Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (2/8)

Antoine, pauvre et riche à la fois

Nous sommes donc en juin 1796. Que se passe-t-il entre le fils et la mère, au lendemain de ce procès ? Pourquoi a-t-il eu lieu à Grenoble ? Antoinette avait vécu dans cette ville ; elle y conservait, probablement, un réseau de gens de justice lié à son père, Etienne Levet, ancien conseiller au Parlement. Est-ce sur ces gens qu’elle comptait pour faire entendre sa requête ? Antoine, de son côté, n’était pas démuni ; il était alors juge au tribunal du département. Le lieu choisi pour le procès n’a peut-être pas eu d’impact sur la décision du juge. Le fait est qu’Antoinette se retrouvait complètement démunie alors que son fils, Antoine, restait l’héritier de la fortune considérable, quoique fragilisée, de ses parents ; constituée essentiellement de biens immobiliers, dont certains très amoindris, sa reconstitution allait nécessiter toute son énergie. On en a déjà eu une idée à travers la coopération qui s’est engagée, entre Antoine et Magdeleine, autour de la réfection et de la rentabilisation du pont. Mais, si le sentiment subjectif était celui d’un appauvrissement, objectivement on pouvait admettre qu’Antoine était assis sur une montagne d’or ; c’est ce qu’avait jugé, sans doute, le juge, au vu des propriétés dont continuait à bénéficier le couple : la propriété et les terres de Machy étaient intactes ; le pont et les terrains étaient destinés, nul ne l’ignorait à l’époque, à se développer considérablement. Par ailleurs, Antoine est propriétaire d’autres appartements à Lyon, pour la location desquels il touche des loyers. En l’an 7, il évalue les charges qui pèsent sur lui dans le rôle de la contribution foncière à 2 256 livres, ce qui est considérable pour l’époque et en tout cas, le situe parmi les fortunes les plus importantes de la région[1]. Enfin, ce que ne stipule pas le jugement rendu à Grenoble en 1796, et qui semble être le fruit d’un compromis obtenu de haute lutte par Antoine contre sa mère, le fruit des « petites boutiques » du quai Saint Clair lui revient finalement. Or, c’est Antoinette qui s’est principalement occupée de ces boutiques (propriété de la Compagnie du pont) y compris après la mort de Jean Antoine : manifestement elle en était la légitime usufruitière. A ce titre, c’est elle qui s’est occupée d’indemniser les locataires des habitations détruites par les bombes, de réparer les appartements, sans bénéficier d’aucune aide de la municipalité, malgré ses prières et sa pétition. Et c’est cette source de revenu que, cédant aux instances de son fils, elle abandonne. Elle en reste d’ailleurs la bénéficiaire officielle puisque c’est en son nom qu’Antoine, en 1799, présente une pétition à la municipalité pour obtenir d’être maintenu dans ses droits jusqu’à l’expiration du bail.

Par chance, nous disposons des lettres qu’Antoine écrit juste après ce procès. On se souvient qu’il doit quitter Machy pour la première fois en 1796, afin de se rendre à Paris pour négocier le doublement du péage. On sera surpris de constater combien lui, comme elle, se montre insatisfait de la situation issue du procès.

D’abord, sans surprise, Antoine se plaint de sa situation économique. Si lui et Magdeleine sont à la tête d’une véritable fortune, ils n’en touchent pas les bénéfices ; en tout cas, pas à la hauteur de ce à quoi ils pouvaient prétendre avant la Révolution. Antoine le reconnaît dès son arrivée à Paris : heureusement, écrit-ilà Magdeleine, que rien ne le tente dans la capitale, ni les distractions toujours coûteuses ni ce qu’il aperçoit dans les magasins, car leur « position » ne leur permettrait plus de satisfaire ses envies[2]. C’est bien l’avis de Mion : « Comme tu l’observes ce n’est pas le moment de se passer ses fantaisies comme nous l’avons fait un instant, nous sommes moins malheureux que d’autres parce qu’il nous reste des propriétés ; mais outre les charges que nous avons à supporter je redoute avec raison celles qui vont fondre sur les propriétaires, c’est maintenant la seule réponse du gouvernement et sûrement il en usera amplement. »[3] En outre, les impôts sont dus pour l’an 4, prévient-il (fort inutilement, car elle y a pourvu[4]) : il prévoit que, malgré la perception des rentes en argent, ils seront « plus gênés » qu’ils ne l’ont jamais été. Cela dit, Antoine s’empresse de vouloir faire faire des chaussures pour Mion et Albine, ainsi que de promettre de compléter les livres de la « petite bibliothèque » de son épouse.

C’est dès les premières lettres de son voyage à Paris qu’il évoque la situation avec sa mère.

Antoinette, à cette date, vit encore rue Saint-Dominique tandis qu’Antoine et Magdeleine sont toujours logés, avec leurs trois enfants, rue du Plat. Rappelons que cela situe la mère et son fils dans un carré de quelques ares, de part et d’autre de la Place Bellecour. Le ressentiment d’Antoine est loin de s’être dissipé ; il semble qu’Antoinette ait fait une « scène » à Mion. Quelques jours plus tard, en revenant sur ce sujet, il parle « d’injustices » à l’égard de sa femme[5]. Les relations se sont détériorées depuis les lettres déchirantes de 1793, dans lesquelles Antoine assurait à sa mère qu’il tenait avant tout à ce qu’elle sauvegarde son confort et son indépendance ; ayant touché à ce qu’il considère comme un bien sacré, à savoir l’héritage de son père et la continuation de son œuvre, elle est devenue l’objet de sa fureur et de ses lamentations. Il ne comprend pas ce qui l’a poussée à exiger qu’il lui verse une rente pour les Brotteaux : c’est, d’après lui, le placer dans une situation impossible. Comment dégager autant d’argent alors que les revenus n’entrent pas ? Antoine doit emprunter et, aussi peu économe soit-il, cela lui fend le cœur. Il demande à Mion de contacter un paysan qui, à la campagne, pourra leur trouver 1000 écus à emprunter à 5%. La situation immobilière l’empêche de vendre : « tout est tombé, ici, en fait d’immeubles », confie-t-il à Mion. Au point que le détenteur de 200 000 livres de numéraire pourrait facilement acquérir suffisamment de biens pour en obtenir 25 000 livres de rente.

Il y a autre chose, visiblement : Antoine réclame une part des objets laissés par son père et Antoinette se refuse à les « restituer » à celui qui s’en estime le légitime propriétaire. Antoine envisage de charger un « étranger » de négocier avec un certain Choignard, un ami commun du fils et de la mère, pour trouver une entente sur les « papiers et autres objets » qu’il réclame. Magdeleine est impliquée, qui une fois de plus est chargée de jouer les intermédiaires pour obtenir d’un certain M. Petit, c’est-à-dire un « homme d’affaire », de jouer les bons offices. Et comme toujours, Antoine s’en remet « absolument » à ce qu’elle croira devoir faire[6].

Inversement, Antoinette exprime des demandes qui, aux yeux d’Antoine, paraissent exorbitantes ; il a bien l’intention de les retarder le plus possible, sans espoir d’y parvenir. « Tu verras que je serai toujours obligé d’en venir là et que nous ne l’amènerons jamais à rien de raisonnable ni de juste ; cependant dès que je ne peux rien pour son bonheur, qu’elle me laisse la paix et ne me mette pas dans la nécessité de fuir les lieux qu’elle habite, ce n’est qu’à toi qui es accoutumée à lire dans mon cœur, que je peux avouer ces choses là, mais la conduite qu’elle tient avec moi fait mon tourment au point d’influer beaucoup et sur mon bonheur et sur ma santé. Je crois déjà te l’avoir dit, si jamais j’étais injuste pour mes enfants, rappelle moi ce que ma mère m’a fait souffrir par ses reproches mal fondés, et mes enfants me seront toujours trop chers pour que je veuille leur causer un chagrin aussi vif. » [7]

Quelques jours après, le 11 août, Antoine a reçu une lettre de sa mère. Son expression traduit l’amertume, davantage que la colère. Antoine, décidément, ne comprend plus sa mère : « Avec ta lettre, j’en ai reçu une de ma mère, ah si jamais ma bonne amie j’étais assez malheureux pour affliger mes enfants par des preuves de défiance et des reproches et des plaintes sans fondement, rappelle moi ce que j’ai souffert, ce que je souffre de la conduite qu’une mère impérieuse tient vis-à-vis d’un fils reconnaissant et sensible ! »[8] Voici donc Antoine « reconnaissant et sensible » et sa mère, une impérieuse personne.

Antoine estime avoir agi pour le bien de sa mère dans cette affaire patrimoniale ; s’il a refusé de vendre les Brotteaux, c’est en honneur à son père et à la gloire qu’il en a tirée, de son vivant. Gloire qu’il espère prolonger (et la sienne avec) dans les temps à venir. Comment peut-elle ne pas souscrire à cette logique de préservation de l’honneur de la famille ?

On ne peut que deviner, dans les lettres de cette première époque, les motifs de colère d’Antoinette ; il semble qu’elle exige d’Antoine d’avancer des capitaux dans la « froide espérance », dit il, qu’alors « elle jouirait de tous les revenus ». Sans doute espère-t-elle voir Antoine réhabiliter les terrains des Brotteaux, afin de pouvoir en tirer un revenu plus subséquent que la rente qu’il lui verse[9].

A vrai dire, Antoine se lamente sans raison, dans cette lettre ; il l’avoue tout aussitôt à Mion, en lui confiant que pour une fois, la lettre de sa mère n’a rien d’impérieux ; elle porte seulement sur le « nouvel échec arrivé au pont pendant le temps qu’on l’a tenu ouvert ». Elle ne lui parle pas du tout de leurs « affaires particulières ». Mais Antoine a la dent dure ; il ne pardonne pas à Antoinette de lui faire du mal depuis si longtemps alors qu’il n’a rien à se reprocher, et qu’il tente au contraire de faire son possible pour atténuer ses chagrins : « …crois que depuis longtemps, elle me fait bien du mal, je ne crois pas avoir rien à me reprocher, je remplirai toujours mes devoirs moins par honneur que par sentiment, pourquoi faut il qu’avec ce devoir de contribuer autant qu’il est en moi à adoucir les chagrins de ma mère, je sois si loin d’y réussir. »[10] En tout état de cause, leur relation est devenue si épidermique, qu’Antoine renonce, comme sa mère, à aborder d’autres sujets que celui des affaires qu’ils ont en commun : « sans cela, dit il à Magdeleine, je n’aurais rien à dire ou craindrais de trop dire » [11].

Antoine est sincère. Il souffre réellement de voir sa mère lui montrer une « défiance continuelle » [12] et, par là, de détériorer des relations qui, jusqu’à présent, avaient été placées sous les signes de la confiance et de la tendresse. Désormais, il doit se cacher de tout, surtout de ses dépenses et, plus encore, des prêts qu’il consent : elle risquerait, dit-il, de penser qu’Antoine et Magdeleine ont de l’argent à leur disposition. Ce n’est pas vraiment le cas : les emprunts qu’ils ont faits leur permettent, seuls, de prêter aux autres. Et s’ils prêtent, c’est pour des raisons d’amitié car, sur le plan de leur confort matériel, ils en sont encore, à cette date, à économiser sur le moindre vêtement. Il réclame, pour son retour à Machi, un pantalon et une veste qui sont revenus de Briançon, faute d’avoir eu les moyens de faire faire un « frac » à Paris. Nos (manque un mot : finances ?) sont comme celles de l’Etat, ajoute-t-il, ce qui à l’époque n’est pas pour rassurer[13]. De fait, il connaît continuellement des difficultés : pendant l’hiver, une fois payé le bois, dit-il, il ne lui reste plus que des dettes de tous côtés, et il renonce à s’acheter, encore une fois, un habit. Et, ajoute-t-il, il est impossible de se procurer de l’argent[14].

Antoine est sincère et le montre lorsqu’apprenant que sa mère est malade, il envoie Magdeleine, de Machi, pour faire le voyage jusqu’à Lyon et prendre soin d’elle : « pourquoi faut-il que ma mère soit malade pour que je me rappelle combien elle m’est chère, il me serait si doux de l’aimer toujours ! »[15] Il sait que, de retour à Lyon, il lui faudra, à son tour, s’occuper d’elle : Magdeleine n’est pas envoyée seulement parce qu’en tant que belle-fille, c’est à elle de se charger des soins à apporter à sa belle mère malade. Elle est envoyée pour suppléer à l’absence d’Antoine.

Il lui est impossible de rester indifférent à ses reproches et surtout, de ne pas finalement plier à ses instances. En brumaire 1796, de retour à Lyon, il cède devant les larmes que répand sa mère. « Ma mère me donne toujours bien du chagrin ; je suis un fils ingrat, elle répand des larmes, se livre au désespoir quand elle me parle de nos intérêts ; elle me trouve insensible, elle me paraît injuste et j’avoue qu’il est désolant d’être sans cesse tourmenté comme je le suis ; inutilement je forme le projet de ne plus m’en affecter cela est au dessus de mes forces et si je n’avais pas d’enfants, j’abandonnerais tout pour conserver un peu de tranquillité.

Il faut lui donner de l’argent, il faut par conséquent le prendre sur ce que je m’étais promis de ne pas toucher. »[16] Il se trouve déchiré entre ses responsabilités en tant que fils et en tant que père. Antoine prend le risque d’un conflit avec sa mère au nom de la sauvegarde du patrimoine pour ses enfants. Ce n’est pas le goût du luxe ou l’incapacité à vivre de ce qu’il a déjà qui le guident mais bien le souci de transmettre. Quitte à priver sa mère.

Nous n’avons pas d’élément sur l’année 1797. Or, les relations entre le fils et sa mère, à propos de la gestion de l’héritage du père, sont arrivées à un tel point de détérioration qu’ils envisagent une solution définitive : le départ d’Antoinette. Nous les retrouvons lorsqu’elle arrive à Grenoble, lieu de sa destination, où elle va s’installer et demeurer jusqu’à sa mort, en 1811. Nous sommes en juin 1798.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Pour comparaison, on apprendra avec intérêt que la plus grosse fortune issue du négoce grenoblois était redevable à la même époque d’un impôt de 1846 livres, ce qui le plaçait à la hauteur des grandes familles de la noblesse, avec une fortune constituée de deux maisons et de quatre domaines. Cf. Sylvain Turc, op. cit., p. 257 qui précise que ces deux maisons sont à Grenoble, tandis que les domaines sont à Saint-Egrève, au Cheylas près de Goncelin et à Morestel plus près de Lyon.

[2] A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon. Paris, le mardi matin. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[3] Paris, le 5 fructidor l’an 4 11h du soir.,A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[4] Paris, le 5 fructidor l’an 4 11h du soir.,A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[5] Paris, le 5 fructidor l’an 4 11h du soir.,A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[6] Paris, le 25 thermidor, vendredi 12 août … heures du soir. Lettre d’Antoine à sa femme. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[7] Paris, le 5 fructidor l’an 4 11h du soir.,A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[8] Paris, le 25 thermidor, vendredi 12 août … heures du soir. Lettre d’Antoine à sa femme. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[9] Paris, le 14  fructidor l’an 4. A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. Papier à lettre à en-tête, Egalité Liberté, Commission des travaux publics. Sur l’enveloppe, ie sur le dos de la feuille, un tampon « Mtre de l’intérieur. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[10] Paris, le 25 thermidor, vendredi 12 août … heures du soir. Lettre d’Antoine à sa femme. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[11] Paris, le 9 fructidor 11h du soir. Lettre d’Antoine à sa femme. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[12] Paris, le 14  fructidor l’an 4. A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. Papier à lettre à en-tête, Egalité Liberté, Commission des travaux publics. Sur l’enveloppe, ie sur le dos de la feuille, un tampon « Mtre de l’intérieur. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[13] Paris, le 26 fructidor l’an 4 de la république. A la citoyenne Morand-Jouffrey, à Machi commun de Chasselay par la petite poste. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[14] Lyon, 19 brumaire an 5, 10h du soir. Antoine à Magdeleine. Sans adresse.

[15] Paris, le 28 fructidor an 4 (14 septembre 1796). Pas d’adresse. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[16] Lyon, mercredi 3 heures après midi. Il est impossible de dater précisément cette lettre. D’après ce que nous pouvons connaître du contexte, il est certain qu’elle a été écrite entre 1794 et 1799, et probable que ce soit plus précisément en brumaire 1796. AM Lyon, Lettres d’Antoine, non datées à sa femme, 14 ii 35.



Citer ce billet
Anne (2009, 25 août). Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (2/8). Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poyv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.