1793 : Roederer répond à Condorcet

Roederer, extrait de son « Troisième discours sur l’organisation sociale », lu au lycée le 10 février 1793 (l’an II de la république française). Suite des éléments physiques de la société », in Œuvres du comte P.-L. Roederer, pair de France, membre de l’Institut, etc. etc. etc., publiées par son fils le baron A. M. Roederer, ancien pair de France, tant sur les manuscrits inédits de l’auteur que sur les éditions partielles de ceux de ses ouvrages qui ont déjà été publiés avec les corrections et les changements qu’il y a faits postérieurement, Paris, Firmin Didot Frères, 1853-1859, vol. 8, p. 160 et suiv.

« Si elles se faisaient représenter dans toutes les affaires par des députés de leur sexe, il y aurait un grand nombre de cas où elles auraient un intérêt commun avec leurs maris ; et il résulterait de leur suffrage, qui très généralement serait le même que celui de leurs maris, que les hommes mariés auraient dans la société un avantage trop considérable sur ceux qui ne le seraient pas.

Si elles se faisaient représenter dans toutes les affaires par des députés de notre sexe, alors elles se réuniraient encore pour la plupart en faveur de leurs maris ; et dès lors les hommes mariés auraient l’avantage d’être élus plus probablement et en plus grand nombre que les non mariés.

Dans les affaires communes, il y aurait encore à craindre le danger des distractions ou de la séduction, effet nécessaire de cet invincible charme qui porte toujours un sexe vers l’autre, et de cette prière muette qu’ils se font sans cesse pour le plus doux, le plus intime des besoins.

Leur représentation se réduira-t-elle aux affaires où elles ont intérêt, alors elles ne pourront députer des personnes du sexe avec lequel elles seraient en guerre, ou du moins elles ne pourront en attendre une véritable protection. Si elles députent des personnes de leur sexe, alors il faudra que le nombre de ces députés soit égal à celui des hommes ; s’il était inférieur, leurs droits seraient illusoires ; s’il était supérieur, le droit des hommes serait illusoire ; mais, s’il est égal, qui départagera dans l’opposition ? qui videra la querelle ? je ne vois dans l’assemblée que des parties adverses qui sont aux prises ; je ne vois point de juges.

Ces dernières réflexions répondent à tout ce qu’on pourrait dire en faveur des femmes veuves ou des filles majeures, quand elles ne seraient pas une exception à la condition générale des femmes, et une exception trop bornée pour entrer en compte.

Ainsi, quand le perfectionnement des sociétés par la liberté ne garantirait pas les femmes de tout danger, il ne leur resterait cependant d’autre ressource que celle de se confier aux hommes comme dans l’état de nature ; de s’y confier comme leurs enfants se confient en elles ; de se reposer sur ces lois de la nature, qui ne sont pas toujours toutes puissantes au milieu du désordre de nos sociétés, mais qui le sont souvent, et ont toujours un organe dans la conscience d’un grand nombre d’hommes. J’observe, en finissant, que ma doctrine n’exclut pas les femmes de l’éligibilité à l’éducation publique ; 2° à l’administration et service des hôpitaux : ce sont là des soins essentiellement domestiques ; 3° du tribunal de famille. »

Syllabus du séminaire 2008-2009

Master 2 Recherche de Science Politique de l’Université de Lyon

Séminaire de recherche Pensée politique des rapports sociaux de sexe

Anne VERJUS

Année universitaire 2008-2009

Conjugalité, classe de sexe et individu

dans la pensée politique et sociale contemporaine

Présentation

Comment les républicains de l’ère révolutionnaire, les critiques socialistes, les législateurs de la IIIème République, les sociologues puis les politologues, lorsqu’ils observent, organisent ou critiquent la citoyenneté « ordinaire », intègrent-ils les rapports sociaux de sexe ?

Deux mouvements sont en tension depuis la Révolution ; deux paradigmes qui traversent les siècles depuis la Révolution française. D’une part, la pensée conjugaliste, c’est-à-dire une pensée de l’unité d’intérêts du couple ; du couple comme individu naturel et social élémentaire. D’autre part, la pensée sexualiste, définie ici comme la représentation de deux classes de sexes aux intérêts antagonistes. Une alternative, enfin, à cette pensée des rapports sociaux de sexe, propose de n’en tenir aucun compte : c’est la solution « individualiste ». Ces trois grands schèmes de la pensée des rapports sociaux de sexe seront abordés à travers une histoire politique de la représentation, de la critique sociale féministe et des outils scientifiques mobilisés dans l’analyse des rapports sociaux de sexe.

L’organisation du séminaire

Ce séminaire de recherche apportera les premiers éléments d’une formation à la recherche dans le cadre général d’une histoire de la pensée politique des rapports sociaux de sexe.

D’une durée de 21 heures, à raison de sept séminaires de trois heures, d’octobre à janvier, il aura lieu un vendredi sur deux de 10h à 13h en salle R 253 les 10 octobre, 24 octobre, 7 novembre, 21 novembre, 5 décembre, 19 décembre et 9 janvier.

Le séminaire, d’une durée de trois heures, est un lieu d’apprentissage de connaissances, d’outils méthodologiques mais aussi d’élaboration conceptuelle ; il se composera, à cet effet, d’une partie « cours » et d’une partie « débat » ; la lecture de textes dont la liste vous sera remise à chaque fin de séance est une des conditions du bon déroulement de ces deux parties du séminaire. Il est donc fortement recommandé de les avoir lus avant chaque séance. L’approche socio-historique de la pensée politique qui va être la nôtre nous amène à travailler avant tout sur un matériau original. La bibliographie que vous aurez à lire pour chaque séance se composera donc non seulement des références théoriques utiles à connaître, mais également de textes traités comme matériau pour la recherche.

Par ailleurs, un « carnet de recherche » servira de support pour mutualiser les échanges éventuels autour de la problématique, des aspects méthodologiques de votre recherche mais également du cours et de ses références bibliographiques.

L’évaluation

L’évaluation portera sur un travail de recherche original qui devra être rendu à la fin de la session, soit le 9 janvier. A partir d’un corpus limité à un ou deux cartons des Archives municipales de Lyon[1] ou à une poignée d’ouvrages peu connus et publiés entre 1789 et 1968, vous mènerez une enquête historique et sociologique sur les cadres de la pensée politique des rapports sociaux de sexe, dont vous rendrez compte dans un français compréhensible. Le tout, annexes non comprises, devra être contenu dans les limites de 45 000 à 70 000 signes.

Séances et bibliographie

10 octobre : présentation(s) et introduction

24 octobre : L’individu révolutionnaire : un « paterfamilias » (1780-1792)

  • Lynn Hunt, Le roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995. Lire l’introduction et le chapitre sur le père.
  • Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992. Lire l’introduction et le chapitre sur la Révolution française.
  • Michel Borgetto, « Métaphores de la famille et idéologies », Le droit non civil de la famille, Paris, PUF, 1983, pp. 1-21.
  • Pierre Murat, « La puissance paternelle et la Révolution française. Essai de régénération de l’autorité des pères », in La famille, la loi, l’Etat, de la Révolution au Code civil, Textes réunis et présentés par Irène Théry et Christian Biet, Paris, Imprimerie nationale, Centre Georges Pompidou, 1989.
  • 1761 : Jean-François Marmontel, Contes moraux, t. 2, Paris, 1826 (première édition 1761) : Le bon mari. Disponible sur Gallica.
  • 1788 : Roederer, De la députation aux Etats-Généraux, par M. Roederer, conseiller au Parlement de Metz, de la Société royale des Sciences et arts de la même ville, 8 novembre 1788. Disponible sur Gallica. Lire le premier alinéa de la SECTION V. La représentation ne suppose-t-elle pas le concours de tous ceux qui ont droit de cité, tant à l’élection qu’à l’éligibilité ?, intitulé : I. Des chefs de famille, des femmes, enfans et serviteurs.
  • 1788, François Joseph L’Ange et le suffrage des chefs de famille ((disponible sur Homosexus).
  • 1797-1798 : Roederer distingue l’autorité patriarchale et l’autorité paternelle (extrait des archives de Roederer, AN, disponible sur Homosexus).
  • 1798 : Nougarède et le patriarchalisme républicain (extrait des Archives de l’Institut de France, disponible sur Homosexus).

7 novembre : Femmes et citoyenneté électorale (1792-1804)

  • Dominique Godineau, « ‘Privées par notre sexe du droit honorable de donner notre suffrage…’. Le vote des femmes pendant la Révolution française », in La démocratie « à la française » ou les femmes indésirables, sous la dir. d’Eliane Viennot, Paris, Publications de l’Université Paris 7 – Denis Diderot, 1996op. cit, pp. 199-211.
  • Daniel Teysseire, « Fonctionnalisme sexuel et privatisation de la femme chez Cabanis et … quelques autres », in Les femmes et la Révolution française, Actes du colloque international, 12-13-14 avril 1989, Université de Toulouse-Le Mirail, Edition préparée par Marie-France Brive, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989, pp. 343-350.
  • Yan Thomas, « La division des sexes en droit romain », Michelle Perrot et Georges Duby (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 1, Le monde antique, sous la dir. de Pauline Schmitt-Pantel, collab. Nicole Loraux, François Lissarague, Claudine Leduc et al., Paris, Plon, 1991.
  • 1790 : Condorcet, « Sur l’admission des femmes au droit de cité », in Journal de la Société de 1789, n°5, juillet 1790 : in E. Badinter, Paroles d’Hommes (1790-1793), POL, 1989. Disponible également sur Gallica.
  • 1793 : Roederer répond à Condorcet : « Troisième discours sur l’organisation sociale, lu au lycée le 10 février 1793 (l’an II de la république française). Suite des éléments physiques de la société », in Œuvres du comte P.-L. Roederer, pair de France, membre de l’Institut, etc…., Paris, Firmin Didot Frères, 1853-1859, (disponible sur Homosexus).
  • 1793 : Guyomar, « Le partisan de l’égalité politique entre les individus ou problème très important de l’égalité en droits et de l’inégalité en fait », 1793 (disponible sur Homosexus).
  • 1796 : Citoyen, citoyenne : une « conversation » en 1796 (disponible sur Homosexus).

21 novembre : La conjugalité des lois civiles et politiques (1804-1830)

  • Francis Ronsin, Le contrat sentimental. Débats sur le mariage, le divorce de l’Ancien Régime à la Restauration, Paris, Aubier, 1990
  • Louis Dumont, « La valeur chez les modernes et chez les autres », in Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Le Seuil, 1983.
  • Paul Hoffmann, La femme dans la pensée des Lumières, Genève, Slatkine, 1995 : « Le couple, fait normatif », pp. 256-261 ; et chapitre 2, pp. 262-286.
  • Le citoyen père de famille selon F. de Neufchâteau en 1799, circulaire du ministre de l’intérieur (disponible sur Homosexus)
  • 1799 : Discours prononcé au Temple de la piété filiale, à la Fête des Epoux, le 10 floréal an 7, par le citoyen Chapuis, Commissaire du Directoire Exécutif près l’Administration Municipale du douzième Arrondissement, disponible sur Gallica.
  • 1804, Portalis, Discours préliminaire au premier projet de Code civil, préf. de Michel Massenet, Bordeaux, Éd. Confluences, 1999, 77 p.

5 décembre : Couples et classes de sexe (et individu ?) dans la pensée féministe (1830-1880)

  • Devance L., La question de la famille — origines, évolution, devenir — dans la pensée socialiste en France de Fourier à Proudhon. Essai de contribution à l’histoire des idées morales et de l’anthropologie dans les deux premiers tiers du XIXème siècle, thèse de 3ème cycle, Université de Dijon, 1973, ex. dactylo. Des extraits de cette thèse consultable uniquement sur place sont disponibles sur Homosexus.
  • Michèle Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848, Paris, Albin Michel, 1994.
  • 1850, Luc Desages, « Le droit des femmes », in Revue sociale ou solution pacifique du problème du prolétariat, publiée par Jules Leroux et al., février 1850. (disponible sur Homosexus).
  • 1839, Ernest Legouvé, « Femmes », in Encyclopédie nouvelle, Dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel, …, sous la dir. de MM. P. Leroux et J. Reynaud, Paris, 1839. (Des extraits sont disponibles sur Homosexus).

19 décembre : Le vote des femmes, des citoyennes ou des épouses ? (1880-1944)

  • Laurence Klejman et Florence ROCHEFORT, 1989, L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses FNSP/des femmes.
  • Claudia Koonz, Les mères-patrie du IIIème Reich. Les femmes et le nazisme, Paris, Lieu Commun/histoire, 1989. Le chapitre II.
  • Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Ed. du Seuil, 1996. Le chapitre 5.
  • 1919, René Viviani, « Discours à la Chambre des députés du 20 mai 1919 », disponible sur Homosexus.
  • 1879, Hubertine Auclert, « discours prononcé au Congrès ouvrier socialiste de Marseille », disponible sur homosexus.

9 janvier : L’analyse politologique du vote des époux (1944-2008)

  • Anne Muxel, Toi, moi et la politique. Amour et convictions, Paris, Le Seuil, 2008.
  • Bruno Denoyelle, “Des corps en élections. Au rebours des universaux de la citoyenneté : les premiers votes des femmes (1945-1946)”, in Genèses, no 31, juin 1998, pp. 76-98.
  • 1955, Maurice Duverger, La participation des femmes à la vie politique, 1955.
  • 1955, Jacques Narbonne et Mattéi Dogan, Les Françaises face à la politique, 1955.
  • 1965, Andrée Michel, « Les femmes et la politiques » in Les Temps modernes, n°230, juillet 1965.

Pierre Guyomar : « Ridicule citoyenne ! »

« Le partisan de l’égalité politique entre les individus ou problème très important de l’égalité en droits et de l’inégalité en fait », 1793

« Je ne conçois pas comment une différence sexuelle en mettrait une dans l’égalité des droits. Quoi ! ce serait là la ligne de démarcation tracée par la nature entre la partie souveraine et la partie sujette dans l’espèce humaine. En ce cas-là, les femmes naissent et demeurent esclaves, et inégales en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune des hommes. (…)

De deux choses l’une, ou la nation est composée d’hommes et de femmes, ou elle ne l’est que d’hommes. Dans le premier cas, les hommes forment un corps, contre l’esprit de l’article [Deux] ; dans le second cas, les femmes sont les ilotes de la République. Choisissez : de bonne foi, la différence des sexes est-elle un titre mieux fondé que la couleur des nègres à l’esclavage ? (…)

Où est donc l’obligation de la femme d’obéir à des lois auxquelles elle ne concourt ni directement ni indirectement ? (…)

Je soutiens que la moitié des individus d’une société n’a pas le droit de priver l’autre moitié du droit imprescriptible d’émettre son voeu. Affranchissons-nous plutôt du préjugé de sexe, comme nous nous sommes dégagés du préjugé de la couleur des nègres. (…)

Tous les jours, j’entends dire : la France a 25 millions d’habitants ; alors on comprend les femmes. S’agit-il de calculer le nombre des membres du souverain : sans façon on fait la soustraction de la moitié de la population. De quel droit, de quelle autorité s’il vous plaît ? (…)

On me dira, sans doute, que la Constitution a aboli la féodalité. Moi, je soutiens qu’elle en conserva la plus forte racine par la succession des seuls mâles au ci-devant trône constitutionnel de France. (…)

L’homme et la femme sont également habiles à régner, et à se faire détester : mais l’un et l’autre sont susceptibles de la vertu ainsi que du vice. Les mêmes talents se développent dans chaque individu, par le moyen d’une bonne éducation. (…)

Cette liberté, cette égalité appartiennent également à l’homme et à la femme, ou bien l’immortelle Déclaration des Droits contient une mortelle exclusion. (…)

Je pense donc que la déclaration des Droits est commune à l’homme et à la femme. Je ne vois pas quel titre à la souveraineté pourrait réclamer l’un, qui ne serait aussitôt revendiqué par l’autre. (…)

…il y a plus de différence d’homme à homme, qu’il n’y en a de tel homme à telle femme. (…)

Admettrons-nous, rejetterons-nous de notre pacte social les femmes ? (…)

Quoi ! le Français esclave dit : Les femmes sont indignes de monter sur le trône [référence à la loi salique]. Le Français libre dira-t-il aussi : les femmes sont indignes de jouir de l’égalité des droits politiques. N’est-ce pas, sous deux gouvernements très différents, tenir le même langage ? (…)

Quoi ! à la naissance de l’égalité,

on proclamerait aussi l’esclavage de la moitié du genre humain dont nous avons le projet de faire le bonheur. L’époque du nouvel ordre de choses laissera les femmes dans l’ancien, et elles dateront de ce jour leur nom d’ilotes de la Républiques ; elles seront des servantes non gagées, placées dans le même rang que nos constituants assignèrent aux serviteurs à gages. En effet, elles n’ont point de cité ; si elles n’ont pas droit de voter dans les assemblées primaires, elles ne sont pas membres du souverain. Ce sont deux vains mots pour elles. J’observe, en passant, que le nom de citoyenne est plus que ridicule, et doit être retranché de notre langage.

Il faudra désormais les appeler femmes ou filles de citoyen, jamais citoyennes. Ou retranchez le mot, ou accordez la chose. (…)

Mais je dois déclarer que le droit de cité est pleinement acquis par la seule votation et délibération dans les assemblées primaires.

Je dirai même que ce droit est le seul que les femmes puissent exercer, à en juger pas les moeurs européennes. Un usage que j’invoque, parce qu’il est fondé sur la nature et nos moeurs ; cet usage établit un partage d’occupations entre les individus. La femme est chargée de nourrir, d’élever les enfants en bas âge ; elle s’occupe des affaires du dedans, tandis que l’homme fait les affaires du dehors. Le genre de vie des femmes mariées ou non, est et doit être sédentaire parmi nous ; celui des hommes est plus actif. Sans inconvénient.

Un jour viendra peut-être où le règne des moeurs permettra aux individus des deux sexes de circuler avec la même sécurité. (…) Mais la vie sédentaire ne l’est pas au point qu’elle entraîne l’exclusion des assemblées primaires. (…)

On me fera sans doute le reproche de composer moi-même avec les principes, et de proposer une exclusion tout en m’opposant aux exclusions. Voici ma réponse. Les femmes élisantes ont incontestablement le droit d’être élues. Je dois distinguer ici et la rigueur du droit et les convenances tirées de nos moeurs. La compatibilité est seulement présumée et non réelle. (…)

Je ne vois même aucun inconvénient à l’admission de certaines places locales, qui n’exigeraient aucun déplacement. (…)

… aujourd’hui, il ne doit y avoir entre les hommes des deux sexes d’autre distinction que la vertu et le vice. J’ajoute que les droits et les devoirs de la nature sont d’un ordre supérieur à toutes les institutions antiques ou nouvelles. (…)

Apôtres de l’égalité, traitons les femmes égales, et marchons de front dans la carrière politique. »

François Joseph L’Ange et le suffrage des chefs de famille


A la suite de la publication du règlement du 24 janvier 1789 pour la convocation des Etats généraux, cet ancien peintre sur soie publie une brochure intitulée : Notions problématiques sur les Etats généraux, suivies d’un plan de leur vraie constitution, présentées à la députation de Lyon, par un vieux Germain ; brochure qui a été précédée d’une Proposition réglant au premier degré la Constitution des Etats généraux par les citoyens groupés, sans distinctions corporatives, en Centuries élisant chacune un centenier, proposée selon l’auteur lui-même le 22 octobre et le 1er novembre 1788. Cette pièce a été perdue, mais elle est reproduite dans le Plan de Constitution… sous la forme de l’art. II. Selon Paul Leutrat, qui a établi l’édition critique, L’Ange est rousseauiste (p. 29). Il est pour le vote par tête, contre le vote par ordre ; mais, très méfiant à l’égard de tout mandataire, il précise que les représentants ne peuvent être les représentés, que les députés des Etats généraux ne peuvent être ces mêmes Etats ; d’où son système de vote par centurie, où tout le monde se connaît : cinquante centeniers élus tiennent un Congrès ; six Congrès élisent 36 membres auxquels se joignent 36 autres membres de la noblesse et du clergé choisis par les deux ordres dans des Assemblées dont le nombre sera égal à celui des Congrès. Ces 72 délégués forment un Conseil des Etats qui votera par tête pour élire un député ; il y aura 1 200 députés répartis en cent divisions, qui seront mélangées les unes aux autres par moitié. Ainsi seront constitués les Etats généraux qui se réuniront tous les 25 ans, à partir de 1800. Le Tiers vote en trois degrés : centurie, Congrès et Conseil des Etats. Le peuple, lorsqu’il se réunit (devant l’église), sera voilé, afin d’éviter toute pression et d’introduire entre tous une parfaite égalité provisoire. Les femmes veuves ou âgées de plus de 25 ans et qui “n’auront point de représentant naturel” peuvent voter par correspondance ; quant aux célibataires, ils ne sont pas éligibles et sont seulement susceptibles d’être choisis comme lieutenants par les centeniers élus.

Voici quelques extraits concernant l’absence des femmes :

“La raison générale a reconnu que la nation a toujours le droit de tenir ses Etats généraux comme et quand il lui plaît. Elle a reconnu qu’il n’est personne qui n’ait son plus grand intérêt, toute son existence civile, dans la chose publique, et qui, par conséquent, ne doive avoir une influence directe dans l’Assemblée nationale. Cependant la faiblesse, les devoirs maternels et domestiques, les infirmités et l’ignorance nécessitent les mineurs, les femmes, les infirmes et les simples à confondre leurs intérêts avec ceux des chefs de famille, leurs représentants naturels. Mais ces chefs de famille, par leurs professions, leurs charges, leur nombre, sont eux-mêmes, pour la plupart, dans la nécessité, dans la fatalité de se faire représenter aussi. Or, comme il vaudrait pourtant mieux tout quitter pour la chose publique que de la confier à des représentants suspects, la prudence et point d’autre loi, la prudence seule leur commande de choisir et de députer ceux d’entre eux que la pluralité des voix désigne comme les plus capables et les plus dignes de cet honneur ; et c’est encore la même fatalité qui les oblige à statuer par députation et qui restreint le nombre de leurs députés dans les bornes de leur confiance. La confiance du commun des hommes en leurs pareils ne s’étend pas au-delà d’un cercle de cent personnes ; cela est vrai ; mais l’espèce humaine n’est peut-être pas encore assez corrompue en France, ni la multitude assez misérable, pour que sur cent hommes on ne puisse pas en trouver un qui, par sa conduite et ses moeurs, n’ait fait preuve de bon sens et de probité, seules qualités essentielles que la saine politique exige de ceux qui seront choisis, pour concourir au bonheur du peuple français.”

ARTICLE II de son Plan de Constitution des Etats généraux :

“Le lendemain de ces instructions pastorales et solennelles, à commencer par les paroisses et les domiciliés les plus éloignés de la capitale du royaume, les marguilliers, par ordre du souverain, convoqueront nominativement, sans exception et sans aucune distinction personnelle, cent chefs de famille ou hommes mariés qui s’avoisinent de plus près, et tous les célibataires passé l’âge de vingt-cinq ans, qui demeurent avec eux, ou le plus près d’eux, afin qu’à l’heure donnée, ils s’assemblent dans leur paroisse, comme dans la vallée de Josaphat et que là chacun, en pleine liberté, fasse connaître celui des cent chefs de famille en qui il a le plus confiance.

Celui des cent qui réunit le plus de suffrages sera proclamé centenier, ayant la prérogative de présider et de représenter toute la centurie, et de suite il nommera un lieutenant de son choix parmi les voisins, soit marié, soit célibataire, ce qui fera la première preuve de son mérite.

Aussitôt que chacune des centuries, aux frontières du royaume, aura proclamé son centenier, toutes les centuries qui en sont les plus voisines en feront de même, et ainsi de suite immédiatement depuis les frontières jusqu’au centre de la capitale.

Toutes les centuries doivent être complètes en nombre d’hommes mariés, et s’il se trouve des mariés surnuméraires à la dernière d’une paroisse, fussent-ils de 99, ils se réuniront à leurs plus proches voisins de la paroisse voisine, amenant avec eux les célibataires qui leur seront annexés par le voisinage, et formeront dans celle-ci une de ses premières centuries. Mais s’il se trouve des mariés surnuméraires à la dernière centurie de la capitale, ils obtiendront pour celle-ci le privilège de nommer deux présidents, s’ils passent de vingt-cinq le nombre de cent, non compris les célibataires.”

Commentaire de L’Ange :

“Le nombre des centuries peut monter à trente mille, car en les multipliant par cent, on aura trois millions de citoyens mariés et si l’on ajoute à ce nombre trois millions, tant célibataires mâles que vieillards, et de plus six millions d’enfants mâles, on aura la moitié virile de la population qu’on suppose de douze millions ; en l’ajoutant à l’autre moitié dont elle est inséparable, on retrouve le total de 24 millions. Donc un père ou chef de famille, vu généralement, paraît représenter sept individus en outre de lui-même ; mais une centurie, en cette hypothèse, est exactement la trente millième portion collective de 24 millions de volontés, et tout centenier élu a la prérogative d’en représenter 800.”

ARTICLE III

“L’élection des centeniers ne se fera ni à haute voix ni par scrutin ; la centurie pouvant être composée de gens de toutes conditions, il faudra qu’ils en cachent l’inégalité, qu’ils les enveloppent comme nos pénitents, sous un voile uniforme, sous lequel le maître ne puisse se distinguer du valet, ni le père de son fils. C’est aux portes de l’église paroissiale où chacun trouvera et mettra cet uniforme de l’égalité chrétienne et philosophique, propre à le soustraire à toute espèce d’asservissement et de gêne de son choix. C’est aussi là que chacun s’inscrira lui-même (ou par un officier public s’il ne sait pas écrire), dans un registre légalisé.

Quand, sous ce masque de l’âge d’or, toute la centurie appelée sera prête à manifester ses suffrages, le curé déclarera le nombre et les noms des absents, des veuves et des filles âgées de plus de vingt-cinq ans qui n’auront point de représentant naturel dans l’Assemblée présente ; il aura eu soin d’envoyer à temps, à toutes ces personnes absentes, des billets parfaitement semblables, un à chacune, ces billets seront renvoyés cachetés et ne contiendront qu’un seul nom ; ceux qui manqueront à l’heure fixée ne seront plus reçus, et s’il y en a plus qu’on n’a dû en attendre, on en prendra au hasard, et l’on brûlera sur le champ tous ceux qu’il y aura d’excédents au nombre déclaré ; cette vérification faite, les billets seront remis dans leur boîte, posée sur l’autel, et resteront encore cachetés et renfermés.

Il y aura sur l’autel une table noire verticale, sur laquelle seront écrits, suivant l’ordre alphabétique, en gros caractère blanc, les noms simples et sans marque distinctive des cent hommes mariés seulement ; on aura tracé une ligne d’attente à côté du nom de chacun. Toute l’Assemblée s’étant rangée en ligne de hasard et observant la plus grande décence, chacun, à son tour, montera à l’autel, et d’un simple trait de craie, il marquera son suffrage sur la ligne d’attente et celui qu’il en juge le plus digne ; si quelqu’un ne sait pas lire, il priera le curé, à haute voix, de lui montrer le nom qu’il cherche, et le curé présent, en silence, le lui montrera. Pour obvier à tout embarras et à toute fraude dans le choix et pour satisfaire en même temps à la justice et à l’amitié lorsqu’elles ne s’accordent pas, chacun sera tenu de faire sa croix à côté de deux noms et aura la liberté d’en marquer trois. A la fin, quand toute l’Assemblée aura passé, le curé rouvrira la boîte aux billets, les en tirera, les décachètera l’un après l’autre, et marquera d’une croix, sur le tableau, le nom écrit sur le billet. La dernière croix mise, on les comptera toutes et celui qui s’en trouvera le plus grand nombre sera généralement reconnu pour le chef de toute la centurie ; si plusieurs étaient marqués un même nombre de fois, ceux-ci y tireraient au sort pour en décider.”

Commentaire de L’Ange :

“(…) Remarquez encore que ce serait un phénomène étonnant si celui-là [l’élu] n’était pas un des plus grands propriétaires du canton et s’il ne réunissait pas à la fortune les qualités de coeur et d’esprit qui constituent l’homme par excellence ; que ce serait un phénomène plus grand encore si les suffrages s’accumulaient en prépondérance sur la tête d’un homme qui s’isole ou d’un mari dont les intérêts tiennent, soit à ceux d’un privilégié, soit aux emplois des publicains [ie. les fermiers généraux], que par conséquent il ne serait pas moins inutile d’offenser cette classe d’hommes, ainsi stipendiés, par une exclusion positive du rang des éligibles, qu’injuste de les confondre avec les proscrits de la nation, en les excluant du rang des électeurs. Il est incontestable, on l’a déjà dit, que tout Français, tout homme à qui les lois assurent une existence civile, a le droit de prendre place dans ce rang commun ; tout règlement qui prescrirait d’autres conditions que celle-ci pour être électeur, et la condition du mariage pour être éligible, serait contradictoire à la liberté de l’élection et pourrait donner sujet à des difficultés interminables.

La saine politique, qui gémit sur le célibat, ne demandera pas pourquoi le mariage serait une condition nécessaire pour être éligible. Elle sait que c’est le mariage seul qui peut accomplir le citoyen, purifier les moeurs et lier les générations futures à la génération présente. Le mariage est la plus grande preuve de sociabilité ; celui qui se dévoue à ses lois, s’il est fidèle, ne peut être que vertueux et doué de ce bon esprit qui doit régner dans les Etats généraux. Il est vrai que, si les Etats généraux se tenaient périodiquement, il deviendrait bientôt superflu aussi d’imposer cette condition salutaire expressément, par la raison que les sophismes de la corruption ne décevant plus personne et les abus devenant éphémères, chacun alors conviendrait que le célibat, toujours stérile quand il n’enfante point de vice, n’offre que des sujets qui, renonçant au mariage, renoncent à la patrie. Il est possible pourtant, surtout dans nos moeurs corrompues, que ce renoncement même soit une vertu qui mette le célibataire en parallèle avec les plus grands législateurs. Aussi, est-ce en considération de semblables célibataires que l’article deux établit la nomination d’un lieutenant ; c’est par cette voie que tout célibataire, acquérant le juste titre de citoyen privilégié, peut parvenir au haut grade de député.”

L’ARTICLE IV porte sur l’ajournement de l’Assemblée afin de “tenir état sur tout ce qui peut concerner les cent familles et les personnes isolées qui composent la centurie et lorsque tous les besoins seront bien connus, tous les intérêts bien conciliés”, le centenier ou son lieutenant ira rejoindre les cinquante centeniers les plus proches et marcheront vers la capitale. Au lieu de la cinquantième centurie, les centeniers tiendront les Etats de leurs commettants dans un Congrès.

Commentaire de L’Ange :

“Il sera facile à ces cinquante sages de tomber d’accord sur les véritables intérêts respectifs des centuries dans lesquelles chacun aura su concilier les esprits différents de plus de cent familles et l’on verra peu de différence entre le résultat de leur conseil et les résultats de tous les conseils semblables. Du moins il n’y a point de raison d’en présumer : d’où naîtrait-elle ? Certes, ce n’est pas la nature, ni la raison, ni la saine politique qui trouveront la moindre difficulté dans la division de la monarchie en familles, sans égard à leur dépendance mutuelle, c’est au contraire cette division même qui ne permettra pas qu’aucun intérêt personnel porte obstacle à leur réunion, à leur accord, qui sera d’autant plus parfaite que la base en est égale et commune.

Il en est de l’ordre politique comme de l’ordre de nature : les intérêts de toutes les parties d’un même corps sont identiques ; c’est bien par la volonté du chef que les membres se meuvent ; mais c’est par les intérêts des membres que la volonté se motive. Ainsi, quand une famille met toute sa confiance en son chef, elle suit la loi de la nature et de la raison et ne saurait mieux faire. Mais les intérêts d’une famille ne peuvent être solidement établis que lorsqu’ils sont en équilibre avec ceux de toutes les autres familles ; il importe donc à tous les chefs également de porter, de bonne foi, toutes leurs prétentions dans la balance de la justice ; et puisqu’en effet c’est à ce dessein qu’ils s’assemblent, qu’est-ce qu’il faut à la droiture de leurs intentions pour discerner les voeux justes des voeux injustes. Il faut une méthode publique qui soit évidemment d’une convenance générale, telle que la délibération par centurie, où les votants sont tous voisins, de toutes conditions et se connaissent bien, où, le nombre n’excédant point l’attention commune, personne ne peut avoir de la peine à se faire entendre de tous, où, par toutes ces raisons, personne n’oserait tenir un autre langage que celui de sa conscience.”

Les Articles V et VI organisent les Etats de la noblesse et du clergé, qui seront tenus en particulier (appelés non pas congrès, mais Etats ou Assemblées) ; toutes les Assemblées et les Congrès se combinent par arrondissement, dans la proportion d’une moitié pour les Congrès, et dans l’autre moitié “les Assemblées du clergé et de la noblesse seront en proportion naturelle” : si dans un arrondissement il y a 6 Congrès, et si le nombre d’ecclésiastiques est inférieur d’un tiers à celui des nobles, il y aura quatre Assemblées de la noblesse et deux du clergé. Pour obtenir une Assemblée, on additionne l’ensemble des privilégiés et on les divise par le nombre de Congrès ; c’est “chaque unité du quotient qui tiendra Etat”. L’Article VII organise l’élection des députés : chacun des Etats élit six de ses membres pour former une députation qui sera composée de 12 ecclésiastiques, de 24 privilégiés et de 36 centeniers : soit 72 députés.

“Leur objet sera de concilier les Assemblées avec les Congrès, de réunir en un seul les douze résultats de leurs délibérations, de faire à leurs commettants le rapport ou de leur succès ou de leurs difficultés, et de le communiquer à toutes les députations conciliatrices par une correspondance réglée et circulaire”. Ces députations seront nommées Conseils des Etats ; en leur sein, les 36 députés des Congrès élisent un président parmi eux et prennent leur place à sa gauche ; ceux des Assemblées élisent eux aussi un président mais parmi les ecclésiastiques seulement ; ils prennent place à sa droite ; entre les deux présidents, un représentant du prince n’ayant pas voix délibératrice, mais qui sera “le médiateur dans les choses des opinions”.

Commentaire de L’Ange :

“On trouvera bizarre que 30 000 familles aient 36 chefs, on aura trouvé très inexact le calcul de 3 millions de pères de familles et trois millions, tant célibataires qu’invalides et vieillards ; on voudra donc bien apercevoir maintenant que les célibataires tonsurés et les [ou plutôt des ?] familles nobles en ont été soustraits et qu’ici on les rapporte en addition, parce qu’il n’est point d’ecclésiastique, ni de famille noble, fût-elle ancienne comme Israël, qui ne tienne à la roture par son origine, ou qui n’y soit prodigieusement entée.

L’Article VIII règle la délibération des Etats : trois jours pour délibérer sur les propositions qui seront faites, 8 jours pour que chacun écrive sans le signer son avis sur celles-ci ; on les partage entre d’accord et pas d’accord ; on choisit ensuite les députés, qui font l’analyse de ces avis contradictoires ; on aura ainsi 1200 mémoires ; ensuite (article IX), dans chacun des cent arrondissements, le Conseil des Etats réduit par deux le nombre des députations qui le composent (par le sort), et prend le nom de comité. Dans chacun des 100 arrondissements, il y aura donc six comités, composés chacun de six députés d’une même assemblée et de six députés d’un même congrès (12 x 6 = 72). Ces 12 (sic) membres du Conseil des Etats (il y a donc 2 députés par comité, et non pas 2 x 6) discuteront les deux mémoires qui seront soumis à leur arbitrage. Donc 12 mémoires par arrondissement : ils seront réduits à 6 et par 6 comités, ensuite à 3 par 3 comités… enfin à un par les douze députations assemblées.

En 1790, il publie Plaintes et Représentations d’un Citoyen décrété Passif aux Citoyens décrétés Actifs par M. L’Ange (Lyon, 30 p.) qui fait suite à l’élaboration de la Constitution par l’Assemblée nationale dont les premiers articles sont connus depuis la fin de l’année 1789. Voici l’attaque que L’Ange lance contre ce système, après avoir rappelé les principes qui fondent la DDH :

“Enfin, quand ils [les représentants du peuple français] reconnurent et déclarèrent que le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation, et que nul corps, nul individu, ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément, on ne doit pas s’attendre qu’ils tourneraient leur activité contre eux-mêmes, que retranchant une grande masse du souverain, divisant la nation, ils se réduiraient à n’en représenter que la moindre partie, que le pouvoir qui leur était confié leur servirait à ôter à leurs commettants le droit de le commettre et à les transformer en esclaves ou citoyens passifs ce qui est la même chose.

N’est-ce donc pas assez de restreindre la souveraineté de la nation au simple vote pour ses représentants ? Fallait-il encore nous faire l’outrage de nous exclure des Assemblées primaires, sous prétexte de notre laborieuse pauvreté dans laquelle vous puisez vos richesses ? Si par pauvreté notre entendement reste inculte au point qu’on nous croit incapables de délibérer nous-mêmes sur ce qui nous convient, si par la nature de nos besoins nous sommes dans l’impossibilité de vaquer à la chose publique dans laquelle nous sommes les plus intéressés, vu que nous y mettons nos facultés personnelles, le droit de se faire représenter est notre unique ressource, l’unique garantie de nos intérêts ; et c’est de ce droit-là qu’une politique perfide et cruelle a suggéré à nos députés de nous frustrer.”

…le décret qui nous exclut des assemblées primaires, qui nous sépare de vous [il s’adresse aux citoyens actifs] et nous frappe d’une mort civile, est un véritable fratricide qui ne peut rester impuni. (…) …c’est vous qui nous avez à tort expulsés de la société ; c’est vous qui nous avez rayés du contrat social ; vous nous avez empêché, tyranniquement défendu d’y délibérer ; même vous avez trop méprisé ou trop craint une ratification libre de notre part ; c’est vous-mêmes qui nous avez remis dans l’état de nature, qui nous avez dégagés de la convention qui nous liait à vous ; et vous croyez avoir le droit de punir en nous le droit de ne pas vouloir que vous nous donniez des lois, comme vous donnez la bride à vos chevaux.”

Renversez donc cet or, cet argent, ces boulevards puérils qu’une politique fausse et mercantile élève pour aliéner l’homme à l’homme. Dessillez les yeux aux riches sur l’absurdité d’acheter un devoir inhérent au droit qui leur est inné, qui est leur caractère et sans lequel ils ne seraient pas sociables, ils ne seraient pas hommes. Découvrez à leurs yeux la lourde erreur de statuer une société politique comme une société de commerce.”

En janvier 1791, L’Ange est élu assesseur juge de paix du district de Lyon (ce qui suppose qu’il payait une contribution au moins égale à 10 journées de travail). Le 23 janvier 1792, il sera élu juge de paix. En cette année 1791, il publie Du Citoyen, du Monarque et du Titre II de la Constitution (Lyon, 24 p.) après le vote définitif de cette Constitution le 3 septembre. Celle-ci prévoit quatre catégories de citoyens : les passifs, exclus du droit de vote (3 millions) ; les actifs, qui pour pouvoir voter doivent payer une contribution égale à la valeur de trois journées de travail (4 millions) ; les citoyens actifs choisissent les électeurs qui, à l’échelon départemental, élisent les députés ; ces électeurs doivent payer une contribution de 10 journées de travail ; les députés doivent payer une contribution égale à un marc d’argent, soit une cinquantaine de livres. Dans la version définitive de la Constitution, révisée le 27 août (après les événements du Champ de Mars du 17 juillet 1791), le marc d’argent a été supprimé, n’importe quel citoyen actif pourra donc être élu député, mais le cens électoral a été augmenté (il atteindra entre 12 et 25 livres selon les régions).

De décembre 1791 à décembre 1792, il est élu à la mairie auprès du maire Vitet. La municipalité est alors de majorité “rolandine”.

Le 30 août 1792, alors que se déroulent les élections à la Convention, il écrit son Adresse à mille Français de Lyon (Lyon, 7 p., daté du 30 août 1792) ; selon P. Leutrat, c’est une “profession de foi républicaine enflammée mais qui se refuse au coup de force et attend tout du vote populaire”. L’auteur y proclame que tous les Français sont souverains, mais il fait toujours une réserve en ce qui concerne les femmes :

“Un corps politique est un souverain sur la terre car le souverain naturel et légitime est collectif essentiellement.

Ainsi, le peuple français tout entier, et sans aucune distinction d’individus, n’est qu’un seul souverain et il ne peut y en avoir d’autre en France. Ainsi, quiconque est du peuple français est du souverain de France. Oui, les femmes, les enfants, les enfants dans le ventre de leurs mères demeurant en France, sont de notre souverain.

Ainsi, nous convenons que tous les individus sont du souverain, et que nous tous ensemble sommes le souverain, c’est-à-dire que personne ne l’est isolément, que personne n’est souverain seul, que personne ne l’est ni plus ni moins qu’aucun de nous tous ; nous sommes donc, tout à la fois, enfants, adultes et vieillards de deux sexes.

Mais la nature et la raison nous obligent de convenir que notre souveraine puissance consiste principalement dans ceux d’entre nous qui sont dans l’âge viril, que notre puissance souveraine ne peut être mue et dirigée que par notre souveraine volonté, que notre volonté souveraine ne peut être présumée exister que dans ceux d’entre nous qui sont dans l’âge de la raison, que, par l’effet du mariage et conformément au voeu de la nature, la femme s’identifie avec l’homme, plus propre aux fonctions publiques, que tout homme a le droit de contribuer à former notre volonté souveraine en exprimant sa volonté particulière, mais qu’il ne le peut que dans la section de son domicile. C’est-à-dire que la nature et la raison nous obligent de convenir que, sur 27 millions d’individus, nous sommes tout au plus 5 millions de votants ou de citoyens ; ce qui est la même chose.”

En mars 1793, il est l’objet d’une plainte de la part de Hidins, frère naturel du maire Bertrand et qui joua un rôle important à Lyon durant la Révolution ; il est accusé d’avoir élargi [libéré] sous caution un affidé des émigrés. Lambert, n’est pas un émigré, mais un ancien contrôleur général des finances ; il avait été interrogé par L’Ange, puis arrêté et emprisonné ; ceci avait été la cause de troubles provoqués par la section bourgeoise Port-du-Temple, et de la plainte de Hidins. Il semble que L’Ange devra sa perte au fait qu’il ait alors conservé ses fonctions durant le siège. Il est arrêté et passe devant la Commission de Justice populaire le 14 novembre 1793. Il est exécuté le lendemain.

Selon Paul Leutrat, c’est à partir de son exécution que “l’on [la Commission temporaire de Surveillance républicaine] commence, sinon à appliquer ses théories, du moins à lutter contre les trop grandes inégalités sociales”. “C’est chez Fourier que l’on retrouve la théorie de L’Ange, développée et précisée.”

Celui-ci a longtemps vécu à Lyon, à partir de 1791 (il a alors 19 ans) et surtout de 1793 ; sous l’Empire, il collabore à divers journaux ; et en 1804, il écrit dans Le Bulletin de Lyon, un article intitulé “Harmonie universelle” ; en 1808, il écrit sa Théorie des quatre mouvements et des destinées générales. Michelet établit lui aussi le lien entre Fourier et L’Ange : c’est à Lyon, dit-il, que “parurent les premiers socialistes L’Ange et son successeur Fourier. P.M. Gonon, qui a analysé dans sa Bibliographie historique de la ville de Lyon pendant la Révolution une brochure de L’Ange intitulée Remède à tout ou Constitution invulnérable de félicité publique (1793), pense que la théorie qu’il y présente “n’est autre que celle de Fourier publiée à Lyon, 15 ans plus tard, sous le titre Théorie des quatre Mouvements et des Destinées générales”. Toujours selon Gonon, “il est plus que probable que l’ouvrage de L’Ange parvint à la connaissance de Fourier pendant son long séjour à Lyon, car ses granges et phalanstères sont déjà proposés par son prédécesseur dans sa division et réunion par cent familles ou centuries.”

Cela dit, confie P. Leutrat, “on ignore si Fourier a eu connaissance des idées de L’Ange.”

Ernest Legouvé, Femmes, 1843

Discussion entre trois amis : l’un est comte (28 ans), élégant, légèreté naturelle dans les manières ; l’autre, “plus grave, plus sérieux, cachait sous des dehors presque sévères un coeur et surtout un esprit ardent jusqu’à la passion”, surnommé le “réformateur” (et que l’hôte, au fil de la conversation, traite de “matérialiste” ; il est saint-simonien et fouriériste) ; le troisième, l’hôte, avait “l’expression sereine et résolue de l’homme qui, tenant enfin le principe de sa vie, sait ce qu’il veut, aime ce qu’il doit, et aspire au bien avec la chaleur du jeune homme, et avec la patience de l’homme fait”. L’hôte fait visiter un pavillon dans lequel tous les livres sont consacrés aux femmes ; visite qui engendre une discussion sur les femmes. L’hôte est celui qui mène les entretiens, qui parle le plus et dont les deux autres ne sont que des contradicteurs épisodiques. Voici ce qu’il dit :

Contrairement au fils, qui quitte la maison et devient bientôt un étranger, “une fille, au contraire, est à vous, et n’est qu’à vous. Toujours à côté de sa mère, qui la défend aujourd’hui, et que plus tard, jeune fille, elle défendra peut-être par sa seule présence contre bien des orages intérieurs, la voilà devenue la divinité tutélaire de cette maison, où elle perpétue l’image de la jeunesse et de la grâce” (214)

Au comte qui s’étonne que l’hôte éduque sa fille, lui enseigne l’astronomie, le latin…, qui craint que cela ne gâte sa nature de femme, et invoque les différences entre l’homme et la femme pour justifier les différences dans l’éducation à leur dispenser, ce dernier répond :

“Je crois comme vous que la loi de la différence est le fondement même de la création, et, comme nous le dirons plus tard, la base de tout perfectionnement futur ; mais cette belle loi n’éclatera jamais mieux dans toute sa grandeur que par une forte éducation donnée aux femmes. De même que des plantes différentes tirent de la même terre des sucs différents, de même que deux êtres ne s’assimilent pas dans les mêmes aliments, les mêmes substances, mais semblent prendre seulement celles qui conviennent à leur nature particulière ; de même la femme et l’homme ne profiteront pas de la même manière d’une leçon dont ils profiteront tous deux. Enseignez sans crainte l’histoire et les sciences à la jeune fille comme au jeune homme, elle n’y apprendra pas la même chose ; ce qui chez l’un se convertira en raison et en force, nourrira chez l’autre le sentiment et la finesse ; et ainsi la diversité de leurs deux natures se montrant à la fois de plus en plus, et par le contraste de leurs facultés d’assimilation, et par le développement plus large de leurs qualités individuelles, on peut dire que les femmes seront d’autant plus femmes qu’elles seront plus fortement élevées.” (211)

Au comte qui craint que “savante rime à pédante”, l’hôte répond : “leur grandeur, comme leur émancipation, n’est, je le crois, que dans leur titre d’épouses et de mères ; or, pour qu’ils soient remplis dignement, et pour dignement remplir la vie d’une femme, il faut que ces rôles soient élevés par les lois à la hauteur qui leur appartient, mais que les femmes soient élevées par l’éducation à la hauteur de ces rôles. Refaire la position des femmes sans refaire d’abord leur être moral et intellectuel, ce serait bâtir un édifice qui s’écroulerait de lui-même. Car être épouse et mère, ce n’est pas seulement aimer, c’est guider et élever, par conséquent c’est savoir…” (211)

Sur l’épouse :

“Je ne sais pas de biographie individuelle qui soit plus attachante que l’histoire de l’épouse : tout ce qui touche dans le récit d’une destinée particulière, les vicissitudes de la fortune, les métamorphoses de caractère, les améliorations intérieures, l’action des événements ou des personnes sur l’âme de l’héroïne, tous ces éléments se retrouvent ici avec un intérêt de plus, l’intérêt des idées générales ; c’est à la fois l’histoire d’un être et pour ainsi dire celle du monde, d’une femme et des femmes. Aussi, considérant l’épouse moderne, l’épouse française, telle qu’elle est aujourd’hui, avec tout ce qu’elle vaut et tout ce qu’elle veut, je ne puis me défendre de la rattacher à la femme orientale, à la femme antique, à la femme du moyen-âge, et d’en former une seule personne dont la vie se déroule à nos yeux par siècles au lieu de se dérouler par années.” (218) (…)

Passe en revue la jeune fille, l’épouse, la mère, puis la femme :

Huitième entretien : la femme

Le comte s’étonne que les entretiens ne soient pas terminés, maintenant que la femme a été considérée comme fille, épouse et mère : que peut-elle être encore ? demande-t-il.

— Femme, lui répond l’hôte.

Le comte

— Qu’entendez-vous par ce mot de femme ?

L’hôte

— Qu’entendez-vous par le mot homme ? Nous sommes fils, maris, pères ; ne sommes-nous que cela ? Cette existence de famille nous suffit-elle ? La lutte contre la nature extérieure, le développement de ses richesses, l’organisation de la société où nous vivons, le travail enfin, car ce mot comprend tout, le travail n’est-il pas un besoin pour nous comme l’affection ? et l’homme se créant une vie pour son intelligence, de même qu’il lui en faut une pour son coeur, l’homme n’est-il pas artiste, commerçant, médecin, homme de loi, homme public ?

Le comte

— Ah ! bon dieu, vous avez déjà fait de nos filles des chimistes, vous allez faire de nos femmes des députés !

Le réformateur

— Pourquoi non ? (…) Ne reculons pas devant quelques railleries ; sondons sérieusement une souffrance sérieuse ; là, en effet, se trouve peut-être la plus vraie douleur de la condition des femmes, car elle est la plus difficile à guérir. Il faut s’inquiéter moins de leur position dans la maison paternelle et conjugale, elles l’emporteront de vive force ; mais comme femmes, comme membres de la cité, tout accès à une place quelconque leur semble à jamais fermé. Or, cette exclusion est l’interdiction de la vie même. Les siècles passés, malgré leurs tyrannies de toutes sortes, étaient moins cruels que le nôtre, et nous y voyons mille exemples de femmes admises à des fonctions civiles ou politiques. [Suit un historique remontant à l’antiquité, qu’il termine par cette phrase] : Ainsi entourées de barrières, assistant à la vie et n’y prenant point part, sans lien avec la patrie, sans intérêt dans la chose publique, sans emploi même dans leurs familles, elles sont peut-être filles, épouses, mères, mais elles ne sont pas femmes.”

Le comte

— C’est-à-dire qu’elles ne sont pas hommes. (…) … l’histoire tout entière proteste contre cette admission de la femme aux fonctions de citoyenne. (…) N’accusez donc pas nos lois de despotisme ; ce ne sont pas les lois qui prononcent cet arrêt, c’est une autorité plus imposante encore, l’autorité des moeurs. Les moeurs seules excluent les femmes des affaires politiques, leur interdisent la tutelle, les repoussent de l’administration et des carrières civiles (…) [demande l’avis de l’hôte] :

L’hôte, riant

— Je dis que nous n’êtes pas du même avis.

Le comte

— Mais lequel de ces avis est le bon ?

L’hôte

— Tous les deux, je crois. (…)

[Suit une dissertation sur les contradictions des hommes de tout temps à l’endroit des femmes ; pourquoi a-t-on écarté les femmes des fonctions les plus simples et les a-t-on revêtues des sacerdoces les plus sublimes, demande-t-il, pour en conclure qu’un fait “aussi universel tient nécessairement au fond même de l’âme humaine”] ; réponse du réformateur :

Le réformateur

— La conclusion est forcée, elle sort des faits mêmes : c’est que les femmes ont droit d’intervention dans les affaires publiques autant que les hommes ; que leur exclusion éternelle pour cause d’incapacité est démentie par l’histoire ; que leur part de fondatrice ayant été aussi considérable dans la plus grande révolution qui ait renouvelé le monde, il est absurde de leur interdire les simples fonctions politiques ou privées, et qu’enfin les alliées de Jésus-Christ peuvent et doivent être citoyennes, magistrats, juges…

L’hôte

— En d’autres termes, comme l’a dit M. le comte, qu’elles doivent être hommes. Eh bien ! mon ami, j’arrive avec les mêmes faits à une conséquence tout opposée : vous et moi nous voulons tous deux l’égalité entre l’homme et la femme ; mais vous voyez l’égalité dans la ressemblance, moi dans la différence ; vous ne cherchez dans les essais d’émancipation de la femme que ses similitudes avec l’homme, moi que ses disparités, et nous représentons ainsi tous deux bien plus que deux individus, deux doctrines.

L’une, c’est la vôtre, ne voit qu’un remède à toutes les tyrannies, la parité absolue entre tous les êtres ; les nationalités ont produit des antagonismes, plus de nationalités ; les différences de races ont produit des servitudes, plus de races différentes ; les hommes ont assujetti les femmes, plus de sexes, du moins quant aux fonctions civiques. Vous tendez à faire de tous les pays un seul pays, de tous les êtres humains un seul être ; c’est l’école humanitaire.

L’autre, c’est l’école humaine (homo sum, humani nihil a me alienum puto), veut l’égalité aussi énergiquement, mais réclame le respect de toutes les différences de nature, de pays, de race, de sexe, d’origine. Que tous les hommes soient égaux, oui ; mais qu’ils ne soient pas pareils. Proclamez qu’un noir vaut un blanc, qu’un Russe vaut un Français ; mais tâchez que chaque peuple reste ce qu’il est, se développe dans ce qu’il est : le cosmopolite tue toute individualité vivace ; c’est le panthéisme mis dans les choses sociales. Ouvrez les yeux, regardez la nature. Toujours, partout, la diversité dans l’unité ! toutes les plantes ont des racines, des fruits, des fleurs, des feuilles, et cependant pas une plante qui ne diffère des autres. (…) Or, la loi de tout progrès social, comme celle de toute culture, est de multiplier et de caractériser les différences : créez le plus possible d’hommes originaux ; cherchez par quelles qualités l’un se distingue de l’autre, et cultivez ces qualités : que les Français demeurent Français, les ouvriers ouvriers, les artistes artistes, et que chacun prolongeant son individualité, ou, selon un mot vulgaire et excellent, sa ligne, agrandisse la circonférence des facultés humaines. Ainsi seulement nous pouvons concourir au développement de la création. Il en est de même pour les femmes : au lieu de vouloir les assimiler aux hommes, efforcez-vous de les en détacher plus encore ; cherchez, étudiez leur élément spécial et natif, leur disparité ; là seulement se trouve leur progrès ; eh bien, dans tout ce que nous avons vu se manifeste à chaque instant cette différence, cette spécialité, et du même coup notre règle. Si vous consultez l’histoire de tous les peuples sauvages, vous voyez que la femme, chez eux, n’est qu’une bête de somme de plus dans le ménage, un meuble vivant destiné à soigner les autres meubles. Cette iniquité vous révolte ? moi aussi ; mais elle m’éclaire. Parmi ces peuples où la force matérielle est tout, où la vie humaine n’est qu’une lutte physique, la femme disparaît toujours et partout ; de là cette conséquence nécessaire que le règne du corps n’est pas le sien. Cependant le temps marche ; l’âme humaine se développe, et alors commence à se produire cette contradiction si bizarre que nous avons mise en lumière : les femmes à la fois appelées et exclues ; appelées dans les choses du ciel, exclues dans les choses de la terre. D’où vient cette étrangeté, si ce n’est de ce que les hommes sentaient en elles confusément des représentants d’un autre principe que le leur, des êtres différents d’eux et supérieurs à eux par un côté qu’ils ne démêlaient pas bien encore ? (…) Ainsi se prouve par l’histoire cette vérité qui éclaire l’avenir comme le passé : tant que les intérêts matériels sont tout, la femme n’est rien ; le rôle de la femme ne commence qu’avec les besoins de l’âme ; sa mission est une mission spiritualiste, son pouvoir est un pouvoir d’influence, de conseil, d’inspiration religieuse surtout, mais non pas d’action, le règne de l’action n’est pas le sien ; l’histoire le dit et la nature le confirme. En effet, indépendamment de la faiblesse corporelle des femmes, que sont ces maladies régulières, ces affaiblissements périodiques, sinon un véto (sic) posé par Dieu même sur le libre emploi du corps et une exclusion forcée des occupations continues ? Bien plus, dans le fait même de la reproduction, car il ne faut pas qu’une fausse pudeur de paroles nous détourne du fond même des choses, cette loi de la différence ne se prononce-t-elle pas manifestement, et avec elle l’essence spiritualiste de la femme ? Pour l’homme, l’objet avec lequel il s’unit n’est jamais un obstacle à sa puissance de plaisir ; quelle que soit la femme qui devient la sienne, leur union est forcément accompagnée pour lui de vives sensations ; la nature l’y condamne pour ainsi dire. Chez la femme, au contraire, cette faculté est très souvent relative, relative à son âge, relative aux circonstances, relative surtout aux individus. Il y a telle femme qui, mariée pendant dix ans à un homme qu’elle n’aimait pas, a sauvé son corps même de la servitude conjugale par une complète insensibilité. Il en est qui, par suite de cette répugnance, ont conçu et engendré sans connaître cette sensation dont la nature semble avoir fait la condition nécessaire de la reproduction ; tant il est vrai que chez les femmes le sentiment domine tout, puisqu’il domine même les lois ordinaires de la nature, et que nous les voyons échapper au règne du corps jusque dans l’acte le plus nécessairement corporel. Ne cherchons donc plus à confondre deux êtres que Dieu a séparés par des différences immenses, et qui ne sont destinés à s’unir que parce qu’ils sont différents, c’est-à-dire parce qu’ils se complètent ; n’assimilons pas plus leurs fonctions que leur nature. A l’homme donc tout ce qui veut de la force et de la continuité dans le travail, les fonctions publiques, les occupations extérieures, les travaux violents ; à la femme, de l’aveu de la femme même…

Le réformateur

— A la femme, rien ! disons-le nettement, exclure les femmes des carrières parcourues par les hommes, leur interdire la médecine, le barreau, la politique, la magistrature, c’est leur interdire la vie même ; et vous prétendez que leur aveu et leur choix justifient cette exclusion, vous dites qu’elles se sont fait elles-mêmes cette place infime et secondaire : une telle théorie est un sophisme en histoire comme une impiété en morale. (…) [Long passage où il montre qu’il est un espace dans lequel les femmes ont été hommes pendant 1200 ans : celui du couvent, et notamment l’abbaye de Fontevraud, celle d’Héloïse] Ah ! disputez-leur les droits de succession, enviez-leur même les droits maternels ; mais, au nom du Dieu qui les a créées, laissez-leur le travail ! ne voyez-vous pas qu’elles se consument dévorées par leur inaction ? Une fois l’âge des passions et des plaisirs évanoui, que reste-t-il à la femme ? rien ! rien, qu’à lutter misérablement contre les rides ; car c’est une raillerie de prétendre qu’une créature humaine trouve l’emploi de sa vie à commander un dîner et à gouverner deux domestiques. (…) La vie, voilà ce que je réclame pour les femmes ! Il n’est plus question de droits, ce qu’il lui faut, ce sont des devoirs. Qui vous permet de lui en refuser ? Tous vos raisonnements sur les deux natures, toutes vos subtiles distinctions entre le sentiment et l’action, entre le règne du corps et celui de l’âme, tombent devant cette parole impérieuse et douloureuse qui sort de la bouche de toutes les femmes : Du travail !

L’hôte

— Oui ; du travail, c’est mon voeu comme le leur ; emploi de toutes leurs facultés, application de toutes leurs connaissances, action sur la chose publique, amour de la patrie, participation à sa grandeur, c’est ce que je demande pour les femmes, et cela, non pas dans leur intérêt seulement, mais dans l’intérêt de la patrie elle-même ; je veux que pas un instant de leur vie ne soit perdu…

Le réformateur

— Et comment arrivez-vous à ce but ?

L’hôte

— En les développant comme épouses et comme mères ; assez longtemps ces titres saints n’ont représenté que des idées de dévouement et de tendresse ; une des oeuvres de notre temps sera de faire voir qu’être épouse et mère ce n’est pas seulement aimer, c’est travailler. Oui, la maternité est une carrière, une carrière à la fois publique et privée ; oui, le mariage est une profession pour les femmes, une profession avec toutes ses espérances et toutes ses occupations. (…) Pour le mariage, qu’il devienne ce qu’il doit être, ce qu’il sera, et la femme y trouvera un double emploi de son activité, d’abord dans l’administration de ses biens particuliers, puis dans ce beau rôle même d’épouse, de compagne. (…) J’explique ma pensée. Les hommes tiennent toutes les fonctions : ils jugent, ils plaident, ils sont poètes, soldats, législateurs, savants ; le monde entier roule sur eux seuls. Tel est le fait palpable ; mais derrière cette réalité visible il existe une autre réalité secrète qui la produit. Toutes les paroles éloquentes qui font la gloire de l’orateur, toutes les actions énergiques qui illustrent les hommes publics, viennent-elles d’eux-seuls, ou bien plutôt, derrière le grand jour splendide qui les présente à l’admiration de la foule dans tout l’éclat de leur puissance, ne se trouve-t-il pas, à demi enveloppé dans l’ombre, un être mystérieux qui mêle, sans que le public l’entende, sa voix à cette voix entraînante, qui communique, sans que le public le voie, sa force d’élan à cette activité sublime ? Pour qui observe, cela est hors de doute. (…) Toute existence virile est double, pour ainsi dire ; elle représente les deux sexes, et un homme n’est complètement lui-même qu’avec une femme et par une femme.

(…)

Le réformateur

— Pouvez-vous appeler profession et carrière cette vie relative qui n’est que le décalque de la vie d’un autre ? Vous prenez l’ombre pour le corps, le simulacre pour la réalité ; ce n’est pas exister qu’exister à propos de quelqu’un. Qui oserait prétendre que l’ardente imagination des femmes et leur activité fébrile trouvent un aliment dans ce tiède emploi de conseillère ? Prenez-leur pour cela une heure sur dix, si vous voulez, mais que le reste leur appartienne pour vivre d’elles-mêmes et pour elles-mêmes. Ne vous apercevez-vous point que cette doctrine n’est qu’un système d’assujettissement déguisé, que vous les ramenez par un autre chemin à leur antique abaissement devant l’homme, puisque vous les montrez créées pour lui et n’ayant pas de plus noble but à leur vie que de développer la sienne ?

L’hôte

— Que je voie là leur place, j’en conviens ; mais que ce soit là une place inférieure, je le nie. Oui, vivre pour un autre, se témoigner à un autre, disparaître dans une gloire ou une vertu dont on est le principe, montrer le bienfait et cacher le bienfaiteur, apprendre pour qu’un autre sache, penser pour qu’un autre parle, chercher la lumière pour qu’un autre brille ; oui, je le dis hautement, je ne vois pas et ne veux pas d’autre destinée à la femme ; car tout cela signifie se dévouer. Or, quelle plus belle profession que le dévouement ? quel emploi de la vie mieux approprié à toutes les qualités de la femme ? (…) Vous craignez que ce travail relatif ne leur suffise pas : faites seulement qu’elles soient dignes de leur tâche, et leur tâche sera digne d’elles : la jeune fille une fois instruite pour être épouse, l’épouse ayant tout appris pour pouvoir tout comprendre, une carrière digne d’envie s’ouvrira devant toutes les femmes.

Le réformateur

— Laquelle ?

L’hôte

— La carrière de leur mari. (…) … la différence, premier fondement de l’assujettissement de la femme devient ainsi le caractère principal de son égalité avec l’homme ; elle vaut autant que lui, parce qu’elle n’est pas lui ; mais au contraire, renversez cette règle, jetez les femmes sur la place publique, qu’elles partagent nos travaux en rivales au lieu de s’y associer en soeurs, et soudain les voilà forcément inférieures, puisque leur organisation même les y condamne. Vous dépouillez le monde moderne, car vous lui enlevez un des principes qui doivent le conduire ; vous appauvrissez la nature, car vous dites un où elle disait deux ; vous détrônez la femme, car pour quelques emplois publics où son rang sera le dernier, vous l’arrachez à ce foyer domestique où demain elle sera reine.

Le réformateur

— Je ne l’en arrache pas. Qu’elle soit épouse, mère, si ce partage lui convient ; mais qu’elle puisse être député, magistrat…

L’hôte

— Non. Il faut choisir. Si le mariage est la condition la plus favorable au développement des femmes, tout, dans l’éducation et dans les lois, doit tendre au perfectionnement du mariage ; si, au contraire, la loi du progrès pour les femmes est dans leur assimilation aux hommes, tout l’ensemble de notre société doit pousser à cette assimilation. Proclamer un des deux principes, c’est détruire l’autre. En établissant l’identité entre les deux sexes, vous renversez la famille. (…) Les fondations pieuses dont vous avez parlé achèvent de le prouver. Les femmes, j’en conviens, y ont agi comme les hommes, et sans les hommes ; mais aussi n’étaient-elles ni mères ni épouses, elles ne pouvaient pas l’être. (…) ainsi l’étude du passé et le coeur nous le disent : l’épouse ne peut être qu’épouse, la mère ne peut être que mère.

Le réformateur

— Que deviendront alors les femmes qui ne le sont pas ou ne le sont plus ? Que deviendront ces tristes veuves sans enfants, livrées à la fois à l’isolement de l’âme, à l’isolement de l’esprit, et à tout le néant d’une vie désoccupée ? [passage sur la vie oisive des jeunes filles célibataires interdites de travail par leur rang, ou contraintes d’accepter l’accueil condescendant d’autres parties de la famille : “la domesticité dans le salon”]. Laissez debout, si vous le voulez, les dieux lares pour les épouses et les mères ; mais ouvrez la place publique, les écoles, les bureaux, les parlements, à cette foule de jeunes filles pauvres que votre société d’argent déshérite même de votre mariage.

L’hôte

— Le mal que vous signalez, mon ami, est en effet un des plus douloureu

1x qui pèse sur les femmes, quoiqu’un petit nombre y soit exposé ; mais il représente un préjugé si funeste, il caractérise si énergiquement, comme vous l’avez dit, et l’oisiveté des femmes, et les idées de noblesse attachées à cette oisiveté, qu’on ne peut les combattre avec trop de vigueur ; heureusement le remède est prochain, et un des plus réels progrès de notre siècle est la création d’une profession pour les jeunes filles.

Le réformateur

— Quel est ce progrès ? Quelle est cette profession ?

L’hôte

[Institutrice de jeunes filles ; en outre, tous les hôpitaux, bureaux de charité, établissements de bienfaisance, salles d’asile devraient être administrés par les femmes, et par les femmes seules]

— Il y aura toujours, et il doit y avoir des inégalités de fortune, car il y a des inégalités de vertus, de talent, de travail ; mais la misère est un crime de lèse-humanité et de lèse-divinité ! Hâter la révolution qui la détruira et y suppléer jusqu’à ce qu’elle la détruise, telle est la mission des femmes. Est-il une plus belle fonction sociale ? (…)

[Se résume] :

“Cette étude nous a signalé deux faits également importants : le premier, que cette sujétion des femmes, loin d’être traditionnelle, avait toujours été se modifiant ; le second, que ces modifications avaient toujours, depuis le commencement du monde, tendu vers un but unique, c’est-à-dire l’élévation progressive du personnage de la fille, de l’épouse, de la mère, de la femme, et leur égalité avec le père, le mari, le fils et l’homme. (…) [Dans la famille, les femmes] trouveront travail, emploi de leurs facultés d’esprit, emploi de leurs facultés de coeur, conservation et application de l’élément spiritualiste qu’elles représentent ; là seulement elles pourront être égales à l’homme, parce qu’elles seront différentes de lui ; là elles seront citoyennes en élevant des citoyens ; là, enfin, elles seront Françaises en restant femmes. Ces principes posés, la double règle à suivre était tracée du même coup : affermissement de la famille, mais réforme de la famille ; affermissement du mariage, mais rénovation du mariage ; en d’autres termes, loi de tradition et loi de progrès.”

Luc Desages, Le droit des femmes, 1850

« Le Dialogue qu’on va lire a été écrit peu de temps après la seconde fête de l’Egalité ou Banquet des rois, donnée par les socialistes en janvier 1849.

Il fut question a plusieurs reprises, dans ce banquet, du droit qu’ont les femmes d’être déclarées citoyennes. J’y lus moi-même un toast où ce droit était défendu. La cause des femmes est encore pendante aujourd’hui, car je ne sache pas qu’elle ait reçu, soit il y a un an, pendant le grand mouvement des banquets, soit depuis lors, une solution qui puisse satisfaire, je ne dirai pas la majorité des socialistes (il ne s’agit point ici de majorité et de minorité), mais le socialisme lui-même considéré dans ce qu’il a de plus idéal comme doctrine. Bien donc que ce petit écrit ait plus d’un an de date, je crois qu’il n’a rien perdu de son opportunité. Il a été émis dans la Revue du Nouveau Monde, qui a pour auteur un de nos premiers éc

Drivains, une théorie, sur la destination de la femme, bien vieille et bien arriérée, j’ose le dire. On y soutient cette opinion que la vie de la femme, toute de sentiment et d’amour, doit se passer dans le cercle de la famille. Le rôle de la femme comme mère de famille est beau sans doute, il est admirable, il est sublime ; mais la femme n’est pas toute sa vie vouée à des manifestations où prévaut le sentiment. L’écrivain dont nous ne pouvons partager l’opinion en cette matière, dit quelque part dans sa Revue : « Si la femme n’est pas semblable l’homme, est-ce une raison pour admettre qu’elle n’est point son égale ? » Je ne réponds pas de bien citer les termes de la proposition, mais je suis sûr du sens. Ainsi la femme n’est pas semblable à l’homme, et pourtant elle est son égale. Mais cette égalité qui conduit l’auteur à voul

oir que dans le sein de la famille, vis-à-vis des biens matériels, comme eu égard à la puissance des enfants, l’époux et l’épouse aient les mêmes droits ; cette égalité, qui lui fait faire, après d’autres écrivains, une juste critique du code civil, ne l’amène pas à conclure l’égalité politique de l’époux et de l’épouse : inconséquence étrange à notre avis. Et d’abord est-ce à un point de vue purement anatomique, comme il semble que l’auteur l’admette, qu’on doit examiner la similitude des êtres humains ? Si la femme n’est pas semblable à l’homme, comme un mâle est semblable à un autre mâle, quelle que soit d’ailleurs l’espèce, s’ensuit-il que la femme ne soit pas notre SEMBLABLE en tant qu’être humain ? Quand il est dit que Dieu fit l’être humain à son image et ressemblance, cela ne

comprend-il point l’homme et la femme ? La similitude des êtres humains, hommes et femmes, dérive de leur essence ; cette similitude est le fondement de leur égalité. Il faudrait donc, pour nier cette égalité et partant cette similitude, dire que la femme n’est pas, comme l’homme, SENSATION – SENTIMENT – CONNAISSANCE, ou, dans le cas où l’on n’admettrait point cette psychologie, la seule vraie, la seule démontrée, dire que la femme n’a pas, comme l’homme, une âme douée des mêmes attributs, ce qui la fait inférieure devant Dieu. Mais qui pense à soutenir pareille impiété ? Ce n’est certes pas l’auteur auquel nous répondons. La femme et l’homme sont donc des êtres semblables ou des types semblables d’une même espèce, différenciés seulement eu égard à cette propriét

admirable et mystérieuse qu’a chaque espèce de se reproduire.

(…)

Que la femme, dans la famille et dans l’amour, vive en prédominance de sentiment, cela est vrai ; qu’elle ait plus d’amour, plus de sentiment que l’homme, cela est encore vrai ; mais l’homme chez qui la sensation et la connaissance l’emportent n’est pas dépourvu de tout sentiment, de tout amour ; la femme non plus n’est pas privée de toute raison.

Le sentiment caractérise les actes de la femme, comme il caractérise ceux de l’artiste ; nierez-vous à l’artiste un grand nombre d’aptitudes en dehors de son art ?

Je ne veux pas empiéter sur ce qui me paraît démontré dans le Dialogue ; mais je ne puis m’empêcher de m’étonner qu’au

moment où, d’une société dans laquelle tous les éléments sont en guerre, nous voulons passer à l’état d’association, tous les socialistes ne soient point unanimes pour appeler la femme à jouer un rôle important et pour lui attribuer de hautes fonctions. Selon nous, un grand nombre d’entre elles devront transporter les soins qu’elles prodiguent à leurs seuls enfants dans la famille à un bien plus grand nombre d’enfants de l’association. La femme n’est-elle pas la pierre angulaire de l’atelier-éducateur de l’avenir ? Nous ne prétendons point que les femmes soient aptes à toute espèce de travaux ou fonctions, puisqu’il serait absurde même de soutenir une pareille thèse pour les hommes. Qu’on le remarque donc, les socialistes qui réclament en faveur des femmes, parlent surtout du droit de vot

Ter dans les élections et du droit de concourir à la formation de l’Etat. Or, aucune cause de l’ordre intellectuel, ni de l’ordre moral, ni même de l’ordre physiologique, n’interdit à la femme l’approche des urnes électorales. Si l’on oppose le tumulte des assemblées publiques pour interdire à la femme le droit d’être élue, nous répondrons que les fonctions de l’Etat ne sont pas bornées à celle de faire les lois. Il y a encore l’administration ; il y a l’Education, la seule des fonctions publiques où la femme aspire. Nous ne voyons pas de bonne éducation possible pour nos enfants des deux sexes sans l’intervention de la femme.

Enfin, n’est-il pas impolitique, quand on vise à réformer l’Etat, de confiner la femme au foyer domestique et de lui opposer des fins de non-recevoir qui la rabaissent, pour lui interdire de s’occuper des affaires soc

iales ? S’il est encore tant d’hommes égoïstes qui votent mal ou sont indifférents en matière politique, que l’on s’en prenne à l’influence pernicieuse des femmes. Ayant pour horizon le salon ou la cuisine, l’intérêt de leur maison préoccupe les femmes par-dessus tout. Qu’importe donc à beaucoup d’entre elles la France et ses destinées ? Que leur fait l’humanité ? Les questions d’impôts les touchent encore ; mais l’honneur national est bien trop loin d’elles, et plutôt que de faire à cet honneur le moindre sacrifice, elles sauront étouffer dans leurs maris les velléités d’un patriotisme trop chaud. C’est ainsi que, pour vouloir renfermer la femme dans le cercle de la Famille ou de la Propriété, on la rend de glace devant le sentiment de la Patrie. (…) »

Luc Desages

a

Numéro 7, troisième année, mars 1850

LUCIEN

– Bonjour, Simon. Je viens te proposer des billets pour un banquet ; je viens voir si tu veux aller à la seconde fête de l’Egalité ; nous la célébrons le jour des rois.

SIMON

– Tu as pensé à moi, Lucien, je te remercie. Il vaudrait mieux s’occuper sérieusement des moyens d’arracher les travailleurs à la griffe des capitalistes que de faire des banquets. Les banquets sont bons cependant ; ils tiennent le Socialisme en éveil. Ça me fera plaisir d’aller à celui-là ; je prends un billet.

LUCIEN

– Comment, un billet ? Et ta femme ? Sache donc que c’est un banquet de famille.

SIMON

– Oh ! Lucien, ma femme n’a pas à se mêler de ces sortes de choses ; une femme reste à la maison : c’est son devoir. Le Socialisme se fourvoie depuis quelque temps avec l’idée de l’affranchissement des femmes. Toutes ces réunions des

bas-bleus socialistes nuisent au Progrès, retardent les solutions. Chacun son affaire, il me semble : aux femmes le ménage, aux hommes la politique. Ce qui convient à un sexe ne convient pas à l’autre.

LUCIEN

– Voilà un mot, Simon, qui abuse bien du monde.

SIMON

– Quel mot ?

LUCIEN

– Pardieu, le mot sexe ! Ne vois-tu pas qu’avec ce mot la question est posée de travers ? Je ne sais pourquoi tant de socialistes intelligents, aussi bien ceux qui veulent l’émancipation politique des femmes que ceux qui n’entendent pas raison là-dessus, se posent toujours ailleurs que sur le bon terrain, et prennent les choses par leur côté faux.

SIMON

– Qu’entends-tu par là ?

LUCIEN

– Dis-moi pourquoi, vous tous qui voulez émanciper les femmes, ou les restreindre au rôle de ménagères, vous ne voyez dans la femme que son sexe ?

SIMON

– Veux-tu que nous voyions autre chose que ce qui est ?

LUCIEN

– On ne peut voir que ce qui est, cela est i

ncontestable ; mais on peut voir tout ce qui est. C’est pourquoi je pense que dans la femme on ne doit pas voir seulement le sexe, et qu’il vaut mieux n’y pas faire attention que d’être uniquement occupé de lui.

SIMON

– Pourquoi cela ?

LUCIEN

– Eh ! cette coutume de toujours penser au sexe des femmes a produit tous ces jolis mots prétendus galants, mais selon moi passablement corrupteurs ou passablement injurieux pour celles qui en sont l’objet : sexe gracieux, sexe aimable, sexe enchanteur. Ne voit-on pas que ces paroles correspondent à d’autres expressions du même genre : sexe trompeur, sexe perfide, sexe volage, qu’on ne peut dire devant nos femmes, nos filles et nos soeurs sans nous faire de la peine ?

SIMON

– Je réprouve, comme toi, toutes ces expressions ; mais après cela, pouvons-nous faire que la femme ne soit pas la femme ? Puis-je m’empêcher de distinguer son sexe ? Son sexe peut-il disparaître à mes yeux ?

LUCIEN

– Je ne me fais pas co

mprendre, Simon. Chez la femme comme chez l’homme, le sexe est présent dès la naissance, et reste, toute la vie, une particularité de leur être. Mais je me demande, à propos des femmes, si leur sexe est d’abord ce qui doit occuper la pensée ; et je me dis : Non. Je proteste contre cet usage qu’on a de toujours séparer les femmes des hommes, appelant les premières la plus belle moitié du genre humain, regardant les hommes, apparemment, comme des êtres assez laids, quitte à leur attribuer ensuite tous les avantages de la vie, et à laisser aux femmes tout le fardeau, tous les devoirs les plus rigoureux.

SIMON

– Oh ! quant à cela, Lucien, tu conviendras que les avantages sont bien partagés. Je pourrais citer à cet égard, en témoignage, celui qui, chez les anciens, avait été tour à tour homme et femme. Dernièrement, j’entendais dire à une femme socialiste que si notre sexe avait l’apanage de la gloire, le sien avait la science du bonheur

.

LUCIEN

– J’ignore si cette femme faisait sortir de ses lèvres une pensée aussi sensualiste que celle que tu me parais lui imputer ; mais je repousse, pour mon compte, ton interprétation. J’entends par avantages les privilèges moraux et intellectuels de toutes sortes que nous nous réservons au point de vue social. Je dis et soutiens que, quand il s’agit de nos droits et nos devoirs politiques, il ne doit pas être question de sexe ; qu’alors le sexe disparaît complètement pour faire place à ce qu’il y a en nous tous, hommes et femmes, indépendamment de nos diversités, l’Humanité faite à l’image de Dieu.

SIMON

– Voilà que tu deviens trop philosophe pour moi.

LUCIEN

– Tu vas me comprendre d’un mot. Est-ce parce que nous sommes d’un sexe que nous, hommes du Peuple, ouvriers, prolétaires de toute espèce, sommes fiers d’avoir conquis le droit d’être citoyens ? Est-ce parce que nous sommes d’un sexe que nous voulons la liberté, la fratern

ité, l’égalité parmi nous ? Est-ce parce que nous sommes d’un sexe, que nous aspirons à une nouvelle organisation sociale ? ou n’est-ce pas plutôt parce que nous sentons et connaissons que tous les êtres humains sont faits pour vivre libres, frères et égaux ?

SIMON

– Que veux-tu conclure de là ?

LUCIEN

– En quoi consiste la liberté politique ? Au premier chef, à être citoyen, à avoir le droit de voter, à n’accepter de gouvernement que celui qu’on a formé soi-même. Les femmes sont-elles, oui ou non, gouvernées comme nous ? Ont-elles, oui ou non, droit à la liberté ? Si une femme est majeure, c’est-à-dire a vingt et un ans, a-t-on quelque raison de la déclarer mineure politiquement ?

SIMON

– Oh ! tu vas trop vite ; attends un peu. Rien ne l’empêche de se marier, après quoi son mari votera pour elle. Avant le mariage, elle a son père qui la représente dans la cité.

LUCIEN

– Tu vas trop vite toi-même. Beaucoup de raisons peuvent empêcher une femme de se ma

rier. D’ailleurs, d’après ta manière de voir, sa minorité politique ne fait que continuer avec le mariage, puisque tu admets que le mari vote au lieu et place de la femme, ce qui revient à dire qu’elle ne vote pas du tout : car, enfin, le mari ne dépose pas deux bulletins dans l’urne. Mais que diras-tu pour celle qui, veuve ou non mariée, a perdu son père ?

SIMON

– Que veux-tu que je dise ? Je dis tant pis pour elle.

LUCIEN

– Brave et loyal Simon, tu ne sais déjà plus comment défendre ton système d’exclusion ! … Mais allons plus loin. Si tu admets qu’un père vote pour sa fille non mariée, pourquoi n’admets-tu pas la même chose pour un fils ?

SIMON

– Parce que dans ce cas il s’agit d’un homme.

LUCIEN

– Donc, c’est à cause de son sexe que tu prives la femme du droit de voter ; son sexe t’offusque, et malgré toi, tu rattaches à l’idée que tu te fais de la femme en général le rôle particulier que son sexe lui crée dans la famille.

SIMON

– Sans doute !

LUCIEN

– Sans do

ute est fort bon ! D’une part, tu veux appliquer ta règle d’exclusion des droits politiques aux femmes non mariées, sans songer qu’elle s’étend non-seulement aux filles majeures qui ont leur père, mais encore aux filles majeures dont le père est mort ; d’autre part, cependant, ta règle d’exclusion n’est fondée que sur le rôle qui devient propre à la femme en puissance de mari, comme disent nos légistes dans leur style barbare. Eh bien, donc, permets-moi de te répondre. Jusqu’au mariage le sexe de la femme ne doit pas exister à tes yeux. Tu le devines, tu sais qu’il est, mais il n’est pas révélé. C’est le mariage seul qui révèle le sexe. Jusque-là, il n’y a que les regards impudiques qui percent les voiles dont le sexe s’enveloppe. Cette façon de voir toujours et avant tout le sexe dans les êtres est, à mon sens, une grande preuve de débauche ou d’ignorance. Si tu avais une morale élevée et intelligente, dans cette femme qui passe, et que tu ne connais pas, pense

rais-tu à voir autre chose qu’un être humain semblable à toi, doué des mêmes facultés essentielles ? Tu m’objecteras que la démoralisation et la misère font souvent manifester le sexe en dehors du mariage. Je ne le nie pas. Mais l’imperfection et la dureté de nos moeurs sont-elles des raisons déterminantes contre le droit, la justice et la vérité ? Considère l’âme humaine, et dis-moi si elle a un sexe !…

SIMON

– Tout ce que je comprends dans ce que tu viens de dire, c’est ceci : tu voudrais que d’abord on vît dans les hommes et dans les femmes, indépendamment de l’idée de mariage, des êtres humains semblables, ayant les mêmes droits politiques, ce qui fait que les femmes auraient le droit de voter.

LUCIEN

– C’est cela même.

SIMON

– Je commence à être de ton avis pour les filles et les veuves ; mais je ne puis m’empêcher de faire une exception pour les femmes mariées, et cela à cause même de ces rôles différents que tu es bien obligé de reconn

aître à l’homme et à la femme dans le mariage. L’épouse, il me semble, doit se borner aux travaux du ménage, aux soins de la famille, et laisser à son mari l’exercice des droits politiques.

LUCIEN

– En vérité, Simon, tu es étrange. Tu veux donc absolument que le mariage soit, pour les femmes, une cause de minorité politique ! Mais tu opères ainsi sur elles une diminution de tête, comme disaient les Romains. Le mariage les fait déchoir. Beaucoup de femmes, si la loi de l’hyménée n’est plus forte en elles que tout autre sentiment, seront tentées de préférer le célibat et la liberté politique à la déchéance du mariage ; ou bien elles chercheront à accorder la liberté avec la nature au moyen d’unions clandestines.

SIMON

– Mais alors, c’est très embarrassant.

LUCIEN

– Eh oui !… Voilà pourquoi ceux qui sont conséquents, ne voyant que le sexe dans la femme, lui refusent en tout temps l’exercice des droits politiques. Mais ceux-là, à mon avis, sont peu éclairés

! Il faut être conséquent en sens contraire. Le législateur n’a pas à tenir compte de l’apparition du sexe, soit chez l’homme, soit chez la femme. Toujours donc il doit voir dans la femme, qu’elle soit fille, mariée ou veuve, l’être humain, l’Humanité, qui est en nous tous, nous fait tous semblables, et nous donne à tous les mêmes droits politiques, indépendamment de notre sexe.

SIMON

– Ainsi, il ne faut pas reconnaître que la nature assigne l’épouse, à la mère de famille, une vie toute intérieure, toute domestique ?

LUCIEN

– Mon Dieu ! Simon, ne confondons pas deux choses qui sont des manifestations d’ordres divers, la famille et la cité. Dans la famille, en effet, le rôle de la femme ou de l’homme, de l’épouse ou de l’époux, est tout intérieur. Le père et la mère ont des devoirs analogues à remplir. La mère a les premiers, les plus tendres les plus doux, les plus minutieux. En allaitant son enfant, elle continue pendant quelque temps l’oeuvre de

création qui lui a été départie. Ah ! rend-on assez profondément hommage à cette fonction sublime de la femme au nom de laquelle on veut la condamner à la réclusion ! Oui, en effet c’est à elle et non à l’homme qu’a été attribuée la création mystérieuse et divine du corps de l’Humanité ! C’est un être humain qui se façonne dans ses entrailles bénies ! Dieu intervient dans cette conception, Dieu prête une vertu indicible à la jeune femme qui devient mère ! Pourquoi a-t-elle ces regards profonds qui semblent tournés vers un autre monde ? Pourquoi ces rêves où tous les visages des petits enfants se jouent dans de frais tableaux ? Il semble à son air qu’elle soit plongée dans une sorte d’hébétude : c’est que toute sa vie intellectuelle s’est concentrée ! respectez-là, elle fait oeuvre divine ! respectez-là, la vie la plus intense et la plus féconde est en elle ! Quand elle sentira tressaillir son enfant, quelle joie remplira son âme ! Quelle allégresse sans fi

n ! Quand l’enfant sera venu, comme elle l’entourera de tous ses soins et de tout son amour ! Mais alors le père, à son tour, éprouve en lui-même un sentiment nouveau ! alors commence, en commun, pour les deux époux, le travail de la famille et de l’éducation. Mais je ne vois nullement pourquoi cette phase de la vie de l’homme et de la femme qu’on appelle famille nuirait aux choses de la cité. Dans la cité, le père et la mère sont citoyens, exercent leurs droits, et votent sans qu’il en résulte la moindre atteinte à la famille. La cité n’en sera que plus belle d’aspect, moins agitée, moins turbulente, plus morale, moins vouée à l’intrigue, à l’ambition et à tous les mouvements passionnés, quand de nobles femmes, respectées en leurs qualités d’êtres humains, viendront, leur enfant à leur cou, déposer un bulletin dans l’urne.

Pardonne à mon long discours, Simon ! Vois-tu, je sens profondément cette injustice qui tient nos fem

mes, nos filles, nos soeurs éloignées et indifférentes, quand il s’agit des actes les plus importants de notre vie.

SIMON

– Ton discours me plaît. J’avoue que je suis tout-à-fait ébranlé. Il me semble toutefois que tu prends un peu trop pour la réalité un idéal peut-être impossible… Tiens, voici Justus !

LUCIEN

– Ah ! voici Justus ! Bonjour, Justus !

JUSTUS

– Bonjour, citoyens ! Vous me paraissez très-animés ; de quoi parliez-vous donc ?

(La suite au prochain numéro.)

Numéro 8, troisième année, avril 1850

LUCIEN

– Il s’agit d’une question grave entre Simon et moi. Je demande justice pour les femmes, je veux qu’on les déclare citoyennes. Simon, jusqu’ici, leur a fermé la Cité. Et vous, Justus, êtes-vous de ceux qui disent : Point de milieu, il faut que les femmes soient ou court

isanes ou ménagères ?

JUSTUS

– Non certes. Je ne comprends pas qu’on prenne l’occupation ou les vices des personnes pour les personnes elles-mêmes. Quand je suis à mon atelier, bien que menuisier, je ne me sens pas moins homme et citoyen. Vouloir que la femme ne s’occupe que du ménage, c’est ressembler aux aristocrates qui visent à renfermer le peuple dans ses ateliers, et lui refusent les aptitudes nécessaires pour s’occuper de politique.

LUCIEN

– C’est très juste. On subalternise les femmes, en se fondant sur leur sexe, et on les tient dans le ménage comme on enchaînait autrefois les ouvriers à l’atelier.

JUSTUS

– Au point où en est notre civilisation, il est difficile que le sexe de la femme ne lui soit pas désavantageux. Il n’y a que cela qu’on développe chez elle depuis bien des années, je crois. Comment les élève-t-on ? On ne s’attache pas à en faire des êtres forts, fiers, capables de résister aux séductions. Sans cesse on leur dit de se mettre en garde

contre les hommes et contre elles-mêmes, sans leur apprendre autre chose que des manières et des convenances. Leur instruction est brillante parfois, mais jamais sérieuse, et toujours frelatée. On leur dit d’être réservées, parce qu’elles sont faibles ; leur réserve, loin d’être naturelle, est calculée, et bientôt, avec les circonstances de la vie, elles deviennent rusées et coquettes ; que les passions s’en mêlent, on les voit arriver bien vite au dernier degré de la dégradation.

LUCIEN

– Je suis de votre avis, Justus ; je reconnais avec vous que les femmes sont privées, par leur éducation même, d’une force morale véritable. Est-il étonnant, dès lors, de les voir arriver à ces deux extrêmes, ménagère ou courtisane ? Ménagère, cela veut dire, dans bien des cas, égoïsme féroce, propriétarisme stupide ; courtisane signifie prodigalité, désordre, destruction. Attirées ainsi aux deux pôles du mal, les femmes ne s’appartiennent pas ; elles ne sont pas libres, et je conçois très

bien que, prenant la question de leur affranchissement par l’idée de sexe, à côté de ces faux gardiens de la morale publique qui permettent tous les écarts secrets, excusent ceux des hommes plus que ceux des femmes, les Fouriéristes en soient venus à s’écrier : « Plus de barrière, plus de règle aux rapports sexuels ! qu’ils s’établissent à la guise et au goût des femmes, qu’on ne s’occupe plus de leurs déterminations amoureuses ! Qu’elles restent libres de choisir à leur gré entre la fidélité conjugale et les amours passagères ! Qu’elles soient dans la Cité au même titre que les hommes, avec leurs passions et appétits de tout genre. » Mais, pour des moralistes plus forts, la dégénérescence de la race humaine résulterait de cette prétendue liberté. La vie de famille chaste et sévère est seule dans la direction du développement moral de l’Humanité. Donc, dirai-je aux Fouriéristes, cette loi qui nous fait tous vivre dans une pénétration mutuelle les uns des autres, et nou

s rend solidaires, cette loi qui place la vie de chacun de nous à la fois en lui et dans ses semblables, nous donne à tous le droit d’exercer une influence légitime sur nos déterminations. Or, si la chute et le mal résultent évidemment des licencieuses amours, nous avons parfaitement le droit, au nom de l’intérêt même de l’espèce, d‘intervenir quand il s’agit de l’affranchissement des femmes, pour leur montrer comment et de quelle façon plus normale, plus en rapport avec les facultés humaines, elles doivent s’affranchir.

JUSTUS

– Eh bien ! c’est justement à cause de cette intervention qui nous est permise que je suis d’avis de refuser aux femmes, présentement du moins, l’entrée de la Cité, attendu qu’elles seraient de très mauvaises citoyennes, étant les unes esclaves de leurs curés ou de leurs maris, les autres de leurs amants.

LUCIEN

– Vous êtes au moins d’accord avec moi sur le principe ; vous admettez que les femmes ont droit à la Cité comme les hommes ?

JUS

TUS

– Assurément.

LUCIEN

– Entre nous ce n’est plus qu’une question d’opportunité. Mais les motifs que vous opposez à l’extension du suffrage universel aux femmes eussent pu, jusqu’à un certain point, s’appliquer aux paysans.

JUSTUS

– Je suis forcé d’en convenir.

LUCIEN

– Vous savez qu’on a dit : « Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! » et c’est un beau mot. Si vous me demandez combien il faudrait de temps aux femmes pour briser les liens de toute domination grossière et abusive, je vous répondrai : Combien en faudra-t-il au peuple pour qu’il comprenne son droit et l’exerce en toute indépendance ? Combien à l’Humanité pour délaisser les derniers langes de son berceau ? Ce n’est pas en vain, mes amis, qu’on a comparé ces deux grandes figures dont les deux esclavages ont toujours été de pair, la Femme et le Peuple ! Après tout, si les femmes sont esclaves dans le passé et dans le présent, qu’est-ce à dire ? Que les hommes le sont aussi, que l’Humanité l’est, que

l’inégalit

règne, que le despotisme est et a été la seule loi d’organisation connue et pratiquée.

JUSTUS

– Voilà qui contrarie un peu l’opinion généralement admise, où l’on regarde la femme comme asservie directement par l’homme. Suivant cette opinion, l’homme aurait abusé de sa force et soumis brutalement la femme à tous ses caprices ; il l’aurait regardée, on ne voit trop pourquoi, comme un être inférieur. Vous penseriez donc que l’asservissement de la femme est un cas particulier de l’esclavage général qui pèse et a pesé sur l’Humanité ?

LUCIEN

– Je ne suis pas, en effet, de ceux qui, considérant toujours les femmes à part des hommes, voient dans celles-là des victimes éternelles de ceux-ci. Ce n’est pas précisément de cette façon que les choses se sont passées dans l’Humanité.

JUSTUS

– Comment se sont-elles passées ?

LUCIEN

– Mon Dieu ! Quand les femmes ont été esclaves, les hommes l’ont été avec elles, à côté d’elles, et par les mêm

es causes.

JUSTUS

– Eh quoi ! Les passions et la grossièreté de certains personnages n’ont pas eu et n’ont pas encore de ces effets désastreux où la femme est vraiment victime et l’homme bourreau ?

LUCIEN

– Dans certains cas particuliers, si. Les romans sont pleins de ces cas-là, qui, du reste, confirment la règle que je vous indique, quand on voit les choses de haut.

JUSTUS

– Faites-nous les donc voir ainsi, et justifiez votre proposition, qui me paraît un peu aventurée.

LUCIEN

– Si vous aviez eu le temps, Justus, d’étudier l’histoire comme moi, et de lire les livres des philosophes modernes, vous auriez appris cette loi de l’histoire : L’humanité a jusqu’ici passé par trois sortes d’inégalité ou d’esclavage. La première s’appelle caste de famille, la seconde, caste de cité, la troisième, caste de propriété.

SIMON

– Mais qu’entends-tu par le mot caste ?

LUCIEN

– Caste signifie séparation, antagonisme, guerr

e ; caste se trouve par là-même synonyme d’inégalité, de despotisme, d’esclavage.

SIMON

– Ainsi, ces trois castes dont tu parles, cela veut dire esclavage et despotisme par la famille, esclavage et despotisme par la cité, esclavage et despotisme par la propriété.

LUCIEN

– Précisément.

JUSTUS

– Continuez.

LUCIEN

– Il est nécessaire, Justus, que Simon se fasse expliquer ce qu’il n’entend pas. Suivez bien maintenant ce que je vais vous dire. Les trois genres d’inégalités en question se sont montrés successivement et ensemble, c’est-à-dire, dès que l’un apparut, les autres lui firent cortège ; mais l’un des trois ayant cependant toujours prédominé sur les deux autres, nous sert à déterminer une certaine partie de la vie de l’Humanité. Prenez l’Orient, et transportez-vous en idée au commencement des nations. N’est-il pas vrai que la majesté, la grandeur, la puissance de la famille, font le caractère de cette époque histo

rique ? C’est le patriarcat. Or, les familles sont rivales les unes des autres ; elles forment des races, des tribus séparées qui luttent d’abord, se réduisent l’une l’autre en servitude, sans se mêler, mais en se superposant. Parmi ces premières familles du genre humain, les unes se consacrent à la science et à l’étude des mystères de la nature, elles deviennent bientôt les dépositrices du sens caché des croyances religieuses, et acquièrent par là-même une grande importance ; quelques autres s’adonnent à la pratique des armes, aux exercices du corps, aux voyages, elles sont guerrières ; d’autres, enfin, se composent de laboureurs, de marchands, d’industriels. Mais les métiers que font celles-ci, aux yeux des castes savantes et guerrières, à leurs propres yeux même, sont avilissants ; pour cela dites inférieures, elles vivent dans un véritable esclavage relativement aux autres castes.

SIMON

– Eh ! Mon Dieu ! N’en est-il pas de même auj

ourd’hui ?

LUCIEN

– Pas tout-à-fait, Simon. Tu conviendras que les savants et les artistes de nos jours sont forcés de se mettre à la solde de riches industriels et d’être leurs viles serviteurs, s’ils veulent éviter la misère. Au temps dont je parle, c’était le contraire. Toutes choses appartenaient censément aux savants, qu’on appelait les prêtres, et aux artistes, les guerriers.

JUSTUS

– Mais ces conditions différentes, riche et pauvre, propriétaire et non propriétaire, existaient-elles ?

LUCIEN

– Oui et non. Oui, en ce sens que l’inégalité pouvait avoir ces deux conséquences, richesse et pauvreté. Non, car le pauvre n’était pas celui qui, né de parents pauvres, ne trouve qu’un maigre travail et qu’un salaire insuffisant. Vous étiez pauvre parce que vous naissiez d’une caste servile et dominée. Jamais un savant, jamais un guerrier ne pouvaient être pauvres.

SIMON et JUSTUS

– Nous comprenons.

LUCIEN

– Vous devez comprendre alors que cette première forme de mal

, d’inégalité, de séparation entre les hommes, eut nécessairement deux faces qui se répondirent. La domination des castes, ou tribus, ou familles, les unes sur les autres, dut se refléter au sein de chaque caste prise en elle-même. La famille, la race fut tout, l’homme rien, en tant qu’homme. Il n’exista que par rapport à sa famille, à sa race. Donc, l’homme fut esclave de la famille. Jacob a deux femmes, Lia et Rachel. Si la race de Jacob, qui est celle d’Isaac et d’Abraham, venait à s’éteindre, que serait Jacob à ses propres yeux ? Rien ; il se regarderait même comme déshonoré, car il ne se sent d’existence que par sa postérité et sa race. Il a beau être patriarche, chef de famille, il est esclave de l’idée de race ou de famille, esclave de ses fils, comme ses fils le seront de lui. De là une lutte entre la féconde Lia et l’impuissante Rachel. Victoire à celle qui donnera le plus d’enfants au patriarche ! Rachel emploie un singulier stratagème : stérile, el

le présente à son époux une servante et le prie d’avoir des rapports avec la servante. Des enfants naissent ; elle les présente à Jacob comme venant d’elle. Ils sont à elle, en effet ; la part de l’esclave est au maître.

Voyez-vous, mes amis, comment la servitude de la femme peut résulter de la famille-caste ? Que représente la femme dans la famille-caste ? Elle représente l’enfant, ou plutôt les enfants, la postérité. L’honore-t-on pour cela ? Non. La passion de la postérité est exclusive de tout autre sentiment. On n’honore pas la femme, on lui commande impérieusement d’être mère. La sensation étant ce qui la domine à cet égard, comme elle domine l’homme à tous égards, la femme pour elle-même et pour l’homme est l’être concupiscent par excellence. Elle désire son mari, comme il désire d’elle des enfants, d’une façon grossière et matérielle. Elle est donc esclave et des appétits de son époux et des siens. Elle ne se sentira élevée que si elle donne des enfants, beaucou

p d‘enfants, une nombreuse postérité.

JUSTUS

– Donc, dans l’Orient, la femme a été esclave en même temps que l’homme, et parce que le mal ou l’inégalité avait cette forme : des familles ou des races séparées et rivales les unes des autres ?

LUCIEN

– Précisément. Mais quelle est la cause première du mal sous cette forme ? Pourquoi Dieu, le Souverain-Bien, permet-il au mal d’exister et au progrès de triompher peu à peu de ce mal ? C’est là une haute question que je ne veux pas traiter, bien qu’elle se lie intimement au sujet qui nous occupe. Contentons-nous de savoir que l’Humanité a eu son enfance où la sensation a été toute puissante. La famille-caste est le fruit d’une exagération naturelle à l’Humanité enfant. Qui sait même si ce furieux amour de postérité n’a pas été la condition de l’accroissement de l’espèce et de l’extension de l’Humanité sur le globe ? Croissez et multipliez, et remplissez la terre, dit le Bible. Aujourd’hui, ces paroles sont un aphorisme d

e mort. L’excès de population effraie les hommes d’Etat. Il s’agit, par tous les moyens, d’arrêter l’essor de l’espèce ! Que de malheurs, que de crimes, que de guerres, que de souffrances n’enfante pas la multitude des hommes ! La terre est impuissante à nous sustenter dans les conditions actuelles de la production. Ah ! c’est qu’un nouveau progrès est nécessaire, qui nous fera sortir de la caste sous tous les rapports, et permettra aux fils des hommes de se multiplier normalement et de réprouver tous les genres d’homicides auxquels a recours contre elle-même la prolifique Humanité.

JUSTUS

– Et dans les castes de cité, Lucien, comment les femmes et les hommes sont-ils esclaves ?

LUCIEN

– Pour aller régulièrement, il faudrait vous dire par quelle génération de faits, en Occident, à la caste de famille s’ajouta la caste de cité, laquelle fut bientôt prépondérante. La moyenne antiquité voyant du reste se perpétuer l’esprit étroit de famille, la servitude d

e la femme resta la même, cela est tout simple. Par la cité guerrière, conquérante, qui traite de barbare tout ce qui n’est pas elle, et fait du prisonnier de guerre une propriété, les hommes sont asservis à deux titres : 1° l’homme n’est rien, le citoyen est tout ; mais il n’est tout que par la cité ; guerrier, il appartient à la cité, fonctionnaire, il lui appartient ; 2° la condition de guerrier voue le citoyen à l’esclavage ; vaincu en effet, il devient la chose du vainqueur. Or, la femme n’est pas guerrière, elle ne peut l’être, et la cité a besoin de guerriers ! Que la femme donc enfante des guerriers, peu ou point de filles, beaucoup de garçons, si elle veut gagner l’estime de ses concitoyens. Veut-elle s’élever en considération ? Spartiate, elle saura dire à son fils, en lui présentant son bouclier : Dessus ou dessous, mort ou victorieux.

JUSTUS

– Je me rappelle cependant avoir ouï parler de femmes qui, dans l’antiquité, se consacraient à la guerre

. Je ne parle pas de quelques héroïnes exceptionnelles ; mais les amazones ?

LUCIEN

– Le fait des amazones est un mythe, mythe qui semble indiquer un effort de la femme pour entrer dans la cité, ou se constituer une cité à part. Mais, vous le savez bien, les amazones sont vaincues par Thésée, qui épouse leur reine. Ainsi se termine cette révolte de la femme contre son joug. La révolte avait consisté de sa part à se faire guerrière et à rester vierge ; sa défaite est une obéissance à la loi de l’hyménée, ce qui montre que l’homme et la femme ne peuvent s’affranchir l’un sans l’autre, et doivent arriver ensemble à l’Egalité.

SIMON

– C’est vrai ce que tu dis là.

LUCIEN

– Puisque nous en sommes sur les mythes des temps héroïques ou fabuleux, je vais vous en citer un que raconte Fabre d’olivet, le savant et ingénieux mystique. Tout en paraissant nous écarter de notre sujet, ce mythe nous y ramènera bientôt. Fabre d’Olivet, dans un ouvrage intitulé

: De l

tat social de l’homme, ouvrage où il prétend nous initier aux premiers faits et gestes de l’Humanité naissante, nous présente la race blanche, la race celtique, qu’il appelle aussi race boréenne et caucasique, à cause des lieux où elle eut son origine, comme ayant été longtemps dans une situation bien misérable, bien chétive, bien inférieure à celle de la race noire, sa rivale. Toutefois, à travers mille vicissitudes, cette race commençait à se constituer et à s’étendre, quand une guerre éclata entre deux de ses tribus, deux peuplades jalouses. Les armées ennemies vinrent en présence, et l’on vit alors les deux Hermans, les deux chefs, se provoquer à la tête de leurs hommes d’armes, afin de vider d’un seul coup le différend par un combat singulier. C’est une issue, vous le savez, que pratiquaient assez fréquemment les peuples anciens.

JUSTUS

– Sans doute ; car, pour ne citer que l’histoire romaine, nous avons le c

ombat des Horaces et des Curiaces.

LUCIEN

– Malheureusement, ni la fière et impétueuse Camille, ni Sabine la douce n’eurent une inspiration aussi heureuse que l’héroïne du mythe qui nous occupe.

JUSTUS

– Comment cela ?

LUCIEN

[Poursuit le mythe : Voluspa, la soeur de l’un et l’épouse de l’autre, s’interpose et, au nom de Dieu qui lui a parlé, enjoint les deux chefs à s’allier pour vaincre leur véritable ennemi : les peuples noirs. Ce qu’ils font. La même Voluspa prédit alors la victoire.] (…)

– Cet oracle fut rendu sous un chêne, le chêne devint un arbre sacré, les forêts servirent de temple. Quant aux femmes, dès ce moment elles eurent, aux yeux de ces peuples, un caractère divin. Voluspa est le modèle de toutes les pythies, de toutes les prophétesses qui furent connues par la suite des temps, en Europe et en Asie. Un collège de femmes fut chargé de tout régler dans le culte et dans le gouvernement. Ce mythe vous indique que

lle influence la femme eut sur la civilisation de nos ancêtres. Mais les femmes rapportèrent bientôt, suivant le même mythe, à elles, en tant qu’individus, l’empire qu’elles exercèrent d’abord au nom des intérêts généraux. Elles virent alors cesser leur inspiration divine, qui fut remplacée par les passions.

SIMON

– Il résulte de ton récit que la femme a eu, socialement parlant, son tour de domination sur l’homme.

LUCIEN

– Évidemment ; mais cette domination, qui fut fragile et de courte durée nous ramène à dire une seconde fois que l’homme et la femme ne doivent point s’affranchir l’un sans l’autre, doivent au contraire s’élever ensemble à l’égalité sociale. L’hypothèse de Fabre d’Olivet paraît d’ailleurs avoir peu de fondement dans les monuments écrits qui forment jusqu’à cette heure l’histoire. Cependant, l’Edda, ancien poème druidique, parle de la Voluspa, et rapporte un chant qui lui est attribué.

Revenons maintenant à la conditio

n des femmes sous l’empire des castes de cité. Devons-nous tenir compte d’une certaine particularité relative à cette condition chez les Romains ? Après un certain laps de temps, à Rome la femme devient l’égale de l’homme sous un rapport. Fille et héritière, elle finit par acquérir des droits égaux à ceux du fils ; épouse, elle voit un beau jour la loi protéger sa dot contre les déprédations de son mari ; en un mot, la femme devient propriétaire. Mais comme elle ne devient pas citoyenne, est-ce par le côté de la propriété qu’il faut compter les progrès de son affranchissement ?

JUSTUS

– Il me semble que non. Toutefois une chose me surprend. Comment cette espèce d’affranchissement de la femme en tant que propriétaire n’a-t-il pas eu d’effet eu égard à la Cité ? Il n’y a pas longtemps de cela, chez nous, la qualité de citoyen s’acquérait avec la possession de l’argent.

LUCIEN

– Par une inconséquence inexplicable, quand on raisonne au point de vue d

u droit actuel de propriété, la Cité n’a cependant jamais été ouverte à la femme riche et propriétaire. A Rome, il est vrai, le droit de cité était entièrement distinct de l’indépendance matérielle qui se tire de la richesse. Aussi ne faut-il pas séparer cette naissance de la femme à la propriété d’un fait du même genre qui eut lieu pour le fils de famille, dont toutes les acquisitions appartenaient d’abord au père. Les empereurs autorisèrent le fils de famille à avoir des biens en propre que l’on appela son pécule. Ce nouveau droit ne fit pas le fils de famille citoyen ; il l’était auparavant sans propriété. La puissance du père de famille cédait devant le droit qu’avait la Cité sur le fils. Quant à la condition particulière de la femme dans la famille romaine, elle tenait aux origines mêmes de la République. Vous savez que les femmes des premiers Romains furent choses conquises.

SIMON

– Eh ! Oui, l’enlèvement des Sabines !

LUCIEN

– (…) C’est l’esprit exclusif de la

cité qui s’appliquait aux femmes à Rome. Comment le guerrier romain considérerait-il autrement sa femme, puisqu’il l’a conquise à la guerre ! La femme est donc assimilée à l’esclave. Les enfants qu’elle donne sont presque des enfants d’esclave. Le père a eu longtemps sur eux le droit de vie et de mort. Vis-à-vis de son mari, l’épouse est comme la soeur de ses enfants, et, après la mort du mari, elle retombe sous la tutelle de ses propres enfants. L’adoucissement des moeurs romaines, des sentiments plus élevés de justice, l’amour conjugal, l’amour filial, l’amour paternel, modifièrent peu à peu à l’égard des femmes un droit si rigoureux, mais le modifièrent dans le sens le plus étroit. La femme devint propriétaire, devint-elle citoyenne ? Non pas.

JUSTUS

– Vous me faites comprendre des choses que je n’avais pas bien comprises. Je suis moins frappé dès lors du progrès de la législation romaine au sujet du droit des femmes. Mais venons au moyen âge.

LUCIEN

– Nous n

e pouvons prendre le moyen âge en passant sous silence la venue de Jésus et celle de S. Paul, ces deux grands destructeurs des castes de cité.

JUSTUS

– Ah ! Vous avez raison. Voici une occasion pour vous de nous expliquer ce qu’on entend quand on dit que les femmes ont été émancipées par le Christianisme.

LUCIEN

– C’est par allusion à la doctrine de Jésus sur le mariage qu’on s’exprime ainsi. Jésus et S. Paul ont pour l’adultère du mari la même réprobation que pour celui de la femme. Jésus même est plus avancé que S. Paul, comme aussi il est plus avancé que la Bible. Ce que S. Paul ne fait pas, ce que la Bible ne fait pas non plus, lorsqu’elle dit en parlant des époux, ils seront deux en une chair, Jésus identifie la chair des deux époux. « Au commencement de la création, Dieu ne fit qu’un homme et qu’une femme, c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme : et les deux feront une seule chair. » A quoi il ajoute : « AINSI, ILS N

E SONT PLUS DEUX, MAIS ILS SONT UNE SEULE CHAIR. » De là on devait nécessairement conclure l’égalité la plus absolue de l’homme et de la femme dans le mariage. Mais vous savez bien qu’en ce point l’Evangile n’a eu aucune influence sur les lois civiles. Du reste, Jésus appelle la femme de toutes les façons. Par lui elle écrase la tête du serpent, par lui la femme adultère, mais repentie, est pardonnée. Enlevez de l’Evangile quelques paroles dures à Marie, et toute la mission de Jésus à l’égard des femmes vous apparaîtra profondément émancipatrice.

JUSTUS

– Comment accordez-vous cela avec l’état des femmes sous le Catholicisme ? Un certain concile a été sur le point de déclarer qu’elles n’avaient point d’âme.

LUCIEN

– Il faut attribuer l’anathème jeté aux femmes par le Catholicisme à l’envahissement du Christianisme par une portion des erreurs manichéennes, à la théorie des deux principes, le bon et le mauvais, Dieu et le diable, le paradis et l’enfer

; il faut l’attribuer encore à d’autres causes.

JUSTUS

– Et quelles sont-elles ?

LUCIEN

– Il y eut une époque où, sous l’influence d’une mauvaise traduction de ces paroles de l’Evangile : Mon royaume n’est pas de ce temps-ci ; où, sous l’effet des exhortations de S. Paul et même de Jésus au célibat, les hommes, les femmes, se retiraient en foule dans les couvents, et faisaient trois voeux : d’obéissance, de Chasteté, de Pauvreté, renonçant ainsi à toute propriété, toute famille, toute patrie ; s’annihilant dans leur corps, leur coeur et leur intelligence. Mais doit-on imputer uniquement à une doctrine erronée, à l’ignorance de la destination de l’homme, cette ardeur de tant d’âmes d’élites pour l’appauvrissement de leurs facultés ? L’état du monde donnait bien aussi la raison de cette émigration dans les cloîtres. On était au beau milieu de la débauche romaine. (…) [Suit une description apocalyptique des moeurs de l’époque]. En présence de la dissolution effra

yante de cette société, les âmes tendres, délicates, chercheuses de l’Idéal, devaient préférer à tout l’ombre, le silence, l’ensevelissement moral. Poussez maintenant à ses dernières limites cette horreur des liens sociaux, vous comprendrez que, pour des prêtres catholiques, mariage ait pu signifier corruption. La femme ayant toujours représenté dans le couple l’élément sensuel, la femme, pour des prêtres catholiques, dut s’appeler tentation, luxure, concupiscence, perdition. De là à conclure que la femme, vraie fille de Sathan (sic), si elle ne macère et ne mutile son corps et sa beauté, n’a point d’âme, il n’y a qu’un pas que ledit concile n’a toutefois osé franchir.

JUSTUS

– C’est juste !

LUCIEN

– Passons maintenant de l’Eglise au château. Jésus, tout en sapant dans leur base les castes de cité ne les détruisit certes pas complètement en fait. Elles subsistèrent, et avec elles les castes de famille. Mais sur ces deux premières formes d’esclavage prévalut u

ne troisième forme qui domina toute l’humanité du moyen-âge, c’est la propriété-caste, autrement dite la propriété féodale. Des hordes ont quitté les plateaux de la haute Asie ; elles émigrent, et bientôt elles se précipiteront sur l’empire romain en décrépitude. On appelle leur irruption l’invasion des Barbares. Mais ces barbares, à les examiner dans leur nature et dans leurs moeurs, ne sont autres que les rejetons des castes industrielles de l’Orient, qui ont fui la domination des castes savantes ou guerrières. Forcés de quitter les séjours de leurs ancêtres depuis des temps qu’on ignore, ils se sont avancés pour tomber à leur tour sur ce monde dont l’origine remontait à plusieurs émigrations de prêtres et de guerriers indiens et égyptiens, ce monde érudit et jadis plein de vigueur, mais alors exténué et corrompu, de la Grèce et de Rome. Ils vont en faire leur pâture matérielle, morale et spirituelle. Ce que les Barbares demandèrent en premier lieu, ce n’est pas le

titre de citoyen que Rome donnait aux esclaves, et qui n’avait plus de prix, mais les riches et belles campagnes qu’ils voyaient devant eux et dont ils étaient avides. Occuper la terre, en dépouillant les vaincus, telle fut l’oeuvre des Barbares. Une série de titres relevant les uns des autres, mais tous attachés à la terre et déterminés suivant l’importance et l’étendue de la possession, tel est l’ordre social du moyen âge. Des multitudes errantes, lasses de leur mobilité, désireuses de se fixer enfin et de s’attacher à ce qui leur paraissait le plus solide, la terre, devaient faire naître les castes de propriété. Au moyen âge donc, la propriété féodale, la propriété du château fort est tout. La famille tire son nom et son titre du château fort ; l’homme et la femme sont esclaves du château fort. De la femme, comme sous la caste de famille, on n’exige plus la nombreuse postérité ; de la femme, comme sous la caste de cité, on n’exige plus le guerrier et le citoyen ; de la femme,

on exige l’héritier féodal, celui qui doit conserver le château intact, le transmettre de même, et conserver par là son nom, son titre, sa puissance à la famille. Tout donc, dans la société civile du moyen âge, est subordonné à cette idée : une terre, un château, un seigneur de la terre et du château, une femme pour donner le jour au seigneur de la terre et du château.

JUSTUS

– Oh ! C’est tout-à-fait cela.

LUCIEN

– Vous voyez bien, mes amis, que si la femme a été asservie et l’est encore, l’homme l’est aussi, l’Humanité l’est. L’Humanité ne continue-t-elle pas de vivre, misérablement soumise aux trois genres d’oppression que je vous ai signalés ? On a déclaré en France tous les hommes citoyens, c’est quelque chose, mais ce n’est pas suffisant pour sortir de la cité-caste et créer la Cité véritable. Nous n’aurons fait de grands progrès à cet égard que quand nous aurons reconnu aux fe

Cmmes le titre et la qualité de citoyennes.

SIMON

– A la bonne heure ! Je ne puis plus m’empêcher d’être de ton avis. Aussi ne me reste-t-il qu’une question à te faire. Quelle fonction exerceront les femmes dans la cité ? Car enfin, du moment qu’elles seront reconnues citoyennes, elles auront droit de prétendre à des emplois.

LUCIEN

– Songerais-tu à me faire cette singulière objection que la femme ne pouvant pas accomplir les travaux des hommes, par exemple être couvreur, maçon, tailleur de pierre, carrossier, etc., ne peut de même être sergent de ville ou général d’armée, préfet ou procureur de la République ? Est-ce que par hasard elle enviera des fonctions de ce genre, qui seront toujours en dehors de ses goûts ? Est-ce que tous les hommes peuvent exercer ces mêmes professions ? Outre l’industrie, et les fonctions qui rel

vent du pouvoir exécutif dans l’Etat, n’y a-t-il pas l’art, la science ? Enfin, le sentiment étant la prédominance commune aux femmes, ne pourra-t-on pas quelque jour, quand l’instruction publique et gratuite par l’Etat sera décrétée, confier à des femmes le soin de régler et de diriger cette partie importante de l’enseignement qui est l’éducation ?

JUSTUS

– Vous avez raison.

LUCIEN

– Mes amis, il y a des fonctions pour les femmes dans l’association humaine bien organisée. Mais entre nous, à cette heure, il s’agit de principes. Réfléchissez à ceux que je vous ai émis, et nous en recauserons une autre fois ; car il est temps que je vous quitte. Je désire cependant terminer en résumant ce qui ressort pour moi de notre longue causerie. Voici ma conclusion :

Ne soyons point de ceux que le sexe de la femme préoccupe avant tout, et qui, tombant dans deux excès contraires, ou prêchent la licence aux femmes

, ou veulent les condamner à la réclusion.

Comme sexe, la femme n’a droit qu’à deux choses, à être épouse et mère. Comme sexe, l’homme n’a droit qu’à deux choses, à être époux et père.

L’épouse et l’époux sont les deux faces égales d’un même être qu’ils réalisent par leur union, le Couple ; la loi du Couple est l’égalité des époux, leur constance et leur fidélité réciproques.

Dans la cité il n’y a plus de sexe ; il y a des êtres humains semblables, ayant les mêmes droits et les mêmes devoirs.

La femme entre dans la cité au même rang que l’homme, comme lui et à côté de lui ; elle y exerce des fonctions en rapport avec les aptitudes qui lui sont propres.

Luc Desages.

le citoyen père de famille selon F. de Neufchâteau, 1799

Paris, le 21 Germinal an 7 de la République française, une et indivisible

Le MINISTRE DE L’INTÉRIEUR,

Aux Administrations centrales et municipales.

Citoyens administrateurs, je continue à parcourir avec vous la série philosophique et touchante de nos Fêtes nationales. Ce sujet a pour moi un attrait spécial ; et si je pouvais parvenir à bien rendre ce que je sens, je vous transmettrais des instructions dignes de ces lois imposantes et de ces sages arrêtés que je dois vous développer ; mais quoique je demeure fort au-dessous de l’idée que je m’en fais, je dois prouver mon zèle en excitant le vôtre ; et ce devoir de ma place, d’accord avec le penchant de mon cœur, ne souffre ni retard, ni excuse.

Dans le système moral des Fêtes, celle des Epoux succède à celle de l’Adolescence ; et par ce rapprochement, le Législateur indique à une jeunesse trop souvent égarée par de faux et stériles plaisirs, les sources de la véritable volupté, dans ce lien sacré qui donne du corps à l’amour en le fondant sur la vertu.

Lorsque la corruption semble universelle, lorsque abjurant l’aimable pudeur, la pudeur, cette parure de l’innocence naïve, ce charme plus puissant que la beauté même, et plus séduisant encore que la grâce, une foule abusée cherche dans les plus frivoles illusions, ou dans les égarements les plus coupables, le fantôme (1) d’un bonheur toujours fugitif, suivi des dégoûts et des remords, et dans lequel on ne rencontre trop souvent que le mépris public et que sa ruine particulière ; il est beau d’opposer aux tableaux de la dépravation, celui de la simplicité des vertus domestiques, de cette félicité sans trouble que le sentiment embellit, que la raison confirme, où tous les devoirs ennoblissent et épurent les plaisirs, où les plaisirs tempèrent l’austérité des devoirs les plus saints, et où l’état le plus heureux de la vie se trouve sous la sauvegarde des bonnes mœurs.

La société doit particulièrement honorer cette institution à laquelle elle doit sa force, son lustre, et peut-être son origine ; cette institution dont elle a fixé ensuite les bases, d’accord avec la nature, qui, après avoir conduit l’être sensible, par l’attrait du plaisir, à former ces liens, l’y retient par les charmes de l’habitude et de la reconnaissance, par les soins communs et délicieux que l’éducation physique et morale des enfants impose au père et à la mère, dont l’amour, dirigé vers ces nouveaux objets, semble passer pour lors à un autre bonheur.

La morale vengée et consolée sourit à ces tableaux. Le mariage, cette union sainte et légitime, en étendant et en resserrant les nœuds des familles, assure leur repos et leur honneur : elle arrête l’homme sur la pente des vices, et met un frein à la dissolution des mœurs ; elle crée à l’être frivole ou corrompu, de nouveaux sentiments et des vertus qu’il ne soupçonnait pas encore. Oui, l’homme est un citoyen plus digne et plus recommandable, du moment où il acquiert le titre de père de famille ; il sent alors, par les nouveaux soins qui lui sont imposés, les obligations qu’il a contractées envers la grande famille dont il fait partie : il ne vit plus pour lui seul ; il a le besoin du bonheur des autres ; et sa sensibilité, éveillée, s’étend de ses enfants à ses semblables, et de sa famille à la société. Alors l’objet de ses affections, sa compagne, ajoute au charme fugitif et périssable de la beauté, celui des vertus qui ne s’efface jamais, le seul dont le temps ne puisse flétrir l’éclat ; et c’est ainsi qu’elle (2) s’assure un nouvel empire, et qu’elle attache au cœur même de son époux, la chaîne dont leurs enfants viennent resserrer les nœuds en les couvrant de fleurs.

Tels sont les rapports moraux qu’il convient d’indiquer dans les discours, et de développer par des emblèmes et des allégories.

Il est un rapport politique non moins important : ces principes de vertus modestes et intérieures, d’ordre, de décence, d’économie, etc…, se lient essentiellement à ceux du Gouvernement républicain. De là ces honneurs, ces privilèges, ces distinctions, accordés par les anciens législateurs à la sainteté des mariages. De là, la censure du célibat, ce fruit de l’égoïsme et du libertinage, qui corrompt la société et l’appauvrit en même temps, qui était puni chez les Grecs, et qui, chez les Romains, ne commença de prévaloir qu’à la fin de la République. De là, la législation motivée du divorce, remède nécessaire, dont l’existence prévient celle du mal qu’il doit guérir, au sujet de quoi Montaigne a si bien dit : Jamais les mariages ne furent chose plus sainte et plus sacrée, que lorsqu’il y eut facilité de les rompre. De là, les peines infligées à l’adultère, considéré comme portant le trouble et le désordre au sein des familles et dans l’état des Citoyens, et peut-être, après l’homicide, le plus punissable des crimes, puisqu’il est à la fois le plus cruel de tous les vols et le plus sanglant des outrages.

Si l’institution du mariage fut honorée et protégée par toutes les législations, elle doit l’être particulièrement par la nôtre. Non seulement cette institution se rapporte à ses principes ; non seulement le mariage est une des conditions que notre loi fondamentale exige de la part des citoyens élus pour s’asseoir au Conseil des Anciens ; mais seul il doit former cette génération forte et pure qui conservera et qui honorera la Constitution républicaine.

C’est par l’éducation que les pères disposeront des brillantes destinées de leurs enfants, et par suite de celles de l’Etat. Heureux celui à qui l’on pourra adresser ces paroles : Citoyen la société te sait gré, elle te félicite d’avoir donné à la patrie un (2bis) citoyen, un homme préparé aux travaux de l’agriculture et des arts, et également propre à défendre la République dans les tourmentes de la guerre, et à embellir par ses mœurs les douceurs de la paix (*[1]).

Voilà une partie des idées et des espérances, des images et des leçons que la loi a voulu rappeler aux Républicains, lorsqu’elle a ordonné qu’on célébrât, le 10 floréal, la Fête des Epoux.

L’arrêté du Directoire exécutif, du 27 Germinal an 4 (bulletin 40, n° 326), vous indique les principales dispositions de l’ordonnance de cette fête.

Distinguer les personnes mariées qui, par quelque action louable, auront mérité de servir d’exemple à leurs concitoyens, ou qui, déjà chargées de famille, ont adopté un ou plusieurs orphelins ; inviter à la Fête les jeunes époux unis pendant le mois précédent et pendant la première décade de floréal ; y donner des places d’honneur aux vieillards accompagnés de leurs enfants et petits-enfants, etc. ; tels sont les principales dispositions de cet arrêté.

Vous les étendrez par tous les moyens que votre zèle éclairé pourra vous suggérer, ou qui naissent des considérations que je viens de vous développer.

Placez avec honneur le buste du précepteur d’Emile au milieu d’un groupe de mères et d’enfants ; rendez honneur aux mères qui nourrissent, aux pères qui sont instituteurs.

Rappelez la mémoire, et présentez, s’il est possible, les images de Cornélie, mère des Gracques ; de Porcie, d’Arrie, d’Eponine, etc.

Répétez, célébrez les traits touchants de tendresse conjugale que l’histoire nous a conservés.

Ne vous bornez pas à honorer l’héroïsme, le dévouement, le courage, les vertus brillantes ; payez aussi un juste tribut aux vertus obscures, à l’économie, à la tempérance, aux vertus douces (4) et modestes, à la décence, à la pudeur, à la foi dans les engagements, etc.

Couronnez les parents dans leurs enfants, en accordant quelque distinction à ceux dont les fils se sont illustrés dans la carrière du patriotisme, des lettres et des arts ; à ceux dont les enfants ont volé à la défense de la patrie et dont le sang a coulé, ou qui se sont honorés par des actions héroïques et généreuses ; à ceux aussi dont les filles sont distinguées par leurs vertus.

Invitez les Directeurs de spectacle à donner, pendant ce jour, des pièces morales, telles que le Père de famille, le Préjugé à la mode, le Bourru bienfaisant, etc.

Vouez au mépris, à l’animadversion publique, les mauvaises mœurs, la séduction, la débauche, l’oubli des devoirs, tous ces vices nés dans la corruption de la monarchie, et que la morale républicaine doit proscrire et faire disparaître. Que cette Fête prenne le caractère auguste et touchant qui lui convient. Elle rappelle à la fois les images les plus douces et les plus imposantes, l’amour pur et ses ineffables jouissances, la tendresse maternelle, le bonheur et les soins de la paternité, les égards réciproques ; le partage du plaisir et des peines, qui centuple les premiers et atténue les derniers ; les principes de l’éducation des enfants ; enfin tous les devoirs de père et de mère de famille.

Que les emblèmes, les chants, les discours, rendent ces grandes vérités sensibles à tous les esprits et chères à tous les cœurs.

Le mariage a trois objets ; le bonheur des époux, l’éducation des enfants, la conservation de la société : sachez le faire envisager sous ce triple rapport.

Orateurs citoyens, vous ne serez point dans le cas de ces rhéteurs du fanatisme, qui, s’étant voués par état à un célibat corrupteur, n’étaient pas dignes de parler de l’amour conjugal. Vous trouverez dans vos cœurs mêmes la source pure et abondante des sentiments qu’inspire la Fête de l’Hymen, et des paroles les plus propres à les faire goûter. (5)

Si vous aviez besoin d’un texte, ouvrez les Essais de Montaigne ; et dans son style plein de grâce, de vérité et d’énergie, voyez ce qu’il a si bien dit pour relever le mariage : Il a pour sa part, l’utilité, la justice, l’honneur et la constance ; c’est une douce société de vie, pleine de fiance et d’un nombre infini de bons, de solides offices et obligations mutuelles. A le bien façonner, il n’est point de meilleure pièce dans la société. Aucune femme qui en savoure le goût, ne voudrait tenir lieu de maîtresse à son mari.

Le chapitre 7 de l’Economique de Xénophon (1[2]) pourrait aussi servir de texte aux discours à prononcer dans la Fête des Epoux : les modernes n’ont rien dit de mieux raisonné ni de plus persuasif ; mais ils ont démontré par des calculs exacts, que l’on vit plus longtemps dans l’état du mariage que dans le célibat. Confirmez par ce fait le vœu de la nature.

Présentez surtout le tableau touchant des soins consolateurs que les époux se doivent, qu’ils donnent à leurs enfants, et que leurs enfants leur rendront un jour.

L’arbre aux rameaux étendus que la vigne enlace, dont l’ombrage tutélaire dispense la fraîcheur sur de jeunes et tendres plantes qui croissent, s’élèvent et couronnent de fleurs ses branches chargées de fruits délicieux : telle est l’image des bienfaits du lien conjugal.

En rendant un juste hommage au sexe qui donne, charme et console la vie, n’oubliez pas ce mot d’un homme éloquent et vertueux : sans les femmes, les deux extrémités de la vie seraient sans secours, et le milieu sans plaisirs (2[3]). (6)

Ramenez les femmes, par les exemples mêmes qu’elles ont donnés, aux vertus simples et modestes : présentez la peinture effrayante des malheurs publics et particuliers qu’entraînent la dissolution des moeurs et l’oubli de la foi des engagements.

Livrez au mépris ceux qui font de cet état, d’où dépend le bonheur de la vie entière, un vil trafic d’intérêt et qui mettent un calcul à la place d’un sentiment.

Rendez enfin à cette institution la dignité qu’elle n’obtient que dans les Républiques : vengez-là des insultes que lui fit la légèreté française sous la monarchie, où l’on répandait sur les objets les plus respectables, le vernis d’une coupable frivolité.

Puissent les peintures sentimentales ramener aux routes de la vertu ceux qui sont assez malheureux pour s’en écarter ! puisse l’image du bonheur des époux, augmenter celui dont ils jouissent, leur apprendre à le mieux sentir, leur rendre leurs devoirs plus présents et plus chers, les diriger dans l’éducation de leurs enfants, et enfin créer une classe nouvelle d’hommes sensibles, de pères et de mères de famille respectbles et de citoyens éprouvés, qui, par l’exercice des vertus particulières, se préparent à exercer un jour toutes les vertus publiques !

Tels sont, citoyens administrateurs, les vœux qu eje vous confie, et que vous aiderez à réaliser.

Je compte sur le soin que vous prendrez pour embellir la Fête des Epoux ; mais avant de finir ma lettre, je crois devoir vous indiquer et vous recommander un détail précieux, qui peut rendre tout à la fois cette cérémonie plus touchante et plus utile. Ce serait, Citoyens, de ne pas oublier, dans ces jours d’allégresse, qu’il est des êtres malheureux, souffrants et délaissés. Ah ! sans doute il est digne du bon esprit républicain de les faire participer, par un moyen quelconque, à nos fêtes nationales.

Oui, ce sont les jours de ces fêtes que vous devez choisir pour faire voir à la jeunesse, pour visiter vous-mêmes les asiles de la misère, et les prisons, et les hospices, surtout ceux où l’on (7) recueille ces enfants infortunés, victimes ou de la mort, ou de l’indigence, ou de la barbarie des auteurs de leurs jours. Est-il dans la nature des êtres plus à plaindre ? Rien ne peut dans le monde suppléer aux effets de l’amour maternel, et ils en sont privés. Ils sont perdus dans ces hospices, où il est impossible de pourvoir convenablement et à leur nourriture et à leur éducation. Que cette idée est déchirante ! que ce spectacle est douloureux ! Qu’il serait beau de parvenir à donner à chacune de ces tristes victimes, des parents et une famille qui soigneraient leur existence, et les attacheraient à la société par le don d’un état et la double culture des talents et des mœurs ! L’adoption, heureusement permise par nos lois, présente, à cet égard, à tous les citoyens, un moyen bien facile de suppléer à l’impuissance de la bienfaisance publique, par les actes divins d’une bienfaisance privée. Emparez-vous de cette idée, citoyens Administrateurs : excitez, provoquez, appelez à grands cris sur ces pauvres enfants la sensibilité de vos concitoyens. Non, non ; ils ne seront point sourds à la voix de l’humanité : il s’en trouvera, je l’espère, et dans tous les cantons, il s’en trouvera, dis-je, qui se chargeront de quelqu’une de ces infortunées et innocentes créatures. Que ces adoptions orneront solennellement la Fête des Epoux ! Quel plus délicieux spectacle peut s’offrir aux yeux du grand peuple ! il fera tressaillir les entrailles de tous les pères et les cœurs de toutes les mères ; il intéressera et la pitié de la jeunesse et la raison de l’âge mûr ; enfin, il donnera à nos fêtes nationales le véritable caractère que le législateur voulut leur imprimer, puisqu’il en fera le théâtre d’une bienfaisance éclairée, le triomphe de la nature et le règne de la vertu. »

Salut et Fraternité,

Signé François (de Neufchâteau)


[1] C’est à peu près le sens des fameux vers de Juvenal : Gratum est quod patriae civem populoque dedisti, etc.

[2] Cicéron traduisit l’Economique de Xénophon : on trouve dans Columelle plusieurs fragments de cette traduction, et entre autres une assez grande partie, ch. 7, sur le mariage. Il commence ainsi : maritale conjugium sic comparatum est à naturâ, ut non solum jucundissima, verumetiam utilissima vitae societas iniretur, etc. On pourra consulter aussi l’Esprit des lois, t. III, ch. 2ème et suivants.

[3] Thomas.