Introduction au livre-sans-titre (4/4)

Libéré dans des circonstances qu’on ignore, il part en 1795 à Rouen où il s’installe avec sa famille. Son frère aîné, Pierre-Marie, également impliqué dans cette seconde municipalité dirigée par Louis Vitet, était marié avec une femme originaire de cette ville : c’est sans doute ce qui a déterminé leur choix. Ils développeront, à deux, une importante fabrique de draps.

Les familles se connaissant de longue date, il n’est pas surprenant que les enfants se marient. D’ailleurs, d’autres négociants lyonnais en exil multiplient les alliances internes ; ainsi, une cousine d’Amélie c’est-à-dire une fille Arnaud-Tizon, Claudine Françoise Adélaïde, appelée Adèle, se marie-t-elle au même moment avec Gabriel Suchet, frère du futur Maréchal et, par ailleurs, ami d’enfance de Pierre Vitet. Adèle et sa mère étaient assez proches de la famille pour avoir été choisies comme témoins, l’une et l’autre, au mariage de Pierre et Amélie.

Au moment du mariage, Louis Vitet lègue toutes ses propriétés à son fils unique, à savoir : une maison sise à Lyon, rue de l’Hôpital qu’il avait lui-même héritée et qui était évaluée  à 25.000 francs ; la maison où ils demeurent tous deux à Paris, rue St. Roch, évaluée à 36.000 francs ; et un domaine d’une valeur de 6.000 francs, la Combe, à Longes[1].[av1] Comme souvent dans ces familles, Louis habitera avec le jeune couple. La cohabitation durera 8 ans, jusqu’à sa mort en 1809. Amélie, quant à elle, amène une dot de 50 000 francs. Elle a 16 ans au moment de son mariage ; Pierre en a 29. Très vite, ils ont un fils, Louis (là encore appelé Ludovic) qui naît en 1802. Après de longues années, et peut-être quelques fausses couches, un deuxième enfant, une fille cette fois, naîtra en 1822 : on la prénommera, comme sa mère, Amélie.

Le couple va toujours vivre à Paris ; et principalement dans le même appartement situé au sein de cet hôtel acquis par le père de Pierre. Ils ne le quitteront que pour un grand appartement dans un nouveau quartier plus riche, derrière le Luxembourg, qu’ils partageront avec leur fils, Ludovic, devenu ministre du gouvernement Guizot, un autre ami de la famille. La nouvelle habitation, d’ailleurs, sera située dans une rue qui porte le nom d’un autre allié, un parent cette fois. Il s’agit de la rue Barbet de Jouy  : c’est le beau-frère d’Amélie, puisqu’il a épousé Victoire, sa sœur cadette. Pierre et Amélie mourront, tous les deux, assez âgés pour l’époque : Amélie, en 1860, à l’âge de 76 ans ; Pierre, un peu avant elle, ayant atteint l’état d’octogénaire.

Pierre a, visiblement, abandonné toute idée d’exercer la médecine ; il est rentier et s’occupe de gérer les propriétés de Lyon et de Paris ; mais la plus grande partie de son temps est consacrée à la correspondance pléthorique qu’il entretient avec son entourage, ses relations et, au-delà, un réseau impressionnant de connaissances auxquelles il sert d’intermédiaire, d’entremetteur, de conseiller et de colporteur de nouvelles. Aux Archives municipales de Lyon, on a répertorié une correspondance passive (lettres reçues) de plusieurs milliers de lettres et un journal de correspondance notant toute sa correspondance active (lettres qu’il envoie).

Parmi ces lettres de Pierre, on en trouve 150 qui furent écrites par sa mère entre 1805 et 1819. En retour, on n’en compte que XXX de Pierre. Ce déséquilibre, qui n’a rien d’extraordinaire pour l’époque (on observe le même entre Antoine et sa mère, par exemple) s’explique bien sûr par les emplois du temps respectifs de cet homme très occupé et de cette femme vieillissante, solitaire et désoeuvrée. Mais il s’explique aussi par les circonstances particulières de cette relation qui n’a, entre eux, jamais été simple. Tout commence, peut-être, par les difficultés conjugales des parents, qui a pu avoir un impact sur le lien entre Pierre et sa mère ; mais également, par  l’influence qu’a exercée Louis sur son fils ; et, enfin, par l’opposition d’opinions, de caractères et d’intérêts entre Pierre et sa mère.

Jeanne Marguerite Faulin s’est mariée avec Louis Vitet en 1763. Fille de la bourgeoisie marchande, elle a apporté, en dot, 40 000 livres (contre 20 000 de la part de Louis). 10 enfants naissent naître de cette union mais, comme on sait, un seulement survivra : Pierre. Tous les autres ont succombé à des maladies infantiles. Ces enfants sont, pour certains, morts en nourrice ; mais d’autres sont morts chez leurs parents[2]. Quand on sait que le père était médecin, et que les inoculations (ancêtres du vaccin) avaient largement cours dans ces milieux, on peut s’interroger sur le type de médecine qu’il pratiquait. En tout état de cause, Marguerite n’est certainement pas sortie indemne d’une expérience aussi répétitive de la mort infantile. Très pieuse, soit qu’elle l’ait été d’emblée soit qu’elle le soit devenue pour supporter ces décès à répétition, elle a passé une grande partie de son énergie à tenter de convaincre son fils et Amélie de donner une éducation religieuse à Ludovic. En vain ; elle ne partageait cette conviction ni avec son fils, ni avec son mari. Louis Vitet est connu, en effet, non seulement pour son athéisme, mais pour les persécutions qu’il a fait subir aux membres du clergé à l’époque où il était le maire de Lyon : un contemporain a pu écrire qu’il faisait « fouetter  les femmes qui allaient à la messe à Sainte-Claire et à la Charité » et qu’il était «  aussi méchant que laid, mauvais époux, mauvais père, et par conséquent mauvais citoyen. »[3] On peut difficilement porter entièrement crédit à l’auteur qui se fait un devoir de dénoncer tout ce qui, de loin ou de près, a porté le nom de Jacobin à Lyon ; ainsi, parler de Louis comme d’un mauvais père peut être surprenant lorsqu’on observe la relation intime, de confiance et d’amitié, qui le liera continuellement à son fils Pierre. Celui-ci porte une véritable vénération à son père, comme en témoigne l’avertissement inséré dans la réédition posthume de son fameux Traité de la Sangsue où il rend hommage « à la mémoire du meilleur des pères »[4].  Cependant, l’allusion concerne peut être les décès successifs qui ont marqué leur vie de jeunes parents, avec la perte de 9 tout petits enfants. Il est évident que Louis n’aura pas laissé que de bons souvenirs à Lyon ; au moment de son décès, Ballanche, catholique convaincu, profondément meurtri par les massacres et la destruction de Lyon, refusera par exemple d’insérer une notice chronologique dans le journal qu’alors il dirige, Le Bulletin de Lyon[5]. Quant à la qualification de mauvais époux, elle n’est pas entièrement fausse si l’on s’en tient à une définition du bon époux par le partage de la vie commune.

Car à partir de 1793 et jusqu’à sa mort en 1809, Louis ne reverra presque jamais son épouse. En fuite, il n’emmène que son fils avec lui. Elle va vivre de plein fouet, elle aussi, les conséquences de la répression de l’automne 1793 : son père y perdra la vie[6]. De 1793 à 1809, c’est-à-dire pour le restant de leurs jours, les époux vivront séparés ; et ne se rejoindront à Paris, chez Pierre, qu’à deux reprises, sur la fin de la vie de Louis : en 1806, à l’initiative d’un ami, Marduel ; et juste au lendemain de Noël 1808. On peut supposer qu’ils vivent l’un et l’autre aux côtés de Pierre, plutôt qu’ensemble. Cependant, que ce soit par devoir religieux ou par amour, c’est bien elle qui décide de rester, au début de l’hiver 1806, pour soigner son mari des suites de son accident. Louis, en effet, a été renversé par un cabriolet. Jeanne Marguerite reste presqu’un auprès de lui puisqu’elle ne rentre à Lyon que le 1er octobre 1807.  C’est lors de son second séjour, alors qu’elle-même sort d’une maladie qui l’a obligée à prolonger son séjour de quelques mois, que le … mai 1809, Louis meurt subitement. Les lettres de Marguerite à Louis exprimaient une grande tendresse ; elle le tutoyait, ce qui n’était pas si commun dans cette génération : « je te prie d’avoir soin de toi et de ne pas oublier tout à fait celle qui t’aimera toute sa vie et qui attend un mot de ta part. »[7] lui écrit-elle en 1805. C’est souvent dans les formules terminant les lettres qu’on trouve ces petits morceaux de tendresse : « J’aurai le plaisir de t’embrasser samedi … je souhaite de te trouver en bonne santé … je suis ta tendre amie et épouse. »[8]

Marguerite retourne alors à sa vie simple, soutenue par Marion, une bonne qui ne l’a jamais quittée. Elle habite rue des Bouchers, une rue populaire, peuplée notamment d’un certain nombre de maisons closes, derrière la place des Terreaux[9] ; elle y partage un appartement avec sa sœur, veuve. Un contraste fort ressort entre cette vie simple, et le luxe dans lequel vivent Pierre, Amélie et Louis à Paris.

Tout, décidément, séparait les époux : les croyances religieuses, les opinions politiques mais aussi les habitudes du quotidien et le rapport à l’argent : autant la première a adopté un mode de vie modeste, presque monacal, que son veuvage ne va d’ailleurs pas améliorer ; autant, à l’inverse, Louis se montre très attaché à l’argent, fait valoir ses droits, en la matière, chaque fois qu’il le peut : tout l’inverse de son épouse tournée vers des pratiques régulières et importantes de charité. Le père jouit du confort et de la vie mondaine qui règnent rue Saint Roch. Jamais, dans sa correspondance, il n’aura un mot pour donner des nouvelles de sa femme ; jamais, non plus, il ne lui écrira pour en prendre. La tâche, car cela semble en être une, revient à Pierre. Mais si les nouvelles de Marguerite parviennent jusqu’à Paris, c’est grâce à la persévérance de la mère plutôt qu’à celle du fils : 150 lettres sont restées d’elle. On sait que Pierre n’en écrivit que XXX [dzd2] grâce au journal qu’il tenait de sa correspondance journalière.

Pierre Vitet était très attaché et très fidèle à son père ; il vivait dans son ombre. Avec sa mère, il était respectueux, sans plus. Il ne se rendra dans sa ville natale que trois fois après son mariage : en 1803 avec son père et sa femme, en 1810 avec son beau-père Claude Arnaud-Tizon et, seul cette fois, en 1820 pour s’occuper de la succession de sa mère. Sa mère, de son côté, est restée presque toute sa vie à Lyon. Les voyages lui déplaisaient. Elle n’a fait que deux fois le long et pénible voyage (plusieurs jours en voiture à chevaux) jusqu’à la capitale pour se rendre auprès de sa famille après la naissance de son petit-fils Ludovic.

Pierre Vitet est un grand amateur d’art. Il assiste à tous les salons d’art de Paris et compte parmi ses amis des artistes connus à l’époque. L’un de ses meilleurs amis, Alexandre Dunouy, est peintre à la cour de Naples pendant l’Empire. Lui-même peint et consacre une grande partie de son temps libre à cette passion lorsqu’il réside, pour les vacances, dans leur campagne rouennaise. Les archives municipales de Lyon ont conservé un pastel de Louis Vitet réalisé par Pierre, ainsi qu’un paysage de l’Ile Barbe sur la Saône.

Lorsqu’il se marie, puisque c’est à cet instant que nous entrons dans l’intimité de sa vie conjugale, Pierre noue très vite des relations épistolières intenses et répétées avec sa belle-famille. Il va, pendant de longues années, écrire régulièrement et principalement à sa belle-mère Catherine Arnaud-Tizon, née Descheaux dont il était plus proche, en âge, que de son épouse puisque seulement 7 années les séparaient.  C’est grâce à cette correspondance que l’on peut, aujourd’hui, connaître de manière assez précise et sensible la vie de Pierre et d’Amélie.

Penser ici à terminer sur les liens qui unissent nos deux couples.

Je vois par exemple que dès son voyage de juillet 96 à Paris, Antoine envisage d’aller rendre visite à M. Vitet.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AN CM étude IX, Silly, notaire, contrat de mariage, 11 frimaire an X.

[2] Cf. Paul Feuga, « Les malheurs de Madame Vitet »…

[3] Chardon (pseudonyme de Maurille), Les crimes des Jacobins, 1801, p. 13, cité par Paul Feuga, « Quelques nouvelles de Louis Vitet (1736-1809), ancien Maire de Lyon », in XXX

[4] Cf. Traité de la sangsue médicinale, par Louis Vitet, ancien professeur en médecine, membre honoraie de l’Académie de Lyon, et de la société d’agriculture du département de la Seine, publié par P.J. Vitet son fils, Paris, 809, p. ij. Plus loin, il clôt l’avertissement en promettant « une notice sur la vie de mon digne et excellent père ». p. vj.

[5] Cf. Paul Feuga, « Quelques nouvelles… », op. cit. Sur cette partie de la biographie de Ballanche, voir Joseph Buche, L’école mystique de Lyon (1776-1847), Lyon, Alcan, 1935.

[6] Cf. Paul Feuga, Les malheurs de Madame Vitet…

[7] 21 août 1805…

[8] AM Lyon, 84 II 03, Lettres de Marguerite Vitet à Louis Vitet, 21 août 1805 et 4 décembre 1808.  Cité aussi par Feuga, « Les malheurs de Madame Vitet, » p. 120, mais avec une orthographe légèrement différente puisqu’en lieu et place d’amie, il a lu « aimée ». L’écriture qui n’était pas toujours lisible, explique cet écart d’interprétation.

[9] Cf. http://www.feministes.net/prostitution_lyon.pdf, p. 58. La rue des Bouchers est l’actuelle rue Hyppolite Flandrin.


[av1] Qu’est devenue la propriété achetée par Christophe Vitet, et léguée à Louis ?

[dzd2] ça me prendrait longtemps pour compter. Il écrivait assez régulièrement. J’en ai lu que 6 de ses lettres à sa mères. Les autres ne sont pas aux archives. Veux-tu que je compte le nombre de lettres qu’il a envoyé d’après son journal de correspondance ? oui, à 10% près, c’est pour avoir une idée de l’éventuel déséquilibre.  OK !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *