Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

Pierre Villaume, La société paternelle et la société conjugale, 1786

J’avais parlé, précédemment, de cet ouvrage découvert grâce à J. Meyer (cf. « post » Dissertations sur l’autorité paternelle, 1788 (bis).). Quelques éléments bio/bibliographiques se trouvent sur cet « article« .

Pierre Villaume, Histoire de l’homme, 1786.

L’ouvrage a paru d’abord en 1784, puis il a été réédité deux fois, en 1786 et 1792.

Numérisé par BooksGoogle, consultable à la bnf, je ne résiste pas au plaisir de vous en livrer quelques passages.

Section VII : Société paternelle.

 » (…) Les pères aiment beaucoup leurs enfants, et les mères les aiment encore davantage. Cependant les enfants, bien loin d’être de quelqu’utilité aux parents, leur donnent beaucoup de peines et d’inquiétudes, surtout aux mères. Les cris des enfants les inquiètent, la moindre maladie qui attaque ces enfants les angoisse, les met en allarmes ; leurs maux les affligent ; et souvent ces petites créatures chagrinent leurs parents par leur désobéissance, leurs caprices, leurs folies. » (…) [Comme c’est l’éducation qui nous distingue des animaux], « Cette culture demande une entière obéissance de la part des enfants, car il est impossible d’instruire celui qui ne veut pas écouter, et de former celui qui ne veut pas faire ce qu’on lui ordonne. Voilà pourquoi les enfants naissent faibles et flexibles : flexibles, pour pouvoir se prêter à tout ; et faibles, afin que les parents puissent les contraindre sans peine à l’obéissance. » (304) (…)

[Comme l’éducation est un ouvrage qui demande un long temps], « … les pères et les mères ont toujours beaucoup d’autorité sur leurs enfants. Chez les Grecs, il dépendait du père d’élever ses enfants, ou de les faire mourir. Il pouvait les punir de mort, quand ils manquaient à leur devoir. Chez nous les pères n’ont pas ce droit, mais ils peuvent disposer de leurs enfants à leur gré, les conduire, les punir comme ils veulent. Le magistrat leur prête son secours, s’ils le demandent : le fils rebelle est mis en prison sans examen, sur la seule réquisition du père. Chez les anciens Germains, les fils n’osaient ni manger ni boire, ni se montrer au public avec leurs pères, jusqu’à ce qu’ils eussent le droit de porter les armes. Quand les fils sont élevés, c’est à dire quand ils sont hommes, l’autorité du père sur eux cesse, et la reconnaissance, l’amour et le respect prennent chez eux la place de (305) l’obéissance. Les filles demeurent sous tutelle, jusqu’à ce qu’elles se marient. »

Section VIII : Société conjugale.

« Quand les jeunes gens deviennent grands, ils se marient. Cependant ils ne le font pas tous. Il s’en trouve un grand nombre des deux sexes qui refusent de se marier, les uns par piété, parce qu’ils croient ainsi se rendre plus agréables à Dieu ; les autres par paresse, pour n’avoir pas une grande famille à entretenir ; ou par libertinage, afin qu’une femme ne les gène pas ; d’autres ne peuvent pas se marier avec la personne qu’ils voudraient, ils ne trouvent pas un parti à leur gré. Il y en a que personne ne veut épouser.

Ce sont les jeunes hommes qui choisissent, et qui demandent en mariage ; les jeunes filles n’ont d’autre parti à prendre, que d’attendre qu’on leur demande. Les filles qui désirent de se marier, et qui s’empressent trop, sont en grand danger d’être méprisées. On demande d’une fille qu’elle soit réservée. D’un autre côté, il y a des filles trop difficiles et trop délicates qui demandent trop d’un homme. Ce défaut peut aisément venir des flatteries des jeunes hommes ; qui croyent les filles assez vaines et assez imbécilles pour se laisser prendre à des (308) flaterries outrées. Ces flatteurs ne sont pas ordinairement des gens qui pensent à un attachement sérieux ; ils ne cherchent que l’amusement ; c’est pourquoi ils tiennent à toutes le même langage. Une fille éblouie par ces louanges, croit pouvoir prétendre à tout, et les partis qui s’offrent ne sont jamais assez bons pour elle. Elle les refuse donc, elle vieillit, ses espérances s’évanouissent ; alors elle saisit la première occasion, de peur de ne rien trouver, et accepte quelque misérable ; ou bien elle demeure fille toute sa vie.

Un homme avait chez lui une fort jolie parente. Quelques jeunes gentilshommes avaient les entrées libres dans la maison, et voyaient souvent cette personne ; ils ne manquaient pas de lui faire hautement l’éloge de sa beauté. Un pasteur, qui avait une fort bonne cure, la demanda en mariage ; elle penchait fort à l’accepter. Mais les jeunes officiers lui dirent et lui répétèrent, que c’était dommage, qu’une fille comme elle était trop bonne pour un pasteur, et pour se séquestrer à la campagne. La pauvre la crut, (sic), s’attendant sans doute, à devenir un jour une Dame d’importance. L’affaire fit du bruit ; et personne ne la rechercha depuis ; ceux qui l’avaient flattée ne pensaient pas à elle, et la pauvre fille finit par perdre l’esprit de regret. (309)

Les filles qui vieillissent, n’obtiennent jamais la considération, qu’on accorde partout à une mère de famille ; et quand on sait qu’elle est cause de son célibat, on s’en moque ; elle passe d’ailleurs la plus grande partie de sa vie sous tutelle, et dans la gêne.

Les jeunes hommes règlent leur choix sur des vues bien différentes. Les uns se laissent séduire à la beauté, à une danse agréable, à une belle voix, ou à tel autre avantage. Cela n’arrive guère que dans la première jeunesse, et il y en a beaucoup qui s’en repentent. Après les premiers mois, ils sont tout accoutumés aux attraits de leurs femmes : et comme ils trouvent ensuite des défauts qui les chagrinent, le caprice, l’entêtement, la légèreté, la vanité, la coquetterie ; ils se repentent de leur mauvais choix.

Un grand nombre ne cherche que la fortune. Une fille riche a pour eux toutes les qualités. Ce n’est pas la personne, c’est l’argent qu’il leur faut. Il y a des jeunes gens qui se voient à peine, et qui ne se connaissent point du tout avant le mariage. Le jeune homme donne commission à un courtier de mariages, celui-ci fait à peu près ce qu’il faut à un tel ; c’est à dire l’âge, la condition et l’argent que veut l’épouseur ; il a une liste, la plus exacte qu’il peut, des filles à marier et de leur bien. Il fait des proopositions. Les futurs se (310) voient une fois par son entremise dans une maison tierce. On se regarde, et voilà qui est fait. IL y avait des peuples dans l’antiquité, qui ne donnaient point de dot à leurs filles. Les Nègres et les Lapons reçoivent des présents de leurs gendres futurs, au lieu d’en donner. Ces filles savent au moins, qu’on les demande pour leur personne. C’est ce que nos filles riches ne peuvent savoir. Car celui qui aime la bourse, adresse ses flatteries à la personne. Un homme qui se marie ainsi, ne tarde pas non plus à s’en repentir le plus souvent. Bien des filles riches sont vaines, aiment le luxe, le plaisir, le jeu, et savent épuiser leurs revenus en bagatelles : ou bien elles sont négligentes et ignorantes en économie, n’ayant fait aucun ouvrage dans la maison paternelle, parce que la mère ou les domestiques s’en chargeaient. Certaine fille médiocrement riche, n’avait d’autre occupation que quelques pompons et son clavecin ; jamais elle ne cousait du ligne ordinaire, elle ne voyait pas la cuisine ; sa mère, bonne économe et fort active, ne le permettait pas. Un matin elle entre par hasard dans la cuisine, et voit la servante lever quelque chose de dessus le lait, et le manger. Que faites-vous là, dit la jeune personne ? Il faut bien écumer le lait, répond l’autre, et plutôt que de jeter l’écume au feu, je la mange. La demoiselle se paya de cette raison. Remarquez qu’elle (311) passait les dix-huit ans. D’autres héritières ont grand soin, de faire sentir à leurs maris, les obligations qu’ils leur ont : elles leur font entendre souvent, que le bien vient de leur part, et qu’ainsi le mari n’est point en droit de leur refuser ce qu’elles exigent, ni de contrôler leurs dépenses. Qu’elles prodiguent en parures, au jeu ; on dit au mari, qu’il ne lui en coûte rien. Une telle femme ne s’enferme guère dans son ménage, alléguant qu’elle ne prétend pas être esclave, et qu’elle n’en a pas besoin, vu qu’elle est riche. Ou bien même elle ne permet point à son mari, de se mêler de ses revenus, elle administre elle-même sa recette et sa dépense. Le mari doit fournir aux besoins de sa maison, Madame ne s’en mêle pas ; elle refuse même de payer les dettes, si le mari ne pouvant suffire à tous, s’est vu contraint d’en faire. Il y a aussi des filles riches, qui sont bonnes ; mais il faut du discernement pour les distinguer.

Il y a des hommes, qui n’ont d’autre règle de leur choix que la vanité ; ils recherchent des femmes au-dessus de leur état ; le petit bourgeois ne veut s’allier qu’à de bonnes familles, et le bon bourgeois veut une demoiselle. Il est vrai qu’ils n’y gagnent rien, car la femme n’élève pas le mari, qui reste ce qu’il est, et ne fait qu’abaisser sa femme : ce qui lui en (312) revient est de pouvoir dire Monsieur mon beau père, Messieurs mes Oncles et mes Cousins. Or ces messieurs ne donnent pas leur Demoiselle à un bourgeois, tant qu’ils ont quelque espérance de la mieux placer, c’est-à-dire si Mademoiselle n’est nue, contre-faite, ou stupide : et ils ne regardent jamais le bourgeois que comme un homme fort au dessous d’eux. Il y a aussi des demoiselles raisonnables ; et on a vu des dames de la plus haute naissance, épouser des bourgeois, s’accommoder fort bien à leur nouvel état, et oublier leur grandeur passée. Le cas est rare, et le pas dangereux.

Les filles acceptent par les mêmes raisons que les hommes demandent. Les unes ne veulent que des hommes riches, et les autres des maris titres. Elles ont les mêmes risques à courir que les hommes. » 313 (…) « Les personnes instruites de tout ceci, ont grand soin d’y penser, et de sonder la personne qu’elles veulent éposuer. Elles regardent en premier lieu aux qualités personnelles. Le père de famille examine, si le prétendant est vraiment homme par la raison, la capacité ; s’il est en état de nourrir une famille, et de la conduire ; comme les Groenhandais, qui n’acceptent pour gendre, que celui qui est habile à la pêche du chien marin. On observe encore s’il n’a pas des défauts trop choquants, comme l’emportement, l’avarice, l’injustice, l’ivrognerie, le mensonge, le jeu. Car une fille, quelque bonne et sage qu’elle soit, ne saurait être heureuse, avec un homme qui aurait ces défauts. Un père sage ou une fille prudente ne demandent pas qu’un homme soit sans défauts ; il n’y en a aucun. Le jeune homme de son côté, ou son père plus prudent, regardent si la jeune fille est sage, si elle a une bonne réputation, si elle n’est pas vaine, dépensière, négligente, coquette ; si elle sait travailler, conduire un ménage, si elle n’est pas contredisante, acariâtre, grondeuse, impertinente.

De part et d’autre on prend garde à la santé. Un jeune homme valétudinaire ne peut pas fournir aux besoins d’une maison, et laissera une jeune veuve ; une fille faible ne suffira pas aux tracas du ménage ; ses enfants seront délicats. La personne (314) malade rend la vie triste et pénible à celle qui se porte bien. On fait quelque attention aux défauts corporels trop choquants.

Une certaine convenance de caractère est bien utile. Un homme vif a besoin d’une femme patiente ; une femme légère d’un mari grave ; un homme qui penche à la tristesse, recherche une femme gaie sans excès. Plus il y a d’égalité de condition entre les époux, et plus on peut espérer une union heureuse. L’égalité de bien n’est pas si nécessaire. Un jeune homme riche peut sans risque épouser une pauvre fille, pourvu qu’il se sente la force, le courage, l’habileté nécessaire pour subvenir aux besoins de la maison. Mais un pauvre homme risque toujours, en épousant une fille riche. Les hommes qui épousent des femmes trop au-dessous de leur condition, s’exposent à bien des chagrins. Un bon bourgeois par exemple éposuera sa servante. Celle-ci sort tout à coup de son état, elle ne sait qu’elle mine faire, elle devient impertinente, sans avoir assez d’usage du monde pour cacher son impertinence. Elle joint aux vices grossiers de son premier état, les vices que le changement lui inspire, et n’a les bonnes qualités ni de l’une ni de l’autre condition.

La conformité d’âge est pareillement désirable, pour maintenir l’union des époux. La jeunesse est trop vive, et la (315) vieillesse trop lente et trop froide ; les caractères, les goûts sont trop différents, pour qu’elles s’accordent bien. (…)

Presqu’en tout pays, les lois donnent un grand pouvoir aux parents sur le mariage de leurs enfants ; surtout une fille en dépend entièrement. Il y a des pays, où les parents conviennent entr’eux, et les jeunes mariés se voient pour la première fois, le jour de leurs noces. (316)

Les filles ont coutume de rougir ou de rire, quand on leur parle de mari, elles n’écoutent pas quand on leur donne des avis. On dirait qu’elles ont honte de dire oui, quand on les recherche. Chez les Nègres, les époux sont obligés d’enlever leurs fiancées de la maison paternelle ; et celles-ci font semblant de crier et de se débattre. Il en était de même chez plusieurs anciens peuples. Ces enlèvements réussissent cepenant toujorus. Chez nous la cérémonie d’ôter la couronne à la mariée, est souvent accompagnée de larmes. Quelquefois même la mariée a des angoisses réelles, au moment de recevoir la bénédiction nuptiale. Cela n’est pas étonnant, outre ce que la mode peut y contribuer, les filles entrent la plupart du temps au mariage, sans en connaître les devoirs, les peines, les avantages, ni les précautions qu’il faut prendre. Les mères prudentes ont grand soin d’instruire leurs filles de ces choses. » 317

(…)

[Long passage sur le ralentissement des premières affections, dès le mariage commencé. Aversion, aigreur, tourments suivent bientôt. L’attirance pour un amant ne tarde pas : peut-être la femme a-t-elle trouvé dans son mari « un libertin, un brutal là où elle n’avait vu qu’un homme caressant et flatteur. » 320]

« Dès qu’on est en ménage les besoins augmentent. Un jeune homme a un ménage fort simple ; une fille trouve chez son père ce dont elle a besoin. Mais dès qu’ils sont mariés la maison s’aggrandit ; il faut un ameublement et un logement fortable (sic : confortable ?) ; des domestiques, une table plus régulière ; un voit des amis, il faut recevoir chez soi. Une femme cause bien des dépenses. Viennent les enfants, nouveaux soins, augmentation du domestique ; ces besoins vont toujours en croissant à mesure que la famille grossit, et que les enfants grandissent. Nos artisans, nos laboureurs n’ont pas tant d’embarras. Les Nègres, les Tartares, les Américains bien moins encore. Les époux sont très souvent de différent avis. La femme est ordinairement craintive, et le mari a plus de courage ; celui-ci forme des entreprises, que celle-là croit téméraires et impossibles. La femme est plus sensible, elle ne sait pas faire des actes de vigueur, elle s’oppose même souvent à ceux que le mari se croit obligé de faire. Or il est impossible que tous deux aient leur volotné. On est donc convenu par tout pays, et de tout temps, que dans ces cas la femme cèderait au mari. Plusieurs (321) raisons appuient cet usage. Les hommes ne sont pas si souples que les femmes ; ils en coûterait bien plus de peine pour les conduire ; les révoltes et les plaintes seraient fréquentes. L’homme a beaucoup plus de force que la femme, et chez le peuple, chez les nations sauvages et grossières, les hommes usent souvent de cette force pour maltraiter leurs femmes ; et si l’usage donnait l’autorité à ces dernières, il serait fort à craindre que celui qui devrait obéir, ne forçât celle qui doit commander.Bien des femmes prétendent être lésées par cet usage, et refusent de s’y soumettre ; il y en a telle, à qui il suffit que son mari ait quelque volonté, pour qu’elle s’obstine au contraire. Ces femmes vivent dans une désunion perpétuelle avec leurs maris, à moins qu’elles n’aient un homme, qui aime son repos, et qui craigne le bruit. Un tel mari souffre assez patiemment l’obstination et les caprices de sa femme ; mais il ne l’aime pas, il tâche de l’éviter, il fuit sa maison, qui lui est désagréable. Les enfants voient le mauvais exemple des parents, et ne respectent ni le père ni la mère ; les domestiques qui craignent moins les maîtresses, méprisent ici le maître, et sont insolents. Le mari néglige son travail, cherche dehors de l’amusement, et fait des dépenses. On le raille et on méprise sa femme. (322)

Les hommes qui ont le sang vif, ne souffrent pas ces contradictions : on se haït, on se traverse, on en vient à de fâcheuses extrémités, on s’é »vite, on se boude, on se sépare : chez le peuple on se bat. La maison tombe en décadence.

Aussi les femmes prudentes évitent-elles soigneusement ces contradictions ; elles cèdent, et le font avec plaisir, quand elles ont un mari respectable par son sens et sa conduite. Même lorsque leurs maris se trompent visiblement, elles ne heurtent pas de front leurs volontés, elles attendent un moment favorable, font des représentations, et réussissent ordinairement à ramener leurs maris à leur volonté.

Une femme prudente peut corriger un mari de vices considérables, comme de l’ivrognerie, de la négligence des affaires, de l’abandon de sa maison, de son goût pour le plaisir, de ses prodigalités, de ses brusqueries. Elle gagne son autorité par sa douceur et sa complaisance, elle lui rend sa personne et sa maison agréable ; elle le retient avec de l’adresse et de la patience, sans qu’il s’en aperçoive. On raconte qu’un homme qui avait le vin mauvais, et à qui il arrivait souvent d’en boire, brisait dans son ivresse tout ce qui lui tombait sous la main. La femme s’en affligeait, mais elle ne disait mot. Un soir qu’il recommençait ce train ruineux, elle prit (323) sans affecter aucune colère un miroir, puis une porcelaine, et les mit en pièces. Le mari la regarde : que faites-vous là ? Je vois, mon cher, que ces choses vous importunent, je vous aide à vous en débarrasser. Le mari confus n’y retourna plus de sa vie. » [etc etc.]

Dissertations sur l’autorité paternelle, 1788 (suite)

Après avoir écrit, dans le précédent article, que j’étais à la recherche de renseignements sur la localisation de ces dissertations, Jennifer Meyer, étudiante en doctorat en cotutelle à l’Univeristé d’Erfurt (Allemagne) et à l’Ens-Lsh m’a très aimablement envoyé un grand nombre d’informations. J’espère n’avoir rien déformé de ses indications bibliographiques. Elles sont organisées par site.

Références bibliographiques

1. Berlin, Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften Akademiebibliothek

Pierre Villaume, Discours qui a remporté le prix adjugé en 1787 sur la question « Quels sont dans l’état de nature, les fondemens et les bornes de l’autorité paternelle? » ; Pierre Claude Daunou, Discours qui a obtenu le premier accessit ; Ernst Ferdinand Klein, Discours qui a obtenu le second accessit, 1788.

Cote 1 : M 401 (pas d’emprunt, copie possible) ; Cote 2 : 1993 B 1151. Microfilm. Pas d’emprunt, copie possible.

2. Kiel, Universitätsbibliothek Kiel

Dissertations sur l’Autorité Paternelle : dont la première a remporté le prix et les deux autres ont obtenu l’accessit dans l’assemblée publique de l’Académie Royale des sciences et Belles-Lettres, le XXIV de Janvier MDCCLXXXVIII, Berlin, George Jacques Decker, 1788, 106 p. Cote : Kf 2793

Département: 15 pws 118. Pas d’emprunt, copie possible.

3. Göttingen, Niedersächs. Staats-und Universitätsbibliothek/Universität Göttingen

Département: HG-MAG. Pas d’emprunt, copie possible.

Cote : 4 J MAT 270/575

4. Universitätsbibliothek Bayreuth

Dissertations sur l’autorité paternelle : dont la première a remporté le prix et les deux autres ont obtenu l’accessit dans l’assemblée publique de l’Academie Royale des Sciences et Belles-Lettres le XXIV de janvier MDCCLXXXVIII, Berlin, Decker, 1788, pp. 34 – 106. Textes en francais et en allemand. Notation RVK: PI 2660. Identifié dans le catalogue BVB-Verbundkatalog sous la référence BV011111639.

Cote : 327/PI 2660 D613 Campus / Handapparate RW.

5. Numérisation en cours ?

Jennifer Meyer a trouvé également, sur ce site que la Bibliothèque Cyfrowa (Pologne) a prévu la numérisation du document.

Pour les contacter : Powstancow Wielkopolskich St.
16, 61-895 Poznan, POLAND
Foundation of Scientific Libraries
tel: (+48) 61-854-31-41, fax: (+48) 61-854-31-49
www: http://www.pfsl.poznan.pl
e-mail: office@pfsl.poznan.pl

Autres comptes-rendus des dissertations

Enfin, Jennifer Meyer a également fait une vraie découverte : l’existence de plusieurs autres critiques de ces dissertations. Elles ont été numérisées par GoogleBooks.

La première par un certain Hans (ou Hannß) Ernst von Globig, intitulée Über die Gründe und Gränzen der väterlichen Gewalt ? (traduction J. Meyer : « Sur les raisons et les limites de l’autorité paternelle » – remarque: le mot Gewalt signifie ici autorité, mais aussi violence ou pouvoir dans le sens pouvoirs exécutif/législatif/judiciaire). Et sur booksGoogle.

La deuxième par un certain Karl Adolf Cäsar, dans les Philosophische Annalen, 1789, pp. 123-137 (Annales de Philosophie). Concerne uniquement la dissertation de Pierre Villaume. Sur BooksGoogle.

Pierre/Peter Villaume

Enfin, on trouve sur le wikipedia allemand une biographie de Peter Villaume.

En voici un résumé en français, effectué grâce aux indications de Jennifer Meyer :


Né le 16 Juillet 1746 à Berlin ; mort le 10 Juin 1825 à Fuirendal (Danemark), Pierre Villaume est un théologien et pédagogue allemand huguenot. Il a fait des études de théologie à Berlin.

1771: prêtre au sein de la paroisse française réformée à Schwedt/Oderund.

1776 : à Halberstadt.
1779/80 : fondation avec son épouse à Halberstadt d’un « Erziehungsanstalt für Frauenzimmer aus gesittetem Stand und von Adel » (établissement d’éducation pour « gourgandines » de bonne origine (littéralement, d’état civilisé – au sens des classes de l’Ancien régime –) et de la noblesse).

1787 : professeur de Philosophie au lycée (Gymnasium Joachim Thal)  à Berlin.

Jusqu’en 1793 : cours de morale et beaux-arts.

Démission due à l’édit religieux de Johann Christoph von Wöllner en mars 1793.

A partir de 1787 : rédaction avec Joachim Heinrich Campe d’une encyclopédie Allgemeine Revision des gesamten Schul- und Erziehungswesen (« révision générale de l’ensemble du système scolaire et éducatif » => instruction et éducation).

1793 : départ pour le Danemark + différents postes en tant que prof.

Il écrivit en français et en allemand et obtint de nombreux prix en Allemagne et à l‘étranger.
10.06.1825 : décès à Fyrendal (ou Fuirendal). [Le catalogue de la Bnf infique un décès moins tardif : 1806]

PierreVillaume est connu en Allemagne sous le nom de Peter Villaume ; il a publié de nombreux livres, dont quelques uns en français :

Histoire de l’homme (1783). [Une édition, parue à Bronsvic, se trouve à la Bnf ; parue en 1792, elle fait 478 pages ; la première édition a paru à Dessau en 1783, la deuxième à Wolfenbüttel en 1786 ; c’est, selon le catalogue de la Bnf, un ouvrage destiné à la jeunesse, « exposant en 12 sections les caractéristiques physiques et morales de l’être humain ». Vérification faite, on trouve l’édition de 1786 sur booksgoogle ; on ne s’étonnera pas de trouver, dans la table des matières, les entrées suivantes : section VII. Société paternelle ; Section VIII. Société conjugale ; Section IX. Société domestique ; Section X. Société civile, pp. 303-334. Je vous en recommande la lecture car, au contraire de ce que nous avons lu jusqu’à présent, l’ouvrage s’adresse aux enfants : bien des choses, demeurées dans l’implicite, sortent de l’ombre. Je ferai, à l’occasion, un « post » sur ces sections.. Par ailleurs, J. Meyer m’indique que les différentes éditions, en français et en allemand, sont disponibles dans un grand nombre de bibliothèques allemandes.

Lecture amusante pour la jeunesse des deux sexes (1788). Introuvable à ma connaissance ; mais disponible en Allemagne ; l’édition de 1788 à la Staatsbibliothek zu Berlin Preusischer Kulturbesitz / Unter den Linden (Cote B VIII, 15 663-1 R). Une nouvelle édition, de 1802 (avec préface de Guillaume Cte de Goertz), à la Stadtbibliothek Mainz (Mayence), cote 802/74, Bd. 1.

« Je suis père… » (Petitain, 1799)

Ce texte est un mémoire envoyé à deux reprises lors du Concours sur l’autorité paternelle,. Son sujet exact était : « Quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? »

Le concours a été organisé par la section de législation de la Classe des Sciences morales et politiques entre l’an VI et l’an X ; aucun mémoire ne sera récompensé.

Petitain, après avoir échoué à deux reprises, publie son manuscrit dans les Mémoires d’Economie publique, de morale et de politique (TOME II, n°1er, pp. 195 et suivantes) en l’an VIII. J

Je le livre ici sous sa première forme, c’est à dire telle qu’elle apparaît dans le manuscrit envoyé lors du premier concours. On trouve celui-ci aux Archives de l’Institut de  France, quai Conti, à Paris.

« N°1 Mémoire sur cette question : quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? Proposée par l’Institut national le 15 messidor an 6[av1] [i].

« Je suis père… »

« Je ne sais si je m’abuse ; mais l’énoncé de cette question, la seconde de ce genre que propose l’Institut depuis son établissement, me fait penser que la classe des Sciences morales et politiques ne l’a pas sans dessein fait succéder à la première (quelles sont les institutions les plus propres à fonder la morale d’un peuple ?). Indépendamment de la liaison évidente et certaine qu’ont ces deux questions entre elles, il me paraît très probable que les membres de la Classe ont cru voir d’après leurs propres réflexions, et peut-être d’après la lecture des mémoires qui leur ont été transmis, que ces deux questions s’éclairciraient nécessairement l’une par l’autre. Ce n’est pas qu’elles ne diffèrent essentiellement. Dans le premier cas en effet la question a été par la Classe elle-même restreinte aux institutions purement morales[1], au lieu que la Puissance paternelle, telle que l’entendent tous les légistes, est vraiment une institution civile qui confirme et ratifie une institution divine, ou en d’autres termes, un droit naturel. Mais d’un autre côté, la Puissance paternelle étant, de toutes les institutions proprement civiles, celle qui a le rapport le plus direct aux mœurs publiques, et une influence immédiate sur la conduite privée et les habitudes morales de chaque citoyen, il en résulte (1) qu’après la solution trouvée de la question première, l’examen de la seconde doit s’ensuivre nécessairement. (…)

Quoi qu’il en soit de ces conjectures, que je crains fort d’avoir poussées trop loin, la Puissance Paternelle étant, comme on vient de dire, de toutes les institutions civiles celle qui paraît la plus étroitement liée à la fondation et conservation de la morale publique, point de doute que la question présente bien à la première, et qu’elle y tient immédiatement. La solution de cette première doit donc influer sensiblement sur celle de la seconde et peut-être la déterminer. (…) … disons sans crainte de nous tromper, qu’encore deux ou trois questions comme celles-là, et leurs solutions satisfaisantes, approuvées ou modifiées par l’Institut, formeront ensemble un traité classique, un Cours élémentaire et complet de Morale publique et de Science sociale.

S’il est permis dans un ouvrage de cette nature de provoquer par une considération personnelle la confiance de ses lecteurs, voici ce que je leur dis avec vérité : Je suis Père[2], à ce titre je me suis senti quelques droits à exercer, beaucoup de devoirs à remplir, et c’est dans l’examen réfléchi que j’en ai fait que j’ai puisé tout ce qui va suivre, m’appliquant d’abord à moi-même les règles de conduite et les résultats auxquels cet examen m’a conduit. Je dis plus encore : c’est pour mes enfants que j’écris ; c’est eux qu’il m’importe d’éclairer, de convaincre, c’est eux enfin que je veux avoir un jour pour juger. Si je n’obtiens pas le prix, leur suffrage suffira pour ma récompense, et aucune ne me sera plus flatteuse. Si je l’obtiens (2) c’est à eux que j’en rapporterai l’avantage et l’honneur, puisque je la devrai et aux sentiments qu’ils m’inspirent, et aux douces méditations dont ils ont été tant des fois les sujets. Oui, chers et précieux gages d’une union qui me rend heureux, ferme espoir d’un dévouement présent, d’une vieillesse future dont j’aime à écarter la triste image, mes enfants, recevez par avance ce témoignage de l’affection et de la confiance d’un Père. Maintenant, à l’instant même où j’écris ces lignes, agréablement étourdi de vos jeux bruyants, je ne repousse vos charmantes importunités que pour m’occuper de vous davantage, et vous ne vous en doutez guerre (sic). Retirez-vous, objets toujours aimables de mes soins et de tout mon amour. Quittez-moi pour quelques heures ; mais éloignés de ma présence, n’en présidez que mieux à un travail qui vous est spécialement consacré. Que dis-je, éloignés ! Non, non. Que de cette fenêtre, que de ce pupitre sur lequel j’écris, mes yeux puissent toujours vous apercevoir. Que mon oreille toujours chatouillée des sons confus et doux de vos voix enfantines, soit prête à m’en rappeler au besoin la sensation vive et toujours délicieuse[i] ; Qu’enfin et pour mon plaisir personnel, et pour l’intérêt même de la cause que je veux défendre, mon imagination toujours éveillée vous représente sans cesse à moi dans le cours des recherches ou des raisonnements plus ou moins abstraits où la Question présente pourra m’entraîner. Enfants adorés ! (…)

Analyse du sujet.

Examen de ce qu’est une République bien constituée ; puis de la puissance paternelle en général.

Une République bien constituée : la liberté, l’Egalité et généralement tous les droits naturels sont respectés et conservés autant que veut le permettre l’état actuel du peuple et les circonstances environnantes.

Disons encore : « Dans cette même République, il importe que chaque Citoyen ait la conscience de ses droits, qu’il y (5) soit attaché, qu’il sache les défendre et pour entretenir parmi tous cette énergie précieuse qui est le grand ressort des Gouvernements libres, il est dans l’esprit de ces gouvernements qu’on n’y souffre rien de propre à avilir et dégrader les âmes. On n’y voit rien d’arbitraire. Donc tout doit y supposer un devoir à remplir ; tout devoir y suppose un droit à exercer ; par une suite tout aussi nécessaire, ces droits, ces devoirs réciproques supposent toujours un Magistrat, une Autorité quelconque conservatrice des droits, et juge redoutable de l’inobservance des devoirs.

Dans une République bien constituée, l’Opinion publique bien dirigée exerce en plein son empire. Aussi si chaque citoyen y a toujours la conscience de ses droits, tout sert en même temps à lui rappeler ses devoirs, et il ne peut les perdre un instant de vue sans en être promptement et infailliblement puni.

Enfin dans une République le Peuple a des mœurs. Ou ne doit pas tarder à en avoir. En effet, d’un côté, aucune institution abusive ou mal raisonnée, aucun vice politique n’y démoralise les Citoyens. De l’autre aucun abus de pouvoir, aucune prérogative injuste n’y excite la convoitise et les passions haineuses. Pour tout dire, en un mot, rien sous cet heureux Gouvernement, ne contrarie les purs et doux sentiments de la Nature, et rien aussi ne peut les y corrompre. »

5 questions :

  1. « Quel est aux différentes époques de sa vie l’état physique et moral de l’homme dans la nature bien ordonnée ? (…)
  2. Qu’est-ce que la famille proprement dite ? Quels sont ses éléments particuliers ?
  3. Qu’est ce que le Père dans la famille ? y a-t-il naturellement un pouvoir . S’il en a un naturellement, quel est ce pouvoir en lui-même et sur quoi est-il fondé ? Pour tout dire en un mot, quelle est la constitution naturelle de la famille ?
  4. dans quelles vues peut-on penser que la Nature a donné un pouvoir au Père ? Est-ce pour le bien du Père ? est-ce pour celui du membre subordonné, quel qu’il soit ? Est-ce pour le bien de tous les deux ?
  5. Si c’est pour le bien de tous les deux, quelles précautions la Nature a-t-elle prises, quels moyens physiques ou moraux emploie-t-elle pour balancer l’exercice de ce pouvoir ou en prévenir l’abus ?

En tout ceci, il sera fait abstraction de toute convention humaine, de tout acte émané d’une puissance publique quelconque. On ne doit rechercher en un mot que ce qui peut avoir lieu comme on l’a dit, dans l’état très hypothétique, j’en conviens mais très concevable et sans doute très possible de la nature bien ordonnée.

Ces 5 questions une fois résolues, il sera temps de faire intervenir la Puissance civile, et pour généraliser autant que possible, les questions qui vont suivre, il suffira d’admettre l’existence de cette Puissance, quel qu’en soit d’ailleurs l’organe, et sous quelque forme de gouvernement quelle se présente.

La puissance civile une fois admise, fait naître les questions cy après :

  1. Qu’est-ce que la Famille dans l’Etat ?
  2. La constitution naturelle de la Famille peut-être subsister dans l’Etat ? En d’autres termes, la puissance civile a-t-elle quelque motif général qui la porte soit à conserver cette Constitution, pure et intacte, soit à l’altérer en quelque partie, soit même à l’anéantir tout à fait.

Ces questions décidées, il ne restera plus qu’à déterminer la nature et les bornes du pouvoir que la puissance civile peut accorder au Père sur chaque membre de la Famille en particulier ; nous chercherons à les déterminer suivant l’ordre de subordination indiqué par la Nature même. On examinera donc…

  1. Quel doit être sous l’empire de la Puissance civile, le pouvoir légal de l’Epoux sur l’Epouse ?[AV1]
  2. Quel doit être, dans le même cas, celui du Père sur son enfant ? Cette question, la plus importante de toutes, est aussi la plus compliquée. Il importe de la diviser elle-même pour la réduire à ses éléments. Or cette division est facile ; elle tient à l’observation des faits.

Le pouvoir du père, quel qu’il soit, quel qu’en soit le but, nous fait distinguer trois cas, ou 3 époques dans toute sa durée. A la première époque, je vois d’une part un être fort, de l’autre un être faible, destiné à devenir fort. A la seconde, je vois deux êtres sensiblement égaux en force ; mais l’un est prêt à décroître, quand l’autre a longtemps encore à jouir de sa force acquise, et même peut en acquérir encore chaque jour. Enfin à la 3ème époque, tous deux ont changé de rôle. L’être primitivement fort devient faible, et s’affaiblit de jour en jour, quand l’autre jouit de la plénitude de ses facultés physiques et morales. Or ces 3 cas fournissent, si je ne me trompe, un assez grand nombre de questions secondaires, qui toutes entrent plus (9) ou moins dans la solution de la question principale. Et ces questions, les voici :

1er Cas. — 10. Le Père, quand son enfant vient au monde, est-il libre ou non de l’abandonner ? C’est-à-dire, peut-il le dispenser du soin de le nourrir et de l’élever, sans que l’enfant pour cela soit exposé à périr ?

11°. Si le Père a cette liberté et que pourtant il consente à se charger de ce soin, cette liberté même, ce prendre ou laisser qu’il n’avait pas dans l’Etat primitif, ne change-t-il pas quelque chose à la nature de ses droits, et cette circonstance, si favorable au Père, ne doit-elle pas aussi, sous un autre point de vue, être profitable à l’enfant ?

12° Qui peut déterminer le père à nourrir et élever son enfant ? Les motifs qui en pareil cas le déterminaient dans l’Etat de nature, sont-ils les mêmes dans l’Etat civil ?

13° Si ces motifs sont les mêmes, y conservent-ils toute leur force ? En tout cas, ces motifs sont-ils toujours de nature à rassurer sur le sort de l’Enfant, de manière à lui garantir l’affection véritable, et les bons traitements de son Père ?

14° En raisonnant sur toutes ces bases, quelle mesure d’Autorité convient-il d’accorder au Père, pendant le cours de cette première Epoque, et les Abus de pouvoir que celui-ci peut se permettre sont-ils tous de nature à être réprimés ou rectifiés par un juge qui rétablisse l’ordre dans la famille ?

2ème Cas. ­— Ce cas le plus simple des trois ne fait naître que cette question-ci :

15°. Quand le Pouvoir accordé au Père pour l’avantage de son enfant et pour le sien propre, ne peut plus être utile à (10) cet enfant devenu homme, ce pouvoir doit-il subsister encore pour l’avantage seul du Père ?

3ème Cas. — le Père et l’Enfant dans le troisième cas, étant l’un à l’autre dans un rapport inverse de celui qu’ils offraient auparavant, il en résulte les questions suivantes à peu près inverses de celles énoncées ci dessous :

16°. Dans la supposition du Père infirme et sans ressource aucune, et si le fils néglige ou se croit dispensé du soin de le nourrir et de l’assister, le Père est-il pour cela exposé à périr ?

17° Si le Père n’a point ce malheur à craindre, quels sont les résultats de cette circonstance et pour le Père et pour le fils ?

18° Le fils peut-il avoir quelques motifs valables pour se refuser à nourrir et assister son Père, même après avoir été nourri et élevé par lui ?

19° Si le Père, après avoir nourri et élevé son fils, n’a plus cependant aucun pouvoir sur ce fils, quelle assurance peut-il avoir d’être nourri et assisté à son tour, quel gage de la récompense due à ses soins paternels ?

20° Dans la même supposition encore du Père infirme, pauvre et sans pouvoir, la probabilité qui fait espérer pour un Père dans sa vieillesse l’assistance et les secours de son fils, est-elle la même, est-elle plus ou moins forte que celle qui fait espérer pour un enfant à sa naissance l’assistance et les secours de son Père ?

Après avoir considéré le pouvoir du père de famille relativement à la mère et aux enfants, il sera juste de le considérer relativement aux autres individus, membres de la famille, ou réputés tels par (11) extension, comme les serviteurs, ouvriers, apprentis. » [ii].

Cet examen fait, et le pouvoir du Père de famille pleinement déterminé par la solution de toutes les questions ci dessus, il ne restera plus pour en compléter la théorie, qu’à le considérer relativement à la société entière. (…) Ainsi nous nous verrons enfin à portée de décider si dans la thèse générale le Père doit avoir sur tous les membres de la famille et quel que soit leur qualité, leur âge, un pouvoir légal et sanctionné par l’Autorité. »

Solution des questions précédentes. Développement et observations.

Les trois âges

Dans le premier âge, il est fils, petit-fils, neveu ou petit neveu. C’est le temps de l’éducation physique et morale. Docilité dans toute la durée de cet âge donne à la fois l’idée de tous les devoirs et de toutes les vertus qui lui sont propres.

Dans le second âge, « l’homme est Epoux, Père, Oncle, surtout Instituteur dans le sens le plus étendu qu’on puisse donner à ce mot ; cet âge constitue proprement ce qu’on appelle la vie. C’est le temps de l’action et de la mise en œuvre de toutes les facultés acquises. Modération, ordre, vigilance, voilà tous ses devoirs en abrégé, et c’est aussi pour lui la source de toutes les jouissances, de tous les vrais plaisirs. » 13

3ème âge : « l’homme peut être encore époux, Père et oncle ; il peut même être fils encore ; il est de plus aussi grand-Père, Grand-Oncle, (13) et n’a plus alors proprement de devoirs à remplir, si ce n’est peut-être celui de la résignation. C’est le temps du repos et des récompenses ; c’est le temps des souvenirs, et ils seront d’autant plus doux que les devoirs des deux premiers âges auront été mieux remplis. Beaucoup d’autres rapports comme ceux de frère, cousin et par extension encore ceux de maître, serviteur, compagnon, apprenti et autres s’appliquent à l’homme et lui dictent aussi d’importants devoirs. (…) »

« Au reste la réunion constante et sous le même toit, de tous les individus liés l’un à l’autre par les rapports indiqués ci-dessus, en y ajoutant les dénominations nécessitées par la différence des sexes, constitue ce que nous nommons la famille. Chacun des membres qui la composent en est un élément plus ou moins nécessaire suivant le rang qu’il tient dans l’ordre de la génération, et aucun d’eux pourtant ne l’est à tel point que la famille en Corps ne puisse pas subsister sans lui. Cela est incontestable, puisqu’il n’est pas rare de voir des familles florissantes, quoique privées de leur Père ou de leur Mère et quelquefois de tous les deux.

Mais rentrons dans le cas le plus ordinaire, supposons la famille complète, un Père, une Mère, des enfants et pour l’instant n’y admettons pas d’autres individus. Dans cet Etat cherchons quelle est la constitution naturelle de la famille ; je dis naturelle, c’est-à-dire abstraction faite de toute convention civile et de tout Pacte qui pourrait y avoir porté atteinte. [iii].

La Famille considérée sous ce point de vue m’offre un Etre fort, entouré d’autres êtres tous plus faibles que lui à différents degrés, et cet être est fort, non seulement d’une plus grande force physique, mais d’une supériorité d’intelligence attachée à (14) son sexe, à son âge, à son expérience. A tous ces titres, je ne peux lui refuser le droit de régir et de parler en maître, et maître souverain, puisque la Famille n’offre aucun autre individu qui puisse balancer ses moyens de force par des moyens égaux aux siens. Parlons vrai, le Père est Despote dans la famille, et c’est la nature qui le veut ainsi, puisqu’elle a réuni en sa personne tous les titres, tous les moyens de force qui peuvent fonder l’Autorité. [iv] Mais gardons nous bien ici d’accuser précipitamment la Providence divine, et cherchons, autant qu’il est en nous, à pénétrer dans ses voeux. Nous y reconnaîtrons, j’espère, qu’occupée constamment du bonheur de toutes les créatures sans distinction, en cela comme en toute chose, elle a tout fait pour le mieux[AV2] .

En effet pourquoi a-t-elle donné au Père un pouvoir aussi incontestable, aussi entier ? Est-ce pour son bien, pour sa satisfaction personnelle, et comme une compensation de l’asservissement où le tiennent tant d’agens dans la Nature dont la puissance le fait trembler chaque jour ? Gardons nous d’imputer à la Providence ces vues odieuses qui contrastent trop fortement avec sa bonté, sa justice, les plus consolants et les plus certains de ses attributs. Est-ce plutôt pour le bien du membre subordonné, quel qu’il soit ? Nous serions plus disposés peut-être à adopter cette idée, s’il n’était pas plus simple encore et plus conforme à cette même justice et cette même Bonté infinie, de croire que ce pouvoir illimité n’a été donné à l’Etre fort sur l’Etre faible que pour le bien de tous les deux. Eh ! n’est-il pas facile de s’en convaincre ? D’abord pour le bien de l’Association en elle-même, pour donner à toutes les opérations l’ensemble et l’unité seules capables d’en remplir le but, il fallait qu’une seule volonté les déterminât, et l’homme qui devait pourvoir à la subsistance et l’avantage commun de tous, ne pouvait justement être seul chargé de cette entreprise, qu’avec tous les moyens propres à lui en faciliter le succès. Mais en (15) donnant au Père un si grand pouvoir, voyez quels soins la Nature a pris pour en prévenir l’abus. Quel moyen de force et de résistance n’a-t-elle pas donné à l’Epouse dans les grâces de son sexe, dans les besoins réciproques de se plaire, dans le sentiment des plaisirs passés, et jusque dans les larmes et la faiblesse même [AV3] ? [v] Quant aux enfants, le frein de l’Autorité suprême est de toute autre nature. L’homme en général n’est que trop disposé à faire abus de sa puissance, et convenons que la protection de la mère et le sentiment de l’Amour paternel seraient souvent insuffisants pour en préserver ces faibles créatures, si l’Eternelle Sagesse n’eut disposé les choses de manière à ajouter à l’affection naturelle du Père pour ses enfants, un motif puissant d’intérêt personnel, motif toujours présent à son esprit, et qui le porte à les bien traiter. L’homme éclairé par l’expérience a vu son père éprouver dans sa vieillesse les besoins d’une seconde enfance, et les soins qu’il lui a donnés ont prolongé la vie, ont fait le bonheur de ses vieux ans. Il ne peut se dissimuler qu’un sort pareil sera le sien, et dans cette perspective, que doit-il faire autre chose que de mériter dans la fleur de l’âge, par un emploi doux et sage de ses forces et de son Autorité, une assistance dont il aura besoin quand ces forces et conséquemment cette Autorité n’existeront plus ? Je ne crains pas de le dire : cette vue dans l’avenir, cette appréhension salutaire, est dans la nature bien ordonnée, le mobile le plus puissant, le principe le plus sûr de l’affection paternelle. C’est le modérateur constant et le plus efficace d’un pouvoir que rien ne borne. En un mot c’est le lien le plus étroit qui puisse unir le Père à ses enfants. Otez ce lien et la famille n’offre bientôt plus que le triste spectacle d’un tyran se faisant servir avec rigueur par les esclaves qu’il nourrit, et qui n’attendent que le moment heureux de pouvoir se soustraire à sa puissance. Ces Vérités n’ont besoin en quelque sorte que d’être énoncées pour (16) être senties, et ce qui va suivre achèvera de les rendre plus sensibles encore.

Tout ceci bien entendu, que vous présente la Famille ? un Corps composé de parties, mais formant un tout parfait et bien ordonné. C’est un agrégat fortement constitué, un Corps enfin organisé parfaitement et se suffisant à lui-même, de manière à pouvoir subsister seul sans l’assistance et l’appui d’aucun corps étranger, ni d’aucun agrégat semblable. Cette vérité est frappante et suit comme conséquence nécessaire de tout ce qui a été dit ci dessus, mais mal appliquée, elle a produit une étrange erreur, et par suite de cette erreur un système plus étrange encore, puisqu’il contredit la notion la plus claire qu’on puisse se former de la société civile, et qu’il ne tient à rien moins, comme nous nous flattons de le prouver, qu’à en renverser les fondements.

On a dit : [3] « La famille est un tout parfait et se suffisant à lui-même. D’un autre côté, tout nous fait sentir que (sur la moitié de la page, est collée la note) ; l’extrait, ou plutôt la présentation synthétique des thèses de Guiraudet reprend à la page suivante (18), qu’il remplit toute jusqu’au haut de la page 19).

A la suite de quoi, il réfute les propositions principales de Guiraudet, qu’il résume à trois phrases :

1. Les Familles sont l’élément des sociétés civiles

2. Chaque Père, monarque chez lui

3. Les pères seuls citoyens dans la république.

« On ne pourrait regarder la société civile comme un composé de familles toujours représentables par leurs Chefs, qu’autant que cette société aurait essentiellement pour objet l’intérêt et la conservation de ces Chefs seuls. Or on sait que le but de cette institution est bien plus étendu, bien plus respectable ; c’est celui de protéger indistinctement et de rendre heureux tous les membres de l’association politique, tous les individus qu’elle renferme sans exception. Elle protège donc l’Epouse contre l’Epoux, l’Enfant contre le Père — ne fut-ce que pour ôter à ces derniers le droit de vie et de mort, et certes, c’est se tromper bien grossièrement que de croire qu’une institution quelconque puisse jamais avoir été l’Ouvrage de ceux qu’elle enchaîne, et dont elle restreint les droits. Je soutiens même que, loin de conserver la moindre portion de leur autorité première dans la société civile, les Chefs de famille la perdent de droit toute entière, et par le fait même de son institution. Il faut que la loi leur en restitue (19) une partie, tacitement, ou en termes formels, et l’Ecrivain que nous réfutons le reconnaît lui même implicitement, en établissant la nécessité d’un Code domestique. L’Etat une fois institué, devient donc le Père commun, le Défenseur né de tous les individus qu’il rassemble depuis le plus fort jusqu’au plus faible, et tous les membres de chaque famille en particulier y trouvent un Protecteur moins zélé peut-être mais plus redoutable que celui qu’ils avaient auparavant. Ils y trouvent surtout un juge équitable et sévère des abus d’Autorité que pourra se permettre encore ce premier Protecteur, s’il a pu conserver sur eux quelques droits. Sans doute qu’il serait absurde que la Corporation générale cimentât dans chacune des Corporations qui lui sont soumises les actes arbitraires que son institution a pour but de prévenir ou de punir, quand ils ont eu lieu, et s’il est vrai de dire que ce sont les violences et les oppositions fréquentes dans l’Etat de nature qui ont donné l’idée d’instituer la société civile, ne peut-on pas croire que de tous les opprimés qui l’ont provoquée, les femmes, les enfants ont été les premiers à faire entendre leurs voix plaintives et que toutes les affections douces, toutes les considérations morales, tous les motifs d’intérêt personnel, enfin toutes les précautions de la nature auraient été vaines pour enchaîner l’orgueil jaloux des pères, et arrêter leur bras toujours prêt à frapper.

Si les membres opprimés de la famille ont pu provoquer l’établissement de la société civile, et concourir individuellement à cette sublime institution, la famille en Corps n’en est donc pas l’élément unique et insécable. Elle n’y entre même comme élément en aucune manière et c’est avec raison que pour se faire une idée claire et complète de la société civile et de son objet, on a par le secours de l’analyse pénétré jusqu’à l’homme même[av4] , pour étudier et reconnaître ses droits naturels et imprescriptibles.

Nous aurons bientôt l’occasion de réfuter les deux autres propositions non moins erronées que la première, et présentées comme conséquences par (20) l’Ecrivain estimable que nous nous sommes permis d’attaquer. Nous espérons bien prouver contre son système que les Pères dans la République ne doivent être ni Monarques chez eux, ni encore moins seuls Citoyens actifs[av5] . Il nous suffit quant à présent d’avoir démontré que ce système porte à faux. D’ailleurs ce que nous avons dit satisfait d’avance à cette question particulière à laquelle l’Analyse du sujet nous a conduit : Qu’est-ce que la famille dans l’Etat ?? ………

La famille dans l’Etat est une collection d’individus parfaitement égaux aux yeux du législateur. Ces individus à la vérité sont liés entre eux par des rapports naturels qui donnent à l’un d’eux sur tous les autres un pouvoir sans borne ; mais la Puissance civile juge suprême de l’utilité de ce pouvoir peut le conserver, si bon lui semble, peut l’anéantir ou le modifier à son gré. A cet égard convenons que chez toutes les nations et pour les cas les plus ordinaires, la Puissance civile s’est fait une loi de respecter cette sainte institution de la Nature, parce qu’elle a reconnu qu’elle n’avait pas pour objet l’avantage seul du chef de famille, mais bien, comme on l’a dit plus haut, celui de ce Chef et de tous ses subordonnés ensemble. Et cependant disons aussi que malgré ce respect, la Puissance civile n’a pu et n’a du conserver de la Constitution naturelle de la famille que ce qui peut se concilier avec le but certain et positif de son institution. Il y a plus : c’est que s’il est vrai comme on l’a prouvé, que par l’effet de sa constitution forte, l’agrégat nommé famille forme un tout parfait, indépendant et se suffisant à lui même, la Puissance civile n’en a que plus d’intérêt à le dénaturer et le priver de cette indépendance qui, choquant tous les principes du pacte social, ne peut plus subsister avec lui.

Nous avons déjà fait observer que le but de la Puissance civile était la protection et le bonheur de tous. Or ce but est partout le même, quel que soit la forme du Gouvernement établi. On ne peut nier en effet que les Gouvernements, quels qu’ils soient, ont tous cette protection, ce bonheur commun pour objet au moins apparent, et il y a entre eux cette seule différence que telle forme semble plus propre que telle autre à l’effectuer en réalité.

Les raisonnements que nous allons faire doivent donc être tout à fait (21) indépendants de cette forme variable à l’infini ; mais par cette seule intervention de la Puissance civile, on sent aisément que la scène va changer du tout au tout, et que notre sujet se présente à nous sous un tout autre point de vue.

Portant d’abord son attention sur les rapports naturels qui lient les deux époux l’un à l’autre, le Législateur a vu ou du voir qu’aucun code, aucunes lois positives quelconques ne devaient déterminer le degré d’autorité appartenant à l’homme dans une union fondée sur un accord mutuel, et le consentement libre des deux conjoints, dans une union que chacun d’eux a toujours et en tout état de cause la faculté de faire dissoudre. Il est certain que tant qu’ils restent volontairement ensemble, c’est une preuve que cette union leur convient à tous deux et chacun d’eux en est le juge. Ce qui importe seulement à la Puissance civile, c’est qu’à cet égard les deux Epoux soient toujours réellement et entièrement libres, à quelques restrictions près dictées par la prudence et qui n’ont d’autre but que de leur ménager dans une occasion aussi décisive le temps de la réflexion. Il est clair d’ailleurs que ce n’est pas la faculté du Divorce qui est d’institution humaine, mais bien l’indissolubilité prétendue d’un lien volontaire contracté par deux Etres sujets à l’erreur et conséquemment au repentir. C’est donc à la conservation de ce droit naturel que le Législateur doit veiller sans cesse.

Quant aux différents abus de pouvoir, aux violences même que peut se permettre l’un des deux époux envers l’autre, ils n’ont point droit d’exciter son attention, à moins que la sûreté personnelle de l’opprimé, ou sa conservation, n’aient été compromises, auquel cas l’Epoux et l’Epouse rentrent dans la Classe de tous les autres Citoyens. [vi]

Mais c’est principalement au sort de ces intéressantes créatures livrées sans défense au pouvoir arbitraire de celui qui leur donna la vie, que la puissance civile a su se hâter de pourvoir. Pour fixer équitablement et leurs devoirs et leurs droit, qu’a-t-elle du faire ? Nous l’avons déjà dit ; se conformer sans doute autant que possible aux vues de la nature, mais d’un autre côté aussi rester fidèle au principe et à l’objet de son (22) institution. Et c’est sous ce double point de vue qu’il nous faut suivre les rapports civils du Père et du Fils dans les différents âges de leur vie.

Avant tout, faisons remarquer ici une erreur commune à tous les Pères, à tous également fatale, et dont une cruelle expérience semble ne pouvoir jamais les corriger. C’est que tous transportant dans l’état civil des idées et des prétentions applicables à la Constitution naturelle de la famille, et qu’en conséquence l’Etat de Nature seul pourrait autoriser, regardent leurs enfants comme une propriété dont ils peuvent disposer arbitrairement et sur le sort de laquelle ils peuvent statuer comme il leur semble bon[vii]. L’obligation de consulter les goûts et les penchants de leurs enfants n’est à leurs yeux qu’une obligation secondaire, une simple convenance toujours subordonnée à la volonté paternelle. Sous le prétexte d’une surveillance nécessaire, ils prétendent pouvoir diriger toutes leurs actions, s’offensent de la moindre résistance, et punissent l’enfant raisonneur, qui ose soupçonner qu’on aurait dû peut-être le consulter avant de disposer de lui.

C’est dans cette idée que chaque Père spécule sur l’enfant qui vient de lui naître. Le Militaire y voit un soldat qui servira pour lui ; L’homme de loi, un Clerc soumis et assidu ; l’Artisan, d’abord un apprenti docile, ensuite un Compagnon laborieux, craintif, et dont la tâcher doit ajouter à la sienne. Le Cultivateur enfin y voit selon les différents âges un valet de basse-cour, de jardin, de charrue, qui toujours travaillera sans salaire, et c’est en ce sens qu’on dit communément qu’un grand nombre d’enfants fait sa richesse[viii]. Mais aussi bientôt nous les entendrons tous se plaindre, ce Militaire, cet homme de loi, cet Artisan, ce Cultivateur ; tous crieront hautement contre un fils ingrat, rebelle ou déserteur de la maison paternelle. Père injuste autant qu’avide ! qui t’a dit que pour prix des soins intéressés que tu donnas à son enfance, soins bien imparfaits sans doute puisque tu n’avais pas en vue son intérêt, mais le tien, (23) qui t’a dit que cet enfant, devenu homme, te sacrifierait tout son être, et ne se rendrait pas juge des conditions ? [ix] (…)

Ces méprises toujours cruelles, et leurs tristes résultats n’auraient pas lieu sans doute, si les Pères se pénétraient enfin de cette vérité, que sous l’empire de la Loi civile, un Père n’est pas plus maître de sa femme et de ses enfants, qu’il n’est maître des autres individus de son espèce. Il ne conserve de son pouvoir naturel sur eux que ce que la Loi a bien voulu lui en laisser, soit expressément, soit tacitement. Cette proposition est incontestable et ne pourrait être révoquée en doute sans contredire formellement le principe qui sert de base à l’institution des sociétés politiques[AV6] . (…)

L’homme qui se sent au dehors si impuissant, si subordonné ne renonce pas aussi aisément au pouvoir qu’il s’arroge dans l’intérieur de sa maison. L’Autorité domestique, dans ses injustes prétentions, n’est pas la moins aveugle, la moins opiniâtre de toutes, et ces sortes de préjugés ne sont pas de ceux qui s’effacent aisément[4].

Un enfant vient de naître. Dès cet instant, partie intégrante de l’Etat, il a droit à la protection immédiate et le Père n’est pour lui qu’un Protecteur en sous ordre. Cela est si vrai que le Père, en toute circonstance et quand il lui plaît, peut se décharger de ce soin en abandonnant son enfant, au lieu que l’Etat, même dans ce cas (25), reste toujours responsable de l’existence et de la conservation de l’enfant abandonné. Il y pourvoit au défaut du Père et il y veille encore, même quand celui-ci s’est décidé à rester chargé de ce soin. Ainsi le Père évidemment a toujours le prendre et le laisser dans cette occasion. En un mot c’est de sa part un acte d’adoption entièrement volontaire et libre, circonstance très favorable au Père, et qui n’existait pas avant l’établissement de la société civile, mais qui change beaucoup aussi la nature de ses droits sur l’enfant. Avant l’établissement de cette société, le Père forcé de nourrir son enfant sous peine de le voir périr, était seul juge des peines et des sacrifices que cette nouvelle charge allait exiger de lui, et pouvait s’en promettre à l’avance telles ou telles compensations. Mais depuis, le sort de l’enfant plus indépendant du Père a dû rendre nécessairement sa condition moins dure. Le Père ne peut donc mettre la subsistance et les soins qu’il donne à son enfant à un prix plus haut que ne les mettrait l’Etat lui-même, et l’Enfant devenu homme pourra toujours, quoi qu’on en dise, sinon en refuser tout à fait la juste récompense, du moins marchander un prix exorbitant. Continuons.

Le Père se charge de l’Enfant qui vient de naître ; La Puissance civile consent à n’être plus que surveillante du Père et à cet égard la concurrence cesse entre elle et lui. Or n’est-il pas certain que dans ce cas la préférence donnée au Père doit profiter à l’enfant que l’Etat lui confie, et s’il est permis d’employer ici une expression consacrée à des actes tout différents en apparence, mais au fond de même nature, c’est une enchère au rabais qui assure à l’enfant l’éducation dont il a besoin et lui assure aux conditions pour lui les plus favorables. (…)[5]

Quoi qu’il en soit de ces opinions, et malgré des motifs si raisonnables de défiance, convenons pourtant que pendant toute la durée du premier âge, dans cette société intime, cette cohabitation nécessaire de deux êtres, l’un fort, l’autre extrêmement faible, la Puissance civile, dont l’œil, quoique toujours ouvert, ne peut pas percer les murs de chaque maison, se voit comme forcée de (27) laisser l’Etre faible à peu près à la merci du plus fort. Bien plus. Elle croit devoir détourner ses regards de quelques violences qu’elle pourrait apercevoir et punir. En un mot, la Puissance civile se tait sur la Nature et les bornes du pouvoir paternel pendant la durée de ce premier âge, comme nous avons vu qu’elle devait se taire sur la Nature et les bornes du pouvoir marital[6]. De ce silence auquel nous attachons d’ailleurs un grand prix (et l’on en verra bientôt la raison) résulte évidemment en faveur du Père une Autorité de fait, qui comme on voit, s’étend fort loin, mais purement de fait, et dont les actes peuvent toujours et en tout état de cause être soumis à la rectification ou répression d’une Autorité supérieure. Ce ne sont pas seulement les cas graves ou les violences extrêmes ayant trait à la vie et la conservation de l’individu opprimé qui peuvent donner lieu à cette intervention du Magistrat. Il est certain que mille circonstances plus ou moins aggravantes peuvent la nécessiter sur la réclamation seule de l’Enfant qui croit avoir à se plaindre. A parler même dans la rigueur du principe, il serait très vrai de dire que si le Père peut impunément maltraiter la Mère, qu’un consentement libre retient chaque jour auprès de lui, il ne peut pas plus impunément donner sans juste motif un soufflet à son fils qu’à tout autre Citoyen. Mais, nous venons de le dire, la Puissance civile tire le rideau sur tous ces actes particuliers d’injustice, sur cet abus quotidien d’un pouvoir qu’elle ne peut surveiller sans cesse. Et convenons encore que cette tolérance poussée jusqu’à un certain point semble nécessaire pour conserver à l’Etre fort cet ascendant naturel attaché à la supériorité physique et morale, et qui, provoquant la docilité, épargne à l’être faible l’emploi de moyens plus rigoureux. Enfin, nous conviendrons bien aussi que la Puissance civile a du compter pour quelque chose la Protection de la mère, l’influence des doux sentiments et dont nous avons déjà parlé, motif dicté par la nature même, toujours présent à l’esprit du Père et qui lui fait une loi de ménager ses enfants, de les rendre heureux, de gagner enfin leur affection pour mériter d’en être (28) un jour secouru dans sa vieillesse…

Mais ici une considération importante mérite bien de nous arrêter. (…)

J’ai dit que dans l’Etat de Nature l’espoir bien fondé d’être assisté et soutenu dans sa vieillesse par l’enfant auquel il aura donné tous ses soins, doit nécessairement porter le Père à ne faire de son autorité sur lui qu’un usage doux et raisonnable. (…)

Ces sages vues de la nature sont bien dérangées, sont même tout à fait contrariées par l’Etablissement du Tien et du Mien, par ces Biens qu’amasse maintenant le Père et qu’il a intérêt d’augmenter chaque jour. Ces Biens en effet lui offrent une ressource certaine. Non seulement ils le rendent indépendant de ses enfants, sans qu’il ait plus à s’inquiéter de leur haine ou de leur amour, mais même la faculté de disposer de ces biens en faveur de tel de ses enfants qu’il voudra choisir lui assure pour toujours l’Empire sur eux et l’expression vraie ou feinte de leur soumission et de leurs respects. Les suites funestes et pour les Pères et pour les Enfants et pour la société entière d’un pareil état de choses sont incalculables. (…) Du côté des Pères nul ménagement, nul frein, toutes les violences impunies, tous les préjugés satisfaits, toutes les viles et petites passions mises à l’aise ; du côté des enfants, hypocrisie, bassesse, (29) jalousies, haines implacables, dépravation et corruption totales. Et dans tout le corps de la société, un principe d’avidité et de convoitise qui subordonne tout au besoin d’acquérir de l’or. Dès lors surcroît d’efforts et d’activité, agitation, concurrence universelle ; mettre de côté devient la précaution par excellence, le précepte fondamental. Chacun se croit pauvre et dépourvu, si son gain ne suffit qu’à sa subsistance et celle de sa famille, il faut qu’il se procure en outre de quoi se passer un jour de la reconnaissance et de l’affection de ses enfants, de quoi les retenir à tout âge sous son joug par des motifs toujours présents d’espérance et de crainte, un trésor enfin, ce supplément de toutes les vertus humaines. (…)[7]

Je ne parle pas seulement de ces devoirs rigoureux qui se réduisent à alimenter, vêtir etc, je parle du devoir non moins pressant de faire naître la confiance et l’Amour dans ces cœurs si faciles à gagner par un traitement doux, par des actes réitérés de bienveillance, par des sacrifices même, surtout par une distribution égale des faveurs et des caresses paternelles. Mais je le vois ; ce devoir, cette contrainte salutaire te pèsent, et tu ne veux rien plus ardemment que d’en être affranchi ; hé bien, enrichis-toi pour être impunément colère, capricieux, injuste (30) et tyran dans ta famille ; contente-toi des témoignages menteurs d’attachement et de respect que tu exiges de tes enfants ; mais bientôt entouré d’héritiers avides, et cruellement détrompé, ne t’en prends pas à la nature, et n’accuse que toi d’un état de chose qui sera ton ouvrage. (…)

Je conclus de tout ceci que l’assurance d’être alimenté et assisté par son enfant sur la fin de sa vie est la seule compensation naturelle et juste que puisse attendre le Père des soins et des dépenses que nécessité l’éducation de cet enfant ; que l’espoir et le besoin de cette assistance pour l’avenir est presque toujours la mesure des soins paternels et des bons traitements que l’enfant peut attendre. Je conclus en outre que la puissance civile ne peut raisonnablement s’en reposer à cet égard sur le père, qu’autant que celui-ci, déterminé par le motif que je viens d’exposer, verra toujours la peine attachée à sa négligence, ou à l’abus qu’il pourrait faire de son autorité. Par la même raison, je conclu encore que la Puissance civile, pour l’intérêt même des mœurs et de l’Ordre public, doit ôter au Père, ou du moins affaiblir en ses mains autant que possible tout moyen de puissance résultant des richesses acquises, et qui, assurant le sort de sa vieillesse, rend nul pour lui le besoin d’être un jour soutenu par ses enfants.[8] » [x]

L’enfant devenu homme (quelques lignes, où la puissance civile est invitée par son silence à affranchir l’enfant devenu homme, à le soustraire à ce pouvoir que la nature ne veut plus avouer).

Troisième époque : (…)

Puis en vient à aborder le cas de cette « autre classe d’individus, fixés par choix ou par circonstance dans l’habitation de la famille. Il est question ici 1° des apprentis 2° des ouvriers proprement dits compagnons travaillant journellement sous la direction du P. de famille et salariés par lui. 3° des serviteurs de toute espèce, et fort bien nommés domestiques[9] ; tous avec raison réputés membres de la famille, puisque, partageant ses travaux et aussi ses plaisirs, ils doivent reconnaître l’Autorité qui la régit dans toutes ses parties. (…) 38

(..) Pour tous ces cas, au surplus, je ne vois la nécessité d’aucun acte direct de la puissance civile, à l’effet de ratifier une Autorité qui, pour être exercée comme et autant qu’elle doit l’être, n’a nul besoin de son intervention. La nature et l’objet de cette Autorité, surtout le consentement toujours libre des individus qui s’y soumettent, en déterminent bien suffisamment l’étendue et les limites naturelles. » 39

parvient à cette « solution générale » : « Sous l’empire de la puissance civile et quelle que soit la forme de gouvernement, sous laquelle elle se présente, le Père ne doit jamais avoir sur aucun des membres de la famille et quelles que soient leur qualité, leur sexe, leur âge, un pouvoir légal, et sanctionné par l’Autorité. » 40

« Il est clair que cette solution ne peut être vraie à l’égard de chaque Père, chaque Mère, chaque enfant, chaque serviteur etc sans l’être à l’égard de la masse totale composée de Pères, mères, enfants, serviteurs et autres, et il serait absurde sans doute de croire qu’un Pouvoir institué reconnu nuisible ou au moins inutile dans l’intérieur de chaque famille, peut être bon à quelque chose au dehors, c’est-à-dire à la communauté de toutes les familles réunies. »

« Terminons par observer que de tous les moyens de régir et de commander aux hommes, il n’y a que les forces morales et purement d’opinion qui puissent remplir efficacement ce but, et assurer à l’individu qui y peut prétendre un empire réel et durable. Cette observation est d’une vérité presque banale, tant elle a été répétée : mais ce qu’on a dit beaucoup moins souvent, et qui n’est pas moins vrai, c’est qu’on détruit toute l’énergie de ces mêmes forces, précisément par les moyens qu’on prend pour en cimenter la puissance et les signaler à tous les yeux ; je veux dire ces Règlements, ces Actes directs et positifs, et généralement toutes ces mesures coactives qui font d’une obligation naturelle et morale que mille circonstances peuvent modifier, un devoir civil, déterminé en quelque sorte physiquement et général dans tous les cas. Le dirai-je enfin ? il semble que l’homme excessivement jaloux de son indépendance, et dans le fait dépendant de tout ce qui l’entoure, porte volontiers des chaînes, tant qu’il peut se les déguiser à lui-même, mais les rompt avec violence, sitôt qu’un législateur imprudent s’est avisé d’en trahir le secret. Peut-être ne faudrait-il qu’une loi qui nous obligeât tous d’avoir une maîtresse à 20 ans, pour ôter aux femmes tout leur Empire ; Ce qu’il y a de très sûr, c’est que pour établir et cimenter le pouvoir d’un bon Père, comme celui d’une femme jolie, un Code domestique n’est pas plus nécessaire qu’un Code d’Amour ; or on sait qu’en fait de codes, et sur toute matière, tout ce qui n’est pas nécessaire est nuisible. » 42

Dans un gouvernement despotique, le père est non seulement despote de fait, mais de droit. Ce gouvernement, par l’oubli de tous les devoirs et par la violation de tous les droits, ramène tous les hommes à l’égalité primitive (Rousseau) ; il ramène aussi les familles à la constitution naturelle ; c’est cette Constitution naturelle qui est la plus solide base du pouvoir arbitraire.

« Il est clair que chaque Chef de famille dans son intérieur doit être d’autant plus jaloux de son autorité que l’asservissement général lui fait plus sentir celle à laquelle il est soumis lui-même ; par un effet tout aussi naturel, l’exercice habituel qu’il fait de cette autorité précaire, non seulement le console de son oppression propre, mais l’attache même à l’oppresseur commun et lui fait aimer un système où il a aussi sa sphère de domination et d’importance personnelle. Le Despote qui sent cela, et qui a intérêt de propager dans tous les degrés de subordination un principe d’obéissance aveugle, ne manque pas d’encourager, de renforcer cette disposition naturelle des oppresseurs en sous ordre, et chacun d’eux lui paye ainsi en témoignage de dévouement et en hommage servile le prix du droit qu’il leur donne de dominer et d’opprimer à leur tour.

Il est donc vrai que le Despotisme politique et le Despotisme paternel réagissent l’un sur l’autre pour s’assurer et se fortifier (45) réciproquement. Il semble aussi que sous cette forme de gouvernement le Despotisme du Père devrait être plus dur, plus odieux que partout ailleurs puisqu’il est presque entièrement libre de ces freins naturels que nous avons vu exister dans la Constitution primitive. Et ce serait encore là un effet tout simple d’un Etat des choses si funeste à l’humanité. On sait qu’un esclave, un Opprimé, quel qu’il soit, si le hasard ou sa position particulière lui subordonne quelques uns de ses semblables, se venge sur eux des traitements qu’il éprouve, en leur en faisant supporter de plus durs encore. C’est l’Enfant journellement battu qui fouette a tour de bras sa poupée. C’est le Nègre intendant qui rend au centuple à ses infortunés compatriotes les coups de fouet dont il fut si souvent déchiré lui-même. » 45

« Gardons-nous d’inférer de l’Aveu précédent que le bonheur domestique, le seul permis aux sujets Despote, s’est goûté aussi dans la République, ne l’est pas dans sa plénitude. Ce Bonheur est à son comble, puisque le bonheur politique en double encore le sentiment, et que tous deux d’ailleurs y portent sur les mêmes bases, la Liberté, la Bienveillance, la Vertu, plus durable, plus sacrées mille fois que cette crainte servile et intéressée sur laquelle tout repose dans les Etats despotiques. Ecartons en donc la triste image pour remplir notre âme de la plus douce, la plus flatteuse et en même temps la plus grande des pensées, la République dans la plus parfaite constitution, second ( ?) extrême auquel il nous faut appliquer tous les différents résultats de l’Analyse précédente. » 46

un long passage conclusif reprend terme à terme les étapes de son analyse. Y revenir éventuellement.

Celui-ci me rappelle singulièrement la philosophie de Say : « Ne dites point au Fils : honorez votre Père. Forcez-le encore moins à paraître l’honorer, sous peine d’être privé de tel ou tel avantage. Mais faites qu’aucune institution vicieuse, aucun désordre dans le Gouvernement ne déprave ou n’altère les sentiments de la nature ; dès lors tous les Pères seront dignes d’être honorés, et rien ne portera les enfants à leur refuser cet honneur. » 52

« On a proposé de ne donner le droit d’élire et conséquemment le titre de Citoyens actifs qu’aux Chefs de famille, sur ce (52) principe démontré faux que la représentation d’une société n’est que la représentation des familles qui la composent. Il serait bien aisé sans doute de prouver que cette disposition n’est point désirable, et serait au fond beaucoup plus nuisible qu’utile ; mais je suppose qu’un Ecrivain Politique, ou l’un de nos Représentants, se pénètre de cette opinion plus raisonnable que l’homme, destiné à l’Etat de Chef de famille, est généralement coupable, quand il résiste à ce vœu de la nature, qu’il s’en pénètre assez pour désirer fortement que tous les fonctionnaires publics, ou seulement ceux d’une certaine Classe, soient mariés. Vite ( ?) il en prendra droit de conclure la nécessité d’une loi positive et de rigueur qui établira en règle générale et constitutionnelle une disposition que rend très désirable sans doute l’intérêt des mœurs et de l’ordre public. Il proposera donc cette loi, il en exaltera tous les avantages, surtout si étant chef de famille lui même, il a quelque intérêt à faire adopter ses vues. IL y a beaucoup de belles choses à écrire sur ce sujet. IL fournit matière à des morceaux d’éloquence, à des traits de sentiment qui feront beaucoup d’honneur à celui qui les débitera. Enfin supposons encore que le prestige de son beau style et l’accent de la nature qu’il ne manquera pas de faire parler en imposent assez à tous les membres de l’Assemblée pour faire adopter la Loi qu’il propose, certes, ou tout ce que nous avons dit précédemment est faux, ou ce Citoyen estimable, mais aveuglé par son zèle, aura fait plus de mal que de bien. Un peu de réflexion suffira pour se convaincre qu’ici comme à tout autre égard, il faut bien se garder de prescrire impérativement une disposition qu’amèneront naturellement l’Opinion publique et l’observation de toutes les convenances dans une société bien organisée. Que l’aisance générale, que l’Empire du bon exemple et de l’Opinion publique puissent porter chaque Citoyen à obéir sans crainte (53) et sans répugnance à ce vœu de la nature qui fait désirer une compagne. Dès lors ceux qui continueront d’y résister auront peu de motifs raisonnables pour le faire ; dès lors le blâme général autant que l’intérêt même des Epoux et des Pères les exclura de fait de telle ou telle fonction dont vous voudriez dès à présent les rendre légalement incapables. Le respect, l’ascendant de l’âge et de la dignité personnelle et toutes les autres considérations morales n’y porteront que des Chefs de famille à l’exclusion des célibataires qui n’auront nullement à se plaindre.Rome ancienne dans les plus beaux temps de la république nous offre un exemple de cette exclusion de fait, qu’aucune loi ne commande, et qui n’est que le résultat de l’Opinion publique bien dirigée. »

Résumé : « Un nombre plus ou moins grand d’individus réunis constamment sous le même toit, et liés entre eux par les rapports qu’on désigne sous le nom de Père et de mère, d’Epoux et d’épouse, de frère et de sœur, de fils et de fille, constitue la Famille. On y comprend dans la société civile et par une extension raisonnable les serviteurs, apprentis, compagnons etc qui par choix ou par circonstance pour un temps ou à toujours cohabitent avec les Membres de la Famille, travaillent dans les mêmes vues et sous la même direction. Le gouvernement de la Famille considérée dans sa constitution naturelle, appartient au Père, et ce gouvernement est despotique. Mais ce pouvoir du Père tout illimité qu’il est, ne lui a pas été donné pour son avantage personnel ; par les soins qu’a pris la Nature pour le modérer dans son application et même en balancer l’exercice, Elle manifeste clairement l’intention ou elle est de le faire tourner à l’avantage de tous. Vis à vis de la mère, il paraît n’être balancé que par des affections douces et des considérations morales. Vis à vis des enfants, l’Affection paternelle entre sans doute pour quelque chose dans les vues de la nature, pour tempérer dans son action un pouvoir si étendu et si violent par lui même ; mais cette Affection est par elle même un sentiment vague et peu réfléchi, très souvent même il n’offre dans son analyse qu’un vil et sordide attachement, un calcul d’intérêt personnel, enfin des vues cupides et odieuses. Il fallait donc des considérations de toute autre espèce pour mettre un frein à ce grand pouvoir sur de si faibles et si timides créatures, et ce frein s’est trouvé dans la perspective toujours présente au Père d’un état futur tout différent du sien actuel, état de faiblesse pour lui, de force pour ses enfants, état qui à son tour va le mettre sous leur dépendance et qui ne lui permet de compter sur leur assistance et leur affection qu’autant que lui même par ses soins et ses bons traitements aura mérité d’eux un si juste retour.

La Famille ainsi constituée présente évidemment un tout parfait, bien ordonné et se suffisant à lui même ; d’un autre côté on a vu ou cru voir que la qualité d’homme ne pouvait, moralement et politiquement parlant, être séparée de celle d’Epoux et de Père, et de ces deux propositions on s’est cru fondé à conclure que pour se faire une idée juste d’une société politique il fallait l’imaginer formée par la réunion constante dans le même lieu et sous les mêmes lois d’un certain nombre de familles représentées par leurs chefs. Donc, a t on ajouté, la famille proprement dite sera l’élément naturel de la société civile, élément insécable, s’il est permis de parler ainsi, et formant le dernier terme de toute division et subdivision politique. On a réfuté cette erreur : on a prouvé que la société civile ne pouvait être supposée formée par une réunion volontaire de chefs de famille, puisque cette société par l’objet même de son institution, leur est plus défavorable qu’utile. En effet ce but n’est pas la protection et la Sauveté (sic) des Chefs de famille seuls, mais bien la protection, la Sauveté, et le plus grand bonheur possible de tous les individus (55) indistinctement que l’Etat renferme dans son sein. Donc pour motiver la formation de la société civile, l’hypothèse de tous ces individus en masse stipulant pour eux tous et pour chacun d’eux leur affranchissement ou l’amélioration de leur sort est la seule raisonnable, la seule admissible. Nous en avons conclu que la famille dans ce nouvel Etat de choses ne peut plus conserver son indépendance ni par conséquent sa constitution naturelle devenue incompatible avec l’existence de la société civile. Il n’est donc pas vrai qu’elle en soit un élément ; encore moins en est elle un élément insécable ; cet Elémént prétendu se fond, s’il est permis de parler ainsi, dans la Masse totale, ou l’action de la Puissance civile qui le divise, distingue et reconnaît des principes constituants. (…)

… dans la république bien constituée, ou toutes les familles semblent se confondre pour n’en former qu’une seule vaste et générale sous laquelle tous pères[10], enfants, serviteurs et autres civilement et juridiquement égaux ont tous des droits à exercer, des devoirs à remplir, ou tous conséquemment se sentent chargés d’une responsabilité plus ou moins étendue, qui les rend justiciables de la Puissance civile, seule et dans tous les cas souveraine maîtresse.Donc la puissance paternelle comme l’entendent les jurisconsultes y est nulle de plein droit et ce qu’on appelle le code domestique n’y peut être connu. (…) Partout où l’homme met la main, il porte un germe de corruption et de misère qui bientôt se développe malgré lui. » 59

Sans signature. 15 floréal an 7.


[1] Souligné dans le texte. Tous les mots soulignés le sont par l’auteur. Parfois, celui-ci utilise une graphie plus large, dans ce cas elle est en 16 points au lieu de 12.

[2] Cette portion de phrase est écrite en gros et gras.

[3] Note de l’auteur, insérée ici. « Tout ce qui va suivre, renfermé entre les guillemets, offre en peu de mots l’extrait d’un ouvrage publié en l’an 5, et qui ayant à juste titre excité l’attention du Public, a, dit-on, donné à l’Institut l’idée de la question présente ; il a pour titre : De la Famille, considérée comme l’élément des Sociétés, par T. Guiraudet, secrétaire général des relations extérieures, Paris, chez Deferme). C’est le même citoyen qui vient de publier une traduction complète de Machiavel dont on dit le plus grand bien. L’intérêt de la vérité qui me force à le réfuter et à le contredire presque sur tous les points m’est un motif de plus pour rendre justice au grand talent et aux connaissances de l’Auteur dont l’ouvrage d’ailleurs assez étendu mais parfaitement écrit contient des détails précieux et des morceaux fort bien sentis. Jamais peut-être des principes erronés et si dangereux dans leurs conséquences, ne furent déguisés avec plus d’adresse, présentés avec plus de force et sous un côté plus favorable et plus séduisant. C’était beaucoup plus qu’il n’en fallait pour me convaincre de mon insuffisance et me détourner d’une lutte aussi inégale. Mais j’ai osé compter et sur la bonté de ma cause, et principalement sur la bonté de ma méthode directement contraire à celle du Cit. Guiraudet et qui s’est déclaré franchement ennemi de l’Analyse, au moins dans son application à des recherches de la nature de celle qui nous occupe ici. Ce n’est pas sans quelque intention, je l’avoue, que j’ai affecté de suivre ma marche tout opposée à la sienne. Quoi qu’il en arrive, je me fais un devoir d’indiquer à mes Lecteurs cet ouvrage qui m’a donné l’idée de traiter la question présente, et qui, à tous égards, mérite d’être distingué.

[4] Ici, l’auteur cite Bernardin de Saint Pierre, par un long extrait des Etudes de la Nature, Etude 14, De l’Education, pour illustrer « l’orgueil despotique et bête du Bourgeois Chef de famille ». L’extrait, qui peut facilement être retrouvé, commence par « j’avoue qu’il est heureux pour beaucoup d’enfants qui ont de mauvais parents… » et se termine par « vous avez oublié le point principal, qui était de vous en faire aimer ». [Voir Etudes de la Nature, Etude 14, « De l’Education »pp. 420-422 de l’édition disponible sur Gallica, datée de l’an XII].

[5] Une autre note, insérée un peu plus loin dans le texte, dépeint la différence entre l’amour paternel et maternel : « voudrais-je inférer de là que l’Amour paternel n’a pas son principe dans la nature bien ordonnée et qu’aucun motif raisonnable et pur ne porte le Père à aimer son enfant plus que celui de son voisin ? A Dieu ne plaise ! Le Père aime son enfant, parce qu’il est son ouvrage, parce qu’il est le fruit d’une union qui le rend heureux ; mais quelques puissantes que soient ces causes d’affection, il s’en faut qu’elles puissent entrer en balance avec celles qui agissent sur le cœur d’une mère. La Mère a enfanté avec douleur, et cette seule circonstance qui n’a pas lieu pour le Père, suffirait pour donner à l’Amour maternel une base plus solide, une énergie cent fois plus forte ; mais il s’y joint en outre l’habitude morale résultante des occupations domestiques, sans cesse renaissantes, des soins minutieux donnés à la première enfance, et dont la femme voit chaque jour la récompense dans le développement successif de ces petits êtres qui lui doivent tout, tandis que l’homme toujours occupé au dehors, distrait par mille causes et souvent agité de mouvements et de passions diverses qui maîtrisent toute son âme reste presque étranger à ces soins si doux, et conséquemment aux sentiments, aux plaisirs, aux habitudes qu’ils font naître. C’est même un effet tout simple de sa destination naturelle que des vues d’ambition ou de fortune déterminent presque exclusivement son attachement pour des enfants qu’il est chargé de nourrir, d’élever et d’avancer dans le monde. Le malheur est que ces vues ambitieuses ou intéressées se rapportent au Père lui même autant et plus qu’à ses enfants, et c’est pour cela, comme nous l’avons vu, que le Législateur ne peut raisonnablement compter sur l’affection qu’elles produisent, pour s’en promettre les effets les plus heureux dans l’exercice du pouvoir paternel. » note page 27.

[6] C’est moi qui mets en italiques ou en gras ; lorsque c’est l’auteur, c’est soit souligné, soit mis en caractères plus larges (16 points), que je passe en bleu pour plus de sûreté.

[7] Plus loin, une note insérée, assez longue, développe sur la nécessité du travail et les méfaits de l’esprit de « thésaurisation ». Evoque dans ce passage le « rigoureux et absurde nivellement que la mauvaise foi seule a pu présenter comme nécessaire et possible ». « Nul n’a droit aux jouissances et même aux nécessités de la vie, qu’autant qu’il se les procure par son travail ».

[8] « A-t-on jamais remarqué en général que les Pères riches fussent plus aimés et plus respectés de leurs enfants que ceux qui n’ont rien à leur laisser, et en serait-il donc un effet de la domination dans la famille comme de la considération dans le monde ; dépendrait-elle de l’argent ? c’est pourtant ce que semblent croire ceux qui, partisans de la puissance paternelle, attachent la plus grande importance à laisser au Père la faculté de dépouiller par testament ou d’avantages à son gré tel de ses enfants qu’il juge le plus coupable ou le plus digne. Observons de plus que le Père n’a nul besoin de cette odieuse faculté pour retenir ses enfants, et se les attacher par les liens de l’intérêt personnel. Qui peut l’empêcher de récompenser de son vivant et par des donc actuels l’enfant qui remplit le mieux ses devoirs envers lui ? Cette justice de chaque jour ne lui offre-t-elle pas aussi un moyen sur de châtier un enfant ingrat ou débauché ? On sait d’ailleurs que la faculté de tester n’est qu’un mauvais supplément inventé par l’égoïsme pour s’épargner l’exercice toujours pénible de la faculté de donner. » note page 31.

[9] (Le C . Guiraudet dans l’ouvrage estimable ci dessus cité fait parfaitement sentir le ridicule et l’ineptie des dénominations nouvelles substituées à ce nom si simple et si doux, le plus affectueux, le plus paternel et fait pour rappeler toujours un membres de la famille, domus. V. p. 190 et suiv.)

[10] Les femmes ont subitement disparu de la Grande famille…


[i] Petitain, « N°1 Mémoire sur cette question : quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? Proposée par l’Institut national le 15 messidor an 6 , Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « Concours de l’an VIII-1799 ».


PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV1] Cette question, qui vient avant même celle qui concerne le lien de père à enfants, montre bien comment l’empire de la puissance paternelle se comprend comme empire conjugal autant que paternel au sens propre.

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV2] THEODICEE.

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV3] La nature a pourvu à tout, elle a mis le contre pouvoir dans le pouvoir, le remède dans le mal. Il n’y a pas à toucher à cette œuvre parfaite. Le père est despote parce qu’il a accumulé les moyens de ce despotisme: en d’autres termes, la nature l’a fait despote parce qu’elle l’a voulu despote ; il est despote parce qu’il en a les moyens ; l’auteur adopte une logique circulaire. Pourquoi en a-t-il les moyens ou plutôt, comment les a-t-il acquis ? C’est une question que l’auteur ne pose bien entendu pas : le recours à la nature permet de répondre au pourquoi, pas au comment.

[av4]L’homme est ici l’Homme au sens universel du terme.

[av5]Militerait-il pour une citoyenneté active des membres de la famille ?

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV6] Ici, le mot « civiles » a été barré, et « politiques » lui a été substitué.



Nougarède et le patriarchalisme républicain

Ce texte est une reprise partielle d’un manuscrit déposé aux Archives de l’Institut de France. Il s’agit d’un mémoire envoyé lors du concours sur l’autorité paternelle, dont nous avons déjà parlé ici (voir l’article sur Petitain, qui participait au même concours cette année là), en 1799. Il compte 140 page manuscrites : il va sans dire que je n’ai pas tout repris.

André Jean Simon Nougarède est né en 1765 (1766 selon certaines sources) à Montpellier, pays de droit écrit donc de droit romain. L’homme est un juriste passionné de droit et de civilisation romaines (en 1787, il traduit Cicéron ; et tout au long de sa carrière, avec d’ailleurs des titres qui varieront selon la direction du gouvernement, il publiera sur la « révolution » qui engendra l’Empire…). Ancien conseiller à la cour des aides et finances de Montpellier, il était entré dans l’armée au moment de la Révolution où il avait obtenu le grade de lieutenant ; depuis 1795, il aurait été « ingénieur d’armée » (d’après Martin Staum, 1982), mais je ne sais dire si cela est compatible avec ce grade de lieutenant ou pas ; en 1799, il se dit « ancien magistrat ».

Il se marie en 1808 avec la fille du comte Bigot de Préameneu (jeune « veuve » d’Etienne Sauret puisqu’elle est née en 1781 – la date de décès du sieur Etienne Sauret, qui fut député de l’Allier de 1799 à 1807, varie entre 1804 et 1818 selon les sources), devenant ainsi le gendre de l’un des membres de la commission qui avait été chargée, en 1799 et 1800, d’examiner son manuscrit lors du concours sur l’autorité paternelle[i] et qui, ô ironie, s’était chargé également, dans la commission du code civil, des questions relevant de l’autorité paternelle.

L’Empire le fera député au Corps législatif ; conseiller à vie de l’Université de France puis baron de Fayet en 1809 (longtemps après avoir acquis le château du même nom, auprès de la vieille propriétaire qui fut aussitôt après guillotinée), avant de devenir maître des requêtes au Conseil d’Etat ; entretemps, il aura trouvé un éditeur pour son manuscrit sur la puissance paternelle[ii] et publié De la Législation sur le mariage et sur le divorce, Paris, an X (1802), 191 p. et deux ans plus tard, Histoire des lois sur le mariage et sur le divorce depuis leur origine dans le droit civil et coutumier jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, Paris, 1803, 2 vol. En 1805, il sera membre du corps législatif pour le département de l’Hérault, en 1810 président de la cour impériale de Paris ; en 1813, maître des requêtes au conseil d’Etat, section de législation. Il se retirera des affaires publiques après les événements de 1815 Il mourra en 1845, laissant une veuve et trois enfants : Auguste, Félicie et Adrien, ainsi que la fille de sa veuve : Eulalie. Sa fille Félicie (ou Anne Félicité selon les sources) épousera en 1812 François Joseph, comte Boulay de La Meurthe. Eulalie, en 1822, épousera le comte de Grouchy. Je ne sais rien sur la vie privée d’Auguste ; en revanche, sa vie politique et scientifique semble avoir été fructueuse. Voir le catalogue de la Bnf. Encore moins d’informations sur Adrien, le dernier-né.



Son mémoire, le plus long des trois qui seront envoyés cette année là, ne recevra qu’une attention très limitée de la part du rapporteur Champagne (quelques lignes dans son rapport, qu’il clôt et conclut par ces mots : « Il voudrait que le droit indéfini de tester fût accordé au père. Mais il finit par demander que le pouvoir des pères soit rétabli tel qu’il était à Athènes et à Rome dans le temps de la République. Ce droit absolu n’avait pas de limites (…). Or, c’étaient ces limites qu’il s’agissait de trouver. » )

En revanche, l’ayant remis au concours l’année suivante, il sera remarqué par le président de la Commission, Pierre Daunou, qui s’appliquera cependant à en faire ressortir tous les obstacles « idéologiques » qui devraient s’opposer à l’attribution d’un prix.

Ce manuscrit sera publié en avril 1801, sous le titre Essai sur l’histoire de la puissance paternelle. On le trouvera également dans une édition plus tardive, de 1814, sous le titre Loi des familles (édition faussement attribuée, dans une bibliographie de l’époque[i], à un certain Nougaret). L’ouvrage « bénéficiera » d’un compte-rendu peu amène dans la Décade philosophique le 10 thermidor an IX (juillet 1801), par un dénommé … Petitain ; par contre, le journal catholique Le Mercure de France publiera un résumé favorable des thèses de Nougarède, le 16 thermidor an X. A ma connaissance, seul Martin Staum (Martin S. Staum, « Images of paternal power : intellectuals and social change in the french national institute », in Canadian Journal of History/Annales canadiennes d’histoire, 17, 3, décembre 1982) a jusqu’à maintenant publié sur ce concours et ses auteurs.

MEMOIRE NUMERO DEUX, concours de l’an 7 : Nougarède.

Epigraphe tiré de la République de Bodin.

[t1]

(…)

« Les premières pages de l’histoire nous présentent chaque famille isolée soumise aux seules lois de l’auteur de son existence. Aux yeux de ses nombreux enfants, le patriarche semblait le ministre de l’être suprême pour le pouvoir, comme il l’avait été pour la création. Sur son front, blanchi par l’âge et mûri par l’expérience, (3) semblait reposer la sagesse éternelle. »

Je reprends, 30 pages après un long historique décrivant Athènes et Rome sous le point de vue de la puissance patriarcale ; l’écriture n’est pas aisée à déchiffrer. Il faudra y revenir.

« Nous avons vu que le sort de la République dépend d’une balance constamment égale entre la liberté et l’obéissance. Les grandes difficultés et ce problème semblent au premier abord les rendre insolubles, tant l’obéissance et la liberté offrent d’opposition et d’incohérence. L’une ordonne de courber ce front où respire une âme altière, la liberté répond que la honte seule et la crainte peuvent l’abaisser. L’une se lie à toutes les idées d’infériorité et de dépendance, la liberté n’en admet aucune.

On avait cru trouver la solution de ce problème. L’homme libre réfléchira qu’il doit à l’Etat social le sacrifice d’une portion de sa liberté. Il obéira, mais en homme libre, et par un acte volontaire.

Mais on avait oublié que la raison ne peut jamais être le mobile général des hommes. Presque tous courbés vers la terre pour les Besoins de la Vie, ou entraînés par (37) les passions, méconnaissent la raison, ou éloignent d’eux sont importune lumière. La liberté surtout ne saurait naître que du sentiment, et exister que dans le cœur. Elle est le véritable instinct de l’homme, comme la pudeur est l’instinct de la femme. Toute femme trop subtile à raisonner sur ses devoirs, aura bientôt à pleurer sur son déshonneur. Tout homme qui aime la liberté avec calcul, qui n’éprouve pas pour elle les transports et le délire de l’amour, sera bientôt un esclave.

La vraie solution à ce problème ne peut être donnée que par la puissance patriarcale. L’homme libre ne conserve pas moins sa dignité, quand il vole aux … d’un père, que quand il plie le genou devant une amante. Le respect pour la sagesse et les lumières, la reconnaissance pour l’auteur de son être et de ses vertus, la tendresse pour le sang qui coule et bouillonne dans ses veines, fléchissent tour à tour ce cœur indomptable, mais, loin de l’abaisser, ils lui donnent une exaltation nouvelle. Ainsi la nature qui créa l’homme pour la république, peut seule offrir les moyens d’en concilier les deux mobiles. (38)

Il eut été difficile, dans nos état monarchiques, d’apprécier la force et la générosité de ces sentiments. Le respect filial avait été effacé de tous les cœurs avec la liberté. On ne croyait pas même à ces touchants exemples retracés dans l’histoire des républiques anciennes. Quand on lisait la réponse d’Epaminondas à son ami, après la victoire de Neuctres : « J’en ai beaucoup de joie, car je sais qu’elle en causera beaucoup à mon père et à ma mère ». Le souris (sic) et la pitié naissait sur les lèvres, comme si l’on eut entendu ces formules niaises dont la mémoire avait été chargée sans fruit (sic) dans notre enfance. (…)

On doit conclure de ce qui précède, que le législateur de Rome donna à son institution les bases véritables de (39) la République et de la nature. Les chefs de famille avaient seuls des rapports de soumission aux magistrats civils. Mais leur âme s’était à la longue imbue et pénétrée de la liberté. Ils avaient appris de l’expérience les avantages et les bornes de l’obéissance sociale.

La jeunesse n’avait à pratiquer dans l’intérieur des murs que les devoirs touchants du respect filial. Il est vrai que, dans les camps, elle se trouvait soumise aux chefs militaires, mais l’obéissance n’offrait alors aucun inconvénient. Le choc des armes et les périls toujours renaissants, suffisaient à conserver l’élévation des courages. Et même la véritable discipline ne fut jamais connue que des hommes libres. Ils ne sont pas comme les peuples esclaves avilis de licence, et indifférents sur le maitre qu’ils recevront et la victoire.

C’est ainsi que ce peuple si jaloux de la liberté, se montra soumis aux institutions militaires et domestiques les plus rigides. Il créa en même temps le code des combats et celui des familles. Pour le premier, il renversait tous les ennemis extérieurs. Il devait au second les triomphes sur les vices intérieurs qui attaquent les plus purs fondements des Républiques. (40)

Cette sage gradation des magistrats civils aux magistrats domestiques assurait à l’action des lois un mouvement aussi sûr que rapide et prévenait la résistance anarchique que chérit la démocratie. Cette organisation vigoureuse qui tenait liés tous les citoyens à leur famille, toutes les familles au corps de l’état, repoussait la discorde, odieuse complice du despotisme. (…)

La corruption des mœurs, qui favorise également la démocratie et le despotisme, ne pouvait pas plus aisément s’introduire dans les familles si bien disciplinées quand on observe la marche dans le corps social, on connait sans peine pourquoi nos lois antipatriarcales étaient si impuissantes à l’arrêter. A mesure qu’elle pénètre dans le cœur des hommes et des familles et qu’elle en chasse la vertu, l’honnêteté, la décence, elle s’attache à les exprimer dans tout l’extérieur, à les faire revivre dans le langage et dans les manières. C’est ainsi qu’elle échappe aux regards du magistrat, qui, comme dit Bodin, ne trouve jamais sous sa main que des Betitres ( ???, souligné).

Mais l’œil sévère du magistrat domestique, toujours ouvert dans l’intérieur de sa famille, y sondait les replis de tous les cœurs. Il y démêlait toutes les semences secrètes du vice. Il les arrachait sans pitié, dès qu’elles commençaient à pousser les premières racines. Souvent même étouffée par la vigueur de la discipline domestique, elles faisaient de vains efforts pour se développer.

C’est ainsi que le pouvoir patriarcal combat sans relâche la servitude, l’anarchie et la corruption des mœurs. C’est ainsi qu’il se montre l’infatigable antagoniste des gouvernements contraires à la république. Leur résistance sera proportionnée aux moyens que nous leur avons déjà observé. »

« Comme la nature a balancé dans le citoyen l’esprit de liberté par l’esprit d’obéissance, elle a placé dans le père le pouvoir et l’affection pour le… d’un mutuel contrepoids. Elle a donné à ces deux mobiles une réaction toujours égale, de manière que la prépondérance du pouvoir n’amenât jamais le (44) despotisme domestique, et que le triomphe de l’affection ne pût reproduire dans la famille les funestes excès de la démocratie. Ainsi le législateur qui a voulu supprimer le pouvoir et conserver la tendresse, privant le père de ses droits et lui laissant ses obligations, n’a pas seulement commis une injustice, il a été directement contre les vues de la nature. »

« Ainsi l’action extérieure du pouvoir patriarcal dans la famille, n’est pas moins que son action extérieure conforme aux vrais principes de la liberté sociale. Il sera donc le premier pouvoir, le pouvoir constituant de la république.

A ce titre il devra être placé dans une indépendance entière des autres pouvoirs, et l’enceinte domestique où il exerce son autorité devenir un sanctuaire inviolable à l’action de la puissance publique.

La seule intervention du magistrat civil détruirait bientôt tout le pouvoir du chef de famille. Ces magistrats domestiques si terribles au despotisme … leurs efforts réunis, isolés au-dedans, ne pourraient y lutter contre la plus faible des autorités publiques. A peine le magistrat civil aurait-il obtenu quelques droits sur l’intérieur de sa famille, qu’on n’y (47) reconnaîtrait plus d’autre domination que la sienne. » [ii]

La seconde partie est consacrée aux limites. [av2]

« Je distinguerai dans le pouvoir patriarchal les personnes sur lesquelles il devra être exercé, de l’action même de ce pouvoir. Et parmi les personnes qui devront lui être soumises, j’attirerai d’abord vos regards sur cette épouse destinée à semer de fleurs la carrière que va parcourir le père de famille. Nous l’apercevrons, dans les origines de tous les peuples, soumise à la même subordination que ses enfants. Il semble que les premiers hommes, observant entre les femmes et les enfants tant de rapports pour la grâce et pour la faiblesse, s’étaient plus à les confondre dans les mêmes devoirs et soumission.

Le même principe se remarque aussi dans les opinions patriarcales des siècles héroïques ; on n’y attribuait qu’au père suivant Eschyle le bienfait de la procréation d’où naissent les droits de la puissance. On regardait la femme comme un simple dépositaire, qui reçoit le (50) germe dans son sein, et le conserve quand il plaît aux vieux, aussi pour venger un père, ou remplir son arrêt, Oreste et le fils d’Emphiaraus n’hésitèrent-ils pas de souiller leurs mains du sang maternel, et furent-ils absous par les dieux.

Lorsqu’ensuite les gouvernements furent organisés, toutes les républiques soumirent les femmes à une sévère discipline domestique. A Sparte elles vivaient obscures et retirées dans l’intérieur du ménage, d’où elles ne pouvaient sortir que voilées. C’était un attentat à leur pudeur que de parler d’elles, même avec éloge. A Rome elles furent toujours soumises au pouvoir d’un mari comme sa propre fille, ou à celui d’un tuteur qui exerçait sur elles l’autorité paternelle et il paraît, dit Montesquieu, par une expression vulgaire qu’elles étaient extrêmement gênées.

L’intérieur des familles offrait alors un spectacle aussi pur qu’enchanteur. Nombreuses et toujours réunies, on y trouvait sans sortir de l’enceinte domestique des plaisirs que rendaient plus troublants les affections de la nature. Les mères dans le secret du ménage s’exerçaient aux devoirs de la maternité. De jeunes filles (51) charmantes s’abandonnaient sans contrainte aux folâtres goûts de leur âge. Elles étaient ensuite l’ornement des fêtes publiques, où elles entraînaient sur leurs pas une jeunesse enivrée.

[t3] « Mais, ajoute Montesquieu, tout le système politique à l’égard des femmes changea par l’établissement de la monarchie, qui veut qu’elles soient parfaitement libres, et exemptes de la discipline domestique. » Je n’entreprendrai ni la discussion de ce principe, ni l’examen de son influence sur les usages de la monarchie. Je me contenterai d’offrir ce tableau simple et fidèle des mœurs monarchiques.

Tableau des mœurs monarchiques [t4]

On ne vit plus dans les assemblées et les fêtes publiques ces jeunes vierges timides dont les charmes semblaient promettre à l’hymen une alliance inviolable avec l’amour. Ces fleurs si touchantes virent se faner loin des regards leurs grâces et leur fraîcheur. La contrainte et une clôture sévère remplirent d’amertume leurs plus beaux jours, et détruisirent cette ingénuité séduisante bien plus sûre pour enchaîner tous les cœurs que la réserve hypocrite que l’a remplacée. (52) Les jeunes gens qui, au milieu de ces assemblées, étaient conduits à des liens vertueux par la douce impulsion de la nature, furent par la même pente entraînés vers le vice. Une épouse vive, sémillante, déployant toute la coquetterie d’une jeune fille, leur inspira des feux impurs avant même qu’ils les eussent pu soupçonner illégitimes. Leur âme confiante, et impétueuse s’y abandonna sans aucun frein. Mais quand la première effervescence de leurs passions fût calmée, quand ils reconnurent que nos mœurs avaient détruit la vraie félicité conjugale, pour ne mettre à la place que ces plaisirs si courts et si troublés, quand ils eurent été poussés tour à tour dans ces réformes inutiles par leurs remords, dans de honteux écarts pour leur désespoir, ils finirent par prendre en haine ces institutions sociales si constamment contraires à tous les vœux de la nature.

Peu à peu ces assemblées devinrent journalières. Les hommes abandonnèrent pour s’y rendre, l’intérieur d’une famille désunie et d’un ménage que n’animaient plus celles qui devaient y présider. Ils n’eurent plus pour leurs épouses, sans cesse entraînées dans le tourbillon (53) du monde, cette douce confiance qui est le vrai charme de l’hymen et de la paternité. L’affection conjugale et paternelle s’éteignit peu à peu, des attachements vicieux et déréglés en prirent la place. Le libertinage adopta les formes séduisantes de la politesse des mœurs. L’adultère s’y montra sous les dehors d’une conquête flatteuse, et les attraits du vice achevèrent d’inspirer des dégoûts pour les plaisirs simples de la famille.

Les épouses elles-mêmes finirent par redouter ceux de la maternité. Ils coûtaient à leur faible taille la tournure svelte et élégante. Ils détruisaient les formes d’un sein enchanteur. Ils altéraient rapidement tous ces charmes sur lesquels elles fondaient tous leurs triomphes. Elles finirent par abandonner leur nourrisson à un sein mercenaire, et par craindre leur propre fécondité. C’est ainsi que les deux sexes se corrompaient l’un par l’autre. Les femmes sacrifiaient tout au destin de briller dans les Cercles. Pour remercier le monarque de les avoir égalées aux hommes, elles parvinrent peu à peu à changer les hommes en femmes, et il régna sans partage sur les deux sexes également dénaturés. 54

Quand les idées républicaines commencèrent à prendre crédit dans notre patrie, il s’éleva quelques voix en faveur des mœurs patriarcales. Un philosophe éloquent parla aux mères le langage du cœur et de la vertu. Il embellit des charmes de son style, les charmes trop dédaignés de la nature. Mais les réformes partielles qu’il produisit étaient trop incohérentes avec les mœurs monarchiques. Les épouses, dont la jeunesse avait été la victime des privations et de la contrainte, ne pouvaient y joindre celles qu’exigent les fonctions maternelles. Elles tâchèrent donc de les allier aux plaisirs de la société. Les fêtes et les spectacles furent troublés par les criailleries importunes des enfants. Ces mères, allaitant leur nourrisson au milieu des cercles, blessèrent la modestie et n’excitèrent chez les hommes que des dégoûts.

On les convainquit enfin que les fonctions maternelles ont presque besoin de ce voile modeste qui couvre les plaisirs de l’hyménée ; que le tracas des enfants perd tout son intérêt hors de l’intérieur domestique ; que ce prisme heureux, ouvrage de la prévoyante nature, qui embellit de tant de charmes l’enfant et la mère, n’agit que sur les yeux paternels. (55) Mais, pour bien juger toute la force de ces illusions, observons ce père qui sur les genoux d’une épouse chérie, contemple le fruit d’une tendresse commune. Observons l’ardeur de ses transports souvent plus vive que dans la première ivresse de son amour et reconnaissons l’erreur de ces femmes délaissées qui, pour ranimer les feux d’un époux volage, ne désirent que de pouvoir emprunter la ceinture de Vénus. [t5]

C’est donc seulement dans l’intérieur domestique que l’épouse conserve ses véritables charmes. Là aussi se borne son empire, dédommagement de ses souffrances, ouvrage de son esprit et de son adresse, et par lequel elle se pense l’égale de l’homme qu’elle gouverne en lui obéissant, comme dit Rousseau. [iii]

Tout, dans ces cercles qu’elles rendent si brillants, concourt à ravir aux femmes cet empire domestique premier objet de leurs vœux. C’est là que les hommes, épuisés par le travail et les affaires, vont chercher les délassements qu’ils devaient jadis aux grâces folâtres de leur épouse. C’est là qu’ils prennent le dégoût de ses charmes sans fard, au milieu de cette coquetterie (56) d’esprit et de parure, sans cesse excitée par la rivalité des prétentions et des conquêtes. C’est là enfin qu’ils apprennent sans degrés à subjuguer les femmes en les attaquant avec leurs propres armes.

Aussi voit-on constamment ces jeunes efféminés, que les femmes ont amollis, qui rivalisent avec effet de grâces et de parure, se confirmer par des … constants dans le mépris de tout le sexe et dans une vaine confiance. Ce sont eux qui ont mis les agaceries à la place des entreprises audacieuses, qui, aux brûlantes expressions de l’amour et du désir, ont substitué des flatteries ridicules. On leur doit cette galanterie qui n’est pas de l’amour dit Montesquieu mais le léger, le délicat, le perpétuel mensonge de l’amour.

Voilà comment les épouses ont (incompréhensible : ont vu prince pour par sa la perte de leur empire l’oubli de leurs devoirs). Elles eussent appris les dangers qui les menaçaient, de ces femmes spartiates qui régnaient en souveraines dans ces ménages où elles paraissaient si asservies. Loin de chercher à amollir les hommes par leur commerce, elles eussent du réfléchir sur cette réponse de l’épouse de Léonidas à une étrangère « c’est parce que nos maris sont (57) vraiment des hommes que nous avons tant d’ascendant sur eux ».

Elles puisèrent le même empire chez les romains dans leur clôture domestique et la discipline sévère ou elles s’y trouvaient assujetties. « C’est des femmes, dit Rousseau, que vinrent à Rome toutes les grandes révolutions. C’est par elles qu’elle fut sauvée des mains de Coriolan. Leurs vœux et leurs deuils furent toujours consacrés comme le plus solennel jugement de la république ». (…) (58)

Les épouses doivent donc désirer le retour du système domestique des Romains, si elles veulent revivre encore les succès brillants des Vésuries et des fabia. Leur propre intérêt se joint donc au principe d’un chef unique, pour leur assigner, dans la famille de leur époux, le rang et les devoir de sa propre fille.

Les enfants naturels

Mais à quel rang, dans quelle famille, placerons-nous les enfants dont la naissance, ouvrage d’une conjonction illégitime, n’est avouée que par la nature ?

Le législateur romain refusa de reconnaître leur père qui ne peut, dans une société bien instituée, être indiqué que par le mariage. Mais comme la nature désigne toujours la mère, l’enfant reçut sa place dans la famille maternelle.

Par une suite logique de ce seul principe et sans aucun effort, tous les citoyens eurent leur place dans la société, et trouvèrent dans les conséquences naturelles de leur conduite leur punition ou leur récompense. Le père qui avait dédaigné les formes conservatrices établies par les lois sociales, ne peut réclamer le (59) titre et les droits paternels et néanmoins il entendit gémir ses entrailles pour cet aimable fruit de ses plaisirs. Il trouva un charme particulier dans ses caresses solitaires, et les plus tendres soins de l’amour lui parurent suffire à peine pour les mériter. Ainsi l’enfant ne fut privé qu’en apparence des effets de la tendresse paternelle et le père seul perdit ses avantages civils qui les récompensent. »

Passages sur l’enfant adultère.

Le père dans le régime monarchique

« Mais dans le régime monarchique, le mariage ou la majorité des enfants ouvrait au père une carrière douloureuse d’abandon et d’isolement. Sans autorité et sans fonctions domestiques, il ne semblait plus dans la société qu’un membre inutile borné aux témoignages rares et (67) périodiques d’un respect dicté par la bienséance. L’extérieur domestique n’offrait plus à ses yeux qu’une solitude profonde. Les glaces de la vieillesse pénétraient son cœur avant l’âge, sans que jamais l’amour filial vint le réchauffer de sa flamme bienfaisante.

S’il allait chercher des distractions dans les cercles brillants du monde, il les trouvait dominés par une jeunesse indisciplinée. Il était contraint d’en souffrir tous les dédains et les caprices, d’en imiter les manières puériles et évaporées, et de déguiser comme un opprobre ces cheveux blancs, symbole auguste de sa sagesse, de l’expérience et du calme des passions. C’est ainsi que, suivant l’expression de Savari, le vieillard qui avait été un père sensible mourait avant qu’il descendit au tombeau. Tel est le sort que (…) fit entendre sur nos théâtres les plaintes touchantes.

Aussi les exhortations du législateur monarchique m’ont-elles semblé toujours une dérision odieuse. Il menaçait les célibataires de l’abandon de leur vieillesse comme si celle du père de famille, qui avait consumé sa jeunesse et sa fortune pour l’éducation et l’établissement de ses enfants, eut pu faire l’objet de (68) leur envie. Comme s’il n’eut pas été assimilé à cet animal lent et vigoureux qui partage les fatigues du laboureur. On l’épuisait comme lui dans sa jeunesse pour ses services pénibles ; on le sacrifiait comme lui dans sa vieillesse non aux (…) mais à l’isolement et au mépris.

Que les lois monarchiques se bornent donc à atteindre les célibataires par leurs dispositions pénales et coercitives et donnent à l’Etat des pères de famille comme elles lui donnent des soldats, par des enrôlements forcés. Qu’elles laissent aux saintes lois républicaines ces exhortations touchantes et ces expressions persuasives qui manquent si rarement leur effet. Qu’elles leur laissent surtout les suites ( ?) si justement dues à leur sage système d’encouragement et de récompenses. » 69

« Ne désespérons pas de voir se rouvrir encore ces sources de la prospérité générale. Déjà nos premières lois républicaines ont établi des fêtes et un hommage public pour la vieillesse. Il ne reste plus au code civil qu’à replacer les vieillards à la tête de leur famille, alors la jeunesse accoutumée à les respecter dans les foyers, s’empressera de leur offrir les magistratures. On appréciera les talents et le caractère par la conduite (70) domestique, et les grandes places pourront être à la fois le mobile et le prix d’une large administration intérieure. »[t6]

« Ainsi le pouvoir de chef de famille, attribué à l’aïeul commun, ne cessera qu’avec sa vie. Mais admettrons-nous l’Emancipation des divers membres de la famille ? ne la soumettrons-nous à aucune limite ? n’en ferons-nous jamais un privilège légal en faveur des magistrats de la république ?

Le système monarchique n’apercevant dans le père de famille que ses obligations, devra l’empêcher de s’y soustraire. Il défendra comme ses constitutions impériales d’émanciper un fils de famille sans son aveu. Il pourra même exiger, à l’exemple de la coutume de (72) Bretagne, que le fils réclame l’émancipation pour son propre avantage.

Du reste il fera de l’émancipation comme de la puissance paternelle un simulacre. Il en ôtera les formalités antiques, qui attachaient à l’abdication même de ce pouvoir tout son caractère d’éclat, et de grandeur. Ces formules consacrées auxquelles la présence et l’acceptation du magistrat suprême donnaient toute la solennité des lois de la république. Il n’exigera pour l’émancipation que les formalités du contrat civil le plus obtenu. Il ôtera aussi tous ses effets. Il voudra que le fils quoique émancipé soit toujours considéré comme membre de la famille, à l’exemple de Justinien. Il le dispensera seulement de ses obligations, et lui conservera tous ses droits et ses avantages.

Du reste l’esprit républicain qui anime le pouvoir patriarchal fera une loi au monarque de soustraire à cette influence les magistrats auxquels il délègue son autorité et confie la propagation de ses principes. Mais il n’aura pas besoin d’ordonner leur émancipation, s’il en a indirectement étendu le privilège (73) à tous ses sujets par la destruction du système patriarchal des familles. C’est ainsi que Justinien borna le privilège de l’émancipation à la dignité de patria. C’est ainsi que nos rois ne songèrent pas à l’accorder aux magistratures inférieures. Mais pour juger s’ils étaient retenus par la crainte de l’avilir ou par l’ignorance de leurs vrais intérêts, voyons-les en faire la récompense des chanteurs de leurs théâtres et leur présenter l’émancipation de la même main qui les plaça au dernier rang de la société. ( ????)[t7]

La République, par un système contraire, donnera au père de famille une liberté illimitée de renoncer à ses droits pour l’émancipation. Elle se gardera aussi de la réduire à une simple formule ; elle lui donnera dans toute son étendue l’effet de rompre tous les liens qui unissent un père à son fils ; elle rendra à ce dernier l’usufruit de tous les biens qui lui appartiennent[t8] , et ne mettra aucune condition au prix glorieux des soins et de la tendresse filiale.[t9]

Mais devra-t-elle soustraire ses magistrats au joug de la puissance paternelle, et les déclarer émancipés (74) dès le moment où, par leur nomination, elle les détache de leur famille pour les consacrer exclusivement à la chose publique ? tel ne fut point le système de la république romaine : « elle voulut dit … l’Halicarnasse que, jusque dans l’exercice de leurs fonctions, ses magistrats restassent soumis au chef de leur famille. Le peuple même quoique si jaloux de son autorité soumettait ses tribuns à ce pouvoir créé par la religion et par la nature. [t10]

On n’avait pas seulement pour motif cette considération puissante que, dans un état où presque toutes les fonctions publiques sont temporaires, l’émancipation des magistrats doit produire une désorganisation rapide dans toutes les familles. On avait encore observé que l’influence du pouvoir patriarcal était favorable à la meilleure administration des affaires. On savait qu’un vieillard respectable craindrait sans cesse que le soupçon d’avoir inspiré ou toléré les prévarications de son fils ne planât sur sa tête, et que l’ignominie ne souillât ses cheveux blancs prêts à descendre au tombeau. Son patriotisme, ses talents (75) sa longue sagesse, étaient comme les garants des magistrats que la république choisissait dans la famille. C’était lui qui leur apprenait à soutenir leur dignité, comme on le voit pour l’exemple de Fabia (fabius). Sa constante censure les contenait quand, entraînés par les passions ou la séduction du pouvoir, ils avaient éludé jusqu’à la surveillance républicaine. « C’est ainsi, dit Bodin, que le pouvoir patriarchal sauva plusieurs fois la république d’une chute inévitable ». C’est ainsi qu’il rompit tous les projets de Cassius qui, enivré de ses honneurs et de ses triomphes, osait aspirer au pouvoir suprême. Déjà dans son troisième consulat, ce perfide magistrat cherchait à séduire la multitude par des distributions de grains et la promesse d’un nouveau partage des terres. Mais son père le cita au tribunal de famille, et, l’ayant déclaré coupable, le fit battre de verges et punir du dernier supplice.

Ainsi la république n’attachera point aux dignités qu’elle confie le privilège de l’émancipation. Elle devra plutôt rendre grâces à la nature d’avoir (76) placé auprès de ses magistrats un censeur aussi recommandable pour son intégrité que précieux pour sa vigilance[t11] . »

L’éducation domestique et l’éducation publique.

« Semblable à la République, dont elle doit être le vrai fondement, cette éducation patriarchale a eu deux extrêmes. L’éducation domestique de nos monarchies, et l’éducation publique.

On ne pourrait se faire une juste idée de la prodigieuse division établie dans les familles par le système monarchique, si les exemples n’en frappaient partout nos regards. Un de nos économistes … en général les familles des campagnes à cinq … … (90) et cette proportion lui semblait trop forte pour celles de la ville.

Il n’est pas possible de concevoir l’éducation domestique dans ces familles autrement que comme une action continuelle et exclusive du père sur le fils. Du père qui dicte des leçons de morale, du fils chez qui elles provoquent l’ennui et la haine de la vertu ; du père dont la surveillance active exige le sacrifice de ses affaires, de ses plaisirs, de ses liaisons de choix, du fils qu’elle réduit à l’intérieur solitaire de la maison, à une société monotone et trop inégale à son âge ; du père qui est contraint d’adopter des manières, des idées, des formes puériles, du fils chez qui la charmante et naïve pétulance, fait place, avant l’âge, à une retenue gauche et déplacée. Tous deux se dénaturent dans ce contact habituel. Tous deux deviennent inhabiles au commerce de leurs égaux et aux fonctions sociales.

Je n’ai pas fait mention de l’éducation domestique ouvrage d’un instituteur mercenaire[av12] , parce qu’elle offre les mêmes inconvénients, et bien moins d’avantages ; mais je ne puis passer sous silence le seul remède que propose (91) l’auteur de l’Emile aux vices de notre éducation domestique ; il prouvera que nos plus sages observateurs avaient été entraînés loin de la nature par les préjugés de la monarchie « qu’un père, dit il, se fasse l’ami de son fils ; la nature a déjà fait la moitié de l’ouvrage ».

Il est aisé de se convaincre que la nature n’a pas établi du père au fils des rapports d’amitié mais des rapports de subordination et de tendresse ; elle ne l’a pas destiné aux sentiments d’égalité d’un ami ni à la tendresse efféminée d’une mère ; elle en a fait le chef, le guide et l’appui de son fils. Les lois monarchiques qui ont ôté son pouvoir ont détruit sans ressource le nerf de l’éducation domestique. » 92

« La préférence généralement donnée dans les monarchies à l’éducation publique, n’avait donc pas de cause dans la mauvaise volonté des pères, mais dans les vices nécessaires de l’éducation domestique. Pour apprécier l’influence de cette éducation publique sur les mœurs et sur la vertu, suivons à Rome ces professeurs de morale que la ville d’Athènes y envoya sous la censure de Caton l’ancien. Dès les premières leçons qu’ils donnèrent dans la ville, Caton provoqua un décret du sénat qui leur ordonna d’en sortir : « qu’ils s’en retournent dans leurs écoles, disait-il, qu’ils y corrompent par leurs subtilités les enfants des Grecs. Il suffit aux nôtres (93 de la discipline domestique, de l’amour des lois et des mœurs anciennes. »

Ce sage Romain prévoyait le danger des institutions de morale (…). Il savait qu’il importe plus de peindre la vertu sous des traits séduisants, que d’en offrir des théories sublimes ou compliquées, et d’en inspirer aux enfants l’amour et l’enthousiasme, que de charger leur mémoire de ces principes froids et abstraits qui ne vont ni à leur cœur ni souvent même à leur intelligence.

Aussi la vertu des Romains n’était point encore en paroles. Débarrassée des règles et des préceptes, elle développait dans ses actions des formes originales, une franchise de mouvements, que l’hypocrisie eut essayé vainement de contrefaire.

Nos jeunes gens au contraire quittent les écoles de nos instituteurs de morale, l’imagination exaltée par leurs théories sublimes. Mais bientôt ils voient agir les hommes ; ils découvrent que ces fastueux (94) préceptes sont bornés à régler l’extérieur et que s’ils ne masquent pas toujours dans madame Merteuil la plus atroce délicatesse, ils déguisent au moins la plus lâche indifférence pour la vertu. Devons nous être surpris qu’ils finissent par mettre la vertu en problème, et par confondre ses formules avec celles de la politesse.

Mais ces inconvénients étaient inévitables dans nos monarchies qui, en supprimant les familles patriarchales, avaient détruit le sanctuaire naturel de l’éducation. Nous étions contraints de recourir à des institutions de morale, de disperser nos enfants, comme dit Rousseau, dans des couvents et dans des collèges, d’acheter leur éducation par l’indifférence et l’oubli de tous les liens de la nature.

Ainsi, pour inspirer les mœurs, le patriotisme et la vertu, l’éducation publique ne pourra soutenir la concurrence de l’éducation patriarchale. Mais en sera-t-il de même pour l’instruction et le développement des talents ? n’aurons nous pas à regretter pour cette partie importante de l’éducation, ces instituteurs qui consacrent leur vie entière à l’enseignement et (95) à l’étude, ces nombreuses réunions d’élèves ou, par un choc continuel, tous les talents s’électrisent et se perfectionnent ?

Distinguons deux époques dans l’éducation. La première qui finit vers l’âge de la puberté, fut toujours destinée aux éléments généraux de la morale, des lettres et des sciences. La seconde avait pour objet le perfectionnement de l’éducation, et les études particulières et approfondies qu’exigeait de chaque élève la profession où l’appelaient ses talents et les circonstances. Nos collèges avaient pour but la première éducation, les universités, les écoles des arts étaient bornées à l’objet de la seconde.

Les collèges doivent leur institution aux vices de notre éducation domestique, et deviendraient inutiles dans le système patriarchal. Les enfants recevraient donc les premiers éléments des arts et des lettres sans quitter la demeure paternelle.

Mais si une éducation libérale exigeait le concours d’un grand nombre de maîtres, et qu’il fallût ou les diriger ou les suppléer à ceux que n’offrent point les (96) petites villes, il sera indispensable alors d’avoir recours à un instituteur. »

Propose que le mercenaire, pour n’être pas réduit au rang de domestique, soit adopté comme un fils par le père. « C’est alors aussi qu’on verra se former d’excellents instituteurs. L’hommage de l’adoption rendu par une famille illustre et opulente au talent sans naissance et sans fortune, excitera l’émulation des jeunes gens qui se destinent à cette carrière. Aucun travail ne les rebutera, parce qu’aucun … ne sera interdit à leurs espoirs, et leurs efforts se mesureront à la grandeur des récompenses.

Cette émulation générale qui aura multiplié les bons instituteurs, tournera à l’avantage des familles moins opulentes. Et d’ailleurs une longue réputation de probité et de vertu peut, dans une république, suppléer à l’éclat des grands talents et des richesses, et faire briguer avec chaleur l’adoption d’une famille qui l’a méritée.

Ainsi les enfants ne quitteront point leur famille ; ainsi toutes les habitudes de leur premier (98) âge se lieront à l’amour des mœurs, au respect des lois sociales, et aux affections domestiques. Mais l’âge de la puberté commencera une seconde époque, non pour ceux que la nullité des talents et de la fortune appelle aux travaux ordinaires de l’agriculture et des arts, car ils n’ont plus d’autre éducation à recevoir que pour l’habitude même de ces travaux. Cette seconde éducation deviendra seulement nécessaire à la classe bien moins nombreuse des jeunes gens que leur fortune, leurs talents ou leur naissance, destinent aux fonctions publiques, à la culture des arts et des lettres, ou aux professions libérales.

Alors les écoles publiques deviendront nécessaires, mais le régime patriarchal leur assurera des instituteurs qui en écarteront les dangers. On ne verra plus, comme dans nos universités, la jeunesse puiser des inclinations vicieuses et corrompues, à la source même des connaissances et des Lumières. Les instituteurs subrogés à tout le pouvoir paternel, et réunissant tous leurs jeunes élèves dans une même enceinte comme une seule famille, les contiendront par une discipline (99) sévère, qui ne tournera pas moins à l’avantage des études qu’à celui des mœurs.

C’est ainsi que l’éducation publique se liera à l’éducation patriarchale, et que, de leur union, résultera l’éducation la plus parfaite. Comme la première époque de la vie aura nourri et fortifié dans l’enfance les affections de la famille, cette seconde époque développera dans la jeunesse des affections non moins importantes, les affections sociales. Parmi les jeunes gens de diverses familles, et dans cet âge de la franchise, on verra se former ces heures fraternisations dont nous avons apprécié toute la force et consacré l’usage, par l’expression proverbiale d’Amitiés de collège. Ceux des familles distinguées élèves qui, dans le sein de familles distinguées, auraient été nourris dans des sentiments contraires à l’égalité républicaine, s’accoutumeront par degrés à reconnaître la supériorité du talent et des vertus sur les plus grands avantages de la naissance, et de la fortune.

Mais déjà le fils de famille a perfectionné par (100) l’éducation ses facultés physiques et morales. Déjà la nature l’appelle à transmettre l’existence, la société réclame de lui des citoyens, il va par le mariage ajouter une branche nouvelle à cette famille dont il deviendra le chef à son tour.

Si nous voulons juger l’influence du chef de famille sur le choix d’une épouse par les abus qu’elle offrait dans nos états monarchiques, nous croiront ne pouvoir lui imposer des limites trop resserrées. Mais examinons la nature et la source de ces abus, et nous verront bientôt combien ils sont étrangers au système patriarcal.

Au moment du mariage de son fils, le père semblait recouvrer l’autorité que les lois s’étaient efforcé de lui ravir. Il voyait à ses genoux ce fils jusqu’alors si peu soumis, solliciter avec bassesse des bienfaits d’où dépendait son existence sociale. Mais l’éclat rapide dont brillait alors le pouvoir du père en présageait le dernier soupir, et le législateur ne semblait jamais le lui rendre, que pour lui imposer des obligations et des sacrifices. » [iv]

Par une conséquence inévitable, le père de famille ne (101) s’occupait alors que de ses intérêts si indignement méconnus par le législateur. Il abusait avec le plus entier égoïsme de ce pouvoir si précaire, et les injustices dont il était la victime, devenaient l’excuse de celles dont il se rendait coupable.

C’est ainsi qu’il prescrivait le choix d’une épouse sans s’informer de ses qualités personnelles ou des inclinations de son fils. Il mettait peu d’importance au bonheur domestique de ce nouveau ménage étranger au sien ; et sacrifiait tout à l’éclat de la fortune, à l’illustration extérieure des rangs et de la naissance, seuls avantages dont il put retirer encore quelques fruits.

Il hésitait d’autant moins à leur donner une préférence exclusive, qu’il était dans l’âge où l’ambition réunit tous les vœux vers la gloire et les honneurs. Il trouvait même, dans les vices de la constitution sociale, bien des motifs pour inspirer à son fils les mêmes désirs.

« Que pouvez-vous souhaiter, lui disait-il ? les jouissances de la paternité ? mais la loi ne lui a laissé que ses épines. Une femme sensible et vertueuse ? Mais comment la démêler parmi ces jeunes filles dont une contrainte sévère étouffe la naïveté et la franchise, qui (102) ne voient dans un époux qu’un libérateur, et dans le titre d’épouse que le privilège d’en violer impunément tous les devoirs ? [v]

« Ce n’est pas que je veuille vous interdire les plaisirs de votre âge. Je désire seulement vous en éviter les peines. Bornez vous à ces liaisons aimables qui peuvent flatter un jeune homme, qui développent son amabilité, et qui en sont la récompense. Tant que ces roses charmantes se présenteront sous vos pas, sachez dédaigner les insipides pavots de l’hyménée.

« Ainsi vos jours s’écouleront dans les plaisirs en attendant les emplois honorables que vos efforts et les miens obtiendront de la faveur du monarque. Alors un brillant mariage vous rendra l’idole et l’honneur de votre famille, vous donnera des droits à mes sacrifices, et vous assurera toutes les faveurs de la gloire et de la fortune. »

Mais si le fils résistait au langage et aux efforts de l’ambition paternelle, ce n’était le plus souvent que pour se laisser égarer par les illusions dangereuses de l’amour. Je ne parle de cette sympathie qui distingue les êtres intelligents, et qui assure leur réunion en société (103) mais de cet attrait général des sexes qui nous est commun avec les brutes, et qui, produit uniquement par les sens, précède souvent le développement du cœur et de la raison. Pour nous convaincre combien le système monarchique des familles tournait à l’avantage de ce faux amour, observons les fils de famille au moment orageux de la première adolescence et du développement des passions.

Cet instant si critique était marqué aussi par son retour des collèges ; il arrivait dans une famille peu nombreuse, dont il avait été séparé depuis son enfance, qu’aucun pouvoir commun ne tenait réunie, qui vivait dispersée et confondue dans les tourbillons de nos sociétés. Ses premiers élans vers les plaisirs l’y entraînaient à sa suite, et les premiers besoins de son cœur y cherchaient presque toujours un aliment étranger aux affections de la famille.

Avec de telles dispositions, la moindre étincelle allumait l’incendie. La plus légère émotion des sens lui paraissait de l’amour, et l’exaltation de sa tête passait rapidement jusqu’à son cœur. Alors la crainte des écarts du libertinage, la condescendance d’une tendresse maladroite ou efféminée, déterminaient souvent l’aveu de son père qui ne croyait céder qu’au vœu de la nature et de l’amour. (104)

Mais bientôt le bandeau tombait des yeux du jeune époux. L’effervescence de ses désirs se calmait. Son cœur acquerrait de la maturité et de l’expérience. Il rencontrait celle que la nature avait destinée à lui inspirer le véritable amour. Dans son désespoir, il maudissait la funeste condescendance de son père. La discorde, l’infortune, souvent même le libertinage, désolaient à l’envi son hymen précoce. Les pères ambitieux triomphaient de ce terrible exemple, et, pour les funestes erreurs du faux amour, ils parvenaient sans peine à décrier celui qui méritait tous les hommages.

C’est ainsi que l’ambition et le faux amour se disputaient dans nos familles monarchiques le droit de corrompre les mariages, et de tourner ( ?) au malheur de l’homme cette institution destinée par la société et la nature à le consoler des maux de la vie. Voyons s’il en était de même dans les familles patriarchales de la république romaine.

Le passage à la première adolescence était presque insensible dans ces familles. Comme elles étaient nombreuses et toujours réunies, les plaisirs innocents de l’enfance éloignaient longtemps les désirs inquiets qui les rendent insipides, et les plus vives affections de la nature, fortifiées (105) par l’habitude, entretenaient dans les cœurs ces émotions douces qui donnaient le change au premier accès des passions. Si quelque fois ces mouvements brusques et inquiets le trahissent au dehors, un frein d’autant plus doux qu’il était dirigé par une main plus assurée, réprimait aussitôt et dissipait sans peine cette fougue passagère.

Ainsi s’achevait sans aucun trouble le développement du cœur. Bientôt devenu assez éclairé pour dissiper les illusions des sens, assez ferme pour n’être pas entraîné à de vains caprices, assez calme pour résister à l’impulsion d’une imagination exaltée, il obtenait une entière confiance. Un choix dicté par le véritable amour devenait le garant de sa constance, et le présage infaillible d’un hymen fortuné.

Mais la sage organisation de ces familles n’avait pas seulement l’avantage de défendre le jeune homme contre les prestiges d’un faux amour, elle le protégeait aussi contre les calculs intéressés de l’ambition de son père. Comme le jeune homme avait connu le véritable amour pour avoir dissipé les illusions des sens, le vieillard qui gouvernait la famille, avait été ramené à le regarder comme l’unique source du bonheur, pour avoir reconnu (106) par l’expérience le … (viuve) des honneurs, de la gloire et de la fortune. Son âme prête à se détacher du corps n’éprouvait plus l’empire de ses passions tyranniques, image de la divinité sur la terre il fait comme elle à ses pieds le vain nuage des erreurs et des folies humaines.

S’il se promettait encore quelque jouissance, il n’espérait seulement du bonheur domestique qu’il allait procurer à son aimable rejeton, des témoignages et de l’expression de la reconnaissance. Si même l’on observe l’extrême tendresse des vieillards pour les jeunes gens, on jugera que la nature les en a fait les premiers protecteurs, et qu’elle s’en plut à multiplier les raisons de rapprochement entre les deux extrêmes de la vie.

A la tendresse du chef de la famille joignons l’affection de la famille entière pour le futur époux, et l’intérêt qu’elle devait prendre à ce nouveau ménage qui allait s’établir dans son sein. Nous aurons ainsi un nouveau garant du bonheur des mariages dans les familles romaines, et un nouveau sujet de croire que le choix d’une épouse était fréquemment évité par le véritable amour et la sagesse.

Telle sera donc l’influence de l’organisation patriarchale (107) sur le bonheur des mariages. Je craindrais d’en compromettre le succès, si je proposais que la décision du chef fût balancée par celle du conseil de la famille. Les membres qui la composent sont trop voisins encore de l’âge où l’ambition exerce tout son empire. Ils ne seraient pas si sensibles que l’aïeul commun aux larmes par lesquelles un jeune homme intéressant sollicite son bonheur avenir.

Laissons donc à cette autorité qu’a établie la nature, le soin d’en remplir fidèlement toutes les vues[t13] . Elle produira sans effort d’heureux mariages, comme elle a été la source de la meilleure éducation. Alors les fruits heureux des institutions de la nature réuniront en sa faveur tous les suffrages. Les philosophes n’oseront plus la calomnier, les gens du monde cesseront de l’insulter ou de la maudire.

Il est temps de considérer, dans le pouvoir patriarchal, son action sur les propriétés de la famille. Elle semble au premier coup d’œil d’une moindre importance. Mais le développement de ses principes nous l’indiquera comme le véritable nerf du pouvoir dont elle fait partie.

(108)

En effet l’usage des peines personnelles coûterait trop de sacrifices au cœur paternel. Il ne serait pas facile de les modifier suivant les âges et les circonstances. Le motif de l’intérêt au contraire agit sur les membres de la famille que les exhortations affectueuses trouveraient insensibles. Sa force s’accroit à mesure que la corruption des mœurs en exige un plus fréquent usage, et que l’avilissement des âmes détruit l’effet des autres mobiles.

L’action sur les propriétés de la famille peut être considérée pendant la vie du père et nous examinerons jusqu’où doit s’étendre son administration et sa faculté d’aliéner. Elle peut être considérée à sa mort, et nous aurons à discuter s’il faut imposer des limites particulières à ses dernières volontés et au testament qui les exprime.

Le législateur de Rome n’avait pas distingué dans la famille les membres qui la composaient. Il n’avait aperçu que le chef à qui elle devait l’existence, qui la gouvernait seul au-dedans, qui seul aussi la représentait au dehors. Il ne distingua pas davantage les biens particuliers aux membres de la famille. Il n’y vit qu’une propriété commune, dont le chef (109) était l’administrateur suprême, et les familles romaines offrirent un tableau touchant de cette communauté de biens, si fameuse dans les premiers âges de l’église chrétienne.

Peut-être ceux qui ont blâmé ces principes, n’en ont-ils pas assez examiné les motifs. Les enfants ne devaient pas seulement au père le bienfait de l’existence. Ils lui devaient aussi cette éducation et cette industrie, sans lesquelles s’acquiert rarement la propriété. Ils lui devaient ces secours de crédit et d’argent, fondement premier et indispensable de leur propre fortune.

C’est ce que les empereurs ont méconnu, quand ils réduisirent par degrés les droits de propriété du père aux fruits obtenus avec ses biens personnels. Mais ils ne blessèrent pas seulement la justice à l’égard du chef de famille. Ils portèrent aussi le coup mortel à la famille elle-même. Le code du tien et du mien s’y introduisit, l’odieuse chicane viola ce sanctuaire jusqu’alors impénétrable, et y entraîna à sa suite tous les désordres dont le pouvoir patriarchal avait su jusqu’à ce moment se garantir.

Bientôt on vit disparaître cette affection qui ne (110) faisait qu’un seul corps de tant de membres divers. Ces rapports si doux de la nature, qui jusqu’alors avaient resserré leur union, ne servirent qu’à rendre leurs querelles plus envenimées. Les serpents de la discorde ayant enfin violé cette terre sacrée, y sucèrent leurs poisons les plus empestés, et répandus ensuite ans la société, l’infestèrent de divisions et de désordres. »

Propose d’établir que le chef de famille soit l’administrateur suprême de tous ses biens f(p. 113) ; Mais la République, contrairement à Rome, ne saurait attribuer le droit sans réserve d’aliénation : trop à craindre qu’il ne décourage les enfants d’un « père injuste ou dissipateur » ; « Je lui proposerai donc de prohiber au chef de famille l’aliénation des biens particuliers à ses (113) enfants, à moins qu’il n’y soit autorisé par l’aveu du sénat domestique. Il ne pourra non plus sans cet aveu refuser les aliments à un des membres de sa famille.

Mais le pouvoir et les droits du père de famille auront-ils le même terme que la vie mortelle ? condamnerons-nous à l’oubli, avec ses restes négligés, ses volontés et sa mémoire ? dédaignerons-nous cette opinion générale des peuples, qui divinisait l’âme paternelle et tous les témoignages de sa volonté dernière. « De tout temps, dit Mirabeau, les hommes ont professé un saint respect pour les volontés des morts. La politique, la morale et la religion ont également concouru pour contrarier ces sentiments. » 114

En résumé (je passe sur les développements concernant la propriété ; l’écriture est difficile à déchiffrer, mais il n’est pas exclu d’y revenir plus tard) :

l’épouse doit être placée sous la dépendance du chef de famille

l’enfant né hors mariage doit être dédommagé du vice de sa naissance par l’exemption des droits paternels ; adoption doit en être la récompense.

Place à la tête de leur famille, ces vieillards que la société laisse inutiles et abandonnés : qu’ils ne puissent être privés de leurs droits que par la mort ou par une émancipation volontaire.

Le pouvoir du père de famille sur les personnes : naissance de l’enfant (prévenir les abus de l’infanticide) ; à l’âge de son éducation, les limites pourraient être inspirées par les avantages de l’éducation publique ; à l’époque de son mariage, l’importance du choix qui le précède pourrait encore offrir un motif suffisant pour réclamer ces limites.


[i] Cf. Journal général de la littérature de France…, Paris, p. 306.

[ii] Nougarède, mémoire n°2, concours de l’an 7. Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « An VII, 1798, Législation, Autorité paternelle, mémoires 1, 2 et 3» Le mémoire compte 140 pages manuscrites.

[iii] Nougarède, mémoire n°2, concours de l’an 7. Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « An VII, 1798, Législation, Autorité paternelle, mémoires 1, 2 et 3» Le mémoire compte 140 pages manuscrites.

[iv] Nougarède, mémoire n°2, concours de l’an 7. Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « An VII, 1798, Législation, Autorité paternelle, mémoires 1, 2 et 3» Le mémoire compte 140 pages manuscrites.

[v] Nougarède, mémoire n°2, concours de l’an 7. Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « An VII, 1798, Législation, Autorité paternelle, mémoires 1, 2 et 3» Le mémoire compte 140 pages manuscrites.


[t1]Mémoire défendant le principe du pouvoir patriarcal/patriarchal.

[av2]Aux limites, quand tout son texte s’évertue à imposer la puissance paternelle aux épouses, aux enfants et aux jeunes majeurs ?

[t3]Tous ces éléments se retrouvent également chez Nougarède. Est-il l’auteur anonyme de ce premier concours ?

[t4]Les intertitres sont de moi.

[t5]Pas de doute, c’est bien Nougarède qui a écrit ce texte.

[t6]Magistratures comme prix et mobile d’une large administration intérieure. De la paix et de la prospérité d’une famille on déduira la capacité d’un homme à faire un bon administrateur, un bon magistrat, un bon citoyen. Voir le tableau anonyme du père et de ses enfants, exposé au Grand Palais, issu de l’école de David.

[t7]Faire la récompense de l’émancipation aux chanteurs et acteurs ?

[t8]Emancipation du point de vue patrimonial.

[t9]Réponse indirecte aux tenants de l’équilibre des pouvoirs familiaux, comme Petitain (si c’est bien Petitain qui a écrit ce mémoire que la Commission refusera, in fine, de récompenser parce qu’il récuse toute autorité paternelle).

[t10]Emancipés en tant que propriétaires, les « fils » restent soumis à l’autorité paternelle pour tout ce qui concerne l’exercice d’une magistrature.

[t11]Pour résumer : le père de famille pourra émanciper son fils de la manière la plus solennelle qui soit. Le fils aura l’usufruit de tous ses biens ; en revanche, les magistrats resteront sous le joug de la puissance paternelle.

[av12]Rousseau…

[t13]Je réalise, à le lire, que si l’opposition entre monarchie et république est constante chez les intellectuels de l’époque, elle ne recouvre pas les mêmes « réalités » ; qu’à la domination des familles dénoncée par Bonaparte, est opposée ici, au contraire, leur faiblesse ; et qu’à la famille du code civil structurée par une autorité paternelle protectrice, s’oppose ici un modèle de pouvoir paternel patriarcal, issu du modèle romain.

Si la famille monarchique était lignagère, ce qui est indéniable, elle n’était pas vue, par certains contemporains, comme si autoritaire que cela. Disons peut-être qu’elle était autorisée mais ne possédait pas un pouvoir réel, à la fois tendre, ferme et continu, tel que l’appelle de ses vœux cet admirateur de Rome.

Demeure la question de l’étendue, dans le temps, de l’autorité du père. Je n’ai pas réussi à comprendre ce qu’il devait en être, puisque l’auteur réclame à la fois l’émancipation des fils de famille, et l’extension de l’autorité (morale ?) du père sur le fils majeur devenu magistrat, dont il se porte garant.

Roederer distingue l’autorité patriarchale et l’autorité paternelle

« Je distingue l’une de l’autre parce qu’elles différent essentiellement : l’autorité paternelle, c’est celle du père sur ses enfans ; l’autorité patriarchale, c’est celle du plus ancien père ou ascendant de la famille sur ses enfans, petits enfans et arrière petits enfans, à quelque degré qu’ils soient. De plus, l’autorité paternelle est une relation purement domestique ; l’autorité patriarchale est une relation tout à la fois domestique et politique : ainsi l’indique l’etymologie du mot patriarchal qui est composé de ΛαΤρου père, et de αρΧή, gouvernement. les anciens patriarches étaient rois dans leur famille, leur famille était l’état ; leur dignité était donc naturelle et politique. L’autorité paternelle ne s’étendant que du père aux enfans ne présente aucune idée de pouvoir politique, puisqu’elle ne regarde en rien ni l’ascendant ni les petits enfans, et qu’elle ne peut embrasser l’état social.

Ce n’est jamais que figurément qu’on a dit de quelques monarchies tempérées, c’est un gouvernement paternel : mais il y a des gouvernemens qui fondés sur l’autorité des patriarches et lui servant en même tems de garantie, sont justement appelés quoique par extension gouvernements patriarchaux. Nulle constitution politique nulle institution morale, ne peut donner à un roi pour ses sujets ce que la nature donne aux pères pour leurs enfans : des entrailles. Mais les institutions politiques et morales peuvent fonder l’autorité patriarchale dans les familles sous la garantie des affections naturelles et placer les patriarches sous un monarque que leur puissance domestique, leur exemple, leurs moeurs contraindront à être patriarche lui même. Je ne conçois rien de paternel dans le pouvoir d’un roi de France ; je me prête aisément à supposer l’excellence patriarchale dans le gouvernement de la chine. Un roi de patriarches ne peut être qu’un patriarche lui-même. L’amour paternel n’en souffrirait pas d’autre.

Il me semble au premier coup d’oeil que l’établissement du système patriarchal dans les familles facilite extrêmement l’exercice du pouvoir public et le dispense d’une extrême intensité. En effet un ascendant ou patriarche qui gouverne 8 enfans qui en ont chacun 8 et les femmes ou les maris de ces enfans et petits enfans et répond d’eux à la loi, dispense l’autorité publique de toute surveillance et de toutes actions sur 144 individus en âge de raison [en marge, il ajoute : « dans notre Europe on compte un chef de famille pour 4 individus. à la chine il n’y en a pas un sur cinquante. »] ; au lieu que la division de cette famille en autant de maisons ou familles qu’il y aura de têtes mariées ou majeures de 21 ou 25 ans mettre sous l’autorité de la loi 74 chefs de maison ou de famille. (…) le grand problème est de combiner l’esprit conservateur avec l’esprit d’amélioration et de perfectionnement.

Si cela était impossible et qu’il fallut céder le teneur à l’un des deux, lequel préféreriez vous? L’esprit conservateur, sans difficulté.

Il me parait que le gouvernement de la chine à très bien résolu le problème. Les pères de la famille en sont maitres absolus et conservent les mœurs et les opinions. Les enfans que l’esprit distingue entrent dans le corps des lettrés et deviennent supérieurs à la famille.

Le meilleur fondement de la République dans l’état, c’est la Royauté de famille.

La meilleure garantie de la Royauté domestique, c’est l’égalité républicaine.

Nul homme ne doit être plus maître chez lui qu’un homme libre. »[1]


[1] Il est difficile de dater cette note. Elle est certainement antérieure au concours de l’Institut de 1797 puisque Nougarède, l’un de ses participants, cite Roederer pour distinguer, lui aussi, les deux types d’autorité. Il est possible qu’elle ait été écrite au moment où Roederer rédige un « premier mémoire sur le gouvernement de la Chine », daté du 7 floréal an 6/26 avril 1798. Dans ses archives, les notes de ce premier mémoire se trouvent juste avant celles sur l’autorité patriarchale. AN, série 29 AP, carton 109.