Mars : « Mais tout ce que je vous dis . . . n’est rien en comparaison de ce que je vais vous annoncer. Il n’y aura qu’Amélie qui n’en sera pas étonnée. Elle est bien pénétrée de ma Galanterie mais cela doit vous être encore plus agréable qu’à elle . . .

Vous savez mes bons amis quel hommage j’ai rendu à Mademoiselle Mars pendant mon séjour à Paris que pour lui plaire et me faire remarquer de cette charmante actrice on m’a vu visiter assez souvent les 1eres, secondes et même troisièmes loges des français où par parenthèse . . . M Le Brun et moi nous nous sommes fait une affaire avec le suisse du Théâtre en forçant la consigne qui lui défendait de laisser entrer de jolis garçons.

Ayant remarqué tout ce que je faisais pour lui plaire et y paraissant fort sensible elle vient de se rendre secrètement à Rouen et ce soir j’ai un entrevue avec elle.  Je compte sur la discrétion de mon cher Vitet ; tu juges de l’importance du secret que je te confie. Cette charmante compatriote (car tu sauras qu’elle est de Rouen) ayant remarqué l’impression qu’elle me faisait dans le Misanthrope et les fausses confidences doit débuter dans ses rôles comme moyens de séduction dans la soirée d’aujourd’hui. (C’est donc à moi seul qu’on doit le plaisir de posséder MM en cette ville et c’est bien prouvé.) »[2]

Tout change tout à coup en avril 1825. D’abord, Jacques propose que Pierre fasse quelque chose pour aider leur beau-père commun : « nous devons au moins faire pour nos parents un arrangement définitif qui leur assure une position indépendante et nous évite à nos enfants de nouvelles discussions. »[3] Quelques jours plus tard, Jacques envoie une autre lettre à Pierre dans laquelle il exprime sa colère, inspirée par quelque chose que Pierre lui a écrit ; il annonce qu’il veut rompre ses relations avec lui et que cette décision s’applique non seulement à lui-même mais aussi à sa femme et leurs enfants : « Monsieur, s’il était un moyen de me faire oublier la lettre outrageante que vous m’avez adressée le 22 courant c’était certainement de m’écrire deux jours après celle que je viens de recevoir, je dois les conserver toutes deux, Monsieur, elles me rappelleront sans cesse avec quelle facilité vous avez rompu des liens d’amitié non interrompus de dix huit années, elles serviront je l’espère d’expérience à mes enfants, ils apprécieront les motifs de ma rupture avec vous et avec une famille qui n’est pas étrangère à une conduite que je devais être si éloigné d’attendre de votre part (…).

On n’est pas arrivé jusqu’à votre âge, Monsieur, sans être bien persuadé des conséquences des nouvelles injures que vous m’adressez. Votre caractère réfléchi me persuade moi même que vous l’avez fait avec l’intention marquée de rompre avec moi, vous serez donc satisfait et voudrez bien vous dispenser de vous rendre Mercredi chez moi car je n’y serai jamais pour vous ni les vôtres, et ma femme et mes enfants me feraient croire à peu d’affection de leur part s’ils ne partageaient pas mes sentiments pour vous et votre famille. »

Qu’est ce qui peut amener des amis si proches à rompre leurs relations si abruptement ? Une histoire d’argent, évidemment. En 1816, quand le moment de marier Adèle est venu, les parents se sentent obligé de fournir une dot de la même taille que elles de ses sœurs et de son frère : 60 000 francs. Mais après les pertes survenues depuis 1813, ils ne leur reste pas assez en liquide pour le faire. Alors Jacques Barbet, leur beau-fils, leur a prêté de l’argent. Seulement leur fils, Ludovic, est au courant de ces arrangements. Quand Claude laisse l’entreprise à son fils pour prendre sa retraite, Ludovic promet de rembourser Barbet, et de payer une rente annuelle de 6 900 francs à son père.  Ludovic Arnaud-Tizon va travailler jour et nuit pendant des années, sans pouvoir faire de grands profit ; au bout d’un certain nombre d’année, Jacques Barbet s’impatiente.

Ils ont fait tout cela sans rien dire à Amélie et Pierre qui, quand ils apprennent une partie des détails quelques années plus tard, pensent que c’est Ludovic qui s’est accaparé l’argent de son père. Ludovic est obligé de se défendre, ce qu’il fait dans une lettre adressée à Pierre: « ma dernière entrevue avec ta femme m’a laissé de cruelles réflexions, j’étais loin de penser que dans ma famille, un seul de ses membres put s’imaginer que j’avais profité des débris de la fortune de mon père ; moi qui trouvais au fond de mon cœur la conviction d’avoir fait, et de faire encore ce qui lui a doit d’attendre d’un bon fils[av2] . Depuis 1814 la position de nos affaires a été de plus en plus fâcheuse par suite de la perte consécutive sur les marchandises ; et lorsque nous avons conté notre dépôt à Barbet, la nécessité seule a commandé cette démarche dont nos intérêts devaient avoir tant à souffrir, mais aucun sacrifice ne m’a coûté pour l’honneur de notre nom et de la famille. Sache donc et cela je te prie entre nous seuls… qu’à cette époque nous avions un déficit de près de cent mille francs dans nos affaires,  responsabilité effrayante qui pesait sur moi seul puisque par suite de la dot de ses enfants, de la dépense de la maison, et de la perte sur la marchandise, mon père se trouvait sans le moindre fonds. Je n’ai pas voulu pour cela séparer nos intérêts, j’ai laissé à mon père moitié des bénéfices, mettant mon espoir dans mon courage et mon activité.  J’ai travaillé à la sueur de mon front pendant bien des années, sans en recueillir le moindre fruit, puisque la commission de Barbet, les intérêts, les levées de mon père et les miennes laissaient à peine quelque mille francs par an pour nous remettre au niveau ;  nous vous cachions une si désastreuse position pour vous éviter le chagrin, et dans l’espoir de la voir s’améliorer ce qui effectivement se réalisait petit à petit. »[4]

Peu après, en mars 1825, les trois beaux-frères se mettent d’accord pour que Ludovic cède à Barbet sa part d’un héritage qu’il partage avec ses trois sœurs d’un domaine à Francheville, près de Lyon, qui appartient à une tante Arnaud-Tizon. Cela  doit résoudre le problème de la dot d’Adèle, mais ce n’est pas suffisant car la lettre de Barbet où il annonce qu’il veut rompre ses relations avec Pierre date de deux mois plus tard[av3] . Il défend l’honneur de Ludovic et donne plus de détails sur les problèmes chez les Arnaud-Tizon : « Je dois saisir cette occasion de ne pas passer sous silence le prétexte que vous paraissez vouloir prendre pour retirer votre famille à Notre beau frère Ludovic.  Il est tout à fait étranger à ce que j’ai pu vous dire ou vous écrire.  Je ne me permettrai pas de vous donner des conseils, Monsieur, mais je vous engagerai d’en agir avec plus de délicatesse envers le frère de votre femme qui mérite honorablement un nom généralement respecté et qui mérite l’estime des honnêtes gens,  il devra se consoler de ne pas avoir la votre si vous persistez à la lui refuser …. Maintenant j’arrive aux renseignements que vous désirez en commençant par mon association avec la Maison C. de Arnaudtizon dont mon beau père était le Chef…   nous joignions la fabrication des Indiennes qui avais lieu dans un Etablissement situé à Bapaume qui était ma propriété » Malgré leurs efforts   « pour résister aux crises qui se succédaient vers cette époque désastreuse de la Guerre de Russie » il ne parviennent pas a faire des bénéfices » à cause de la crise engendrée par la fin de l’Empire : « arriva les Cent Jours, et enfin la second Invasion (sic) plus terrible que la première, leur manufacture d’après ce qu’ils me disaient encore récemment, resta fermée pendant un ans,  (…) se trouver dans la cruelle nécessité de tenir un ménage si considérable par la quantité de personnes que les circonstances avaient placées dans la maison qu’il entraina à dépenser de 19 à 20,000 F dans l’année. La rareté de l’argent était telle à cette époque les pertes de la maison étaient si sensibles que notre belle mère vendait des cafetières d’argent pour y subvenir. »[av4] (… )

Voila les faits Monsieur, je peux me tromper dans une affaire que ne m’était pas personnelle mes intérêts ayant été étrangers à ceux de Mrs Arnaudtizon depuis le mois de juillet 1813. J’aime à croire qu’ils ne trouveront pas déplacés des renseignements de ma part qu’il n’appartenait peut être qu’à eux de vous donner. Sans doute vous les verrez et apprendrez de mon respectable beau père qu’il n’y pas de (illisible) à un commerçant qui à doté trois de ces enfants de 60,000F d’en promettre autant au dernier qu’il établit. Le but de ses efforts dans son commerce était de parvenir à payer sa dernière fille, mais pourquoi vouloir  justifier mon beau père qui n’en a pas besoin ? Peut-être avez-vous reconnu vos torts particuliers à son égard ? Je la désire pour votre conscience Monsieur et pour que vous ne compromettiez pas vous même l’amour le respect que vous devez attendre de vos enfants.

Je suis votre serviteur, Barbet de Jouy »[5]

Ces[av5] difficultés ne vont pas durer très longtemps.  Déjà, le 30 juin, Pierre écrit à son beau-père Claude et décrit sa réconciliation avec Barbet. Cela « s’est passé chez Madame Suchet (la cousine mariée au frère du maréchal), . . . entre Amélie et notre frère. Hier Madame Barbet (Victoire, la sœur d’Amélie) est venue me souhaiter ma fête et nous a fait promettre d’aller à Jouy samedi avec notre cousine. »[6] Donc on a vite résolu les gros problèmes, mais Pierre et Barbet n’ont pas repris leur ancienne amitié car on ne trouve plus de traces d’une correspondance entre eux. Par contre, Ludovic Arnaud-Tizon, et sa femme Amélie, sont souvent en contact avec Pierre. Claude et Catherine s’installent chez Pierre et Amélie entre 1820 et 1825, et puis s’installent à Jouy, la propriété de leur gendre Barbet de Jouy. « Mme votre mère est donc tout à fait habitante de Jouy, elle fait fort bien puisqu’elle trouve que ce séjour est plus favorable à sa santé que l’air de Paris »[7] ?

A suivre….

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 09 Jacques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 7 février 1813.

[2] AML  84 II 09, lettre deJacques Barbet à Pierre Vitet, 8 juillet 1812.

[3] AML 84 II 09, lettre de Jacques Barbet à Pierre Vitet, 21 avril 1824.

[4] Ludovic Arnaud-Tizon à Pierre Vitet, Bapuame le 3 février 1825.

[5] AML 84 II 09 Jacques Barbet de Jouy à Pierre Vitet, Jouy le 25 Avril 1825.

[6] AML 84 II 08, journal de correspondance de Pierre Vitet, 30 juil 1825 au papa Arnaud-Tizon.

[7] AML 84 II 11  Mme Hochet (ancienne voisine des Vitets) à Amélie Vitet, Angers, le 20 janvier 1827.


[av1]Faut-il faire cette partie ? OUI, pour évoquer les rapports entre Barbet et Vitet au moment de leur conflit patrimonial. Cela rallongera le chapitre, mais tant pis.

Je prends donc la liberté d’aller chercher ces paragraphes dans le chapitre où ils étaient jusqu’à maintenant, celui des corps et des choses. Tu me diras ce que tu en penses.

Je crois que ca marche bien. J’ai essayé de finir la section. Tu me diras si ca marche…

[av2]??

[av3]Je ne comprends pas : pourquoi est-il fâché avec Pierre ??? et pas avec Ludovic qui lui doit de l’argent ?

[av4]??

[av5]Il faut expliquer, ici, ce qui est décrit dans la lettre car le lecteur ne va pas prendre le temps ni la peine de le faire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *