Chapitre Trois : Des corps et des Choses (4/5)

Malgré la hiérarchie, les domestiques et les maîtres peuvent ressentir les uns pour les autres un certain attachement. Le cas le plus visible, après celui de Catherine, est celui de Marion, la bonne de Marguerite Vitet. Elle reste aux côtés de sa maîtresse jusqu’à la fin de sa vie et lui donne tous ses soins. Dans les lettres à son fils, Marguerite parle régulièrement de Marion. Elle compte sur sa bonne pour faire ses courses, porter des sacs lourds, faire le ménage, etc. Elles vivent ensemble et partagent leurs repas simples, ce qui n’est en rien le signe d’un attachement ; en revanche, Marguerite prend soin de faire soigner sa bonne : « Je me porte fort bien à présent mais Marion est malade. Mr Peletin lui a donné des conseils et avec un peu de soin cela sera j’espère bientôt fini, sa sœur vient de rendre bien des services »[1] La bonne Marion doit parfois céder son lit pour qu’on y range des « hottes », et aller coucher sur un matelas au cabinet (c’est-à-dire au bureau). « Pour qu’elle soit au chaud, Marguerite la fait rester dans sa chambre, la seule pièce chauffée de son appartement ; mais être malade n’empêche pas, généralement, de se rendre utile et à cet égard, Marguerite n’est pas de la dernière tendresse avec sa bonne. Son attachement est directement lié aux attentes qu’elle a à l’égard de Marion : « Tu as l’attention de parler aussi de Marion. Elle ne va pas mal, et me sert tout autant que j’ai besoin, il est vrai que Mr Molliere [le notaire de Marguerite] l’a trouvée changée par un mal d’yeux, qui cependant l’incommode peu, je lui ai fait faire tout ce que Mr Bomere [leur médecin] a cru bon, et elle n’en guérit pas, cela sauve sans doute sa poitrine de plus grands maux elle fait mes sorties et se plaît à mettre et à laver le couvert chez ma sœur habituellement, à moins qu’elle soit un peu fatiguée de toux, on ne le souffre pas et elle se tient dans ma chambre, et quand il me vient quelqu’un dans la sienne ou avec sa chaufferette, j’ai fait refaire sa bascule, qui était criblée de trous et sa chambre est bonne, on peut y faire du feu au besoin sans inconvénient »[2]

C’est Marion qui part souvent surveiller leur propriété de Longes. Elle nettoie les matelas, parle avec les fermiers, rapporte à Lyon les fruits et les légumes de la campagne, vérifie que tout est en ordre à la propriété. Marguerite peut compter sur elle, et tant que cela reste vrai, c’est-à-dire tant qu’elle reste fidèlement attachée et dévouée à sa maîtresse, elle est considérée comme un membre de la famille. Un peu comme un enfant éternel dont on prendra le destin en main en cas de besoin : tant pour la soigner que pour lui conserver un logis après le décès de sa maîtresse.

Quand quelqu’un meurt, il faut s’occuper de ses domestiques comme on s’occupe de ses propriétés et de ses papiers. Après le décès de sa mère en 1820, Pierre descend de Paris s’occuper de ses papiers, de ses meubles et de sa domestique.  « J’ai vendu le lit complet de ma mère  — reste à vendre une garde-robe de soyer, quelque tables, un peu de vieux étain – je rapporterai la garniture de lit en une berline assortie à celle que nous avons déjà – je t’ai marqué avoir loué l’appartement de ma mère à son voisin qui a de cette manière tout l’étage, et j’ai la satisfaction que la bonne Marion restera dans sa chambre et y finira je pense sa carrière : cette brave fille est bien sensible à tout ce que nous faisons pour elle ».[3]

Au moment du décès de sa mère, en 1812, Antoine qui a réglé l’essentiel des aspects délicats de la succession (partage des bijoux et objets précieux, paiement des domestiques, étrennes, enterrement, messes…) s’impatiente. Il lui tarde de voir arriver Magdeleine pour plusieurs raisons. D’abord, elle doit s’occuper du transfert à Lyon de tous les meubles qui en valent la peine ; ensuite, c’est son arrivée qui permettra aux deux domestiques de feu Mme Morand de quitter leur place : «  Marie a une excellente place, mais attendra que je n’aie plus besoin d’elle ; Babou veut se reposer quelque temps avant de se replacer c’est toujours une excellente fille, mais peu de tête et de santé. Quant à Marie, elle est d’une grande paresse pour se lever seulement, et un peu parleuse ; je ne lui connais que ces défaut ; sur les choses importantes je suis parfaitement tranquille ; elle a de l’esprit, et beaucoup de délicatesse, c’est ce que bien des petites choses m’apprennent chaque jour ; et ma confiance et la tienne en ce qu’elle dit et fait doivent être entières. »[4] De cette délicatesse, l’autre nom de l’honnêteté pour Antoine, celui-ci donne aussitôt un exemple, afin de prouver à Magdeleine qu’il ne lance pas cette affirmation à la légère :

« Elle m’a parlé de deux petits pains de sucre auxquels on n’avait pas touché, ils étaient achetés depuis mon dernier voyage et je n’aurais pas été très étonné qu’ils eussent été consommés. » C’est à cette occasion qu’Antoine exprime pour la première fois un sentiment à l’égard de ces deux femmes qui ont servi longuement sa mère ; de Grenoble, il écrit à Magdeleine et la charge de dire « dix mille choses pour moi » à Marie et à la Babou : « je n’ai pas eu la force, ajoute-t-il, de leur faire des adieux je leur sais le plus grand gré de la manière dont elles ont servi ma bonne mère et j’en conserverai toujours de la reconnaissance. »[5] L’attachement pouvait être fortement ressenti, la reconnaissance éprouvée, mais cela n’allait pas jusqu’à pouvoir l’exprimer de visu. Une grande pudeur, qui n’est pourtant pas la caractéristique principale d’Antoine lorsqu’il est en terrain familier, vient prendre le dessus et lui interdire toute expression de ses émotions devant ces deux femmes. La barrière sociale restait infranchissable, en dépit des années d’intimité entre ces maîtres et leurs domestiques qui les avaient vus grandir, se laver et se nourrir, souffrir et se laisser soigner par leurs mains.

Ces hommes qu’on envoie mourir à la guerre

Les domestiques ne sont pas les seuls étrangers qui peuvent avoir un lien intime avec nos familles. Il y avait une autre relation qui n’existe plus ; encore est-il abusif de parler de relation entre deux êtres qui ne se rencontraient jamais et évitaient autant que faire se peut, de jamais se voir. Il s’agissait plutôt d’une fonction qu’on peut assimiler à celle de domestique puisqu’il s’agissait non seulement de travailler pour une personne, mais de faire bien plus que travailler en échange d’une rémunération : en matière de soin à la personne, quelle fonction était plus vitale que de mourir à la place de son maître ? Telle était la fonction du remplaçant à la guerre. Pendant la période de la Révolution, puis sous Napoléon, les familles riches ont la possibilité de payer quelqu’un qui part à la place du conscrit, c’est-à-dire de celui que le sort a désigné pour aller se battre dans les armées de la République. Un contrat est signé qui, généralement, prévoit un « bonus » en cas de décès à la guerre pour la famille du soldat. L’argent gagné de cette manière peu faire une énorme différence pour une famille d’ouvriers ou de paysans aussi bien que pour les garçons eux-mêmes, s’ils survivent aux batailles.

Ces hommes n’étaient rien pour les familles qui les envoyaient ainsi prendre la place de leurs fils dans ces lieus de mort quasi certaine qu’étaient alors les armées, notamment les armées napoléoniennes. La manière dont Catherine Arnaud-Tizon parle du remplacement de son fils montre bien son état d’esprit : on est en train d’acheter le corps et même la vie de quelqu’un. Elle s’inquiète pour son fils Ludovic qui habite Lyon à l’époque, mais pas de tout de son remplaçant qui reçoit 5 000 francs, une somme énorme à l’époque : « Ludovic m’a écrit hier pour me faire part du tirage de la conscription. Il a tiré un 11° assez élevé, mais il fait toujours partir son homme. De cette manière il sera tout à fait tranquille. Il me marque qu’il s’amuse beaucoup, il a dansé déjà douze fois tant au cercles de Bellecour qu’à celui des Terreaux, et celui des agents de change et à différents Bals particuliers. Il me parle surtout d’une superbe fête (…) où il y avait une nombreuse et superbe réunion ».[6] Sa manière de passer sans transition, dans sa lettre, de la question militaire aux bals de Bellecour montre bien le peu de cas qu’elle fait de la vie ainsi achetée. Des complexités dans le système de conscription les font changer de plan, mais la famille parvient finalement à trouver quelqu’un : « j’ai eu depuis que je vous ai écrit beaucoup d’inquiétude sur le remplacement de Ludovic l’homme qu’il avait n’ayant pas été accepté;  la veille du tirage on fit paraitre une nouvelle ordonance qui voulait que les remplaçants fussent du même département, qu’ils eussent fait partie de la conscription depuis l’an dix, etc. ; enfin il en a trouvé un avec des qualités et nous sommes tranquilles moyennant cent Louis environ qu’il nous en coûte de plus le tous ira a 5 000 livres ».[7] « J’ai reçu aujourd’hui des nouvelles de Ludovic. Il est enfin tout a fait débarrassé son homme est agréé et parti ;  il me rend comple d’une belle fête qui a eu lieu chez le prefet et où il a assisté,  le carnaval s’est ainsi terminé brillamment[dzd1] . »[8] Encore une fois, on voit bien que l’homme qui prend le risque d’aller mourir à la guerre en échange d’une petite fortune, pendant que Ludovic s’en va se distraire chez M. le préfet, ne compte pour rien dans ses calculs. Pour les bourgeois de l’époque les pauvres sont à peine des êtres humains.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II  09, Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet (Paris), Lyon, février 1805.

[2] AML 84 II 09 Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet (Paris), Lyon, 8 octobre 180525 janvier 1812

[3] 84 II 09, PV à Amélie, [Lyon], 15 mai 1820.

[4] Grenoble, le lundi 9 mars 1812. Antoine à sa femme. 14 II 35.

[5] Lyon, le mercredi 18 mars 1812 à dix heures et un quart. Antoine à sa femme. Combien sont payées les domestiques de Mme Morand mère ? Au moment de sa mort, en 1812, Antoine dresse un récapitulatif de ce qu’il reste à faire : « payer les gages de la cuisinière depuis la Saint-Jean dernière ; ceux de la femme de chambre depuis le 14 novembre dernier ; payer à chacune, outre cela, une année de gages : ceux de la cuisinière sont de 120 ; ceux de la femme de chambre sont de 135. » Note pour Madame (du 16 mars 1812) ; la date est insérée dans la marge, à gauche, de la même écriture qu’Antoine. Lettres d’Antoine à sa femme, 14 ii 35.

[6] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen 29 janvier 1807.

[7] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen 28 février 1807

[8] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen 6 mars 1807


[dzd1]La même pratique continue jusqu’aux années 1820 au moins (il faut que je trouve un livre où on parle de ces remplacements pour la conscription). En 1820, une société a été formée pour trouver des remplacements.  See « conscription » folder in 84 II 15, et Pierre Vitet utilse cette manière afin d’assurer que son fils Ludovic ne soit pas obligé de servir. Le prix est 1000 livres, je crois. Il faut que je lise mieux les documents.



Citer ce billet
Anne (2009, 6 août). Chapitre Trois : Des corps et des Choses (4/5). Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poyc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.