Détournement de sens

Un site masculiniste s’est, récemment, emparé d’un texte que j’avais écrit sur Léo Thiers-Vidal au moment de son décès, en novembre 2007 et l’a détourné de son propos à des fins de propagande anti-féministe. Hélène Palma, la première a avoir eu connaissance de ce commentaire, a écrit une réponse, que je publie ici avec son autorisation.

11 novembre 2010
Ce soir, cette nuit, mon très cher Léo, il y aura trois ans que tu t’es tué. Non par misandrie, non par “haine de soi”, comme l’affirment en l’absence de tout élément, quelques cyniques sans vergogne qui se réjouissent ouvertement de ta disparition.
Non, tu es mort, mon cher Léo, parce qu’on a piétiné ton enfance et que tu ne t’en es jamais remis.
Je n’aurais pas écrit ce petit texte, mon très cher Léo, si tu n’étais, de manière posthume, l’objet de commentaires particulièrement odieux et déplacés.
Il est nécessaire de répondre aux phallocrates jaloux et médiocres, qui te qualifient, toi, de “malheureux” et qui salissent ta mémoire.
Je veux rappeler ici quel garçon souriant et chaleureux tu étais, quel esprit vif et minutieux, et surtout quelle capacité tu avais à démonter froidement les mécanismes d’un patriarcat dont tu avais toi-même été la victime.
J’ai entendu des dizaines de fois, de ta bouche, le récit de ce que tu avais subi.
Aux pères, aux groupes de pères (divorcés le plus souvent) qui affirment sans savoir, voici donc, pour information, cet extrait qui explique tout l’engagement, toute la fragilité et la mort de Léo Thiers-Vidal:
“Sans rentrer dans une note trop biographique (…) il me semble important de donner des éléments de compréhension sur ma place sociale et comment celle-ci me semble avoir influencé ma prise de conscience des rapports d’oppression qu’exercent les hommes sur les femmes (…). Les violences psychologiques et physiques paternelles envers moi (dès ma petite enfance), (…) la violence et l’exploitation domestique et non-domestique de mon père vis-à-vis de ma mère ont eu des effets importants sur mon rapport à la masculinité et aux rapports hommes-femmes. Une solidarité instinctive avec ce que subissait ma mère au quotidien, ainsi qu’un rejet et une haine puissante envers mon père et ce qu’il représentait au niveau de la masculinité et de l’autorité, ont structuré un développement psycho-sexuel-affectif marginal : dès l’adolescence, l’incapacité de reprendre pleinement à mon compte les normes masculines (…) ainsi qu’un refus (ou échec) d’intégrer pleinement ‘la maison des hommes’ (Godelier), 1980)”, Léo Thiers-Vidal,  De L’Ennemi Principal aux principaux ennemis, position vécue, subjectivité et conscience masculines de domination , Paris : l’Harmattan, 2010.
C’est le machisme qui tue tous les jours, comme l’a dit un jour Benoîte Groult. Et il arrive qu’il tue des hommes. Comme Léo.

Contrairement à ce que prétend l’auteur de ce détournement, je ne pense pas que le féminisme soit à l’origine de cette “haine de soi” que j’ai cru identifier en Léo.

Léo Thiers-Vidal, d’après ce que je connais de lui, se voyait comme le représentant d’une gente dont il ne partageait pas les principaux effets de socialisation (égocentrisme, abus de position dominante par l’usage de la violence symbolique ou physique). On peut dire que c’est le féminisme qui l’a aidé à distinguer, en lui, ce qui relevait de cette socialisation (voyez, pour prendre un exemple très récent, le film poetry, qui illustre si bien la manière dont peuvent être élevés les garçons) et ce qui relevait d’autre chose, de son humanité mais aussi de ce qu’il appelait sa “virilité”. Non, Léo ne détestait pas les hommes en soi. Loin de lui l’idée que les hommes forment une classe détestable à tout jamais. Il travaillait seulement à distinguer ce qui les entraînait vers la domination et ce qui pouvait améliorer, pacifier, leurs relations avec les autres.

Je dirais donc, trois ans après son départ et en réponse à cette analyse masculiniste de la “haine de soi”, que grâce au féminisme, il avait pris conscience que des hommes comme son père, s’ils avaient été éduqués différemment, auraient pu échapper à l’exercice de la violence sur les femmes et les enfants, et trouver une voie vers une autre manière d’être homme ; et que grâce au féminisme, et notamment aux travaux de Christine Delphy dont il n’a jamais renié l’apport fondamental, il a pu mettre des mots sur l’attitude de son père en tant qu’homme, lutter pour les mères et les enfants victimes de la violence masculine, et trouver les moyens de dépasser, 20 ans durant, les effets dévastateurs de la violence qu’il avait subie. Mais on guérit mal des ravages de la violence parentale, ici paternelle, et Hélène Palma a raison de dire que Léo est mort de ses effets à long terme.

physique

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">