Chapitre Cinq : Alliances (4/8)

Une ombre passe : le décès d’Eléonore de Besson

Antoine, tout à son euphorie, certain que son bonheur et celui de sa fille sont désormais compatibles, ne voit pas, ne voit plus le malheur susceptible de s’abattre sur la famille. Antoinette l’avait pourtant mis en garde au début de l’été : sa sœur Eléonore était dans un tel état de santé que l’on craignait pour sa vie. Antoine en est parfaitement informé. En juillet, il avait reçu des nouvelles alarmantes dont il s’était ému : « Les souffrances de ma sœur se prolongent beaucoup, il est heureux que son courage supplée à ses forces, elle supporte ses maux avec une résignation et une patience que j’ai admiré (sic) et dont je crois bien que je ne serais pas capable. J’avais appris avec bien de la joie qu’on avait enfin la certitude d’un polipe parce que dans la position affreuse où je l’avais laissée, c’était tout ce qu’on pouvait espérer de moins dangereux, mais maintenant je suis bien inquiet et bien peiné de voir durer aussi longtemps ce pénible travail. Embrassez pour moi cette chère malade, j’éprouve une sorte de peine à me trouver en bonne santé quand je la sais aussi souffrante, je voudrais bien de tout mon cœur pouvoir partager ses douleurs si cela les diminuait, elle est entourée de bien des gens qui pensent de même et qui ne lui en laisseraient sûrement qu’une bien petite portion à supporter si cette compensation pouvait avoir lieu. »[1]

A l’automne, Antoine apprend que sa mère renonce à se déplacer pour le mariage d’Albine. Il ne comprend pas et s’étonne que sa sœur, pourtant toute emplie d’amitié pour sa famille, ne la laisse pas la quitter le temps de bénir sa petite-fille. Il l’enjoint de faire l’impossible, inconscient que les 8 à 10 jours nécessaires à ce séjour sont, au regard de la garde malade, une éternité. Le père, ici, s’aveugle et oublie qu’il est un frère et un fils ; la joie et l’excitation qui entourent les préparatifs de ce mariage inespéré le rendent inapte à percevoir le monde autrement que comme un parcours de fleurs et de dentelles blanches ; il en deviendrait presque brutal, allant jusqu’à écrire au mari d’Eléonore de faire un effort, plaisantant sur les mesures de rétorsion qu’il prendrait en cas de refus : « je vais écrire à Besson pour l’engager à nous donner aussi quelques moments et j’espère bien ne pas être refusé sans cela je ne lui rends pas son fils ; il est vrai qu’il ne m’attraperont pas en me le laissant, c’est un enfant charmant et auquel s’attachent tous ceux qui le connaissent. Hier nous avons été dîner avec lui à curis, le maître du château l’aime beaucoup et paraît lui savoir gré de tout l’attachement qu’il témoigne à sa cousine. » [2] Et il termine sa lettre par des mots qui montrent qu’il souhaite s’épargner toute souffrance, tout « nuage » dans le ciel étoilé de ce mariage idéal qui se prépare : « Je ne vous dis rien pour Eléonore, je vais écrire à son mari mais embrassez la bien fort pour moi, combien il est cruel d’être privé du plaisir de partager avec elle d’aussi douces jouissances, ah il n’est point dans ce monde de bonheur sans nuages ! »[3] Le ton est bien léger, car la maladie de sa sœur et l’aggravation de son état, n’ont rien de la volatilité d’un nuage.

La lettre suivante, 4 jours avant le mariage, montre bien combien Antoine a de capacités à ne pas voir ce qu’il souhaite laisser dans l’ombre : Auguste a été rappelé et il a bien envisagé qu’il pouvait y avoir « nécessité de le rappeler », mais il « aime à croire » que ce n’est pas la raison de son départ, sur laquelle il ne s’interroge pas plus longuement. Les tensions, déjà anciennes mais encore vives avec son beau-frère, lui donnent une occasion toute trouvée de ne voir dans cette privation qu’on lui inflige qu’une basse intention de lui nuire. La manière qu’il a de donner ses instructions quant à la façon, pour le beau frère, de « réparer » ce « changement qu’il a apporté à nos plaisirs », est assez impérieuse pour laisser penser que l’animosité règne encore en maître entre les deux beaux frères : « Avant-hier, chère maman, avant de partir de Lyon, j’ai eu le plaisir de recevoir de vos nouvelles, j’avais besoin de choses agréables car le départ d’auguste m’a bien peiné et je vous assure que si comme j’aime à le croire, il n’y avait pas nécessité de le rappeler, on a bien inutilement fait du chagrin à cet aimable enfant qui avait eu tant de plaisir à recevoir la permission de rester à la noce de sa cousine.

Mon beau frère devrait, pour nous faire oublier ce changement qu’il a apporté à nos plaisirs, quitter Grenoble quelques jours pour venir nous trouver dans ce moment intéressant. »[4] L’inconscience d’Antoine n’est pas absolue cependant. Une petite voix aussi lointaine que sourde lui serine que l’absence des Grenoblois ne vaut rien qui vaille : « Je lui ai écrit pour l’y engager [à faire le voyage jusqu’à Machi] sans me flatter de l’obtenir, je le verrai arriver avec d’autant plus de satisfaction, que ce petit voyage me tranquilliserait un peu sur l’état de ma bonne sœur ; car je fais ainsi que vous, tout ce que je peux pour m’abuser, mais après la manière obligeante et empressée dont Besson m’avait promis de venir à cette époque et le plaisir que cela paraissait lui faire, il faut bien que l’état de ma sœur soit empiré pour qu’il ne nous donne pas quelques jours. »[5]

Une fois de plus, on constate qu’entre ses sursauts de lucidité, l’expression de ses sentiments et les actions qu’il engage, il y a toute la hauteur d’une personnalité qui agit largement, sinon exclusivement, selon ses seules préoccupations. D’ailleurs, après ce passage dans lequel il se plaint davantage de son beau-frère qu’il ne s’inquiète de sa soeur, il revient aussitôt aux sujets de plaisir que lui occasionne ce mariage : les cadeaux qu’a reçus Albine. Tant l’argenterie de la part de son oncle et de sa tante mourante, que les diamants reçus de sa grand-mère :

« Il [Besson, son oncle] vient d’envoyer à ma fille de la part de ma sœur une charmante petite cafetière d’argent, nous avons tous été très touchés de cette attention ; malgré l’usage, nous étions loin de croire que ma sœur et son mari puissent s’occuper de leur nièce dans des moments où ils auraient été bien excusables de ne penser qu’à des choses plus importantes ; Albine n’a pas voulu regarder ce qui était dans la boîte, sans avoir lu toute la lettre et toute femme qu’elle est ou sera bientôt je vous assure que le plaisir de recevoir une lettre affectueuse de son oncle l’occupait beaucoup plus que de l’idée de voir ce qu’il avait la bonté de lui envoyer ». Antoine évoque ensuite un épisode tout ce qu’il y a de plus mystérieux. Albine s’est rendue, le matin même, à Lyon. Elle y a « parlé » mais il est vrai, « parlé de près » à un « certain monsieur » pour « se rendre digne par là des attentions rapprochées de son futur seigneur et Maître ». S’agit-il d’un médecin ? On ne peut supposer que le certain monsieur soit un prêtre préparant les époux au mariage. Le ton de mystère qu’emploie Antoine laisse plutôt penser qu’il s’agit d’une profession aux attributs moins hautement spirituels et par là, appelant davantage de pudeur de la part de ceux qui la fréquentent. Et puis, se rendre digne des « attentions rapprochées » de celui qu’on qualifie de seigneur et maître renvoie bien au langage et aux représentations de la sexualité. A n’en pas douter, Albine a consulté un médecin qui l’a peut-être examinée, et l’a peut être informée de ce qui l’attendait.

La période est de toute façon propice aux émotions en tous genres. Albine a reçu, avec la lettre accompagnant la petite cafetière en argent, un autre présent auquel elle ne s’attendait pas, visiblement : Albine, raconte son père,  « ne s’attendait à presque rien et en a eu toute la surprise ; on avait placé la bague dans l’écrin dont elle fait le plus bel ornement, elle est montée comme on le fait à présent et comme on le faisait anciennement, un très beau diamant dans le milieu et deux moins gros de chaque côté placés sur l’anneau de cette manière [ici, le dessin d’un cercle surmonté de 5 petites sphères dont celle du centre est un peu plus volumineuse] qui est la plus nouvelle. Elle fait un très grand effet et j’ai entendu les connaisseurs l’évaluer douze cents livres[6] ; vous ne pouviez choisir mieux pour diriger vos dons… »[7]. Une fois encore, il faut sur ce point conserver le secret : la question, en tout cas, vaut d’être posée. Sa mère souhaite-t-elle, demande Antoine, que l’on sache d’où vient la bague d’Albine ? En fait-elle un secret à Grenoble ? » Subsiste toujours, en matière de mariage comme d’argent, la nécessité de ne pas afficher au grand jour ni circuler de manière incontrôlée les intentions, les prétentions, les fortunes et les infortunes de chacun. S’il existe une sphère privée, elle n’est pas dans la famille au sens large ; ce serait réduire considérablement les frontières et la définition de cette petite communauté dont on n’a cessé de décrire, ici, l’implication dans les affaires, le gouvernement, les relations sociales. Elle est dans ce souci constant de ne laisser apercevoir au tout venant qu’une façade sans aspérité, ni trop riche ni trop modeste, ni trop heureuse ni trop malheureuse, sans attente ni prétention, sans colère ni ressentiment. Une façade destinée à affronter un monde peuplé d’individus sans vergogne, plus attentifs à vous nuire qu’à vous servir, et qui n’hésiteront jamais à se servir contre vous de la moindre parcelle d’information. Le privé se constitue alors en négatif, comme son nom l’indique, aux frontières extérieures de cette zone floue, sociale et publique, dépourvue de toutes les caractéristiques de la sphère des parents proches et des rares intimes : la sincérité, la franchise, la sensibilité, l’expression des sentiments en général, qu’ils soient tendres ou mesquins, jaloux ou amoureux. Il y a sans doute, à cette époque plus qu’aujourd’hui, un sentiment très marqué de la frontière que chacun porte en soi, entre le moi intime et le soi social.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lyon, le mardi 11 thermidor an 13 [13 juillet 1805]. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[2] Machi, le 16 octobre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[3] Machi, le 16 octobre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[4] Machi, le 8 novembre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[5] Machi, le 8 novembre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[6] Il existe différentes manières de calculer la valeur de la livre à l’époque. Certains, en se basant sur le prix actuel de l’équivalent en argent de la livre, soit 4, 5 grammes, estiment la livre à 1,42 euros. D’autres, en se basant sur le pouvoir d’achat, estiment qu’une livre valait beaucoup plus, soit environ 8 euros. Le problème dans cette dernière méthode est la part que représentent les valeurs utilisées hier et aujourd’hui. Par exemple, si l’on prend le pain, peut on considérer qu’il représente la même unité de valeur à une époque où il formait la base de l’alimentation, et aujourd’hui où il n’est plus qu’un adjuvant du repas ? On peut visiter le site http://www.histoirepassion.eu/spip.php?article36, bien informé et complété par des commentaires savants sur un forum bienvenu. Maintenant, si l’on s’appuie sur le prix que payait Antoine pour un plateau repas, à la même époque, soit 3 livres, on peut estimer que cela représentait le prix d’un déjeuner au restaurant de 20 euros, ce qui ramène la livre à 6 euros. Selon cette équivalence, les 5 diamants valaient 7 200 euros.

[7] Machi, le 8 novembre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.