Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

Prologue : Le Mari sentimental (5/5)

Isabelle de Charrière trouvait le roman « misérable »[1] et avait cru nécessaire de protester lorsqu’à tort, un instant, sur la foi d’une édition qu’elle n’avait pas agréée, certains journaux le lui avaient attribué. C’est que pour celle qu’on a considérée comme l’une des dernières représentantes du classicisme dans les lettres, l’emportement, la passion qui s’empare des époux, les larmes qui jaillissent abondamment, la grandiloquence des émotions ne pouvaient apparaître que comme de grossiers stratagèmes. Peu importe. Le roman a un sens, quelle que soit la forme littéraire qu’il emprunte, et il toucha son public. Le Mercure de France et L’Année littéraire[2] en rendirent compte en des termes élogieux – quoique d’une manière en parfaite contradiction avec l’analyse que nous venons d’en donner[3].

dsc_1264

L’interprétation que nous proposons de ces trois romans est inscrite dans notre temps présent et se ressent de tout le chemin parcouru, depuis deux siècles, pour considérer avec un autre point de vue l’attitude de ces deux couples. Nous ne pouvions éviter une telle lecture : rendre, « à plat », les attitudes des uns et des autres, est une entreprise vaine. Sauf à tenter le résumé le plus fidèle possible. Telle n’était pas notre intention : il s’agissait de faire ressortir ce qui, dans ces romans vieux de deux cents ans, pouvait aujourd’hui nous interpeler. Rendre compte « à plat », en outre, si l’entreprise était possible, priverait de toute façon d’un élément essentiel : la manière dont est lu un texte. Ainsi, la critique ne s’est-elle pas privée, de son côté, pour proposer sa propre lecture[4] : il n’est pas certain qu’elle ait, mieux que nous deux cents ans plus tard, traduit les intentions des auteurs. Il est certain que nous avons adopté un point de vue ; et que ce point de vue est plus en empathie avec Isabelle de Charrière qu’avec Samuel Constant de Rebecque. [av1]

Nous rejoignons les critiques de l’époque sur un point : ces ouvrages mettent en scène ce qui habituellement est laissé aux portes du point final : la plupart des romans, regrette par exemple L’Année littéraire, « renferment des intrigues amoureuses qui se terminent par le mariage ; celui-ci, ou ceux-ci, (car il y en a deux) commencent là où les autres finissent. » Et il ajoute, comme pour justifier le désintérêt de la fiction pour les tracas de la vie domestique : « On n’imagine guère que deux personnes mariées soient capables d’exciter un intérêt bien vif. Tous les obstacles qui pouvaient retarder leur bonheur sont levés, et ils n’ont plus qu’à jouir paisiblement des charmes d’une tendre union. Tel est le terme ordinaire des peines et des tourments de nos amoureux de romans et de comédie. Ils ne sont pas plutôt parvenus à l’hymen, qu’ils cessent d’être en spectacle, et qu’ils sont totalement oubliés. (…) Il s’en faut bien cependant que ce moment désiré par deux jeunes cœurs vivement épris, soit toujours pour eux l’époque de la félicité suprême. Souvent (…) ces amants si tendres et si fidèles deviennent quelquefois des époux fort ordinaires. »[5]

L’article laisse bien voir que ce malheur conjugal mis en scène plus ou moins dramatiquement est au cœur des quotidiens qu’on se tisse. La mise en scène de la mort des protagonistes a paru excessive ; mais tout le reste, reconnaît-on, décrit avec précision et réalisme l’opposition des caractères, et ses conséquences désastreuses quand les vies sont vouées, comme c’était le cas à cette époque, à ne jamais se séparer. Le troisième auteur le fait dire à M. Henley s’adressant à sa correspondante. Il existe un gouffre entre ce que décrivent les romans qui s’arrêtent là où tout commence, et la vie ; entre un mariage qui se décide en quelques jours (mais occupe des centaines de pages dans la fiction) et le temps long de l’existence conjugale : « … à votre âge et dans votre état, ce n’est pas des histoires de ménage et de la vie domestique qui intéresseront ; il faut des romans qui conduisent bien une intrigue, et, qui, par des circonstances extraordinaires, amènent, avec beaucoup de peine, deux personnes jusqu’au grand événement du mariage. Cependant, ce n’est encore que là que commence la vie, et même la vie vraiment essentielle ; mais on ne s’en soucie plus : dès que les deux héros, auxquels on s’était vivement attaché, sont parvenus à être ensemble, ils deviennent indifférents ; il semble que l’histoire de l’humanité n’aille pas plus loin, et que tout le reste ne puisse pas fournir des tableaux qu’il vaille la peine de regarder : si l’on en trace quelques-uns, c’est pour les charger ou de grands vices, ou de galanterie ; et assez généralement les choses sont présentées de manière à faire croire que la vertu se réduit à un seul point : sans la fin tragique de Bompré, le narré de la vie bourgeoise était pitoyable et sans intérêt ; un mari qui est tué par les chagrins domestiques de tous les moments ; une femme qui périt par sa sensibilité, et sous les peines de famille, sont indignes de l’histoire, des romans et des drames. »

Qu’en est-il, vraiment, du malheur conjugal tel que le décrivent les trois auteurs de ce triptyque ? Qu’en est-il de cette incompatibilité des caractères féminin et masculin, de celle qu’on peint sous les traits d’un « objet conjugal », fût-elle tyrannique, et de celui auquel on donne le rôle de « sujet absolu », fût-il une parfaite victime ?

Ce prologue a placé une espèce de décor de fond à ce livre, à cette histoire de la conjugalité révolutionnaire. Il a permis de dresser des « types », c’est-à-dire des personnages littéraires marqués ; une intrigue, celle de rapports conjugaux placés sous le signe de l’incommunicabilité ; un contexte enfin, celui de la fin du XVIIIème siècle où les mariages sont non seulement de convenance, mais indissolubles.

A partir de ce décor, nous allons nous aventurer au-delà du roman, dans des lettres qui n’ont plus rien de fictionnelles. Comment les couples de l’époque s’arrangent-ils, eux, de ces difficultés de départ propres à tous ? Si le bonheur fut, au siècle des Lumières, une recherche éperdue, qu’en fut-il dans les couples qui se livrent à travers leur correspondance intime ?

Les couples dont il va être question, dans les pages qui suivent, ne sont pas forcément représentatifs ; mais ils ne le sont pas moins que ceux du roman. Ils s’en rapprochent par le milieu social décrit : une bourgeoisie aisée, sinon fortunée ; une vie quotidienne débarrassée de la plupart des taches domestiques, confiées aux servantes et aux valets ; l’obligation morale autant qu’économique de vivre ensemble, quand les époux de l’élite aristocratique s’appliquent au contraire à vivre séparément, de la manière la plus indépendante possible ; des femmes éduquées qui lisent de la littérature et à qui on commence à confier l’instruction des jeunes enfants, etc.

Ce n’est pas toute la conjugalité révolutionnaire qui apparaîtra dans ces lignes. Mais c’est une conjugalité qui a le mérite de se donner à voir, grâce à l’écriture qu’il nous reste, seule trace, peu s’en faut, de ces morceaux de vies à tout jamais oubliés. Car qui sait, aujourd’hui, de quoi se tissait le quotidien conjugal ? Qui peut dire comment s’articulaient la sentimentalité, les émotions et les désirs dans ces vies quotidiennes ? Comment les époux coopéraient-ils ? Communiquaient-ils aussi peu que les Henley ? Que partageaient-ils, comment décidaient-ils ? Etait-ce aussi simple que chez les Bompré, entre autorité absolue et abdication totale ?

C’est à ces questions, notamment, que répondent les lettres écrites par le couple de Pierre et Amélie Vitet, et celui d’Antoine et Marie Madeleine Morand de Jouffrey.

(Demain, les premières pages de l‘introduction)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Cité, sans nom d’auteur, sur une page du site dédié à Isabelle de Charrière, consulté le 8 juillet 2009 : http://www.charriere.nl/articles/henfr-0.htm

[2] L’Année littéraire, ou Suite des Lettres sur quelques écrits de ce temps, 1785, tome huit, pp. 169- 180. La morale qu’en tire le critique est, à tout le moins, aussi intéressante que les romans que nous venons de parcourir : l’intention de l’auteur n’a été, dit-il, que de « corriger les femmes qui abusent de l’ascendant qu’elles peuvent avoir sur un mari délicat et sensible, et engager les hommes, trop fiers de leur raison, à se prêter avec complaisance aux petites faiblesses et aux fantaisies innocentes d’une épouse qui n’aspire qu’au bonheur de leur plaire et de les attacher. On pourra croire cependant avec raison qu’il n’y a pas dans tout ce que rapporte l’auteur de quoi se laisser mourir de chagrin. »

[3] L’auteur de la très longue critique du triptyque est sensible au malheur des deux maris et condamne non seulement Mme Bompré, mais Mistriss Henley : « étourdie », « extravagante », elle se trompe sur tout et, à force de prendre « la chose bien au tragique », meurt en couches (ce qui montre bien que le critique a confondu en un seul volume les Lettres de Mistriss Henley et la Justification de M. Henley bien que la différence de style l’ait frappé au point de remettre en question cette identité d’écriture.). Quelques torts sont cependant reconnus à M. Henley, notamment son incapacité à exprimer ses sentiments ; mais le plus grand tort est attribué à la « nouvelle » Mistriss Henley qui ressort du tableau brossé par La Justification, « philosophe » et « insoutenable ». Cf. Le mercure de France, n° 16, 22 avril 1786, pp. 186-193. L’ouvrage est disponible sur books.google.fr.

[4] Voir les deux notes supra.

[5] L’Année littéraire, op. cit., pp. 170-171.


[av1]Ce passage m’inspire moyennement. Qu’en penses tu ? as-tu envie d’ajouter quelque chose ? Je ne sais si c’est bien utile.

Prologue : Le Mari sentimental (4/5)

Alors que M. Henley décrit ses modèles éducatifs, différenciés selon le sexe qu’aura leur enfant, il réalise enfin la distance qui sépare les caractères des deux futurs parents. C’est à cette occasion qu’il décide de confier un secret à son épouse. Non qu’il veuille prendre son avis ; ni même qu’il souhaite simplement l’informer d’une décision importante. Il craint qu’elle ne l’apprenne par d’autres. Cela pourrait l’affecter, mais ce n’est pas encore là que réside le motif du dévoilement nécessaire de son secret.  Le problème est qu’en l’apprenant par d’autres, son attitude risquerait d’atteindre leur image aux yeux de l’opinion publique : « vous pourriez être trop affectée, et trop montrer au public, à un premier mouvement de chagrin, que le mari et la femme n’ont pas une seule âme entr’eux, ni une même façon de penser et de sentir. »

Richard Arkwright (J. Wright of Derby, 1789)

Richard Arkwright (J. Wright of Derby, 1789)

Le souci d’afficher l’unité du couple, fût-elle de façade, est une constante du conjugalisme. On la trouve dans Le Bon mari de Marmontel sous une forme paradigmatique lorsque Lusane demande à son épouse de revenir elle-même sur un ordre qu’elle a donné à un domestique, afin de ne pas laisser penser que les époux sont en désaccord. Bompré lui-même ne travaille qu’à réaliser cette unité avec son épouse, trop indépendante pour y parvenir ; et ne rêve que d’une conjugalité placée, comme celle de ses amis genevois, sous le signe d’une seule et même volonté[1].

Le secret de M. Henley révèle, une dernière fois, sa capacité à décider seul de ce qui est bon ou non pour toute la famille. « On m’a offert une place dans le parlement, et une charge à la cour : on m’a fait entrevoir la possibilité d’un titre pour moi, d’une charge pour vous ; j’ai tout refusé. »  S’ensuivent quelques explications de circonstance, le peu de goût qu’il a pour la ville, les affaires, et sa préférence pour « le bien qu’on peut faire dans sa maison, parmi ses voisins », etc. L’important n’est pas là, car ses motivations en valent d’autres, aux yeux de Madame de Charrière. L’important réside dans les raisons de la mise sous secret de cette décision. A sa femme qui le questionne à ce propos, il répond qu’il lui a épargné un chagrin. Car, de ses éventuelles objections, il n’aurait fait aucun cas, la mettant dans la situation de regretter un futur aussitôt évanoui : « Si vous m’aviez opposé vos raisons et vos goûts, vous ne m’auriez pas ébranlé, et j’aurais eu le chagrin de vous en faire un que je pouvais vous épargner ; même aujourd’hui j’ai été fâché d’avoir à vous en parler ; et si je n’avais compris que la chose est devenue, pour ainsi dire, publique, vous n’auriez jamais été informée de la proposition ni du refus. »

Le roman se termine sur le profond désarroi dans lequel cette révélation plonge Mistriss Henley. Isabelle de Charrière ne juge pas nécessaire de prolonger davantage sa démonstration : elle a terminé son portrait de ce couple comme il y en a beaucoup.

M. Henley est l’époux égocentré, indifférent à ce qui concerne sa femme, déterminé au contraire lorsque son propre confort est en jeu, quitte à y sacrifier les goûts, les espérances ou la dignité de son épouse ; un homme qui ne discute pas, n’envisage pas la contradiction ; aussi mesuré dans ses paroles que dans son comportement ; en tout, raisonnable et pondéré.

Une femme tenant dans ses bras le portrait de son mari (D.-A. Chaudet, 1795)

Une femme tenant dans ses bras le portrait de son mari (D.-A. Chaudet, 1795)

Mistriss Henley est l’épouse sensible qui lutte contre un mur de rationalité ; qui voit ses projets et ses initiatives constamment rabaissés ou annulés ; qui obtient quelques concessions dont la légitimité, non reconnue, leur donne un air de fantaisies, ou de caprices ; une mère instrumentalisée, dont seul le fruit importe ; une éducatrice dont le projet pédagogique n’est pas reconnu, flottant entre une plate contestation et une vague approbation ; une femme qui sans cesse doit se situer sur le mode de la divination : elle voudrait être devinée, et elle-même cherche à deviner les « plans » de son époux. Sans échange entre les époux, que reste-t-il d’autre que la communication non verbale ? Mitriss Henley est un « objet conjugal »[2], a-t-on pu penser. Sans doute, aux yeux de son époux qui la côtoie sans jamais entrer en relation avec elle, exerce ses droits sans imaginer un instant que le silence qui accompagne ses ordres soit autre chose que de l’approbation. Le conte, tout aussi cruel que Le Mari Sentimental, se termine par un trait typique d’Isabelle de Charrière : sans trancher, elle laisse planer l’horizon de la mort en même temps que l’espérance de sa propre « amélioration » : « Dans un an, dans deux ans, vous apprendrez, je l’espère, que je suis raisonnable et heureuse, ou que je ne suis plus. » Telle était, sans doute, la conclusion à laquelle était elle-même parvenue Isabelle de Charrière.

A ce conte, qui fit tout autant de bruit que le Mari Sentimental, répondit un troisième personnage. Sous la forme d’un très petit roman d’à peine 75 pages (quand les deux autres en font entre 150 et 200), l’auteur anonyme fait parler, à son tour, M. Henley. Voici la boucle bouclée, du Mari sentimental au Mari raisonnable, en passant par l’épouse sensible.

Car celui qui prête sa voix à M. Henley  est, comme Bompré, un homme que le malheur a, finalement, atteint. Là s’arrête, cependant, la comparaison. Car, loin du sujet absolu, M. Henley finit par rencontrer l’empathie : c’est à un retour sur soi que ce « mari de roman » s’atèle, bourrelé du remord d’avoir laissé sa femme mourir de chagrin. Car, dans la Justification de M. Henley, adressée à l’amie de sa femme, Mistriss Henley décède d’un trop plein de malheur et de désespoir.

L’auteur de cette petite pièce, s’il demeure inconnu, est une personne qui parle au nom des femmes. On pourrait sans trop s’avancer supposer que c’est, comme Isabelle de Charrière, un auteur qui a connu de l’intérieur la condition d’épouse. Car la description des motifs de chagrin chez Mistriss Henley, l’introspection que s’impose M. Henley, le regret qui le mine : tout cela milite en faveur d’un discours féministe[3], sinon féminin.

M. Henley, dans ce petit roman, est devenu veuf. Il écrit à la correspondante de Mistriss Henley pour justifier sa conduite, ainsi que l’indique le titre ; mais son propos est moins une justification qu’un immense mea culpa. Il s’est découvert, en lisant le roman d’Isabelle de Charrière, et malgré le changement des noms. Le narrateur n’est donc pas M. Henley, mais l’homme qu’elle a voulu dépeindre en empruntant ce faux patronyme. L’auteur veut-il faire penser qu’il s’agit de M. de Charrière ? Pourquoi pas, mais qu’importe au fond ? Plus intéressante, l’hypothèse selon laquelle l’auteur lui-même pourrait être l’époux d’Isabelle de Charrière. Si on lui avait connu des talents d’auteur, de l’humour et une empathie particulière pour la cause des femmes, l’idée était plausible. Ici elle n’est qu’amusante et aussi peu convaincante que possible car le portrait que les contemporains ont laissé du mari d’Isabelle de Charrière ne répond à aucune de ces trois conditions.

En outre, le portrait de M. Henley est, d’emblée, une désillusion : « … je ne suis pas de la plus noble figure, point grand, ma taille n’est pas déliée, je ne sais si j’ai des yeux, mais pour les dents, il m’en manque beaucoup, et quand je ris, il me semble que c’est toujours à gorge déployée. Eh mon Dieu ! ma figure ajoute à mes torts, et je devais bien mieux chercher à me la faire pardonner. » Ce n’est donc pas par le portrait physique de M. Henley qu’il s’est reconnu ; mais par les événements décrits et par le portrait de son épouse, sa chère « Marianne d’… ». L’histoire du chat, de la tapisserie, de la coiffure du bal et, surtout, la lettre qu’elle lui envoie.

Ce M. Henley s’adresse donc à l’amie de son épouse pour faire la vérité : connaître ses intentions, en publiant ces « soi-disant lettres » ; et faire connaître ce qu’il était et ce qu’il est devenu.

« Voulez-vous venger votre amie ? Voulez-vous augmenter les tableaux des mauvais mariages ? Hélas ! Ils sont assez décriés ; on ne se défie que trop de la vie domestique, et l’on sait bien que le bonheur s’y trouve rarement. » Voilà encore une fois le ton donné : le mariage de convenance ne saurait faire le bonheur des individus. Il y faudrait l’accord des caractères : mais comment s’assurer qu’il se fera quand on se marie en quelques jours sur la base d’un calcul rapide des avantages et des inconvénients ?

M. Henley propose de continuer l’œuvre entreprise par l’amie de Mistriss Henley en publiant ses lettres, en prolongeant le tableau ordinaire d’un homme ordinaire. On ne sait si l’intention est sincère ou ironique, tant le trait est aigu : « … vous avancerez peu la besogne, si vous ne travaillez d’une manière plus vigoureuse, si vous ne faites sentir avec l’éloquence qui vous est propre, que s’il y a beaucoup de mauvais mariages, c’est la faute des maris ; que les femmes sont presque toujours les victimes ; que bien plus souvent que les hommes, elles sont près de périr par leur sensibilité… ». La charge était moins directe chez Isabelle de Charrière, si l’intention était la même. C’est à boulets rouge qu’on tire sur les maris. La réponse est sans doute autant une réaction aux Lettres de Mistriss Henley qu’au Mari Sentimental : il s’agit d’enfoncer le clou dans un sens, et de taper fort dans l’autre.

D’ailleurs, le Mari Sentimental revient sur le devant de la scène ; dès les premières pages de ce bref roman, on lui impute de graves responsabilités. Il n’a fait « que du mal » : « Il n’a rien appris aux hommes, et il a contribué à affermir les maris dans leurs dures et injustes prétentions : jamais il n’y eut de fiction plus mal conçue. On voit que c’est un visionnaire qui a tout arrangé à sa fantaisie, et qui, dans la dureté de son cœur, s’est plus à exécuter les pauvres femmes, et à jeter un faux jour sur leur tendre sensibilité. Ce livre n’est fait que pour favoriser le célibat et les portraits de famille, deux choses bien inutiles dans la société. (…) En vérité je crois cet Auteur un homme méchant, et pas une femme ne voudrait avoir fait son ouvrage. »

M. Henley repasse en revue quelques événements de leur vie : le changement d’un meuble auquel il apporte un déni tellement catégorique qu’il décourage toute nouvelle tentative de la part de sa femme ; la coiffure du bal qui a provoqué sa jalousie et la galanterie qu’il exerce auprès d’une jeune femme de l’assemblée ; enfin, la lettre que lui avait adressée son épouse. Au sortir de ce récapitulatif, qui est l’occasion pour lui de reconnaître non seulement ses torts, mais les grandes qualités de son épouse, il dresse son portrait psychologique : « j’étais tranquille et flegmatique dans la maison ; je désapprouvais, je condamnais, j’ordonnais avec la dignité et la supériorité convenables à un mari, et je négligeais de faire attention aux moyens et à l’effet ; j’aimais ma femme tendrement, mais je crois bien que ce n’est pas pour elle que j’étais aimable : c’est trop tard que je m’en suis aperçu. Depuis le moment de cette lettre, elle prit un air calme et indifférent, auquel je ne fus pas assez sensible ; je crus qu’une femme paisible était une femme heureuse. »

L’aveu est terrifiant : la paix trouvée par Mistriss Henley est, ni plus ni moins, le commencement de sa fin. Elle a entamé, en réalisant l’étendue et la profondeur de l’indifférence maritale, le renoncement à la vie. L’indifférence, si peu en accord avec son caractère tempétueux, est le premier signe de cette petite mort qui lentement a commencé à progresser en elle. Elle mourra trois mois plus tard.

L’accusation n’est pas terminée : après que M. Henley a terminé de brosser son tableau, la parole revient à Mistriss Henley, une dernière fois, sur son lit de mort. Là où Isabelle de Charrière avait soigneusement évité l’ornière du mélodrame, allant jusqu’à laisser en suspend l’issue de son petit conte, l’auteur de la Justification la prend avec résolution. Mistriss Henley se sait atteinte d’un mal incurable ; son époux, l’apprenant, pleure, se lamente, perd pieds devant tant la dignité qu’elle affiche ; elle demande une dernière fois à lui parler : « Vous ne m’avez jamais connue », dit-elle. Commence alors un long réquisitoire qui forme, sans doute, le plus bel ornement du livre. L’analyse est édifiante et en impose encore : « Jamais mon cœur n’a pu s’ouvrir entièrement à vous : ou vous m’en imposiez, ou des affaires plus importantes vous occupaient ; jamais surtout je ne vous ai vu cette curiosité de l’intérêt et de l’amitié sur ce qui se passait dans mon âme ; vous vous êtes peu soucié de connaître mes premiers sentiments, ou d’examiner ceux qui occupaient mon cœur ; vous voyiez que je vous aimais, et il ne vous en a pas fallu davantage. (…) Mon cher ami, ne me haïssez pas si je vous dis que vous m’avez aimée, et que je n’ai pas été heureuse ; vos sentiments étaient bien ceux que je pouvais exiger, mais ce n’était pas ceux qu’il fallait à un cœur aussi tendre, aussi sensible que le mien : oserai-je vous dire que vous regardiez trop ma tendresse comme un devoir, comme méritée absolument par l’espèce d’attachement que vous m’accordiez ; vous exerciez des droits, et j’aurais voulu ne me rendre, et ne céder qu’à l’attrait, qu’à la certitude de plaire et d’être aimée. Avant notre mariage, vous m’aviez fait croire à l’amour, et je n’ai vu que l’hymen avec son joug ; vous l’orniez de fleurs, mais je sentais toujours son poids ; mon cœur demandait encore du sentiment, et vous en étiez déjà à  l’habitude. Ce fut bien pis, quand j’osai avoir une volonté : elle ne fut pour vous qu’une fantaisie que vous écrasâtes du poids de votre raison. (…) Sans me consulter, vous avez arrangé méthodiquement ce qui devait faire mon bonheur : suivant l’exacte raison vous deviez réussir. »

Le final est long, il continue sur l’éducation qu’il conviendrait de donner aux filles, loin des préceptes de Rousseau, pour leur éviter les déconvenues auxquelles on les prépare. Mistriss Henley s’éteint, M. Henley s’effondre.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] D’ailleurs, si l’on se souvient du passage où M. Bompré vante l’unité de commandement du couple, on voit qu’il s’agit, comme dans le Bon mari, d’une question de gouvernement domestique autant que d’opinion publique : car, dit-il, c’est parce qu’ils n’ont qu’une volonté qu’ils sont « bien servis » et peuvent, dès lors, se contenter d’une domesticité réduite à deux servantes.

[2] Cf. Raymond Trousson, « Introduction à Madame de Charrière »…, op. cit., p. 293.

[3] Féministe au sens où il défend la cause des femmes.

Prologue : le Mari sentimental (3/5)

Lors d’un bal, Mistriss Henley s’avise de porter une robe qui a déjà fait ses preuves au temps où elle vivait à Londres ; elle se fait envoyer, en outre, des plumes et des fleurs choisies par sa tante et son ancienne femme de chambre. Elle en était, dit-elle,  « très contente ; je me trouvais fort bien quand je fus habillée, et je mis du rouge comme presque toutes les femmes en mettent. » Sur ces entrefaits, M. Henley entre dans la pièce : « Vous êtes très bien, Madame [lui dit-il], parce que vous ne sauriez être mal ; mais je vous trouve cent fois mieux dans vos habits les plus simples qu’avec toute cette grande parure. Il me semble d’ailleurs qu’une femme de vingt-six ans ne doit pas être habillée comme une fille de quinze, ni une femme comme il faut comme une comédienne… ».

Marquis de Marigny et sa femme

"Portrait du Marquis de Marigny et de sa femme", par Louis-Michel Van Loo, 1769

L’effet ne se fait pas attendre : Mistriss Henley, vexée et touchée, fond en larmes. C’est ici qu’Isabelle de Charrière place, dans la bouche de M. Henley, un discours à peu près semblable que celui tenu par M. Bompré, sur la tyrannie des maris, que tous deux réprouvent fermement : « …je ne veux être ni tyran, ni avoir d’esclave », avait déclamé M. Bompré. « Vous n’avez point vu en moi jusqu’ici, déclare M. Henley, un mari bien despotique. » Et il ajoute, pour se distinguer de l’autocratisme qu’il réprouve, et se placer sous la règle de tout honnête homme des Lumières : « Je souhaite que la raison et la décence vous gouvernent, et non que vous cédiez à mes préventions. » On pouvait trouver, dans une littérature plus ancienne, la même répugnance, de la part des maris modèles, pour la coercition ; ainsi, Marmontel avait-il écrit un conte moral, en 1761, intitulé fort justement Le Bon mari qui reprenait exactement ce thème[1] ; Rousseau, bien entendu, mais avec une influence bien plus considérable, avait déployé tout son art pour rendre acceptable, aux yeux des épouses, une obéissance dont l’acceptation volontaire pouvait dispenser les époux d’avoir à user de la force. Il y a, dans l’ensemble de ces textes, une même horreur du despotisme, c’est incontestable. C’est en quoi ils illustrent, politiquement, le mouvement républicain qui, de manière souterraine, draine une bonne partie des discours sur la famille. On a parlé, pour cette époque, et comme condition de la Révolution qui prendra place quelques années après la publication du Mari Sentimental, d’une séparation des sphères domestique et politique ; c’est une vision de l’esprit. En réalité, l’organisation du pouvoir familial est pensée dans les termes mêmes du débat politique : despotisme, tyrannie, emploi indu de la force, d’une part ; usage de la raison, capacité représentative du plus raisonnable, amalgame des intérêts de tous en un bien commun général. Peu ou prou, on retrouve les mêmes valeurs dans le discours sur l’organisation du gouvernement familial et l’aspiration à une sphère publique plus égalitaire, gouvernée selon les principes de la raison.

M. Henley se défend d’être un despote dans son ménage ; pourtant, sa réprobation à l’endroit du rouge et des plumes n’est pas une question de goût personnel. Elle touche à l’image de bienséance et de « décence » que doit afficher son épouse. Il a donc bien, sur celle-ci, des intentions qui dépassent largement ses préférences. Lorsqu’apparaît la sœur de Henley, coiffée de plumes bien plus extravagantes et, elle aussi, avec un « doigt de rouge » sur les lèvres, Mistriss Henley l’interpelle : « Voyez ! », dit-elle, espérant trouver dans cet exemple la preuve que son costume n’a rien d’excentrique. A cela, que répond son époux ? Il ne dit pas qu’elle est ridicule ou mal accoutrée, laissant penser qu’il ne partage décidément pas ce goût pour les parures immodestes. Non, la réponse qui fuse établit au contraire une distinction entre son épouse et toutes les autres femmes : « Elle n’est pas ma femme ». Tout est dit. L’époux a établi un code qui marque une différence nette entre sa conception du beau et du séduisant (la même apparemment que son épouse) et son idée de la bienséance. La distance entre les époux ne peut que s’en trouver augmentée puisque la première sentence se trouve renforcée d’un jugement sans appel : son épouse, lui dit-il, n’est pas une femme comme les autres. Non qu’elle soit exceptionnelle : mais elle a des devoirs qui la situent hors de la communauté des femmes qui, par ailleurs, continuent à exercer leurs charmes sur M. Henley.

Tout le reste de la soirée se passe à demeurer chacun d’un côté : Mistriss Henley avec la plus séduisante des femmes de l’assemblée ainsi que le frère de celle-ci (rien, donc, de répréhensible moralement : les plumes ne la conduisent pas dans les bras de tous les beaux danseurs du bal) ; M. Henley, au contraire, se montre «  fort assidu » auprès d’une « jeune fille de cette comté[2], très fraîche, très gaie, modeste cependant et point jolie ». Le lendemain, une dispute aussitôt avortée éclate entre les époux. Mistriss Henley s’extasie sur l’homme avec lequel elle a passé la soirée ; elle provoque son époux : « Pour moi, ce qu’après Lady B. j’ai vu de plus agréable au bal, c’est son frère ; il m’a rappelé Mylord Alesford, mon premier amant, et je l’ai prié de venir dîner demain avec nous. » Ce à quoi, tout aussitôt, M. Henley répond « en souriant à demi » : « Heureusement je ne suis pas jaloux ». C’est bien là qu’aux yeux de cette femme pétrie de besoins passionnels, le bât blesse : « Heureusement pour vous », car « ce n’est pas heureusement pour moi ; car si vous étiez jaloux, je vous verrais au moins sentir quelque chose ; je serais flattée ; je croirais vous être précieuse ; je croirais que vous craignez de me perdre, que je vous plais encore ; que, du moins, vous pensez que je puis plaire encore. » Le flot de cet aveu l’emporte au-delà de ce qu’elle pense : « Oui ! ai-je ajouté, excitée à la fois par ma propre vivacité et par son sang-froid inaltérable, les injustices d’un jaloux, les emportements d’un brutal, seraient moins fâcheux, que le flegme et l’aridité d’un sage ». La perche est trop tentante, que Henley ne se prive pas de saisir : « Vous me feriez croire (…) au goût des femmes russes,  qui veulent être battues. » Puis, au nom de la présence de sa petite fille, il met fin à la dispute.

Honteuse et confuse, Mistriss Henley déploie des trésors d’éloquence et d’ingéniosité pour, aussitôt et dans le jour qui suit, réparer ses torts et se faire pardonner. Le temps passant, elle réalise que la cause de cette dispute ne réside pourtant pas seulement dans son « extravagante vivacité ». Elle rédige alors un courrier destiné à se justifier, à l’attention de son époux. Toujours guidée par de bonnes intentions, toujours fermement décidée à faire le mieux possible pour agréer son époux et se montrer à la hauteur de sa tâche d’éducatrice de sa petite fille, elle ne s’en trouve pas moins confrontée à l’absence de bonheur. Leurs caractères respectifs sont trop contradictoires pour s’accorder, pense-t-elle ; la raison s’oppose, ici, à la passion. M. Henley, gouverné par la conviction de bien faire, d’être en tout irréprochable, reste inaccessible à la relation. Mistriss Henley voudrait, au contraire, le voir réagir. C’est-à-dire, agir en lien et non agir en soi.  « Mais qu’est-ce que des [bonnes] intentions quand l’effet n’y répond jamais ? », demande-t-elle. C’est un appel à la reconnaissance que lance Mistriss Henley ; quand M. Henley, lui, n’est guidé que par des enjeux de connaissance. Là où elle en appelle à la jalousie comme phénomène émotionnel réactif, lui s’en tient à ce qu’il sait être une conduite irréprochable : « Pour vous, votre conduite est telle que je n’y puis rien blâmer, quelqu’envie que j’en eusse quelquefois pour justifier la mienne. » M. Henley a déployé tous les outils de la bonne conjugalité : « Vous avez cru, et qui ne l’aurait cru ! que, trouvant dans son mari tout ce qui peut rendre un homme aimable, et estimable, et dans sa situation tous les plaisirs honnêtes, l’opulence et la considération, une femme raisonnable ne pouvait manquer d’être heureuse ; mais je ne suis pas une femme raisonnable… ». Isabelle de Charrière  met en scène le combat de la raison et des sentiments : quand l’un est guidé par la conviction qu’il a acquise une fois pour toutes d’être un bon mari, l’autre se laisse porter au gré des circonstances, des rencontres, des sentiments et des attentes des autres. L’un est bien le « sujet absolu » incarné par Bompré, quand l’autre tente difficilement d’exister à ses côtés. L’épouse qui aurait le mieux convenu à M. Henley n’est pas celle qu’il a épousée ; il y a eu erreur sur la personne, reconnaît Mistriss Henley. C’est Miss Clairville, la jeune femme qu’il courtise au bal, qu’il lui fallait pour s’accorder avec son caractère : « accoutumée aux plaisirs de la campagne et à ses occupations, active, laborieuse, simple dans ses goûts, reconnaissante, gaie, heureuse, vous aurait-elle laissé vous souvenir de ce qui pouvait lui manquer ? »

Sir John Clerk et lady Clerk of Penicuik

Sir John Clerk et lady Clerk of Penicuik

Comment termine-t-elle son courrier, cette femme si consciente des raisons de son mal être ? Par l’engagement de mieux faire ; c’est-à-dire, de mieux faire dans le même sens que précédemment : sa « bonne volonté » n’était sans doute pas véritable ; elle a manqué de « souplesse ». Aussi décide-t-elle, contre toute logique, mais probablement pas contre tout réalisme, de s’améliorer puisque, de son mari, il n’est pas de changement à espérer : « Je ne vous demande pas de me tracer un plan ; je tâcherai de deviner vos idées pour m’y soumettre. (…) Je désire sincèrement de mériter votre approbation, de regagner ou gagner votre affection, et de diminuer dans votre cœur le regret d’un mauvais choix. »

M. Henley reçoit la lettre, n’y lit que la pointe à l’endroit de son attitude galante envers Miss Clairville, qu’il balaie d’un geste tendre, et plus jamais les époux ne reviennent sur le sujet.

Bientôt Mistriss Henley tombe enceinte. C’est l’occasion d’une nouvelle déception. A la fois tentée et effrayée par la perspective de nourrir elle-même son enfant, elle se tourne vers son époux dont elle attend un conseil, un avis. On ne peut guère s’étonner de la réponse, très favorable à l’allaitement, que lui fait M. Henley ; il émet toutefois une réserve. L’enfant pourrait se mal porter de boire au sein d’une mère au tempérament si impétueux : « A son avis, rien au monde ne pouvait dispenser une mère du premier et du plus sacré de ses devoirs, que le danger de nuire à son enfant par un vice de tempérament ou des défauts de caractère, et il me dit que son intention était de consulter le docteur M… son ami, pour savoir si mon extrême vivacité et mes fréquentes impatiences devaient faire préférer une étrangère. » Mistriss Henley a pourtant hésité avant de s’en remettre au jugement de son époux. Elle a vu venir les deux réponses, à la fois la nécessité indiscutable d’allaiter et l’humiliant empêchement que la personnalité maternelle pourrait y mettre. Elle n’en vit pas moins douloureusement la réalisation de ses craintes : « Pas un mot de moi, de ma santé, de mon plaisir : il n’était question que de cet enfant qui n’existait pas encore. (…) Quoi ! me disais-je, aucune de mes intentions ne sera devinée ! Tout ce que je sens est donc absurde, ou bien M. Henley est insensible et dur. Je passerai ma vie entière avec un mari à qui je n’inspire qu’une parfaite indifférence, et dont le cœur m’est fermé ! Adieu la joie de ma grossesse ; adieu toute joie. Je tombai dans un profond abattement. »

Dans cette vie conjugale placée sous le signe de l’ennui et du conservatisme, un dernier évènement va mettre fin à tous les espoirs de Mistriss Henley. C’est un évènement qui n’en est pas un, typique d’ailleurs du fonctionnement de ce couple où toute tentative de confrontation, de discussion contradictoire est aussitôt interrompue par les bons offices de l’époux.

(A suivre…)


[1] Jean-François Marmontel, « Le Bon Mari », Contes moraux, T. 2, Paris, Dabo-Butschert, 1826 (première édition, 1761) ; à ne pas confondre avec une pièce de théâtre parue en 1778, du même titre. L’influence de Marmontel se lit peut être, par ailleurs, dans le sous-titre de Samuel de Constant (… le mari comme il y en a quelques-uns); il était l’auteur d’un autre conte, paru également en 1761, intitulé La femme comme il y en a peu.

[2] Comté est bien au féminin dans le texte. C’est ainsi qu’on parle de Franche-Comté, ou de « comté-pairie ». Le genre masculin est apparu tardivement ; en 1806, une grammaire indique que c’est désormais le genre masculin qui domine. Cf. Principes généraux et raisonnés de la Grammaire françoise,… par M. Restaut, nouvelle édition, Lyon, 1806.

Prologue : Le Mari sentimental (2/5)

A cette fable, donc, à cet « aimable et cruel petit livre », Isabelle de Charrière aussitôt réagit. Piquée au vif, elle répond en tant que femme et en tant qu’épouse ; et à ce conte sur les maris « comme il y en a quelques-uns », elle répond par le portrait d’un couple comme il y en a beaucoup. Autrement dit, c’est à une description minutieuse de la vie conjugale telle qu’elle la vit, telle qu’elle l’observe autour d’elle, dans son petit milieu, qu’elle s’attelle. Des proches, un proche en particulier qui l’a très bien connue, ne s’y est pas trompé : Monsieur Henley ressemble de manière frappante à Monsieur de Charrière quoique le portrait soit, d’après lui, encore trop élogieux : « Je retrouve la tranquillité de M. de Charrière, son sang-froid lorsqu’il refuse, répond à Madame. Cependant, je conviens que ce caractère est exagéré et que Mme de Charrière s’est plu à faire le plus beau que possible son mari, l’a couvert avec soin dans quelques parties et a tout sacrifié, elle-même, pour le faire ressortir avec avantage. Voilà qui est généreux. »[1]

charriere-quentin-de-la-tour1

Isabelle de Charrière

Le diagnostic qu’Isabelle de Charrière fait du mal qui ronge le couple des Bompré ne réside pas, comme chez Constant, dans l’égoïsme de l’épouse et le sentimentalisme de son mari : « Cet homme-là eut grand tort, après tout, de se marier. Son bonheur, tout son sort était trop établi ; sa femme n’avait rien à faire qu’à partager des sensations qui lui étaient nouvelles et étrangères. (…) Il n’y avait pas là de quoi occuper une existence. » Peu importe cette ressemblance-là, quoique les romans bâtis à partir de l’expérience intime expriment souvent une vérité (sinon la réalité) poignante : Isabelle de Charrière fait œuvre politique en cherchant à peindre, au-delà du cas personnel, la vie des femmes mariées à des M. Bompré. « En vérité, ma chère amie, je croirais en la condamnant, prononcer ma propre condamnation. Moi aussi je ne suis point heureuse, aussi peu heureuse que le Mari sentimental, quoique je ne lui ressemble point, et que mon mari ne ressemble point à sa femme. »

Reprenant la figure du mari « parfait », c’est-à-dire telle que Samuel Constant pense l’avoir décrit (rationnel, mesuré, « doux », « calme », attaché à des valeurs ancestrales, acquiesçant à tout et enfin, fort de son « bonheur établi ») elle place face à lui une épouse qui se débat pour faire entendre ses besoins, reconnaître ses initiatives et discuter les décisions ; une épouse agitée par d’autres motivations que la prise du pouvoir, et finalement abattue par une souffrance « sentimentale », elle aussi. D’emblée, donc, Mme de Charrière prend le parti de cette femme que Samuel de Constant accuse d’égoïsme, d’esprit disproportionné et d’abus de pouvoir conjugal. La grande finesse de son parti pris, et qui confère aux Lettres de Mistriss Henley une portée dont manque le Mari sentimental, lui permet d’échapper au grotesque : il n’y a pas de tyran domestique dans le couple Henley ; au contraire. Mistriss Henley va mourir à petit feu d’avoir épousé un mari parfait, un « mari de roman ».

Voici l’histoire.

Mistriss Henley, anglaise, est la narratrice ; elle s’adresse à une amie française en s’étonnant que celle-ci ne l’ait pas informée de la parution, en France, du Mari Sentimental : « Il est impossible qu’il n’ait pas fait sensation chez vous : on vient de le traduire et je suis sûre que le Sentimental Husband va être entre les mains de tout le monde. » Le livre, confie-t-elle, n’est instructif qu’en apparence car il provoquera des « injustices » : « les dames Bompré ne s’y reconnaîtront pas, ou ne s’en embarrasseront guère (…) ; les femmes qui ressemblent peu à Mad. Bompré, et qui sont pourtant des femmes, s’en tourmenteront (…). ». Suit la description de ce qu’elle a ressenti en retrouvant, au fil des pages, des scènes à la fois évocatrices et pourtant peu en accord avec sa propre réalité ; et la manière dont son mari, à qui elle en fait lecture, a semblé au contraire s’y retrouver parfaitement : « Ma chère amie, ils se croiront tous des Messieurs Bompré, et seront surpris d’avoir pu supporter si patiemment la vie. » Toute la suite du récit va porter sur la distance entre les deux sensibilités, entre Mistriss Henley constamment attentive au bien-être de son mari, et Mister Henley indifférent à tout ce qui ne nuit pas à son propre bonheur.

Mistriss Henley reconnaît des scènes : le portrait de l’ancêtre qui a été déplacé, l’épisode du chien assassiné, et le choix de meubles pour sa chambre. Seulement, rien ne s’est passé comme dans le couple Bompré : les motifs, les circonstances ou les conséquences n’ont rien à voir. D’où l’impression d’irréalité, et l’accusation explicite d’injustice. Elle entreprend, pour son amie, de faire le récit de son mariage afin d’« avertir les maris », sinon de les « corriger » : « je voudrais remettre les choses à leur place, et que chacun se rendît justice ».

Orpheline de bonne heure, promise de longue date à un homme aimable et aimé, elle fut veuve avant de se marier : le jeune homme mourut prématurément, non sans l’avoir préalablement trahie. A 25 ans, elle choisit de se marier non selon son cœur, mais de la manière la plus conforme à la raison : entre deux prétendants, elle délaisse le plus attirant au profit du celui qui lui offrira le plus de stabilité. Le premier a 40 ans : bel homme, c’est un bon vivant à la réputation douteuse ; le second est plus jeune de 5 ans ; grand, beau, la taille déliée, il a « les yeux bleus les plus doux ; les plus belles dents, le plus doux sourire » : veuf, il est le père d’une petite fille. Sa situation, ses mots, ses propositions, ses projets, tout la touche. Un temps attirée par les « richesses de l’Orient » d’un parti qui, en outre, ne révélait pas, renseignements pris, une réputation aussi fâcheuse qu’elle en avait l’air, elle renonce, pourtant : c’était « la partie vile de mon cœur » qui préférait ce « Nabab », confesse-t-elle. Honteuse de cette attirance « vulgaire », elle se résout à s’en détourner pour suivre le bon chemin et faire le choix auquel les « anges » applaudiraient. La jeune femme se tourne donc vers « une félicité toute raisonnable » avec un cadet de famille « spirituel, élégant, décent, délicat, affectueux » qui enchante tout le monde et qui, déjà, lui semble « un peu trop parfait ». Il a « de la raison, de l’instruction, de l’équité, une égalité d’âme parfaite. (…) Je sentis qu’il fallait choisir, et vous pensez bien, ma chère amie, que je ne me permis presque pas d’hésiter. » C’est bien à un « mari de roman » qu’est désormais liée la nouvelle Mistriss Henley.

Tout, chez lui, est un motif d’admiration. Elle en fait son modèle et le moyen, pour elle, de s’améliorer ; c’est-à-dire, de parvenir à la raison et à la modération. Mistriss Henley, qui se sait faite de « fantaisies », d’humeurs, d’impatiences, de joies et de chagrins, aspire à se transformer au contact d’un homme qu’elle admire et qui la rendra, espère-t-elle, comme lui. On voit tout de suite sur quel plan se situe Isabelle de Charrière. Là où Bompré espérait justement amener son épouse à ses propres opinions et sentiments, M. Henley n’aura pas cette peine à se donner : c’est d’emblée le projet qui sous-tend le mariage, du moins du point de vue de sa femme. Un mari parfait, mais aussi, à n’en pas douter, un couple parfait dans la mesure où la future épouse répond, d’emblée, aux attentes qu’un mari peut avoir à l’endroit des épouses : « remplie des meilleures intentions, et persuadée que j’allais être la meilleure femme, la plus tendre belle-mère, la plus digne maîtresse de maison que l’on eût jamais vue. »

Evidemment, là encore, rien ne va se dérouler comme le plus imaginatif des deux l’avait imaginé. M. Bompré s’était trouvé malheureux d’une femme d’esprit trop indépendante ; Mistriss Henley va, quant à elle, se heurter à l’indifférence d’un époux qui, en bon père de famille, dicte ses lois, n’attend pas de discussion, et manifeste en tout une indifférence qui heurte la susceptibilité de sa sensible épouse. Car si l’on trouve des parallèles édifiants – et pour cause – entre les deux malheureux, la grande différence réside peut être entre le sentimentalisme affiché de l’un, et la sensibilité contenue de l’autre. Il y a, de l’un à l’autre, toute la distance entre un « sujet absolu » et un sujet indéfini.

Ce « sujet absolu », c’était, déjà, M. Bompré : on a fait le détail de ses contours : c’est le mari qui voit le monde de son point de vue, qui se montre incapable d’empathie avec son épouse, persuadé qu’il est d’agir toujours bien du moins moment qu’il agit rationnellement. Une seule vérité existe pour un homme qui, en tant qu’époux, ne se trompe jamais puisque, toujours, il est animé par la raison et l’idée qu’il se fait du bien commun (en général, mais aussi de sa famille). Cet homme c’est l’honnête homme des Lumières, convaincu de détenir les clés du bien-être de tous ceux dont il a la responsabilité : femmes, enfants, domestiques. C’est un homme qui ne discute pas les décisions en général. Et de fait, M. Bompré ne discute pas les décisions de sa femme, puisqu’il a décidé de se soumettre à celle qui détient, de son point de vue, l’autorité dans le ménage. Car une décision, du moment qu’elle est prise, doit être suivie. La négociation, l’échange de points de vue contradictoires, le compromis ne font pas partie de l’univers du sujet absolu. On a raison ou on a tort ; qui n’est pas pour moi est contre moi. Dès lors, M. Bompré ayant, pour des raisons sentimentales, décidé de plaire à son épouse, il ne voit pas d’autre solution que d’abdiquer. Exactement ce qu’il aurait attendu d’elle si, dans le cas inverse, elle avait bien voulu se ranger, d’emblée, à ses opinions.

Chez Isabelle de Charrière, le parallèle entre les deux malheureux, M. Bompré et Mistriss Henley, se double d’un second parallèle entre les deux maris qu’Isabelle de Charrière fait semblables. Car M. Henley est un autre sujet absolu.

En arrivant à Hollowpark, la demeure ancestrale de son époux, Mistriss Henley se montre, en tout, prévenante : elle instruit la petite fille, non sans se heurter aux principes rousseauistes, mais finalement assez peu fixés, d’un époux assez indifférent à la pédagogie ; prend soin d’elle lorsqu’elle tombe malade. Comme Mme Bompré, elle désire modifier l’ameublement et la décoration de sa chambre faite de « vieux fauteuils » et d’« antiques broderies » ; le chat se couche sur le fauteuil brodé par l’aïeule de son mari, ce qui déplaît fort à l’héritier. On retrouve, dans le dialogue entre les époux, une manière de réponse du berger à la bergère, de Mme de Charrière à M. Bompré : « ah ! dit M. Henley, que dirait ma grand’mère, que dirait ma mère, si elles voyaient… Elles diraient sans doute, repris-je vivement, que je dois me servir de mes meubles à ma guise comme elles se servaient des leurs, que je ne dois pas être une étrangère jusque dans ma chambre ; et depuis le tems que je me plains de ces pesans fauteuils, et de cette sombre tapisserie, elles vous auroient prié de me donner d’autres chaises et une autre tenture. Donner ! ma très chère vie ! répondit M. Henley, donne-t-on à soi-même ? la moitié de soi-même donne-t-elle à l’autre ? n’êtes-vous pas la maîtresse ? » On peut croire un instant, à ce moment de leur dialogue, qu’Isabelle de Charrière indique à Bompré la réponse qu’il aurait pu faire aux requêtes de son épouse qui, comme Mistriss Henley, souhaitait qu’on changeât les meubles et qu’on lui installe un « appartement » distinct particulier. Car M. Henley se montre particulièrement respectueux, ici, de la volonté de changement de Mistriss Henley et, plus largement, de sa latitude en la matière : qu’elle se serve dans les chaises et les tentures disponibles, ou qu’elle en achète. Mais il ne s’agit pas qu’il « donne » quoi que ce soit à celle qui, en la matière, a autant d’autonomie que lui. En outre, la question de la séparation des chambres est déjà dans l’ordre des choses, dans le couple Henley, ce qui donne aux réticences de M. Bompré un air singulier, voire excentrique. A cette première lecture qui offre une vision enchantée de la relation conjugale, la suite du dialogue permet de proposer une interprétation inverse. N’oublions pas que Bompré se caractérise par la même volonté de manifester un acquiescement à tout, fusse au détriment de ses préférences et de ses goûts profonds. Or, la fin du dialogue entre les époux laisse penser que M. Henley, tout comme M. Bompré, ne consent qu’à contre cœur, persuadé de céder à une fantaisie dont il ne comprend pas, au fond, la nécessité : « autrefois [enchaîne-t-il aussitôt après avoir déclaré qu’elle était maîtresse de ses décisions], on trouvait ceci fort beau… Oui, autrefois, ai-je répliqué ; mais je vis à présent. Ma première femme, reprit M. Henley, aimait cet ameublement. Ah ! mon Dieu, me suis-je écriée, que ne vit-elle encore ! et tout cela pour un chat auquel je ne fais aucun mal ! a dit M. Henley, d’un air doux et triste, d’un air de résignation, et il s’en alloit : Non, lui ai-je crié, ce n’est pas le chat ; mais il était déjà bien loin (…). »[2] M. Henley s’en va pour commander lui-même les tapisseries et les meubles les plus beaux. L’affaire est réglée : il a agit conformément à la rationalité en cédant à sa femme pour lui convenir. Il convient d’abord qu’il n’a pas à discuter les achats de son épouse, le principe sous-jacent étant celui d’un partage de la fortune commune – comme chez les Bompré. Surtout, c’est lui qui va, de sa propre initiative, commander ces meubles, sans consulter son épouse sur leur couleur, leur motif, leur style, preuve qu’il ne comprend pas ce qui motive un tel besoin de changement. Attribuant au chat, c’est-à-dire au goût de l’animal pour la vieille broderie, la nécessité de meubles neufs, il va de soi qu’il ne s’agit pas d’ornement ou de préférences personnelles, mais de substituer du neuf à l’ancien. Cela, il peut s’en charger : « il monta dans ma chambre sans me rien dire, et écrivit à Londres pour qu’on m’envoyât le plus beau papier des Indes, les chaises les plus élégantes, et de la mousseline brodée pour ses rideaux. » Et voici Mistriss Henley en possession d’une chambre resplendissante, à la décoration de laquelle elle n’aura pas participé. Ce n’est pourtant pas ce que met en avant Isabelle de Charrière, du moins de manière explicite. Elle met l’accent, par la voix de Mistriss Henley, sur l’indifférence qui caractérise l’attitude de Henley à ce moment là, et le caractère apparemment raisonnable qu’il revêt, donnant à sa position les apparences de la légèreté, du préjugé et de l’inconséquence. C’est ainsi qu’elle lui fait conclure : « … les gens qui passent pour raisonnables font-ils autre chose le plus souvent qu’opposer gravement leurs préjugés et leurs goûts à des préjugés et à des goûts plus vivement exprimés ? »

D’autres épisodes s’ensuivent pour illustrer l’attitude de M. Henley, indifférent aux sentiments qui agitent son épouse. Ainsi, il ne voit rien, ne remarque pas grand-chose, demande qu’on fasse sans même reconnaître l’effort que cela peut demander. Car plus que de la liberté, c’est de la discussion et de la négociation que demande Mistriss Henley : prête à faire toutes sortes de concessions, il se plaint surtout de leur invisibilité aux yeux de son époux. Ainsi, elle ne supporte que difficilement de rendre visite à une belle sœur qui la prend de haut ; elle irait sans rechigner, explique-t-elle, si M. Henley voulait bien le lui demander comme une faveur, une preuve d’amour : « Supportez ces hauteurs pour l’amour de moi, je vous en aimerai davantage », c’est la réponse qu’elle aurait aimé obtenir face à l’affichage de sa répugnance. Mais non, au lieu de cela, M. Henley « n’a rien vu, ne peut se rappeler » et, lorsqu’il veut bien faire un effort pour entendre la plainte de sa femme, c’est pour répondre, une fois de plus dans le déni : « mais quand cela serait, qu’importe ! Comment une personne raisonnable peut-elle s’affecter… et puis lady Sara n’est-elle pas excusable ? fille d’un duc, femme du chef futur de notre famille… ». Ce à quoi Isabelle de Charrière répond, par la bouche de Mistriss Henley : « Ma chère amie, des coups de poing me seraient moins fâcheux que toute cette raison. (…) Je suis seule, personne ne sent avec moi. »

Parmi les nombreux événements du même ordre qui ponctuent la vie conjugale des Henley, il en est deux qui manifestent mieux que les autres l’attitude de cet époux auquel on ne peut rien reprocher, mais qui non seulement impose à sa femme ses goûts et ses idées, mais en tout ce qui concerne leur destinée commune, n’agit qu’à sa guise.

(à suivre…)


[1] La remarque est de Samuel de Chambrier d’Oleyres qui se confiait à son journal. Elle est extraite de ses Œuvres complètes, t. II, p. 411, date du 15 juin 1784, et est citée par Raymond Trousson, « Introduction à Madame de Charrière »…, op. cit., p. 298.

[2] Les italiques sont dans le texte.

« Je suis père… » (Petitain, 1799)

Ce texte est un mémoire envoyé à deux reprises lors du Concours sur l’autorité paternelle,. Son sujet exact était : « Quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? »

Le concours a été organisé par la section de législation de la Classe des Sciences morales et politiques entre l’an VI et l’an X ; aucun mémoire ne sera récompensé.

Petitain, après avoir échoué à deux reprises, publie son manuscrit dans les Mémoires d’Economie publique, de morale et de politique (TOME II, n°1er, pp. 195 et suivantes) en l’an VIII. J

Je le livre ici sous sa première forme, c’est à dire telle qu’elle apparaît dans le manuscrit envoyé lors du premier concours. On trouve celui-ci aux Archives de l’Institut de  France, quai Conti, à Paris.

« N°1 Mémoire sur cette question : quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? Proposée par l’Institut national le 15 messidor an 6[av1] [i].

« Je suis père… »

« Je ne sais si je m’abuse ; mais l’énoncé de cette question, la seconde de ce genre que propose l’Institut depuis son établissement, me fait penser que la classe des Sciences morales et politiques ne l’a pas sans dessein fait succéder à la première (quelles sont les institutions les plus propres à fonder la morale d’un peuple ?). Indépendamment de la liaison évidente et certaine qu’ont ces deux questions entre elles, il me paraît très probable que les membres de la Classe ont cru voir d’après leurs propres réflexions, et peut-être d’après la lecture des mémoires qui leur ont été transmis, que ces deux questions s’éclairciraient nécessairement l’une par l’autre. Ce n’est pas qu’elles ne diffèrent essentiellement. Dans le premier cas en effet la question a été par la Classe elle-même restreinte aux institutions purement morales[1], au lieu que la Puissance paternelle, telle que l’entendent tous les légistes, est vraiment une institution civile qui confirme et ratifie une institution divine, ou en d’autres termes, un droit naturel. Mais d’un autre côté, la Puissance paternelle étant, de toutes les institutions proprement civiles, celle qui a le rapport le plus direct aux mœurs publiques, et une influence immédiate sur la conduite privée et les habitudes morales de chaque citoyen, il en résulte (1) qu’après la solution trouvée de la question première, l’examen de la seconde doit s’ensuivre nécessairement. (…)

Quoi qu’il en soit de ces conjectures, que je crains fort d’avoir poussées trop loin, la Puissance Paternelle étant, comme on vient de dire, de toutes les institutions civiles celle qui paraît la plus étroitement liée à la fondation et conservation de la morale publique, point de doute que la question présente bien à la première, et qu’elle y tient immédiatement. La solution de cette première doit donc influer sensiblement sur celle de la seconde et peut-être la déterminer. (…) … disons sans crainte de nous tromper, qu’encore deux ou trois questions comme celles-là, et leurs solutions satisfaisantes, approuvées ou modifiées par l’Institut, formeront ensemble un traité classique, un Cours élémentaire et complet de Morale publique et de Science sociale.

S’il est permis dans un ouvrage de cette nature de provoquer par une considération personnelle la confiance de ses lecteurs, voici ce que je leur dis avec vérité : Je suis Père[2], à ce titre je me suis senti quelques droits à exercer, beaucoup de devoirs à remplir, et c’est dans l’examen réfléchi que j’en ai fait que j’ai puisé tout ce qui va suivre, m’appliquant d’abord à moi-même les règles de conduite et les résultats auxquels cet examen m’a conduit. Je dis plus encore : c’est pour mes enfants que j’écris ; c’est eux qu’il m’importe d’éclairer, de convaincre, c’est eux enfin que je veux avoir un jour pour juger. Si je n’obtiens pas le prix, leur suffrage suffira pour ma récompense, et aucune ne me sera plus flatteuse. Si je l’obtiens (2) c’est à eux que j’en rapporterai l’avantage et l’honneur, puisque je la devrai et aux sentiments qu’ils m’inspirent, et aux douces méditations dont ils ont été tant des fois les sujets. Oui, chers et précieux gages d’une union qui me rend heureux, ferme espoir d’un dévouement présent, d’une vieillesse future dont j’aime à écarter la triste image, mes enfants, recevez par avance ce témoignage de l’affection et de la confiance d’un Père. Maintenant, à l’instant même où j’écris ces lignes, agréablement étourdi de vos jeux bruyants, je ne repousse vos charmantes importunités que pour m’occuper de vous davantage, et vous ne vous en doutez guerre (sic). Retirez-vous, objets toujours aimables de mes soins et de tout mon amour. Quittez-moi pour quelques heures ; mais éloignés de ma présence, n’en présidez que mieux à un travail qui vous est spécialement consacré. Que dis-je, éloignés ! Non, non. Que de cette fenêtre, que de ce pupitre sur lequel j’écris, mes yeux puissent toujours vous apercevoir. Que mon oreille toujours chatouillée des sons confus et doux de vos voix enfantines, soit prête à m’en rappeler au besoin la sensation vive et toujours délicieuse[i] ; Qu’enfin et pour mon plaisir personnel, et pour l’intérêt même de la cause que je veux défendre, mon imagination toujours éveillée vous représente sans cesse à moi dans le cours des recherches ou des raisonnements plus ou moins abstraits où la Question présente pourra m’entraîner. Enfants adorés ! (…)

Analyse du sujet.

Examen de ce qu’est une République bien constituée ; puis de la puissance paternelle en général.

Une République bien constituée : la liberté, l’Egalité et généralement tous les droits naturels sont respectés et conservés autant que veut le permettre l’état actuel du peuple et les circonstances environnantes.

Disons encore : « Dans cette même République, il importe que chaque Citoyen ait la conscience de ses droits, qu’il y (5) soit attaché, qu’il sache les défendre et pour entretenir parmi tous cette énergie précieuse qui est le grand ressort des Gouvernements libres, il est dans l’esprit de ces gouvernements qu’on n’y souffre rien de propre à avilir et dégrader les âmes. On n’y voit rien d’arbitraire. Donc tout doit y supposer un devoir à remplir ; tout devoir y suppose un droit à exercer ; par une suite tout aussi nécessaire, ces droits, ces devoirs réciproques supposent toujours un Magistrat, une Autorité quelconque conservatrice des droits, et juge redoutable de l’inobservance des devoirs.

Dans une République bien constituée, l’Opinion publique bien dirigée exerce en plein son empire. Aussi si chaque citoyen y a toujours la conscience de ses droits, tout sert en même temps à lui rappeler ses devoirs, et il ne peut les perdre un instant de vue sans en être promptement et infailliblement puni.

Enfin dans une République le Peuple a des mœurs. Ou ne doit pas tarder à en avoir. En effet, d’un côté, aucune institution abusive ou mal raisonnée, aucun vice politique n’y démoralise les Citoyens. De l’autre aucun abus de pouvoir, aucune prérogative injuste n’y excite la convoitise et les passions haineuses. Pour tout dire, en un mot, rien sous cet heureux Gouvernement, ne contrarie les purs et doux sentiments de la Nature, et rien aussi ne peut les y corrompre. »

5 questions :

  1. « Quel est aux différentes époques de sa vie l’état physique et moral de l’homme dans la nature bien ordonnée ? (…)
  2. Qu’est-ce que la famille proprement dite ? Quels sont ses éléments particuliers ?
  3. Qu’est ce que le Père dans la famille ? y a-t-il naturellement un pouvoir . S’il en a un naturellement, quel est ce pouvoir en lui-même et sur quoi est-il fondé ? Pour tout dire en un mot, quelle est la constitution naturelle de la famille ?
  4. dans quelles vues peut-on penser que la Nature a donné un pouvoir au Père ? Est-ce pour le bien du Père ? est-ce pour celui du membre subordonné, quel qu’il soit ? Est-ce pour le bien de tous les deux ?
  5. Si c’est pour le bien de tous les deux, quelles précautions la Nature a-t-elle prises, quels moyens physiques ou moraux emploie-t-elle pour balancer l’exercice de ce pouvoir ou en prévenir l’abus ?

En tout ceci, il sera fait abstraction de toute convention humaine, de tout acte émané d’une puissance publique quelconque. On ne doit rechercher en un mot que ce qui peut avoir lieu comme on l’a dit, dans l’état très hypothétique, j’en conviens mais très concevable et sans doute très possible de la nature bien ordonnée.

Ces 5 questions une fois résolues, il sera temps de faire intervenir la Puissance civile, et pour généraliser autant que possible, les questions qui vont suivre, il suffira d’admettre l’existence de cette Puissance, quel qu’en soit d’ailleurs l’organe, et sous quelque forme de gouvernement quelle se présente.

La puissance civile une fois admise, fait naître les questions cy après :

  1. Qu’est-ce que la Famille dans l’Etat ?
  2. La constitution naturelle de la Famille peut-être subsister dans l’Etat ? En d’autres termes, la puissance civile a-t-elle quelque motif général qui la porte soit à conserver cette Constitution, pure et intacte, soit à l’altérer en quelque partie, soit même à l’anéantir tout à fait.

Ces questions décidées, il ne restera plus qu’à déterminer la nature et les bornes du pouvoir que la puissance civile peut accorder au Père sur chaque membre de la Famille en particulier ; nous chercherons à les déterminer suivant l’ordre de subordination indiqué par la Nature même. On examinera donc…

  1. Quel doit être sous l’empire de la Puissance civile, le pouvoir légal de l’Epoux sur l’Epouse ?[AV1]
  2. Quel doit être, dans le même cas, celui du Père sur son enfant ? Cette question, la plus importante de toutes, est aussi la plus compliquée. Il importe de la diviser elle-même pour la réduire à ses éléments. Or cette division est facile ; elle tient à l’observation des faits.

Le pouvoir du père, quel qu’il soit, quel qu’en soit le but, nous fait distinguer trois cas, ou 3 époques dans toute sa durée. A la première époque, je vois d’une part un être fort, de l’autre un être faible, destiné à devenir fort. A la seconde, je vois deux êtres sensiblement égaux en force ; mais l’un est prêt à décroître, quand l’autre a longtemps encore à jouir de sa force acquise, et même peut en acquérir encore chaque jour. Enfin à la 3ème époque, tous deux ont changé de rôle. L’être primitivement fort devient faible, et s’affaiblit de jour en jour, quand l’autre jouit de la plénitude de ses facultés physiques et morales. Or ces 3 cas fournissent, si je ne me trompe, un assez grand nombre de questions secondaires, qui toutes entrent plus (9) ou moins dans la solution de la question principale. Et ces questions, les voici :

1er Cas. — 10. Le Père, quand son enfant vient au monde, est-il libre ou non de l’abandonner ? C’est-à-dire, peut-il le dispenser du soin de le nourrir et de l’élever, sans que l’enfant pour cela soit exposé à périr ?

11°. Si le Père a cette liberté et que pourtant il consente à se charger de ce soin, cette liberté même, ce prendre ou laisser qu’il n’avait pas dans l’Etat primitif, ne change-t-il pas quelque chose à la nature de ses droits, et cette circonstance, si favorable au Père, ne doit-elle pas aussi, sous un autre point de vue, être profitable à l’enfant ?

12° Qui peut déterminer le père à nourrir et élever son enfant ? Les motifs qui en pareil cas le déterminaient dans l’Etat de nature, sont-ils les mêmes dans l’Etat civil ?

13° Si ces motifs sont les mêmes, y conservent-ils toute leur force ? En tout cas, ces motifs sont-ils toujours de nature à rassurer sur le sort de l’Enfant, de manière à lui garantir l’affection véritable, et les bons traitements de son Père ?

14° En raisonnant sur toutes ces bases, quelle mesure d’Autorité convient-il d’accorder au Père, pendant le cours de cette première Epoque, et les Abus de pouvoir que celui-ci peut se permettre sont-ils tous de nature à être réprimés ou rectifiés par un juge qui rétablisse l’ordre dans la famille ?

2ème Cas. ­— Ce cas le plus simple des trois ne fait naître que cette question-ci :

15°. Quand le Pouvoir accordé au Père pour l’avantage de son enfant et pour le sien propre, ne peut plus être utile à (10) cet enfant devenu homme, ce pouvoir doit-il subsister encore pour l’avantage seul du Père ?

3ème Cas. — le Père et l’Enfant dans le troisième cas, étant l’un à l’autre dans un rapport inverse de celui qu’ils offraient auparavant, il en résulte les questions suivantes à peu près inverses de celles énoncées ci dessous :

16°. Dans la supposition du Père infirme et sans ressource aucune, et si le fils néglige ou se croit dispensé du soin de le nourrir et de l’assister, le Père est-il pour cela exposé à périr ?

17° Si le Père n’a point ce malheur à craindre, quels sont les résultats de cette circonstance et pour le Père et pour le fils ?

18° Le fils peut-il avoir quelques motifs valables pour se refuser à nourrir et assister son Père, même après avoir été nourri et élevé par lui ?

19° Si le Père, après avoir nourri et élevé son fils, n’a plus cependant aucun pouvoir sur ce fils, quelle assurance peut-il avoir d’être nourri et assisté à son tour, quel gage de la récompense due à ses soins paternels ?

20° Dans la même supposition encore du Père infirme, pauvre et sans pouvoir, la probabilité qui fait espérer pour un Père dans sa vieillesse l’assistance et les secours de son fils, est-elle la même, est-elle plus ou moins forte que celle qui fait espérer pour un enfant à sa naissance l’assistance et les secours de son Père ?

Après avoir considéré le pouvoir du père de famille relativement à la mère et aux enfants, il sera juste de le considérer relativement aux autres individus, membres de la famille, ou réputés tels par (11) extension, comme les serviteurs, ouvriers, apprentis. » [ii].

Cet examen fait, et le pouvoir du Père de famille pleinement déterminé par la solution de toutes les questions ci dessus, il ne restera plus pour en compléter la théorie, qu’à le considérer relativement à la société entière. (…) Ainsi nous nous verrons enfin à portée de décider si dans la thèse générale le Père doit avoir sur tous les membres de la famille et quel que soit leur qualité, leur âge, un pouvoir légal et sanctionné par l’Autorité. »

Solution des questions précédentes. Développement et observations.

Les trois âges

Dans le premier âge, il est fils, petit-fils, neveu ou petit neveu. C’est le temps de l’éducation physique et morale. Docilité dans toute la durée de cet âge donne à la fois l’idée de tous les devoirs et de toutes les vertus qui lui sont propres.

Dans le second âge, « l’homme est Epoux, Père, Oncle, surtout Instituteur dans le sens le plus étendu qu’on puisse donner à ce mot ; cet âge constitue proprement ce qu’on appelle la vie. C’est le temps de l’action et de la mise en œuvre de toutes les facultés acquises. Modération, ordre, vigilance, voilà tous ses devoirs en abrégé, et c’est aussi pour lui la source de toutes les jouissances, de tous les vrais plaisirs. » 13

3ème âge : « l’homme peut être encore époux, Père et oncle ; il peut même être fils encore ; il est de plus aussi grand-Père, Grand-Oncle, (13) et n’a plus alors proprement de devoirs à remplir, si ce n’est peut-être celui de la résignation. C’est le temps du repos et des récompenses ; c’est le temps des souvenirs, et ils seront d’autant plus doux que les devoirs des deux premiers âges auront été mieux remplis. Beaucoup d’autres rapports comme ceux de frère, cousin et par extension encore ceux de maître, serviteur, compagnon, apprenti et autres s’appliquent à l’homme et lui dictent aussi d’importants devoirs. (…) »

« Au reste la réunion constante et sous le même toit, de tous les individus liés l’un à l’autre par les rapports indiqués ci-dessus, en y ajoutant les dénominations nécessitées par la différence des sexes, constitue ce que nous nommons la famille. Chacun des membres qui la composent en est un élément plus ou moins nécessaire suivant le rang qu’il tient dans l’ordre de la génération, et aucun d’eux pourtant ne l’est à tel point que la famille en Corps ne puisse pas subsister sans lui. Cela est incontestable, puisqu’il n’est pas rare de voir des familles florissantes, quoique privées de leur Père ou de leur Mère et quelquefois de tous les deux.

Mais rentrons dans le cas le plus ordinaire, supposons la famille complète, un Père, une Mère, des enfants et pour l’instant n’y admettons pas d’autres individus. Dans cet Etat cherchons quelle est la constitution naturelle de la famille ; je dis naturelle, c’est-à-dire abstraction faite de toute convention civile et de tout Pacte qui pourrait y avoir porté atteinte. [iii].

La Famille considérée sous ce point de vue m’offre un Etre fort, entouré d’autres êtres tous plus faibles que lui à différents degrés, et cet être est fort, non seulement d’une plus grande force physique, mais d’une supériorité d’intelligence attachée à (14) son sexe, à son âge, à son expérience. A tous ces titres, je ne peux lui refuser le droit de régir et de parler en maître, et maître souverain, puisque la Famille n’offre aucun autre individu qui puisse balancer ses moyens de force par des moyens égaux aux siens. Parlons vrai, le Père est Despote dans la famille, et c’est la nature qui le veut ainsi, puisqu’elle a réuni en sa personne tous les titres, tous les moyens de force qui peuvent fonder l’Autorité. [iv] Mais gardons nous bien ici d’accuser précipitamment la Providence divine, et cherchons, autant qu’il est en nous, à pénétrer dans ses voeux. Nous y reconnaîtrons, j’espère, qu’occupée constamment du bonheur de toutes les créatures sans distinction, en cela comme en toute chose, elle a tout fait pour le mieux[AV2] .

En effet pourquoi a-t-elle donné au Père un pouvoir aussi incontestable, aussi entier ? Est-ce pour son bien, pour sa satisfaction personnelle, et comme une compensation de l’asservissement où le tiennent tant d’agens dans la Nature dont la puissance le fait trembler chaque jour ? Gardons nous d’imputer à la Providence ces vues odieuses qui contrastent trop fortement avec sa bonté, sa justice, les plus consolants et les plus certains de ses attributs. Est-ce plutôt pour le bien du membre subordonné, quel qu’il soit ? Nous serions plus disposés peut-être à adopter cette idée, s’il n’était pas plus simple encore et plus conforme à cette même justice et cette même Bonté infinie, de croire que ce pouvoir illimité n’a été donné à l’Etre fort sur l’Etre faible que pour le bien de tous les deux. Eh ! n’est-il pas facile de s’en convaincre ? D’abord pour le bien de l’Association en elle-même, pour donner à toutes les opérations l’ensemble et l’unité seules capables d’en remplir le but, il fallait qu’une seule volonté les déterminât, et l’homme qui devait pourvoir à la subsistance et l’avantage commun de tous, ne pouvait justement être seul chargé de cette entreprise, qu’avec tous les moyens propres à lui en faciliter le succès. Mais en (15) donnant au Père un si grand pouvoir, voyez quels soins la Nature a pris pour en prévenir l’abus. Quel moyen de force et de résistance n’a-t-elle pas donné à l’Epouse dans les grâces de son sexe, dans les besoins réciproques de se plaire, dans le sentiment des plaisirs passés, et jusque dans les larmes et la faiblesse même [AV3] ? [v] Quant aux enfants, le frein de l’Autorité suprême est de toute autre nature. L’homme en général n’est que trop disposé à faire abus de sa puissance, et convenons que la protection de la mère et le sentiment de l’Amour paternel seraient souvent insuffisants pour en préserver ces faibles créatures, si l’Eternelle Sagesse n’eut disposé les choses de manière à ajouter à l’affection naturelle du Père pour ses enfants, un motif puissant d’intérêt personnel, motif toujours présent à son esprit, et qui le porte à les bien traiter. L’homme éclairé par l’expérience a vu son père éprouver dans sa vieillesse les besoins d’une seconde enfance, et les soins qu’il lui a donnés ont prolongé la vie, ont fait le bonheur de ses vieux ans. Il ne peut se dissimuler qu’un sort pareil sera le sien, et dans cette perspective, que doit-il faire autre chose que de mériter dans la fleur de l’âge, par un emploi doux et sage de ses forces et de son Autorité, une assistance dont il aura besoin quand ces forces et conséquemment cette Autorité n’existeront plus ? Je ne crains pas de le dire : cette vue dans l’avenir, cette appréhension salutaire, est dans la nature bien ordonnée, le mobile le plus puissant, le principe le plus sûr de l’affection paternelle. C’est le modérateur constant et le plus efficace d’un pouvoir que rien ne borne. En un mot c’est le lien le plus étroit qui puisse unir le Père à ses enfants. Otez ce lien et la famille n’offre bientôt plus que le triste spectacle d’un tyran se faisant servir avec rigueur par les esclaves qu’il nourrit, et qui n’attendent que le moment heureux de pouvoir se soustraire à sa puissance. Ces Vérités n’ont besoin en quelque sorte que d’être énoncées pour (16) être senties, et ce qui va suivre achèvera de les rendre plus sensibles encore.

Tout ceci bien entendu, que vous présente la Famille ? un Corps composé de parties, mais formant un tout parfait et bien ordonné. C’est un agrégat fortement constitué, un Corps enfin organisé parfaitement et se suffisant à lui-même, de manière à pouvoir subsister seul sans l’assistance et l’appui d’aucun corps étranger, ni d’aucun agrégat semblable. Cette vérité est frappante et suit comme conséquence nécessaire de tout ce qui a été dit ci dessus, mais mal appliquée, elle a produit une étrange erreur, et par suite de cette erreur un système plus étrange encore, puisqu’il contredit la notion la plus claire qu’on puisse se former de la société civile, et qu’il ne tient à rien moins, comme nous nous flattons de le prouver, qu’à en renverser les fondements.

On a dit : [3] « La famille est un tout parfait et se suffisant à lui-même. D’un autre côté, tout nous fait sentir que (sur la moitié de la page, est collée la note) ; l’extrait, ou plutôt la présentation synthétique des thèses de Guiraudet reprend à la page suivante (18), qu’il remplit toute jusqu’au haut de la page 19).

A la suite de quoi, il réfute les propositions principales de Guiraudet, qu’il résume à trois phrases :

1. Les Familles sont l’élément des sociétés civiles

2. Chaque Père, monarque chez lui

3. Les pères seuls citoyens dans la république.

« On ne pourrait regarder la société civile comme un composé de familles toujours représentables par leurs Chefs, qu’autant que cette société aurait essentiellement pour objet l’intérêt et la conservation de ces Chefs seuls. Or on sait que le but de cette institution est bien plus étendu, bien plus respectable ; c’est celui de protéger indistinctement et de rendre heureux tous les membres de l’association politique, tous les individus qu’elle renferme sans exception. Elle protège donc l’Epouse contre l’Epoux, l’Enfant contre le Père — ne fut-ce que pour ôter à ces derniers le droit de vie et de mort, et certes, c’est se tromper bien grossièrement que de croire qu’une institution quelconque puisse jamais avoir été l’Ouvrage de ceux qu’elle enchaîne, et dont elle restreint les droits. Je soutiens même que, loin de conserver la moindre portion de leur autorité première dans la société civile, les Chefs de famille la perdent de droit toute entière, et par le fait même de son institution. Il faut que la loi leur en restitue (19) une partie, tacitement, ou en termes formels, et l’Ecrivain que nous réfutons le reconnaît lui même implicitement, en établissant la nécessité d’un Code domestique. L’Etat une fois institué, devient donc le Père commun, le Défenseur né de tous les individus qu’il rassemble depuis le plus fort jusqu’au plus faible, et tous les membres de chaque famille en particulier y trouvent un Protecteur moins zélé peut-être mais plus redoutable que celui qu’ils avaient auparavant. Ils y trouvent surtout un juge équitable et sévère des abus d’Autorité que pourra se permettre encore ce premier Protecteur, s’il a pu conserver sur eux quelques droits. Sans doute qu’il serait absurde que la Corporation générale cimentât dans chacune des Corporations qui lui sont soumises les actes arbitraires que son institution a pour but de prévenir ou de punir, quand ils ont eu lieu, et s’il est vrai de dire que ce sont les violences et les oppositions fréquentes dans l’Etat de nature qui ont donné l’idée d’instituer la société civile, ne peut-on pas croire que de tous les opprimés qui l’ont provoquée, les femmes, les enfants ont été les premiers à faire entendre leurs voix plaintives et que toutes les affections douces, toutes les considérations morales, tous les motifs d’intérêt personnel, enfin toutes les précautions de la nature auraient été vaines pour enchaîner l’orgueil jaloux des pères, et arrêter leur bras toujours prêt à frapper.

Si les membres opprimés de la famille ont pu provoquer l’établissement de la société civile, et concourir individuellement à cette sublime institution, la famille en Corps n’en est donc pas l’élément unique et insécable. Elle n’y entre même comme élément en aucune manière et c’est avec raison que pour se faire une idée claire et complète de la société civile et de son objet, on a par le secours de l’analyse pénétré jusqu’à l’homme même[av4] , pour étudier et reconnaître ses droits naturels et imprescriptibles.

Nous aurons bientôt l’occasion de réfuter les deux autres propositions non moins erronées que la première, et présentées comme conséquences par (20) l’Ecrivain estimable que nous nous sommes permis d’attaquer. Nous espérons bien prouver contre son système que les Pères dans la République ne doivent être ni Monarques chez eux, ni encore moins seuls Citoyens actifs[av5] . Il nous suffit quant à présent d’avoir démontré que ce système porte à faux. D’ailleurs ce que nous avons dit satisfait d’avance à cette question particulière à laquelle l’Analyse du sujet nous a conduit : Qu’est-ce que la famille dans l’Etat ?? ………

La famille dans l’Etat est une collection d’individus parfaitement égaux aux yeux du législateur. Ces individus à la vérité sont liés entre eux par des rapports naturels qui donnent à l’un d’eux sur tous les autres un pouvoir sans borne ; mais la Puissance civile juge suprême de l’utilité de ce pouvoir peut le conserver, si bon lui semble, peut l’anéantir ou le modifier à son gré. A cet égard convenons que chez toutes les nations et pour les cas les plus ordinaires, la Puissance civile s’est fait une loi de respecter cette sainte institution de la Nature, parce qu’elle a reconnu qu’elle n’avait pas pour objet l’avantage seul du chef de famille, mais bien, comme on l’a dit plus haut, celui de ce Chef et de tous ses subordonnés ensemble. Et cependant disons aussi que malgré ce respect, la Puissance civile n’a pu et n’a du conserver de la Constitution naturelle de la famille que ce qui peut se concilier avec le but certain et positif de son institution. Il y a plus : c’est que s’il est vrai comme on l’a prouvé, que par l’effet de sa constitution forte, l’agrégat nommé famille forme un tout parfait, indépendant et se suffisant à lui même, la Puissance civile n’en a que plus d’intérêt à le dénaturer et le priver de cette indépendance qui, choquant tous les principes du pacte social, ne peut plus subsister avec lui.

Nous avons déjà fait observer que le but de la Puissance civile était la protection et le bonheur de tous. Or ce but est partout le même, quel que soit la forme du Gouvernement établi. On ne peut nier en effet que les Gouvernements, quels qu’ils soient, ont tous cette protection, ce bonheur commun pour objet au moins apparent, et il y a entre eux cette seule différence que telle forme semble plus propre que telle autre à l’effectuer en réalité.

Les raisonnements que nous allons faire doivent donc être tout à fait (21) indépendants de cette forme variable à l’infini ; mais par cette seule intervention de la Puissance civile, on sent aisément que la scène va changer du tout au tout, et que notre sujet se présente à nous sous un tout autre point de vue.

Portant d’abord son attention sur les rapports naturels qui lient les deux époux l’un à l’autre, le Législateur a vu ou du voir qu’aucun code, aucunes lois positives quelconques ne devaient déterminer le degré d’autorité appartenant à l’homme dans une union fondée sur un accord mutuel, et le consentement libre des deux conjoints, dans une union que chacun d’eux a toujours et en tout état de cause la faculté de faire dissoudre. Il est certain que tant qu’ils restent volontairement ensemble, c’est une preuve que cette union leur convient à tous deux et chacun d’eux en est le juge. Ce qui importe seulement à la Puissance civile, c’est qu’à cet égard les deux Epoux soient toujours réellement et entièrement libres, à quelques restrictions près dictées par la prudence et qui n’ont d’autre but que de leur ménager dans une occasion aussi décisive le temps de la réflexion. Il est clair d’ailleurs que ce n’est pas la faculté du Divorce qui est d’institution humaine, mais bien l’indissolubilité prétendue d’un lien volontaire contracté par deux Etres sujets à l’erreur et conséquemment au repentir. C’est donc à la conservation de ce droit naturel que le Législateur doit veiller sans cesse.

Quant aux différents abus de pouvoir, aux violences même que peut se permettre l’un des deux époux envers l’autre, ils n’ont point droit d’exciter son attention, à moins que la sûreté personnelle de l’opprimé, ou sa conservation, n’aient été compromises, auquel cas l’Epoux et l’Epouse rentrent dans la Classe de tous les autres Citoyens. [vi]

Mais c’est principalement au sort de ces intéressantes créatures livrées sans défense au pouvoir arbitraire de celui qui leur donna la vie, que la puissance civile a su se hâter de pourvoir. Pour fixer équitablement et leurs devoirs et leurs droit, qu’a-t-elle du faire ? Nous l’avons déjà dit ; se conformer sans doute autant que possible aux vues de la nature, mais d’un autre côté aussi rester fidèle au principe et à l’objet de son (22) institution. Et c’est sous ce double point de vue qu’il nous faut suivre les rapports civils du Père et du Fils dans les différents âges de leur vie.

Avant tout, faisons remarquer ici une erreur commune à tous les Pères, à tous également fatale, et dont une cruelle expérience semble ne pouvoir jamais les corriger. C’est que tous transportant dans l’état civil des idées et des prétentions applicables à la Constitution naturelle de la famille, et qu’en conséquence l’Etat de Nature seul pourrait autoriser, regardent leurs enfants comme une propriété dont ils peuvent disposer arbitrairement et sur le sort de laquelle ils peuvent statuer comme il leur semble bon[vii]. L’obligation de consulter les goûts et les penchants de leurs enfants n’est à leurs yeux qu’une obligation secondaire, une simple convenance toujours subordonnée à la volonté paternelle. Sous le prétexte d’une surveillance nécessaire, ils prétendent pouvoir diriger toutes leurs actions, s’offensent de la moindre résistance, et punissent l’enfant raisonneur, qui ose soupçonner qu’on aurait dû peut-être le consulter avant de disposer de lui.

C’est dans cette idée que chaque Père spécule sur l’enfant qui vient de lui naître. Le Militaire y voit un soldat qui servira pour lui ; L’homme de loi, un Clerc soumis et assidu ; l’Artisan, d’abord un apprenti docile, ensuite un Compagnon laborieux, craintif, et dont la tâcher doit ajouter à la sienne. Le Cultivateur enfin y voit selon les différents âges un valet de basse-cour, de jardin, de charrue, qui toujours travaillera sans salaire, et c’est en ce sens qu’on dit communément qu’un grand nombre d’enfants fait sa richesse[viii]. Mais aussi bientôt nous les entendrons tous se plaindre, ce Militaire, cet homme de loi, cet Artisan, ce Cultivateur ; tous crieront hautement contre un fils ingrat, rebelle ou déserteur de la maison paternelle. Père injuste autant qu’avide ! qui t’a dit que pour prix des soins intéressés que tu donnas à son enfance, soins bien imparfaits sans doute puisque tu n’avais pas en vue son intérêt, mais le tien, (23) qui t’a dit que cet enfant, devenu homme, te sacrifierait tout son être, et ne se rendrait pas juge des conditions ? [ix] (…)

Ces méprises toujours cruelles, et leurs tristes résultats n’auraient pas lieu sans doute, si les Pères se pénétraient enfin de cette vérité, que sous l’empire de la Loi civile, un Père n’est pas plus maître de sa femme et de ses enfants, qu’il n’est maître des autres individus de son espèce. Il ne conserve de son pouvoir naturel sur eux que ce que la Loi a bien voulu lui en laisser, soit expressément, soit tacitement. Cette proposition est incontestable et ne pourrait être révoquée en doute sans contredire formellement le principe qui sert de base à l’institution des sociétés politiques[AV6] . (…)

L’homme qui se sent au dehors si impuissant, si subordonné ne renonce pas aussi aisément au pouvoir qu’il s’arroge dans l’intérieur de sa maison. L’Autorité domestique, dans ses injustes prétentions, n’est pas la moins aveugle, la moins opiniâtre de toutes, et ces sortes de préjugés ne sont pas de ceux qui s’effacent aisément[4].

Un enfant vient de naître. Dès cet instant, partie intégrante de l’Etat, il a droit à la protection immédiate et le Père n’est pour lui qu’un Protecteur en sous ordre. Cela est si vrai que le Père, en toute circonstance et quand il lui plaît, peut se décharger de ce soin en abandonnant son enfant, au lieu que l’Etat, même dans ce cas (25), reste toujours responsable de l’existence et de la conservation de l’enfant abandonné. Il y pourvoit au défaut du Père et il y veille encore, même quand celui-ci s’est décidé à rester chargé de ce soin. Ainsi le Père évidemment a toujours le prendre et le laisser dans cette occasion. En un mot c’est de sa part un acte d’adoption entièrement volontaire et libre, circonstance très favorable au Père, et qui n’existait pas avant l’établissement de la société civile, mais qui change beaucoup aussi la nature de ses droits sur l’enfant. Avant l’établissement de cette société, le Père forcé de nourrir son enfant sous peine de le voir périr, était seul juge des peines et des sacrifices que cette nouvelle charge allait exiger de lui, et pouvait s’en promettre à l’avance telles ou telles compensations. Mais depuis, le sort de l’enfant plus indépendant du Père a dû rendre nécessairement sa condition moins dure. Le Père ne peut donc mettre la subsistance et les soins qu’il donne à son enfant à un prix plus haut que ne les mettrait l’Etat lui-même, et l’Enfant devenu homme pourra toujours, quoi qu’on en dise, sinon en refuser tout à fait la juste récompense, du moins marchander un prix exorbitant. Continuons.

Le Père se charge de l’Enfant qui vient de naître ; La Puissance civile consent à n’être plus que surveillante du Père et à cet égard la concurrence cesse entre elle et lui. Or n’est-il pas certain que dans ce cas la préférence donnée au Père doit profiter à l’enfant que l’Etat lui confie, et s’il est permis d’employer ici une expression consacrée à des actes tout différents en apparence, mais au fond de même nature, c’est une enchère au rabais qui assure à l’enfant l’éducation dont il a besoin et lui assure aux conditions pour lui les plus favorables. (…)[5]

Quoi qu’il en soit de ces opinions, et malgré des motifs si raisonnables de défiance, convenons pourtant que pendant toute la durée du premier âge, dans cette société intime, cette cohabitation nécessaire de deux êtres, l’un fort, l’autre extrêmement faible, la Puissance civile, dont l’œil, quoique toujours ouvert, ne peut pas percer les murs de chaque maison, se voit comme forcée de (27) laisser l’Etre faible à peu près à la merci du plus fort. Bien plus. Elle croit devoir détourner ses regards de quelques violences qu’elle pourrait apercevoir et punir. En un mot, la Puissance civile se tait sur la Nature et les bornes du pouvoir paternel pendant la durée de ce premier âge, comme nous avons vu qu’elle devait se taire sur la Nature et les bornes du pouvoir marital[6]. De ce silence auquel nous attachons d’ailleurs un grand prix (et l’on en verra bientôt la raison) résulte évidemment en faveur du Père une Autorité de fait, qui comme on voit, s’étend fort loin, mais purement de fait, et dont les actes peuvent toujours et en tout état de cause être soumis à la rectification ou répression d’une Autorité supérieure. Ce ne sont pas seulement les cas graves ou les violences extrêmes ayant trait à la vie et la conservation de l’individu opprimé qui peuvent donner lieu à cette intervention du Magistrat. Il est certain que mille circonstances plus ou moins aggravantes peuvent la nécessiter sur la réclamation seule de l’Enfant qui croit avoir à se plaindre. A parler même dans la rigueur du principe, il serait très vrai de dire que si le Père peut impunément maltraiter la Mère, qu’un consentement libre retient chaque jour auprès de lui, il ne peut pas plus impunément donner sans juste motif un soufflet à son fils qu’à tout autre Citoyen. Mais, nous venons de le dire, la Puissance civile tire le rideau sur tous ces actes particuliers d’injustice, sur cet abus quotidien d’un pouvoir qu’elle ne peut surveiller sans cesse. Et convenons encore que cette tolérance poussée jusqu’à un certain point semble nécessaire pour conserver à l’Etre fort cet ascendant naturel attaché à la supériorité physique et morale, et qui, provoquant la docilité, épargne à l’être faible l’emploi de moyens plus rigoureux. Enfin, nous conviendrons bien aussi que la Puissance civile a du compter pour quelque chose la Protection de la mère, l’influence des doux sentiments et dont nous avons déjà parlé, motif dicté par la nature même, toujours présent à l’esprit du Père et qui lui fait une loi de ménager ses enfants, de les rendre heureux, de gagner enfin leur affection pour mériter d’en être (28) un jour secouru dans sa vieillesse…

Mais ici une considération importante mérite bien de nous arrêter. (…)

J’ai dit que dans l’Etat de Nature l’espoir bien fondé d’être assisté et soutenu dans sa vieillesse par l’enfant auquel il aura donné tous ses soins, doit nécessairement porter le Père à ne faire de son autorité sur lui qu’un usage doux et raisonnable. (…)

Ces sages vues de la nature sont bien dérangées, sont même tout à fait contrariées par l’Etablissement du Tien et du Mien, par ces Biens qu’amasse maintenant le Père et qu’il a intérêt d’augmenter chaque jour. Ces Biens en effet lui offrent une ressource certaine. Non seulement ils le rendent indépendant de ses enfants, sans qu’il ait plus à s’inquiéter de leur haine ou de leur amour, mais même la faculté de disposer de ces biens en faveur de tel de ses enfants qu’il voudra choisir lui assure pour toujours l’Empire sur eux et l’expression vraie ou feinte de leur soumission et de leurs respects. Les suites funestes et pour les Pères et pour les Enfants et pour la société entière d’un pareil état de choses sont incalculables. (…) Du côté des Pères nul ménagement, nul frein, toutes les violences impunies, tous les préjugés satisfaits, toutes les viles et petites passions mises à l’aise ; du côté des enfants, hypocrisie, bassesse, (29) jalousies, haines implacables, dépravation et corruption totales. Et dans tout le corps de la société, un principe d’avidité et de convoitise qui subordonne tout au besoin d’acquérir de l’or. Dès lors surcroît d’efforts et d’activité, agitation, concurrence universelle ; mettre de côté devient la précaution par excellence, le précepte fondamental. Chacun se croit pauvre et dépourvu, si son gain ne suffit qu’à sa subsistance et celle de sa famille, il faut qu’il se procure en outre de quoi se passer un jour de la reconnaissance et de l’affection de ses enfants, de quoi les retenir à tout âge sous son joug par des motifs toujours présents d’espérance et de crainte, un trésor enfin, ce supplément de toutes les vertus humaines. (…)[7]

Je ne parle pas seulement de ces devoirs rigoureux qui se réduisent à alimenter, vêtir etc, je parle du devoir non moins pressant de faire naître la confiance et l’Amour dans ces cœurs si faciles à gagner par un traitement doux, par des actes réitérés de bienveillance, par des sacrifices même, surtout par une distribution égale des faveurs et des caresses paternelles. Mais je le vois ; ce devoir, cette contrainte salutaire te pèsent, et tu ne veux rien plus ardemment que d’en être affranchi ; hé bien, enrichis-toi pour être impunément colère, capricieux, injuste (30) et tyran dans ta famille ; contente-toi des témoignages menteurs d’attachement et de respect que tu exiges de tes enfants ; mais bientôt entouré d’héritiers avides, et cruellement détrompé, ne t’en prends pas à la nature, et n’accuse que toi d’un état de chose qui sera ton ouvrage. (…)

Je conclus de tout ceci que l’assurance d’être alimenté et assisté par son enfant sur la fin de sa vie est la seule compensation naturelle et juste que puisse attendre le Père des soins et des dépenses que nécessité l’éducation de cet enfant ; que l’espoir et le besoin de cette assistance pour l’avenir est presque toujours la mesure des soins paternels et des bons traitements que l’enfant peut attendre. Je conclus en outre que la puissance civile ne peut raisonnablement s’en reposer à cet égard sur le père, qu’autant que celui-ci, déterminé par le motif que je viens d’exposer, verra toujours la peine attachée à sa négligence, ou à l’abus qu’il pourrait faire de son autorité. Par la même raison, je conclu encore que la Puissance civile, pour l’intérêt même des mœurs et de l’Ordre public, doit ôter au Père, ou du moins affaiblir en ses mains autant que possible tout moyen de puissance résultant des richesses acquises, et qui, assurant le sort de sa vieillesse, rend nul pour lui le besoin d’être un jour soutenu par ses enfants.[8] » [x]

L’enfant devenu homme (quelques lignes, où la puissance civile est invitée par son silence à affranchir l’enfant devenu homme, à le soustraire à ce pouvoir que la nature ne veut plus avouer).

Troisième époque : (…)

Puis en vient à aborder le cas de cette « autre classe d’individus, fixés par choix ou par circonstance dans l’habitation de la famille. Il est question ici 1° des apprentis 2° des ouvriers proprement dits compagnons travaillant journellement sous la direction du P. de famille et salariés par lui. 3° des serviteurs de toute espèce, et fort bien nommés domestiques[9] ; tous avec raison réputés membres de la famille, puisque, partageant ses travaux et aussi ses plaisirs, ils doivent reconnaître l’Autorité qui la régit dans toutes ses parties. (…) 38

(..) Pour tous ces cas, au surplus, je ne vois la nécessité d’aucun acte direct de la puissance civile, à l’effet de ratifier une Autorité qui, pour être exercée comme et autant qu’elle doit l’être, n’a nul besoin de son intervention. La nature et l’objet de cette Autorité, surtout le consentement toujours libre des individus qui s’y soumettent, en déterminent bien suffisamment l’étendue et les limites naturelles. » 39

parvient à cette « solution générale » : « Sous l’empire de la puissance civile et quelle que soit la forme de gouvernement, sous laquelle elle se présente, le Père ne doit jamais avoir sur aucun des membres de la famille et quelles que soient leur qualité, leur sexe, leur âge, un pouvoir légal, et sanctionné par l’Autorité. » 40

« Il est clair que cette solution ne peut être vraie à l’égard de chaque Père, chaque Mère, chaque enfant, chaque serviteur etc sans l’être à l’égard de la masse totale composée de Pères, mères, enfants, serviteurs et autres, et il serait absurde sans doute de croire qu’un Pouvoir institué reconnu nuisible ou au moins inutile dans l’intérieur de chaque famille, peut être bon à quelque chose au dehors, c’est-à-dire à la communauté de toutes les familles réunies. »

« Terminons par observer que de tous les moyens de régir et de commander aux hommes, il n’y a que les forces morales et purement d’opinion qui puissent remplir efficacement ce but, et assurer à l’individu qui y peut prétendre un empire réel et durable. Cette observation est d’une vérité presque banale, tant elle a été répétée : mais ce qu’on a dit beaucoup moins souvent, et qui n’est pas moins vrai, c’est qu’on détruit toute l’énergie de ces mêmes forces, précisément par les moyens qu’on prend pour en cimenter la puissance et les signaler à tous les yeux ; je veux dire ces Règlements, ces Actes directs et positifs, et généralement toutes ces mesures coactives qui font d’une obligation naturelle et morale que mille circonstances peuvent modifier, un devoir civil, déterminé en quelque sorte physiquement et général dans tous les cas. Le dirai-je enfin ? il semble que l’homme excessivement jaloux de son indépendance, et dans le fait dépendant de tout ce qui l’entoure, porte volontiers des chaînes, tant qu’il peut se les déguiser à lui-même, mais les rompt avec violence, sitôt qu’un législateur imprudent s’est avisé d’en trahir le secret. Peut-être ne faudrait-il qu’une loi qui nous obligeât tous d’avoir une maîtresse à 20 ans, pour ôter aux femmes tout leur Empire ; Ce qu’il y a de très sûr, c’est que pour établir et cimenter le pouvoir d’un bon Père, comme celui d’une femme jolie, un Code domestique n’est pas plus nécessaire qu’un Code d’Amour ; or on sait qu’en fait de codes, et sur toute matière, tout ce qui n’est pas nécessaire est nuisible. » 42

Dans un gouvernement despotique, le père est non seulement despote de fait, mais de droit. Ce gouvernement, par l’oubli de tous les devoirs et par la violation de tous les droits, ramène tous les hommes à l’égalité primitive (Rousseau) ; il ramène aussi les familles à la constitution naturelle ; c’est cette Constitution naturelle qui est la plus solide base du pouvoir arbitraire.

« Il est clair que chaque Chef de famille dans son intérieur doit être d’autant plus jaloux de son autorité que l’asservissement général lui fait plus sentir celle à laquelle il est soumis lui-même ; par un effet tout aussi naturel, l’exercice habituel qu’il fait de cette autorité précaire, non seulement le console de son oppression propre, mais l’attache même à l’oppresseur commun et lui fait aimer un système où il a aussi sa sphère de domination et d’importance personnelle. Le Despote qui sent cela, et qui a intérêt de propager dans tous les degrés de subordination un principe d’obéissance aveugle, ne manque pas d’encourager, de renforcer cette disposition naturelle des oppresseurs en sous ordre, et chacun d’eux lui paye ainsi en témoignage de dévouement et en hommage servile le prix du droit qu’il leur donne de dominer et d’opprimer à leur tour.

Il est donc vrai que le Despotisme politique et le Despotisme paternel réagissent l’un sur l’autre pour s’assurer et se fortifier (45) réciproquement. Il semble aussi que sous cette forme de gouvernement le Despotisme du Père devrait être plus dur, plus odieux que partout ailleurs puisqu’il est presque entièrement libre de ces freins naturels que nous avons vu exister dans la Constitution primitive. Et ce serait encore là un effet tout simple d’un Etat des choses si funeste à l’humanité. On sait qu’un esclave, un Opprimé, quel qu’il soit, si le hasard ou sa position particulière lui subordonne quelques uns de ses semblables, se venge sur eux des traitements qu’il éprouve, en leur en faisant supporter de plus durs encore. C’est l’Enfant journellement battu qui fouette a tour de bras sa poupée. C’est le Nègre intendant qui rend au centuple à ses infortunés compatriotes les coups de fouet dont il fut si souvent déchiré lui-même. » 45

« Gardons-nous d’inférer de l’Aveu précédent que le bonheur domestique, le seul permis aux sujets Despote, s’est goûté aussi dans la République, ne l’est pas dans sa plénitude. Ce Bonheur est à son comble, puisque le bonheur politique en double encore le sentiment, et que tous deux d’ailleurs y portent sur les mêmes bases, la Liberté, la Bienveillance, la Vertu, plus durable, plus sacrées mille fois que cette crainte servile et intéressée sur laquelle tout repose dans les Etats despotiques. Ecartons en donc la triste image pour remplir notre âme de la plus douce, la plus flatteuse et en même temps la plus grande des pensées, la République dans la plus parfaite constitution, second ( ?) extrême auquel il nous faut appliquer tous les différents résultats de l’Analyse précédente. » 46

un long passage conclusif reprend terme à terme les étapes de son analyse. Y revenir éventuellement.

Celui-ci me rappelle singulièrement la philosophie de Say : « Ne dites point au Fils : honorez votre Père. Forcez-le encore moins à paraître l’honorer, sous peine d’être privé de tel ou tel avantage. Mais faites qu’aucune institution vicieuse, aucun désordre dans le Gouvernement ne déprave ou n’altère les sentiments de la nature ; dès lors tous les Pères seront dignes d’être honorés, et rien ne portera les enfants à leur refuser cet honneur. » 52

« On a proposé de ne donner le droit d’élire et conséquemment le titre de Citoyens actifs qu’aux Chefs de famille, sur ce (52) principe démontré faux que la représentation d’une société n’est que la représentation des familles qui la composent. Il serait bien aisé sans doute de prouver que cette disposition n’est point désirable, et serait au fond beaucoup plus nuisible qu’utile ; mais je suppose qu’un Ecrivain Politique, ou l’un de nos Représentants, se pénètre de cette opinion plus raisonnable que l’homme, destiné à l’Etat de Chef de famille, est généralement coupable, quand il résiste à ce vœu de la nature, qu’il s’en pénètre assez pour désirer fortement que tous les fonctionnaires publics, ou seulement ceux d’une certaine Classe, soient mariés. Vite ( ?) il en prendra droit de conclure la nécessité d’une loi positive et de rigueur qui établira en règle générale et constitutionnelle une disposition que rend très désirable sans doute l’intérêt des mœurs et de l’ordre public. Il proposera donc cette loi, il en exaltera tous les avantages, surtout si étant chef de famille lui même, il a quelque intérêt à faire adopter ses vues. IL y a beaucoup de belles choses à écrire sur ce sujet. IL fournit matière à des morceaux d’éloquence, à des traits de sentiment qui feront beaucoup d’honneur à celui qui les débitera. Enfin supposons encore que le prestige de son beau style et l’accent de la nature qu’il ne manquera pas de faire parler en imposent assez à tous les membres de l’Assemblée pour faire adopter la Loi qu’il propose, certes, ou tout ce que nous avons dit précédemment est faux, ou ce Citoyen estimable, mais aveuglé par son zèle, aura fait plus de mal que de bien. Un peu de réflexion suffira pour se convaincre qu’ici comme à tout autre égard, il faut bien se garder de prescrire impérativement une disposition qu’amèneront naturellement l’Opinion publique et l’observation de toutes les convenances dans une société bien organisée. Que l’aisance générale, que l’Empire du bon exemple et de l’Opinion publique puissent porter chaque Citoyen à obéir sans crainte (53) et sans répugnance à ce vœu de la nature qui fait désirer une compagne. Dès lors ceux qui continueront d’y résister auront peu de motifs raisonnables pour le faire ; dès lors le blâme général autant que l’intérêt même des Epoux et des Pères les exclura de fait de telle ou telle fonction dont vous voudriez dès à présent les rendre légalement incapables. Le respect, l’ascendant de l’âge et de la dignité personnelle et toutes les autres considérations morales n’y porteront que des Chefs de famille à l’exclusion des célibataires qui n’auront nullement à se plaindre.Rome ancienne dans les plus beaux temps de la république nous offre un exemple de cette exclusion de fait, qu’aucune loi ne commande, et qui n’est que le résultat de l’Opinion publique bien dirigée. »

Résumé : « Un nombre plus ou moins grand d’individus réunis constamment sous le même toit, et liés entre eux par les rapports qu’on désigne sous le nom de Père et de mère, d’Epoux et d’épouse, de frère et de sœur, de fils et de fille, constitue la Famille. On y comprend dans la société civile et par une extension raisonnable les serviteurs, apprentis, compagnons etc qui par choix ou par circonstance pour un temps ou à toujours cohabitent avec les Membres de la Famille, travaillent dans les mêmes vues et sous la même direction. Le gouvernement de la Famille considérée dans sa constitution naturelle, appartient au Père, et ce gouvernement est despotique. Mais ce pouvoir du Père tout illimité qu’il est, ne lui a pas été donné pour son avantage personnel ; par les soins qu’a pris la Nature pour le modérer dans son application et même en balancer l’exercice, Elle manifeste clairement l’intention ou elle est de le faire tourner à l’avantage de tous. Vis à vis de la mère, il paraît n’être balancé que par des affections douces et des considérations morales. Vis à vis des enfants, l’Affection paternelle entre sans doute pour quelque chose dans les vues de la nature, pour tempérer dans son action un pouvoir si étendu et si violent par lui même ; mais cette Affection est par elle même un sentiment vague et peu réfléchi, très souvent même il n’offre dans son analyse qu’un vil et sordide attachement, un calcul d’intérêt personnel, enfin des vues cupides et odieuses. Il fallait donc des considérations de toute autre espèce pour mettre un frein à ce grand pouvoir sur de si faibles et si timides créatures, et ce frein s’est trouvé dans la perspective toujours présente au Père d’un état futur tout différent du sien actuel, état de faiblesse pour lui, de force pour ses enfants, état qui à son tour va le mettre sous leur dépendance et qui ne lui permet de compter sur leur assistance et leur affection qu’autant que lui même par ses soins et ses bons traitements aura mérité d’eux un si juste retour.

La Famille ainsi constituée présente évidemment un tout parfait, bien ordonné et se suffisant à lui même ; d’un autre côté on a vu ou cru voir que la qualité d’homme ne pouvait, moralement et politiquement parlant, être séparée de celle d’Epoux et de Père, et de ces deux propositions on s’est cru fondé à conclure que pour se faire une idée juste d’une société politique il fallait l’imaginer formée par la réunion constante dans le même lieu et sous les mêmes lois d’un certain nombre de familles représentées par leurs chefs. Donc, a t on ajouté, la famille proprement dite sera l’élément naturel de la société civile, élément insécable, s’il est permis de parler ainsi, et formant le dernier terme de toute division et subdivision politique. On a réfuté cette erreur : on a prouvé que la société civile ne pouvait être supposée formée par une réunion volontaire de chefs de famille, puisque cette société par l’objet même de son institution, leur est plus défavorable qu’utile. En effet ce but n’est pas la protection et la Sauveté (sic) des Chefs de famille seuls, mais bien la protection, la Sauveté, et le plus grand bonheur possible de tous les individus (55) indistinctement que l’Etat renferme dans son sein. Donc pour motiver la formation de la société civile, l’hypothèse de tous ces individus en masse stipulant pour eux tous et pour chacun d’eux leur affranchissement ou l’amélioration de leur sort est la seule raisonnable, la seule admissible. Nous en avons conclu que la famille dans ce nouvel Etat de choses ne peut plus conserver son indépendance ni par conséquent sa constitution naturelle devenue incompatible avec l’existence de la société civile. Il n’est donc pas vrai qu’elle en soit un élément ; encore moins en est elle un élément insécable ; cet Elémént prétendu se fond, s’il est permis de parler ainsi, dans la Masse totale, ou l’action de la Puissance civile qui le divise, distingue et reconnaît des principes constituants. (…)

… dans la république bien constituée, ou toutes les familles semblent se confondre pour n’en former qu’une seule vaste et générale sous laquelle tous pères[10], enfants, serviteurs et autres civilement et juridiquement égaux ont tous des droits à exercer, des devoirs à remplir, ou tous conséquemment se sentent chargés d’une responsabilité plus ou moins étendue, qui les rend justiciables de la Puissance civile, seule et dans tous les cas souveraine maîtresse.Donc la puissance paternelle comme l’entendent les jurisconsultes y est nulle de plein droit et ce qu’on appelle le code domestique n’y peut être connu. (…) Partout où l’homme met la main, il porte un germe de corruption et de misère qui bientôt se développe malgré lui. » 59

Sans signature. 15 floréal an 7.


[1] Souligné dans le texte. Tous les mots soulignés le sont par l’auteur. Parfois, celui-ci utilise une graphie plus large, dans ce cas elle est en 16 points au lieu de 12.

[2] Cette portion de phrase est écrite en gros et gras.

[3] Note de l’auteur, insérée ici. « Tout ce qui va suivre, renfermé entre les guillemets, offre en peu de mots l’extrait d’un ouvrage publié en l’an 5, et qui ayant à juste titre excité l’attention du Public, a, dit-on, donné à l’Institut l’idée de la question présente ; il a pour titre : De la Famille, considérée comme l’élément des Sociétés, par T. Guiraudet, secrétaire général des relations extérieures, Paris, chez Deferme). C’est le même citoyen qui vient de publier une traduction complète de Machiavel dont on dit le plus grand bien. L’intérêt de la vérité qui me force à le réfuter et à le contredire presque sur tous les points m’est un motif de plus pour rendre justice au grand talent et aux connaissances de l’Auteur dont l’ouvrage d’ailleurs assez étendu mais parfaitement écrit contient des détails précieux et des morceaux fort bien sentis. Jamais peut-être des principes erronés et si dangereux dans leurs conséquences, ne furent déguisés avec plus d’adresse, présentés avec plus de force et sous un côté plus favorable et plus séduisant. C’était beaucoup plus qu’il n’en fallait pour me convaincre de mon insuffisance et me détourner d’une lutte aussi inégale. Mais j’ai osé compter et sur la bonté de ma cause, et principalement sur la bonté de ma méthode directement contraire à celle du Cit. Guiraudet et qui s’est déclaré franchement ennemi de l’Analyse, au moins dans son application à des recherches de la nature de celle qui nous occupe ici. Ce n’est pas sans quelque intention, je l’avoue, que j’ai affecté de suivre ma marche tout opposée à la sienne. Quoi qu’il en arrive, je me fais un devoir d’indiquer à mes Lecteurs cet ouvrage qui m’a donné l’idée de traiter la question présente, et qui, à tous égards, mérite d’être distingué.

[4] Ici, l’auteur cite Bernardin de Saint Pierre, par un long extrait des Etudes de la Nature, Etude 14, De l’Education, pour illustrer « l’orgueil despotique et bête du Bourgeois Chef de famille ». L’extrait, qui peut facilement être retrouvé, commence par « j’avoue qu’il est heureux pour beaucoup d’enfants qui ont de mauvais parents… » et se termine par « vous avez oublié le point principal, qui était de vous en faire aimer ». [Voir Etudes de la Nature, Etude 14, « De l’Education »pp. 420-422 de l’édition disponible sur Gallica, datée de l’an XII].

[5] Une autre note, insérée un peu plus loin dans le texte, dépeint la différence entre l’amour paternel et maternel : « voudrais-je inférer de là que l’Amour paternel n’a pas son principe dans la nature bien ordonnée et qu’aucun motif raisonnable et pur ne porte le Père à aimer son enfant plus que celui de son voisin ? A Dieu ne plaise ! Le Père aime son enfant, parce qu’il est son ouvrage, parce qu’il est le fruit d’une union qui le rend heureux ; mais quelques puissantes que soient ces causes d’affection, il s’en faut qu’elles puissent entrer en balance avec celles qui agissent sur le cœur d’une mère. La Mère a enfanté avec douleur, et cette seule circonstance qui n’a pas lieu pour le Père, suffirait pour donner à l’Amour maternel une base plus solide, une énergie cent fois plus forte ; mais il s’y joint en outre l’habitude morale résultante des occupations domestiques, sans cesse renaissantes, des soins minutieux donnés à la première enfance, et dont la femme voit chaque jour la récompense dans le développement successif de ces petits êtres qui lui doivent tout, tandis que l’homme toujours occupé au dehors, distrait par mille causes et souvent agité de mouvements et de passions diverses qui maîtrisent toute son âme reste presque étranger à ces soins si doux, et conséquemment aux sentiments, aux plaisirs, aux habitudes qu’ils font naître. C’est même un effet tout simple de sa destination naturelle que des vues d’ambition ou de fortune déterminent presque exclusivement son attachement pour des enfants qu’il est chargé de nourrir, d’élever et d’avancer dans le monde. Le malheur est que ces vues ambitieuses ou intéressées se rapportent au Père lui même autant et plus qu’à ses enfants, et c’est pour cela, comme nous l’avons vu, que le Législateur ne peut raisonnablement compter sur l’affection qu’elles produisent, pour s’en promettre les effets les plus heureux dans l’exercice du pouvoir paternel. » note page 27.

[6] C’est moi qui mets en italiques ou en gras ; lorsque c’est l’auteur, c’est soit souligné, soit mis en caractères plus larges (16 points), que je passe en bleu pour plus de sûreté.

[7] Plus loin, une note insérée, assez longue, développe sur la nécessité du travail et les méfaits de l’esprit de « thésaurisation ». Evoque dans ce passage le « rigoureux et absurde nivellement que la mauvaise foi seule a pu présenter comme nécessaire et possible ». « Nul n’a droit aux jouissances et même aux nécessités de la vie, qu’autant qu’il se les procure par son travail ».

[8] « A-t-on jamais remarqué en général que les Pères riches fussent plus aimés et plus respectés de leurs enfants que ceux qui n’ont rien à leur laisser, et en serait-il donc un effet de la domination dans la famille comme de la considération dans le monde ; dépendrait-elle de l’argent ? c’est pourtant ce que semblent croire ceux qui, partisans de la puissance paternelle, attachent la plus grande importance à laisser au Père la faculté de dépouiller par testament ou d’avantages à son gré tel de ses enfants qu’il juge le plus coupable ou le plus digne. Observons de plus que le Père n’a nul besoin de cette odieuse faculté pour retenir ses enfants, et se les attacher par les liens de l’intérêt personnel. Qui peut l’empêcher de récompenser de son vivant et par des donc actuels l’enfant qui remplit le mieux ses devoirs envers lui ? Cette justice de chaque jour ne lui offre-t-elle pas aussi un moyen sur de châtier un enfant ingrat ou débauché ? On sait d’ailleurs que la faculté de tester n’est qu’un mauvais supplément inventé par l’égoïsme pour s’épargner l’exercice toujours pénible de la faculté de donner. » note page 31.

[9] (Le C . Guiraudet dans l’ouvrage estimable ci dessus cité fait parfaitement sentir le ridicule et l’ineptie des dénominations nouvelles substituées à ce nom si simple et si doux, le plus affectueux, le plus paternel et fait pour rappeler toujours un membres de la famille, domus. V. p. 190 et suiv.)

[10] Les femmes ont subitement disparu de la Grande famille…


[i] Petitain, « N°1 Mémoire sur cette question : quelles doivent être, dans une République bien constituée, l’étendue et les limites du pouvoir du père de famille ? Proposée par l’Institut national le 15 messidor an 6 , Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « Concours de l’an VIII-1799 ».


PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV1] Cette question, qui vient avant même celle qui concerne le lien de père à enfants, montre bien comment l’empire de la puissance paternelle se comprend comme empire conjugal autant que paternel au sens propre.

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV2] THEODICEE.

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV3] La nature a pourvu à tout, elle a mis le contre pouvoir dans le pouvoir, le remède dans le mal. Il n’y a pas à toucher à cette œuvre parfaite. Le père est despote parce qu’il a accumulé les moyens de ce despotisme: en d’autres termes, la nature l’a fait despote parce qu’elle l’a voulu despote ; il est despote parce qu’il en a les moyens ; l’auteur adopte une logique circulaire. Pourquoi en a-t-il les moyens ou plutôt, comment les a-t-il acquis ? C’est une question que l’auteur ne pose bien entendu pas : le recours à la nature permet de répondre au pourquoi, pas au comment.

[av4]L’homme est ici l’Homme au sens universel du terme.

[av5]Militerait-il pour une citoyenneté active des membres de la famille ?

PAGE \# « ‘PAGE : ‘#’
‘ » <!–[if supportFields]><![endif]–> [AV6] Ici, le mot « civiles » a été barré, et « politiques » lui a été substitué.



François Joseph L’Ange et le suffrage des chefs de famille


A la suite de la publication du règlement du 24 janvier 1789 pour la convocation des Etats généraux, cet ancien peintre sur soie publie une brochure intitulée : Notions problématiques sur les Etats généraux, suivies d’un plan de leur vraie constitution, présentées à la députation de Lyon, par un vieux Germain ; brochure qui a été précédée d’une Proposition réglant au premier degré la Constitution des Etats généraux par les citoyens groupés, sans distinctions corporatives, en Centuries élisant chacune un centenier, proposée selon l’auteur lui-même le 22 octobre et le 1er novembre 1788. Cette pièce a été perdue, mais elle est reproduite dans le Plan de Constitution… sous la forme de l’art. II. Selon Paul Leutrat, qui a établi l’édition critique, L’Ange est rousseauiste (p. 29). Il est pour le vote par tête, contre le vote par ordre ; mais, très méfiant à l’égard de tout mandataire, il précise que les représentants ne peuvent être les représentés, que les députés des Etats généraux ne peuvent être ces mêmes Etats ; d’où son système de vote par centurie, où tout le monde se connaît : cinquante centeniers élus tiennent un Congrès ; six Congrès élisent 36 membres auxquels se joignent 36 autres membres de la noblesse et du clergé choisis par les deux ordres dans des Assemblées dont le nombre sera égal à celui des Congrès. Ces 72 délégués forment un Conseil des Etats qui votera par tête pour élire un député ; il y aura 1 200 députés répartis en cent divisions, qui seront mélangées les unes aux autres par moitié. Ainsi seront constitués les Etats généraux qui se réuniront tous les 25 ans, à partir de 1800. Le Tiers vote en trois degrés : centurie, Congrès et Conseil des Etats. Le peuple, lorsqu’il se réunit (devant l’église), sera voilé, afin d’éviter toute pression et d’introduire entre tous une parfaite égalité provisoire. Les femmes veuves ou âgées de plus de 25 ans et qui “n’auront point de représentant naturel” peuvent voter par correspondance ; quant aux célibataires, ils ne sont pas éligibles et sont seulement susceptibles d’être choisis comme lieutenants par les centeniers élus.

Voici quelques extraits concernant l’absence des femmes :

“La raison générale a reconnu que la nation a toujours le droit de tenir ses Etats généraux comme et quand il lui plaît. Elle a reconnu qu’il n’est personne qui n’ait son plus grand intérêt, toute son existence civile, dans la chose publique, et qui, par conséquent, ne doive avoir une influence directe dans l’Assemblée nationale. Cependant la faiblesse, les devoirs maternels et domestiques, les infirmités et l’ignorance nécessitent les mineurs, les femmes, les infirmes et les simples à confondre leurs intérêts avec ceux des chefs de famille, leurs représentants naturels. Mais ces chefs de famille, par leurs professions, leurs charges, leur nombre, sont eux-mêmes, pour la plupart, dans la nécessité, dans la fatalité de se faire représenter aussi. Or, comme il vaudrait pourtant mieux tout quitter pour la chose publique que de la confier à des représentants suspects, la prudence et point d’autre loi, la prudence seule leur commande de choisir et de députer ceux d’entre eux que la pluralité des voix désigne comme les plus capables et les plus dignes de cet honneur ; et c’est encore la même fatalité qui les oblige à statuer par députation et qui restreint le nombre de leurs députés dans les bornes de leur confiance. La confiance du commun des hommes en leurs pareils ne s’étend pas au-delà d’un cercle de cent personnes ; cela est vrai ; mais l’espèce humaine n’est peut-être pas encore assez corrompue en France, ni la multitude assez misérable, pour que sur cent hommes on ne puisse pas en trouver un qui, par sa conduite et ses moeurs, n’ait fait preuve de bon sens et de probité, seules qualités essentielles que la saine politique exige de ceux qui seront choisis, pour concourir au bonheur du peuple français.”

ARTICLE II de son Plan de Constitution des Etats généraux :

“Le lendemain de ces instructions pastorales et solennelles, à commencer par les paroisses et les domiciliés les plus éloignés de la capitale du royaume, les marguilliers, par ordre du souverain, convoqueront nominativement, sans exception et sans aucune distinction personnelle, cent chefs de famille ou hommes mariés qui s’avoisinent de plus près, et tous les célibataires passé l’âge de vingt-cinq ans, qui demeurent avec eux, ou le plus près d’eux, afin qu’à l’heure donnée, ils s’assemblent dans leur paroisse, comme dans la vallée de Josaphat et que là chacun, en pleine liberté, fasse connaître celui des cent chefs de famille en qui il a le plus confiance.

Celui des cent qui réunit le plus de suffrages sera proclamé centenier, ayant la prérogative de présider et de représenter toute la centurie, et de suite il nommera un lieutenant de son choix parmi les voisins, soit marié, soit célibataire, ce qui fera la première preuve de son mérite.

Aussitôt que chacune des centuries, aux frontières du royaume, aura proclamé son centenier, toutes les centuries qui en sont les plus voisines en feront de même, et ainsi de suite immédiatement depuis les frontières jusqu’au centre de la capitale.

Toutes les centuries doivent être complètes en nombre d’hommes mariés, et s’il se trouve des mariés surnuméraires à la dernière d’une paroisse, fussent-ils de 99, ils se réuniront à leurs plus proches voisins de la paroisse voisine, amenant avec eux les célibataires qui leur seront annexés par le voisinage, et formeront dans celle-ci une de ses premières centuries. Mais s’il se trouve des mariés surnuméraires à la dernière centurie de la capitale, ils obtiendront pour celle-ci le privilège de nommer deux présidents, s’ils passent de vingt-cinq le nombre de cent, non compris les célibataires.”

Commentaire de L’Ange :

“Le nombre des centuries peut monter à trente mille, car en les multipliant par cent, on aura trois millions de citoyens mariés et si l’on ajoute à ce nombre trois millions, tant célibataires mâles que vieillards, et de plus six millions d’enfants mâles, on aura la moitié virile de la population qu’on suppose de douze millions ; en l’ajoutant à l’autre moitié dont elle est inséparable, on retrouve le total de 24 millions. Donc un père ou chef de famille, vu généralement, paraît représenter sept individus en outre de lui-même ; mais une centurie, en cette hypothèse, est exactement la trente millième portion collective de 24 millions de volontés, et tout centenier élu a la prérogative d’en représenter 800.”

ARTICLE III

“L’élection des centeniers ne se fera ni à haute voix ni par scrutin ; la centurie pouvant être composée de gens de toutes conditions, il faudra qu’ils en cachent l’inégalité, qu’ils les enveloppent comme nos pénitents, sous un voile uniforme, sous lequel le maître ne puisse se distinguer du valet, ni le père de son fils. C’est aux portes de l’église paroissiale où chacun trouvera et mettra cet uniforme de l’égalité chrétienne et philosophique, propre à le soustraire à toute espèce d’asservissement et de gêne de son choix. C’est aussi là que chacun s’inscrira lui-même (ou par un officier public s’il ne sait pas écrire), dans un registre légalisé.

Quand, sous ce masque de l’âge d’or, toute la centurie appelée sera prête à manifester ses suffrages, le curé déclarera le nombre et les noms des absents, des veuves et des filles âgées de plus de vingt-cinq ans qui n’auront point de représentant naturel dans l’Assemblée présente ; il aura eu soin d’envoyer à temps, à toutes ces personnes absentes, des billets parfaitement semblables, un à chacune, ces billets seront renvoyés cachetés et ne contiendront qu’un seul nom ; ceux qui manqueront à l’heure fixée ne seront plus reçus, et s’il y en a plus qu’on n’a dû en attendre, on en prendra au hasard, et l’on brûlera sur le champ tous ceux qu’il y aura d’excédents au nombre déclaré ; cette vérification faite, les billets seront remis dans leur boîte, posée sur l’autel, et resteront encore cachetés et renfermés.

Il y aura sur l’autel une table noire verticale, sur laquelle seront écrits, suivant l’ordre alphabétique, en gros caractère blanc, les noms simples et sans marque distinctive des cent hommes mariés seulement ; on aura tracé une ligne d’attente à côté du nom de chacun. Toute l’Assemblée s’étant rangée en ligne de hasard et observant la plus grande décence, chacun, à son tour, montera à l’autel, et d’un simple trait de craie, il marquera son suffrage sur la ligne d’attente et celui qu’il en juge le plus digne ; si quelqu’un ne sait pas lire, il priera le curé, à haute voix, de lui montrer le nom qu’il cherche, et le curé présent, en silence, le lui montrera. Pour obvier à tout embarras et à toute fraude dans le choix et pour satisfaire en même temps à la justice et à l’amitié lorsqu’elles ne s’accordent pas, chacun sera tenu de faire sa croix à côté de deux noms et aura la liberté d’en marquer trois. A la fin, quand toute l’Assemblée aura passé, le curé rouvrira la boîte aux billets, les en tirera, les décachètera l’un après l’autre, et marquera d’une croix, sur le tableau, le nom écrit sur le billet. La dernière croix mise, on les comptera toutes et celui qui s’en trouvera le plus grand nombre sera généralement reconnu pour le chef de toute la centurie ; si plusieurs étaient marqués un même nombre de fois, ceux-ci y tireraient au sort pour en décider.”

Commentaire de L’Ange :

“(…) Remarquez encore que ce serait un phénomène étonnant si celui-là [l’élu] n’était pas un des plus grands propriétaires du canton et s’il ne réunissait pas à la fortune les qualités de coeur et d’esprit qui constituent l’homme par excellence ; que ce serait un phénomène plus grand encore si les suffrages s’accumulaient en prépondérance sur la tête d’un homme qui s’isole ou d’un mari dont les intérêts tiennent, soit à ceux d’un privilégié, soit aux emplois des publicains [ie. les fermiers généraux], que par conséquent il ne serait pas moins inutile d’offenser cette classe d’hommes, ainsi stipendiés, par une exclusion positive du rang des éligibles, qu’injuste de les confondre avec les proscrits de la nation, en les excluant du rang des électeurs. Il est incontestable, on l’a déjà dit, que tout Français, tout homme à qui les lois assurent une existence civile, a le droit de prendre place dans ce rang commun ; tout règlement qui prescrirait d’autres conditions que celle-ci pour être électeur, et la condition du mariage pour être éligible, serait contradictoire à la liberté de l’élection et pourrait donner sujet à des difficultés interminables.

La saine politique, qui gémit sur le célibat, ne demandera pas pourquoi le mariage serait une condition nécessaire pour être éligible. Elle sait que c’est le mariage seul qui peut accomplir le citoyen, purifier les moeurs et lier les générations futures à la génération présente. Le mariage est la plus grande preuve de sociabilité ; celui qui se dévoue à ses lois, s’il est fidèle, ne peut être que vertueux et doué de ce bon esprit qui doit régner dans les Etats généraux. Il est vrai que, si les Etats généraux se tenaient périodiquement, il deviendrait bientôt superflu aussi d’imposer cette condition salutaire expressément, par la raison que les sophismes de la corruption ne décevant plus personne et les abus devenant éphémères, chacun alors conviendrait que le célibat, toujours stérile quand il n’enfante point de vice, n’offre que des sujets qui, renonçant au mariage, renoncent à la patrie. Il est possible pourtant, surtout dans nos moeurs corrompues, que ce renoncement même soit une vertu qui mette le célibataire en parallèle avec les plus grands législateurs. Aussi, est-ce en considération de semblables célibataires que l’article deux établit la nomination d’un lieutenant ; c’est par cette voie que tout célibataire, acquérant le juste titre de citoyen privilégié, peut parvenir au haut grade de député.”

L’ARTICLE IV porte sur l’ajournement de l’Assemblée afin de “tenir état sur tout ce qui peut concerner les cent familles et les personnes isolées qui composent la centurie et lorsque tous les besoins seront bien connus, tous les intérêts bien conciliés”, le centenier ou son lieutenant ira rejoindre les cinquante centeniers les plus proches et marcheront vers la capitale. Au lieu de la cinquantième centurie, les centeniers tiendront les Etats de leurs commettants dans un Congrès.

Commentaire de L’Ange :

“Il sera facile à ces cinquante sages de tomber d’accord sur les véritables intérêts respectifs des centuries dans lesquelles chacun aura su concilier les esprits différents de plus de cent familles et l’on verra peu de différence entre le résultat de leur conseil et les résultats de tous les conseils semblables. Du moins il n’y a point de raison d’en présumer : d’où naîtrait-elle ? Certes, ce n’est pas la nature, ni la raison, ni la saine politique qui trouveront la moindre difficulté dans la division de la monarchie en familles, sans égard à leur dépendance mutuelle, c’est au contraire cette division même qui ne permettra pas qu’aucun intérêt personnel porte obstacle à leur réunion, à leur accord, qui sera d’autant plus parfaite que la base en est égale et commune.

Il en est de l’ordre politique comme de l’ordre de nature : les intérêts de toutes les parties d’un même corps sont identiques ; c’est bien par la volonté du chef que les membres se meuvent ; mais c’est par les intérêts des membres que la volonté se motive. Ainsi, quand une famille met toute sa confiance en son chef, elle suit la loi de la nature et de la raison et ne saurait mieux faire. Mais les intérêts d’une famille ne peuvent être solidement établis que lorsqu’ils sont en équilibre avec ceux de toutes les autres familles ; il importe donc à tous les chefs également de porter, de bonne foi, toutes leurs prétentions dans la balance de la justice ; et puisqu’en effet c’est à ce dessein qu’ils s’assemblent, qu’est-ce qu’il faut à la droiture de leurs intentions pour discerner les voeux justes des voeux injustes. Il faut une méthode publique qui soit évidemment d’une convenance générale, telle que la délibération par centurie, où les votants sont tous voisins, de toutes conditions et se connaissent bien, où, le nombre n’excédant point l’attention commune, personne ne peut avoir de la peine à se faire entendre de tous, où, par toutes ces raisons, personne n’oserait tenir un autre langage que celui de sa conscience.”

Les Articles V et VI organisent les Etats de la noblesse et du clergé, qui seront tenus en particulier (appelés non pas congrès, mais Etats ou Assemblées) ; toutes les Assemblées et les Congrès se combinent par arrondissement, dans la proportion d’une moitié pour les Congrès, et dans l’autre moitié “les Assemblées du clergé et de la noblesse seront en proportion naturelle” : si dans un arrondissement il y a 6 Congrès, et si le nombre d’ecclésiastiques est inférieur d’un tiers à celui des nobles, il y aura quatre Assemblées de la noblesse et deux du clergé. Pour obtenir une Assemblée, on additionne l’ensemble des privilégiés et on les divise par le nombre de Congrès ; c’est “chaque unité du quotient qui tiendra Etat”. L’Article VII organise l’élection des députés : chacun des Etats élit six de ses membres pour former une députation qui sera composée de 12 ecclésiastiques, de 24 privilégiés et de 36 centeniers : soit 72 députés.

“Leur objet sera de concilier les Assemblées avec les Congrès, de réunir en un seul les douze résultats de leurs délibérations, de faire à leurs commettants le rapport ou de leur succès ou de leurs difficultés, et de le communiquer à toutes les députations conciliatrices par une correspondance réglée et circulaire”. Ces députations seront nommées Conseils des Etats ; en leur sein, les 36 députés des Congrès élisent un président parmi eux et prennent leur place à sa gauche ; ceux des Assemblées élisent eux aussi un président mais parmi les ecclésiastiques seulement ; ils prennent place à sa droite ; entre les deux présidents, un représentant du prince n’ayant pas voix délibératrice, mais qui sera “le médiateur dans les choses des opinions”.

Commentaire de L’Ange :

“On trouvera bizarre que 30 000 familles aient 36 chefs, on aura trouvé très inexact le calcul de 3 millions de pères de familles et trois millions, tant célibataires qu’invalides et vieillards ; on voudra donc bien apercevoir maintenant que les célibataires tonsurés et les [ou plutôt des ?] familles nobles en ont été soustraits et qu’ici on les rapporte en addition, parce qu’il n’est point d’ecclésiastique, ni de famille noble, fût-elle ancienne comme Israël, qui ne tienne à la roture par son origine, ou qui n’y soit prodigieusement entée.

L’Article VIII règle la délibération des Etats : trois jours pour délibérer sur les propositions qui seront faites, 8 jours pour que chacun écrive sans le signer son avis sur celles-ci ; on les partage entre d’accord et pas d’accord ; on choisit ensuite les députés, qui font l’analyse de ces avis contradictoires ; on aura ainsi 1200 mémoires ; ensuite (article IX), dans chacun des cent arrondissements, le Conseil des Etats réduit par deux le nombre des députations qui le composent (par le sort), et prend le nom de comité. Dans chacun des 100 arrondissements, il y aura donc six comités, composés chacun de six députés d’une même assemblée et de six députés d’un même congrès (12 x 6 = 72). Ces 12 (sic) membres du Conseil des Etats (il y a donc 2 députés par comité, et non pas 2 x 6) discuteront les deux mémoires qui seront soumis à leur arbitrage. Donc 12 mémoires par arrondissement : ils seront réduits à 6 et par 6 comités, ensuite à 3 par 3 comités… enfin à un par les douze députations assemblées.

En 1790, il publie Plaintes et Représentations d’un Citoyen décrété Passif aux Citoyens décrétés Actifs par M. L’Ange (Lyon, 30 p.) qui fait suite à l’élaboration de la Constitution par l’Assemblée nationale dont les premiers articles sont connus depuis la fin de l’année 1789. Voici l’attaque que L’Ange lance contre ce système, après avoir rappelé les principes qui fondent la DDH :

“Enfin, quand ils [les représentants du peuple français] reconnurent et déclarèrent que le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation, et que nul corps, nul individu, ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément, on ne doit pas s’attendre qu’ils tourneraient leur activité contre eux-mêmes, que retranchant une grande masse du souverain, divisant la nation, ils se réduiraient à n’en représenter que la moindre partie, que le pouvoir qui leur était confié leur servirait à ôter à leurs commettants le droit de le commettre et à les transformer en esclaves ou citoyens passifs ce qui est la même chose.

N’est-ce donc pas assez de restreindre la souveraineté de la nation au simple vote pour ses représentants ? Fallait-il encore nous faire l’outrage de nous exclure des Assemblées primaires, sous prétexte de notre laborieuse pauvreté dans laquelle vous puisez vos richesses ? Si par pauvreté notre entendement reste inculte au point qu’on nous croit incapables de délibérer nous-mêmes sur ce qui nous convient, si par la nature de nos besoins nous sommes dans l’impossibilité de vaquer à la chose publique dans laquelle nous sommes les plus intéressés, vu que nous y mettons nos facultés personnelles, le droit de se faire représenter est notre unique ressource, l’unique garantie de nos intérêts ; et c’est de ce droit-là qu’une politique perfide et cruelle a suggéré à nos députés de nous frustrer.”

…le décret qui nous exclut des assemblées primaires, qui nous sépare de vous [il s’adresse aux citoyens actifs] et nous frappe d’une mort civile, est un véritable fratricide qui ne peut rester impuni. (…) …c’est vous qui nous avez à tort expulsés de la société ; c’est vous qui nous avez rayés du contrat social ; vous nous avez empêché, tyranniquement défendu d’y délibérer ; même vous avez trop méprisé ou trop craint une ratification libre de notre part ; c’est vous-mêmes qui nous avez remis dans l’état de nature, qui nous avez dégagés de la convention qui nous liait à vous ; et vous croyez avoir le droit de punir en nous le droit de ne pas vouloir que vous nous donniez des lois, comme vous donnez la bride à vos chevaux.”

Renversez donc cet or, cet argent, ces boulevards puérils qu’une politique fausse et mercantile élève pour aliéner l’homme à l’homme. Dessillez les yeux aux riches sur l’absurdité d’acheter un devoir inhérent au droit qui leur est inné, qui est leur caractère et sans lequel ils ne seraient pas sociables, ils ne seraient pas hommes. Découvrez à leurs yeux la lourde erreur de statuer une société politique comme une société de commerce.”

En janvier 1791, L’Ange est élu assesseur juge de paix du district de Lyon (ce qui suppose qu’il payait une contribution au moins égale à 10 journées de travail). Le 23 janvier 1792, il sera élu juge de paix. En cette année 1791, il publie Du Citoyen, du Monarque et du Titre II de la Constitution (Lyon, 24 p.) après le vote définitif de cette Constitution le 3 septembre. Celle-ci prévoit quatre catégories de citoyens : les passifs, exclus du droit de vote (3 millions) ; les actifs, qui pour pouvoir voter doivent payer une contribution égale à la valeur de trois journées de travail (4 millions) ; les citoyens actifs choisissent les électeurs qui, à l’échelon départemental, élisent les députés ; ces électeurs doivent payer une contribution de 10 journées de travail ; les députés doivent payer une contribution égale à un marc d’argent, soit une cinquantaine de livres. Dans la version définitive de la Constitution, révisée le 27 août (après les événements du Champ de Mars du 17 juillet 1791), le marc d’argent a été supprimé, n’importe quel citoyen actif pourra donc être élu député, mais le cens électoral a été augmenté (il atteindra entre 12 et 25 livres selon les régions).

De décembre 1791 à décembre 1792, il est élu à la mairie auprès du maire Vitet. La municipalité est alors de majorité “rolandine”.

Le 30 août 1792, alors que se déroulent les élections à la Convention, il écrit son Adresse à mille Français de Lyon (Lyon, 7 p., daté du 30 août 1792) ; selon P. Leutrat, c’est une “profession de foi républicaine enflammée mais qui se refuse au coup de force et attend tout du vote populaire”. L’auteur y proclame que tous les Français sont souverains, mais il fait toujours une réserve en ce qui concerne les femmes :

“Un corps politique est un souverain sur la terre car le souverain naturel et légitime est collectif essentiellement.

Ainsi, le peuple français tout entier, et sans aucune distinction d’individus, n’est qu’un seul souverain et il ne peut y en avoir d’autre en France. Ainsi, quiconque est du peuple français est du souverain de France. Oui, les femmes, les enfants, les enfants dans le ventre de leurs mères demeurant en France, sont de notre souverain.

Ainsi, nous convenons que tous les individus sont du souverain, et que nous tous ensemble sommes le souverain, c’est-à-dire que personne ne l’est isolément, que personne n’est souverain seul, que personne ne l’est ni plus ni moins qu’aucun de nous tous ; nous sommes donc, tout à la fois, enfants, adultes et vieillards de deux sexes.

Mais la nature et la raison nous obligent de convenir que notre souveraine puissance consiste principalement dans ceux d’entre nous qui sont dans l’âge viril, que notre puissance souveraine ne peut être mue et dirigée que par notre souveraine volonté, que notre volonté souveraine ne peut être présumée exister que dans ceux d’entre nous qui sont dans l’âge de la raison, que, par l’effet du mariage et conformément au voeu de la nature, la femme s’identifie avec l’homme, plus propre aux fonctions publiques, que tout homme a le droit de contribuer à former notre volonté souveraine en exprimant sa volonté particulière, mais qu’il ne le peut que dans la section de son domicile. C’est-à-dire que la nature et la raison nous obligent de convenir que, sur 27 millions d’individus, nous sommes tout au plus 5 millions de votants ou de citoyens ; ce qui est la même chose.”

En mars 1793, il est l’objet d’une plainte de la part de Hidins, frère naturel du maire Bertrand et qui joua un rôle important à Lyon durant la Révolution ; il est accusé d’avoir élargi [libéré] sous caution un affidé des émigrés. Lambert, n’est pas un émigré, mais un ancien contrôleur général des finances ; il avait été interrogé par L’Ange, puis arrêté et emprisonné ; ceci avait été la cause de troubles provoqués par la section bourgeoise Port-du-Temple, et de la plainte de Hidins. Il semble que L’Ange devra sa perte au fait qu’il ait alors conservé ses fonctions durant le siège. Il est arrêté et passe devant la Commission de Justice populaire le 14 novembre 1793. Il est exécuté le lendemain.

Selon Paul Leutrat, c’est à partir de son exécution que “l’on [la Commission temporaire de Surveillance républicaine] commence, sinon à appliquer ses théories, du moins à lutter contre les trop grandes inégalités sociales”. “C’est chez Fourier que l’on retrouve la théorie de L’Ange, développée et précisée.”

Celui-ci a longtemps vécu à Lyon, à partir de 1791 (il a alors 19 ans) et surtout de 1793 ; sous l’Empire, il collabore à divers journaux ; et en 1804, il écrit dans Le Bulletin de Lyon, un article intitulé “Harmonie universelle” ; en 1808, il écrit sa Théorie des quatre mouvements et des destinées générales. Michelet établit lui aussi le lien entre Fourier et L’Ange : c’est à Lyon, dit-il, que “parurent les premiers socialistes L’Ange et son successeur Fourier. P.M. Gonon, qui a analysé dans sa Bibliographie historique de la ville de Lyon pendant la Révolution une brochure de L’Ange intitulée Remède à tout ou Constitution invulnérable de félicité publique (1793), pense que la théorie qu’il y présente “n’est autre que celle de Fourier publiée à Lyon, 15 ans plus tard, sous le titre Théorie des quatre Mouvements et des Destinées générales”. Toujours selon Gonon, “il est plus que probable que l’ouvrage de L’Ange parvint à la connaissance de Fourier pendant son long séjour à Lyon, car ses granges et phalanstères sont déjà proposés par son prédécesseur dans sa division et réunion par cent familles ou centuries.”

Cela dit, confie P. Leutrat, “on ignore si Fourier a eu connaissance des idées de L’Ange.”