Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

Idéologie familiale et République américaine

Melvin Yazawa

From colonies to Commonwealth : Familial Ideology and the Beginnings of the American Republic

New Studies in American Intellectual and Cultural History, Baltimore and London, Johns Hopkins University Press, 1985, 261 p.

Une loi du Massachusetts précisait, au milieu du XVIIème siècle, que les enfants de plus de 16 ans convaincus d’avoir « curse or smite » leurs parents naturels seraient mis à mort. Cette loi n’était pas tant destinée à effrayer les enfants qu’à prévenir les parents : les jeunes délinquants seraient exemptés de la peine capitale, disait la loi, s’il était avéré que les parents s’étaient montrés négligents dans l’éducation de leur enfant. La faute de la désobéissance, autrement dit, pesait autant sur les parents que sur l’enfant. Les parents étaient négligents, de fait, si après 16 ans, un enfant restait ignorant des bases de l’affection filiale. L’éducation ici doit être entendue comme une dynamique de socialisation (et non pas dans son sens restreint d’instruction). Processus par lequel les non initiés sont transformés en membres pleinement participants de la société. Et le principal élément d’une telle éducation, dans l’Amérique coloniale, était l’inculcation de l’affection familiale. C’était non seulement la paix domestique, mais plus largement l’harmonie dans le monde public qui dépendaient de la diffusion de cette vertu sociale fondamentale.

Dans ce contexte, « affection » signifie davantage qu’amour ou intimité. C’est un terme générique qui comprend un spectre entier de dispositions : désir, espoir, gratitude, joie, colère, … et à l’instar des ligaments du corps biologique, les liens d’affection en tenant le corps collectif des hommes (men) en entier, sont pensés comme les ligaments de la société. Sans de tels liens, la société civile reviendrait à rien d’autre qu’une multitude de particules. Pour les écrivains coloniaux, la cité idéale incorporant tous les composants affectifs essentiels était résumée dans le paradigme familial de l’autorité patriarchale (« For colonial writers the ideal polity incorporating all of the essential affective components was summarized in the familial paradigm of patriarchal authority. » (p. 2) l’Etlise et l’Etat, disaient il souvent, étaient une seule grande famille, et la famille bien ordonnée pouvait être appelée une petite communauté.

Plan du livre :

1. fondements théoriques de la notion d’autorité affective. La construction familiale, comme n’importe quel paradigme, prescrit autant qu’elle décrit certaines formes idéales de comportement. Ces formes, liant mutuellement supérieurs et inférieurs, , pères et enfants, le civil et le naturel, étaient tirés (drawn) d’une version élaborée des impératifs sociaux implicites dans le 5ème commandement. Les enfants apprenaient que le père et la mère mentionnés dans ce commandement incluaient tous les supérieurs. De la même manière, tous les supérieurs apprenaient à se considérer comme liés par des obligations parentales. « The scope of the familial commandment was inclusive. All relationships were in truth familial ; all persons bound together and in place by affection. » p. 2

2. Détaille les opérations du paradigme familial dans la vie de tous les jours.

3. la convergences d’événements, démographiques et politique, au milieu du XVIIIème siècle fournit au moins un « endorsement » oblique du conseil domestique selon lequel le destin de la communauté était lié avec celui de la famille. Cette troisième partie examine les moyens par lesquels le paradigme familial a contribué au mouvement vers l’indépendance. Les liens d’affections étaient supposés gouverner les actions des supérieurs et des subordonnés, et par là, établir, les limites de l’autorité comme de la sujétion. En raison de cet arrangement, les parents n’étaient ni des tyrans, ni des maîtres, et les enfants ni des esclaves ni des servants. Tout au long de la crise impériale, les coloniaux en vinrent à croire que le roi et ses ministres n’étaient plus liés par les diktats de l’affection. Les charges rhétoriques associéses avec les Whigs radicaux furent renforcées par un appel à la tradition du patriarchalisme.

Ironiquement, le paradigme familial perdit l’essentiel de son pouvoir exploratoire suite à la Révolution. L’érosion de l’autorité patriarcale dans la famille du XVIIIème « dovetailed nicely » avec la dissolution de la famille impériale. L’évolution sociale et la révolution politique se sont combinées, finalement, pour nécessiter un moyen alternatif de percevoir les relations civiles.

Le nouveau paradigme fut révélé pendant la Révolution alors que les Américains se ralliaient aux principes républicains. Cet engagement, équivalent d’une conversion religieuse pour bcp, a rendu inapproprié les guides de conduite établis pendant que l’Amérique étaient dépendante de la Mère Angleterre et que les Américains fonctionnaient comme membres de l’empire familial. La catharsis révolutionnaire « entailed » la formation d’une nouvelle identité. Les républicains indépendants ne furent plus tenus ensemble par des prescriptions affectives. Le républicanisme semblait requérir une dépersonnalisation des divers « public patterns » d’autorité et de subordination, patterns trouvés dans les « méchanisms » et non plus dans l’affection. Emergence qu’on peut dater dans l’évolution de la doctrine du constitutionnalisme entre 1776 et 1787.

4. les dimensions du changement dans les mentalités qui ont accompagné l’indépendance politique et la nature des impératifs sociaux. Les révolutionaires ont maintenu qu’une citoyenneté (citizenry ?) vertueuse était essentielle à la survie de la République. Mais pendant que la célébration de la vertu continuait, le contexte social du concept était transformé. L’idée révolutionnaire de vertu devenait moins communautaire (communal) et plus politique. Dans l’ordre social familial, l’avancement de la vertu était une entreprise collective, le produit de l’interdépendance mutuelle. Dans la nouvelle rpéublique, les cityens vertueux étaient, par définition, autonmes et indépendant dans l’exercice de leur volonté. La dépendance, quelle qu’elle soit, rendait quiconque susceptible de toutes sortes de tentations et d’impositions. Les personnes dépendantes devinrent objets de suspiscion, en tant qu’objets possible de la corruption. Le livre de Benjamin Rush (Mode of Education Propoer in a Republic) constitue la plus cohérente présentation de telles idées. Et en particulier ses « machines républicaines ».

La participation du citoyen autonome à la « grande machine de l’Etat », une indépendance à venir, devaient être complétés par un attachement à la république. Pour être durable, une République doit être aimée de son peuple en tant que souverain. Impressionnés par la sagesse conventionnelle concernant les sacrifices nécessaires pour supporter les systèmes républicains, les révolutionnaires étaient conscients du potentiel politique de l’éducation. Ayant dédié leur vie et leur fortune à la forme de gouvernement historiquement éphémère, lequel plaçait les anciens ligaments de la communauté en piètre estime, rendait plus criant le besoin pour une éducation patriotique. Les liens que Tocqueville appela le patriotisme « garrulous » ont peu à peu remplacé les liens plus anciens de l’affection familiale.

Partie I :

Quand les auteurs coloniaux ont cherché un modèle pour leur conception de la cité qui combine « restraint with affection », ils se sont tournés vers le paradigme familial traditionnel de l’autorité patriarchale. Ici, il cite William Balch ; Peter Clark ; George Lawson.

L’usage de la référence familiale était, on le sait, largement répandue dans le discours politique de l’Angleterre des Stuart. Parce que les coloniaux regardaient la mère patrie pour leur servir de guide culturel, il n’est pas surprenant de trouver que cette imagerie était aussi commune en Amérique. L’autorité civile, avec l’autorité ecclésiastique, constituait, avec la paternité naturelle, les « Three Chiefe Fatherhoods ».

L’affection familiale, requise tant des fils et des pères que des gouvenants et des gouvernés, induit une obéissance et un commandement particulières. Toutes les relations sociales sont familiales : le Catechism du New England Primer, étudié par Samuel Willard, propose trois manières de comprendre le Cinquième commandement : au sens propre, il inclut les parents naturels ; métaphoriquement, il inclut tous les supérieurs ; et « synecdochically », il inclut tous les devoirs qui sont mutuels entre personnes. Non seulement parents et enfatns, masi maris et enfants, magistrats et sujets, ministres du culte et fidèles, maîtres et serviteurs, riches et pauvres, âgés et jeunes, talentueux e non talentueux : tous doivent reconnaître qu’il existe des devoirs réciproques qui incombent à chacun d’eux. Toutes les relations sont, sur ce modèle, familiales. Par conséquent, si les gouvernés doivent obéis sans murmurer, avec une peur filiale, les gouvernants sont obligés de diriger leurs affaires et leurs devoirs avec un souci paternel. Il n’y a pas là trace de magnanimité ou de choix personnel : il est du devoir des gouvernants de respecter ce commandement, un devoir de justice qu’ils doivent en vertu de leur statut (by virtue of ther station). Doivent savoir se sacrifier pour protéger le peuple ; doivent montrer des qualités de patience, d’abnégation, et de résolution pour mener à bien leurs devoirs. Les gouvernants, s’il veulent gagner le cœur de leur peuple, Lewis disait, doivent exercer leur autorité avec une « prudent lenity » ; il doit inspirer l’amour de ses sujets, ingrédient indispensable à la relation filiale, bien distincte ici de la relation servile. L’une des qualités principales qui revient dans la littérature de l’époque pour décrire le bon gouvernant : être « faithfull » (voir Nathaniel Chauncey, The Faithful Ruler described and Excited) ; c’est une vertu qui exige l’humilité, la modestie, la sincérité, l’abnégation, la diligence, la justice, la prudence, la constance, etc. il s’agit d’agir et de parler selon la Vérité. L’homme « de foi » sera cru dans toutes ses paroles. Vertu universelle, elle est partiulièrement nécessaire aux places de confiance.

La foi ne va pas sans la peur, autre ingrédient indispensable à un bon gouvernant. Peur qu’il doit faire ressentir comme ili doit la ressentir lui-même pour se garder de tomber dans un excès d’autorité, de fierté et de présomption, d’autant plus aisés à ressentir que les postes occupés sont haut placés dans la hiérarchie sociale. Seul le gouvernant qui craint Dieu saura gouverner en maintenant ses passions à l’intérieur de cadres appropriés. Lorsque l’affection est aliénée, les passions de l’homme règnent et l’harmonie sociale est impossible, dit Lewis. Lorqu’on abuse du pouvoir, on peine à obtenir la soumission.

(Daniel Lewis, Good Rulers the Fathers).

Partie III : Disaffection. (5. Revolution ; 6. Depersonalization)

5. Revolution : the Alienation of Affection.

Le paradigme familial supportait et était supporté par la situation des colonies dans l’Empire britannique. La perception la plus commune de l’empire était distinctivement familiale. Les colonies étaient les enfants de la mère patrie : on retrouve cette affirmation dans toute la littérature américaine depuis l’origine. Voir Plain Pathway to Plantations, de Richard Eburne (qualifié du plus soigneusement argumenté des traités jacobins sur la colonisation par Louis B. Wright) (1624) ; voir aussi Francis Bacon (Of Plantations, 1625), ou John White (The Planters Pea. Or the Grounds of the Colonies in North America, 1836).

L’analogie parents enfants n’était pas que métaphorique mais la base paradigmatique pour, et par conséquent précédée par, une compréhension de l’union impériale. (p. 87)

La perception familiale de l’ordre impérial identifia les problèmes dignes d’attention, détermina le langage des appels, et proposa les méthodes par lesquelles les crises devaient être résolues. Avant 1776, le même modèle familial a continué à servir comme point de départ de tout dialogue sur la question. A mesure que les révolutionnaires commencèrent à désacraliser l’autorité morale des Anglais, ils étendirent la ligne de raisonnement que Littleton avait employée plus d’un demi siècle avant.

Quelques voix discordantes, dénonçant le ridicule de l’analogie, ne font que renforcer le témoignage de sa prévalence : George Mason ; Silas Downer.

Si la référence familiale a pu freiner l’indépendance des « enfants » qui ont longtemps attendu leur « maturité » pour oser prendre leur indépendance, elle a aussi contribué à penser la prise de distance vis-à-vis de la mère patrie en termes d’indépendance, justement. C’est que les parents n’étaient ni des tyrans ni des maîtres, Jonathan Mayhew expliquait, et les enfants n’étaient pas des esclaves ou des servants. Si dans le schéma familial, les colonies pouvaient être aussi humbles et respectueux que des enfants, cela n’emportait pas d’être abjects et serviles.

Les colonies sont elles des « enfants légitimes » de l’Angleterre, demande en 1766 Stephen Watts. La logique du paradigme familial était d’une grande simplicité poru les révolutionnaires : s’ils n’étaient plus considérés comme des enfants, leur traitement était celui des esclaves lesquels, opprimés, devaient s’unir, disait Nicholas Ray.

Une fois l’indépendance acquise, les Révolutionnaires furent rapidement convaincus d’avoir restauré l’ordre naturel : Thomas Paine posait la question : « est-il de l’intérêt d’un homme d’être un enfant toute sa vie ? »

6. Depersonalization : the law of the king.

Des conditions démographiques ont largement contribué, au XVIIIème, à diminuer l’espace social occupé par la famille et à réduire l’étendue de la puissance paternelle. Des tensions naissent de l’écart entre l’idéal et le monde réel. Le retrait de la famille dans l’arène sociale la rendait une unité sociale plus distincte, dont les impératifs, de nécessité, devenaient moins applicables à la société plus large en dehors de la maison. Deuxièmement, le retrait des colonies de la famille impériale fit le langage de l’humilité filiale en politque apparaître anachronique. On avait besoin d’un nouveau mode de perception des relations civiles, qui ne soit pas si dépendant du modèle familial.

Dans une large mesure, l’attraction du républicanisme, pour les Américains, vint du fait qu’il permettait d’expliquer le passé et d’exprimer les espoirs pour le futur. Avec le républicanisme, il devenait possible de se former une nouvelle identité.

Le nouveau caractère républicain n’était plus,d ésormais, lié par la prescription affective, tellement central dans le paradigme familial. Le républicanisme, au contraire, semblait requérir une dépersonnalisation de l’autorité. La règle monarchique, comme Locke l’avait noté, était si personnelle qu’elle était souvent confondue avec l’autorité paternelle. Ce n’était que justice, puisque l’affection paternelle le rendait le plus apte à recevoir la confiance et par là, le plus facile auquel se soumettre. A mesure que le temps passait, les pères de famille naturels devenaient leurs pères politiques. Dans la cité politique, pourtant, alors que toute similitude de continuité paternelle est terminée, l’autorité politique devient moins personnelle et moins affective.

Thomas Paine, dans Common Sense, indique quelles directions suivre pour le républicanisme américain : où est le roi en Amérique ? c’est la loi, le roi. Les Américains ne tuent pas le roi ; ils transfèrent l’autorité du personnel à l’impersonnel[av1] .

Contrairement à la Constitution anglaise, corps vivant et grandissant de coutumes, de statuts et d’institutions, la Constitutions américaine est pensée comme l’incarnation solennelle de la volonté souveraine du peuple. C’est la logique derrière l’innovation de la facture des constitutions par les conventions. Le peuple souverain convient de dresser la loi fondamentale, puis se place sous son autorité institutionnelle.[av2]

IV. Republicanisme

7. machines républicaines

La catharsis révolutionnaire, évidente dans l’engagement républicain américain, entraîne un changement dans les perceptions sociales concernant la dépendance, désormais dénigrée. Le meilleur ex se trouve chez Benjamin Rush et ses réflexions sur les impératifs éducatifs nécessaires au nouvel ordre américain. Les institutions du vieil « familial commonwealth » avaient cherché à nourrir un sens de l’interdépendance affective parmi le peuple, mais les affaires de l’éducation ont acquis une nouvelle complexion par l’indépendance du pays. En raison de la nature de la révolution, il est nécessaire désormais d’examiner nos anciennes coutumes en éducation et d’adapter nos modes d’éducation à la nouvelle forme de gouvernement.

La vertu continuait à occuper le centre de l’édifice politique ; dans l’état familial, la vertu était définie socialement en termes de relations interpersonnelles fondées sur les affections mutuelles. Dans la république, la compréhension de la vertu a changé : elle est moins communautaire, et plus politique. Inspiré par Montesquieu, les révolutionnaires savent que dans une république, morale et politique sont inséparables. Mais la vertu est définie y est définie en des termes personnels et non plus interpersonnels. Rush, dans Thoughts aupon the mode of Education Proper to a Republic, décrit l’essence de la vertu civique : les citoyens doivent être attachés non pas les uns aux autres, mais à la république elle-même. Notre pays inclut la famille, les amis, la propriété et devrait être préféré à tous. Apprenons à nos élèves qu’ils ne s’appartiennent pas à eux même, mais sont la propriété du pays. Apprenons lui à aimer sa famille, mais surtout, à les oublier quand le bien du pays le veut ; il doit apprécier la vie privée, mais ne doit décliner aucune place lorsqu’il y est appelé par les suffrages des citoyens. Etc. Le message de Rush est à la fois moins personnel et plus individualiste que celui de Wintrop. Il semble anticiper les conflits entre sphère privée et sphère publique.[av3] Si bien que l’objectif de l’éducation, selon Rush, est de convertir les hommes en « machines républicaines ».


[av1]TRES IMPORTANT, selon moi, évidemment : car on voit bien par là que l’inscription de l’autorité peut demeurer dans le giron familial, dès lors que l’on est passés d’une référence familiale royaliste à une référence familiale domestique, privée. Du coup, évidemment, je ne suis pas l’auteur dans ses développements sur la permutation du personnel à l’impersonnel ; je pense au contraire que l’on a seulement permuté du Roi aux Citoyens-rois dans la légitimation de l’autorité politique.

Car dire que l’autorité, désormais, c’est la loi, c’est dire que c’est évidemment la volonté générale, incarnée par les citoyens qui votent. L’autorité ce sont les citoyens qui la portent, constitués en assemblée nationale ou peuple souverain.

C’est là que les universitaires, le plus souvent, ne vont pas assez loin : en faisant semblant de croire que l’autorité n’est plus incarnée, parce que la loi est impartiale et la même pour tous, édictée par une assemblée qui se veut impersonnelle. Mais qui incarne la Raison et l’intérêt général, sinon des individus ? Le citoyen neutre, universel n’est pas impersonnel pour autant.

[av2] Je suis d’accord pour ce qui est du texte, impersonnel ; mais on fait comme si les « citoyens », eux, n’étaient pas personnels, incarnés et ne trouvaient pas dans une « nature » leur capacité à édicter cette loi fondamentale valable pour tous.

[av3] Je me demande si, là, on n’a pas une forte correspondance entre le républicanisme français et le républicanisme américain. Pas étonnant, évidemment, puisqu’ils s’appuient les uns et les autres sur l’autorité de Montesquieu.

Yazawa en parle autrement, mais il dit la même chose : l’autorité est dépersonnalisée, elle ne réside plus dans les relations interpersonnelles mais dans la relation de chacun à la République. Il n’y a plus de correspondance automatique entre l’autorité du père et l’autorité politique collective, puisque la seconde est censée fonctionner selon les principes de la fraternité, de l’égalité et de la liberté, valablespour tous… disons que le mode de gouvernement n’est, certes, plus autoritaire et hiérarchique, fondé sur la relation du père au fils, mais quant à l’incarnation de l’autorité, elle reste bien, tout en étant collective, identique à l’incarnation de l’autorité dans la famille. BREF : la question de la distance entre sphère domestique et sphère politique se pose dans les mêmes termes de part et d’autre de l’Atlantique, dans le milieu républicain, à la fin du XVIIIème siècle.

Mariage et gouvernement en miroir dans la théorie républicaine

Quelques notes, prises au fil de la lecture, du livre de Nancy Cott :

Nancy F. Cott, Public Vows. A History of Marriage and the Nation, 2000.

La théorie républicaine des Etats Unis a donné au mariage sa raison d’être politique ; depuis Montesquieu, l’auteur des Lumières françaises dont l’Esprit des lois influença les principes centraux du républicanisme américain, les pères fondateurs ont appris à penser au mariage et à la forme de gouvernement comme miroir l’un de l’autre. Ils ont cherché à établir une république sauvegardant la souveraineté populaire, régulée par un gouvernement de lois, et caractérisée par la modération. Leur lecture de Montesquieu a attaché l’institution du modèle chrétien monogame à l’espèce de cité qu’ils envisageaient ; en tant qu’union basée sur le consentement, le mariage établissait un parallèle avec le nouveau gouvernement. Cette pensée a propulsé l’analogie entre les deux formes d’union consensuelle dans l’identité de la nation républicaine. P. 10

En dépit de la diversité des législations américaine à l’ère révolutionnaire, Nancy Cott note plusieurs traits de similitude sur le mariage :

ü L’unité du mari et de l’épouse, qui fait de la paire d’époux une seule et même personne, incarnée par le mari.

ü Le consentement des deux futurs époux

ü Un contrat dont les tenants et aboutissants, fixés par la loi commune, s’imposent aux contractants

La loi commune fait de la paire conjugale une seule et même personne légale : le mari. Le mari est « élargi » par le mariage, quand la femme, elle, abandonne son nom et renonce à son identité. C’est ce qu’on appelle la coverture (et la femme, appelée une feme covert, du vieux français apparemment). Une femme ne peut user d’outils juridiques tels que le contrat, le procès (suits), posséder un capital (assets), ou exécuter des documents légaux sans la collaboration de son époux. Elle n’est pas tenue responsable dans la loi civile ou criminelle ; le mari devient le représentant politique et légal de sa femme ; il devient le citoyen plein de la maisonnée, son autorité sur et sa responsabilité des dépendant contribuant à sa capacité de citoyen. 12

Le mariage et l’Etat sont tous deux compris comme des formes de gouvernement : de l’époux sur sa femme, comme du régnant sur le peuple aux XVI et XVIIème siècles, il était aisé de les penser de manière analogique[av1] .

A partir des années 1760, une révolution dans la théorie et la pratique avait challengé la théorie patriarchale de la légitimité politique, en différenciant radicalement l’autorité des chefs de famille (family heads) des gouvernants politique et en déniant que les deux occupent la même continuité. Durant le combat politique de 1688 entre le roi et le parlement, menant à la révolution glorieuse de 1688, les supporteurs des parlementaires arguèrent que l’autorité politique n’était pas naturelle, comme l’était celle des parents. Dans la continuité de la philo de Locke, les individus devaient donner leur consentement et former un contrat social de gouvernement dans le but de gagner des avantages de l’ordre social et de la protection collective, donnant certes un pouvoir à un gouvernant mais lui imposant des limites également. Le consentement du peuple à être gouverné les liait à obéir. Cette transformation charpente la théorie politique justifiant la révolution américaine. Rappelle ici que les Américains ont pensé leur indépendance dans les termes de l’analogie familiale. Les rebelles américains ont utilisé les deux métaphores, du lien parent enfant et d lien mari épouse pour « divorcer » de la grande bretagne, en dépit du fait que la théorie du contrat social avait depuis longtemps abandonné le lien direct entre autorité patriarchale et gouvernement légitime.

Selon elle, même l’autorité maritale ou parentale nécessitait à l’époque une justification autre que naturelle ou de tradition. L’enfant devait obéir parce que ses parents le protégeaient, pas seulement parce qu’une hiérarchie générationnelle était en place[av2] .

Les américains révolutionnaires ont utilisé la métaphore familiale pour renforcer l’idéal contractualiste[av3] .

Le modèle contractualiste d mariage a particulièrement servi, avant pendant et après l’indépendance, pour penser l’union politique. Essais, nouvelles, romans, pamphlets, poésie définissant l’union matrimoniale, donnant des conseils sur le choix du conjoint, prescrivant comment atteindre une balance des pouvoirs entre époux, abondent à l’ère révolutionnaire. Le mariage y apparaît comme une « union symétrique » : droits réciproques, responsabilités partagées plutôt que hiérarchie formelle. Pas de protection, pas d’obéissance, pas de subordination, mais un « mutual return of conjugal love », « the ties of reciprocical sincerity », qui définissent le mariage heureux. Raison, vertu et modération : trois clés du choix du partenaire, et non pas : fortune, beauté ou passion momentanée.

Pour autant, la supériorité maritale ne disparaît pas. Dans la période post révolutionnaire, plus conservatrice, l’intérêt se manifeste davantage pour les aspects de « lien » que confère le consentement accordé. 17 en consentant, les ciotyens délèguent leur autorité à leurs représentants et la femme donne son autorité à son mari. Dans les deux cas, le gouvernement basé sur le consentement n’en est pas moins du gouvernement. Le lexicographe Webster pensait refroidir les assertions politiques « grass roots » dans les années 1789 quand il a fait le lien entre la relation du citoyen à son repréeentant et l’unité que forme une fiancée avec son futur. Il voulait signifier que le représentant était le meilleur connaisseur et judicieux de la paire, celui qui pouvait prendre des décisions, de la même manière que le mari le pouvait. En se mariant, la femme « gagnait le droit d’être protégée par un homme de son choix », de même que les hommes, vivant sous une constitution libre, de leur propre fait, avaient le droit à la protection des lois (1793). Il admettait même que si la rébellion face à un gouvernement juste, modéré et libre était odieuse, elle ne l’était pas moins dans l’administration familiale.

C’est plus qu’une analogie : les mariages actuels étaient supposés créer le type de citoyen dont avait besoin la République ; ce n’est pas seulement que le mariage et les famille apportaient un ordre à la société ; il y avait des raisons spécifiquement politiques dans la pensée des révolutionnaires à l’égard de la nature humaine, les relations humaines, et les possibilités pour un gouvernement jsute qui pose des demandes sur le mariage. Les révolutionnaires étaient concernés par la vertu comme le printemps de leur gouvernement et cela motivait leur attention au mariage. République : tentative d’établir un gouvernement pbasé sur souveraineté populaire ; le caractère des citoyens importait bien plus que dans une monarchie, suivant en cela Montesquieu. La vertu signifiait non seulement intégrité morale, mais aussi esprit public : le citoyen devait reconnaître des obligations civiques, pour voir le bien social de la cité parmi ses responsabilités. Le mariage fournit une importante part de la question, en apportant un modèle de jonction consensuelle, d’allégeance volontaire, et de bénéfice mutuel. Pour compléter la fondation individualiste du contrat social, les révolutionnaires se tournent vers Montesquieu qui croit que l’être humain doit se définir en relation avec les autres et chercher le compagnonnage.


[av1]Je me demande s’il n’y a pas là une différence avec les Français qui se servent plus volontiers de l’analogie parentale pour qualifier le bon gouvernement du prince avant la Révolution, puis du pouvoir paternel pour fonder la République, à partir du Directoire.

[av2]Oui mais c’est bien parce que l’enfant et la femme sont faibles en nature qu’ils ont besoin de la protection de leur père et de leur mari. Certes Hobbes fonde le pouvoir paternel sur le consentement présumé de l’enfant ; mais c’est un consentement forcé.

[av3]Là aussi j’ai des réserves car je pense que la métaphore familiale ne sert plus, après la révolution ; sinon comment comprendre le maintien des enfants et des femmes dans un tel état de dépendance ?

Autorité : du statut au consentement éclairé. Le cas des « mineurs » au XVIIIème siècle

Holly BREWER a publié un livre d’une importance considérable. Je vous livre les notes prises au fil de la lecture. Ce n’est pas un compte-rendu ni une fiche dans les règles de l’art, seulement une manière de rendre compte de quelques éléments de son travail pour vous inciter à lire son livre :

Holly Brewer, By Birth or Consent. Children, law, and the Anglo-American revolution in authority, Chapel Hill (N.C.), Published for the Omohundro Institute of Early American History and Culture by the University of North Carolina Press, 2005, 390 p.

La plupart des universitaires ont considéré la question des enfants dans les débats politiques menant à la Révolution américaine ; mais ils ont généralement traité la place des enfants comme une métaphore, comme des débats concernant moins les enfants que l’autorité. Quelques uns ont exploré la signification de ce débat pour les enfants réels, mais ont traité seulement avec les aspects positifs de la position d’enfant après la Révolution : enfants libérés de l’autorité du père une fois adultes ; éducation encourageant liberté et indépendance. D’autres études ont argué que les enfants, comme les mâles blancs, ont obtenu de la liberté comme un résultat de l’indulgence par les parents et leur propre rébellion. Mais l’idéologie de la révolution a-t-elle apporté la liberté aux enfants comme elle l’a apportée aux hommes ?

En créant la distinction entre les enfants mineurs et les adultes majeurs, entre ceux qui pouvaient consentir à leur gouvernement et ceux qui ne pouvaient pas en raison de leur âge, on a mis en place les éléments pour les distinctions modernes entre la loi privée et la loi publique.

On passe d’une autorité fondée sur le statut et les droits de naissance, à une autorité fondée sur le consentement raisonné ; ce changement de paradigme reconstitue la nature et la légitimité du pouvoir.

La place des enfants dans le débat politique de ces deux siècles illumine le combat sur les bases de l’autorité politique : droits hérités contre consentement du peuple.

Son dernier chapitre : l’empire des pères. De la naissance au consentement de qui ?

Nous les historiens avons tendance à naturaliser le pouvoir patriarchal. Le pouvoir patriarchal a eu différents sens : au XVIIème, il concernait davantage le pouvoir des princes que celui des pères. Ceux comme Filmer tendaient à accroître le pouvoir des princes et du lignage, pour réifier les normes féodales. Le pouvoir des maîtres et des seigneurs était d’ailleurs plus fort que celui des pères, sur les enfants. Cela prend fin à la fin du XVIIIème : l’autorité légale des pères prend le dessus sur celle des maîtres. Dans l’ancien régime, les lois de l’héritage démarquent, délimitent le pouvoir du maître ; à la fin de l’ancien régime, le manque de raison des enfants, et leur dépendance, délimitent le pouvoir du père. 341on passe ainsi du pouvoir du seigneur et maître à l’empire du père. Dans l’ancien système, le rang est prioritaire sur l’âge. Les enfants pouvaient hériter d’un pouvoir ; aussi, le combat autour du statut légal des enfants n’est pas qu’un combat sur la simple « garde » (custody) ; c’esst un combat sur les bases du pouvoir, à savoir si ce pouvoir doit appartenir au seigneur ou aux pères ; à une aristocratie ou à tous les hommes.

Le nouveau principe selon lequel le consentement doit être informé (éclairé) et raisonnable, qui a conduit à l’exclusion des enfants, fut part de ce qui a rendu l’idéologie politique démocratique viable, acceptable et surtout, légitime.

Le principe de la responsabilité nécessaire pour les affaires criminelles et pour le vote fut établi quand le consentement devint important dans la loi, et que la naissance et le statut perpétuel devenaient moins importants. 341 la transformation dans le statut de l’enfant fournit un indice à la transformation dans l’autorité politique durant la période, d’une autorité basée sur la naissance à l’autorité basée sur le consentement. Le statut et l’héritage, l’avènement du contrat dans la loi, l’émergence de règles d’évidence (régime de la preuve ?) étaient tous articulés avec les débats politiques sur la manière dont le pouvoir d’un gouvernement devait trouver son origine dans le consentement du peuple ou dans l’hérédité et la divine autorité d’un monarque et d’une aristocratie. 342

Les réformateurs républicains démocrates du XVIIème siècle ont cherché à faire du consentement une base viable pour l’autorité, qui puisse challenger et défaire les normes féodales et patriarcales, l’autorité et l’obligation héréditaires. Les réformateurs ont dénié que l’obéissance aveugle ou forcée à une monarchie héréditaire constitue un consentement légitime. Le consentement n’était pas héréditaire, le consentement forcé n’avait pas de sens, et même le consentement influencé aurait dû être invalide.

L’exclusion des enfants de tout consentement, au motif que leur consentement était soit forcé soit influencé a grandi dans le contexte politique et religieux de l’Angleterre du XVIIème, sur les bases de l’appartenance et de l’autorité de l’Eglise. Le baptême après la naissance ne devait pas déterminer l’identité religieuse permanente de quelqu’un. Plusieurs philosophes dont Locke ont commencé à utiliser le langage et l’idéologie des radicaux religieux pour délimiter les bases alternatives du pouvoir politique. L’idéologie patriarchale, dans la mesure où il cherchait à justifier les normes féodales sur le droit de naissance, avait permis aux enfants d’exercer le pouvoir ; la stratégie des réformateurs d’attaquer les droits de naissance (et d’arguer que l’autorité devait reposer sur la raison et la vertu qui permettaient le consentement judicieux), ont fait des enfants et de l’autorité un objectif principal (primary target) de leur critique. L’age devenait un marqueur primaire de l’autorité juste.

On voit ici à quel point les idées des réformateurs religieux sur le consentement et l’égalité ont formé les définitions des Lumières. Le fait que l’Eglise et l’Etat soient tant liés en Angleterre ont fait des débats religieux sur l’appartenance à une Eglilse résonner dans les débats sur l’appartenance à civilie et sur l’autorité. Les puritains ont ainsi été des réformateurs critiques. L’emphase de la Reforme sur le choix personne en matière religieuse était liée étroitement avec la théorie de l’autorité gouvernementale qui fit du consentement individuel un point central.

Nougarède et le patriarchalisme républicain

Ce texte est une reprise partielle d’un manuscrit déposé aux Archives de l’Institut de France. Il s’agit d’un mémoire envoyé lors du concours sur l’autorité paternelle, dont nous avons déjà parlé ici (voir l’article sur Petitain, qui participait au même concours cette année là), en 1799. Il compte 140 page manuscrites : il va sans dire que je n’ai pas tout repris.

André Jean Simon Nougarède est né en 1765 (1766 selon certaines sources) à Montpellier, pays de droit écrit donc de droit romain. L’homme est un juriste passionné de droit et de civilisation romaines (en 1787, il traduit Cicéron ; et tout au long de sa carrière, avec d’ailleurs des titres qui varieront selon la direction du gouvernement, il publiera sur la « révolution » qui engendra l’Empire…). Ancien conseiller à la cour des aides et finances de Montpellier, il était entré dans l’armée au moment de la Révolution où il avait obtenu le grade de lieutenant ; depuis 1795, il aurait été « ingénieur d’armée » (d’après Martin Staum, 1982), mais je ne sais dire si cela est compatible avec ce grade de lieutenant ou pas ; en 1799, il se dit « ancien magistrat ».

Il se marie en 1808 avec la fille du comte Bigot de Préameneu (jeune « veuve » d’Etienne Sauret puisqu’elle est née en 1781 – la date de décès du sieur Etienne Sauret, qui fut député de l’Allier de 1799 à 1807, varie entre 1804 et 1818 selon les sources), devenant ainsi le gendre de l’un des membres de la commission qui avait été chargée, en 1799 et 1800, d’examiner son manuscrit lors du concours sur l’autorité paternelle[i] et qui, ô ironie, s’était chargé également, dans la commission du code civil, des questions relevant de l’autorité paternelle.

L’Empire le fera député au Corps législatif ; conseiller à vie de l’Université de France puis baron de Fayet en 1809 (longtemps après avoir acquis le château du même nom, auprès de la vieille propriétaire qui fut aussitôt après guillotinée), avant de devenir maître des requêtes au Conseil d’Etat ; entretemps, il aura trouvé un éditeur pour son manuscrit sur la puissance paternelle[ii] et publié De la Législation sur le mariage et sur le divorce, Paris, an X (1802), 191 p. et deux ans plus tard, Histoire des lois sur le mariage et sur le divorce depuis leur origine dans le droit civil et coutumier jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, Paris, 1803, 2 vol. En 1805, il sera membre du corps législatif pour le département de l’Hérault, en 1810 président de la cour impériale de Paris ; en 1813, maître des requêtes au conseil d’Etat, section de législation. Il se retirera des affaires publiques après les événements de 1815 Il mourra en 1845, laissant une veuve et trois enfants : Auguste, Félicie et Adrien, ainsi que la fille de sa veuve : Eulalie. Sa fille Félicie (ou Anne Félicité selon les sources) épousera en 1812 François Joseph, comte Boulay de La Meurthe. Eulalie, en 1822, épousera le comte de Grouchy. Je ne sais rien sur la vie privée d’Auguste ; en revanche, sa vie politique et scientifique semble avoir été fructueuse. Voir le catalogue de la Bnf. Encore moins d’informations sur Adrien, le dernier-né.



Son mémoire, le plus long des trois qui seront envoyés cette année là, ne recevra qu’une attention très limitée de la part du rapporteur Champagne (quelques lignes dans son rapport, qu’il clôt et conclut par ces mots : « Il voudrait que le droit indéfini de tester fût accordé au père. Mais il finit par demander que le pouvoir des pères soit rétabli tel qu’il était à Athènes et à Rome dans le temps de la République. Ce droit absolu n’avait pas de limites (…). Or, c’étaient ces limites qu’il s’agissait de trouver. » )

En revanche, l’ayant remis au concours l’année suivante, il sera remarqué par le président de la Commission, Pierre Daunou, qui s’appliquera cependant à en faire ressortir tous les obstacles « idéologiques » qui devraient s’opposer à l’attribution d’un prix.

Ce manuscrit sera publié en avril 1801, sous le titre Essai sur l’histoire de la puissance paternelle. On le trouvera également dans une édition plus tardive, de 1814, sous le titre Loi des familles (édition faussement attribuée, dans une bibliographie de l’époque[i], à un certain Nougaret). L’ouvrage « bénéficiera » d’un compte-rendu peu amène dans la Décade philosophique le 10 thermidor an IX (juillet 1801), par un dénommé … Petitain ; par contre, le journal catholique Le Mercure de France publiera un résumé favorable des thèses de Nougarède, le 16 thermidor an X. A ma connaissance, seul Martin Staum (Martin S. Staum, « Images of paternal power : intellectuals and social change in the french national institute », in Canadian Journal of History/Annales canadiennes d’histoire, 17, 3, décembre 1982) a jusqu’à maintenant publié sur ce concours et ses auteurs.

MEMOIRE NUMERO DEUX, concours de l’an 7 : Nougarède.

Epigraphe tiré de la République de Bodin.

[t1]

(…)

« Les premières pages de l’histoire nous présentent chaque famille isolée soumise aux seules lois de l’auteur de son existence. Aux yeux de ses nombreux enfants, le patriarche semblait le ministre de l’être suprême pour le pouvoir, comme il l’avait été pour la création. Sur son front, blanchi par l’âge et mûri par l’expérience, (3) semblait reposer la sagesse éternelle. »

Je reprends, 30 pages après un long historique décrivant Athènes et Rome sous le point de vue de la puissance patriarcale ; l’écriture n’est pas aisée à déchiffrer. Il faudra y revenir.

« Nous avons vu que le sort de la République dépend d’une balance constamment égale entre la liberté et l’obéissance. Les grandes difficultés et ce problème semblent au premier abord les rendre insolubles, tant l’obéissance et la liberté offrent d’opposition et d’incohérence. L’une ordonne de courber ce front où respire une âme altière, la liberté répond que la honte seule et la crainte peuvent l’abaisser. L’une se lie à toutes les idées d’infériorité et de dépendance, la liberté n’en admet aucune.

On avait cru trouver la solution de ce problème. L’homme libre réfléchira qu’il doit à l’Etat social le sacrifice d’une portion de sa liberté. Il obéira, mais en homme libre, et par un acte volontaire.

Mais on avait oublié que la raison ne peut jamais être le mobile général des hommes. Presque tous courbés vers la terre pour les Besoins de la Vie, ou entraînés par (37) les passions, méconnaissent la raison, ou éloignent d’eux sont importune lumière. La liberté surtout ne saurait naître que du sentiment, et exister que dans le cœur. Elle est le véritable instinct de l’homme, comme la pudeur est l’instinct de la femme. Toute femme trop subtile à raisonner sur ses devoirs, aura bientôt à pleurer sur son déshonneur. Tout homme qui aime la liberté avec calcul, qui n’éprouve pas pour elle les transports et le délire de l’amour, sera bientôt un esclave.

La vraie solution à ce problème ne peut être donnée que par la puissance patriarcale. L’homme libre ne conserve pas moins sa dignité, quand il vole aux … d’un père, que quand il plie le genou devant une amante. Le respect pour la sagesse et les lumières, la reconnaissance pour l’auteur de son être et de ses vertus, la tendresse pour le sang qui coule et bouillonne dans ses veines, fléchissent tour à tour ce cœur indomptable, mais, loin de l’abaisser, ils lui donnent une exaltation nouvelle. Ainsi la nature qui créa l’homme pour la république, peut seule offrir les moyens d’en concilier les deux mobiles. (38)

Il eut été difficile, dans nos état monarchiques, d’apprécier la force et la générosité de ces sentiments. Le respect filial avait été effacé de tous les cœurs avec la liberté. On ne croyait pas même à ces touchants exemples retracés dans l’histoire des républiques anciennes. Quand on lisait la réponse d’Epaminondas à son ami, après la victoire de Neuctres : « J’en ai beaucoup de joie, car je sais qu’elle en causera beaucoup à mon père et à ma mère ». Le souris (sic) et la pitié naissait sur les lèvres, comme si l’on eut entendu ces formules niaises dont la mémoire avait été chargée sans fruit (sic) dans notre enfance. (…)

On doit conclure de ce qui précède, que le législateur de Rome donna à son institution les bases véritables de (39) la République et de la nature. Les chefs de famille avaient seuls des rapports de soumission aux magistrats civils. Mais leur âme s’était à la longue imbue et pénétrée de la liberté. Ils avaient appris de l’expérience les avantages et les bornes de l’obéissance sociale.

La jeunesse n’avait à pratiquer dans l’intérieur des murs que les devoirs touchants du respect filial. Il est vrai que, dans les camps, elle se trouvait soumise aux chefs militaires, mais l’obéissance n’offrait alors aucun inconvénient. Le choc des armes et les périls toujours renaissants, suffisaient à conserver l’élévation des courages. Et même la véritable discipline ne fut jamais connue que des hommes libres. Ils ne sont pas comme les peuples esclaves avilis de licence, et indifférents sur le maitre qu’ils recevront et la victoire.

C’est ainsi que ce peuple si jaloux de la liberté, se montra soumis aux institutions militaires et domestiques les plus rigides. Il créa en même temps le code des combats et celui des familles. Pour le premier, il renversait tous les ennemis extérieurs. Il devait au second les triomphes sur les vices intérieurs qui attaquent les plus purs fondements des Républiques. (40)

Cette sage gradation des magistrats civils aux magistrats domestiques assurait à l’action des lois un mouvement aussi sûr que rapide et prévenait la résistance anarchique que chérit la démocratie. Cette organisation vigoureuse qui tenait liés tous les citoyens à leur famille, toutes les familles au corps de l’état, repoussait la discorde, odieuse complice du despotisme. (…)

La corruption des mœurs, qui favorise également la démocratie et le despotisme, ne pouvait pas plus aisément s’introduire dans les familles si bien disciplinées quand on observe la marche dans le corps social, on connait sans peine pourquoi nos lois antipatriarcales étaient si impuissantes à l’arrêter. A mesure qu’elle pénètre dans le cœur des hommes et des familles et qu’elle en chasse la vertu, l’honnêteté, la décence, elle s’attache à les exprimer dans tout l’extérieur, à les faire revivre dans le langage et dans les manières. C’est ainsi qu’elle échappe aux regards du magistrat, qui, comme dit Bodin, ne trouve jamais sous sa main que des Betitres ( ???, souligné).

Mais l’œil sévère du magistrat domestique, toujours ouvert dans l’intérieur de sa famille, y sondait les replis de tous les cœurs. Il y démêlait toutes les semences secrètes du vice. Il les arrachait sans pitié, dès qu’elles commençaient à pousser les premières racines. Souvent même étouffée par la vigueur de la discipline domestique, elles faisaient de vains efforts pour se développer.

C’est ainsi que le pouvoir patriarcal combat sans relâche la servitude, l’anarchie et la corruption des mœurs. C’est ainsi qu’il se montre l’infatigable antagoniste des gouvernements contraires à la république. Leur résistance sera proportionnée aux moyens que nous leur avons déjà observé. »

« Comme la nature a balancé dans le citoyen l’esprit de liberté par l’esprit d’obéissance, elle a placé dans le père le pouvoir et l’affection pour le… d’un mutuel contrepoids. Elle a donné à ces deux mobiles une réaction toujours égale, de manière que la prépondérance du pouvoir n’amenât jamais le (44) despotisme domestique, et que le triomphe de l’affection ne pût reproduire dans la famille les funestes excès de la démocratie. Ainsi le législateur qui a voulu supprimer le pouvoir et conserver la tendresse, privant le père de ses droits et lui laissant ses obligations, n’a pas seulement commis une injustice, il a été directement contre les vues de la nature. »

« Ainsi l’action extérieure du pouvoir patriarcal dans la famille, n’est pas moins que son action extérieure conforme aux vrais principes de la liberté sociale. Il sera donc le premier pouvoir, le pouvoir constituant de la république.

A ce titre il devra être placé dans une indépendance entière des autres pouvoirs, et l’enceinte domestique où il exerce son autorité devenir un sanctuaire inviolable à l’action de la puissance publique.

La seule intervention du magistrat civil détruirait bientôt tout le pouvoir du chef de famille. Ces magistrats domestiques si terribles au despotisme … leurs efforts réunis, isolés au-dedans, ne pourraient y lutter contre la plus faible des autorités publiques. A peine le magistrat civil aurait-il obtenu quelques droits sur l’intérieur de sa famille, qu’on n’y (47) reconnaîtrait plus d’autre domination que la sienne. » [ii]

La seconde partie est consacrée aux limites. [av2]

« Je distinguerai dans le pouvoir patriarchal les personnes sur lesquelles il devra être exercé, de l’action même de ce pouvoir. Et parmi les personnes qui devront lui être soumises, j’attirerai d’abord vos regards sur cette épouse destinée à semer de fleurs la carrière que va parcourir le père de famille. Nous l’apercevrons, dans les origines de tous les peuples, soumise à la même subordination que ses enfants. Il semble que les premiers hommes, observant entre les femmes et les enfants tant de rapports pour la grâce et pour la faiblesse, s’étaient plus à les confondre dans les mêmes devoirs et soumission.

Le même principe se remarque aussi dans les opinions patriarcales des siècles héroïques ; on n’y attribuait qu’au père suivant Eschyle le bienfait de la procréation d’où naissent les droits de la puissance. On regardait la femme comme un simple dépositaire, qui reçoit le (50) germe dans son sein, et le conserve quand il plaît aux vieux, aussi pour venger un père, ou remplir son arrêt, Oreste et le fils d’Emphiaraus n’hésitèrent-ils pas de souiller leurs mains du sang maternel, et furent-ils absous par les dieux.

Lorsqu’ensuite les gouvernements furent organisés, toutes les républiques soumirent les femmes à une sévère discipline domestique. A Sparte elles vivaient obscures et retirées dans l’intérieur du ménage, d’où elles ne pouvaient sortir que voilées. C’était un attentat à leur pudeur que de parler d’elles, même avec éloge. A Rome elles furent toujours soumises au pouvoir d’un mari comme sa propre fille, ou à celui d’un tuteur qui exerçait sur elles l’autorité paternelle et il paraît, dit Montesquieu, par une expression vulgaire qu’elles étaient extrêmement gênées.

L’intérieur des familles offrait alors un spectacle aussi pur qu’enchanteur. Nombreuses et toujours réunies, on y trouvait sans sortir de l’enceinte domestique des plaisirs que rendaient plus troublants les affections de la nature. Les mères dans le secret du ménage s’exerçaient aux devoirs de la maternité. De jeunes filles (51) charmantes s’abandonnaient sans contrainte aux folâtres goûts de leur âge. Elles étaient ensuite l’ornement des fêtes publiques, où elles entraînaient sur leurs pas une jeunesse enivrée.

[t3] « Mais, ajoute Montesquieu, tout le système politique à l’égard des femmes changea par l’établissement de la monarchie, qui veut qu’elles soient parfaitement libres, et exemptes de la discipline domestique. » Je n’entreprendrai ni la discussion de ce principe, ni l’examen de son influence sur les usages de la monarchie. Je me contenterai d’offrir ce tableau simple et fidèle des mœurs monarchiques.

Tableau des mœurs monarchiques [t4]

On ne vit plus dans les assemblées et les fêtes publiques ces jeunes vierges timides dont les charmes semblaient promettre à l’hymen une alliance inviolable avec l’amour. Ces fleurs si touchantes virent se faner loin des regards leurs grâces et leur fraîcheur. La contrainte et une clôture sévère remplirent d’amertume leurs plus beaux jours, et détruisirent cette ingénuité séduisante bien plus sûre pour enchaîner tous les cœurs que la réserve hypocrite que l’a remplacée. (52) Les jeunes gens qui, au milieu de ces assemblées, étaient conduits à des liens vertueux par la douce impulsion de la nature, furent par la même pente entraînés vers le vice. Une épouse vive, sémillante, déployant toute la coquetterie d’une jeune fille, leur inspira des feux impurs avant même qu’ils les eussent pu soupçonner illégitimes. Leur âme confiante, et impétueuse s’y abandonna sans aucun frein. Mais quand la première effervescence de leurs passions fût calmée, quand ils reconnurent que nos mœurs avaient détruit la vraie félicité conjugale, pour ne mettre à la place que ces plaisirs si courts et si troublés, quand ils eurent été poussés tour à tour dans ces réformes inutiles par leurs remords, dans de honteux écarts pour leur désespoir, ils finirent par prendre en haine ces institutions sociales si constamment contraires à tous les vœux de la nature.

Peu à peu ces assemblées devinrent journalières. Les hommes abandonnèrent pour s’y rendre, l’intérieur d’une famille désunie et d’un ménage que n’animaient plus celles qui devaient y présider. Ils n’eurent plus pour leurs épouses, sans cesse entraînées dans le tourbillon (53) du monde, cette douce confiance qui est le vrai charme de l’hymen et de la paternité. L’affection conjugale et paternelle s’éteignit peu à peu, des attachements vicieux et déréglés en prirent la place. Le libertinage adopta les formes séduisantes de la politesse des mœurs. L’adultère s’y montra sous les dehors d’une conquête flatteuse, et les attraits du vice achevèrent d’inspirer des dégoûts pour les plaisirs simples de la famille.

Les épouses elles-mêmes finirent par redouter ceux de la maternité. Ils coûtaient à leur faible taille la tournure svelte et élégante. Ils détruisaient les formes d’un sein enchanteur. Ils altéraient rapidement tous ces charmes sur lesquels elles fondaient tous leurs triomphes. Elles finirent par abandonner leur nourrisson à un sein mercenaire, et par craindre leur propre fécondité. C’est ainsi que les deux sexes se corrompaient l’un par l’autre. Les femmes sacrifiaient tout au destin de briller dans les Cercles. Pour remercier le monarque de les avoir égalées aux hommes, elles parvinrent peu à peu à changer les hommes en femmes, et il régna sans partage sur les deux sexes également dénaturés. 54

Quand les idées républicaines commencèrent à prendre crédit dans notre patrie, il s’éleva quelques voix en faveur des mœurs patriarcales. Un philosophe éloquent parla aux mères le langage du cœur et de la vertu. Il embellit des charmes de son style, les charmes trop dédaignés de la nature. Mais les réformes partielles qu’il produisit étaient trop incohérentes avec les mœurs monarchiques. Les épouses, dont la jeunesse avait été la victime des privations et de la contrainte, ne pouvaient y joindre celles qu’exigent les fonctions maternelles. Elles tâchèrent donc de les allier aux plaisirs de la société. Les fêtes et les spectacles furent troublés par les criailleries importunes des enfants. Ces mères, allaitant leur nourrisson au milieu des cercles, blessèrent la modestie et n’excitèrent chez les hommes que des dégoûts.

On les convainquit enfin que les fonctions maternelles ont presque besoin de ce voile modeste qui couvre les plaisirs de l’hyménée ; que le tracas des enfants perd tout son intérêt hors de l’intérieur domestique ; que ce prisme heureux, ouvrage de la prévoyante nature, qui embellit de tant de charmes l’enfant et la mère, n’agit que sur les yeux paternels. (55) Mais, pour bien juger toute la force de ces illusions, observons ce père qui sur les genoux d’une épouse chérie, contemple le fruit d’une tendresse commune. Observons l’ardeur de ses transports souvent plus vive que dans la première ivresse de son amour et reconnaissons l’erreur de ces femmes délaissées qui, pour ranimer les feux d’un époux volage, ne désirent que de pouvoir emprunter la ceinture de Vénus. [t5]

C’est donc seulement dans l’intérieur domestique que l’épouse conserve ses véritables charmes. Là aussi se borne son empire, dédommagement de ses souffrances, ouvrage de son esprit et de son adresse, et par lequel elle se pense l’égale de l’homme qu’elle gouverne en lui obéissant, comme dit Rousseau. [iii]

Tout, dans ces cercles qu’elles rendent si brillants, concourt à ravir aux femmes cet empire domestique premier objet de leurs vœux. C’est là que les hommes, épuisés par le travail et les affaires, vont chercher les délassements qu’ils devaient jadis aux grâces folâtres de leur épouse. C’est là qu’ils prennent le dégoût de ses charmes sans fard, au milieu de cette coquetterie (56) d’esprit et de parure, sans cesse excitée par la rivalité des prétentions et des conquêtes. C’est là enfin qu’ils apprennent sans degrés à subjuguer les femmes en les attaquant avec leurs propres armes.

Aussi voit-on constamment ces jeunes efféminés, que les femmes ont amollis, qui rivalisent avec effet de grâces et de parure, se confirmer par des … constants dans le mépris de tout le sexe et dans une vaine confiance. Ce sont eux qui ont mis les agaceries à la place des entreprises audacieuses, qui, aux brûlantes expressions de l’amour et du désir, ont substitué des flatteries ridicules. On leur doit cette galanterie qui n’est pas de l’amour dit Montesquieu mais le léger, le délicat, le perpétuel mensonge de l’amour.

Voilà comment les épouses ont (incompréhensible : ont vu prince pour par sa la perte de leur empire l’oubli de leurs devoirs). Elles eussent appris les dangers qui les menaçaient, de ces femmes spartiates qui régnaient en souveraines dans ces ménages où elles paraissaient si asservies. Loin de chercher à amollir les hommes par leur commerce, elles eussent du réfléchir sur cette réponse de l’épouse de Léonidas à une étrangère « c’est parce que nos maris sont (57) vraiment des hommes que nous avons tant d’ascendant sur eux ».

Elles puisèrent le même empire chez les romains dans leur clôture domestique et la discipline sévère ou elles s’y trouvaient assujetties. « C’est des femmes, dit Rousseau, que vinrent à Rome toutes les grandes révolutions. C’est par elles qu’elle fut sauvée des mains de Coriolan. Leurs vœux et leurs deuils furent toujours consacrés comme le plus solennel jugement de la république ». (…) (58)

Les épouses doivent donc désirer le retour du système domestique des Romains, si elles veulent revivre encore les succès brillants des Vésuries et des fabia. Leur propre intérêt se joint donc au principe d’un chef unique, pour leur assigner, dans la famille de leur époux, le rang et les devoir de sa propre fille.

Les enfants naturels

Mais à quel rang, dans quelle famille, placerons-nous les enfants dont la naissance, ouvrage d’une conjonction illégitime, n’est avouée que par la nature ?

Le législateur romain refusa de reconnaître leur père qui ne peut, dans une société bien instituée, être indiqué que par le mariage. Mais comme la nature désigne toujours la mère, l’enfant reçut sa place dans la famille maternelle.

Par une suite logique de ce seul principe et sans aucun effort, tous les citoyens eurent leur place dans la société, et trouvèrent dans les conséquences naturelles de leur conduite leur punition ou leur récompense. Le père qui avait dédaigné les formes conservatrices établies par les lois sociales, ne peut réclamer le (59) titre et les droits paternels et néanmoins il entendit gémir ses entrailles pour cet aimable fruit de ses plaisirs. Il trouva un charme particulier dans ses caresses solitaires, et les plus tendres soins de l’amour lui parurent suffire à peine pour les mériter. Ainsi l’enfant ne fut privé qu’en apparence des effets de la tendresse paternelle et le père seul perdit ses avantages civils qui les récompensent. »

Passages sur l’enfant adultère.

Le père dans le régime monarchique

« Mais dans le régime monarchique, le mariage ou la majorité des enfants ouvrait au père une carrière douloureuse d’abandon et d’isolement. Sans autorité et sans fonctions domestiques, il ne semblait plus dans la société qu’un membre inutile borné aux témoignages rares et (67) périodiques d’un respect dicté par la bienséance. L’extérieur domestique n’offrait plus à ses yeux qu’une solitude profonde. Les glaces de la vieillesse pénétraient son cœur avant l’âge, sans que jamais l’amour filial vint le réchauffer de sa flamme bienfaisante.

S’il allait chercher des distractions dans les cercles brillants du monde, il les trouvait dominés par une jeunesse indisciplinée. Il était contraint d’en souffrir tous les dédains et les caprices, d’en imiter les manières puériles et évaporées, et de déguiser comme un opprobre ces cheveux blancs, symbole auguste de sa sagesse, de l’expérience et du calme des passions. C’est ainsi que, suivant l’expression de Savari, le vieillard qui avait été un père sensible mourait avant qu’il descendit au tombeau. Tel est le sort que (…) fit entendre sur nos théâtres les plaintes touchantes.

Aussi les exhortations du législateur monarchique m’ont-elles semblé toujours une dérision odieuse. Il menaçait les célibataires de l’abandon de leur vieillesse comme si celle du père de famille, qui avait consumé sa jeunesse et sa fortune pour l’éducation et l’établissement de ses enfants, eut pu faire l’objet de (68) leur envie. Comme s’il n’eut pas été assimilé à cet animal lent et vigoureux qui partage les fatigues du laboureur. On l’épuisait comme lui dans sa jeunesse pour ses services pénibles ; on le sacrifiait comme lui dans sa vieillesse non aux (…) mais à l’isolement et au mépris.

Que les lois monarchiques se bornent donc à atteindre les célibataires par leurs dispositions pénales et coercitives et donnent à l’Etat des pères de famille comme elles lui donnent des soldats, par des enrôlements forcés. Qu’elles laissent aux saintes lois républicaines ces exhortations touchantes et ces expressions persuasives qui manquent si rarement leur effet. Qu’elles leur laissent surtout les suites ( ?) si justement dues à leur sage système d’encouragement et de récompenses. » 69

« Ne désespérons pas de voir se rouvrir encore ces sources de la prospérité générale. Déjà nos premières lois républicaines ont établi des fêtes et un hommage public pour la vieillesse. Il ne reste plus au code civil qu’à replacer les vieillards à la tête de leur famille, alors la jeunesse accoutumée à les respecter dans les foyers, s’empressera de leur offrir les magistratures. On appréciera les talents et le caractère par la conduite (70) domestique, et les grandes places pourront être à la fois le mobile et le prix d’une large administration intérieure. »[t6]

« Ainsi le pouvoir de chef de famille, attribué à l’aïeul commun, ne cessera qu’avec sa vie. Mais admettrons-nous l’Emancipation des divers membres de la famille ? ne la soumettrons-nous à aucune limite ? n’en ferons-nous jamais un privilège légal en faveur des magistrats de la république ?

Le système monarchique n’apercevant dans le père de famille que ses obligations, devra l’empêcher de s’y soustraire. Il défendra comme ses constitutions impériales d’émanciper un fils de famille sans son aveu. Il pourra même exiger, à l’exemple de la coutume de (72) Bretagne, que le fils réclame l’émancipation pour son propre avantage.

Du reste il fera de l’émancipation comme de la puissance paternelle un simulacre. Il en ôtera les formalités antiques, qui attachaient à l’abdication même de ce pouvoir tout son caractère d’éclat, et de grandeur. Ces formules consacrées auxquelles la présence et l’acceptation du magistrat suprême donnaient toute la solennité des lois de la république. Il n’exigera pour l’émancipation que les formalités du contrat civil le plus obtenu. Il ôtera aussi tous ses effets. Il voudra que le fils quoique émancipé soit toujours considéré comme membre de la famille, à l’exemple de Justinien. Il le dispensera seulement de ses obligations, et lui conservera tous ses droits et ses avantages.

Du reste l’esprit républicain qui anime le pouvoir patriarchal fera une loi au monarque de soustraire à cette influence les magistrats auxquels il délègue son autorité et confie la propagation de ses principes. Mais il n’aura pas besoin d’ordonner leur émancipation, s’il en a indirectement étendu le privilège (73) à tous ses sujets par la destruction du système patriarchal des familles. C’est ainsi que Justinien borna le privilège de l’émancipation à la dignité de patria. C’est ainsi que nos rois ne songèrent pas à l’accorder aux magistratures inférieures. Mais pour juger s’ils étaient retenus par la crainte de l’avilir ou par l’ignorance de leurs vrais intérêts, voyons-les en faire la récompense des chanteurs de leurs théâtres et leur présenter l’émancipation de la même main qui les plaça au dernier rang de la société. ( ????)[t7]

La République, par un système contraire, donnera au père de famille une liberté illimitée de renoncer à ses droits pour l’émancipation. Elle se gardera aussi de la réduire à une simple formule ; elle lui donnera dans toute son étendue l’effet de rompre tous les liens qui unissent un père à son fils ; elle rendra à ce dernier l’usufruit de tous les biens qui lui appartiennent[t8] , et ne mettra aucune condition au prix glorieux des soins et de la tendresse filiale.[t9]

Mais devra-t-elle soustraire ses magistrats au joug de la puissance paternelle, et les déclarer émancipés (74) dès le moment où, par leur nomination, elle les détache de leur famille pour les consacrer exclusivement à la chose publique ? tel ne fut point le système de la république romaine : « elle voulut dit … l’Halicarnasse que, jusque dans l’exercice de leurs fonctions, ses magistrats restassent soumis au chef de leur famille. Le peuple même quoique si jaloux de son autorité soumettait ses tribuns à ce pouvoir créé par la religion et par la nature. [t10]

On n’avait pas seulement pour motif cette considération puissante que, dans un état où presque toutes les fonctions publiques sont temporaires, l’émancipation des magistrats doit produire une désorganisation rapide dans toutes les familles. On avait encore observé que l’influence du pouvoir patriarcal était favorable à la meilleure administration des affaires. On savait qu’un vieillard respectable craindrait sans cesse que le soupçon d’avoir inspiré ou toléré les prévarications de son fils ne planât sur sa tête, et que l’ignominie ne souillât ses cheveux blancs prêts à descendre au tombeau. Son patriotisme, ses talents (75) sa longue sagesse, étaient comme les garants des magistrats que la république choisissait dans la famille. C’était lui qui leur apprenait à soutenir leur dignité, comme on le voit pour l’exemple de Fabia (fabius). Sa constante censure les contenait quand, entraînés par les passions ou la séduction du pouvoir, ils avaient éludé jusqu’à la surveillance républicaine. « C’est ainsi, dit Bodin, que le pouvoir patriarchal sauva plusieurs fois la république d’une chute inévitable ». C’est ainsi qu’il rompit tous les projets de Cassius qui, enivré de ses honneurs et de ses triomphes, osait aspirer au pouvoir suprême. Déjà dans son troisième consulat, ce perfide magistrat cherchait à séduire la multitude par des distributions de grains et la promesse d’un nouveau partage des terres. Mais son père le cita au tribunal de famille, et, l’ayant déclaré coupable, le fit battre de verges et punir du dernier supplice.

Ainsi la république n’attachera point aux dignités qu’elle confie le privilège de l’émancipation. Elle devra plutôt rendre grâces à la nature d’avoir (76) placé auprès de ses magistrats un censeur aussi recommandable pour son intégrité que précieux pour sa vigilance[t11] . »

L’éducation domestique et l’éducation publique.

« Semblable à la République, dont elle doit être le vrai fondement, cette éducation patriarchale a eu deux extrêmes. L’éducation domestique de nos monarchies, et l’éducation publique.

On ne pourrait se faire une juste idée de la prodigieuse division établie dans les familles par le système monarchique, si les exemples n’en frappaient partout nos regards. Un de nos économistes … en général les familles des campagnes à cinq … … (90) et cette proportion lui semblait trop forte pour celles de la ville.

Il n’est pas possible de concevoir l’éducation domestique dans ces familles autrement que comme une action continuelle et exclusive du père sur le fils. Du père qui dicte des leçons de morale, du fils chez qui elles provoquent l’ennui et la haine de la vertu ; du père dont la surveillance active exige le sacrifice de ses affaires, de ses plaisirs, de ses liaisons de choix, du fils qu’elle réduit à l’intérieur solitaire de la maison, à une société monotone et trop inégale à son âge ; du père qui est contraint d’adopter des manières, des idées, des formes puériles, du fils chez qui la charmante et naïve pétulance, fait place, avant l’âge, à une retenue gauche et déplacée. Tous deux se dénaturent dans ce contact habituel. Tous deux deviennent inhabiles au commerce de leurs égaux et aux fonctions sociales.

Je n’ai pas fait mention de l’éducation domestique ouvrage d’un instituteur mercenaire[av12] , parce qu’elle offre les mêmes inconvénients, et bien moins d’avantages ; mais je ne puis passer sous silence le seul remède que propose (91) l’auteur de l’Emile aux vices de notre éducation domestique ; il prouvera que nos plus sages observateurs avaient été entraînés loin de la nature par les préjugés de la monarchie « qu’un père, dit il, se fasse l’ami de son fils ; la nature a déjà fait la moitié de l’ouvrage ».

Il est aisé de se convaincre que la nature n’a pas établi du père au fils des rapports d’amitié mais des rapports de subordination et de tendresse ; elle ne l’a pas destiné aux sentiments d’égalité d’un ami ni à la tendresse efféminée d’une mère ; elle en a fait le chef, le guide et l’appui de son fils. Les lois monarchiques qui ont ôté son pouvoir ont détruit sans ressource le nerf de l’éducation domestique. » 92

« La préférence généralement donnée dans les monarchies à l’éducation publique, n’avait donc pas de cause dans la mauvaise volonté des pères, mais dans les vices nécessaires de l’éducation domestique. Pour apprécier l’influence de cette éducation publique sur les mœurs et sur la vertu, suivons à Rome ces professeurs de morale que la ville d’Athènes y envoya sous la censure de Caton l’ancien. Dès les premières leçons qu’ils donnèrent dans la ville, Caton provoqua un décret du sénat qui leur ordonna d’en sortir : « qu’ils s’en retournent dans leurs écoles, disait-il, qu’ils y corrompent par leurs subtilités les enfants des Grecs. Il suffit aux nôtres (93 de la discipline domestique, de l’amour des lois et des mœurs anciennes. »

Ce sage Romain prévoyait le danger des institutions de morale (…). Il savait qu’il importe plus de peindre la vertu sous des traits séduisants, que d’en offrir des théories sublimes ou compliquées, et d’en inspirer aux enfants l’amour et l’enthousiasme, que de charger leur mémoire de ces principes froids et abstraits qui ne vont ni à leur cœur ni souvent même à leur intelligence.

Aussi la vertu des Romains n’était point encore en paroles. Débarrassée des règles et des préceptes, elle développait dans ses actions des formes originales, une franchise de mouvements, que l’hypocrisie eut essayé vainement de contrefaire.

Nos jeunes gens au contraire quittent les écoles de nos instituteurs de morale, l’imagination exaltée par leurs théories sublimes. Mais bientôt ils voient agir les hommes ; ils découvrent que ces fastueux (94) préceptes sont bornés à régler l’extérieur et que s’ils ne masquent pas toujours dans madame Merteuil la plus atroce délicatesse, ils déguisent au moins la plus lâche indifférence pour la vertu. Devons nous être surpris qu’ils finissent par mettre la vertu en problème, et par confondre ses formules avec celles de la politesse.

Mais ces inconvénients étaient inévitables dans nos monarchies qui, en supprimant les familles patriarchales, avaient détruit le sanctuaire naturel de l’éducation. Nous étions contraints de recourir à des institutions de morale, de disperser nos enfants, comme dit Rousseau, dans des couvents et dans des collèges, d’acheter leur éducation par l’indifférence et l’oubli de tous les liens de la nature.

Ainsi, pour inspirer les mœurs, le patriotisme et la vertu, l’éducation publique ne pourra soutenir la concurrence de l’éducation patriarchale. Mais en sera-t-il de même pour l’instruction et le développement des talents ? n’aurons nous pas à regretter pour cette partie importante de l’éducation, ces instituteurs qui consacrent leur vie entière à l’enseignement et (95) à l’étude, ces nombreuses réunions d’élèves ou, par un choc continuel, tous les talents s’électrisent et se perfectionnent ?

Distinguons deux époques dans l’éducation. La première qui finit vers l’âge de la puberté, fut toujours destinée aux éléments généraux de la morale, des lettres et des sciences. La seconde avait pour objet le perfectionnement de l’éducation, et les études particulières et approfondies qu’exigeait de chaque élève la profession où l’appelaient ses talents et les circonstances. Nos collèges avaient pour but la première éducation, les universités, les écoles des arts étaient bornées à l’objet de la seconde.

Les collèges doivent leur institution aux vices de notre éducation domestique, et deviendraient inutiles dans le système patriarchal. Les enfants recevraient donc les premiers éléments des arts et des lettres sans quitter la demeure paternelle.

Mais si une éducation libérale exigeait le concours d’un grand nombre de maîtres, et qu’il fallût ou les diriger ou les suppléer à ceux que n’offrent point les (96) petites villes, il sera indispensable alors d’avoir recours à un instituteur. »

Propose que le mercenaire, pour n’être pas réduit au rang de domestique, soit adopté comme un fils par le père. « C’est alors aussi qu’on verra se former d’excellents instituteurs. L’hommage de l’adoption rendu par une famille illustre et opulente au talent sans naissance et sans fortune, excitera l’émulation des jeunes gens qui se destinent à cette carrière. Aucun travail ne les rebutera, parce qu’aucun … ne sera interdit à leurs espoirs, et leurs efforts se mesureront à la grandeur des récompenses.

Cette émulation générale qui aura multiplié les bons instituteurs, tournera à l’avantage des familles moins opulentes. Et d’ailleurs une longue réputation de probité et de vertu peut, dans une république, suppléer à l’éclat des grands talents et des richesses, et faire briguer avec chaleur l’adoption d’une famille qui l’a méritée.

Ainsi les enfants ne quitteront point leur famille ; ainsi toutes les habitudes de leur premier (98) âge se lieront à l’amour des mœurs, au respect des lois sociales, et aux affections domestiques. Mais l’âge de la puberté commencera une seconde époque, non pour ceux que la nullité des talents et de la fortune appelle aux travaux ordinaires de l’agriculture et des arts, car ils n’ont plus d’autre éducation à recevoir que pour l’habitude même de ces travaux. Cette seconde éducation deviendra seulement nécessaire à la classe bien moins nombreuse des jeunes gens que leur fortune, leurs talents ou leur naissance, destinent aux fonctions publiques, à la culture des arts et des lettres, ou aux professions libérales.

Alors les écoles publiques deviendront nécessaires, mais le régime patriarchal leur assurera des instituteurs qui en écarteront les dangers. On ne verra plus, comme dans nos universités, la jeunesse puiser des inclinations vicieuses et corrompues, à la source même des connaissances et des Lumières. Les instituteurs subrogés à tout le pouvoir paternel, et réunissant tous leurs jeunes élèves dans une même enceinte comme une seule famille, les contiendront par une discipline (99) sévère, qui ne tournera pas moins à l’avantage des études qu’à celui des mœurs.

C’est ainsi que l’éducation publique se liera à l’éducation patriarchale, et que, de leur union, résultera l’éducation la plus parfaite. Comme la première époque de la vie aura nourri et fortifié dans l’enfance les affections de la famille, cette seconde époque développera dans la jeunesse des affections non moins importantes, les affections sociales. Parmi les jeunes gens de diverses familles, et dans cet âge de la franchise, on verra se former ces heures fraternisations dont nous avons apprécié toute la force et consacré l’usage, par l’expression proverbiale d’Amitiés de collège. Ceux des familles distinguées élèves qui, dans le sein de familles distinguées, auraient été nourris dans des sentiments contraires à l’égalité républicaine, s’accoutumeront par degrés à reconnaître la supériorité du talent et des vertus sur les plus grands avantages de la naissance, et de la fortune.

Mais déjà le fils de famille a perfectionné par (100) l’éducation ses facultés physiques et morales. Déjà la nature l’appelle à transmettre l’existence, la société réclame de lui des citoyens, il va par le mariage ajouter une branche nouvelle à cette famille dont il deviendra le chef à son tour.

Si nous voulons juger l’influence du chef de famille sur le choix d’une épouse par les abus qu’elle offrait dans nos états monarchiques, nous croiront ne pouvoir lui imposer des limites trop resserrées. Mais examinons la nature et la source de ces abus, et nous verront bientôt combien ils sont étrangers au système patriarcal.

Au moment du mariage de son fils, le père semblait recouvrer l’autorité que les lois s’étaient efforcé de lui ravir. Il voyait à ses genoux ce fils jusqu’alors si peu soumis, solliciter avec bassesse des bienfaits d’où dépendait son existence sociale. Mais l’éclat rapide dont brillait alors le pouvoir du père en présageait le dernier soupir, et le législateur ne semblait jamais le lui rendre, que pour lui imposer des obligations et des sacrifices. » [iv]

Par une conséquence inévitable, le père de famille ne (101) s’occupait alors que de ses intérêts si indignement méconnus par le législateur. Il abusait avec le plus entier égoïsme de ce pouvoir si précaire, et les injustices dont il était la victime, devenaient l’excuse de celles dont il se rendait coupable.

C’est ainsi qu’il prescrivait le choix d’une épouse sans s’informer de ses qualités personnelles ou des inclinations de son fils. Il mettait peu d’importance au bonheur domestique de ce nouveau ménage étranger au sien ; et sacrifiait tout à l’éclat de la fortune, à l’illustration extérieure des rangs et de la naissance, seuls avantages dont il put retirer encore quelques fruits.

Il hésitait d’autant moins à leur donner une préférence exclusive, qu’il était dans l’âge où l’ambition réunit tous les vœux vers la gloire et les honneurs. Il trouvait même, dans les vices de la constitution sociale, bien des motifs pour inspirer à son fils les mêmes désirs.

« Que pouvez-vous souhaiter, lui disait-il ? les jouissances de la paternité ? mais la loi ne lui a laissé que ses épines. Une femme sensible et vertueuse ? Mais comment la démêler parmi ces jeunes filles dont une contrainte sévère étouffe la naïveté et la franchise, qui (102) ne voient dans un époux qu’un libérateur, et dans le titre d’épouse que le privilège d’en violer impunément tous les devoirs ? [v]

« Ce n’est pas que je veuille vous interdire les plaisirs de votre âge. Je désire seulement vous en éviter les peines. Bornez vous à ces liaisons aimables qui peuvent flatter un jeune homme, qui développent son amabilité, et qui en sont la récompense. Tant que ces roses charmantes se présenteront sous vos pas, sachez dédaigner les insipides pavots de l’hyménée.

« Ainsi vos jours s’écouleront dans les plaisirs en attendant les emplois honorables que vos efforts et les miens obtiendront de la faveur du monarque. Alors un brillant mariage vous rendra l’idole et l’honneur de votre famille, vous donnera des droits à mes sacrifices, et vous assurera toutes les faveurs de la gloire et de la fortune. »

Mais si le fils résistait au langage et aux efforts de l’ambition paternelle, ce n’était le plus souvent que pour se laisser égarer par les illusions dangereuses de l’amour. Je ne parle de cette sympathie qui distingue les êtres intelligents, et qui assure leur réunion en société (103) mais de cet attrait général des sexes qui nous est commun avec les brutes, et qui, produit uniquement par les sens, précède souvent le développement du cœur et de la raison. Pour nous convaincre combien le système monarchique des familles tournait à l’avantage de ce faux amour, observons les fils de famille au moment orageux de la première adolescence et du développement des passions.

Cet instant si critique était marqué aussi par son retour des collèges ; il arrivait dans une famille peu nombreuse, dont il avait été séparé depuis son enfance, qu’aucun pouvoir commun ne tenait réunie, qui vivait dispersée et confondue dans les tourbillons de nos sociétés. Ses premiers élans vers les plaisirs l’y entraînaient à sa suite, et les premiers besoins de son cœur y cherchaient presque toujours un aliment étranger aux affections de la famille.

Avec de telles dispositions, la moindre étincelle allumait l’incendie. La plus légère émotion des sens lui paraissait de l’amour, et l’exaltation de sa tête passait rapidement jusqu’à son cœur. Alors la crainte des écarts du libertinage, la condescendance d’une tendresse maladroite ou efféminée, déterminaient souvent l’aveu de son père qui ne croyait céder qu’au vœu de la nature et de l’amour. (104)

Mais bientôt le bandeau tombait des yeux du jeune époux. L’effervescence de ses désirs se calmait. Son cœur acquerrait de la maturité et de l’expérience. Il rencontrait celle que la nature avait destinée à lui inspirer le véritable amour. Dans son désespoir, il maudissait la funeste condescendance de son père. La discorde, l’infortune, souvent même le libertinage, désolaient à l’envi son hymen précoce. Les pères ambitieux triomphaient de ce terrible exemple, et, pour les funestes erreurs du faux amour, ils parvenaient sans peine à décrier celui qui méritait tous les hommages.

C’est ainsi que l’ambition et le faux amour se disputaient dans nos familles monarchiques le droit de corrompre les mariages, et de tourner ( ?) au malheur de l’homme cette institution destinée par la société et la nature à le consoler des maux de la vie. Voyons s’il en était de même dans les familles patriarchales de la république romaine.

Le passage à la première adolescence était presque insensible dans ces familles. Comme elles étaient nombreuses et toujours réunies, les plaisirs innocents de l’enfance éloignaient longtemps les désirs inquiets qui les rendent insipides, et les plus vives affections de la nature, fortifiées (105) par l’habitude, entretenaient dans les cœurs ces émotions douces qui donnaient le change au premier accès des passions. Si quelque fois ces mouvements brusques et inquiets le trahissent au dehors, un frein d’autant plus doux qu’il était dirigé par une main plus assurée, réprimait aussitôt et dissipait sans peine cette fougue passagère.

Ainsi s’achevait sans aucun trouble le développement du cœur. Bientôt devenu assez éclairé pour dissiper les illusions des sens, assez ferme pour n’être pas entraîné à de vains caprices, assez calme pour résister à l’impulsion d’une imagination exaltée, il obtenait une entière confiance. Un choix dicté par le véritable amour devenait le garant de sa constance, et le présage infaillible d’un hymen fortuné.

Mais la sage organisation de ces familles n’avait pas seulement l’avantage de défendre le jeune homme contre les prestiges d’un faux amour, elle le protégeait aussi contre les calculs intéressés de l’ambition de son père. Comme le jeune homme avait connu le véritable amour pour avoir dissipé les illusions des sens, le vieillard qui gouvernait la famille, avait été ramené à le regarder comme l’unique source du bonheur, pour avoir reconnu (106) par l’expérience le … (viuve) des honneurs, de la gloire et de la fortune. Son âme prête à se détacher du corps n’éprouvait plus l’empire de ses passions tyranniques, image de la divinité sur la terre il fait comme elle à ses pieds le vain nuage des erreurs et des folies humaines.

S’il se promettait encore quelque jouissance, il n’espérait seulement du bonheur domestique qu’il allait procurer à son aimable rejeton, des témoignages et de l’expression de la reconnaissance. Si même l’on observe l’extrême tendresse des vieillards pour les jeunes gens, on jugera que la nature les en a fait les premiers protecteurs, et qu’elle s’en plut à multiplier les raisons de rapprochement entre les deux extrêmes de la vie.

A la tendresse du chef de la famille joignons l’affection de la famille entière pour le futur époux, et l’intérêt qu’elle devait prendre à ce nouveau ménage qui allait s’établir dans son sein. Nous aurons ainsi un nouveau garant du bonheur des mariages dans les familles romaines, et un nouveau sujet de croire que le choix d’une épouse était fréquemment évité par le véritable amour et la sagesse.

Telle sera donc l’influence de l’organisation patriarchale (107) sur le bonheur des mariages. Je craindrais d’en compromettre le succès, si je proposais que la décision du chef fût balancée par celle du conseil de la famille. Les membres qui la composent sont trop voisins encore de l’âge où l’ambition exerce tout son empire. Ils ne seraient pas si sensibles que l’aïeul commun aux larmes par lesquelles un jeune homme intéressant sollicite son bonheur avenir.

Laissons donc à cette autorité qu’a établie la nature, le soin d’en remplir fidèlement toutes les vues[t13] . Elle produira sans effort d’heureux mariages, comme elle a été la source de la meilleure éducation. Alors les fruits heureux des institutions de la nature réuniront en sa faveur tous les suffrages. Les philosophes n’oseront plus la calomnier, les gens du monde cesseront de l’insulter ou de la maudire.

Il est temps de considérer, dans le pouvoir patriarchal, son action sur les propriétés de la famille. Elle semble au premier coup d’œil d’une moindre importance. Mais le développement de ses principes nous l’indiquera comme le véritable nerf du pouvoir dont elle fait partie.

(108)

En effet l’usage des peines personnelles coûterait trop de sacrifices au cœur paternel. Il ne serait pas facile de les modifier suivant les âges et les circonstances. Le motif de l’intérêt au contraire agit sur les membres de la famille que les exhortations affectueuses trouveraient insensibles. Sa force s’accroit à mesure que la corruption des mœurs en exige un plus fréquent usage, et que l’avilissement des âmes détruit l’effet des autres mobiles.

L’action sur les propriétés de la famille peut être considérée pendant la vie du père et nous examinerons jusqu’où doit s’étendre son administration et sa faculté d’aliéner. Elle peut être considérée à sa mort, et nous aurons à discuter s’il faut imposer des limites particulières à ses dernières volontés et au testament qui les exprime.

Le législateur de Rome n’avait pas distingué dans la famille les membres qui la composaient. Il n’avait aperçu que le chef à qui elle devait l’existence, qui la gouvernait seul au-dedans, qui seul aussi la représentait au dehors. Il ne distingua pas davantage les biens particuliers aux membres de la famille. Il n’y vit qu’une propriété commune, dont le chef (109) était l’administrateur suprême, et les familles romaines offrirent un tableau touchant de cette communauté de biens, si fameuse dans les premiers âges de l’église chrétienne.

Peut-être ceux qui ont blâmé ces principes, n’en ont-ils pas assez examiné les motifs. Les enfants ne devaient pas seulement au père le bienfait de l’existence. Ils lui devaient aussi cette éducation et cette industrie, sans lesquelles s’acquiert rarement la propriété. Ils lui devaient ces secours de crédit et d’argent, fondement premier et indispensable de leur propre fortune.

C’est ce que les empereurs ont méconnu, quand ils réduisirent par degrés les droits de propriété du père aux fruits obtenus avec ses biens personnels. Mais ils ne blessèrent pas seulement la justice à l’égard du chef de famille. Ils portèrent aussi le coup mortel à la famille elle-même. Le code du tien et du mien s’y introduisit, l’odieuse chicane viola ce sanctuaire jusqu’alors impénétrable, et y entraîna à sa suite tous les désordres dont le pouvoir patriarchal avait su jusqu’à ce moment se garantir.

Bientôt on vit disparaître cette affection qui ne (110) faisait qu’un seul corps de tant de membres divers. Ces rapports si doux de la nature, qui jusqu’alors avaient resserré leur union, ne servirent qu’à rendre leurs querelles plus envenimées. Les serpents de la discorde ayant enfin violé cette terre sacrée, y sucèrent leurs poisons les plus empestés, et répandus ensuite ans la société, l’infestèrent de divisions et de désordres. »

Propose d’établir que le chef de famille soit l’administrateur suprême de tous ses biens f(p. 113) ; Mais la République, contrairement à Rome, ne saurait attribuer le droit sans réserve d’aliénation : trop à craindre qu’il ne décourage les enfants d’un « père injuste ou dissipateur » ; « Je lui proposerai donc de prohiber au chef de famille l’aliénation des biens particuliers à ses (113) enfants, à moins qu’il n’y soit autorisé par l’aveu du sénat domestique. Il ne pourra non plus sans cet aveu refuser les aliments à un des membres de sa famille.

Mais le pouvoir et les droits du père de famille auront-ils le même terme que la vie mortelle ? condamnerons-nous à l’oubli, avec ses restes négligés, ses volontés et sa mémoire ? dédaignerons-nous cette opinion générale des peuples, qui divinisait l’âme paternelle et tous les témoignages de sa volonté dernière. « De tout temps, dit Mirabeau, les hommes ont professé un saint respect pour les volontés des morts. La politique, la morale et la religion ont également concouru pour contrarier ces sentiments. » 114

En résumé (je passe sur les développements concernant la propriété ; l’écriture est difficile à déchiffrer, mais il n’est pas exclu d’y revenir plus tard) :

l’épouse doit être placée sous la dépendance du chef de famille

l’enfant né hors mariage doit être dédommagé du vice de sa naissance par l’exemption des droits paternels ; adoption doit en être la récompense.

Place à la tête de leur famille, ces vieillards que la société laisse inutiles et abandonnés : qu’ils ne puissent être privés de leurs droits que par la mort ou par une émancipation volontaire.

Le pouvoir du père de famille sur les personnes : naissance de l’enfant (prévenir les abus de l’infanticide) ; à l’âge de son éducation, les limites pourraient être inspirées par les avantages de l’éducation publique ; à l’époque de son mariage, l’importance du choix qui le précède pourrait encore offrir un motif suffisant pour réclamer ces limites.


[i] Cf. Journal général de la littérature de France…, Paris, p. 306.

[ii] Nougarède, mémoire n°2, concours de l’an 7. Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « An VII, 1798, Législation, Autorité paternelle, mémoires 1, 2 et 3» Le mémoire compte 140 pages manuscrites.

[iii] Nougarède, mémoire n°2, concours de l’an 7. Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « An VII, 1798, Législation, Autorité paternelle, mémoires 1, 2 et 3» Le mémoire compte 140 pages manuscrites.

[iv] Nougarède, mémoire n°2, concours de l’an 7. Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « An VII, 1798, Législation, Autorité paternelle, mémoires 1, 2 et 3» Le mémoire compte 140 pages manuscrites.

[v] Nougarède, mémoire n°2, concours de l’an 7. Archives de l’Institut de France, Carton B5, Dossier « An VII, 1798, Législation, Autorité paternelle, mémoires 1, 2 et 3» Le mémoire compte 140 pages manuscrites.


[t1]Mémoire défendant le principe du pouvoir patriarcal/patriarchal.

[av2]Aux limites, quand tout son texte s’évertue à imposer la puissance paternelle aux épouses, aux enfants et aux jeunes majeurs ?

[t3]Tous ces éléments se retrouvent également chez Nougarède. Est-il l’auteur anonyme de ce premier concours ?

[t4]Les intertitres sont de moi.

[t5]Pas de doute, c’est bien Nougarède qui a écrit ce texte.

[t6]Magistratures comme prix et mobile d’une large administration intérieure. De la paix et de la prospérité d’une famille on déduira la capacité d’un homme à faire un bon administrateur, un bon magistrat, un bon citoyen. Voir le tableau anonyme du père et de ses enfants, exposé au Grand Palais, issu de l’école de David.

[t7]Faire la récompense de l’émancipation aux chanteurs et acteurs ?

[t8]Emancipation du point de vue patrimonial.

[t9]Réponse indirecte aux tenants de l’équilibre des pouvoirs familiaux, comme Petitain (si c’est bien Petitain qui a écrit ce mémoire que la Commission refusera, in fine, de récompenser parce qu’il récuse toute autorité paternelle).

[t10]Emancipés en tant que propriétaires, les « fils » restent soumis à l’autorité paternelle pour tout ce qui concerne l’exercice d’une magistrature.

[t11]Pour résumer : le père de famille pourra émanciper son fils de la manière la plus solennelle qui soit. Le fils aura l’usufruit de tous ses biens ; en revanche, les magistrats resteront sous le joug de la puissance paternelle.

[av12]Rousseau…

[t13]Je réalise, à le lire, que si l’opposition entre monarchie et république est constante chez les intellectuels de l’époque, elle ne recouvre pas les mêmes « réalités » ; qu’à la domination des familles dénoncée par Bonaparte, est opposée ici, au contraire, leur faiblesse ; et qu’à la famille du code civil structurée par une autorité paternelle protectrice, s’oppose ici un modèle de pouvoir paternel patriarcal, issu du modèle romain.

Si la famille monarchique était lignagère, ce qui est indéniable, elle n’était pas vue, par certains contemporains, comme si autoritaire que cela. Disons peut-être qu’elle était autorisée mais ne possédait pas un pouvoir réel, à la fois tendre, ferme et continu, tel que l’appelle de ses vœux cet admirateur de Rome.

Demeure la question de l’étendue, dans le temps, de l’autorité du père. Je n’ai pas réussi à comprendre ce qu’il devait en être, puisque l’auteur réclame à la fois l’émancipation des fils de famille, et l’extension de l’autorité (morale ?) du père sur le fils majeur devenu magistrat, dont il se porte garant.

Roederer distingue l’autorité patriarchale et l’autorité paternelle

« Je distingue l’une de l’autre parce qu’elles différent essentiellement : l’autorité paternelle, c’est celle du père sur ses enfans ; l’autorité patriarchale, c’est celle du plus ancien père ou ascendant de la famille sur ses enfans, petits enfans et arrière petits enfans, à quelque degré qu’ils soient. De plus, l’autorité paternelle est une relation purement domestique ; l’autorité patriarchale est une relation tout à la fois domestique et politique : ainsi l’indique l’etymologie du mot patriarchal qui est composé de ΛαΤρου père, et de αρΧή, gouvernement. les anciens patriarches étaient rois dans leur famille, leur famille était l’état ; leur dignité était donc naturelle et politique. L’autorité paternelle ne s’étendant que du père aux enfans ne présente aucune idée de pouvoir politique, puisqu’elle ne regarde en rien ni l’ascendant ni les petits enfans, et qu’elle ne peut embrasser l’état social.

Ce n’est jamais que figurément qu’on a dit de quelques monarchies tempérées, c’est un gouvernement paternel : mais il y a des gouvernemens qui fondés sur l’autorité des patriarches et lui servant en même tems de garantie, sont justement appelés quoique par extension gouvernements patriarchaux. Nulle constitution politique nulle institution morale, ne peut donner à un roi pour ses sujets ce que la nature donne aux pères pour leurs enfans : des entrailles. Mais les institutions politiques et morales peuvent fonder l’autorité patriarchale dans les familles sous la garantie des affections naturelles et placer les patriarches sous un monarque que leur puissance domestique, leur exemple, leurs moeurs contraindront à être patriarche lui même. Je ne conçois rien de paternel dans le pouvoir d’un roi de France ; je me prête aisément à supposer l’excellence patriarchale dans le gouvernement de la chine. Un roi de patriarches ne peut être qu’un patriarche lui-même. L’amour paternel n’en souffrirait pas d’autre.

Il me semble au premier coup d’oeil que l’établissement du système patriarchal dans les familles facilite extrêmement l’exercice du pouvoir public et le dispense d’une extrême intensité. En effet un ascendant ou patriarche qui gouverne 8 enfans qui en ont chacun 8 et les femmes ou les maris de ces enfans et petits enfans et répond d’eux à la loi, dispense l’autorité publique de toute surveillance et de toutes actions sur 144 individus en âge de raison [en marge, il ajoute : « dans notre Europe on compte un chef de famille pour 4 individus. à la chine il n’y en a pas un sur cinquante. »] ; au lieu que la division de cette famille en autant de maisons ou familles qu’il y aura de têtes mariées ou majeures de 21 ou 25 ans mettre sous l’autorité de la loi 74 chefs de maison ou de famille. (…) le grand problème est de combiner l’esprit conservateur avec l’esprit d’amélioration et de perfectionnement.

Si cela était impossible et qu’il fallut céder le teneur à l’un des deux, lequel préféreriez vous? L’esprit conservateur, sans difficulté.

Il me parait que le gouvernement de la chine à très bien résolu le problème. Les pères de la famille en sont maitres absolus et conservent les mœurs et les opinions. Les enfans que l’esprit distingue entrent dans le corps des lettrés et deviennent supérieurs à la famille.

Le meilleur fondement de la République dans l’état, c’est la Royauté de famille.

La meilleure garantie de la Royauté domestique, c’est l’égalité républicaine.

Nul homme ne doit être plus maître chez lui qu’un homme libre. »[1]


[1] Il est difficile de dater cette note. Elle est certainement antérieure au concours de l’Institut de 1797 puisque Nougarède, l’un de ses participants, cite Roederer pour distinguer, lui aussi, les deux types d’autorité. Il est possible qu’elle ait été écrite au moment où Roederer rédige un « premier mémoire sur le gouvernement de la Chine », daté du 7 floréal an 6/26 avril 1798. Dans ses archives, les notes de ce premier mémoire se trouvent juste avant celles sur l’autorité patriarchale. AN, série 29 AP, carton 109.