Chapitre Cinq : Alliances (5/8)

Albine change d’état

La noce est prévue pour le 12 novembre. Nous sommes en 1805. Mme Vitet, épouse de Jean-François, cet ami de la famille Morand qui est aussi le vice président du tribunal d’appel de Lyon, est invitée. On l’apprend par une lettre qu’adresse Marguerite Vitet à son fils Pierre. La fille aînée des Morand va être mariée, lui annonce-t-elle, et leur cousine s’est résolue à s’y rendre malgré la gelée : « … Mme Vitet s’est cependant armée de courage et a cédé aux instances de la famille Morand,  elle va passer huit jours pour la noce de Melle Morand dans leur campagne ; je la crois du côté de celle des la conot ; elle épouse Mr Bœuf de Curis, qui a de belles propriétés et habite 9 mois de l’année cet endroit ; on ira installer la nouvelle mariée dans sa maison, où il n’y a père ni mère mais un frère et une sœur de son mari, sous la conduite d’une bonne tatan qui les a fort bien élevés depuis la fâcheuse révolution qui a fait périr le père sous la hâche et peu après la mère par le chagrin ; la cousine Aurélie se dispose à bien danser. »[1]

On n’a pas eu à aller très loin, comme le disait Antoine, pour trouver ce fiancé. Honoré Bœuf de Curis possède un château qui existe encore dans la commune de Curis, à quelques km à vol d’oiseau de Machy, de l’autre côté de ce qu’on appelle les monts d’or. La demeure n’a rien à voir avec celle des Morand : c’est un vrai château, même s’il reste assez modeste dans ses dimensions. Une grande tour surplombe un bâtiment carré de plusieurs étages. A l’inverse, Machy est surtout une belle demeure bourgeoise qui, certes domine une longue plaine pentue de pâturages, mais qui ne possède qu’un étage et des combles. De minuscules tourelles agrémentent l’ensemble pour lui donner une certaine allure, mais l’impression n’est pas la même que celle ressentie devant Curis.

La fête se déroule à Machi ; elle a réuni « très peu de monde »[2], de l’avis d’Antoine, quoiqu’assez pour « garnir ma salle à manger »[3]. La cérémonie religieuse a eu lieu à l’église de Chasselay : « Tout s’est très bien passé, hier, on nous a traités en gens qu’on aime »[4]. Une garde à cheval, formée de jeunes gens, est venue prendre Albine à Machy et l’a ramenée ensuite en sortant de l’église ; tout le village participait, visiblement : « les boîtes et les pistolets et les cloches faisaient à notre approche de Chasselai un bruit qui, avec le cortège que formaient les voitures et la cavalerie avaient rassemblé, malgré que ce fut un jour ouvrable, la plus grande partie des habitants de notre bourg. »[5] Les Morand, en digne famille aristocratique, possèdent leur propre chapelle « dépendante de l’église » de Chasselay ; c’est là qu’a été donnée la bénédiction ; c’est M. Navarre qui a fait la cérémonie, « prononcé un très joli discours et plein de choses agréables pour les deux familles et dit la messe, M. le curé qui est très sensible à se souvenir de ma tante a mis dans tout cela la plus grande complaisance »[6].

C’est dans les jours qui suivent le mariage que l’on attend du monde : des « personnes du voisinage et de la ville », des cousins. Passées ces visites, la famille ira faire « son entrée » dans la ville du marié, à Curis. Après quoi, on restera à Machi : « ma femme compte rester et garder Mad. Albine jusqu’à la Noël »[7] : le départ de la maison maternelle est tout sauf brutal, pour une jeune fille qui vient de se marier.

En faisant le récit de la noce, Antoine invariablement revient à ses regrets :  « Pourquoi l’idée de ma pauvre sœur souffrante, que je porte sans cesse avec moi, pourquoi la privation de vous … dans ce moment intéressant sont elles venues empoisonner d’aussi doux moments. Tout le monde a partagé nos regrets, vous étiez là mais en peinture seulement et M. Deschamps a adressé de très jolies choses à votre portrait. »[8] Qu’il soit optimiste ou résolument décidé à ne voir que ce qui l’arrange, Antoine n’imagine pas un instant que sa sœur, au plus mal, a pu désirer la présence de sa famille auprès d’elle. Eléonore décède quelques jours après le mariage d’Albine, le (22 ?) novembre. Le 30 novembre[9], Antoine écrit à sa mère que, depuis 8 jours, on lui a caché les nouvelles qui arrivent de Grenoble. Il n’a appris la « perte cruelle » qu’en arrivant à Lyon, et il invite sa mère à les rejoindre à Machi. Personne, parmi ceux qui, à ses côtés, n’ignoraient rien de la gravité de sa maladie, n’a jugé utile de décaler le mariage d’Albine.

Dès le lendemain de la noce, Antoine écrit à sa mère : toute la lettre vaut d’être citée, notamment pour ces premières phrases dans lesquelles le père constate, observateur discret mais attentif, que sa fille a, au lendemain de la nuit de noce, « un air d’étonnement et de satisfaction » qui laisse penser qu’elle est devenue « Madame » : « C’est hier, ma chère maman, qu’Albine a changé d’état, elle est bien venue ce matin déjeuner avec nous, est-elle ou non Madame, c’est ce que je ne vous dirai pas, je suis trop discret pour faire à cet égard des questions, mais elle a un air d’étonnement et de satisfaction qui s’explique et qui me fait grand plaisir. »[10] Un mois plus tard, il confirme que sa fille se porte décidément « très bien, il n’est plus question de sang porté à la figure et je suis obligé de convenir qu’elle a une charmante tournure, il est difficile d’être mieux faite mais en m’applaudissent de cet ouvrage il faut bien m’accoutumer à penser qu’il est destiné à éprouver de grands changements. Je désirerais bien cependant que cela fut un peu retardé car ces premiers moments où une jeune femme paraît dans le monde sont bien les plus beaux de la vie de ces êtres intéressants, hélas que de douleurs que de may(cachet noir cache partie du mot) sont ensuite leur partage ! »[11]

Reste cependant le délicat sujet du faire part d’un mariage en période de deuil : Antoine s’en remet, une fois de plus, à sa mère. Elle est, à ses yeux, la meilleure maîtresse qui soit dans l’art des convenances :

« J’avais fait faire des billets de famille pour rendre nos visites, j’ai cru devoir suspendre cet envoi à cause du deuil où nous sommes. Vous êtes à la tête de cette liste, car il est bien d’usage d’y placer les parents père mère oncles et tantes lors même qu’ils sont absents, mais m. de besson est sur la liste, son grand deuil à lui sera fort long ; dites moi si je dois faire réimprimer les billets pour en ôter son nom ou si je peux l’y laisser ? je suivrai votre conseil mais ce sera entre nous absolument ».

A part ses inquiétudes sur de telles formalités, Antoine est heureux. Le mariage d’Albine lui donne l’occasion de revisiter un château où, semble-t-il, il a vécu une partie de son enfance : c’est ainsi qu’il rappelle à sa mère, en février 1806, que lorsqu’elle viendra à Curis comme elle en a l’intention, Albine sera bien fière de « pouvoir offrir de nouveau à sa bonne maman son ancienne chambre, elle est toujours la même et je me rappelle bien d’y avoir récité des leçons et mon cathéchisme ; d’autres appartements de ce château me rappellent d’autres souvenirs….. enfin le bon dieu est bien bon et moi bien content de me retrouver dans le cas d’habiter à mon âge un bien où j’ai passé des moments agréables dans mon enfance et dans ma jeunesse. »[12] Il dit juste : Antoine a connu le château de

Curis, celui de son gendre, quand il était petit car Jean Antoine, son père, l’a restauré et, visiblement, la famille s’y est durablement installée.

Dès février 1806, c’est-à-dire trois mois après son mariage, Albine est enceinte. Cela n’est pas dit de manière aussi brutale ; Antoine le fait savoir d’une manière qui ne peut être comprise autrement par une grand-mère qui sait ce que « fatiguée », dans les mois qui suivent un mariage, peut signifier : « Ma fille est un peu fatiguée maintenant, nous la voyons souvent et sommes beaucoup en famille, elle est assez disposée à être comme son mari un peu sauvage et les visites sont toujours la chose dont on parle le plus et qu’on fait le moins. » [13] Albine et Honoré mettront au monde une petite fille, le 1er septembre 1806, soit 9 mois et demi après leur mariage. Ils la nomment Antoinette Azélie. On l’appellera Azélie.

Sa maman, Albine, mourra dix mois plus tard, le 8 juillet 1807.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 11 Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, [Lyon] le 1 octobre 1805.

[2] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[3] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[4] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[5] (Sic) AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[6] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[7] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[8] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[9] La lettre est datée de « Machi, le samedi 30 décembre », mais je pense qu’il s’agit du 30 novembre 1805. Cela seul peut expliquer la lettre du 12 décembre dans laquelle il montre bien qu’il est déjà au courant du décès de sa sœur.

[10] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[11] Lyon, le 12 décembre 1805, Lettres d’Antoine à sa mère, 15 ii 35.

[12] Lyon, le 2 février 1806. Lettres d’Antoine à sa mère. 14 ii 35.

[13] Lyon, le 2 février 1806. Antoine à sa mère. 14 ii 35.



Citer ce billet
Anne (2009, 20 août). Chapitre Cinq : Alliances (5/8). Homosexus. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poyq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.