Chapitre Cinq : Alliances (7/8)

Les tractations doivent être terminées lorsque Ludovic viendra faire sa demande officielle. Les discussions d’intérêt risqueraient de ternir l’état d’esprit qui doit présider à ce moment. Jacques Barbet est donc fortement encouragé à faire en sorte que « cela se fasse de suite et sans cérémonies »[1]. A cette date, les parents n’ont toujours pas rencontré la jeune femme ; Catherine s’appuie sur les échos qu’elle en a, qui sont fort bons, pour se réjouir du bonheur qui attend son fils. Mais elle ne s’est pas encore déplacée de Rouen pour juger d’elle-même qui sera cette bru définitivement promise. Les tractations se mènent par l’intermédiaire des gendres en qui les parents placent toute leur confiance, avec les parents de la future mariée. Seule compte pour eux sa réputation et l’état de sa fortune. Quant au reste, Ludovic est jugé seul apte à décider. La confiance est totale en ces hommes et ce garçon. On voit une fois de plus comme il pouvait être valorisant d’être aussi bien considéré, du seul fait qu’on était un homme, dans ces familles. Contrairement aux filles qu’on incite doucement à se ranger à l’avis des parents, ici il n’est pas question d’influencer le choix du futur époux. Et Albine qui avait fini pour se rallier à la préférence de ses parents pour le vieux petit à perruque, n’avait plus qu’à compter sur la chance pour les faire changer d’avis ; ce que la chance fit. Le destin des filles était bien plus que celui des garçons soumis à la fatalité, cet autre nom de la volonté des autres.

Enfin, le 28 juillet, Ludovic et son père se décident, peut être en réponse au fameux signal attendu des deux gendres parisiens, à se rendre à la capitale. On décide de publier les bans à la mi-août. Catherine a dû faire le voyage à son tour car, dans un courrier adressé à Pierre et Amélie fin août, elle leur confie combien elle est « revenue fort enchantée de [sa] future belle fille. Je voudrais, continue-t-elle, qu’elle nous vît avec les mêmes yeux que nous la voyons et rien ne manquerait à notre satisfaction. Je trouve mon fils bien heureux d’avoir fait un aussi bon choix ; je vois son impatience à ce cher Ludovic quinze jours sont bien longs en pareil cas. »[2].Le papa de Ludovic exprime les mêmes sentiments, et ajoute des remerciements à Pierre et Amélie d’avoir commencé les responsabilités parentales plus tôt que prévu : « en conséquence rien ne parait devoir retarder la noce qui au gré de mon fils ne se fera jamais assez tôt au reste son impatience me paraît bien fondée et de mon coté je la partage bien puisque cette époque doit nous réunir tous : En attendant, vous Mon cher ami et votre chère épouse, vous avez bien de l’embarras. Vous commencez tous les deux de bien bonne heure à remplir les fonctions paternelles et maternelles, particulièrement vous qui voulez bien me remplacer et quoique ce soit un apprentissage pour l’époque ou vous marierez l’autre Ludovic, je ne vous en sais pas moins bien bon gré et vous prie d’en recevoir mes remerciements en attendant que je vous les fasse bientôt de vive voix »[3]

Au total, les deux promis n’ont guère eu l’occasion de se connaître. L’impatience de Ludovic, au dire des parents, est à son comble. On ne cesse de l’évoquer et de la trouver bien normale. On peut se douter en effet que, sur la seule foi d’une ou deux rencontres où chacun ne donne à voir que le meilleur de lui-même, l’imagination marche bon train et les espérances du même pas.

Le 25 septembre 1812, le contrat de mariage est signé ; il prévoie qu’au cas où les époux mourraient sans postérité, les dots seraient restituées aux familles. Le couple se forme pour continuer la lignée ; l’argent dont les dotent les parents est destiné à financer la reproduction de la famille, et à permettre aux futurs petits enfants de s’établir à leur tour. Ludovic apporte une dot de 60 000 livres, ainsi que 25 000 livres en numéraire, c’est-à-dire sans condition d’utilisation. Marie-Françoise-Julie (qu’on surnomme, c’est une manie, Amélie), apporte de son côté 36 000 livres « liquide » mais payé « petit à petit »[4] ; et 30 000 livres équivalant à la valeur d’une ferme située dans le département de la Seine inférieure. Autrement dit, elle reçoit en dot cette ferme, qu’elle transmettra à ses enfants ; et une grande partie de numéraire qui permettra au couple de s’installer et de subvenir aux besoins du ménage.  Il s’installe à Bapeaume, dans la maison à côté de l’usine que dirigent Ludovic et son père Claude. Cette deuxième Amélie s’intègre tout de suite à sa nouvelle famille à Rouen.

Une dernière fille à marier : Adèle Arnaud-Tizon

Dans le cas de Ludovic, c’est lui, apparemment, qui a découvert cette jeune fille et lui qui a poussé ses parents à se renseigner sur sa famille. Ce n’est pas du tout la même histoire qui se joue pour la cadette de la famille Arnaud-Tizon. Celle-ci, Adèle, a quinze ans quand sa mère commence à l’emmener à tous les bals de Rouen. N’étant plus très jeune, Catherine se plaint de son obligation de faire tous les bals mais Adèle est contente de danser jusqu’à l’aube plusieurs fois par semaine. Assister à des bals fait partie des devoirs maternels . Sa fille doit se montrer en société jusqu’à ce qu’elle trouve un mari : « Nous avons encore un bal le Dimanche en huit chez Mme Prevel, un grand dîner chez Mde Vigné (Vigué ?) le jeudi après,  une soirée demain chez Mme Thezard, mais grâce à Dieu on ne danse pas car on n’en finit (pas ?) pour les toilettes, non pas la mienne comme tu penses mais bien celles d’Adèle, cette chère fille ne se lasse pas de danser, mais moi je me lasse fort de l’accompagner et les bals cette année ne finissent pas avant 5 heures du matin ce qui est bien fatiguant, enfin il faut que je finisse ma tache, encore quelques années et je garderai le coin de mon feu ». [5]

La première mention que nous avons d’un mari potentiel pour Adèle est une proposition qui passe par la famille de Ludovic ; les parents la refusent presqu’immédiatement : « Je viens mon cher ami à répondre à l’article de votre lettre où vous me communiquez l’ouverture que vous a faite Mme Brunet pour un mariage. Je suis infiniment sensible à l’intérêt que nous porte cette dame ; mais après nous être consultés avec le papa nous ne pourrions nous décider à établir notre fille dans un pays où la tranquillité est souvent compromise et où les chances du commerce sont plus dangereuses que dans toute autre ville, même d’autres villes maritimes, mes enfants pensent comme nous, ainsi donc mon cher ami je vous prie de voir Mme Brunet pour la remercier et lui communiquer ma lettre,  Adèle est jeune et je vous avoue que je désire pour son bonheur qu’elle reste encore quelque temps avec nous exempte des soucis qui sont inséparables de la profession de mère de famille[6]

C’est une excuse. Une fausse excuse. Car quelques mois plus tard, quatre exactement, une seconde proposition est acceptée avec empressement. Catherine, qui est bien celle qui, toujours, est au premières lignes en matière d’écriture et, a fortiori, pour tout ce qui a trait aux alliances, s’adresse à Pierre : « Je reçois à l’instant votre lettre mon cher ami et je prends la même voix pour vous répondre espérant de votre complaisance et de votre bonne amitié pour nous que vous partirez demain soir pour venir nous trouver ; je serai bien aise, ainsi que le papa, de vous voir et je suis sûre que nos voyageurs partageront notre empressement, ils doivent diner avec nous jeudi ; je vous dirai que quoique mon mari et Mr Barbet eussent cru dans leur sagesse devoir me faire un mystère des intentions de Mr Riocreux il a lui-même trahi son secret, non en me faisant aucune ouverture mais bien par son air empressé ; je ne sais si Adèle se doute de quelque chose ; ce qu’il y a de sûr c’est qu’elle l’a comme nous apprécié et de son côté je crois, cela ne souffrira aucune difficulté,  si elle s’éloigne de moi elle se rapproche de vous, pour habiter un pays qu’elle aime ainsi tout est pour le mieux. »

« Je ne peux vous dire combien le jeune homme nous a plu,  il a une franchise que j’aime, il est de toute manière en rapport avec nous, le genre de son commerce nous plait, aussi cette alliance ne nous laisse rien à désirer ; elle a votre assentiment et aura celui je suis sûre de toute notre famille ;  j’ai écrit à Ludovic pour qu’il ne manque pas de venir ce matin et je lui communiquerai votre lettre et celle de sa femme ; je ne doute pas qu’il ne partage notre opinion sur le jeune homme car déjà dimanche ils avoient l’air de se convenir au mieux ; ce mariage me flatte d’autant plus que l’intérêt ne peut en être le mobile ; je conçois facilement mes chers enfants que lorsqu’on vous connaît on a envie de s’allier à vous et votre sœur vous devra son bonheur. »[7]

Peu après, Adèle et son prétendant se rencontrent et tout se passe très bien, au moins d’après Pierre Vitet qui raconte la scène à sa femme Amélie restée à Paris : « Nos amoureux se conviennent de plus en plus ; je dis nos amoureux, car il y a vraiment sympathie, et si Mr Riocreux est enchanté d’Adèle, celle-ci à son tour reçoit avec bonne grâce et contentement les témoignages de son amour. Quelques petits gages ont été échangés entre eux ; et en cédant une de ses bagues, Adèle l’a vue remplacée par un joli brillant que son futur avait au doigt.  … Mr Riocreux a écrit à ses parents de St Etienne pour les instruire de son choix, et pour les prier de venir le confirmer par leur présence à sa noce ; cette noce où la fera-t-elle ? à Rouen !  et tout réfléchi c’est là qu’elle doit avoir lieu. Ainsi je croix que l’époque de nos vacances nous amènera tout naturellement pour célébrer cette fête de famille. Mais n’anticipons pas encore sur ce moment désiré, ne songeons qu’au présent . . . » [8]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 24 juillet 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12.

[2] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 17 août 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[3] AML 84 II 13, Claude Arnaud-Tizon à Pierre Vitet 16 août 1812.

[4] CM collection privée de Madame Monique Augustin-Normand, au Havre.

[5] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Amélie Vitet (Paris)  Rouen, le 16 février 1815

[6] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  Rouen, le 7 mars 1816.

[7] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 2 juillet 1816.

[8] AML 84 II 09,  Pierre Vitet à Amélie Vitet, Rouen, 7 juillet 1816.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.