Louis Devance, Famille et socialisme vers 1830

Une thèse importante est celle de Louis Devance, La question de la famille — origines, évolution, devenir — dans la pensée socialiste en France de Fourier à Proudhon. Essai de contribution à l’histoire des idées morales et de l’anthropologie dans les deux premiers tiers du XIXème siècle, thèse de 3ème cycle, Université de Dijon, 1973, ex. dactylo, 490 p. Difficile d’accès puisqu’elle ne circule plus, en voici quelques pages en trois fichiers pdf.[1]

Il s’agit des trois parties du chapitre XI, intitulé « De 1848 à la fin des années 1860 : la réduction des dissonances ». Les trois parties avec leur sommaire sont les suivantes, de A à C :

A. La seconde République : progrès du féminisme et respect de la famille

1. Renforcement du féminisme. Son évolution vers l’autonomie. « La voix des femmes » et « L’Opinion des femmes ».

2. L’itinéraire de Pauline Roland

B. Opinions des hommes

1. Le renforcement du féminisme

2. Le traditionalisme des idées de Lamennais sur la famille

3. Un juste milieu quarante-huitard : la destruction des abus de la famille actuelle selon le montagnard GREPPO

4. Les réfractaires fouriéristes et communistes en 1849

C. L’épilogue du second Empire.

1. Nouveaux ralliements fouriéristes

2. Les droits de la mère selon Emile de Girardin. Réfutation par COLINS

3. Un féminisme autonome et antiproudhonien

4. Les ouvriers français de la Première Internationale et leurs thèses sur la famille

5. Et s’il n’en reste qu’un… Jules Gay et le « socialisme rationnel »


[1] Merci à Pascal Allais qui a eu la gentillesse d’effectuer la numérisation de ces documents.

Louis Couailhac, ou la femme comme ultime jouissance du pauvre

Nous avons étudié, vendredi dernier, un texte de Louis Couailhac, extrait de l’Echo de la Fabrique, le journal des canuts des années 1830. Le feuilleton qui nous occupait, Le Canut, illustrait assez bien, selon moi, le conjugalisme inhérent à la pensée « classiste » (ou socialiste pour utiliser le néologisme que forgera peu de temps après Pierre Leroux). Sur ce point, pas grand chose à commenter, le texte parle de lui même : c’est par son époux que le sort de la femme s’améliorera, et non par l’union des femmes entre elles. C’est pour cette raison que nous l’avons étudié. Certains, dans l’auditoire, ont manifesté une réticence au moment où j’interprétais l’attitude de Jacques Lebras, qui meurt pour voir voulu venger l’affront qu’il subit à travers l’agression de sa femme : interprétation qui, prenant appui sur les termes utilisés par Couailhac lui-même, montrait que la femme y était présentée comme le dernier « bien », l’ultime « jouissance » universelle, libre d’accès, permettant aux pauvres (aux hommes de la classe ouvrière) de supporter, par cette égalité avec les hommes de toutes classes, leur misère matérielle. Difficile en effet d’admettre que dans l’honneur réside une part d’appropriation de l’autre, et que dans le sacrifice qu’il fait de sa vie, l’époux venge davantage sa propre dignité qu’il ne se soucie du sort de sa femme (dont à aucun moment, dans ce feuilleton, il ne s’enquiert ; et qu’il voue de toute façon à la misère en lui laissant la charge de leurs enfants).

Un jeune homme éduqué du XXIème siècle, à cela, rétorque que « La femme n’est pas qu’un corps », et que Jacques Lebras, par son geste, signifie simplement son amour pour elle « tout entière ». Peu importe, selon moi, qu’il l’aime comme corps ou comme « être dans son entier », les deux étant inextricables. La question n’est pas de savoir s’il l’aime ou pas ; mais dans quelle mesure avoir touché au corps (et à l’âme pourquoi pas) de Rose, c’est avoir atteint l’honneur de Jacques. Ce que j’y vois, c’est l’identification de soi à l’autre, l’appropriation comme annexe de la solidarité, du lien et du sentiment pour l’autre. De jacques à son épouse, s’opère la même transmutation que celle qui relie un parent à son enfant, touché et blessé du seul fait qu’on ait touché et blessé celui dont on a en charge le bien être, la protection. Or, et l’on revient au coeur du paternalisme moderne, c’est bien la protection des plus faibles qui justifie, in fine, dans le Code mais bien plus largement dans les représentations de la paternité et de la famille, l’autorité paternelle et maritale.

Le plus difficile à admettre pour un esprit jeune et généreux, c’est que ce sentiment d’appropriation masculine ait davantage persisté que celui de protection. Et la question subsidiaire est : ce sentiment d’appropriation s’il était alors masculin, l’est-il resté exclusivement ?

Voici les trois parties publiées entre avril et mai 1833 dans l’Echo de la Fabrique (j’ai souligné en bleu le passage dans lequel Louis Couailhac rappelle à son lecteur les raisons qui ont poussé Jacques Lebras à venger l’agression qu’a subie Rose, son épouse) :

14 avril 1833, L’Echo de la fabrique, n°15

Le Canut[1]

– Rose, voila ma pièce finie ; je vais la porter au magasin.

– Et il faut y aller bien vite ; car nous n’avons plus que quarante sous à la maison.

– Rose disait cela sans quitter l’aiguille, avec aussi peu d’émotion qu’elle aurait dit une chose très-ordinaire, comme si au bout de ces quarante sous la faim ne devait pas la prendre à la gorge, elle et sa famille. Le peuple a le bonheur de vivre avec insouciance sa vie au jour le jour ; il voit arriver son dernier sou sans angoisse et semble compter pour le lendemain sur la bonté de Dieu, qui n’abandonne jamais sa créature. Sans cela il y aurait quelque chose de trop fatiguant dans cette lutte continuelle avec les besoins du corps, dans cette crainte toujours renouvelée de rester sans pain. L’artiste du moins a pour le soutenir dans sa carrière aventureuse le sentiment exalté de son art, de temps en temps quelques accidens heureux de passion ou de fortune, ici une femme qui l’aime de cœur, là un voyage avec un seigneur russe ou un riche anglais sous le ciel poétique de l’Italie, puis des amis joyeux, des soupers arrosés de Champagne qui se prolongent bien avant dans la nuit, enfin l’espoir de voir un jour son nom entouré de quelque renommée, son talent récompensé par une certaine aisance. L’ouvrier n’a que des jours de labeur et de peine, des sueurs au profit d’une aristocratie dédaigneuse, une existence sans avenir et sans jouissance du moment, sans variété et sans teinte poétique, grossière et d’une réalité toute matérielle, pas d’autre but que de vivre et d’arriver péniblement à la mort qui met de côté tout privilège et fait l’égalité des cadavres. Ceci est beaucoup plus triste.

Jacques Lebras travaillait dans la soierie et habitait Lyon ; il avait épousé une jeune couturière de dix-sept ans, Rose Dupuis, et en avait eu trois enfans en quatre ans d’union. La canaille suit à la lettre le précepte de Dieu : Croissez et multipliez. Là la nature n’est pas soumise au calcul, et on ne se règle pas d’avance sur la portion d’héritage qu’on veut laisser à chacun de ses enfans ; on leur donne deux bons bras et une santé robuste pour tout bien.

Jacques mit sa veste et sortit avec sa pièce sous le bras. Arrivé chez le fabricant il fut obligé d’attendre quelque temps dans l’espèce de cage d’où le canut livre son ouvrage au commis retranché derrière les barreaux ; son tour vint. On voulait lui rabattre quelque chose sur la façon ; hardi et peu endurant il adressa des réclamations énergiques et dit que c’était une infamie de spéculer ainsi sur la fatigue du pauvre ouvrier. Le commis lui accorda ce qu’il demandait pour ne pas prolonger une discussion qui donnait du courage aux plus timides et aurait infailliblement excité une foule de réclamations.

– Voulez-vous me donner de l’ouvrage, continua Jacques d’un ton radouci ?

[7.2]- Il n’y en a pas, reprit sèchement le commis.

– Mais il me semble pourtant que d’autres viennent d’en emporter…

– Il n’y en a plus, vous dis-je ! Est-ce fini ? J’espère que vous ne me forcerez pas à vous confier des pièces quand je n’en ai pas !… Voyons un autre…

Jacques essuya vite avec sa main une larme de rage qu’il n’aurait pas voulu montrer à cet homme et partit. Il se sentait humilié d’être contraint à céder devant cette puissance de l’argent. Depuis long-temps il travaillait pour la même maison, avait souffert plusieurs injustices en silence et n’avait pu s’empêcher de se révolter enfin contre un abus criant : maintenant il fallait chercher et surtout trouver de l’occupation chez un autre fabricant. Mais d’ici là, lui à qui ses charges domestiques ne permettaient pas de faire des économies, comment donnerait-il du pain à ses enfans quand ils lui en demanderaient à grands cris ? Comment pourrait-il supporter les larmes et les gémissemens de sa pauvre femme !

Huit heures sonnaient ; il se détourna un peu de sa route pour passer dans un cabaret où se réunissaient quelques compagnons de ses amis ; il voulait leur demander s’ils ne pouvaient lui procurer de la besogne chez quelqu’un de leurs patrons respectifs.

– Ah ! ah ! voila Jacques Lebras, s’écria un des anciens camarades d’apprentissage de notre ouvrier. – Jacques, approche un tabouret et prends un verre de vin avec moi ; nous allons rire.

– Je n’ai guère envie de boire et de rire, vois-tu, Léonard. Je n’ai plus d’ouvrage et je viens en chercher.

– C’est toujours la même chanson, dit en l’interrompant un individu assis à une table voisine et vêtu d’une longue redingote noire un peu rapée. – Vous prétendez tous que vous n’avez pas d’ouvrage, que vous mourez de faim… Il y a peut-être bien un peu de votre faute…

– Ce reproche-là ne me regarde pas, reprit Jacques… Car j’ai toujours travaillé avec conscience et je n’ai jamais perdu mon temps.

– Vous ne me comprenez pas, l’ami… Il y a de votre faute en ce sens que c’est la faute du gouvernement et qu’il ne tiendrait qu’à vous de travailler…

Les deux ouvriers se regardèrent un instant étonnés.

– M’entendez-vous ?

– Oui, oui, à peu près. Je sais bien que les affaires ne vont pas tout-à-fait comme elles devraient aller. Mais enfin il n’y a encore rien de perdu ; on peut facilement revenir à bien.

– Bah ! Il n’y a qu’un seul moyen de voir revenir l’ouvrage et les bonnes journées… Voulez-vous que je vous conte cela entre nous, bien bas… Tenez… je vais vous glisser ma recette dans le tuyau de l’oreille… Approchez… – Pour que le commerce reprenne… – Il faut que les autres soient revenus…

– Qui donc ça, les autres ?

– Et bien ceux qui occupaient et secouraient l’ouvrier, ceux qui pendant quinze ans vous ont fait vivre en joie, ceux qui sont exilés, ceux du drapeau blanc, enfin.

Un éclair de colère passa dans les yeux des canuts.

– Monsieur, dit Jacques, cessons de causer… sur cet article-là nous ne serons jamais d’accord… Pour ma part je vous avouerai que je déteste du fond du cœur ces Bourbons qui sont rentrés deux fois en France à la suite des cosaques et qui plus tard se sont donnés aux jésuites et ont versé le sang français sur les pavés de Paris… Je ne leur pardonnerai jamais cela, et je vous [8.1]réponds que s’ils avaient le malheur de remettre le pied chez nous, je ne serais pas le dernier à prendre le fusil pour faire lâcher prise.

L’homme à la longue redingote noire fit une grimace expressive et se leva :

J’espère, camarade, que vous reviendrez à de meilleurs sentimens quand vous aurez encore un peu souffert… Je m’intéresse à vous et je veux vous donner de bon conseils… Venez me voir rue de la Charité, n° 32 ; vous demanderez M. Joseph. En attendant, voici… – il se baissa vers lui et lui glissa quelque chose dans la main. – …voici cinquante francs pour subvenir à vos premières nécessités.

– Monsieur, s’écria Jacques avec indignation et en jetant les cinquante francs sur la table, je ne veux voir ni vous ni votre argent. Et partez vite, parce que si j’avertissais les camarades, votre affaire ne serait pas bonne.

L’homme noir ramassa son argent et se hâta prudemment de s’esquiver.

– As-tu jamais vu un pareil cafard, dit Jacques à son camarade en lui souhaitant le bon soir. Je ne voudrais pas devenir riche au prix qu’il me proposait.

– Ni moi non plus, ma foi.

Et ils retournèrent tous deux au sein de leur pauvreté.

(La suite à un prochain numéro.)

L’Echo de la Fabrique, 21 avril 1833, n°16

En rentrant Jacques annonça à Rose l’altercation qu’il avait eue avec le commis et le fâcheux résultat qu’elle avait amenée. Elle en fut bien abattue ; de son seul travail elle ne pouvait suffire à la dépense journalière de la maison. Le canut distribua à ses enfans le repas du soir avec une tristesse qu’il chercha en vain à dissimuler ; il n’était pas sûr de pouvoir leur en donner autant le lendemain. Au lit sa femme l’entendit pleurer et remarqua qu’il cachait sa tête sous l’oreiller pour ne pas être entendu ; elle chercha à le consoler et finit par lui rendre un peu de tranquillité et de courage. Cependant elle-même ne se livra pas au sommeil ; toute la nuit elle fut occupée à aviser aux moyens de sortir de la crise où ils se trouvaient. « Alors elle pensa que Jacques avait peut-être été un peu trop brusque ; elle ira trouver M. Boursault, le fabricant pour lequel il travaillait ; elle le suppliera de ne pas retirer l’ouvrage à son mari, elle lui parlera de ses enfans, de la détresse où ils vont tomber ; il se laissera attendrir et le pauvre ménage pourra encore subsister. » Le matin, pendant que Jacques était déjà sorti pour trouver de l’occupation, elle fit un peu de toilette et se dirigea vers le magasin.

Elle était jolie, Rose ; son teint frais et animé faisait ressortir la douceur de ses yeux bleus ; la simplicité de sa parure, sa tournure sans apprêts et sans roideur, sa grace naturelle et sans afféterie donnaient de suite bonne opinion de sa beauté. Elle avait une de ces physionomies sur lesquelles l’œil fatigué aime à s’arrêter après avoir passé en revue dans une brillante promenade toutes ces figures de jeunes filles musquées, minaudières, jouant l’expression et grimaçant la nature ; ainsi en sortant d’une serre chaude où des fleurs étrangères croissent à grand-peine [7.2]et dépourvues de cette végétation brillante, de cet abandon gracieux dont elles se parent sous le ciel de la patrie, on revoit avec plus de plaisir la timide violette et l’humble bluet des champs.

Elle arriva et entra d’un pas timide dans le bureau ; Boursault s’y trouvait à ce moment. En voyant la jeune femme il sourit, fit un signe d’intelligence à son commis qui était habitué à pareille fête et rentra dans son appartement ; on pria Rose de passer dans l’appartement de M. Boursault.

– Que puis-je faire pour vous, ma belle enfant ?

– Monsieur…

– Oh ! n’ayez pas peur, je ne suis pas un tigre…

Et il se mit à rire comme Odry lorsqu’il vient de faire un calembour.

– Monsieur, vous avez refusé de l’ouvrage à Jacques Lebras, mon mari…

– Ah ! vous êtes mariée… L’heureux mortel celui qui possède tant de charmes !…

Il allait continuer une série de galanteries à l’usage des mauvais sujets vis-à-vis les femmes mariées, lorsque Rose l’interrompant et feignant de n’avoir pas entendu :

– Monsieur, je viens vous prier de rendre votre pratique à Jacques … Car nous n’avons pas d’autre ressource.

– Comment donc, ma charmante, mais cela peut se faire… très-bien, très-bien…

Tout en parlant il l’attirait sur le sopha où il était assis et lui passait la main autour de la taille. Rose qui ne s’attendait pas une pareille réception était à côté de lui, rouge, tremblante, ne sachant que faire, n’osant pas encore le repousser ; car elle songeait, la pauvre mère, à la faim de ses enfans.

– Cependant je mets à cela une petite condition, reprit Boursault.

Elle trembla et s’empressa de lui dire :

– Oh ! Monsieur, j’aurai pour vous la reconnaissance la plus vive…

– Justement, mon ange, c’est de la reconnaissance que je demande…

Il s’approcha d’elle les yeux brillans et lui posa la main sur le cou afin de l’embrasser. Rose perdit tout espoir :

– Laissez-moi, Monsieur… s’écria-t-elle avec un accent de colère et en se débattant vivement.

– Allons, cruelle… ne viens-tu pas de me promettre ?…

Il la saisit vigoureusement et chercha à la retenir entre ses bras. Rose lutta avec force, se dégagea adroitement, le repoussa sur le sopha, se précipita vers la porte et entra vite dans le bureau ; Boursault n’osa pas l’y poursuivre au milieu des personnes qui étaient là.

– C’est une des plus rebelles que j’aie rencontrées, dit-il en lui-même en se peignant les favoris devant une glace. – Jamais on ne m’a résisté ainsi !

Le gros fat ! Il voulait dire que jamais on n’avait résisté à son argent ; car c’est la séduction ordinaire que mettent en avant nos grands seigneurs de nouvelle espèce. Dans l’ancien régime, lorsqu’un Sévigné ou un Richelieu avait remarqué quelque fille au joli minois, avant de parler diamans, petite maison et carosse, il parlait cœur et passion et tâchait de se faire aimer pour lui-même. Les Marion Delorme et les Ninon1 n’auraient eu que du dédain pour un adorateur dont tout le mérite eût sonné en écus et qui leur eût proposé un contrat de vente au lieu d’un accord d’amour. Maintenant les despotes à coffre-fort se présentent dans le boudoir d’une [8.1]femme la bourse à la main comme ils entrent chez le commissaire-priseur un jour d’adjudication ; ils marchandent la passion et ont une maîtresse comme ils ont un comptoir. Si j’étais peintre et que je voulusse représenter l’amour de ce temps-ci je lui mettrais un sac d’argent en guise de carquois et un billet de banque sur les yeux. Siècle d’agioteurs !

l’écho de la fabrique, 28 avril 1833, n°17

Lorsque Rose revint à la maison elle trouva son mari la tête appuyée sur ses deux mains et tout affligé de l’inutilité de ses courses. Lui, la voyant embarrassée, le teint enflammé, les yeux humides, lui demanda d’où elle venait ; elle lui avoua d’abord sa démarche auprès de Boursault. Jacques lui fit de vifs reproches de ne l’avoir pas consulté avant de s’abaisser à supplier cet homme. Mais que devint-il lorsqu’il apprit la condition que Boursault avait mise à la demande de Rose et l’indigne attaque à laquelle celle-ci avait été exposée. – Il devint pâle tout à coup, comme lorsqu’on apprend un grand malheur, un malheur nouveau et inattendu. Il aurait pu tout supporter, la pauvreté, la faim, des injures ; en pensant à sa famille il aurait pu courber sa tête et se taire sous une humiliation personnelle ; mais être insulté dans ce qu’il avait de plus cher au monde ! être déshonoré dans l’honneur de sa femme ! être regardé comme un homme qui peut manger un pain acheté à ce prix ! Son sang bouillonnait dans ses veines. C’est là l’injure que le pauvre ressent le plus douloureusement ; ces inégalités factices de fortune et de condition que la main des hommes lui a imposées, il les subit par nécessité et par habitude ; mais il est fier de l’égalité des dons que la nature distribue à tous les mortels ; et dès qu’une caste élevée veut encore les attirer à elle et avoir seule le privilège des jouissances qui doivent appartenir à tous ; dès qu’elle porte atteinte au seul bien dont elle ne puisse s’arroger le monopole, alors le pauvre se révolte comme d’une infraction à un traité passé entre lui et Dieu qui a donné cette unique compensation à tant de maux et de misère.

Jacques s’en alla sans mot dire. Il court chez Boursault et demande à lui parler. L’Adonis de la fabrique trompé par le nom crut que la jeune femme revenait ; il ordonna à la hâte de faire entrer et prit pour la recevoir un air riant et triomphateur. Mais quel fut son désappointement lorsqu’il vit entrer Jacques.

– Vous êtes un malhonnête homme, lui dit celui-ci brusquement et sans préambule.

– Hé bien ! Qu’est-ce cela ? s’écria Boursault étonné d’un pareil langage dans la bouche d’un canut.

– Comment ! non seulement vous n’avez pas honte de vous engraisser du travail des malheureux ouvriers ! il faut encore que vous vous appropriez leurs femmes et leurs filles ! cela vous arrive souvent, Messieurs les richards ! mais si jusqu’ici vous avez eu affaire à des niais ou à des gens qui préfèrent la honte à la misère, je vous réponds que vous n’aurez plus envie de vous frotter à Jacques Lebras.

– Ah ! je comprends ! fit Boursault en souriant bêtement.

– Eh ! bien, mon cher Monsieur, si vous comprenez, j’espère que vous ne refuserez pas de me rendre raison… Je manie encore assez bien le briquet pour vous voir cinq minutes en face…

– Oh ! oh ! oh ! Finissez donc… J’étouffe ! Il est excellent avec son briquet… !

[7.2]- Vous auriez donc la lâcheté de me refuser satisfaction…

– Allons, mon ami, voila assez de plaisanteries comme cela… Maintenant je vais prendre la chose au sérieux… Partez vite où je vous fais jeter à la porte par mes domestiques !

– Me faire jeter à la porte !

Jacques ne voyant plus aucune ressource de vengeance pour lui après ce refus, exaspéré de s’entendre encore insulté, hors de lui, s’élance tout-à-coup sur Boursault, le saisit à la gorge, le renverse et lui mettant un genou sur la poitrine.

– Demande-moi pardon de ton injure, criait-il d’une voix forte…

Boursault en se débattant sous la pression vigoureuse de son antagoniste, saisit le cordon de la sonnette.

Les domestiques accoururent et débarrassèrent leur maître sans toutefois user de violence envers l’ouvrier dont les regards foudroyans leur en imposaient. Boursault, essoufflé, rendu, s’écriant d’une voix entrecoupée : « Ah ! le scélérat ! C’est un vrai guet-à-pens ! Comme il m’a arrangé ! Mais j’ai des témoins et ton affaire est bonne. »

Cependant Jacques sortit la tête haute et d’un pas tranquille.

Il fut cité par Boursault en police correctionnelle, et grâce au talent d’un jeune avocat qui plaida sa cause de bonne volonté, il ne fut condamné qu’à deux mois de prison, cent francs de dommages et intérêts, et aux frais du procès.

C’était déjà trop pour lui.

S’il avait été riche peut-être il aurait pu aussi lui aller d’abord demander satisfaction aux tribunaux ! Mais il aurait fallu perdre aux audiences des journées de travail ; il aurait fallu faire de premiers frais et risquer une perte d’argent en cas d’échec ! Et ces journées de travail le faisaient vivre avec sa famille ! Et il n’avait pas de quoi faire ces premiers frais et risquer cette perte d’argent ! Mais Boursault pouvait payer et la justice lui prêtait une oreille plus docile.

Ainsi la prétendue égalité des Français en face de la loi tombe et se brise devant l’inégalité des fortunes. Cette lèpre corrompt et mange au cœur les institutions les plus sages, et nos législateurs n’ont pu s’empêcher de jeter un peu d’or dans la balance de Thémis. La justice ne cessera d’être une illusion pour la majeure partie de nous que lorsqu’un gouvernement ami du peuple établira des défenseurs d’office chargés de poursuivre gratuitement la réparation des injures qui auraient été faites au pauvre, et de traîner le coupable devant ses juges en l’arrachant du sein de son opulence qui ne sera plus pour lui un gage d’impunité ! Jusque-là quand on nous parlera d’égalité devant la loi, nous répondrons : amère dérision ! Et cette parole aura de l’écho dans les masses.

(La suite à un prochain numéro.)

l’écho de la fabrique,  5 mai 1833, n°18

Ce qui inquiétait le plus Jacques entre les quatre murailles où la justice l’avait mis, c’était le sort de sa femme et de ses enfans. Depuis trois jours qu’il était là on n’était pas encore venu le voir et il vivait dans de cruelles angoisses. Un matin la porte s’ouvre et Rose entre.

Jacques lui saute au cou :

– Que fais-tu ? Comment vivez-vous ? Pourquoi as-tu tant tardé ?

Rose étourdie de ces questions rapides, le mène vers une chaise, l’y fait asseoir, se place sur ses genoux et lui raconte ce qui lui est arrivé.

– Pour payer les frais du procès on a saisi et vendu notre petit mobilier… J’ai trouvé à louer un grenier où nous demeurons.

– Pauvre femme… – Et il l’embrassait en pleurant…

– Puis j’ai cherché de l’ouvrage afin de pouvoir nourrir nos enfans… Voila pourquoi je ne suis pas venue plus tôt… Tu ne m’en veux pas, n’est-ce pas ?…

– Oh ! non, non… !

– Comme je gagne bien peu, nous ne mangeons qu’une fois par jour, mais nous mangeons enfin… !

Jacques sanglotait et couvrait sa femme de baisers.

Les heures se passèrent vite à aviser aux moyens de passer ce moment critique, à parler de leur honneur quand ils seraient libres et réunis !

Jacques témoigna à Rose, sa crainte que pendant son absence, Boursault ne se portât à quelque violence envers elle. « Oh ! lui disait-il avec rage, si ce scélérat osait le faire, accours ici, réfugie-toi dans mes bras… il ne viendra pas t’y chercher… »

Et cette idée surtout l’entretenait dans un état d’irritation et de malaise qui le tuait.

Cependant le geôlier annonça que l’heure de la sortie des visiteurs était arrivée.

– Je ne veux pas que tu t’en ailles, s’écria Jacques, [8.1]il pourrait te rencontrer et te faire du mal… et je ne serais pas là pour te défendre…

– Il faut bien qu’elle sorte cependant… reprit le geolier.

– Tu ne t’en iras pas… je ne serais pas là pour te défendre.

El il la tenait embrassée étroitement et ne voulait pas la lâcher malgré ses efforts et ses supplications. C’est en vain que le geolier lui montrait le règlement ; il le repoussait et n’écoutait que sa douleur.

– Allons, il faut employer les grands moyens, dit l’homme aux clés.

Il alla chercher quatre hommes et un caporal. On arracha violemment Rose à son mari qui criait d’une voix déchirante :

– Oh ! ne m’abandonne pas… Et toi aussi tu veux me quitter… Il te fera du mal.

– Et quand elle fut sortie, éplorée et larmoyante, il resta là, étendu misérable sur le carreau. Force était restée au réglement.

Jacques souffrait bien, retenu dans sa prison par la main de fer de la loi et s’imaginant toujours que Rose était peut-être au moment même en butte aux brutales séductions du négociant. Alors il avait la fièvre, ses bras se roidissaient, et il aurait voulu renverser les murs. Jamais il n’avait si bien senti le prix de la liberté.

Tous les jours sa femme venait le voir et lui amenait ses enfans à embrasser ; tous les jours en la voyant partir il éprouvait la même souffrance.

Ah ! il s’amassait dans son sein un gros levain de haine contre les oppresseurs de sa classe.

Le jour de la délivrance arriva ; Jacques sortit de prison. Comme son pied foulait joyeusement le pavé de la ville ! Comme sa poitrine se gonflait de plaisir au vent libre des rues ! Il courut chez lui.

Arrivé à la Croix-Rousse, il y remarque du tumulte. Il rencontre Léonard effaré qui lui dit :

– Les fabricans ont refusé le tarif. La garde nationale monte à la Croix-Rousse pour disperser les rassemblemens d’ouvriers. On dit que des coups de fusil se sont fait entendre vers la Grande-Côte.

A ces mots de fabricans, Jacques se précipite vers des groupes de canuts qui criaient : aux armes ! Il les excite, il les anime de sa haine. Il saisit une carabine qu’on lui présente : il dirige la foule vers le lieu où le bruit éclate. Il grince des dents en se voyant en face de ceux qu’il déteste, et au moment où il va ajuster l’un d’eux, il tombe.

– C’était Boursault, qui peut-être par hasard, l’avait frappé d’une balle au front.

Le lendemain Jacques le factieux fut jeté pêle-mêle avec d’autres à la fosse commune. Il n’y eut que Rose qui parla encore de lui et le pleura.

Boursault, rentré dans Lyon à la suite du prince royal, reçut la croix d’honneur et les actions de grâce du journal officiel.i1

L. Couailhac.

Note du Rédacteur. – Nous avons extrait cette historiette de mœurs des Sept Contes Noirs, ouvrage intéressant publié en 1832 à [8.2]Lyon, chez Bohaire, par M. Louis Couailhac, ex-professeur au Lycée, actuellement l’un des rédacteurs de la Bibliothèque populaire. Cet ouvrage forme un volume in-8 de 142 pages. Les autres contes sont intitulés l’Espagnol, Une Femme, la Fille du Chirurgien, Le Paria, Méphistophélès et Le Projet de loi ; ils sont précédés d’une préface sous le titre de Causerie d’ouverture dont nous recommandons la lecture à nos lecteurs.


i Note du rédacteur. – Un travail se prépare par les soins de M. Marrast sur les croix d’honneur accordées depuis 1814. Il doit nous être communiqué ; nous en extrairons les documens relatifs à celles qui ont été accordées a la suite des journées lyonnaises de novembre 1831 et nous les offrirons à nos lecteurs auxquels cela fera sans doute plaisir. La vertu et la valeur doivent être honorées.

[1] Louis Couailhac (1810-1885), auteur probable de La Révolte de Lyon ou la Fille du prolétaire, roman populaire qui reprendra en partie cette série publiée dans L’Écho de la Fabrique (numéros du 14, 21, 28 avril et 5 mai 1833). Le thème de la prostitution des femmes et filles de canut, comme celui de la « cage », sert alors de témoin aux atteintes portées à la dignité des travailleurs. Chastaing va en faire peu de temps plus tard le thème de l’un de ses tableaux notant, par exemple, « le bonheur n’est pas pour la fille du prolétaire » (numéro du 12 mai 1833). Mais, probablement en raison du statut particulier des travailleuses au sein de la Fabrique de Lyon (voir ici Laura Strumingher, Women and the Making of the Working Class: Lyon 1830-1870, Saint Alban, Eden Press Women’s Publications, 1979), la question de l’émancipation féminine va prendre un relief particulier dans les pages de L’Écho de la Fabrique au cours de l’année 1833. Jullien va rapidement l’associer au progrès général de la société industrielle : « il est dans la nature des choses que la condition des femmes agisse incessamment sur la civilisation, et que la civilisation à son tour réagisse sur elle » (numéro du 24 juin 1833), alors qu’un extrait de la Revue Encyclopédique, reproduit dans L’Écho de la Fabrique du 14 juillet 1833, reviendra longuement sur la dépendance qu’organisent pour les femmes et les filles les articles sur le mariage et la famille dans le code de 1804. Enfin, au tournant des années 1833-1834, le journal des canuts répercutera les efforts réalisés par Eugénie Niboyet dans Le Conseiller des femmes. Cette note est extraite du site L’Echo de la Fabrique. C’est à l’occasion d’un colloque sur ce journal, qui eut lieu en septembre 2007, que j’avais eu l’occasion de me pencher sur Le Canut. Les actes du colloque seront publiés aux presses de l’ENS-LSH.

Emile Masson, La puissance paternelle et la famille sous la Révolution

La thèse d’Emile Masson, La puissance paternelle et la famille sous la Révolution, thèse pour le doctorat, Faculté de droit de l’Université de Paris, 1911, se trouve consultable en mode pdf ou plein texte, gratuitement, sur le site archive.org.

Idéologie familiale et République américaine

Melvin Yazawa

From colonies to Commonwealth : Familial Ideology and the Beginnings of the American Republic

New Studies in American Intellectual and Cultural History, Baltimore and London, Johns Hopkins University Press, 1985, 261 p.

Une loi du Massachusetts précisait, au milieu du XVIIème siècle, que les enfants de plus de 16 ans convaincus d’avoir « curse or smite » leurs parents naturels seraient mis à mort. Cette loi n’était pas tant destinée à effrayer les enfants qu’à prévenir les parents : les jeunes délinquants seraient exemptés de la peine capitale, disait la loi, s’il était avéré que les parents s’étaient montrés négligents dans l’éducation de leur enfant. La faute de la désobéissance, autrement dit, pesait autant sur les parents que sur l’enfant. Les parents étaient négligents, de fait, si après 16 ans, un enfant restait ignorant des bases de l’affection filiale. L’éducation ici doit être entendue comme une dynamique de socialisation (et non pas dans son sens restreint d’instruction). Processus par lequel les non initiés sont transformés en membres pleinement participants de la société. Et le principal élément d’une telle éducation, dans l’Amérique coloniale, était l’inculcation de l’affection familiale. C’était non seulement la paix domestique, mais plus largement l’harmonie dans le monde public qui dépendaient de la diffusion de cette vertu sociale fondamentale.

Dans ce contexte, « affection » signifie davantage qu’amour ou intimité. C’est un terme générique qui comprend un spectre entier de dispositions : désir, espoir, gratitude, joie, colère, … et à l’instar des ligaments du corps biologique, les liens d’affection en tenant le corps collectif des hommes (men) en entier, sont pensés comme les ligaments de la société. Sans de tels liens, la société civile reviendrait à rien d’autre qu’une multitude de particules. Pour les écrivains coloniaux, la cité idéale incorporant tous les composants affectifs essentiels était résumée dans le paradigme familial de l’autorité patriarchale (« For colonial writers the ideal polity incorporating all of the essential affective components was summarized in the familial paradigm of patriarchal authority. » (p. 2) l’Etlise et l’Etat, disaient il souvent, étaient une seule grande famille, et la famille bien ordonnée pouvait être appelée une petite communauté.

Plan du livre :

1. fondements théoriques de la notion d’autorité affective. La construction familiale, comme n’importe quel paradigme, prescrit autant qu’elle décrit certaines formes idéales de comportement. Ces formes, liant mutuellement supérieurs et inférieurs, , pères et enfants, le civil et le naturel, étaient tirés (drawn) d’une version élaborée des impératifs sociaux implicites dans le 5ème commandement. Les enfants apprenaient que le père et la mère mentionnés dans ce commandement incluaient tous les supérieurs. De la même manière, tous les supérieurs apprenaient à se considérer comme liés par des obligations parentales. « The scope of the familial commandment was inclusive. All relationships were in truth familial ; all persons bound together and in place by affection. » p. 2

2. Détaille les opérations du paradigme familial dans la vie de tous les jours.

3. la convergences d’événements, démographiques et politique, au milieu du XVIIIème siècle fournit au moins un « endorsement » oblique du conseil domestique selon lequel le destin de la communauté était lié avec celui de la famille. Cette troisième partie examine les moyens par lesquels le paradigme familial a contribué au mouvement vers l’indépendance. Les liens d’affections étaient supposés gouverner les actions des supérieurs et des subordonnés, et par là, établir, les limites de l’autorité comme de la sujétion. En raison de cet arrangement, les parents n’étaient ni des tyrans, ni des maîtres, et les enfants ni des esclaves ni des servants. Tout au long de la crise impériale, les coloniaux en vinrent à croire que le roi et ses ministres n’étaient plus liés par les diktats de l’affection. Les charges rhétoriques associéses avec les Whigs radicaux furent renforcées par un appel à la tradition du patriarchalisme.

Ironiquement, le paradigme familial perdit l’essentiel de son pouvoir exploratoire suite à la Révolution. L’érosion de l’autorité patriarcale dans la famille du XVIIIème « dovetailed nicely » avec la dissolution de la famille impériale. L’évolution sociale et la révolution politique se sont combinées, finalement, pour nécessiter un moyen alternatif de percevoir les relations civiles.

Le nouveau paradigme fut révélé pendant la Révolution alors que les Américains se ralliaient aux principes républicains. Cet engagement, équivalent d’une conversion religieuse pour bcp, a rendu inapproprié les guides de conduite établis pendant que l’Amérique étaient dépendante de la Mère Angleterre et que les Américains fonctionnaient comme membres de l’empire familial. La catharsis révolutionnaire « entailed » la formation d’une nouvelle identité. Les républicains indépendants ne furent plus tenus ensemble par des prescriptions affectives. Le républicanisme semblait requérir une dépersonnalisation des divers « public patterns » d’autorité et de subordination, patterns trouvés dans les « méchanisms » et non plus dans l’affection. Emergence qu’on peut dater dans l’évolution de la doctrine du constitutionnalisme entre 1776 et 1787.

4. les dimensions du changement dans les mentalités qui ont accompagné l’indépendance politique et la nature des impératifs sociaux. Les révolutionaires ont maintenu qu’une citoyenneté (citizenry ?) vertueuse était essentielle à la survie de la République. Mais pendant que la célébration de la vertu continuait, le contexte social du concept était transformé. L’idée révolutionnaire de vertu devenait moins communautaire (communal) et plus politique. Dans l’ordre social familial, l’avancement de la vertu était une entreprise collective, le produit de l’interdépendance mutuelle. Dans la nouvelle rpéublique, les cityens vertueux étaient, par définition, autonmes et indépendant dans l’exercice de leur volonté. La dépendance, quelle qu’elle soit, rendait quiconque susceptible de toutes sortes de tentations et d’impositions. Les personnes dépendantes devinrent objets de suspiscion, en tant qu’objets possible de la corruption. Le livre de Benjamin Rush (Mode of Education Propoer in a Republic) constitue la plus cohérente présentation de telles idées. Et en particulier ses « machines républicaines ».

La participation du citoyen autonome à la « grande machine de l’Etat », une indépendance à venir, devaient être complétés par un attachement à la république. Pour être durable, une République doit être aimée de son peuple en tant que souverain. Impressionnés par la sagesse conventionnelle concernant les sacrifices nécessaires pour supporter les systèmes républicains, les révolutionnaires étaient conscients du potentiel politique de l’éducation. Ayant dédié leur vie et leur fortune à la forme de gouvernement historiquement éphémère, lequel plaçait les anciens ligaments de la communauté en piètre estime, rendait plus criant le besoin pour une éducation patriotique. Les liens que Tocqueville appela le patriotisme « garrulous » ont peu à peu remplacé les liens plus anciens de l’affection familiale.

Partie I :

Quand les auteurs coloniaux ont cherché un modèle pour leur conception de la cité qui combine « restraint with affection », ils se sont tournés vers le paradigme familial traditionnel de l’autorité patriarchale. Ici, il cite William Balch ; Peter Clark ; George Lawson.

L’usage de la référence familiale était, on le sait, largement répandue dans le discours politique de l’Angleterre des Stuart. Parce que les coloniaux regardaient la mère patrie pour leur servir de guide culturel, il n’est pas surprenant de trouver que cette imagerie était aussi commune en Amérique. L’autorité civile, avec l’autorité ecclésiastique, constituait, avec la paternité naturelle, les « Three Chiefe Fatherhoods ».

L’affection familiale, requise tant des fils et des pères que des gouvenants et des gouvernés, induit une obéissance et un commandement particulières. Toutes les relations sociales sont familiales : le Catechism du New England Primer, étudié par Samuel Willard, propose trois manières de comprendre le Cinquième commandement : au sens propre, il inclut les parents naturels ; métaphoriquement, il inclut tous les supérieurs ; et « synecdochically », il inclut tous les devoirs qui sont mutuels entre personnes. Non seulement parents et enfatns, masi maris et enfants, magistrats et sujets, ministres du culte et fidèles, maîtres et serviteurs, riches et pauvres, âgés et jeunes, talentueux e non talentueux : tous doivent reconnaître qu’il existe des devoirs réciproques qui incombent à chacun d’eux. Toutes les relations sont, sur ce modèle, familiales. Par conséquent, si les gouvernés doivent obéis sans murmurer, avec une peur filiale, les gouvernants sont obligés de diriger leurs affaires et leurs devoirs avec un souci paternel. Il n’y a pas là trace de magnanimité ou de choix personnel : il est du devoir des gouvernants de respecter ce commandement, un devoir de justice qu’ils doivent en vertu de leur statut (by virtue of ther station). Doivent savoir se sacrifier pour protéger le peuple ; doivent montrer des qualités de patience, d’abnégation, et de résolution pour mener à bien leurs devoirs. Les gouvernants, s’il veulent gagner le cœur de leur peuple, Lewis disait, doivent exercer leur autorité avec une « prudent lenity » ; il doit inspirer l’amour de ses sujets, ingrédient indispensable à la relation filiale, bien distincte ici de la relation servile. L’une des qualités principales qui revient dans la littérature de l’époque pour décrire le bon gouvernant : être « faithfull » (voir Nathaniel Chauncey, The Faithful Ruler described and Excited) ; c’est une vertu qui exige l’humilité, la modestie, la sincérité, l’abnégation, la diligence, la justice, la prudence, la constance, etc. il s’agit d’agir et de parler selon la Vérité. L’homme « de foi » sera cru dans toutes ses paroles. Vertu universelle, elle est partiulièrement nécessaire aux places de confiance.

La foi ne va pas sans la peur, autre ingrédient indispensable à un bon gouvernant. Peur qu’il doit faire ressentir comme ili doit la ressentir lui-même pour se garder de tomber dans un excès d’autorité, de fierté et de présomption, d’autant plus aisés à ressentir que les postes occupés sont haut placés dans la hiérarchie sociale. Seul le gouvernant qui craint Dieu saura gouverner en maintenant ses passions à l’intérieur de cadres appropriés. Lorsque l’affection est aliénée, les passions de l’homme règnent et l’harmonie sociale est impossible, dit Lewis. Lorqu’on abuse du pouvoir, on peine à obtenir la soumission.

(Daniel Lewis, Good Rulers the Fathers).

Partie III : Disaffection. (5. Revolution ; 6. Depersonalization)

5. Revolution : the Alienation of Affection.

Le paradigme familial supportait et était supporté par la situation des colonies dans l’Empire britannique. La perception la plus commune de l’empire était distinctivement familiale. Les colonies étaient les enfants de la mère patrie : on retrouve cette affirmation dans toute la littérature américaine depuis l’origine. Voir Plain Pathway to Plantations, de Richard Eburne (qualifié du plus soigneusement argumenté des traités jacobins sur la colonisation par Louis B. Wright) (1624) ; voir aussi Francis Bacon (Of Plantations, 1625), ou John White (The Planters Pea. Or the Grounds of the Colonies in North America, 1836).

L’analogie parents enfants n’était pas que métaphorique mais la base paradigmatique pour, et par conséquent précédée par, une compréhension de l’union impériale. (p. 87)

La perception familiale de l’ordre impérial identifia les problèmes dignes d’attention, détermina le langage des appels, et proposa les méthodes par lesquelles les crises devaient être résolues. Avant 1776, le même modèle familial a continué à servir comme point de départ de tout dialogue sur la question. A mesure que les révolutionnaires commencèrent à désacraliser l’autorité morale des Anglais, ils étendirent la ligne de raisonnement que Littleton avait employée plus d’un demi siècle avant.

Quelques voix discordantes, dénonçant le ridicule de l’analogie, ne font que renforcer le témoignage de sa prévalence : George Mason ; Silas Downer.

Si la référence familiale a pu freiner l’indépendance des « enfants » qui ont longtemps attendu leur « maturité » pour oser prendre leur indépendance, elle a aussi contribué à penser la prise de distance vis-à-vis de la mère patrie en termes d’indépendance, justement. C’est que les parents n’étaient ni des tyrans ni des maîtres, Jonathan Mayhew expliquait, et les enfants n’étaient pas des esclaves ou des servants. Si dans le schéma familial, les colonies pouvaient être aussi humbles et respectueux que des enfants, cela n’emportait pas d’être abjects et serviles.

Les colonies sont elles des « enfants légitimes » de l’Angleterre, demande en 1766 Stephen Watts. La logique du paradigme familial était d’une grande simplicité poru les révolutionnaires : s’ils n’étaient plus considérés comme des enfants, leur traitement était celui des esclaves lesquels, opprimés, devaient s’unir, disait Nicholas Ray.

Une fois l’indépendance acquise, les Révolutionnaires furent rapidement convaincus d’avoir restauré l’ordre naturel : Thomas Paine posait la question : « est-il de l’intérêt d’un homme d’être un enfant toute sa vie ? »

6. Depersonalization : the law of the king.

Des conditions démographiques ont largement contribué, au XVIIIème, à diminuer l’espace social occupé par la famille et à réduire l’étendue de la puissance paternelle. Des tensions naissent de l’écart entre l’idéal et le monde réel. Le retrait de la famille dans l’arène sociale la rendait une unité sociale plus distincte, dont les impératifs, de nécessité, devenaient moins applicables à la société plus large en dehors de la maison. Deuxièmement, le retrait des colonies de la famille impériale fit le langage de l’humilité filiale en politque apparaître anachronique. On avait besoin d’un nouveau mode de perception des relations civiles, qui ne soit pas si dépendant du modèle familial.

Dans une large mesure, l’attraction du républicanisme, pour les Américains, vint du fait qu’il permettait d’expliquer le passé et d’exprimer les espoirs pour le futur. Avec le républicanisme, il devenait possible de se former une nouvelle identité.

Le nouveau caractère républicain n’était plus,d ésormais, lié par la prescription affective, tellement central dans le paradigme familial. Le républicanisme, au contraire, semblait requérir une dépersonnalisation de l’autorité. La règle monarchique, comme Locke l’avait noté, était si personnelle qu’elle était souvent confondue avec l’autorité paternelle. Ce n’était que justice, puisque l’affection paternelle le rendait le plus apte à recevoir la confiance et par là, le plus facile auquel se soumettre. A mesure que le temps passait, les pères de famille naturels devenaient leurs pères politiques. Dans la cité politique, pourtant, alors que toute similitude de continuité paternelle est terminée, l’autorité politique devient moins personnelle et moins affective.

Thomas Paine, dans Common Sense, indique quelles directions suivre pour le républicanisme américain : où est le roi en Amérique ? c’est la loi, le roi. Les Américains ne tuent pas le roi ; ils transfèrent l’autorité du personnel à l’impersonnel[av1] .

Contrairement à la Constitution anglaise, corps vivant et grandissant de coutumes, de statuts et d’institutions, la Constitutions américaine est pensée comme l’incarnation solennelle de la volonté souveraine du peuple. C’est la logique derrière l’innovation de la facture des constitutions par les conventions. Le peuple souverain convient de dresser la loi fondamentale, puis se place sous son autorité institutionnelle.[av2]

IV. Republicanisme

7. machines républicaines

La catharsis révolutionnaire, évidente dans l’engagement républicain américain, entraîne un changement dans les perceptions sociales concernant la dépendance, désormais dénigrée. Le meilleur ex se trouve chez Benjamin Rush et ses réflexions sur les impératifs éducatifs nécessaires au nouvel ordre américain. Les institutions du vieil « familial commonwealth » avaient cherché à nourrir un sens de l’interdépendance affective parmi le peuple, mais les affaires de l’éducation ont acquis une nouvelle complexion par l’indépendance du pays. En raison de la nature de la révolution, il est nécessaire désormais d’examiner nos anciennes coutumes en éducation et d’adapter nos modes d’éducation à la nouvelle forme de gouvernement.

La vertu continuait à occuper le centre de l’édifice politique ; dans l’état familial, la vertu était définie socialement en termes de relations interpersonnelles fondées sur les affections mutuelles. Dans la république, la compréhension de la vertu a changé : elle est moins communautaire, et plus politique. Inspiré par Montesquieu, les révolutionnaires savent que dans une république, morale et politique sont inséparables. Mais la vertu est définie y est définie en des termes personnels et non plus interpersonnels. Rush, dans Thoughts aupon the mode of Education Proper to a Republic, décrit l’essence de la vertu civique : les citoyens doivent être attachés non pas les uns aux autres, mais à la république elle-même. Notre pays inclut la famille, les amis, la propriété et devrait être préféré à tous. Apprenons à nos élèves qu’ils ne s’appartiennent pas à eux même, mais sont la propriété du pays. Apprenons lui à aimer sa famille, mais surtout, à les oublier quand le bien du pays le veut ; il doit apprécier la vie privée, mais ne doit décliner aucune place lorsqu’il y est appelé par les suffrages des citoyens. Etc. Le message de Rush est à la fois moins personnel et plus individualiste que celui de Wintrop. Il semble anticiper les conflits entre sphère privée et sphère publique.[av3] Si bien que l’objectif de l’éducation, selon Rush, est de convertir les hommes en « machines républicaines ».


[av1]TRES IMPORTANT, selon moi, évidemment : car on voit bien par là que l’inscription de l’autorité peut demeurer dans le giron familial, dès lors que l’on est passés d’une référence familiale royaliste à une référence familiale domestique, privée. Du coup, évidemment, je ne suis pas l’auteur dans ses développements sur la permutation du personnel à l’impersonnel ; je pense au contraire que l’on a seulement permuté du Roi aux Citoyens-rois dans la légitimation de l’autorité politique.

Car dire que l’autorité, désormais, c’est la loi, c’est dire que c’est évidemment la volonté générale, incarnée par les citoyens qui votent. L’autorité ce sont les citoyens qui la portent, constitués en assemblée nationale ou peuple souverain.

C’est là que les universitaires, le plus souvent, ne vont pas assez loin : en faisant semblant de croire que l’autorité n’est plus incarnée, parce que la loi est impartiale et la même pour tous, édictée par une assemblée qui se veut impersonnelle. Mais qui incarne la Raison et l’intérêt général, sinon des individus ? Le citoyen neutre, universel n’est pas impersonnel pour autant.

[av2] Je suis d’accord pour ce qui est du texte, impersonnel ; mais on fait comme si les « citoyens », eux, n’étaient pas personnels, incarnés et ne trouvaient pas dans une « nature » leur capacité à édicter cette loi fondamentale valable pour tous.

[av3] Je me demande si, là, on n’a pas une forte correspondance entre le républicanisme français et le républicanisme américain. Pas étonnant, évidemment, puisqu’ils s’appuient les uns et les autres sur l’autorité de Montesquieu.

Yazawa en parle autrement, mais il dit la même chose : l’autorité est dépersonnalisée, elle ne réside plus dans les relations interpersonnelles mais dans la relation de chacun à la République. Il n’y a plus de correspondance automatique entre l’autorité du père et l’autorité politique collective, puisque la seconde est censée fonctionner selon les principes de la fraternité, de l’égalité et de la liberté, valablespour tous… disons que le mode de gouvernement n’est, certes, plus autoritaire et hiérarchique, fondé sur la relation du père au fils, mais quant à l’incarnation de l’autorité, elle reste bien, tout en étant collective, identique à l’incarnation de l’autorité dans la famille. BREF : la question de la distance entre sphère domestique et sphère politique se pose dans les mêmes termes de part et d’autre de l’Atlantique, dans le milieu républicain, à la fin du XVIIIème siècle.

La doctrine américaine du lien politique entre le citoyen et les femmes

Voici les notes prises sur un article de Jan Lewis, ““Of Every Age, Sex and condition” : the representation of women in the constitution”, in Journal of Early Republic, 1995.

Les femmes sont absentes de la Constitution ; les universitaires, pour la plupart, n’ont pas su quoi faire de ce silence. Certains pensent que les rédacteurs ont pensé le citoyen sur des bases neutres, afin que les femmes puissent être incluses dans ses dispositions : d’où l’usage de termes tels que « habitants » (inhabitants), « personnes » (persons), citoyens (citizens), à la place de « men ». les universitaires en question sont :

Herman Belz, « Liberty and Equality for Whom ? How to think inclusively About the constitution and the Bill of Rights », in The History Teacher, n°25, mai 1992, pp. 263-277.

Robert A. Goldwin, Why Blacks, Women and Jews are not mentioned in the Constitution, Washington DC, 1996.

D’autres universitaires pensent que l’omission des femmes, si elle n’était pas intentionnelle, reflétait le postulat patriarcal des fondateurs et leur croyance que les femmes n’avaient pas de rôle à jouer dans le gouvernement. Voir par exemple :

Joan Hoff, Law, Gender and Injustice : A legal history of US Women, New York, 1991.

A cet égard, d’autres ont établi que l’exclusion était intrinsèque, sinon accidentelle. Voir :

ü Linda Kerber, « A constitutional Right to be Treated like ladies : women and the obligations of citizenship », in US History as Women’s history, ed. Linda Kerber, Alice Kessler-Harris and Kathryn Kish Sklar, Chapel Hill, 1995.

ü Carroll smith-Rosenberg, “dis-covering the Subject of the ‘Great Constitutional Discussion’ 1786-1789”, in Journal of American History, n° 79, décembre 1992, pp. 841-873.

ü Susan Juster, Disorderly Women : Sexual Politics and Evangelicanism in Revolutionary New England, Ithaca, 1994.

ü Rogers M. Smith, “One United People : Second Class Female Citizenship and the American Quest for Community”, in Yale Journal of Law and the Humanities, n°1, 1989, pp. 229-293.

La plupart se plaignent que les constituants n’aient pas laissé d’interprétation de leur manière d’envisager la place des femmes dans l’Etat liberal. Pourtant, dit Jan Lewis, il existe un texte, rarement cité, complètement méconnu des féministes, qui montre que les femmes étaient représentées dans le gouvernement national, bien que sans droit de suffrage. Il s’agit d’un texte cité au XIXème siècle, avant qu’il ne tombe dans l’oubli :

Le 11 juin 1787, les délégués sont depuis plus d’une semaine réunis à Philadelphie pour réviser les articles de la Confédération : l’enjeu était : qui doit voter pour chaque branche de la législature fédérale proposée. Selon James Madison, Roger Sherman (connecticut) avait commencé la session du jour en proposant que « la proportion de suffrage » dans la chambre basse de la législature nationale (future ch. Des représentants) soit basée sur le nombre d’habitants libres. Deux représentants de la Caroline du Sud, John Rutledge et Pierce Butler proposent immédiatement que la représentation de la chambre basse soit basée sur la contribution par chaque Etat au gouvernement national. L’argent, c’est le pouvoir, dit Butler.

C’est dans ce contexte d’un débat entre population et richesse comme base de la représentation, que james Wilson (Pennsylvanie) suggère un langage rendant clair que la représentation à la chambre basse serait en proportion du large nombre de citoyens blancs et libres et d’habitants de tout âge et sexe et condition incluant ceux liés par la servitude pour un certain nombre d’années, plus 3/5 des personnes non comprises dans ces critères, sauf les Indiens ne payant pas de taxes : « in proportion of a whole nuumber of white and other free Citizens and inhabitants of every age sex and condition including those bound to servitude for a term of years and three fifths of all other persons not comprehended in the foregoing description, except Indians no paying taxes, in each state ». The Records of the Federal Convention of 1787, ed. Max Farrand (1911), I, p. 201. cite page 361.

Cette proposition fut votée, approuvée et incorporée aux resolutions que le groupe allait continuer de débattre tout l’été.

Le 10 septembre, les mots de Wilson, à quelques exceptions près qui ne touchent pas à l’essentiel (of every age sex and condition) seraient inclus dans les résolutions référées au Comité du Style, présidé par William Samuel Johnson, et incluant Alexander Hamilton, Rufus King, James Madison and Gouverneur Morris). Voir James Madison, Notes of Debates in the Federal Convention of 1787, reported by James Madison, New York, 1987, pp. 149-50.

Le 12 septembre, le comité avait compressé la langue de Wilson dans le style qui apparaît encore aujourd’hui dans la Constitution : il précisait que les représentants seraient proportionnés selon leurs nombres respectifs, lesquels seraient déterminés en additionnant au nombre des personnes libres, incluant celles liées par la servitude, et excluant les indiens etc., les 3/5 de toutes les autres personnes.

Ce changement de vocabulaire semble avoir été purement stylistic et non pas un changement de sens.

Si l’on suit le débat, on peut voir qu’à travers les délibérations, les délégués ont assumé que les femmes et les enfants étaient inclus dans la représentation, à chaque fois que la discussion venait sur ce sujet.

Ce faisant, Wilson a opéré une vraie innovation ; du fait que si peu l’aient noté, on passe à côté du caractère vraiment radical de la doctrine des représentants sur la Constitution. Car à l’époque, aucune des constitutions nouvelles écrites à l’époque de la Révolution n’ont dénombré les femmes et les enfants parmi ceux qui devaient être représentés. De la même manière, l’ordonnance de 1787, du North-west, spécifie que la représentation doit être basée sur le nombre d’habitants libres et mâles d’âge majeur (full age).

Ça veut dire que ce sont les PERSONNES et non pas les propriétés qui sont la base de la représentation.

Ce qui n’implique nullement le droit de voter, laissé à l’appréciation des Etats. Il s’agit ici de l’appartenance à la « communauté imaginée » des habitants libres. Une claire distinction était faite entre les membres de la nation (ou communauté) ou société civile, et le droit de voter. Tous les Etats ont restreint le suffrage sur la base non seulement de l’âge, du sexe et de la race, mais aussi de la richesse.

« Selon les tenants du républicanisme, la participation à la République, et non le simple vote, aurait dû être restreint à ceux qui détenaient assez de propriété pour sécuriser une part dans la communauté et maintenir leur indépendance. » p. 369

Des libéraux « natifs » tels que Wilson et Madison pensaient la nation en des termes plus expansifs : toute personne libre qui l’habitait était, de faire, un citoyen, méritant la protection et attitré à la représentation dans les halls du gouvernement.

A cet égard, la différence entre Républicains et Libéraux devient plus claire : les premiers ont tendance à n’accorder le vote qu’à ceux qui sont réellement indépendants ; tandis que les seconds prennent en compte la protection de la vie, la liberté, le bonheur pour la société tout entière, et non pas uniquement la participation directe au gouvernement.

L’influence de Locke est très claire, sur Wilson.

Comme lui il distingue la sphère domestique de la sphère politique.

Sur l’influence de Rousseau aux US, voir Paul A. Rahe, Republics Ancient and Modern, Classical Republicanism and the American Revolution, Chapel Hill, 1992 (libre accès BNF).

Remarque en note que les républicains, plus attachés au statut, vont aussi plus facilement donner le vote aux femmes en tant que propriétaires (ce qui se passe, justement, dans le New Jersey) ; alors que les libéraux, plus attachés à la nature, vont les exclure à raison de leur faiblesse naturelle, justement.

Wilson affirme, comme Roederer (et Lewis y voit la marque de l’influence écossaise), que le gouvernement n’a été créé que pour la société domestique.

De plus, chez Wilson, qui s’appuie ici sur la doctrine de Blackstone concernant le mariage comme « coverture », l’homme et la femme mariés ne forment qu’une seule et même personne ; c’est unité conjugal forme de cornerstone de la société (pierre angulaire). Et Lewis de décrire exactement le passage du patriarchalism au paternalisme : « Wilson fit de la doctrine de l’unité conjugale un rempart pour protéger la famille de l’Etat. Ce faisant, il transforme une vision de la famille pleinement patriarcale (dans laquelle le père gouverne comme un roi sur ses dépendants dans sa maison) en une vision libérale, dans laquelle le caractère privé de la famille sentimentale doit être protégé des interventions de l’Etat. Suppose que les mariages sont libres de totu conflit (voir son article « The Republican Wife ». Les libéraux en général assument que la famille est intrinsèquement libre de tout conflit.

Du même auteur, voir également : Jan Ellen Lewis, “Politics and the Ambivalence of the Private Sphere. Women in Early Washington, D.C.”, in Donald R. Kennon (ed.), A republic for the ages. The United Sates Capitol and the political culture of the early republic, Charlottesville (Va.), University press of Virginia, for the United States Capitol historical society, 1999, 583 p.

Disponible à la BNF, cote 2001-88843.

« Je suis père… » (Petitain, 1799)

Ce texte est un mémoire envoyé à deux reprises lors du Concours sur l’autorité paternelle,. Son sujet exact était : « Quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? »

Le concours a été organisé par la section de législation de la Classe des Sciences morales et politiques entre l’an VI et l’an X ; aucun mémoire ne sera récompensé.

Petitain, après avoir échoué à deux reprises, publie son manuscrit dans les Mémoires d’Economie publique, de morale et de politique (TOME II, n°1er, pp. 195 et suivantes) en l’an VIII. J

Je le livre ici sous sa première forme, c’est à dire telle qu’elle apparaît dans le manuscrit envoyé lors du premier concours. On trouve celui-ci aux Archives de l’Institut de  France, quai Conti, à Paris.

« N°1 Mémoire sur cette question : quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? Proposée par l’Institut national le 15 messidor an 6[av1] [i].

« Je suis père… »

« Je ne sais si je m’abuse ; mais l’énoncé de cette question, la seconde de ce genre que propose l’Institut depuis son établissement, me fait penser que la classe des Sciences morales et politiques ne l’a pas sans dessein fait succéder à la première (quelles sont les institutions les plus propres à fonder la morale d’un peuple ?). Indépendamment de la liaison évidente et certaine qu’ont ces deux questions entre elles, il me paraît très probable que les membres de la Classe ont cru voir d’après leurs propres réflexions, et peut-être d’après la lecture des mémoires qui leur ont été transmis, que ces deux questions s’éclairciraient nécessairement l’une par l’autre. Ce n’est pas qu’elles ne diffèrent essentiellement. Dans le premier cas en effet la question a été par la Classe elle-même restreinte aux institutions purement morales[1], au lieu que la Puissance paternelle, telle que l’entendent tous les légistes, est vraiment une institution civile qui confirme et ratifie une institution divine, ou en d’autres termes, un droit naturel. Mais d’un autre côté, la Puissance paternelle étant, de toutes les institutions proprement civiles, celle qui a le rapport le plus direct aux mœurs publiques, et une influence immédiate sur la conduite privée et les habitudes morales de chaque citoyen, il en résulte (1) qu’après la solution trouvée de la question première, l’examen de la seconde doit s’ensuivre nécessairement. (…)

Quoi qu’il en soit de ces conjectures, que je crains fort d’avoir poussées trop loin, la Puissance Paternelle étant, comme on vient de dire, de toutes les institutions civiles celle qui paraît la plus étroitement liée à la fondation et conservation de la morale publique, point de doute que la question présente bien à la première, et qu’elle y tient immédiatement. La solution de cette première doit donc influer sensiblement sur celle de la seconde et peut-être la déterminer. (…) … disons sans crainte de nous tromper, qu’encore deux ou trois questions comme celles-là, et leurs solutions satisfaisantes, approuvées ou modifiées par l’Institut, formeront ensemble un traité classique, un Cours élémentaire et complet de Morale publique et de Science sociale.

S’il est permis dans un ouvrage de cette nature de provoquer par une considération personnelle la confiance de ses lecteurs, voici ce que je leur dis avec vérité : Je suis Père[2], à ce titre je me suis senti quelques droits à exercer, beaucoup de devoirs à remplir, et c’est dans l’examen réfléchi que j’en ai fait que j’ai puisé tout ce qui va suivre, m’appliquant d’abord à moi-même les règles de conduite et les résultats auxquels cet examen m’a conduit. Je dis plus encore : c’est pour mes enfants que j’écris ; c’est eux qu’il m’importe d’éclairer, de convaincre, c’est eux enfin que je veux avoir un jour pour juger. Si je n’obtiens pas le prix, leur suffrage suffira pour ma récompense, et aucune ne me sera plus flatteuse. Si je l’obtiens (2) c’est à eux que j’en rapporterai l’avantage et l’honneur, puisque je la devrai et aux sentiments qu’ils m’inspirent, et aux douces méditations dont ils ont été tant des fois les sujets. Oui, chers et précieux gages d’une union qui me rend heureux, ferme espoir d’un dévouement présent, d’une vieillesse future dont j’aime à écarter la triste image, mes enfants, recevez par avance ce témoignage de l’affection et de la confiance d’un Père. Maintenant, à l’instant même où j’écris ces lignes, agréablement étourdi de vos jeux bruyants, je ne repousse vos charmantes importunités que pour m’occuper de vous davantage, et vous ne vous en doutez guerre (sic). Retirez-vous, objets toujours aimables de mes soins et de tout mon amour. Quittez-moi pour quelques heures ; mais éloignés de ma présence, n’en présidez que mieux à un travail qui vous est spécialement consacré. Que dis-je, éloignés ! Non, non. Que de cette fenêtre, que de ce pupitre sur lequel j’écris, mes yeux puissent toujours vous apercevoir. Que mon oreille toujours chatouillée des sons confus et doux de vos voix enfantines, soit prête à m’en rappeler au besoin la sensation vive et toujours délicieuse[i] ; Qu’enfin et pour mon plaisir personnel, et pour l’intérêt même de la cause que je veux défendre, mon imagination toujours éveillée vous représente sans cesse à moi dans le cours des recherches ou des raisonnements plus ou moins abstraits où la Question présente pourra m’entraîner. Enfants adorés ! (…)

Analyse du sujet.

Examen de ce qu’est une République bien constituée ; puis de la puissance paternelle en général.

Une République bien constituée : la liberté, l’Egalité et généralement tous les droits naturels sont respectés et conservés autant que veut le permettre l’état actuel du peuple et les circonstances environnantes.

Disons encore : « Dans cette même République, il importe que chaque Citoyen ait la conscience de ses droits, qu’il y (5) soit attaché, qu’il sache les défendre et pour entretenir parmi tous cette énergie précieuse qui est le grand ressort des Gouvernements libres, il est dans l’esprit de ces gouvernements qu’on n’y souffre rien de propre à avilir et dégrader les âmes. On n’y voit rien d’arbitraire. Donc tout doit y supposer un devoir à remplir ; tout devoir y suppose un droit à exercer ; par une suite tout aussi nécessaire, ces droits, ces devoirs réciproques supposent toujours un Magistrat, une Autorité quelconque conservatrice des droits, et juge redoutable de l’inobservance des devoirs.

Dans une République bien constituée, l’Opinion publique bien dirigée exerce en plein son empire. Aussi si chaque citoyen y a toujours la conscience de ses droits, tout sert en même temps à lui rappeler ses devoirs, et il ne peut les perdre un instant de vue sans en être promptement et infailliblement puni.

Enfin dans une République le Peuple a des mœurs. Ou ne doit pas tarder à en avoir. En effet, d’un côté, aucune institution abusive ou mal raisonnée, aucun vice politique n’y démoralise les Citoyens. De l’autre aucun abus de pouvoir, aucune prérogative injuste n’y excite la convoitise et les passions haineuses. Pour tout dire, en un mot, rien sous cet heureux Gouvernement, ne contrarie les purs et doux sentiments de la Nature, et rien aussi ne peut les y corrompre. »

5 questions :

  1. « Quel est aux différentes époques de sa vie l’état physique et moral de l’homme dans la nature bien ordonnée ? (…)
  2. Qu’est-ce que la famille proprement dite ? Quels sont ses éléments particuliers ?
  3. Qu’est ce que le Père dans la famille ? y a-t-il naturellement un pouvoir . S’il en a un naturellement, quel est ce pouvoir en lui-même et sur quoi est-il fondé ? Pour tout dire en un mot, quelle est la constitution naturelle de la famille ?
  4. dans quelles vues peut-on penser que la Nature a donné un pouvoir au Père ? Est-ce pour le bien du Père ? est-ce pour celui du membre subordonné, quel qu’il soit ? Est-ce pour le bien de tous les deux ?
  5. Si c’est pour le bien de tous les deux, quelles précautions la Nature a-t-elle prises, quels moyens physiques ou moraux emploie-t-elle pour balancer l’exercice de ce pouvoir ou en prévenir l’abus ?

En tout ceci, il sera fait abstraction de toute convention humaine, de tout acte émané d’une puissance publique quelconque. On ne doit rechercher en un mot que ce qui peut avoir lieu comme on l’a dit, dans l’état très hypothétique, j’en conviens mais très concevable et sans doute très possible de la nature bien ordonnée.

Ces 5 questions une fois résolues, il sera temps de faire intervenir la Puissance civile, et pour généraliser autant que possible, les questions qui vont suivre, il suffira d’admettre l’existence de cette Puissance, quel qu’en soit d’ailleurs l’organe, et sous quelque forme de gouvernement quelle se présente.

La puissance civile une fois admise, fait naître les questions cy après :

  1. Qu’est-ce que la Famille dans l’Etat ?
  2. La constitution naturelle de la Famille peut-être subsister dans l’Etat ? En d’autres termes, la puissance civile a-t-elle quelque motif général qui la porte soit à conserver cette Constitution, pure et intacte, soit à l’altérer en quelque partie, soit même à l’anéantir tout à fait.

Ces questions décidées, il ne restera plus qu’à déterminer la nature et les bornes du pouvoir que la puissance civile peut accorder au Père sur chaque membre de la Famille en particulier ; nous chercherons à les déterminer suivant l’ordre de subordination indiqué par la Nature même. On examinera donc…

  1. Quel doit être sous l’empire de la Puissance civile, le pouvoir légal de l’Epoux sur l’Epouse ?[AV1]
  2. Quel doit être, dans le même cas, celui du Père sur son enfant ? Cette question, la plus importante de toutes, est aussi la plus compliquée. Il importe de la diviser elle-même pour la réduire à ses éléments. Or cette division est facile ; elle tient à l’observation des faits.

Le pouvoir du père, quel qu’il soit, quel qu’en soit le but, nous fait distinguer trois cas, ou 3 époques dans toute sa durée. A la première époque, je vois d’une part un être fort, de l’autre un être faible, destiné à devenir fort. A la seconde, je vois deux êtres sensiblement égaux en force ; mais l’un est prêt à décroître, quand l’autre a longtemps encore à jouir de sa force acquise, et même peut en acquérir encore chaque jour. Enfin à la 3ème époque, tous deux ont changé de rôle. L’être primitivement fort devient faible, et s’affaiblit de jour en jour, quand l’autre jouit de la plénitude de ses facultés physiques et morales. Or ces 3 cas fournissent, si je ne me trompe, un assez grand nombre de questions secondaires, qui toutes entrent plus (9) ou moins dans la solution de la question principale. Et ces questions, les voici :

1er Cas. — 10. Le Père, quand son enfant vient au monde, est-il libre ou non de l’abandonner ? C’est-à-dire, peut-il le dispenser du soin de le nourrir et de l’élever, sans que l’enfant pour cela soit exposé à périr ?

11°. Si le Père a cette liberté et que pourtant il consente à se charger de ce soin, cette liberté même, ce prendre ou laisser qu’il n’avait pas dans l’Etat primitif, ne change-t-il pas quelque chose à la nature de ses droits, et cette circonstance, si favorable au Père, ne doit-elle pas aussi, sous un autre point de vue, être profitable à l’enfant ?

12° Qui peut déterminer le père à nourrir et élever son enfant ? Les motifs qui en pareil cas le déterminaient dans l’Etat de nature, sont-ils les mêmes dans l’Etat civil ?

13° Si ces motifs sont les mêmes, y conservent-ils toute leur force ? En tout cas, ces motifs sont-ils toujours de nature à rassurer sur le sort de l’Enfant, de manière à lui garantir l’affection véritable, et les bons traitements de son Père ?

14° En raisonnant sur toutes ces bases, quelle mesure d’Autorité convient-il d’accorder au Père, pendant le cours de cette première Epoque, et les Abus de pouvoir que celui-ci peut se permettre sont-ils tous de nature à être réprimés ou rectifiés par un juge qui rétablisse l’ordre dans la famille ?

2ème Cas. ­— Ce cas le plus simple des trois ne fait naître que cette question-ci :

15°. Quand le Pouvoir accordé au Père pour l’avantage de son enfant et pour le sien propre, ne peut plus être utile à (10) cet enfant devenu homme, ce pouvoir doit-il subsister encore pour l’avantage seul du Père ?

3ème Cas. — le Père et l’Enfant dans le troisième cas, étant l’un à l’autre dans un rapport inverse de celui qu’ils offraient auparavant, il en résulte les questions suivantes à peu près inverses de celles énoncées ci dessous :

16°. Dans la supposition du Père infirme et sans ressource aucune, et si le fils néglige ou se croit dispensé du soin de le nourrir et de l’assister, le Père est-il pour cela exposé à périr ?

17° Si le Père n’a point ce malheur à craindre, quels sont les résultats de cette circonstance et pour le Père et pour le fils ?

18° Le fils peut-il avoir quelques motifs valables pour se refuser à nourrir et assister son Père, même après avoir été nourri et élevé par lui ?

19° Si le Père, après avoir nourri et élevé son fils, n’a plus cependant aucun pouvoir sur ce fils, quelle assurance peut-il avoir d’être nourri et assisté à son tour, quel gage de la récompense due à ses soins paternels ?

20° Dans la même supposition encore du Père infirme, pauvre et sans pouvoir, la probabilité qui fait espérer pour un Père dans sa vieillesse l’assistance et les secours de son fils, est-elle la même, est-elle plus ou moins forte que celle qui fait espérer pour un enfant à sa naissance l’assistance et les secours de son Père ?

Après avoir considéré le pouvoir du père de famille relativement à la mère et aux enfants, il sera juste de le considérer relativement aux autres individus, membres de la famille, ou réputés tels par (11) extension, comme les serviteurs, ouvriers, apprentis. » [ii].

Cet examen fait, et le pouvoir du Père de famille pleinement déterminé par la solution de toutes les questions ci dessus, il ne restera plus pour en compléter la théorie, qu’à le considérer relativement à la société entière. (…) Ainsi nous nous verrons enfin à portée de décider si dans la thèse générale le Père doit avoir sur tous les membres de la famille et quel que soit leur qualité, leur âge, un pouvoir légal et sanctionné par l’Autorité. »

Solution des questions précédentes. Développement et observations.

Les trois âges

Dans le premier âge, il est fils, petit-fils, neveu ou petit neveu. C’est le temps de l’éducation physique et morale. Docilité dans toute la durée de cet âge donne à la fois l’idée de tous les devoirs et de toutes les vertus qui lui sont propres.

Dans le second âge, « l’homme est Epoux, Père, Oncle, surtout Instituteur dans le sens le plus étendu qu’on puisse donner à ce mot ; cet âge constitue proprement ce qu’on appelle la vie. C’est le temps de l’action et de la mise en œuvre de toutes les facultés acquises. Modération, ordre, vigilance, voilà tous ses devoirs en abrégé, et c’est aussi pour lui la source de toutes les jouissances, de tous les vrais plaisirs. » 13

3ème âge : « l’homme peut être encore époux, Père et oncle ; il peut même être fils encore ; il est de plus aussi grand-Père, Grand-Oncle, (13) et n’a plus alors proprement de devoirs à remplir, si ce n’est peut-être celui de la résignation. C’est le temps du repos et des récompenses ; c’est le temps des souvenirs, et ils seront d’autant plus doux que les devoirs des deux premiers âges auront été mieux remplis. Beaucoup d’autres rapports comme ceux de frère, cousin et par extension encore ceux de maître, serviteur, compagnon, apprenti et autres s’appliquent à l’homme et lui dictent aussi d’importants devoirs. (…) »

« Au reste la réunion constante et sous le même toit, de tous les individus liés l’un à l’autre par les rapports indiqués ci-dessus, en y ajoutant les dénominations nécessitées par la différence des sexes, constitue ce que nous nommons la famille. Chacun des membres qui la composent en est un élément plus ou moins nécessaire suivant le rang qu’il tient dans l’ordre de la génération, et aucun d’eux pourtant ne l’est à tel point que la famille en Corps ne puisse pas subsister sans lui. Cela est incontestable, puisqu’il n’est pas rare de voir des familles florissantes, quoique privées de leur Père ou de leur Mère et quelquefois de tous les deux.

Mais rentrons dans le cas le plus ordinaire, supposons la famille complète, un Père, une Mère, des enfants et pour l’instant n’y admettons pas d’autres individus. Dans cet Etat cherchons quelle est la constitution naturelle de la famille ; je dis naturelle, c’est-à-dire abstraction faite de toute convention civile et de tout Pacte qui pourrait y avoir porté atteinte. [iii].

La Famille considérée sous ce point de vue m’offre un Etre fort, entouré d’autres êtres tous plus faibles que lui à différents degrés, et cet être est fort, non seulement d’une plus grande force physique, mais d’une supériorité d’intelligence attachée à (14) son sexe, à son âge, à son expérience. A tous ces titres, je ne peux lui refuser le droit de régir et de parler en maître, et maître souverain, puisque la Famille n’offre aucun autre individu qui puisse balancer ses moyens de force par des moyens égaux aux siens. Parlons vrai, le Père est Despote dans la famille, et c’est la nature qui le veut ainsi, puisqu’elle a réuni en sa personne tous les titres, tous les moyens de force qui peuvent fonder l’Autorité. [iv] Mais gardons nous bien ici d’accuser précipitamment la Providence divine, et cherchons, autant qu’il est en nous, à pénétrer dans ses voeux. Nous y reconnaîtrons, j’espère, qu’occupée constamment du bonheur de toutes les créatures sans distinction, en cela comme en toute chose, elle a tout fait pour le mieux[AV2] .

En effet pourquoi a-t-elle donné au Père un pouvoir aussi incontestable, aussi entier ? Est-ce pour son bien, pour sa satisfaction personnelle, et comme une compensation de l’asservissement où le tiennent tant d’agens dans la Nature dont la puissance le fait trembler chaque jour ? Gardons nous d’imputer à la Providence ces vues odieuses qui contrastent trop fortement avec sa bonté, sa justice, les plus consolants et les plus certains de ses attributs. Est-ce plutôt pour le bien du membre subordonné, quel qu’il soit ? Nous serions plus disposés peut-être à adopter cette idée, s’il n’était pas plus simple encore et plus conforme à cette même justice et cette même Bonté infinie, de croire que ce pouvoir illimité n’a été donné à l’Etre fort sur l’Etre faible que pour le bien de tous les deux. Eh ! n’est-il pas facile de s’en convaincre ? D’abord pour le bien de l’Association en elle-même, pour donner à toutes les opérations l’ensemble et l’unité seules capables d’en remplir le but, il fallait qu’une seule volonté les déterminât, et l’homme qui devait pourvoir à la subsistance et l’avantage commun de tous, ne pouvait justement être seul chargé de cette entreprise, qu’avec tous les moyens propres à lui en faciliter le succès. Mais en (15) donnant au Père un si grand pouvoir, voyez quels soins la Nature a pris pour en prévenir l’abus. Quel moyen de force et de résistance n’a-t-elle pas donné à l’Epouse dans les grâces de son sexe, dans les besoins réciproques de se plaire, dans le sentiment des plaisirs passés, et jusque dans les larmes et la faiblesse même [AV3] ? [v] Quant aux enfants, le frein de l’Autorité suprême est de toute autre nature. L’homme en général n’est que trop disposé à faire abus de sa puissance, et convenons que la protection de la mère et le sentiment de l’Amour paternel seraient souvent insuffisants pour en préserver ces faibles créatures, si l’Eternelle Sagesse n’eut disposé les choses de manière à ajouter à l’affection naturelle du Père pour ses enfants, un motif puissant d’intérêt personnel, motif toujours présent à son esprit, et qui le porte à les bien traiter. L’homme éclairé par l’expérience a vu son père éprouver dans sa vieillesse les besoins d’une seconde enfance, et les soins qu’il lui a donnés ont prolongé la vie, ont fait le bonheur de ses vieux ans. Il ne peut se dissimuler qu’un sort pareil sera le sien, et dans cette perspective, que doit-il faire autre chose que de mériter dans la fleur de l’âge, par un emploi doux et sage de ses forces et de son Autorité, une assistance dont il aura besoin quand ces forces et conséquemment cette Autorité n’existeront plus ? Je ne crains pas de le dire : cette vue dans l’avenir, cette appréhension salutaire, est dans la nature bien ordonnée, le mobile le plus puissant, le principe le plus sûr de l’affection paternelle. C’est le modérateur constant et le plus efficace d’un pouvoir que rien ne borne. En un mot c’est le lien le plus étroit qui puisse unir le Père à ses enfants. Otez ce lien et la famille n’offre bientôt plus que le triste spectacle d’un tyran se faisant servir avec rigueur par les esclaves qu’il nourrit, et qui n’attendent que le moment heureux de pouvoir se soustraire à sa puissance. Ces Vérités n’ont besoin en quelque sorte que d’être énoncées pour (16) être senties, et ce qui va suivre achèvera de les rendre plus sensibles encore.

Tout ceci bien entendu, que vous présente la Famille ? un Corps composé de parties, mais formant un tout parfait et bien ordonné. C’est un agrégat fortement constitué, un Corps enfin organisé parfaitement et se suffisant à lui-même, de manière à pouvoir subsister seul sans l’assistance et l’appui d’aucun corps étranger, ni d’aucun agrégat semblable. Cette vérité est frappante et suit comme conséquence nécessaire de tout ce qui a été dit ci dessus, mais mal appliquée, elle a produit une étrange erreur, et par suite de cette erreur un système plus étrange encore, puisqu’il contredit la notion la plus claire qu’on puisse se former de la société civile, et qu’il ne tient à rien moins, comme nous nous flattons de le prouver, qu’à en renverser les fondements.

On a dit : [3] « La famille est un tout parfait et se suffisant à lui-même. D’un autre côté, tout nous fait sentir que (sur la moitié de la page, est collée la note) ; l’extrait, ou plutôt la présentation synthétique des thèses de Guiraudet reprend à la page suivante (18), qu’il remplit toute jusqu’au haut de la page 19).

A la suite de quoi, il réfute les propositions principales de Guiraudet, qu’il résume à trois phrases :

1. Les Familles sont l’élément des sociétés civiles

2. Chaque Père, monarque chez lui

3. Les pères seuls citoyens dans la république.

« On ne pourrait regarder la société civile comme un composé de familles toujours représentables par leurs Chefs, qu’autant que cette société aurait essentiellement pour objet l’intérêt et la conservation de ces Chefs seuls. Or on sait que le but de cette institution est bien plus étendu, bien plus respectable ; c’est celui de protéger indistinctement et de rendre heureux tous les membres de l’association politique, tous les individus qu’elle renferme sans exception. Elle protège donc l’Epouse contre l’Epoux, l’Enfant contre le Père — ne fut-ce que pour ôter à ces derniers le droit de vie et de mort, et certes, c’est se tromper bien grossièrement que de croire qu’une institution quelconque puisse jamais avoir été l’Ouvrage de ceux qu’elle enchaîne, et dont elle restreint les droits. Je soutiens même que, loin de conserver la moindre portion de leur autorité première dans la société civile, les Chefs de famille la perdent de droit toute entière, et par le fait même de son institution. Il faut que la loi leur en restitue (19) une partie, tacitement, ou en termes formels, et l’Ecrivain que nous réfutons le reconnaît lui même implicitement, en établissant la nécessité d’un Code domestique. L’Etat une fois institué, devient donc le Père commun, le Défenseur né de tous les individus qu’il rassemble depuis le plus fort jusqu’au plus faible, et tous les membres de chaque famille en particulier y trouvent un Protecteur moins zélé peut-être mais plus redoutable que celui qu’ils avaient auparavant. Ils y trouvent surtout un juge équitable et sévère des abus d’Autorité que pourra se permettre encore ce premier Protecteur, s’il a pu conserver sur eux quelques droits. Sans doute qu’il serait absurde que la Corporation générale cimentât dans chacune des Corporations qui lui sont soumises les actes arbitraires que son institution a pour but de prévenir ou de punir, quand ils ont eu lieu, et s’il est vrai de dire que ce sont les violences et les oppositions fréquentes dans l’Etat de nature qui ont donné l’idée d’instituer la société civile, ne peut-on pas croire que de tous les opprimés qui l’ont provoquée, les femmes, les enfants ont été les premiers à faire entendre leurs voix plaintives et que toutes les affections douces, toutes les considérations morales, tous les motifs d’intérêt personnel, enfin toutes les précautions de la nature auraient été vaines pour enchaîner l’orgueil jaloux des pères, et arrêter leur bras toujours prêt à frapper.

Si les membres opprimés de la famille ont pu provoquer l’établissement de la société civile, et concourir individuellement à cette sublime institution, la famille en Corps n’en est donc pas l’élément unique et insécable. Elle n’y entre même comme élément en aucune manière et c’est avec raison que pour se faire une idée claire et complète de la société civile et de son objet, on a par le secours de l’analyse pénétré jusqu’à l’homme même[av4] , pour étudier et reconnaître ses droits naturels et imprescriptibles.

Nous aurons bientôt l’occasion de réfuter les deux autres propositions non moins erronées que la première, et présentées comme conséquences par (20) l’Ecrivain estimable que nous nous sommes permis d’attaquer. Nous espérons bien prouver contre son système que les Pères dans la République ne doivent être ni Monarques chez eux, ni encore moins seuls Citoyens actifs[av5] . Il nous suffit quant à présent d’avoir démontré que ce système porte à faux. D’ailleurs ce que nous avons dit satisfait d’avance à cette question particulière à laquelle l’Analyse du sujet nous a conduit : Qu’est-ce que la famille dans l’Etat ?? ………

La famille dans l’Etat est une collection d’individus parfaitement égaux aux yeux du législateur. Ces individus à la vérité sont liés entre eux par des rapports naturels qui donnent à l’un d’eux sur tous les autres un pouvoir sans borne ; mais la Puissance civile juge suprême de l’utilité de ce pouvoir peut le conserver, si bon lui semble, peut l’anéantir ou le modifier à son gré. A cet égard convenons que chez toutes les nations et pour les cas les plus ordinaires, la Puissance civile s’est fait une loi de respecter cette sainte institution de la Nature, parce qu’elle a reconnu qu’elle n’avait pas pour objet l’avantage seul du chef de famille, mais bien, comme on l’a dit plus haut, celui de ce Chef et de tous ses subordonnés ensemble. Et cependant disons aussi que malgré ce respect, la Puissance civile n’a pu et n’a du conserver de la Constitution naturelle de la famille que ce qui peut se concilier avec le but certain et positif de son institution. Il y a plus : c’est que s’il est vrai comme on l’a prouvé, que par l’effet de sa constitution forte, l’agrégat nommé famille forme un tout parfait, indépendant et se suffisant à lui même, la Puissance civile n’en a que plus d’intérêt à le dénaturer et le priver de cette indépendance qui, choquant tous les principes du pacte social, ne peut plus subsister avec lui.

Nous avons déjà fait observer que le but de la Puissance civile était la protection et le bonheur de tous. Or ce but est partout le même, quel que soit la forme du Gouvernement établi. On ne peut nier en effet que les Gouvernements, quels qu’ils soient, ont tous cette protection, ce bonheur commun pour objet au moins apparent, et il y a entre eux cette seule différence que telle forme semble plus propre que telle autre à l’effectuer en réalité.

Les raisonnements que nous allons faire doivent donc être tout à fait (21) indépendants de cette forme variable à l’infini ; mais par cette seule intervention de la Puissance civile, on sent aisément que la scène va changer du tout au tout, et que notre sujet se présente à nous sous un tout autre point de vue.

Portant d’abord son attention sur les rapports naturels qui lient les deux époux l’un à l’autre, le Législateur a vu ou du voir qu’aucun code, aucunes lois positives quelconques ne devaient déterminer le degré d’autorité appartenant à l’homme dans une union fondée sur un accord mutuel, et le consentement libre des deux conjoints, dans une union que chacun d’eux a toujours et en tout état de cause la faculté de faire dissoudre. Il est certain que tant qu’ils restent volontairement ensemble, c’est une preuve que cette union leur convient à tous deux et chacun d’eux en est le juge. Ce qui importe seulement à la Puissance civile, c’est qu’à cet égard les deux Epoux soient toujours réellement et entièrement libres, à quelques restrictions près dictées par la prudence et qui n’ont d’autre but que de leur ménager dans une occasion aussi décisive le temps de la réflexion. Il est clair d’ailleurs que ce n’est pas la faculté du Divorce qui est d’institution humaine, mais bien l’indissolubilité prétendue d’un lien volontaire contracté par deux Etres sujets à l’erreur et conséquemment au repentir. C’est donc à la conservation de ce droit naturel que le Législateur doit veiller sans cesse.

Quant aux différents abus de pouvoir, aux violences même que peut se permettre l’un des deux époux envers l’autre, ils n’ont point droit d’exciter son attention, à moins que la sûreté personnelle de l’opprimé, ou sa conservation, n’aient été compromises, auquel cas l’Epoux et l’Epouse rentrent dans la Classe de tous les autres Citoyens. [vi]

Mais c’est principalement au sort de ces intéressantes créatures livrées sans défense au pouvoir arbitraire de celui qui leur donna la vie, que la puissance civile a su se hâter de pourvoir. Pour fixer équitablement et leurs devoirs et leurs droit, qu’a-t-elle du faire ? Nous l’avons déjà dit ; se conformer sans doute autant que possible aux vues de la nature, mais d’un autre côté aussi rester fidèle au principe et à l’objet de son (22) institution. Et c’est sous ce double point de vue qu’il nous faut suivre les rapports civils du Père et du Fils dans les différents âges de leur vie.

Avant tout, faisons remarquer ici une erreur commune à tous les Pères, à tous également fatale, et dont une cruelle expérience semble ne pouvoir jamais les corriger. C’est que tous transportant dans l’état civil des idées et des prétentions applicables à la Constitution naturelle de la famille, et qu’en conséquence l’Etat de Nature seul pourrait autoriser, regardent leurs enfants comme une propriété dont ils peuvent disposer arbitrairement et sur le sort de laquelle ils peuvent statuer comme il leur semble bon[vii]. L’obligation de consulter les goûts et les penchants de leurs enfants n’est à leurs yeux qu’une obligation secondaire, une simple convenance toujours subordonnée à la volonté paternelle. Sous le prétexte d’une surveillance nécessaire, ils prétendent pouvoir diriger toutes leurs actions, s’offensent de la moindre résistance, et punissent l’enfant raisonneur, qui ose soupçonner qu’on aurait dû peut-être le consulter avant de disposer de lui.

C’est dans cette idée que chaque Père spécule sur l’enfant qui vient de lui naître. Le Militaire y voit un soldat qui servira pour lui ; L’homme de loi, un Clerc soumis et assidu ; l’Artisan, d’abord un apprenti docile, ensuite un Compagnon laborieux, craintif, et dont la tâcher doit ajouter à la sienne. Le Cultivateur enfin y voit selon les différents âges un valet de basse-cour, de jardin, de charrue, qui toujours travaillera sans salaire, et c’est en ce sens qu’on dit communément qu’un grand nombre d’enfants fait sa richesse[viii]. Mais aussi bientôt nous les entendrons tous se plaindre, ce Militaire, cet homme de loi, cet Artisan, ce Cultivateur ; tous crieront hautement contre un fils ingrat, rebelle ou déserteur de la maison paternelle. Père injuste autant qu’avide ! qui t’a dit que pour prix des soins intéressés que tu donnas à son enfance, soins bien imparfaits sans doute puisque tu n’avais pas en vue son intérêt, mais le tien, (23) qui t’a dit que cet enfant, devenu homme, te sacrifierait tout son être, et ne se rendrait pas juge des conditions ? [ix] (…)

Ces méprises toujours cruelles, et leurs tristes résultats n’auraient pas lieu sans doute, si les Pères se pénétraient enfin de cette vérité, que sous l’empire de la Loi civile, un Père n’est pas plus maître de sa femme et de ses enfants, qu’il n’est maître des autres individus de son espèce. Il ne conserve de son pouvoir naturel sur eux que ce que la Loi a bien voulu lui en laisser, soit expressément, soit tacitement. Cette proposition est incontestable et ne pourrait être révoquée en doute sans contredire formellement le principe qui sert de base à l’institution des sociétés politiques[AV6] . (…)

L’homme qui se sent au dehors si impuissant, si subordonné ne renonce pas aussi aisément au pouvoir qu’il s’arroge dans l’intérieur de sa maison. L’Autorité domestique, dans ses injustes prétentions, n’est pas la moins aveugle, la moins opiniâtre de toutes, et ces sortes de préjugés ne sont pas de ceux qui s’effacent aisément[4].

Un enfant vient de naître. Dès cet instant, partie intégrante de l’Etat, il a droit à la protection immédiate et le Père n’est pour lui qu’un Protecteur en sous ordre. Cela est si vrai que le Père, en toute circonstance et quand il lui plaît, peut se décharger de ce soin en abandonnant son enfant, au lieu que l’Etat, même dans ce cas (25), reste toujours responsable de l’existence et de la conservation de l’enfant abandonné. Il y pourvoit au défaut du Père et il y veille encore, même quand celui-ci s’est décidé à rester chargé de ce soin. Ainsi le Père évidemment a toujours le prendre et le laisser dans cette occasion. En un mot c’est de sa part un acte d’adoption entièrement volontaire et libre, circonstance très favorable au Père, et qui n’existait pas avant l’établissement de la société civile, mais qui change beaucoup aussi la nature de ses droits sur l’enfant. Avant l’établissement de cette société, le Père forcé de nourrir son enfant sous peine de le voir périr, était seul juge des peines et des sacrifices que cette nouvelle charge allait exiger de lui, et pouvait s’en promettre à l’avance telles ou telles compensations. Mais depuis, le sort de l’enfant plus indépendant du Père a dû rendre nécessairement sa condition moins dure. Le Père ne peut donc mettre la subsistance et les soins qu’il donne à son enfant à un prix plus haut que ne les mettrait l’Etat lui-même, et l’Enfant devenu homme pourra toujours, quoi qu’on en dise, sinon en refuser tout à fait la juste récompense, du moins marchander un prix exorbitant. Continuons.

Le Père se charge de l’Enfant qui vient de naître ; La Puissance civile consent à n’être plus que surveillante du Père et à cet égard la concurrence cesse entre elle et lui. Or n’est-il pas certain que dans ce cas la préférence donnée au Père doit profiter à l’enfant que l’Etat lui confie, et s’il est permis d’employer ici une expression consacrée à des actes tout différents en apparence, mais au fond de même nature, c’est une enchère au rabais qui assure à l’enfant l’éducation dont il a besoin et lui assure aux conditions pour lui les plus favorables. (…)[5]

Quoi qu’il en soit de ces opinions, et malgré des motifs si raisonnables de défiance, convenons pourtant que pendant toute la durée du premier âge, dans cette société intime, cette cohabitation nécessaire de deux êtres, l’un fort, l’autre extrêmement faible, la Puissance civile, dont l’œil, quoique toujours ouvert, ne peut pas percer les murs de chaque maison, se voit comme forcée de (27) laisser l’Etre faible à peu près à la merci du plus fort. Bien plus. Elle croit devoir détourner ses regards de quelques violences qu’elle pourrait apercevoir et punir. En un mot, la Puissance civile se tait sur la Nature et les bornes du pouvoir paternel pendant la durée de ce premier âge, comme nous avons vu qu’elle devait se taire sur la Nature et les bornes du pouvoir marital[6]. De ce silence auquel nous attachons d’ailleurs un grand prix (et l’on en verra bientôt la raison) résulte évidemment en faveur du Père une Autorité de fait, qui comme on voit, s’étend fort loin, mais purement de fait, et dont les actes peuvent toujours et en tout état de cause être soumis à la rectification ou répression d’une Autorité supérieure. Ce ne sont pas seulement les cas graves ou les violences extrêmes ayant trait à la vie et la conservation de l’individu opprimé qui peuvent donner lieu à cette intervention du Magistrat. Il est certain que mille circonstances plus ou moins aggravantes peuvent la nécessiter sur la réclamation seule de l’Enfant qui croit avoir à se plaindre. A parler même dans la rigueur du principe, il serait très vrai de dire que si le Père peut impunément maltraiter la Mère, qu’un consentement libre retient chaque jour auprès de lui, il ne peut pas plus impunément donner sans juste motif un soufflet à son fils qu’à tout autre Citoyen. Mais, nous venons de le dire, la Puissance civile tire le rideau sur tous ces actes particuliers d’injustice, sur cet abus quotidien d’un pouvoir qu’elle ne peut surveiller sans cesse. Et convenons encore que cette tolérance poussée jusqu’à un certain point semble nécessaire pour conserver à l’Etre fort cet ascendant naturel attaché à la supériorité physique et morale, et qui, provoquant la docilité, épargne à l’être faible l’emploi de moyens plus rigoureux. Enfin, nous conviendrons bien aussi que la Puissance civile a du compter pour quelque chose la Protection de la mère, l’influence des doux sentiments et dont nous avons déjà parlé, motif dicté par la nature même, toujours présent à l’esprit du Père et qui lui fait une loi de ménager ses enfants, de les rendre heureux, de gagner enfin leur affection pour mériter d’en être (28) un jour secouru dans sa vieillesse…

Mais ici une considération importante mérite bien de nous arrêter. (…)

J’ai dit que dans l’Etat de Nature l’espoir bien fondé d’être assisté et soutenu dans sa vieillesse par l’enfant auquel il aura donné tous ses soins, doit nécessairement porter le Père à ne faire de son autorité sur lui qu’un usage doux et raisonnable. (…)

Ces sages vues de la nature sont bien dérangées, sont même tout à fait contrariées par l’Etablissement du Tien et du Mien, par ces Biens qu’amasse maintenant le Père et qu’il a intérêt d’augmenter chaque jour. Ces Biens en effet lui offrent une ressource certaine. Non seulement ils le rendent indépendant de ses enfants, sans qu’il ait plus à s’inquiéter de leur haine ou de leur amour, mais même la faculté de disposer de ces biens en faveur de tel de ses enfants qu’il voudra choisir lui assure pour toujours l’Empire sur eux et l’expression vraie ou feinte de leur soumission et de leurs respects. Les suites funestes et pour les Pères et pour les Enfants et pour la société entière d’un pareil état de choses sont incalculables. (…) Du côté des Pères nul ménagement, nul frein, toutes les violences impunies, tous les préjugés satisfaits, toutes les viles et petites passions mises à l’aise ; du côté des enfants, hypocrisie, bassesse, (29) jalousies, haines implacables, dépravation et corruption totales. Et dans tout le corps de la société, un principe d’avidité et de convoitise qui subordonne tout au besoin d’acquérir de l’or. Dès lors surcroît d’efforts et d’activité, agitation, concurrence universelle ; mettre de côté devient la précaution par excellence, le précepte fondamental. Chacun se croit pauvre et dépourvu, si son gain ne suffit qu’à sa subsistance et celle de sa famille, il faut qu’il se procure en outre de quoi se passer un jour de la reconnaissance et de l’affection de ses enfants, de quoi les retenir à tout âge sous son joug par des motifs toujours présents d’espérance et de crainte, un trésor enfin, ce supplément de toutes les vertus humaines. (…)[7]

Je ne parle pas seulement de ces devoirs rigoureux qui se réduisent à alimenter, vêtir etc, je parle du devoir non moins pressant de faire naître la confiance et l’Amour dans ces cœurs si faciles à gagner par un traitement doux, par des actes réitérés de bienveillance, par des sacrifices même, surtout par une distribution égale des faveurs et des caresses paternelles. Mais je le vois ; ce devoir, cette contrainte salutaire te pèsent, et tu ne veux rien plus ardemment que d’en être affranchi ; hé bien, enrichis-toi pour être impunément colère, capricieux, injuste (30) et tyran dans ta famille ; contente-toi des témoignages menteurs d’attachement et de respect que tu exiges de tes enfants ; mais bientôt entouré d’héritiers avides, et cruellement détrompé, ne t’en prends pas à la nature, et n’accuse que toi d’un état de chose qui sera ton ouvrage. (…)

Je conclus de tout ceci que l’assurance d’être alimenté et assisté par son enfant sur la fin de sa vie est la seule compensation naturelle et juste que puisse attendre le Père des soins et des dépenses que nécessité l’éducation de cet enfant ; que l’espoir et le besoin de cette assistance pour l’avenir est presque toujours la mesure des soins paternels et des bons traitements que l’enfant peut attendre. Je conclus en outre que la puissance civile ne peut raisonnablement s’en reposer à cet égard sur le père, qu’autant que celui-ci, déterminé par le motif que je viens d’exposer, verra toujours la peine attachée à sa négligence, ou à l’abus qu’il pourrait faire de son autorité. Par la même raison, je conclu encore que la Puissance civile, pour l’intérêt même des mœurs et de l’Ordre public, doit ôter au Père, ou du moins affaiblir en ses mains autant que possible tout moyen de puissance résultant des richesses acquises, et qui, assurant le sort de sa vieillesse, rend nul pour lui le besoin d’être un jour soutenu par ses enfants.[8] » [x]

L’enfant devenu homme (quelques lignes, où la puissance civile est invitée par son silence à affranchir l’enfant devenu homme, à le soustraire à ce pouvoir que la nature ne veut plus avouer).

Troisième époque : (…)

Puis en vient à aborder le cas de cette « autre classe d’individus, fixés par choix ou par circonstance dans l’habitation de la famille. Il est question ici 1° des apprentis 2° des ouvriers proprement dits compagnons travaillant journellement sous la direction du P. de famille et salariés par lui. 3° des serviteurs de toute espèce, et fort bien nommés domestiques[9] ; tous avec raison réputés membres de la famille, puisque, partageant ses travaux et aussi ses plaisirs, ils doivent reconnaître l’Autorité qui la régit dans toutes ses parties. (…) 38

(..) Pour tous ces cas, au surplus, je ne vois la nécessité d’aucun acte direct de la puissance civile, à l’effet de ratifier une Autorité qui, pour être exercée comme et autant qu’elle doit l’être, n’a nul besoin de son intervention. La nature et l’objet de cette Autorité, surtout le consentement toujours libre des individus qui s’y soumettent, en déterminent bien suffisamment l’étendue et les limites naturelles. » 39

parvient à cette « solution générale » : « Sous l’empire de la puissance civile et quelle que soit la forme de gouvernement, sous laquelle elle se présente, le Père ne doit jamais avoir sur aucun des membres de la famille et quelles que soient leur qualité, leur sexe, leur âge, un pouvoir légal, et sanctionné par l’Autorité. » 40

« Il est clair que cette solution ne peut être vraie à l’égard de chaque Père, chaque Mère, chaque enfant, chaque serviteur etc sans l’être à l’égard de la masse totale composée de Pères, mères, enfants, serviteurs et autres, et il serait absurde sans doute de croire qu’un Pouvoir institué reconnu nuisible ou au moins inutile dans l’intérieur de chaque famille, peut être bon à quelque chose au dehors, c’est-à-dire à la communauté de toutes les familles réunies. »

« Terminons par observer que de tous les moyens de régir et de commander aux hommes, il n’y a que les forces morales et purement d’opinion qui puissent remplir efficacement ce but, et assurer à l’individu qui y peut prétendre un empire réel et durable. Cette observation est d’une vérité presque banale, tant elle a été répétée : mais ce qu’on a dit beaucoup moins souvent, et qui n’est pas moins vrai, c’est qu’on détruit toute l’énergie de ces mêmes forces, précisément par les moyens qu’on prend pour en cimenter la puissance et les signaler à tous les yeux ; je veux dire ces Règlements, ces Actes directs et positifs, et généralement toutes ces mesures coactives qui font d’une obligation naturelle et morale que mille circonstances peuvent modifier, un devoir civil, déterminé en quelque sorte physiquement et général dans tous les cas. Le dirai-je enfin ? il semble que l’homme excessivement jaloux de son indépendance, et dans le fait dépendant de tout ce qui l’entoure, porte volontiers des chaînes, tant qu’il peut se les déguiser à lui-même, mais les rompt avec violence, sitôt qu’un législateur imprudent s’est avisé d’en trahir le secret. Peut-être ne faudrait-il qu’une loi qui nous obligeât tous d’avoir une maîtresse à 20 ans, pour ôter aux femmes tout leur Empire ; Ce qu’il y a de très sûr, c’est que pour établir et cimenter le pouvoir d’un bon Père, comme celui d’une femme jolie, un Code domestique n’est pas plus nécessaire qu’un Code d’Amour ; or on sait qu’en fait de codes, et sur toute matière, tout ce qui n’est pas nécessaire est nuisible. » 42

Dans un gouvernement despotique, le père est non seulement despote de fait, mais de droit. Ce gouvernement, par l’oubli de tous les devoirs et par la violation de tous les droits, ramène tous les hommes à l’égalité primitive (Rousseau) ; il ramène aussi les familles à la constitution naturelle ; c’est cette Constitution naturelle qui est la plus solide base du pouvoir arbitraire.

« Il est clair que chaque Chef de famille dans son intérieur doit être d’autant plus jaloux de son autorité que l’asservissement général lui fait plus sentir celle à laquelle il est soumis lui-même ; par un effet tout aussi naturel, l’exercice habituel qu’il fait de cette autorité précaire, non seulement le console de son oppression propre, mais l’attache même à l’oppresseur commun et lui fait aimer un système où il a aussi sa sphère de domination et d’importance personnelle. Le Despote qui sent cela, et qui a intérêt de propager dans tous les degrés de subordination un principe d’obéissance aveugle, ne manque pas d’encourager, de renforcer cette disposition naturelle des oppresseurs en sous ordre, et chacun d’eux lui paye ainsi en témoignage de dévouement et en hommage servile le prix du droit qu’il leur donne de dominer et d’opprimer à leur tour.

Il est donc vrai que le Despotisme politique et le Despotisme paternel réagissent l’un sur l’autre pour s’assurer et se fortifier (45) réciproquement. Il semble aussi que sous cette forme de gouvernement le Despotisme du Père devrait être plus dur, plus odieux que partout ailleurs puisqu’il est presque entièrement libre de ces freins naturels que nous avons vu exister dans la Constitution primitive. Et ce serait encore là un effet tout simple d’un Etat des choses si funeste à l’humanité. On sait qu’un esclave, un Opprimé, quel qu’il soit, si le hasard ou sa position particulière lui subordonne quelques uns de ses semblables, se venge sur eux des traitements qu’il éprouve, en leur en faisant supporter de plus durs encore. C’est l’Enfant journellement battu qui fouette a tour de bras sa poupée. C’est le Nègre intendant qui rend au centuple à ses infortunés compatriotes les coups de fouet dont il fut si souvent déchiré lui-même. » 45

« Gardons-nous d’inférer de l’Aveu précédent que le bonheur domestique, le seul permis aux sujets Despote, s’est goûté aussi dans la République, ne l’est pas dans sa plénitude. Ce Bonheur est à son comble, puisque le bonheur politique en double encore le sentiment, et que tous deux d’ailleurs y portent sur les mêmes bases, la Liberté, la Bienveillance, la Vertu, plus durable, plus sacrées mille fois que cette crainte servile et intéressée sur laquelle tout repose dans les Etats despotiques. Ecartons en donc la triste image pour remplir notre âme de la plus douce, la plus flatteuse et en même temps la plus grande des pensées, la République dans la plus parfaite constitution, second ( ?) extrême auquel il nous faut appliquer tous les différents résultats de l’Analyse précédente. » 46

un long passage conclusif reprend terme à terme les étapes de son analyse. Y revenir éventuellement.

Celui-ci me rappelle singulièrement la philosophie de Say : « Ne dites point au Fils : honorez votre Père. Forcez-le encore moins à paraître l’honorer, sous peine d’être privé de tel ou tel avantage. Mais faites qu’aucune institution vicieuse, aucun désordre dans le Gouvernement ne déprave ou n’altère les sentiments de la nature ; dès lors tous les Pères seront dignes d’être honorés, et rien ne portera les enfants à leur refuser cet honneur. » 52

« On a proposé de ne donner le droit d’élire et conséquemment le titre de Citoyens actifs qu’aux Chefs de famille, sur ce (52) principe démontré faux que la représentation d’une société n’est que la représentation des familles qui la composent. Il serait bien aisé sans doute de prouver que cette disposition n’est point désirable, et serait au fond beaucoup plus nuisible qu’utile ; mais je suppose qu’un Ecrivain Politique, ou l’un de nos Représentants, se pénètre de cette opinion plus raisonnable que l’homme, destiné à l’Etat de Chef de famille, est généralement coupable, quand il résiste à ce vœu de la nature, qu’il s’en pénètre assez pour désirer fortement que tous les fonctionnaires publics, ou seulement ceux d’une certaine Classe, soient mariés. Vite ( ?) il en prendra droit de conclure la nécessité d’une loi positive et de rigueur qui établira en règle générale et constitutionnelle une disposition que rend très désirable sans doute l’intérêt des mœurs et de l’ordre public. Il proposera donc cette loi, il en exaltera tous les avantages, surtout si étant chef de famille lui même, il a quelque intérêt à faire adopter ses vues. IL y a beaucoup de belles choses à écrire sur ce sujet. IL fournit matière à des morceaux d’éloquence, à des traits de sentiment qui feront beaucoup d’honneur à celui qui les débitera. Enfin supposons encore que le prestige de son beau style et l’accent de la nature qu’il ne manquera pas de faire parler en imposent assez à tous les membres de l’Assemblée pour faire adopter la Loi qu’il propose, certes, ou tout ce que nous avons dit précédemment est faux, ou ce Citoyen estimable, mais aveuglé par son zèle, aura fait plus de mal que de bien. Un peu de réflexion suffira pour se convaincre qu’ici comme à tout autre égard, il faut bien se garder de prescrire impérativement une disposition qu’amèneront naturellement l’Opinion publique et l’observation de toutes les convenances dans une société bien organisée. Que l’aisance générale, que l’Empire du bon exemple et de l’Opinion publique puissent porter chaque Citoyen à obéir sans crainte (53) et sans répugnance à ce vœu de la nature qui fait désirer une compagne. Dès lors ceux qui continueront d’y résister auront peu de motifs raisonnables pour le faire ; dès lors le blâme général autant que l’intérêt même des Epoux et des Pères les exclura de fait de telle ou telle fonction dont vous voudriez dès à présent les rendre légalement incapables. Le respect, l’ascendant de l’âge et de la dignité personnelle et toutes les autres considérations morales n’y porteront que des Chefs de famille à l’exclusion des célibataires qui n’auront nullement à se plaindre.Rome ancienne dans les plus beaux temps de la république nous offre un exemple de cette exclusion de fait, qu’aucune loi ne commande, et qui n’est que le résultat de l’Opinion publique bien dirigée. »

Résumé : « Un nombre plus ou moins grand d’individus réunis constamment sous le même toit, et liés entre eux par les rapports qu’on désigne sous le nom de Père et de mère, d’Epoux et d’épouse, de frère et de sœur, de fils et de fille, constitue la Famille. On y comprend dans la société civile et par une extension raisonnable les serviteurs, apprentis, compagnons etc qui par choix ou par circonstance pour un temps ou à toujours cohabitent avec les Membres de la Famille, travaillent dans les mêmes vues et sous la même direction. Le gouvernement de la Famille considérée dans sa constitution naturelle, appartient au Père, et ce gouvernement est despotique. Mais ce pouvoir du Père tout illimité qu’il est, ne lui a pas été donné pour son avantage personnel ; par les soins qu’a pris la Nature pour le modérer dans son application et même en balancer l’exercice, Elle manifeste clairement l’intention ou elle est de le faire tourner à l’avantage de tous. Vis à vis de la mère, il paraît n’être balancé que par des affections douces et des considérations morales. Vis à vis des enfants, l’Affection paternelle entre sans doute pour quelque chose dans les vues de la nature, pour tempérer dans son action un pouvoir si étendu et si violent par lui même ; mais cette Affection est par elle même un sentiment vague et peu réfléchi, très souvent même il n’offre dans son analyse qu’un vil et sordide attachement, un calcul d’intérêt personnel, enfin des vues cupides et odieuses. Il fallait donc des considérations de toute autre espèce pour mettre un frein à ce grand pouvoir sur de si faibles et si timides créatures, et ce frein s’est trouvé dans la perspective toujours présente au Père d’un état futur tout différent du sien actuel, état de faiblesse pour lui, de force pour ses enfants, état qui à son tour va le mettre sous leur dépendance et qui ne lui permet de compter sur leur assistance et leur affection qu’autant que lui même par ses soins et ses bons traitements aura mérité d’eux un si juste retour.

La Famille ainsi constituée présente évidemment un tout parfait, bien ordonné et se suffisant à lui même ; d’un autre côté on a vu ou cru voir que la qualité d’homme ne pouvait, moralement et politiquement parlant, être séparée de celle d’Epoux et de Père, et de ces deux propositions on s’est cru fondé à conclure que pour se faire une idée juste d’une société politique il fallait l’imaginer formée par la réunion constante dans le même lieu et sous les mêmes lois d’un certain nombre de familles représentées par leurs chefs. Donc, a t on ajouté, la famille proprement dite sera l’élément naturel de la société civile, élément insécable, s’il est permis de parler ainsi, et formant le dernier terme de toute division et subdivision politique. On a réfuté cette erreur : on a prouvé que la société civile ne pouvait être supposée formée par une réunion volontaire de chefs de famille, puisque cette société par l’objet même de son institution, leur est plus défavorable qu’utile. En effet ce but n’est pas la protection et la Sauveté (sic) des Chefs de famille seuls, mais bien la protection, la Sauveté, et le plus grand bonheur possible de tous les individus (55) indistinctement que l’Etat renferme dans son sein. Donc pour motiver la formation de la société civile, l’hypothèse de tous ces individus en masse stipulant pour eux tous et pour chacun d’eux leur affranchissement ou l’amélioration de leur sort est la seule raisonnable, la seule admissible. Nous en avons conclu que la famille dans ce nouvel Etat de choses ne peut plus conserver son indépendance ni par conséquent sa constitution naturelle devenue incompatible avec l’existence de la société civile. Il n’est donc pas vrai qu’elle en soit un élément ; encore moins en est elle un élément insécable ; cet Elémént prétendu se fond, s’il est permis de parler ainsi, dans la Masse totale, ou l’action de la Puissance civile qui le divise, distingue et reconnaît des principes constituants. (…)

… dans la république bien constituée, ou toutes les familles semblent se confondre pour n’en former qu’une seule vaste et générale sous laquelle tous pères[10], enfants, serviteurs et autres civilement et juridiquement égaux ont tous des droits à exercer, des devoirs à remplir, ou tous conséquemment se sentent chargés d’une responsabilité plus ou moins étendue, qui les rend justiciables de la Puissance civile, seule et dans tous les cas souveraine maîtresse.Donc la puissance paternelle comme l’entendent les jurisconsultes y est nulle de plein droit et ce qu’on appelle le code domestique n’y peut être connu. (…) Partout où l’homme met la main, il porte un germe de corruption et de misère qui bientôt se développe malgré lui. » 59

Sans signature. 15 floréal an 7.


[1] Souligné dans le texte. Tous les mots soulignés le sont par l’auteur. Parfois, celui-ci utilise une graphie plus large, dans ce cas elle est en 16 points au lieu de 12.

[2] Cette portion de phrase est écrite en gros et gras.

[3] Note de l’auteur, insérée ici. « Tout ce qui va suivre, renfermé entre les guillemets, offre en peu de mots l’extrait d’un ouvrage publié en l’an 5, et qui ayant à juste titre excité l’attention du Public, a, dit-on, donné à l’Institut l’idée de la question présente ; il a pour titre : De la Famille, considérée comme l’élément des Sociétés, par T. Guiraudet, secrétaire général des relations extérieures, Paris, chez Deferme). C’est le même citoyen qui vient de publier une traduction complète de Machiavel dont on dit le plus grand bien. L’intérêt de la vérité qui me force à le réfuter et à le contredire presque sur tous les points m’est un motif de plus pour rendre justice au grand talent et aux connaissances de l’Auteur dont l’ouvrage d’ailleurs assez étendu mais parfaitement écrit contient des détails précieux et des morceaux fort bien sentis. Jamais peut-être des principes erronés et si dangereux dans leurs conséquences, ne furent déguisés avec plus d’adresse, présentés avec plus de force et sous un côté plus favorable et plus séduisant. C’était beaucoup plus qu’il n’en fallait pour me convaincre de mon insuffisance et me détourner d’une lutte aussi inégale. Mais j’ai osé compter et sur la bonté de ma cause, et principalement sur la bonté de ma méthode directement contraire à celle du Cit. Guiraudet et qui s’est déclaré franchement ennemi de l’Analyse, au moins dans son application à des recherches de la nature de celle qui nous occupe ici. Ce n’est pas sans quelque intention, je l’avoue, que j’ai affecté de suivre ma marche tout opposée à la sienne. Quoi qu’il en arrive, je me fais un devoir d’indiquer à mes Lecteurs cet ouvrage qui m’a donné l’idée de traiter la question présente, et qui, à tous égards, mérite d’être distingué.

[4] Ici, l’auteur cite Bernardin de Saint Pierre, par un long extrait des Etudes de la Nature, Etude 14, De l’Education, pour illustrer « l’orgueil despotique et bête du Bourgeois Chef de famille ». L’extrait, qui peut facilement être retrouvé, commence par « j’avoue qu’il est heureux pour beaucoup d’enfants qui ont de mauvais parents… » et se termine par « vous avez oublié le point principal, qui était de vous en faire aimer ». [Voir Etudes de la Nature, Etude 14, « De l’Education »pp. 420-422 de l’édition disponible sur Gallica, datée de l’an XII].

[5] Une autre note, insérée un peu plus loin dans le texte, dépeint la différence entre l’amour paternel et maternel : « voudrais-je inférer de là que l’Amour paternel n’a pas son principe dans la nature bien ordonnée et qu’aucun motif raisonnable et pur ne porte le Père à aimer son enfant plus que celui de son voisin ? A Dieu ne plaise ! Le Père aime son enfant, parce qu’il est son ouvrage, parce qu’il est le fruit d’une union qui le rend heureux ; mais quelques puissantes que soient ces causes d’affection, il s’en faut qu’elles puissent entrer en balance avec celles qui agissent sur le cœur d’une mère. La Mère a enfanté avec douleur, et cette seule circonstance qui n’a pas lieu pour le Père, suffirait pour donner à l’Amour maternel une base plus solide, une énergie cent fois plus forte ; mais il s’y joint en outre l’habitude morale résultante des occupations domestiques, sans cesse renaissantes, des soins minutieux donnés à la première enfance, et dont la femme voit chaque jour la récompense dans le développement successif de ces petits êtres qui lui doivent tout, tandis que l’homme toujours occupé au dehors, distrait par mille causes et souvent agité de mouvements et de passions diverses qui maîtrisent toute son âme reste presque étranger à ces soins si doux, et conséquemment aux sentiments, aux plaisirs, aux habitudes qu’ils font naître. C’est même un effet tout simple de sa destination naturelle que des vues d’ambition ou de fortune déterminent presque exclusivement son attachement pour des enfants qu’il est chargé de nourrir, d’élever et d’avancer dans le monde. Le malheur est que ces vues ambitieuses ou intéressées se rapportent au Père lui même autant et plus qu’à ses enfants, et c’est pour cela, comme nous l’avons vu, que le Législateur ne peut raisonnablement compter sur l’affection qu’elles produisent, pour s’en promettre les effets les plus heureux dans l’exercice du pouvoir paternel. » note page 27.

[6] C’est moi qui mets en italiques ou en gras ; lorsque c’est l’auteur, c’est soit souligné, soit mis en caractères plus larges (16 points), que je passe en bleu pour plus de sûreté.

[7] Plus loin, une note insérée, assez longue, développe sur la nécessité du travail et les méfaits de l’esprit de « thésaurisation ». Evoque dans ce passage le « rigoureux et absurde nivellement que la mauvaise foi seule a pu présenter comme nécessaire et possible ». « Nul n’a droit aux jouissances et même aux nécessités de la vie, qu’autant qu’il se les procure par son travail ».

[8] « A-t-on jamais remarqué en général que les Pères riches fussent plus aimés et plus respectés de leurs enfants que ceux qui n’ont rien à leur laisser, et en serait-il donc un effet de la domination dans la famille comme de la considération dans le monde ; dépendrait-elle de l’argent ? c’est pourtant ce que semblent croire ceux qui, partisans de la puissance paternelle, attachent la plus grande importance à laisser au Père la faculté de dépouiller par testament ou d’avantages à son gré tel de ses enfants qu’il juge le plus coupable ou le plus digne. Observons de plus que le Père n’a nul besoin de cette odieuse faculté pour retenir ses enfants, et se les attacher par les liens de l’intérêt personnel. Qui peut l’empêcher de récompenser de son vivant et par des donc actuels l’enfant qui remplit le mieux ses devoirs envers lui ? Cette justice de chaque jour ne lui offre-t-elle pas aussi un moyen sur de châtier un enfant ingrat ou débauché ? On sait d’ailleurs que la faculté de tester n’est qu’un mauvais supplément inventé par l’égoïsme pour s’épargner l’exercice toujours pénible de la faculté de donner. » note page 31.

[9] (Le C . Guiraudet dans l’ouvrage estimable ci dessus cité fait parfaitement sentir le ridicule et l’ineptie des dénominations nouvelles substituées à ce nom si simple et si doux, le plus affectueux, le plus paternel et fait pour rappeler toujours un membres de la famille, domus. V. p. 190 et suiv.)

[10] Les femmes ont subitement disparu de la Grande famille…


[i] Petitain, « N°1 Mémoire sur cette question : quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? Proposée par l’Institut national le 15 messidor an 6 , Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « Concours de l’an VIII-1799 ».


PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV1] Cette question, qui vient avant même celle qui concerne le lien de père à enfants, montre bien comment l’empire de la puissance paternelle se comprend comme empire conjugal autant que paternel au sens propre.

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV2] THEODICEE.

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV3] La nature a pourvu à tout, elle a mis le contre pouvoir dans le pouvoir, le remède dans le mal. Il n’y a pas à toucher à cette œuvre parfaite. Le père est despote parce qu’il a accumulé les moyens de ce despotisme: en d’autres termes, la nature l’a fait despote parce qu’elle l’a voulu despote ; il est despote parce qu’il en a les moyens ; l’auteur adopte une logique circulaire. Pourquoi en a-t-il les moyens ou plutôt, comment les a-t-il acquis ? C’est une question que l’auteur ne pose bien entendu pas : le recours à la nature permet de répondre au pourquoi, pas au comment.

[av4]L’homme est ici l’Homme au sens universel du terme.

[av5]Militerait-il pour une citoyenneté active des membres de la famille ?

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV6] Ici, le mot « civiles » a été barré, et « politiques » lui a été substitué.



Mariage et gouvernement en miroir dans la théorie républicaine

Quelques notes, prises au fil de la lecture, du livre de Nancy Cott :

Nancy F. Cott, Public Vows. A History of Marriage and the Nation, 2000.

La théorie républicaine des Etats Unis a donné au mariage sa raison d’être politique ; depuis Montesquieu, l’auteur des Lumières françaises dont l’Esprit des lois influença les principes centraux du républicanisme américain, les pères fondateurs ont appris à penser au mariage et à la forme de gouvernement comme miroir l’un de l’autre. Ils ont cherché à établir une république sauvegardant la souveraineté populaire, régulée par un gouvernement de lois, et caractérisée par la modération. Leur lecture de Montesquieu a attaché l’institution du modèle chrétien monogame à l’espèce de cité qu’ils envisageaient ; en tant qu’union basée sur le consentement, le mariage établissait un parallèle avec le nouveau gouvernement. Cette pensée a propulsé l’analogie entre les deux formes d’union consensuelle dans l’identité de la nation républicaine. P. 10

En dépit de la diversité des législations américaine à l’ère révolutionnaire, Nancy Cott note plusieurs traits de similitude sur le mariage :

ü L’unité du mari et de l’épouse, qui fait de la paire d’époux une seule et même personne, incarnée par le mari.

ü Le consentement des deux futurs époux

ü Un contrat dont les tenants et aboutissants, fixés par la loi commune, s’imposent aux contractants

La loi commune fait de la paire conjugale une seule et même personne légale : le mari. Le mari est « élargi » par le mariage, quand la femme, elle, abandonne son nom et renonce à son identité. C’est ce qu’on appelle la coverture (et la femme, appelée une feme covert, du vieux français apparemment). Une femme ne peut user d’outils juridiques tels que le contrat, le procès (suits), posséder un capital (assets), ou exécuter des documents légaux sans la collaboration de son époux. Elle n’est pas tenue responsable dans la loi civile ou criminelle ; le mari devient le représentant politique et légal de sa femme ; il devient le citoyen plein de la maisonnée, son autorité sur et sa responsabilité des dépendant contribuant à sa capacité de citoyen. 12

Le mariage et l’Etat sont tous deux compris comme des formes de gouvernement : de l’époux sur sa femme, comme du régnant sur le peuple aux XVI et XVIIème siècles, il était aisé de les penser de manière analogique[av1] .

A partir des années 1760, une révolution dans la théorie et la pratique avait challengé la théorie patriarchale de la légitimité politique, en différenciant radicalement l’autorité des chefs de famille (family heads) des gouvernants politique et en déniant que les deux occupent la même continuité. Durant le combat politique de 1688 entre le roi et le parlement, menant à la révolution glorieuse de 1688, les supporteurs des parlementaires arguèrent que l’autorité politique n’était pas naturelle, comme l’était celle des parents. Dans la continuité de la philo de Locke, les individus devaient donner leur consentement et former un contrat social de gouvernement dans le but de gagner des avantages de l’ordre social et de la protection collective, donnant certes un pouvoir à un gouvernant mais lui imposant des limites également. Le consentement du peuple à être gouverné les liait à obéir. Cette transformation charpente la théorie politique justifiant la révolution américaine. Rappelle ici que les Américains ont pensé leur indépendance dans les termes de l’analogie familiale. Les rebelles américains ont utilisé les deux métaphores, du lien parent enfant et d lien mari épouse pour « divorcer » de la grande bretagne, en dépit du fait que la théorie du contrat social avait depuis longtemps abandonné le lien direct entre autorité patriarchale et gouvernement légitime.

Selon elle, même l’autorité maritale ou parentale nécessitait à l’époque une justification autre que naturelle ou de tradition. L’enfant devait obéir parce que ses parents le protégeaient, pas seulement parce qu’une hiérarchie générationnelle était en place[av2] .

Les américains révolutionnaires ont utilisé la métaphore familiale pour renforcer l’idéal contractualiste[av3] .

Le modèle contractualiste d mariage a particulièrement servi, avant pendant et après l’indépendance, pour penser l’union politique. Essais, nouvelles, romans, pamphlets, poésie définissant l’union matrimoniale, donnant des conseils sur le choix du conjoint, prescrivant comment atteindre une balance des pouvoirs entre époux, abondent à l’ère révolutionnaire. Le mariage y apparaît comme une « union symétrique » : droits réciproques, responsabilités partagées plutôt que hiérarchie formelle. Pas de protection, pas d’obéissance, pas de subordination, mais un « mutual return of conjugal love », « the ties of reciprocical sincerity », qui définissent le mariage heureux. Raison, vertu et modération : trois clés du choix du partenaire, et non pas : fortune, beauté ou passion momentanée.

Pour autant, la supériorité maritale ne disparaît pas. Dans la période post révolutionnaire, plus conservatrice, l’intérêt se manifeste davantage pour les aspects de « lien » que confère le consentement accordé. 17 en consentant, les ciotyens délèguent leur autorité à leurs représentants et la femme donne son autorité à son mari. Dans les deux cas, le gouvernement basé sur le consentement n’en est pas moins du gouvernement. Le lexicographe Webster pensait refroidir les assertions politiques « grass roots » dans les années 1789 quand il a fait le lien entre la relation du citoyen à son repréeentant et l’unité que forme une fiancée avec son futur. Il voulait signifier que le représentant était le meilleur connaisseur et judicieux de la paire, celui qui pouvait prendre des décisions, de la même manière que le mari le pouvait. En se mariant, la femme « gagnait le droit d’être protégée par un homme de son choix », de même que les hommes, vivant sous une constitution libre, de leur propre fait, avaient le droit à la protection des lois (1793). Il admettait même que si la rébellion face à un gouvernement juste, modéré et libre était odieuse, elle ne l’était pas moins dans l’administration familiale.

C’est plus qu’une analogie : les mariages actuels étaient supposés créer le type de citoyen dont avait besoin la République ; ce n’est pas seulement que le mariage et les famille apportaient un ordre à la société ; il y avait des raisons spécifiquement politiques dans la pensée des révolutionnaires à l’égard de la nature humaine, les relations humaines, et les possibilités pour un gouvernement jsute qui pose des demandes sur le mariage. Les révolutionnaires étaient concernés par la vertu comme le printemps de leur gouvernement et cela motivait leur attention au mariage. République : tentative d’établir un gouvernement pbasé sur souveraineté populaire ; le caractère des citoyens importait bien plus que dans une monarchie, suivant en cela Montesquieu. La vertu signifiait non seulement intégrité morale, mais aussi esprit public : le citoyen devait reconnaître des obligations civiques, pour voir le bien social de la cité parmi ses responsabilités. Le mariage fournit une importante part de la question, en apportant un modèle de jonction consensuelle, d’allégeance volontaire, et de bénéfice mutuel. Pour compléter la fondation individualiste du contrat social, les révolutionnaires se tournent vers Montesquieu qui croit que l’être humain doit se définir en relation avec les autres et chercher le compagnonnage.


[av1]Je me demande s’il n’y a pas là une différence avec les Français qui se servent plus volontiers de l’analogie parentale pour qualifier le bon gouvernement du prince avant la Révolution, puis du pouvoir paternel pour fonder la République, à partir du Directoire.

[av2]Oui mais c’est bien parce que l’enfant et la femme sont faibles en nature qu’ils ont besoin de la protection de leur père et de leur mari. Certes Hobbes fonde le pouvoir paternel sur le consentement présumé de l’enfant ; mais c’est un consentement forcé.

[av3]Là aussi j’ai des réserves car je pense que la métaphore familiale ne sert plus, après la révolution ; sinon comment comprendre le maintien des enfants et des femmes dans un tel état de dépendance ?