Chapitre Quatre : La coopération politique

Antoine et Magdeleine, lorsqu’ils s’écrivent, sont loin de s’en tenir aux propos amoureux, aux interrogations et directives sur l’éducation des enfants ou aux informations sur la famille et les amis. A vrai dire, l’essentiel de leurs courriers ne porte pas sur ces préoccupations sentimentales, familiales ou amicales. Sur les 4 pages que forment, habituellement, ces lettres à l’écriture serrée, aux marges emplies d’ajouts et de mentions supplémentaires et à l’aspect général extrêmement dense, au moins deux sont en général consacrées à leurs « affaires ».

Leur coopération politique ne fait pas de doute. Elle se révèle au moment où Antoine, en exil, cherche à revenir : à cette occasion, Mion déploie des trésors d’ingéniosité pour obtenir une permission, ainsi que la levée des séquestres sur leurs biens. Antoine découvre, à cette occasion, que son épouse est bien plus douée et montre un goût plus fort que lui pour les affaires. Leur coopération ne fait que commencer.

Après son exil, une relative stabilité politique s’étant imposée, Antoine doit s’atteler à la reconstruction puis à l’exploitation du pont de bois de son père, partiellement détruit pendant le siège de Lyon. Propriétaire d’une grande partie des actions, il est également le représentant de la société qui en gère les intérêts. Il est amené, pour cela, à se déplacer. Il se rend à Paris à plusieurs reprises pour négocier les lois qui leur permettront soit de payer moins d’impôts, soit de faire entrer davantage d’argent par le doublement du péage. Ce sont ces absences répétées et prolongées qui amènent Magdeleine, restée entre Lyon et Machy, à lui servir d’intermédiaire avec les « puissances » locales.

Enfin, dernière facette de cette association politique, la gestion de la carrière d’Antoine. Le pont ne suffit pas à répondre aux besoins de la famille Morand : perchés sur une montagne d’or, ils en retirent peu de bénéfices. Les revenus du pont sont insuffisants. Antoine doit trouver une activité professionnelle plus rémunératrice. Il sera juge. Ici, les interventions de Magdeleine se ralentissent. Son activité auprès de leurs relations est devenue moins nécessaire dans le monde professionnel ; leur collaboration conjugale, moins utile que dans la sphère politique stricto sensu.

Le goût et le don de la politique : magdeleine

Au moment de la répression jacobine contre les Lyonnais jugés les plus actifs dans la rébellion de la ville, Antoine, dont le nom figurait sur une liste de proscrits, avait été obligé de fuir. Ses biens avaient été mis sous séquestre dès les premiers jours, le 16 septembre 1793. Il a fallu batailler pour obtenir la levée. C’est en grande partie l’œuvre de Magdeleine. Il a fallu, notamment, réunir un certain nombre d’attestations et, pour les obtenir, manifester sa bonne foi républicaine auprès des différentes autorités. Antoine a dû rédiger une « pétition » et fournir diverses attestations de sa conduite civique près l’armée des Alpes ; Magdeleine, de son côté, a dû rassembler un certificat de  non rébellion, qu’elle fait délivrer par la commune et le comité révolutionnaire de Chasselay, le village le plus proche du domaine de Machy» et un avis motivé du district de la campagne. Pendant tout ce temps, elle continue de résider au domaine avec ses domestiques. Le plus intéressant, peut être, dans cette première mise à l’épreuve des talents de chacun à faire valoir leurs droits, est la manière dont Antoine réagit. Non seulement il reconnaît à Magdeleine des talents particuliers, mais il lui délègue tous ses pouvoirs pour agir comme bon lui semble.

Antoine, de son lointain exil, est d’abord un peu surpris du travail et de l’énergie que fournit Magdeleine. Il semble qu’un tempérament se révèle à ses yeux. Magdeleine n’était pas femme, apparemment, à s’accoutumer du « tourbillon » du monde ; d’apparence paisible, voire peut-être lymphatique, elle étonne Antoine par les ressources qu’elle déploie à l’occasion des démarches que nécessite sa protection d’abord, la levée des séquestres et son retour ensuite. En avril 1794, il écrit à sa mère : « je n’avais pas besoin de nouvelles preuves de l’attachement de Mion mais ce qui m’étonne c’est le courage et la présence d’esprit avec laquelle elle travaille pour moi, de tous les sacrifices qu’elle fait à ma tranquillité, celui qui lui doit coûter le plus est sans contredit l’obligation où elle se trouve de vivre dans un tourbillon et entourée de gens qui… [les trois points sont dans le texte] j’imagine [trou dans le papier] … chère amie que vous vous entendez ensemble sur les démarches [trou] et qu’une fois qu’elle aura assuré la tranquillité de quelqu[trou] pourra défendre vos droits et assurer vos jouissances en faisant valoir ceux de cette personne, mais il faut pour cela que son innocence et son civisme aient été auparavant bien reconnus. »[1]

Que prépare Magdeleine ? A cette date, on l’ignore ; en écrivant à sa mère, Antoine évoque, mystérieusement,  un « ouvrage » en cours de réalisation : « Ce sera pour moi une grande satisfaction que de recevoir de vos nouvelles, et vous donner des miennes, mais elle doit être un peu rare jusqu’à ce que tout l’ouvrage de Mion ait pris une entière consistance. »[2] Mais cC‘est d’une telle importance qu’elle craint que ses lettres ne soient confisquées, découvertes, au point de refuser d’y insérer tout autre courrier, notamment celui de la mère d’Antoine. S’agit-il, déjà, des démarches pour obtenir un congé ? Ou bien d’une chose tellement secrète que nulle lettre, jamais, n’y fera la plus petite allusion ? C’est une « affaire », en tout cas, qui oblige Mion à demeurer à Machy et à renoncer au plaisir de rejoindre Antoine à Briançon, comme elle y avait, un temps, songé. S’agit-il de la levée des séquestres ? C’est probable puisqu’elle a lieu le 7 fructidor, c’est-à-dire le 24 août 1794 et qu’en septembre, Antoine félicite Mion pour une « affaire » qu’elle vient de terminer.

Antoine semble donc avoir découvert de nouveaux talents chez sa femme. Il ne tarit pas d’éloges à son endroit et, à cet égard, il faut lui reconnaître la capacité à valoriser non seulement son épouse, mais les initiatives qu’elle prend et, plus encore, sa grande compétence à la tête du « vaisseau » dont elle a pris le « gouvernail ».

Antoine, placé comme il est dans la plus grande passivité à l’endroit de ses affaires, est obligé de laisser à Magdeleine la liberté d’entreprendre comme bon lui semble : les décisions s’imposent parfois plus rapidement qu’un aller et retour de courrier, et n’attendent pas toujours l’autorisation maritale ni même la discussion. Antoine en est bien conscient ; du fond de sa triste résignation, il admet lui-même se ranger à « tout ce qu’on croira le plus raisonnable ». Qu’il le concède, qu’il l’accorde ou qu’il le reconnaisse, Magdeleine a les mains libres, pour « décider de tout ce qu’elle croira plus convenable et à nos intérêts et à ma tranquillité ».

A la fin de l’été, au moment où il apprend la levée des séquestres sur Machy, Antoine, sans doute sous le coup de l’enthousiasme et de la reconnaissance qu’il ressent pour Magdeleine, lui confie l’entière délégation de ses pouvoirs : « J’approuve infiniment ta manière généreuse d’agir, il n’y a pas à hésiter dans de pareilles occasions et je crois que tu n’as pas douté que ton bon ami n’applaudit au parti que tu prenais ; une fois pour toutes, rends lui compte de ce que tu fais parce que rien de ce qui te regarde ne peut lui être indifférent, mais fais, défais, achète, vends, ainsi que tu le croiras plus convenable aux intérêts de la communauté et surtout des petits, c’est maintenant toi qui tiens le gouvernail, tu sais éviter la tempête dans des moments bien orageux, et le petit vaisseau a gagné à changer de conducteur. Au reste ma bonne amie, je n’avais pas besoin de toutes ces circonstances, pour avoir en toi cette entière confiance, je le devais à ton ordre et à tes vertus, et dans aucun temps, je ne crois pas qu’il me soit arrivé de ne pas trouver fort bon tout ce que tu faisais (…). »[3] L’aveu est touchant ; et s’il est prononcé sous le coup de l’émotion, il n’en gardera pas moins, à l’avenir, une place entre les époux.

A plusieurs reprises, dans les années à venir, Antoine aura l’occasion de réaliser et d’admettre tout en même temps le goût plus sûr et plus intense de Magdeleine pour les affaires. N’était son statut de chef de famille, Antoine qui se perçoit comme un paresseux doublé d’un bon vivant amoureux de sa tranquillité, aurait sans regret délégué tout pouvoir à sa Magdeleine.

Mion occupe, à ses côtés, la fonction de « fondée de pouvoir ». Il le dit lui-même et ce n’est pas une manière de la poser là comme l’adjoint d’un capitaine tout puissant ; comme la détentrice du gouvernement quand lui, chef de famille détiendrait les pouvoirs décisionnaires de l’exécutif. Non. Antoine s’en remet totalement à Magdeleine par paresse certainement, et par une incompétence et un dégoût pour les affaires qu’il ne cesse de mettre en avant. Dès 1794, puis tout au long de leurs échanges, réapparaîtront à intervalles réguliers ces aveux d’un ennuyé des affaires qu’est Antoine : « Je n’ai donc jamais cru convenable de suivre moi-même l’affaire dont il est question, je suis trop content de tout ce que fait ma fondée de pouvoirs, je sens d’ailleurs qu’à beaucoup d’égards je ne le pourrai pas. »[4] Deux ans plus tard, alors qu’il est à Paris pour le pont, il lui écrit : « Il me paraît que tu as fait fort bien de payer mes impositions, si tu n’avais pas été chargée des affaires, je l’aurais peut être négligé, ah que je suis heureux ma bonne amie d’avoir une femme entendant les affaires et ne craignant pas de s’en occuper, je suis si paresseux qu’il est vraiment difficile de s’en former une idée, il n’y a absolument que les affaires des autres qui puissent me décider à la surmonter et encore il m’en coûte bien. »[5]

Magdeleine est sans doute très douée pour les affaires et continue de s’en occuper autant qu’elle peut. Cependant, sitôt revenu d’exil, Antoine doit lui-même reprendre en main les affaires du pont. Sur ce plan, il ne délègue guère. C’est son tour de prendre les décisions, rapidement et sans prendre un conseil trop long à venir et, sans doute, peu nécessaire. C’est du moins l’idée que l’on s’en fait à travers une correspondance qui, nécessairement, ne reflète qu’une partie de leur collaboration : celle qui s’établit pendant leurs séparations. Magdeleine n’est pas absente des affaires qu’Antoine gère. Au contraire, elle lui sert d’intermédiaire et organise, en son absence, les rencontres nécessaires à l’avancement de leurs « dossiers ». Elle s’informe, elle conseille Antoine, ne cesse de lui demander des nouvelles qu’il ne rechigne pas à donner abondamment. En outre, c’est en raison de l’intérêt qu’elle manifeste pour l’affaire du pont qu’Antoine lui livre d’une manière extrêmement détaillée les rencontres qu’il fait, ses sollicitations et ses espoirs dans chacune des lettres qu’il lui envoie, au moins trois fois par semaine.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Le 24 germinal l’an 2 de la République française une et indivisible, «  A la bonne maman d’Albine », AM de Lyon, dossier 14 ii 35, lettres d’Antoine, « chemise intitulée « Lettres de mon fils écrites de Briançon à l’époque de mon malheur », 1794. 13 avril 1794.

[2] Le 24 germinal l’an 2 de la République française une et indivisible, «  A la bonne maman d’Albine », AM de Lyon, dossier 14 ii 35, lettres d’Antoine, « chemise intitulée « Lettres de mon fils écrites de Briançon à l’époque de mon malheur », 1794 (13 avril 1794).

[3] AM Lyon, 14 ii 35, Lettre du 13 fructidor l’an 2 de la République une, indivisible et démocratique. (30 août 1794)

[4] AM Lyon, 14 ii 035, Briançon, Lettre du 15 brumaire de l’an 3 de la république (5 novembre 1794).

[5] Paris, le 1er fructidor à dix heures du soir (18 août). A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi commune de Chasselay par la petite poste, à Lyon.



Citer ce billet
Anne (2009, 8 août). Chapitre Quatre : La coopération politique. Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.