Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (8/8)

Que peut-on espérer d'un tel homme ?

Catherine crois aussi qu'une séparation de bien est la seule solution : « Comme vous mon cher ami j'avais des inquiétudes sur la fortune de Suchet mais que j'étais loin de penser que le mal fut si grand, car je ne me fais pas illusion, je crois tout arrangement impossible, et je suis à me demander si ce serait un bien ; car mon ami que peut on espérer d'un homme qui conserve après des fautes si graves une arrogance envers ses amis et envers son frère ; le refus qu'il fait d'un appartement chez ce dernier, enfin toute sa conduite comme vous le dites fort bien est indéfinissable, il écrit à sa femme d'un ton menaçant, cette pauvre femme n'est-elle pas assez malheureuse de s'être engagée sans savoir ce qu'elle faisait pour une partie assez forte de la fortune qui doit lui revenir, sans chercher à compromettre le reste ; le refus que fait Mr S de remettre ce qui se trouve chez lui à l'usage de sa femme me semble une chose qu'on ne peut croire ; pour les diamants je crois bien qu'il ne peut les montrer et que depuis longtemps il en a disposé pour avoir de l'argent. »[1] Une fois qu'on perd la confiance, on pense que l'homme est capable de tout. Des documents de notaire de Mars 1817 conservés dans les archives à Rouen montrent que à la fin du compte c'est bien le père d'Adèle Suchet qui, accepte de prendre la responsabilité de surveiller la liquidation des biens de son gendre. Le maréchal couvre financièrement ce qui manque ; ca commence avec 200,000 francs en liquide qu'il donne à Pierre-Marie pour embourser les dettes de son frère. Tout s'est passé à Paris ; une copie a été déposée chez le notaire à Rouen. Les signatures incluent tous les personnages impliqués directement et indirectement : le couple Suchet, Pierre Marie Arnaud-Tizon, Pierre Vitet, Jacques Barbet, le Maréchal Suchet, Fournel. Pas une séparation tout de suite ; mais on stipule qu'une séparation reste toujours une possibilité à l'avenir. Après avoir signé le document, Adèle, son père, et Jacques Barbet rentrent tous à Rouen.[2]

Trois mois plus tard, le père d'Adèle se plaint encore de son gendre et son opposition à écouter les sages conseils de son beau-père : « mon gendre ayant été assez peu sage pour mépriser les avis d'un homme de mon âge qui voyait par son expérience l'abyme ou ils s'engloutissait, et n'a pas voulu croire quand je prévoyais et l'avertissais de sa perte, cet homme ne vous a pas donné depuis assez longtemps, par une conduite sage économe et réglée, une garantie pour l'avenir, pour ne pas se mettre en mesure pour éviter la ruine totale de ses enfants ; s'il les aime comme il le dit, il doit ne mettre aucune opposition à cette séparation, où seule il peut trouver lui-même un avenir plus heureux ; il ne faut absolument plus ni délai ni retard ; et vu les beaux raisonnements qu'il a commencé à faire à sa femme et qu'il pourrait faire à vous autres, avec sa tête légère ne méritent aucune attention. » [3] Ses plaintes sont certainement fondées, mais on sent aussi un désir chez lui de garder ses propres propriétés. Il fait tout pour éviter de vendre ses biens et trouve son gendre bien ingrat : « me coutera de vendre Chopillard, que j'ai amélioré de toutes façons, bien auquel je suis attaché, et bien différent de Mr Suchet, je sens une peine extrême de me défaire de biens fonds patrimoniaux seul bien réel et ce temps peu heureux. »[4]

Malgré la liquidation « l'état cruel » de la cousine Suchet continue.   En 1818, Catherine exprime ses inquiétudes encore vives pour sa nièce : « Je suis bien aise de voir la santé de Mme Suchet s'améliorer ; elle en a bien besoin pour supporter l'état cruel où elle se trouve car sa position a cela de fâcheux que l'avenir ne lui offre rien de tranquillisant avec un homme pareil elle sera toujours en craintes elle devrait prendre le sage parti de venir chez son père ; mais elle ne pourra jamais prendre volontairement ce parti, la nécessité seule l'y amènera ; comment tout cela finira-t-il ? S. restera-t-il toujours caché dans Paris, il paraît que l'état nouveau qu'il annonce depuis longtemps ne paraît pas, je crois à vous dire vrai qu'il ne connait pas lui-même sa position au juste ;  vous rendez bien service à Mme Suchet en la faisant se défaire de son appartement d'ici au mois d'octobre elle verra ce qu'elle aura à faire. »[5]

La même année Pierre Marie écrit à Pierre Vitet pour se plaindre de sa fille qui refuse de venir s'installer avec son père ã Rouen : « J'ai reçu par la même occasion de ce retour de Paris une lettre de ma fille, elle me dit se bien porter, ainsi que nos très chers enfants ; Ballicorne m'a dit qu'elle avait ou du moins voulait renouveler encore pour six mois de plus la location de l'appartement qu'elle occupe. J'en suis fâché et suis persuadé que vous ne lui avez pas donné ce conseil ; elle ne m'en dit pas mot ; je croyais cependant devoir mériter sa confiance ; cela m'a fait de la peine ; est-ce une espèce de honte qui l'a retenue ?  je l'aimerais mieux ; ce serait une preuve qu'elle sent qu'elle fait une chose qu'elle ne devait pas faire et qu'aucun vrai ami ne lui conseillera ; mon cher Vitet, j'ai sacrifié ma tranquillité pour tirer ma chère enfant de l'abyme, où son imprévoyante ignorance, et la lâcheté de son mari l'avait consacré en (illisible) pour sa perte et celle de ses enfants ; je crois être un bon père, et la répugnance de ma fille à prendre le seul bon parti en se réunissant à moi pourrait donc faire penser le contraire ; cet abandon me blesse, je suis las de solitude et mon cœur souffre ; dans tous les évènements possibles un père supporte tout quand il est sr de l'affection de ses enfants. »[6]

Le père d'Adèle espère que Pierre va intercéder en sa faveur auprès de sa fille, pour l'amener à revenir chez lui ; la pression est forte, d'autant qu'elle est revenue près de son mari ; on voit bien que dans son cas, la position d'épouse, fusse d'un mari fautif, est préférable à la position de fille : « Car mon cher ami, réfléchissez ; ma fille à Paris après tant de malheurs, n'est-elle pas dans une fausse position ? que peut-elle espérer encore d'un homme qui vous le savez comme moi, au lieu de se relever par une conduite sage réglée et honorable, se livre encore à tous les désordres qui ont consommé sa perte ; et est même en ce moment à où vous le savez ; il y a vraiment aveuglement d'espérer encore ; et vous savez qu'il y a longtemps que la vérité est loin de lui ; mais il a été et est encore votre ami ; brisons là-dessus ; non non mon cher Vitet je n'ai pas un cœur dur ; plaise à dieu que je l'eus moins facile à briser, ma vieillesse s'éteindrait plus doucement ; car si le chagrin venait à trop s'emparer de moi, et que j'y succombasse, quel remord ma pauvre Adèle n'aurait-elle pas ? Chassons chassons ces idées, elles ne valent rien ; au reste je ne vous le cache pas,  voila mes souhaits ; et ils sont, croyez moi Vitet, plus pour le bonheur de mes quatre enfants[dzd1] , plus bien plus encore que pour moi-même qui en trouverais beaucoup ; ma fille en venant auprès de son père, y trouve l'assurance de son avenir, et apprendra à diriger la fortune de ses enfants, qui diminuera infiniment si elle reste éloignée. »  Il dit à Pierre qu'il faut souligner l'indépendance que Adèle peut sentir même si elle réside chez ton père, et insiste sur le fait que financièrement c'est beaucoup plus intelligent pour elle de quitter Paris et venir chez son père. Il faut « qu'elle sache bien sera totalement maitresse, et ne fera que ce qui lui plaira et tout ce qui lui plaira ; son pauvre père le lui promet bien ; j'ai besoin de si peu, de deux maisons gênées pour l'instant, nous en referons bien une bonne ; mais le tout sans gêne, qu'elle réfléchisse et faire ensuite »[7]

« Si son père l'empêche de partir il a grand tort »

Le père réussit enfin à convaincre sa fille de venir à Rouen, mais elle souffre  chez son père, au moins c'est l'idée que donne une lettre de Catherine, chez qui Adèle passe beaucoup de son temps pour fuir la maison paternelle : « Nous avons toujours Mme Suchet qui est bien triste ; elle s'attendait à de meilleures nouvelles que celles que Barbet lui a apportées et désire retourner à Paris et sent cependant combien il lui sera difficile de tenir son ménage avec son revenu ; elle ne parle pas de tout cela mais il est facile de deviner sa pensée ; elle ne parle pas non plus de son départ prochain mais elle ne cesse de dire qu'elle n'est bien qu'au coin de son feu, que chez son père elle n'est pas libre d'y rester [au coin du feu] hier elle vint avec lui et Clémence passer le soir avec nous ; elle dormait toute la soirée et ne nous a pas dit un mot ; si son père l'empêche de partir il a grand tort ; il faut la laisser aller jusqu'au bout et quand elle verra que l'argent ne peut suffire elle prendra son parti ; c'est au moins mon avis quand aux affaires du Mr je crois qu'il est bien difficile de les arranger, il fait un cruel semmaire [av2] ( ?) comment cela finira-t-il en vérité on ne peut le prévoir en attendant voilà une fille qui grandit, tout cela est bien malheureux ; Edouard s'accoutume bien à sa pension. »[8] Adèle, en tant que femme mariée, a une liberté de décision qu'on ne trouve pas accordée aux filles non-mariées On trouve aussi une certaine solidarité féminine dans les pensées de Catherine qui voit que le père fait souffrir encore plus sa pauvre fille qui a déjà assez pour la rendre triste.

En février 1819, Adèle est encore à Rouen, et souffre toujours chez son père. La saison de bals commence, et Adèle se trouve obligée de refuser les invitations. Elle fait des visites en famille, et elle essaye d'aider son mari en passant voir des Rouennais qui le connaissaient quand Suchet avait un poste à Rouen pendant l'Empire. « Mme Suchet a été priée à presque tous les bals mais elle a sagement refusé en disant franchement que la position de son mari ne lui permettait pas d'aller dans le monde et qu'elle n'allait que dans sa famille, elle ira chez Mme Lemarchant, elle était priée aujourd'hui chez Mr Lecarron qui lui a fait de grandes instances, elle a bien envie de savoir de quelle nature est la fortune de Mr Petitjean, elle ne peut y réussir ;  il pourra peut-être à son tour protéger son ancien patron, voilà le monde, je n'entends plus parler des affaires de Suchet, il paraît que rien ne s'arrange, tout cela est bien malheureux et jamais Mme Suchet ne pourra goûter le bonheur chez son père ; et rien n'est pis à mon avis que l'état d'incertitude dans lequel elle vit. »[9] Les problèmes ne terminent pas car en 1820, on trouve qu'Adèle prends la décision de vend ses diamants dans un effort de se libérer de son mari, ou peut-être de son père : « cette chère cousine a été satisfaite de ce qui lui a dit Barbet des affaires de son mari.  Il paraît que les Diamants suffiront pour lui rendre enfin la liberté, c'est déjà quelques chose ; mais pas encore tout malheureusement. Elle a dut vous écrire pour vous remercier d'avoir bien voulut vous charger conjointement avec Fournel de la vente de ces Diamants. »[10]

Ce n'est qu'en 1821 qu'une réunion de famille donne l'impression que les choses et les sentiments commencent à s'arranger. Monsieur Suchet rend visite à sa belle-famille à Rouen cette année-là : « J'ai reçu votre lettre mon cher ami et les différents paquets que vous m'avez adresses par Mr Suchet a qui j'ai trouvé l'air bien portant,  son beau père et sa fille étaient allés à sa rencontre au bureau de la diligence,  il a été bien reçu par toute la famille, Dimanche il a diné chez la bonne maman [Mme Vincent, la grand mère d'Adèle Suchet née Arnaud] et jeudi il dine chez Barbet avec la famille réunie et aussi quelques étrangers, à mon particulier j'ai été satisfaite de le voir venir, sa présence ici ferra bon effet et le public est tout prêt à pardonner des tords lorsque sa famille paraît les avoir oubliés, il faut penser que Clémence a dix sept ans et jusqu'à vingt les années semblent n'avoir pas douze mois ;  je désire bien que ce pauvre garçon parvienne bientôt à se libérer tout à fait, cela faciliterait l'établissement de sa fille. Bref, il faut que cela finisse et il faut espérer qu'il cessera de vivre de chimères et renoncera si il m'en croit à tout projet de fortune »[11]. Catherine reste inquiète pour sa nièce, qui n'arrête pas de se plaindre de sa santé. « Ce cher homme [elle parle de son neveu Suchet] a été je crois satisfait de l'accueil qu'il a reçu de la famille ; sa femme les premiers jours paraissait aussi le voir avec plaisir, mais depuis deux jours elle a pris un redoublement de vapeurs et ne quitte pas sa chambre  hier il y avait un dîner pour eux chez Mr Lemarchant  elle n'a pas voulu y aller ; son père est bien chagrin et fait pitié ;  sa pauvre fille comme vous pensé est loin d'être heureuse tout ceci je vous prie entre nous » Mais Catherine se demande si les problèmes d'Adèle sont juste des excuses pour organiser un voyage à Paris pour se faire soigner : «  à vous dire vraie comme la chère cousine parle de consulter je crois qu'elle a envie de faire un petit tour à Paris ; »[12]

Trois ans plus tard, Mme Suchet n'est pas remise des suites morales de cette faillite familiale ; et l'on redoute, autour d'elle, que cela n'ait de graves conséquences sur l'établissement de sa fille : « « Marie [la fille de Victoire Barbet] allait visiter Mme Suchet qui déjà est retombée dans tous ses malaises et recommences les doléances accoutumées ; le chevalier emploie vainement toute la rhétorique et ses attentions pour la distraire.  Je présume fort que nous ne la verrons pas à diner aujourd'hui, et peut-être ne viendra-t-elle pas non plus mercredi à Bapaume où la famille doit être réunie ? C'est une situation bien affligeante, et qui ne contribuera pas à accélérer l'établissement de Clémence : nous verrons si paris cette fois portera plus de bonheur à la mère & à la fille ; elles y doivent passer, ditons tout l'hiver »[13].

Le patrimoine est formé de bien davantage que des domaines, des meubles, et des propriétés qu'on loue. C'est aussi un lien entre les générations qui apporte plus que de l'argent. Les biens matériels et immatériels ne se séparent pas, surtout dans un système où l'honneur compte pour beaucoup. Dès qu'une discussion d'argent commence, le mot « honneur » rentre en jeu. Un homme « honorable » ne fait pas ceci, et ne mérite pas d'être accusé de tels torts. Un homme qui fait des torts, qui perd la confiance, perd l'honneur, et cela ne touche pas seulement lui et toute la famille qui doit se réunir pour se protéger.

Continuer ici, puis enchaîner sur le sacrifice « consenti » par les mères :

Les mères de Pierre et Antoine vont vivre douloureusement les sacrifices qui leur sont demandés, en termes de baisse de leur niveau de vie et de changements de perspectives. Elles deviennent toutes deux des « rentières » de leur propre fils et perdent ainsi accès à la possibilité de léguer un patrimoine à leur descendance. Le plus difficile pour elle réside dans la découverte subite, indignée ou chagrinée selon les tempéraments de chacune, du caractère « musclé » de la reprise en main du patrimoine par leur fils. Un renversement de hiérarchie s'opère, qui place le fils en position de chef de famille : ce n'est pas aussi facilement accepté par les mères qu'on pourrait le croire. Pourtant, le sacrifice doit faire partie du paysage moral et sentimental car tant Marguerite qu'Antoinette consentiront à se voir retirer l'essentiel de leur patrimoine, et garderont à leur fils toute leur affection. Le patrimoine est une question sensible qui entraîne des reconfigurations matérielles et morales ; pourtant, les conflits qu'il engendre n'ont pas amené les mères et les fils à rompre leurs relations. Fatalité du sacrifice maternel ou prédominance absolue du sentiment sur les considérations patrimoniales ?

A suivre...

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 15 mars 1817. Il se trouvera que ces diamants reviendront finalement à l'épouse ; il en est question dans une lettre de Catherine, datée du 20 décembre 1820 : « il paraît que les diamants suffiront pour lui rendre enfin la liberté, c'est déjà quelque chose ».

[2] AML 84 II 13, Pierre-Marie Arnaud-Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 1 avril 1817. (Lettre mal classée avec les lettres de Catherine Arnaud-Tizon.)

[3] AML 84 II 13, Pierre Marie Arnaudtizon à Pierre Vitet, Rouen le 17 juin 1817.

[4] AML 84 II 13, Pierre Marie Arnaudtizon à Pierre Vitet, Rouen le 17 juin 1817.

[5] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 14 mars 1818.

[6] AML 84 II 13 Pierre-Marie Arnaud-Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 28 mai 1818.

[7] AML 84 II 13, Pierre Marie Arnaudtizon à Pierre Vitet, Rouen le 28 mai 1818.

[8] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 2 décembre 1818.

[9] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet, Rouen le 1 février 1819.

[10] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 20 décembre 1820.

[11] AML 84 II 13 Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet Rouen, 20 février [1821].

[12] AML 84 II 13 Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet Rouen, 26 février 1821.

[13] AML 84 II 15, Pierre Vitet à Amélie Vitet, attachée à une lettre de Ludovic Vitet adressée à sa mère, Rouen le 22 septembre 1823.


[dzd1]Il avait qu'une fille. Donc il doit être en train de parler de sa fille, son mari, et leurs deux enfants.

[av2]Retrouver la lettre aux archives de Lyon.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">