Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (7/8)

la ruine ou les solidarités ultimes

Les Suchet et les Arnaud-Tizon se connaissent de longue date. Le maréchal Suchet, fils d’un fabriquant de drap lyonnais, travaille avec eux à la municipalité de Lyon pendant la Révolution. Que son petit frère se marie avec la nièce de Claude Arnaud-Tizon n’est pas étonnant. Sous l’Empire, quand Suchet monte dans sa carrière militaire, il aide son frère à être placé dans des postes importants et bien rémunérés. Les Vitet et les Arnaud-Tizon sont bien contents de profiter de leur connaissance avec ce grand personnage de l’Empire et ils assistent à des soirées brillantes chez son frère devenu cousin par alliance. Mais tout va couler d’une manière spectaculaire. Quand le frère cadet commence à se rendre compte que ses finances ne vont plus, sa première démarche est de convaincre son frère d’acheter le château qu’il ne peut plus garder. Mais, comme nous allons voir, ce n’est pas suffisant et ses problèmes vont toucher toute la famille. En mars 1816, la mère d’Amélie, sans savoir jusqu’où vont les problèmes de son neveu par alliance, exprime son espoir qu’il va changer sa manière de vivre et donc éviter des problèmes de couple.

« Ce que vous me dites sur l’affaire de St. Just me fait grand plaisir ; cela en fait aussi à mon frère et ma sœur ; cette dernière m’a dit que le maréchal payait pour St. Just et les bois trois cents soixante et douze mille francs et je pense que les meuble sont compris,  voilà notre parent débarrassé d’une propriété qui ne convenait plus à sa position et qui entre nous ne lui avait jamais convenu   dieu veuille qu’il prenne une autre genre de vie pour sa santé et pour sa bourse;  je vous avoue que m’étant mêlée un peu de son mariage j’éprouve bien du chagrin de tout cela et j’ai toujours peur que cela ne finisse par de la mésintelligence entre le mari et la femme ce qui serait le pis de tout »[1]

Un an plus tard, en mars 1817, la famille sait mieux dans quel état sont ses finances, et c’est bien pire que Catherine ne le pensait. Dans une lettre à Pierre, elle explique que son mari essaye de convaincre son frère de   « faire des sacrifices pour venir au secours de son gendre, [mais] il est dans la ferme résolution de conserver intacte sa fortune à sa fille et à ses petits enfants. Il ne veut grever ses propriétés et il n’a dans son commerce qu’une somme qui serait loin de pouvoir faire face au déficit, et qui d’ailleurs n’est pas disponible ; au reste l’état que Mr Suchet a envoyé de sa situation n’est pas fait pour donner l’envie de le secourir ; on voit 400 000 F et plus de dettes et bien peu de choses réelles pour les couvrir ; comment ce pauvre homme a-t-il pu s’aveugler à ce point ? dans quel chagrin il plonge toute sa famille ; j’ai un poids sur le cœur qui y restera longtemps ; j’ai contribué à ce fatal mariage ;  mon frère ne veut pas aller à Paris et il exige de sa fille qu’elle reste auprès de lui avec tous ses enfants . »[2] Elle se sent coupable parce qu’elle a encouragé sa nièce à se marier avec cet homme et elle s’inquiète parce que son beau-frère refuse d’aider son gendre.

Les pères, frères, beaux-frères, et cousins sont tous impliqués dans un projet qui a le but de sauver l’honneur pour la famille et les générations suivantes. Toute la famille envoie des lettres avec une rapidité impressionnante pour une période où tout va plus lentement qu’aujourd’hui. Le lendemain Catherine écrit une autre longue lettre à Pierre plus pour exprimer ses sentiments que pour lui donner des informations. On sent combien l’argent est au fondement de leur conception du bonheur.

« On fait espérer que ses ressources [de son neveu Suchet] couvrent en partie la dette ; je n’y crois pas et je vois tout perdu pour l’honneur ; notre avis dans cette fatale position est conforme à celui du brave ami de Mme Suchet, Mr Aubernon et à celui du Maréchal qui se conduit en bon frère et en homme d’honneur ;  il voit sa belle sœur et ses enfants et veut mettre son frère hors d’état de les ruiner ; ayant un peu contribué à la réussite de ce fatal mariage je ne peux vous peindre tout mon chagrin ; mon frère n’est pas encore instruit de ce fatal évènement, une lettre du Maréchal qu’on annonce doit l’en instruire, je frémis quand je pense à la secousse terrible que cela va lui donner ; non mon ami vous ne pouvez vous faire une idée de notre position ; que nous aurions besoin de n’être pas si isolés dans cette circonstance et cependant comment faire ? vous êtes utile à Paris, que ce malheur me console de la perte de ma pauvre sœur [3]; je bénis la providence qui l’a enlevée à temps pour lui éviter le plus violent de tous les chagrins. Je vous assure mon cher ami que la vie est bien remplie d’amertumes pensant que tous mes enfants sont heureux je la quitterais sans peine, mais le chagrin m’égare et je fais affront à leur tendresse. »[4]

Adèle, épouse de Gabriel, à propos de la ruine dans laquelle son mari les a enfoncés, écrit à Pierre Vitet pour lui demander ses conseils : « C’est à vous que j’écris mon cher et bien aimé cousin, votre ancienne amitié me fait un devoir de vous exposer bien franchement tous les motifs qui guident ma conduite dans un moment si difficile ; partagée entre des intérêts aussi chers que ceux de mes enfants et ceux de mon mari, mon pauvre cœur est déchiré par mille peines auxquelles ma faible santé a bien de la peine à résister ; un devoir plus sacré et le premier de tous est de conserver la vie à mon père, que les mortelles secousses ont prodigieusement changé, je suis entièrement persuadée qu’il ne résisterait pas aux inquiétudes que lui conserverait l’engagement d’une partie de son bien, inquiétudes qui ne sont fondées que sur sa tendresse extrême pour ses enfants, et sur le peu de confiance qu’il a dans le caractère de mon malheureux mari,  son désastre  n’étant point l’effet d’évènements inattendus, mais une suite d’imprudences commises par son extrême confiance dans le succès d’opérations douteuses et dont il ne doutait jamais. » Elle doit prendre une décision difficile. Si, comme dit son père, son mari ne mérite pas la confiance, il faut qu’elle se sépare de lui.  Elle demande à Pierre d’être son interlocuteur avec son mari, de lui dire qu’elle se sent obligée de suivre les conseils qu’elle reçoit de parttout : « D’après l’avis de toute la famille et de gens instruits dans les lois, j’ai pris la résolution de me séparer de bien, je ne le veux que parce que je le dois, dites lui cela mon cher cousin et continuez auprès de lui le rôle que vous avez si généreusement pris d’adoucir sa triste situation de tout votre pouvoir en le consolant, et surveillez sa santé qui me donne plus d’inquiétude qu’il ne le pense, dites lui combien je suis occupée de lui, mais je le suis sans faiblesse et quand la force me manque je pense à ses enfants et je la retrouve ! au nom de Dieu mon cher cousin dites à nos amis qu’ils n’insistent plus sur le voyage de Paris, mon père ne le supporterait pas, je ne veux pas le voir mourir ; songez à toute l’horreur de ma situation si ce dernier malheur m’était réservé, moi la plus infortunée, la plus malheureuse des femmes réduite à me féliciter de la mort de ma mère qu’un pareil malheur aurait toujours précipitée au tombeau, et qui nous aurait laissé à jamais de déplorables regrets sur la cause de sa mort. (…) J’ai écris au Maréchal, mon père lui a écrit aujourd’hui, je lui demande de secourir son frère, de sauver son nom, le fera-t-il, ah mon cher cousin, se laissera-t-il porter coup aux brillantes espérances que lui-même peut avoir. (…)

(PS) : Je ne puis vous dire les marques d’amitié et de tendresse maternelle que j’ai reçues de votre bonne mère,  hélas elle est la mienne maintenant je l’ai toujours aimée de cette façon [dzd1] je retrouve de la force auprès de mon bon oncle et de ma chère tante ; mais mon malheur leur fait bien du mal. »[5]

Elle vient de perdre sa mère, et elle a peur que son père et son mari ne puissent suivre [av2] à cause de leurs inquiétudes. Elle se sent perdue et elle cherche le soutien de toute sa famille : « La Dernière lettre que vous m’écrivez mon cher Cousin me paraît dictée par cet esprit de sagesse que vous a toujours distingué,  les détails dans lesquels vous voulez bien entrer en m’évoquant vos conseils me prouvent tout l’intérêt que vous prenez à ma triste situation,  ….  une chose qui me surprend … c’est ce que vous m’apprenez au sujet des lettres que j’ai écrites à mon mari et qui ne lui sont pas parvenues ;  depuis sa première nouvelle de cet affreux désastre je lui ai écrit trois fois avec une modération dont peut être d’autres à ma place se seraient dispensées dans un premier moment d’indignation car j’ai été bien trompée mon cher cousin bien indignement ! mes lettres surtout les deux premières lui parlaient des consultations, mais la dernière qu’il a du recevoir avant-hier lui demandait formellement son consentement pour la séparation de bien, d’après le conseil d’un notaire éclairé de ce pays qui nous a dit qu’en pareil cas il ne fallait pas balancer au reste, cette résolution quoique bien arrêtée, peut s’exécuter plus tard et je ne voudrais pas en en reparlant nuire aux moyens d’arrangement que je souhaite si ardemment qu’il puisse obtenir de ses créanciers.  (…)

Adieu mon cher et bien aimé cousin  mille tendresses à ma chère Amélie ; dites à mon mari qu’il conserve du courage, et qu’il soit bien persuadé du profond chagrin que j’éprouve de ne pouvoir faire plus que je ne fais, mais je lui a déjà donné plus que je n’avais, et mon père ne veut pas voir ses pauvres petits enfants à la misère. »[6]

C’est encore pour les générations qui succèdent qu’on réfléchit, au moins c’est comme ca qu’on justifie des décisions qui peuvent être vu comme un simple réflex de garder à soi son argent.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 16 mars 1816.

[2] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet, Rouen le 2 mars 1817.

[3] Il s’agit d’Anne-Françoise Adélaïde, dont le mari pleure tant la perte (voir chapitre Aimer et se l’écrire), disparue subitement. Ils se sont mariés en 1779 à Rouen. Si elle avait 20 ans maximum au moment de son mariage, elle est décédée entre 56 et 58 ans.

[4] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 3 mars 1817.

[5] AML 84 II 13, Adèle Suchet née Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 7 mars 1817.

[6] AML 84 II 13, Adèle Suchet née Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 10 mars 1817.


[dzd1]Sa propre mère est morte juste avant que toute l’histoire de faillite commence.

[av2]Tu veux dire Survivre ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *