Chapitre Cinq : Alliances (6/8)

Trois mariages chez les  Arnaud-Tizon

Après avoir marié leur fille ainée, Amélie, avec Pierre Vitet en 1801, Catherine et Claude Arnaud-Tizon ont encore trois enfants à marier. En 1807, quand sa deuxième fille a dix-sept ans, Catherine exprime le poids de sa responsabilité en la matière. Quand un ami intime de la famille propose un époux pour Victoire, Catherine écrit à Pierre afin d’organiser un voyage à Paris pour rencontrer la personne proposée, un autre Lyonnais.  « Je persiste toujours dans mon projet d’aller à Paris lorsque la personne en question y sera arrivée.  Il viendrait ensuite à Rouen et si les choses s’arrangent, nous retournerions passer une huitaine à Paris tous ensemble et nous vous ramenerions avec nous. Mais tout cela sont des projets ; il faut avant tout que les jeunes gens se voyent et se conviennent. Je vous avoue que la solidité de ce parti me flatte.  Mr Fournel m’a fait beaucoup d’éloge du jeune homme, et j’ai de fortes raisons pour croire qu’il juge bien. Je vous avoue que tout cela m’agite.  Je sens le poid de ma responsibilité pour le bonheur de ma chère victoire mais en faisant tout ce que ma tendresse pour elle m’inspire, je crois n’avoir rien à me reprocher.  N’ayant aucun espoir de la marier à Rouen, le papa est plus content de la voir aller à Lyon où elle a un frère que dans toute autre ville où elle serait tout a fait isolée. Car il ne faut pas non plus songer à Paris, y trouver un parti solide serait encore plus difficile. Lorsque l’ami Roux aura réponse de Lyon, marquez-le moi je vous prie de suite et aussitôt que je saurai l’arrivée je me mettrai en route le même jour. »[1] Comme toutes les autres commodités, les maris sont plus chers à Paris qu’en provinces. Ce projet de mariage ne va pas aller plus loin qu’une visite à Paris ; un peu plus tard un autre prétendant entre sur scène.

Dans ses lettres, il arrive à Catherine d’évoquer les qualités qui font, selon elle, un bon époux . En 1800 un autre prétendant s’est signalé. Il s’appelle Jacques-Juste Barbet ; il est le fils d’un négociant très riche et d’une famille protestante rouennaise[2]. Catherine apprécie la douceur de son caractère mais souligne également le désir qu’il a exprimé d’une telle alliance : « notre chère Victoire a été recherchée par un jeune homme de ce pays, fils d’un négociant riche….  Les dernières paroles ont été données hier matin et le soir la présentation du prétendant, qui n’a d’autre défaut à mon gré que d’être un peu jeune : il n’a que 23 ans. Victoire l’avait vu cet hiver à tous les Bals et n’a eu nulle peine à se décider. Ce jeune homme paraît fort doux et très content de s’allier à notre famille ; je me réserve de vous donner de vive voix tous les détails sur sa fortune [et] sa famille…. »[3]

Peu après le mariage de Victoire et du jeune Jacques-Juste Barbet, Pierre Vitet écrit à sa femme qui est chez ses parents à Rouen pendant que lui est chez les Suchet à St. Just : « mais sans m’en apercevoir je ne t’entretiens que de St Just, et cependant tout ce qui m’intéresse le plus, n’y est pas : parlons donc de toi, de mon Ludovic &c ; comment se porte ma chère Amélie ? sans doute aussi bien que moi, sans doute elle pense a son époux,  elle en cause avec notre petit homme, et elle l’embrasse quelque fois a mon intention …. ne quittons point le chapitre des embrassades, c’est un fort bon à-propos pour te demander des nouvelles de nos amoureux, et pour leur exprimer tous mes sentiments d’affection ; ils sont je n’en doute pas toujours dans la plus douce ivresse ; celle du bonheur de s’aimer, ils ont raison d’en jouir ; cependant bien des gens sages disent qu’il faut économiser le plaisir comme la fortune, c’est le moyen de conserver l’une et de mieux savourer l’autre !  pour nous, ma chère amie, nous avons donc suivi ces conseils, car je sens que je t’aime autant que jamais, et que j’aurai bien de la jouissance à te revoir à Paris. »[4]

le mariage de Ludovic Arnaud-Tizon

Quatre ans plus tard c’est le tour de leur deuxième enfant, le seul garçon de la famille. Le démarche est différente, mais ce sont toujours des tiers qui agissent en premier, comme on peut le voir dans cette lettre du plus jeune des gendres de la famille, Jacques Barbet, qui va considérablement s’impliquer dans cette alliance :  « Mon ami, je n’avais point oublié de participer au Papa et à la Maman [ils appellent toujours leurs beaux-parents comme ça]. et même à Ludovic ce que je savais relativement au sujet de ta dernière lettre.  Je leur ai communiqué ce qui touchait cet article et tout en me renfermant dans les bornes de la plus stricte prudence quant aux conseils mais en appuyant sur le mérite de la jeune personne.  J’ai vu que cela ne leur convenait pas pour la fortune qu’ils ne trouvent pas assez considérable . . . » [5]

Ludovic a rencontré la jeune femme ; il et sait pertinemment à qui on le destine, ou du moins à qui pensent ses parents. Par chance,  elle lui plaît « infiniment et par ses manières, son physique et sa famille ». Peut-être l’a-t-il lui-même proposée à Catherine et Claude puisque la mère parle d’elle comme d’une jeune fille sur laquelle son fils a « jeté les yeux »[6]. Cependant, d’accord avec ses parents, ils estiment que la dot n’est pas assez considérable. Il faudrait, pour le moins, que « les revenus couvrissent la dépense ». Ce qui, pour parler franc, revient à demander 60 000 francs comptant, plus une ferme de 1900 livres de rente. Une femme peut avoir toutes les qualités souhaitables, si elle n’apporte pas suffisamment d’argent, le mariage ne se fera pas. Cependant, les exigences vont être revues à la baisse. Soit que Ludovic prenne conscience du caractère excessif de sa demande, soit qu’il se soit véritablement entiché de la jeune femme, on voit au fil des lettres diminuer le montant de la dot souhaitée. C’est ainsi que Catherine ne parle plus que de 30 000 livres, dernier seuil fixé par le père de Ludovic. Dans cette histoire, il semble que l’on ne puisse négocier avec les parents de la jeune fille sans s’être préalablement identifiés : cela laisse penser que toutes ces conjectures sur le montant de la dot se sont jusqu’alors faites par personnes interposées, sans que les parents Arnaud-Tizon aient dévoilé ouvertement leurs intentions. Catherine le laisse entendre, qui dit à Pierre : « on a à peu près 40 milles livres ;  je sens qu’on ne peut guère demander cela sans faire une demande en règle ».[7] Le « on » désigne la famille de la jeune personne, manière de ne pas les nommer par respect pour l’anonymat qui règne toujours, dans les lettres, à cette étape des tractations. Et l’énormité de la somme oblige, vraisemblablement, à se découvrir : autrement dit, à mettre au jour la propre fortune du futur marié, afin de laisser miroiter les éventuels avantages qu’il y aurait, pour les parents dotant leur fille à un si fort niveau, à une telle alliance. Fort niveau dont Catherine n’ignore rien puisqu’elle laisse entendre que « on » est en possession d’une telle somme au comptant.

Reste que Ludovic, qui rêvait d’une dot à 60 000 livres, diminue de moitié des prétentions au moment de faire sa demande officielle.

Obtenir l’objet de son désir

L’expression qu’emploie Barbet qui informe Pierre des désirs de Ludovic est assez troublante car c’est en termes d’acquisition, d’obtention pour dire mieux, qu’il parle de la promise. A lire la phrase, on a un instant d’hésitation mais sa construction ne permet pas de douter longtemps : « Si soixante mille francs comptant plus la ferme de 1900# de rente étaient la dot de l’aimable personne qui leur plait beaucoup, notre cher frère se trouverait fort heureux de pouvoir l’obtenir car elle lui plait infiniment et par ses manières son Physique et sa famille mais il désirerait avoir une femme dont les revenus couvrissent la dépense. »[8] Le fait qu’il use, tout de suite après « l’obtenir », d’un sujet qui désigne la jeune femme et non la dot indique bien que c’est elle qu’il souhaite obtenir ; que c’est d’elle qu’il parle comme s’il acquérait un bien. Ce qui, à ses yeux, est le cas.

Mais comment, dans les circonstances, ne pas penser ainsi ? on place un jeune homme en position de choisir parmi quelques fortunes qui sont incarnées par des personnes qui sont autant de promesses de plaisirs, d’avenir et de liberté augmentés. Comment ne pas considérer ces jeunes femmes ainsi mises en concurrence les unes avec les autres comme des « objets conjugaux », pour reprendre l’expression que nous avions rencontrée pour qualifier la relation de M. Henley à son épouse ? Le contraste est fort avec Albine qui, quoique misant sur son propre dégoût pendant la rencontre avec le vieux petit à perruque, s’inquiétait de n’être pas désirée par lui. Et si elle ne lui plaisait pas, avait-elle demandé à ses parents ? Ici, la question ne se pose pas en ces termes, apparemment. Surtout lorsqu’on s’appelle Ludovic Arnaud-Tizon et qu’on est le seul fils d’une famille de riches négociants. L’expression est utilisée par Barbet, qui peut ne pas avoir retranscrit le sentiment du jeune homme mais employer une expression représentative de son propre rapport aux femmes ; car Jacques-Jules Barbet – même s’il ne s’appelle pas encore Barbet de Jouy – n’est pas homme à dédaigner les privilèges sexuels que lui confère sa posture de personnage richissime[9]. De fait, il est familier de ce genre de vocable : à chaque fois qu’il évoque ce futur mariage, il emploie des termes du même registre. C’est ainsi qu’en évoquant l’impatience que ressent Ludovic à se trouver marier à la jeune femme, il fait allusion au jour où enfin il la « possèdera ».

Barbet n’a cependant pas l’exclusivité de ce type d’expression. On la retrouve à plusieurs reprises sous la plume de Catherine : « Ludovic persistant à vouloir se marier, et désirant obtenir celle de qui nous avons déjà parlé »[10], dit-elle. Une autre fois : « Je vous l’avoue je désir voir mon fils établi et le bien qu’on dit de la demoiselle (…) me fait désirer ardemment qu’il puisse l’obtenir ». On peut sans risquer de se tromper penser qu’elle était d’usage, soit en général soit dans cette famille particulièrement. La notion d’ « appropriation des femmes », notion couramment employée par les féministes quelques années plus tard, n’est pas un vain mot.

Pierre, comme souvent, est tenu informé des tractations et des positions de chacun. Catherine s’exprime à cœur ouvert avec lui et ne cache pas le désaccord qui l’oppose à son mari sur la nécessité pour Ludovic de se marier. La mère tient à ce que son fils se marie pour le « fixer et maintenir en lui le goût du travail ». Le père, qui s’est marié à …, ne partage pas cette opinion : il a l’air, dit-elle, de « désirer que Ludovic ne se presse pas ». Le plus important, au-delà de cet écart entre les idées que chacun des parents se fait sur l’intérêt pour le fils de la famille de se « fixer », est la liberté que l’un et l’autre lui laissent ; car même Catherine considère que « sur le tout, ce grand garçon fera ce qui l’arrangera ». La pression exercée sur l’enfant à marier, selon qu’il est homme ou selon qu’elle est femme, n’est donc pas du tout la même ; sur le choix sur la personne comme sur le choix du meilleur moment.

Enfin, Catherine ne partage pas l’avis de Barbet et de Ludovic sur les critères qui doivent présider, selon elle, au mariage. Comme Pierre, elle se situe du côté de la convenance des caractères plutôt que des fortunes : « je pense comme vous qu’une bonne éducation et un bon caractère sont préférables à une grande fortune ».[11] Quand quelques problèmes ralentissent les négociations, ils décident de voyager à Paris pour montrer leur empressement: « enfin pour tout terminer et bien prouver notre empressement de nous allier à cette respectable famille mon mari et son fils partiront jeudi matin pour se rendre a paris ; mon fils aurait voulu partir à l’instant mais les affaires du papa ne lui ont pas permis de partir plus tôt. »[12] Le garçon est toujours pressé de se trouver marier à cette fille qu’il a dû rencontrer à l’un de ces bals auxquels il assistait sans cesse. On voit que sa mère, aussi, est enthousiaste, et espère avoir de bonnes relations avec cette future bru. : « Je regarde mes gendres comme mes propres enfants et je désire qu’il en soit de même de ma belle fille, le bien qu’on dit de cette jeune personne me fait désirer avec ardeur de la voir entrer dans notre famille; »[13]

La demande, à vrai dire, ne se fait pas directement : comme pour Albine, on passe par des intermédiaires. Les deux beaux frères de Ludovic, Pierre Vitet et Jacques Barbet, sont chargés de réfléchir à la manière de s’y prendre. Le moment est venu, prétend Catherine, de « nommer les masques »[14] : informer les parents de la future sur la fortune du prétendant ne pourra, dit-elle tout en s’excusant du caractère vaniteux de cette considération, « nuire à la réussite de l’affaire »[15].

Est-ce la réputation et la fortune de la famille Arnaud-Tizon, ou bien l’insistance des gendres auprès de la famille de la jeune fille qui ont joué ? La dot, finalement, est revue à la hausse pour atteindre 40 000 livres. Répondant au souhait de Pierre qui, visiblement, a besoin à son tour d’en apprendre davantage sur ce qu’apporte, de son côté, la famille Arnaud-Tizon, Catherine aligne les chiffres, les faits et les promesses : Ludovic sera, de son côté, doté de 60 000 livres ; il a déjà gagné plus de 20 000 livres, est associé pour un quart dans la fabrique et, au mois de janvier, il aura les mêmes intérêts que son père (c’est-à-dire qu’il sera associé pour un tiers). « Voilà sa position »[16], conclut-elle. Ce n’est donc pas le jeune homme que l’on contacte pour obtenir ces informations qui le concernent : après tout, que sait-il vraiment des intentions de ses parents ? Dans ces familles de négociants où les places des garçons sont décidées et distribuées dès la naissance au sein de la fabrique, les parents restent en position de déterminer le degré de fortune des héritiers. Ludovic n’échappe pas à cette règle.

Huit jours plus tard, Ludovic rencontre le père de sa future épouse. Enfin, l’identité de la famille sélectionnée peut apparaître dans les courriers. On sort de l’anonymat, les tractations ont abouti. Il s’agit d’un certain monsieur Brunet[17]. Ludovic le rencontre chez des amis, à Paris ou au Havre. On l’attend sous peu à Rouen. Catherine, suspicieuse comme on l’est toujours dans ces familles à cette époque, s’interroge sur les raisons qui l’amènent à faire tarder sa réponse : est-il venu à Rouen en secret afin de prendre des informations sur les Arnaud-Tizon ? « Pourquoi ne pas le dire franchement ? »[18] demande-t-elle à Pierre.

Les familles se rencontrent, peu après cette première mise en relation de Ludovic, de ses parents et du père de la jeune promise. Une soirée est organisée à XXX au cours de laquelle Amélie chante et, manifestement, emplit Jacques du ravissement qu’il ressent toujours aux abords de sa belle sœur préférée. Mais la « future » n’est pas pour lui déplaire non plus et, au final, Jacques Barbet se trouve très heureux d’appartenir à une famille aussi bien dotée en jolies femmes : « Je vous assure que sans faire plaisir à personne j’en éprouvai beaucoup en remarquant que mes chères belles sœurs présente et future étaient ce qu’il y avait de mieux à cette soirée et ce n’est pas peu dire »[19]. Tout n’est pas décidé encore et Ludovic s’impatiente : pour lui, « les jours sont des semaines ». Son père est absent, ce qui semble retarder la suite des négociations. C’est Pierre pourtant dont on attend le signal pour « aller en avant » : c’est lui qui, pour son beau père, est chargé, « en négociant habile » qu’il est, de pouvoir « terminer au désir du papa Arnaudtizon une alliance qui ne peut que nous être agréable à tous. »[20]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 31 octobre 1807. Victoire est née à Lyon le 13  novembre 1790. Donc elle avait presque 18 ans.

[2] Né en 1787, Jacques Barbet a donc … quand il se marie. Il va devenir Barbet de Jouy quand en acquérant une propriété à Jouy, une ville dans l’Eure, entre Rouen et Paris. Un de ses fils, Henry Barbet de Jouy, va devenir conservateur du Louvre sous le Second Empire.

[3] AML 84 II 12, Cathrine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 4 mai 1808.

[4] AML 84 II 09, Pierre Vitet à Amélie Vitet, St. Just, le 9 juillet 1808

[5] AML 84 II 09  Jacques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 31 janvier 1812.

[6] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[7] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 7 avril 1812.

[8] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 31 janvier 1812.

[9] Cf supra, le chapitre 3 sur le corps et les choses.

[10] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[11] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 7 avril 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[12] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 28 [juillet 1812] à deux heures de l’après midi, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[13] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 5 juin 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[14] Veut-elle dire « tomber les masques » ?

[15] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[16] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 12 juillet 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[17] Brunet est en réalité le deuxième mari de la mère de la jeune fille. C’est lui qui la dotera.

[18] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 20 juillet 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[19] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Bapaume le 12 juin 1812. Ajoute informations sur M. Brunet, deuxième mari de la mère de la future, Amélie Thiébault.

[20] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Bapaume le 12 juin 1812. Ajouter informations sur M. Brunet, deuxième mari de la mère de la future, Amélie Thiébault.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.