Chapitre Cinq : Alliances (8/8)

Le mariage se fait rapidement. Le garçon vient d’une famille de négociants bien connue des Arnaud-Tizon. Comme Albine et la femme de Ludovic, la nouvelle mariée s’installe dans sa belle-famille.  Après le mariage d’Adèle et Christophe Riocreux, Catherine va à Paris avec sa fille pour l’aider à s’installer dans ses nouveaux appartements. Elle trouve que la famille du mari lui a fait un « accueil amical » : son appartement était « rempli de fleurs. »[1]

« J’ai promis de vous écrire mes chers enfants et je viens tenir ma parole, il me faut bien cela pour me dédommager et me faire supporter l’idée de vous laisser à Rouen et moi venir à Paris. Je devais cela à ma chère Adèle et je me félicite d’être venue l’installer pour lui éviter bien des petits embarras ; cependant je dois toute justice à son mari qui cherche dans tout ce qui est en son pouvoir de lui faire trouver sa maison agréable et de lui éviter de la peineil a peur qu’elle ne s’ennuie et je vous assure qu’il n’en est rien. »  La jeune mariée, peur peut-être de sa nouvelle vie, demande à sa mère de rester auprès d’elle : « je couche encore aujourd’hui chez vous et demain je vais m’installer rue St Denis, je regretterai  mon logement où je suis à merveille et très bien soignée par vos domestiques, mais Adèle désire que je loge chez elle et je ne peux le lui refuser : [2] On voit encore l’idée que la nouvelle mariée doit entrer dans la famille de son mari, un moment qui doit causer de l’anxiété chez une fille de dix-huit ans qui a à peine quitt é la maison parentale. Tout-à-coup elle se retrouve mariée à un homme qu’elle connaît peu, voire pas du tout, introduite à la vie sexuelle sans avertissement[3], et probablement enceinte dans les semaines qui suivent.

Malgré tous ces changement brusques, la fille a l’air de s’adapter aisément à sa nouvelle vie, comme l’indiquent les commentaires de sa mère dans une lettre à Pierre et Amélie : « nos jeunes époux sont au spectacle, on voulait absolument me mener avec eux ; je leur ai persuadé que je passerais aussi agréablement ma soirée en m’entretenant avec vous ; l’éloge que vous me faites du castel de Barbet ne m’étonne pas,  je partage là-dessus votre manière de voir ; je trouve ce séjour charmant et je l’aimerais d’avantage s’il ne me privait pas pendant six mois de voir ma fille et ses petits enfants ; il faut se soumettre à ce qu’on ne peut empêcher; le bonheur de bien marier mon Adèle me faisait regarder comme un sacrifice léger celui de rester seule mais à présent que le moment de notre séparation approche je ne suis pas aussi résolue et j’éprouve du chagrin que je dissimule, cependant je n’ai qu’à me féliciter de l’acquisition de mon nouveau gendre ; on ne peut mettre plus de complaisance et d’amabilité dans sa conduite avec sa femme, tout ce qui peut lui être agréable il se fait un plaisir de le lui procurer ; il a fait pour elle l’acquisition d’un piano qui a été mis en place ce matin. »[4] Le gendre qu’elle vient « d’acquérir » fait tout son possible pour faire plaisir à sa jeune épouse.

Ce n’est pas long avant qu’Adèle se trouve enceinte, comme dans beaucoup de nos mariages, mais ce n’est pas une nouvelle qui fait plaisir à sa mère : « Il paraît que la chère Adèle éprouve des malaises et qu’il est presque sûr qu’elle est grosse, j’aurais désiré pour elle encore un peu de repos, enfin si cela lui fait plaisir et à son mari tout est au mieux, j’espère que d’après tes recommandations elle sera prudente. »[5]

Se marier dans les années autour de 1800 ne ressemble guère aux pratiques d’aujourd’hui. L’amour n’entre pas dans le jeu avant que le contrat soit signé et que les familles des deux côtés se soient mises d’accord sur les détails financiers. Mais l’amour compte quand même pour quelque chose. Une fois formé par les autres, ce couple est censé vivre ensemble, dormir ensemble, faire des projets ensemble, élever leurs enfants ensemble, et si possible, s’aimer. Dans la plupart des cas, ce système fonctionnait bien. La socialisation des filles surtout en est la base et la condition. Une fois mariée, elle doit accepter que son mari soit son « maître » et c’est comme cela que l’on évite le mieux des désaccords. Le fait de marier les filles si jeunes contribue aussi à la relative efficacité de ces mariages arrangés. Leur mari les forme pour qu’elles deviennent l’épouse qu’ils souhaitent et attendent.

C’est d’ailleurs tout le problème de M. Bompré, ce mari sentimental qui se marie avec une femme déjà formée, qui a des avis et des manières de vivre trop ancrées déjàà pour suivre sans question les habitudes de vie de son époux. C’est quand les filles et les femmes demandent le droit de devenir des êtres avec une volonté indépendante que le système de mariages décrit dans ce livre s’écroule. Mais ce changement va suivre une évolution très lente, et beaucoup de mariages continuent d’être organiser plus par les parents que par le couple tout au long du dix-neuvième siècle.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre & Amélie Vitet (Rouen)  Paris, le 18 août 1816.

[2] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre & Amélie Vitet (Rouen)  Paris, le 18 août 1816.

[3] Ou sous la forme qu’on a crue deviner chez Albine, d’une consultation médicale ; ce qui, quelles que soient les capacités pédagogiques et démonstratives du médecin, ne risquait pas de placer la jeune fille en situation de percevoir grand-chose de l’expérience qui l’attendait.

[4] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Rouen)  Paris, le 22 août 1816.

[5] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Amélie Vitet (Paris)  Rouen, le 27 octobre 1816.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.