Chapitre VII : Cette mort qu'on n'attend pas (6/6)

Antoine, quant à lui, a bien dû se rendre à une autre évidence, pas moins douloureuse pour cet homme qui, on se souvient, claironnait, de son exil briançonnais : « je serai exigeant et tu seras complaisante ! » Convaincu de pouvoir en toutes circonstances parvenir à ses fins, sûr de son charme ou de ce qu'il croit être son charme, ce qui revient exactement au même pour lui, Antoine était le roi. Un charmant sujet absolu. La mort d'Albine le confronte à des limites qu'il n'a pas imaginées. Magdeleine s'est mise en retrait, lui oppose une faiblesse qui se traduit par de l'effacement ou de l'indifférence, et Antoine qui a obtenu de conserver Machi, se trouve à batailler désormais pour tenter de faire revivre le fantôme de Mion. Mais sans grand espoir d'y parvenir :

De Machi, le jeudi 17 à 8h moins un quart

A Madame Morand de Jouffrey à Lyon

« Aussitôt que tu le pourras tu enverras je te prie la cuisinière dire à M. Durand des Brotteaux de te venir parler ou tu lui écriras un mot, mais le premier serait peut être le plus sûr.

Il faut qu'il se munisse demain du billet nécessaire pour faire entrer et ressortir quatre années de vin en deux demi-pièces et qu'il se trouve samedi matin à huit heures à la barrière de Vaise sans manquer, où il trouvera Lombard. (...)

Voilà mes commissions faites et quoiqu'il soit un peu tard chez Jacques où tout le monde est déjà couché comme on m'a promis d'attendre que ma lettre fut écrite avant de se fermer irrévocablement, je te dirai que j'arrive de Curis où je ne suis arrivé ce matin qu'à près de midi et où nous avons planté quelques arbres avec Honoré ; il faisait si beau ce matin que je n'avais pas pris mon manteau et ce soir il a un peu plu. Tu sens bien que quelque plaisir que j'aie à me trouver avec mon gendre, il m'en coûte bien pour parcourir certains espaces et me retrouver dans certains lieux, mais ma chère amie, depuis le malheur qui nous a écrasés je me trouve mal partout et la peine que j'éprouve dans les endroits où tout me parle d'elle n'est cependant pas pour moi, sans quelque mélange de consolation.

Hier j'ai passé la soirée à lire la vie de M. le duc de Penthièvre, la lecture en est triste et bien convenable à ma position ; j'aime beaucoup aussi le style et les idées fortes de la femme qui en est l'auteur, la même qui a écrit la vie de Mad. de Lamballe[1] ; et nous faisons la cruelle expérience de la vérité de ce qu'elle dit : '' rien ne prouve autant la faiblesse de l'homme que l'impossibilité où il est de fixer le bonheur, parce que tous les objets de ses affections sont périssables comme lui. Ni la jeunesse, ni la beauté, ni le Rang, ni la fortune ne peuvent retarder d'un seul jour l'arrêt fatal.......

Tous les objets qui nous attachent dans ce monde, échappent à notre amour à l'instant où nous le craignons le moins et la vie n'est qu'une longue suite de funérailles, où l'homme qui atteint la vieillesse n'a que le triste avantage d'avoir vu plus de ses semblables descendre au tombeau, et d'avoir eu plus de larmes à répandre.''

Elle termine cependant par convenir que le temps émousse nécessairement les pointes trop aigües de la douleur, les âmes simples et vraies, dit elle, ''qui n'exagèrent rien, conviennent de bonne foi qu'il est dans la nature humaine de se consoler des maux sans remède et c'est ce que prouva M. le duc de Penthièvre, etc.''

Je suis réduit à te citer ma bonne amie les réflexions des autres puisque les miennes sont maintenant sans effet sur toi. Cependant ma chère amie, n'oublions pas que c'est dans une union et un accord plus intime que jamais que nous pourrons trouver des forces contre la douleur et les moyens de nous acquitter de ce que nous nous devons mutuellement et de ce qu'il nous reste à faire pour le bonheur de nos enfants ; je ne peux te passer l'insouciance que etu parais prendre maintenant à ta santé et à tout ce qui te touche personnellement, car tu dois bien sentir de quel prix est ta conservation pour James pour Léo et pour leur père.

Que ce soit pour eux ma chère amie que tu prennes un peu de courage, le mien s'en va tout à fait, ma tête se perd et je sens bien que c'est surtout à ton état et à ta volonté de ne rien faire pour l'améliorer, que je dois la position où je me trouve. Il ne peut me rester de consolation dans ce monde qu'autant que je pourrai t'aider à supporter les peines et être de quelque utilité à mes enfants, s'il faut renoncer à cet espoir, que faire sur cette terre ?

Mais il faut terminer des réflexions que je porte sans cesse avec moi, et aller porter mon griffonnage à cette fille qui va demain à Lyon, il apparaît qu'on en est fort content. (...) Adieu ma tendre amie. Je ne peux croire qu'un malheur qu'on n'a point à se reprocher puisse engager à se moins aimer. »[2]

Deux semaines après cette lettre, et deux mois et demi après que Magdeleine a quitté Grenoble, c'est au tour de la mystérieuse sœur d'Antoinette de tomber malade. Elle décèdera dans les jours qui suivent. Antoine, à son habitude, n'a pas compris les signes cabalistiques qui parcouraient une lettre envoyée par James, à ce propos. C'est, encore une fois, Magdeleine qui avertit son époux en lui communiquant ses doutes.

La dame de Machy [DD1] n'a, on le voit, rien perdu de sa perspicacité. Ses sens ne sont pas affaiblis et la faiblesse qu'elle oppose à Antoine lui est, peut-être, juste un paravent contre un absolutisme dont elle a cessé de subir le charme. Il faudra(it) à Antoine tout son talent pour la faire revenir à d'autres sentiments, mais l'histoire ne dit pas s'il y parvint.

___

Il n'y aura pas de suite à ce qui est la fin de cette première version de notre livre. Nous réservons la conclusion, qui n'est pas encore écrite, pour la publication au format papier. Cette première étape, qui s'est close à la fin du 7ème chapitre, fut atteinte le 2 août dernier, et nous avions à cette occasion fait un premier point sur cette belle expérience de collaboration.

Et toujours, pour ceux qui découvriraient ce site par hasard... pour reprendre la lecture de ce récit au début, il vaut mieux se rendre sur la page Un projet de livre puis suivre les flèches.


[1] Il s'agit de Elisabeth Brossin de Méré, auteure en 1803 d'une Vie du duc de Penthièvre en deux volumes. On trouve cet ouvrage à la Bnf. Mme Brossin de Méré était une romancière prolifique. Comme souvent à cette époque, elle a écrit sous quantité de pseudonyme ; on la connaît aussi comme Elisabeth Guénard veuve de Méré (à partir de 1805), Mme de Boissy, M. de Faverolles,  J.F.H Geller ou simplement P.L.B... En 1801, elle avait publié les Mémoires historiques de Marie-Thérèse-Louise de Carignan, princesse de Lamballe, en 4 volumes (disponibles sur Gallica). Signalons aussi, parmi les quelques 147 références répertoriées sur le catalogue de la Bnf (nombre d'éditions, qui comprend les rééditions jusqu'en 1877), un ouvrage sur la domestique qu'avait épousée Rousseau, Thérèse de Volmar, ou L'orpheline de Genève, en 1821 ainsi qu'un ouvrage sur l'enfant sauvage, intitulé Victor, ou l'Enfant des bois, en 1827. Mais elle est surtout connue, et a bâti sa réputation à l'époque, pour un roman à la gloire de la monarchie, intitulé Irma ou les malheurs du jeune orpheline, histoire indienne, en 1800, qui « détruit le mythe républicain de la vertu de Robespierre, tandis qu'elle idéalise un Roi-martyr, seule figure possible du pouvoir et de la légitimité. » Cf. Vivre libre et écrire. Anthologie des romancières de la période révolutionnaire (1779-1800), textes choisis, présentés et annotés par Huguette Krief, Voltaire Foundation et Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2005.

[2] De Machi, le jeudi 17 à 8h moins un quart [mars 1808 : il est possible, grâce aux calendriers de l'époque révolutionnaire, de faire concorder les jours de la semaine et les jours du mois, si bien qu'on a pu établir que le seul jeudi 17, à cette période de l'année, était celui du mois de mars]


[DD1]Ca me choc de la trouver appelée comme ca ici. Tu trouves que c'est trop distant et que ça lui donne un air trop hautain ? Je crois que c'est plus parce que c'est la première fois qu'on l'appelle comme ca, et on vient de parler de son désir de vendre Machy. D'ailleurs, je crois que part tout dans nos chapitres, il faut l'écrire « Machy » même si dans leurs lettres ils font différemment.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">