Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

Chapitre Trois : Des corps et des Choses (4/5)

Malgré la hiérarchie, les domestiques et les maîtres peuvent ressentir les uns pour les autres un certain attachement. Le cas le plus visible, après celui de Catherine, est celui de Marion, la bonne de Marguerite Vitet. Elle reste aux côtés de sa maîtresse jusqu’à la fin de sa vie et lui donne tous ses soins. Dans les lettres à son fils, Marguerite parle régulièrement de Marion. Elle compte sur sa bonne pour faire ses courses, porter des sacs lourds, faire le ménage, etc. Elles vivent ensemble et partagent leurs repas simples, ce qui n’est en rien le signe d’un attachement ; en revanche, Marguerite prend soin de faire soigner sa bonne : « Je me porte fort bien à présent mais Marion est malade. Mr Peletin lui a donné des conseils et avec un peu de soin cela sera j’espère bientôt fini, sa sœur vient de rendre bien des services »[1] La bonne Marion doit parfois céder son lit pour qu’on y range des « hottes », et aller coucher sur un matelas au cabinet (c’est-à-dire au bureau). « Pour qu’elle soit au chaud, Marguerite la fait rester dans sa chambre, la seule pièce chauffée de son appartement ; mais être malade n’empêche pas, généralement, de se rendre utile et à cet égard, Marguerite n’est pas de la dernière tendresse avec sa bonne. Son attachement est directement lié aux attentes qu’elle a à l’égard de Marion : « Tu as l’attention de parler aussi de Marion. Elle ne va pas mal, et me sert tout autant que j’ai besoin, il est vrai que Mr Molliere [le notaire de Marguerite] l’a trouvée changée par un mal d’yeux, qui cependant l’incommode peu, je lui ai fait faire tout ce que Mr Bomere [leur médecin] a cru bon, et elle n’en guérit pas, cela sauve sans doute sa poitrine de plus grands maux elle fait mes sorties et se plaît à mettre et à laver le couvert chez ma sœur habituellement, à moins qu’elle soit un peu fatiguée de toux, on ne le souffre pas et elle se tient dans ma chambre, et quand il me vient quelqu’un dans la sienne ou avec sa chaufferette, j’ai fait refaire sa bascule, qui était criblée de trous et sa chambre est bonne, on peut y faire du feu au besoin sans inconvénient »[2]

C’est Marion qui part souvent surveiller leur propriété de Longes. Elle nettoie les matelas, parle avec les fermiers, rapporte à Lyon les fruits et les légumes de la campagne, vérifie que tout est en ordre à la propriété. Marguerite peut compter sur elle, et tant que cela reste vrai, c’est-à-dire tant qu’elle reste fidèlement attachée et dévouée à sa maîtresse, elle est considérée comme un membre de la famille. Un peu comme un enfant éternel dont on prendra le destin en main en cas de besoin : tant pour la soigner que pour lui conserver un logis après le décès de sa maîtresse.

Quand quelqu’un meurt, il faut s’occuper de ses domestiques comme on s’occupe de ses propriétés et de ses papiers. Après le décès de sa mère en 1820, Pierre descend de Paris s’occuper de ses papiers, de ses meubles et de sa domestique.  « J’ai vendu le lit complet de ma mère  — reste à vendre une garde-robe de soyer, quelque tables, un peu de vieux étain – je rapporterai la garniture de lit en une berline assortie à celle que nous avons déjà – je t’ai marqué avoir loué l’appartement de ma mère à son voisin qui a de cette manière tout l’étage, et j’ai la satisfaction que la bonne Marion restera dans sa chambre et y finira je pense sa carrière : cette brave fille est bien sensible à tout ce que nous faisons pour elle ».[3]

Au moment du décès de sa mère, en 1812, Antoine qui a réglé l’essentiel des aspects délicats de la succession (partage des bijoux et objets précieux, paiement des domestiques, étrennes, enterrement, messes…) s’impatiente. Il lui tarde de voir arriver Magdeleine pour plusieurs raisons. D’abord, elle doit s’occuper du transfert à Lyon de tous les meubles qui en valent la peine ; ensuite, c’est son arrivée qui permettra aux deux domestiques de feu Mme Morand de quitter leur place : «  Marie a une excellente place, mais attendra que je n’aie plus besoin d’elle ; Babou veut se reposer quelque temps avant de se replacer c’est toujours une excellente fille, mais peu de tête et de santé. Quant à Marie, elle est d’une grande paresse pour se lever seulement, et un peu parleuse ; je ne lui connais que ces défaut ; sur les choses importantes je suis parfaitement tranquille ; elle a de l’esprit, et beaucoup de délicatesse, c’est ce que bien des petites choses m’apprennent chaque jour ; et ma confiance et la tienne en ce qu’elle dit et fait doivent être entières. »[4] De cette délicatesse, l’autre nom de l’honnêteté pour Antoine, celui-ci donne aussitôt un exemple, afin de prouver à Magdeleine qu’il ne lance pas cette affirmation à la légère :

« Elle m’a parlé de deux petits pains de sucre auxquels on n’avait pas touché, ils étaient achetés depuis mon dernier voyage et je n’aurais pas été très étonné qu’ils eussent été consommés. » C’est à cette occasion qu’Antoine exprime pour la première fois un sentiment à l’égard de ces deux femmes qui ont servi longuement sa mère ; de Grenoble, il écrit à Magdeleine et la charge de dire « dix mille choses pour moi » à Marie et à la Babou : « je n’ai pas eu la force, ajoute-t-il, de leur faire des adieux je leur sais le plus grand gré de la manière dont elles ont servi ma bonne mère et j’en conserverai toujours de la reconnaissance. »[5] L’attachement pouvait être fortement ressenti, la reconnaissance éprouvée, mais cela n’allait pas jusqu’à pouvoir l’exprimer de visu. Une grande pudeur, qui n’est pourtant pas la caractéristique principale d’Antoine lorsqu’il est en terrain familier, vient prendre le dessus et lui interdire toute expression de ses émotions devant ces deux femmes. La barrière sociale restait infranchissable, en dépit des années d’intimité entre ces maîtres et leurs domestiques qui les avaient vus grandir, se laver et se nourrir, souffrir et se laisser soigner par leurs mains.

Ces hommes qu’on envoie mourir à la guerre

Les domestiques ne sont pas les seuls étrangers qui peuvent avoir un lien intime avec nos familles. Il y avait une autre relation qui n’existe plus ; encore est-il abusif de parler de relation entre deux êtres qui ne se rencontraient jamais et évitaient autant que faire se peut, de jamais se voir. Il s’agissait plutôt d’une fonction qu’on peut assimiler à celle de domestique puisqu’il s’agissait non seulement de travailler pour une personne, mais de faire bien plus que travailler en échange d’une rémunération : en matière de soin à la personne, quelle fonction était plus vitale que de mourir à la place de son maître ? Telle était la fonction du remplaçant à la guerre. Pendant la période de la Révolution, puis sous Napoléon, les familles riches ont la possibilité de payer quelqu’un qui part à la place du conscrit, c’est-à-dire de celui que le sort a désigné pour aller se battre dans les armées de la République. Un contrat est signé qui, généralement, prévoit un « bonus » en cas de décès à la guerre pour la famille du soldat. L’argent gagné de cette manière peu faire une énorme différence pour une famille d’ouvriers ou de paysans aussi bien que pour les garçons eux-mêmes, s’ils survivent aux batailles.

Ces hommes n’étaient rien pour les familles qui les envoyaient ainsi prendre la place de leurs fils dans ces lieus de mort quasi certaine qu’étaient alors les armées, notamment les armées napoléoniennes. La manière dont Catherine Arnaud-Tizon parle du remplacement de son fils montre bien son état d’esprit : on est en train d’acheter le corps et même la vie de quelqu’un. Elle s’inquiète pour son fils Ludovic qui habite Lyon à l’époque, mais pas de tout de son remplaçant qui reçoit 5 000 francs, une somme énorme à l’époque : « Ludovic m’a écrit hier pour me faire part du tirage de la conscription. Il a tiré un 11° assez élevé, mais il fait toujours partir son homme. De cette manière il sera tout à fait tranquille. Il me marque qu’il s’amuse beaucoup, il a dansé déjà douze fois tant au cercles de Bellecour qu’à celui des Terreaux, et celui des agents de change et à différents Bals particuliers. Il me parle surtout d’une superbe fête (…) où il y avait une nombreuse et superbe réunion ».[6] Sa manière de passer sans transition, dans sa lettre, de la question militaire aux bals de Bellecour montre bien le peu de cas qu’elle fait de la vie ainsi achetée. Des complexités dans le système de conscription les font changer de plan, mais la famille parvient finalement à trouver quelqu’un : « j’ai eu depuis que je vous ai écrit beaucoup d’inquiétude sur le remplacement de Ludovic l’homme qu’il avait n’ayant pas été accepté;  la veille du tirage on fit paraitre une nouvelle ordonance qui voulait que les remplaçants fussent du même département, qu’ils eussent fait partie de la conscription depuis l’an dix, etc. ; enfin il en a trouvé un avec des qualités et nous sommes tranquilles moyennant cent Louis environ qu’il nous en coûte de plus le tous ira a 5 000 livres ».[7] « J’ai reçu aujourd’hui des nouvelles de Ludovic. Il est enfin tout a fait débarrassé son homme est agréé et parti ;  il me rend comple d’une belle fête qui a eu lieu chez le prefet et où il a assisté,  le carnaval s’est ainsi terminé brillamment[dzd1] . »[8] Encore une fois, on voit bien que l’homme qui prend le risque d’aller mourir à la guerre en échange d’une petite fortune, pendant que Ludovic s’en va se distraire chez M. le préfet, ne compte pour rien dans ses calculs. Pour les bourgeois de l’époque les pauvres sont à peine des êtres humains.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II  09, Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet (Paris), Lyon, février 1805.

[2] AML 84 II 09 Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet (Paris), Lyon, 8 octobre 180525 janvier 1812

[3] 84 II 09, PV à Amélie, [Lyon], 15 mai 1820.

[4] Grenoble, le lundi 9 mars 1812. Antoine à sa femme. 14 II 35.

[5] Lyon, le mercredi 18 mars 1812 à dix heures et un quart. Antoine à sa femme. Combien sont payées les domestiques de Mme Morand mère ? Au moment de sa mort, en 1812, Antoine dresse un récapitulatif de ce qu’il reste à faire : « payer les gages de la cuisinière depuis la Saint-Jean dernière ; ceux de la femme de chambre depuis le 14 novembre dernier ; payer à chacune, outre cela, une année de gages : ceux de la cuisinière sont de 120 ; ceux de la femme de chambre sont de 135. » Note pour Madame (du 16 mars 1812) ; la date est insérée dans la marge, à gauche, de la même écriture qu’Antoine. Lettres d’Antoine à sa femme, 14 ii 35.

[6] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen 29 janvier 1807.

[7] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen 28 février 1807

[8] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen 6 mars 1807


[dzd1]La même pratique continue jusqu’aux années 1820 au moins (il faut que je trouve un livre où on parle de ces remplacements pour la conscription). En 1820, une société a été formée pour trouver des remplacements.  See « conscription » folder in 84 II 15, et Pierre Vitet utilse cette manière afin d’assurer que son fils Ludovic ne soit pas obligé de servir. Le prix est 1000 livres, je crois. Il faut que je lise mieux les documents.

Chapitre Trois : Des corps et des choses (3/5)

Une « aide à la personne » de chaque instant

Antoine et Magdeleine, Pierre et Amélie ne vivent jamais vraiment seuls. Tout autour d’eux, circulent et travaillent des bonnes, des femmes de chambre, des cuisinières, des valets, toute une domesticité dédiée à l’amélioration du confort quotidien des corps et des esprits.

Antoine et Magdeleine ont constamment au moins trois domestiques à leur service. Ce sont les bonnes et les cuisinières qui sont les plus mobiles et doivent, selon qu’ils vont à Machy ou à Lyon, les suivre dans leurs déplacements. Elles vivent au domicile de leurs maîtres, où elles disposent soit d’un lit pliant posé, le soir, dans la cuisine quand l’exigüité de l’appartement l’exige ; soit d’une petite chambre sous les toits quand l’espace domiciliaire s’élargit et, surtout, que la domesticité comprend des personnes de l’autre sexe[1]. Chez Antoine et Magdeleine, les domestiques hommes sont employés pour l’entretien de Machy. Ils y demeurent, tandis que les bonnes et la cuisinière circulent d’un domicile à l’autre.

Ainsi, quand Antoine se déplace à Paris, c’est pour se retrouver seul, généralement dans un hôtel, et bien obligé de faire sa barbe et de s’habiller sans bonne[2]. C’est Magdeleine qui s’occupe de les recruter, de les diriger et, le cas échéant, de s’en séparer. C’est, pour elle, une véritable corvée dont elle se plaint. Le plus difficile tient à l’exigence particulière qu’ils ont à l’endroit de ces bonnes qui doivent convenir à la fois à la ville et à la campagne. Si les bonnes sont réputées être d’origine rurale, il semble qu’elles s’exilent à la ville pour des raisons de commodité qui leur rendent le séjour à la campagne peu attirant : nécessairement, elles se retrouvent à vivre en vase clos avec les maîtres, à ne pouvoir s’éloigner que pour rencontrer quelques vaches et poules de basse cour, au lieu qu’en ville elles sont envoyées faire des commissions dans des rues animées, propices aux rencontres et aux échanges et bénéficient d’une relative liberté. Antoine, dans une lettre, compatit avec Magdeleine qui a la difficile tâche de trouver une nouvelle cuisinière : « tâche d’en trouver une qui nous connaisse et qui ne craigne pas le séjour de la campagne, je sens que tout cela est difficile à trouver d’autant plus que je la voudrais probablement bonne et qu’il faut cependant qu’elle fasse la cuisine à nos hommes. »[3]

Chez les Morand, on n’a que de rares éléments sur ces domestiques. On en parle fort peu, sauf lorsqu’il s’agit d’en changer ou de remarquer leur absence. Quelques fois, on aperçoit un morceau de leur vie dans les lettres d’Antoine ; ainsi, lorsqu’il laisse son domestique François attendre Magdeleine, à l’arrivée de la diligence de Grenoble dans un froid que lui-même ne peut supporter et l’amène à rentrer chez lui une heure, le temps de se réchauffer. Par contre, dans la famille Arnaud-Tizon, on en parle beaucoup ; on a parfois l’impression que les maîtres se sentent proches des domestiques, surtout de ceux et celles qui restent longtemps dans la famille. C’est évidemment une proximité toute relative : chacun à sa place, les domestiques dans la position subordonnée qui est la leur. Ils sont, à certains égards et toutes proportions gardées, considérés comme des membres de la famille qui peuvent compter sur une relative protection de leurs maîtres, en échange d’une loyauté sans faille.

Changer de domestique est une tâche qu’on cherche à éviter : se procurer un bon domestique est difficile. L’effort que cela nécessite implique, de la part des maîtres, de relativement bien traiter ceux qu’ils souhaitent garder auprès d’eux.

Par contre, un domestique apprécié ou qu’on a particulièrement soigné et qui, malgré ces bienfaits, souhaite quitter la famille est presque considéré comme un traître. C’est l’avis de Catherine qui, dans une lettre à Pierre et Amélie, exprime sa colère et son ressentiment à l’égard d’une jeune domestique prénommée Angélique : « J’ai reçu votre lettre mes chers enfants et n’ai pu me défendre de beaucoup de colère contre le procédé d’Angélique, elle s’est bien remplumée chez vous, vous l’avez eue longtemps malade et pour récompense elle vous quitte d’une manière aussi sotte, je crois que facilement vous trouverez qui la vaille, mais l’ennui de changer fait passer sur bien des choses, je pense cependant que vous ne la laisserez aller que lorsque vous serez pourvus, car c’est un mauvais pli à mettre, je souhaite qu’enfin vous trouviez un bon sujet, et qui soit plus reconnaissante des bontés que vous aurez pour elle ; que dit sa sœur de sa conduite, elle qui est constante chez les mêmes maîtres »[4]. Le domestique, dans ces familles, doit s’estimer heureux d’être aussi bien traité et ne quitter ses maîtres que pour les raisons qu’eux-mêmes jugent valables : un mariage, tout au moins. Mais quant à partir pour partir, c’est de la dernière « sottise ». Pourtant, on sait que la domesticité était généralement très volage, demeurant rarement plus d’une année dans une même maison[5].

Catherine rencontre des problèmes similaires à plusieurs reprises. En 1811, elle doit se séparer de trois de ses domestiques : deux parce que ce sont de « francs libertins », et l’autre parce qu’elle est « paresseuse et impertinente » : « Je suis dans l’embarras de changement de domestique ; il en sort trois seulement aujourd’hui. Louis est parvenu à corrompre Fréderic et tous deux étaient des francs libertins dont il faut se défaire et ma femme de chambre paresseuse et impertinente à subi le même sort (…). Vous jugez qu’il ne me manque pas d’embarras. Vers la fin de la semaine j’aurai un domestique pour la femme de chambre. Je ne me presserai pas pour mieux choisir. »[6]

Le sort est décidément contre Catherine puisque moins de deux semaines plus tard, c’est au tour d’une certaine Julie de partir : « ma Julie part dans deux jours ; je me suis décidée après en avoir vu 30 au moins à prendre pour cuisinière une fille dont on m’a dit beaucoup de bien et qui n’a jamais servi, elle a été deux ans chez un traiteur pour apprendre la cuisine, elle dit la faire fort bien, il faut en courir l’événement[7]. Je vous avoue que cela m’ennuie beaucoup. »[8]

Mais le problème n’est pas nouveau, comme en témoigne un ancien courrier, quelques années en arrière. La façon dont Catherine, encore une fois, s’exprime sur les désirs de départ de ses domestiques en dit long sur sa manière de les considérer. A ses yeux, rien ne vaut une place de domestique chez elle, pas même l’opportunité d’un mariage. Sans doute qu’à ses yeux, le confort de vivre dans une maison bien chauffée, où l’on est sûre d’être bien nourrie et peut-être, correctement traitée par ses maîtres, l’emporte par-dessus tout, y compris la perspective de ne plus avoir de maître. L’absurdité vient selon elle de l’âge et des conditions de ce mariage à venir : à 41 ans on ne peut plus espérer d’enfant, et quant aux sentiments de tendresse ou de respect, ils ne font pas partie du projet puisque le projet s’est fait entre deux inconnus. Mais en la matière, Catherine est une femme qui, peut-être aussi, estime que le mariage, pour une femme, n’est qu’un changement de maître. Et qu’à tout prendre, sa domestique y perdra en quittant la sécurité du confort bourgeois. Au-delà, elle ne voit pas ce qui, dans l’union avec un homme, peut attirer une personne loin de la protection et de la férule de ses maîtres : la liberté, même relative, de décider de ses allées et venues, des tâches journalières à accomplir, par exemple : « Je suis dans ce moment dans l’embarras d’une nouvelle femme de chambre que j’ai depuis trois jours seulement et qu’il faut mettre au fait avant le départ de Catherine qui veut partir à la fin du mois ; cette dernière a refusé toutes les propositions avantageuses que j’ai pu lui faire et le démon du mariage la tourmente trop fort pour lui faire prendre le bon parti qui était de rester avec nous ; car je regarde qu’elle fait une grande folie de se marier à 41 ans à un homme qu’elle connaît à peine. »[9]

Cette femme de chambre prénommée Catherine se marie en effet avec un M. Brun de la région lyonnaise et devient, pour la famille, « Mme Brun de Givors ».  tout le monde s’en mêle, puisque la maîtresse fait remercier la mère de Pierre des « conseils qu’elle a bien voulu donner à [sa] pauvre Catherine »[10] lorsque cette dernière s’est rendue chez elle à Lyon : « Cette fille doit craindre de se mettre mal en quittant de si bons maîtres », écrit Mme Vitet à son fils dans une lettre de décembre 1808. Mais les nouvelles sont bonnes, rassure-t-elle Pierre peu de temps après : « je me borne en m’allant coucher, à vous rassurer sur les craintes que vous pouvait causer le mariage de la bonne Catherine, j’avais eu par Mme Journau les plus sûrs renseignements, et le plus avantageux sur son prétendu et ce matin je l’ai vu m’amener le dit monsieur en me disant qu’ils venaient de se fiancer, ces 2 personnes paraissent se convenir parfaitement, et sont contents l’un de l’autre, ils épouseront aux Rois ; je vous offrirai de sa part un coffret de bonbon, et son regret de ne pouvoir en offrir à la famille de Rouen, à qui tu n’en diras mot »[11].

Plusieurs années après, en 1813, l’ancienne bonne Catherine et Marguerite Vitet se revoient. Les circonstances empruntées du déjeuner, auquel Marguerite choisit de faire présider le portrait de son petit fils Ludovic afin d’agrémenter et d’encourager la conversation, laisse bien entrevoir les difficultés que pouvaient avoir une femme de la bourgeoisie et une domestique à communiquer. On découvre aussi que les prédictions de Catherine, son ancienne maîtresse, affolée que sa bonne la quitte pour un mariage qu’elle estimait malheureux, s’avèrent peu crédibles : de l’avis de Marguerite, cette femme âgée d’une cinquantaine d’années a plutôt rajeuni et elle est très heureuse : « j’ai vu dans cette semaine l’ancienne bonne de ta femme Mde Brun de Givors.  Elle est vraiment rajeunie, ; elle n’a rien changé a son costume, mais son contentement est parfait elle est assez raisonnable pour ce consoler d’être sans enfants, et son mari de même.  Elle a l’air si heureuse que je l’obligeai à accepter a déjeuner pour le lendemain et nous avions mon Ludovic pour égayer la conversation [il s’agit bien du portrait de Ludovic, et non de son petit fils en chair et en os], elle le voudrait moins grave, mais la ressemblance quelle trouva avec sa mère, et l’oncle Ludovic la frappa,  s’il n’y avait que 30 lieues d’ici à Rouen dit-elle, je ne me refuserais pas le plaisir de revoir cette bonne famille, et de féliciter Mr arnautizon fils de son heureux choix. »[12]

Catherine, quelques mois après cette rencontre, écrit une longue lettre à ses anciens maîtres, dans laquelle elle exprime sa confusion, ses remerciements, sa reconnaissance pour « toutes les bontés » qu’ils ont eues envers elle, notamment en lui envoyant un petit mouchoir brodé de la main d’Amélie. L’extrait est long, mais nous avons choisi de le conserver en raison de la rareté de tels écrits. Il est rare non seulement que les gens peu instruits écrivent ; et encore plus rare que l’on conserve leurs lettres. On peut considérer cet extrait (et la reproduction que nous donnons de la lettre tout entière) comme une pièce rare. Pour permettre d’accéder au sens, nous avons corrigé les erreurs orthographiques. Mais justement, pour ne pas déformer la réalité, nous renvoyons aussi au cliché de la lettre originale (en attendant le cliché, voir le texte en italique violet à la fin de cette page), qui montre bien la difficulté que pouvait représenter, pour Catherine, la rédaction d’un courrier aussi long :

« … pour répondre à votre charmante et agréable lettre que j’ai bien reçue dans son temps dans le petit paquet qui m’a fait un sensible plaisir d’apprendre que vous jouissez tous d’une bonne santé mais quelle est ma surprise en dépliant le paquet j’aperçois un joli mouchoir de la part de Mr votre frère venant de sa fabrique et vous madame qui avez eu la bonté et la complaisante de coudre une frange autour.  Je suis confuse de toutes les bontés que vous avez tous pour moi je vous en fais mes remerciements. Je voudrais être auprès de vous pour vous en témoigner ma reconnaissance de vive voix.  Je vous prie de faire mille remerciements de ma part à M. votre frère ainsi que sa chère épouse et d’embrasser ce joli petit enfant pour moi ne m’oubliez pas auprès de M. votre papa et madame votre maman. Je vous prie de bien leur présenter mes respects et d’assurer toujours de mon attachement à M. et madame Barbet et à tous leurs petits enfants. Rappelez-moi au souvenir de M. Vitet et de M. Ludovic bien des amitiés de ma part à ce bon enfant qui se rappelle toujours de moi il est donc bien grandi à présent. »

« Ma cher madame Vitet[dzd1] ,
Caile ici et pour repondre a votre charmante et agreable letre que jait bien resu dant son tans dans le petis parquet qui ma fait un sensibles plaisir daprendre que vous jouici tous dune bonne sante mais quele et ma surprise en deplient le paquet je persoit un jolis mouchoir de la par de Mr votre frere venant de sa fabrique et vous madame qui avez eu la bonte et la complaisance de coudre une frange au tour   je sui confuses de toute les bonte que vous avez tous pour moi je vous en fait mes remerciement  je voudret etre aupre de vous pour vous en temonies ma reconaisance de vies voit  je vous prie de faire mille remersiement de ma par a Mr votre frere insi que sa chaire epouse et dans brace ce joli petis enfant pour moi ne moblies pas aupret de Mr votre papas et madame votre maman   je vous prie de bein leur presantes mes respect et dasure toujour de mon atachement a Mr et madame barbet et a tout leur petis enfant  rapele moi au souvenir de Mr Vietet et de Mr ludovic bien de amitie de ma par  ce bont anfant qui ce rapeles toujours de moi ile et donc bien grandis a present   vous me dite que ce vous ettie venus a lyon comes vous en avie fait le proget que sandoutte je ne loret pas reconnu   enfein jespere que ci nous avons la paix et la tranquilite que le proget ce efecturera et que joret el plaisir de vous voir a Lyon insis qas givor dant ma petite asile  qouque petit ile lia encor du logement  je sui en (illegible) le plaisir de vous voir insis que mon mari   madame vitet a eu la complaisance de vous donner de me nouvelle jait eu le plaisir de la voir lorsque jait ette a Lyon  elle était bien portante toujoru gaies et laiste pour courir come une jeune fille je ne la trouves rien changer  toutes les foit que je vait a la ville jait le plaisir de la voir pour lui demender de vos nouvelle  cait toujour une satisfactison pour moi

parlont un peu du malur de la France que nous eprouvons depui 2 ans le commerce a neyantir cependant la soiri vas bien apresan  notre partis comence a alle un pus nous avont ette pendant quelque tams que nous fesilon rien enfein ille fo ( ?) espere tous reviende   vous aves eu la garnion englaise pandant quelque tans  qui net pas mechante et le prusiens tont ramplase qui son mechant je croit que vous ne le ore pas lontans  on dis quil ce retire tous dans lur pais  ici nous avont toujour eu de la troupes toute la trupe fransace qui etoit a lyon a defile par le Rhone  elle a pace presque toute a givor et nous avons eu des autrichien  lur pont de gaire a ette place sur le Rhone a givor  ili a environ 2 moi ou nous savont tout les pontanic ademure pandent ce tant la  ils sont partis depuis le 20 Xbre (does she mean 8bre ?)  dieu vulie que nous le revoyons pas  vous ma aprend le marijages de julie  je lui soitte bonne fortunes  rien dinteresent a vous resite sinon que mon mari me charges de bien vous presenter ce respet insis qua Mr Vitet  adieu madame  nous nous bien je soite de tout cœur que la presante vous trouver tous de meme  je finis en vous embrasant de cœur  je vous prie dant brace ludovic pour moi et sui avec le plus sinsaire atachement votre devouie bonne Catherine  famme Brun »[13]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Cf. Jacqueline Sabatier, Figaro et son maître. Les domestiques au XVIIIème siècle. Maîtres et domestiques à Paris au XVIIIème siècle, Paris, Perrin, 1984.

[2] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, N° 4/ Paris, le 3 ventose au onze heures du soir pour partir le 4 ; lettre numérotée 4, Pas d’adresse sur cette lettre recto verso.

[3] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. deuxième lettre numérotée 8, Paris, le 23 ventose an 9.

[4] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 22 juin 1806 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[5] Cf. Claude Petitfrère, L’œil du maître. Maîtres et serviteurs de l’époque classique au romantisme, Paris, Ed. Complexe, 1986 (en particulier le chapitre VI, « Les moyens du contrôle »).

[6] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen le 4 jan 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[7] Il faut en courir le risque ou si l’on considère « en courir » comme une forme mal orthographiée de l’expression orale « encourir » : « il faut supporter l’événement ». Cependant, on trouve l’expression « en courir l’évènement » dans un proverbe de l’époque. Cf. de Louis Carrogis, Plus heureux que sage, proverbe en vers et en 3 actes, publié sous le titre Vingt proverbes dramatiques de Louis Carrogis, dit Carmontelle, sur le site http://www.wissensdrang.com/dcarfr.htm. Voir également le très beau site auquel renvoie celui-ci, le « dictionnaire électronique des spectacles sous l’ancien régime et sous la Révolution », sur http://www.cesar.org.uk/cesar2/index.php

[8] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen le 19 jan 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[9] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 14 oct 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[10] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 26 nov 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[11] AML 84 II 03 Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, Lyon le 14 décembre 1808.

[12] Mme Vitet à Pierre Vitet, 1 mai 1813.

[13] AML 84 II 03 Catherine Brun à Amélie Vitet, Givors, 6 novembre 1813.


[dzd1] Ici, je suggère qu’on «  traduise » tout en insérant un pdf de la lettre pour montrer ce que cela donnait. Qu’en penses-tu ? Il faudra faire de même, je pense, en introduction, avec une lettre de chacun de nos protagonistes pour donner à voir leur écriture.   BONNE IDEE !