Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (3/8)

Antoinette, sauvée de la ruine, s’exile à Grenoble

La lettre qu’Antoinette adresse à son fils montre qu’il a emménagé au n° 66 de la rue Saint-Dominique. C’est une première surprise. De quand date ce transfert d’habitation ? Ont-ils vécu ensemble quelques mois, depuis 1796, ou la cohabitation n’a-t-elle pas duré plus de quelques jours ?

La décision d’Antoinette paraît aussi brutale qu’elle a été gardée secrète. Ce n’est qu’au moment de son départ qu’Antoine en est avisé, on ne saura par qui. Les adieux qu’ils se font sont déchirants, et montrent combien ils tiennent encore profondément l’un à l’autre. Qu’est-ce qui a poussé Antoinette à rompre avec tout ce qui la retient à Lyon, son fils, Magdeleine, ses « chers petits enfants », ses amis, ses relations, les terrains et le pont qui sont comme l’incarnation du souvenir de Jean Antoine ?

La lettre qu’elle lui adresse est l’une des plus belles qu’on ait trouvées dans l’ensemble de la correspondance passive d’Antoine[1]. Elle témoigne non seulement de l’état d’esprit, on devrait dire de l’état de cœur dans lequel elle a quitté tout ce qui lui était le plus cher au monde ; mais également, de l’expression des sentiments. On est loin, dirait-on, de l’austérité qu’on prête encore trop souvent aux hommes et aux femmes de l’époque ; de l’austérité comme de la froideur, voire de l’impassibilité. Or, Antoine ne cache pas l’état « terrible » dans lequel le met l’annonce du départ de sa mère ; et celle-ci, à l’écrit, ne minore pas non plus l’intensité des émotions qu’elle a ressenties : « je n’ose mon fils revenir sur nos adieux. J’aurais voulu vous les dérober et je ne sais qui a eu l’imprudence de vous instruire du jour de mon départ. Il m’a semblé que mon cœur se détachait de moi. Ma femme de chambre m’a dit que vous étiez dans un état terrible je me reprochais d’en être la cause. Je suis fâchée que le seul moment où vous parvissimes disposé à une effusion de cœur et où j’avais le courage de vous dire la vérité j’ai été interrompue par une visite. Ha mon fils ! si vous en aviez eu quelques uns de semblables, jamais je n’aurais eu le courage de m’éloigner de vous. »[2] Le matin de son départ, elle s’est empressée, par un travail acharné, de plier bagages, craignant à tout instant de rencontrer ses petits enfants et de renoncer à un départ auquel elle se force : « leur vue m’aurait percé l’âme et mise hors d’état de vaquer à mes affaires. »

Antoinette souffre autant de sa propre solitude, depuis son veuvage, que de la vue de l’amour qui unit son fils et Magdeleine, ou les parents et leurs enfants. Lui au moins pourra se consoler par des « mains bien chères », tant celles de son épouse chérie que celles des enfants ; à elle, que reste-t-il ? Elle craint que ses petits enfants ne l’oublient et enjoint leur père de les entretenir de leur « malheureuse grand-mère » ; elle a peur d’être tout à fait oubliée de tous, à vrai dire. Au moment de refermer la porte de leur appartement endormi, elle a songé : « ce soir il verra sa femme, ses enfants, je serai bientôt oubliée ».

Antoinette part avec le sentiment d’avoir fait son devoir ; notamment, d’avoir su conserver pour Antoine l’appartement et les objets qu’il contient, tout ce que son « digne et infortuné père y a placé. Si ces soins ont été pénibles, ils plaisaient cependant à mon cœur. J’ai remplis ma tâche. Faites la vôtre ». Son souci à elle, désormais, sera celui de son propre salut. Antoinette quitte Lyon bien décidée à faire une croix sur ses aspirations à une vie meilleure sur terre. Elle quitte Antoine, ce fils chéri, celui qu’elle appelle encore, en ces circonstances propres à aiguiser les émotions, son « trop aimable enfant quelquefois cruel » en l’assurant de son amour, inconditionnel : « je suis, signe-t-elle, et serai toujours votre bonne mère Levet Morand. »

C’est une dispute, une de plus sans doute, qui incite Antoinette à quitter Lyon. En tout cas, c’est sur une ultime dispute qu’ils se sont séparés : sans doute sa décision était-elle déjà prise depuis longtemps, le temps d’organiser le voyage, de prévenir la femme de chambre (qui bien sûr suit sa maîtresse) et les amis qui, sur la route et à destination, vont la recevoir. Une dispute au cours de laquelle Antoine, aussi emporté qu’à son habitude, peut-être à bout lui aussi, emploie d’après sa mère « le reproche, la plainte et l’outrage ». De son côté, Antoinette ne comprend pas plus son fils que lui ne la comprend : elle a tout donné, dit elle. Que pourrait-elle faire de plus ? Ne jouira-t-il pas, grâce à la jouissance qu’elle lui a abandonnée, d’une situation bien avantageuse ? Et n’est-ce pas à lui de lui faire les « avances » auxquelles leur arrangement lui donne droit ?

Antoinette rejoint la ville de Grenoble où elle est née, mais où elle ne connaît plus personne et surtout, où vivent sa fille et son gendre, Eléonore et Paul-Bertrand de Besson, ainsi que ses trois petits-enfants, Olimpe, Auguste et Louise[3]. Elle logera, dans un premier temps, chez eux, place aux herbes, juste derrière le tribunal et le théâtre. Avec elle, part également sa « sœur »[4] ; cette ancienne religieuse, dont il est impossible de déterminer le véritable statut familial, la suit de Lyon à Grenoble, emménage avec elle et ne la quittera plus jusqu’à sa mort en 1808[5].

Aussitôt reçue cette missive, Antoine répond. Le ton est léger tout d’abord ; c’est avec plaisir, dit-il, qu’il a appris qu’elle avait fait ce voyage « lestement et heureusement ». Mais il ne fait pas illusion longtemps. Antoine a le sentiment de rompre de nouveau avec ses parents et de revivre des « souvenirs déchirants » maintenant que l’appartement est vide de la présence de sa mère.

Un patrimoine matériel et immatériel

Tout n’est pas très clair dans l’arrangement qui a présidé à ce départ. Antoinette parle, dans un courrier, d’une remise de son logement à Antoine : « Je suis excédée de fatigue, écrit-elle début juillet. Depuis longtemps je mène une vie très pénible. Et obligée de vous remettre mon logement à l’époque de la saint jean, je l’ai été de faire un travail forcé. »[6] Traditionnellement, du moins à Lyon, c’est à la saint jean que se réglaient les loyers, que se signaient les baux. A-t-elle convenu avec lui qu’elle quittait les lieux, comme une étrangère, à cette époque et une fois réglé ce qu’elle doit à son propriétaire ? Le propriétaire en question est-il Antoine ? Les comptes sont les comptes : il n’est pas question de donner, entre ces deux qui se disputent sur le moindre chiffon. Une des lettres d’Antoinette donne l’évaluation qu’elle estime la plus juste des meubles qu’elle a laissés derrière elle. Antoine doit les vendre et lui en remettre le prix. Il faut dire que, de son côté, elle doit finir de se meubler et que tout à Grenoble est aussi cher qu’à Lyon[7].

On comprend, peu à peu, l’objet de leur litige : Antoine a voulu « occuper l’appartement, le cabinet de [son] infortuné père et succéder dès à présent à tous [leurs] arrangements ». Antoinette, elle, a fui des « lieux funestes », un « local où à chaque instant l’époque de ses malheurs était rappelée »[8]. Tout occupée de sa douleur, elle trouvait auprès de son fils la seule consolation susceptible de la faire survivre. Mais les inconséquences d’Antoine ont fini par rendre inefficace cette ultime douceur. Il faut oublier, demande-t-elle à son fils, résolue à ne pas laisser ces divergences, ces reproches et ces regrets entacher davantage une relation qui lui est encore indispensable : « Ne songeons qu’au plaisir de nous revoir. Je ferai l’impossible pour en hâter le moment. »[9]

Le message maternel est un message de conciliation et de paix. Il en sera toujours ainsi. La dispute autour du patrimoine, de son occupation et de sa gestion, se résout par l’abandon d’une des parties. Antoinette a perdu : non seulement elle n’a plus les revenus sur lesquels la fortune gagnée et accumulée avant la Révolution lui permettait de compter (en cela, elle partage sa destinée avec un grand nombre d’anciens aristocrates) ; mais elle ne peut compter que sur son fils pour lui payer une rente à peine suffisante pour lui permettre de vivre dans un appartement étroit d’une rue sombre de sa ville natale. Le retour à la « case départ » doit être, pour elle, vécu d’une manière troublante. Enfin, comble de cette cascade de pertes et de renoncements, la voici éloignée de ce qui suscitait, chez elle, les plus vifs sentiments : les lieux chargés du souvenir religieusement entretenu de Jean Antoine ; et la fréquentation délicieuse et régulière de ses petits-enfants.

La dispute est avivée, peut-être, par l’enjeu que constitue l’appartement et, surtout, son contenu. Tout, en lui, est sujet à se rappeler et évoquer la mémoire du disparu. Une véritable vénération, tant de la part du fils que de la mère, s’est mise en place autour de la figure du si regretté Jean Antoine. On comprend mieux, en se représentant cet attachement au défunt par ses objets, pourquoi Antoine a bataillé si fort pour revenir vivre au lieu de son enfance, devenu le lieu de mémoire d’un être dont il chérit le souvenir. Antoinette n’est pas en reste et l’on mesure, aux soins qu’elle a pris des livres, portefeuilles et ouvrages de son époux, le déchirement qu’a été pour elle l’éloignement. C’est d’ailleurs à ce goût conservateur né très tôt chez les Morand qu’on doit, aujourd’hui, de posséder jusqu’au moindre bout de feuille qui aura appartenu au fondateur et à ses descendants. L’extrait suivant, dans lequel on découvre la force de l’admiration qu’Antoinette vouait au génie créateur de Jean Antoine, est long mais le couper aurait obligé à se priver de l’état d’esprit qui ressort de cette tirade éblouie, presque christique : « j’ai reçu, mon cher fils… (…) des détails intéressants pour mon cœur sur tout ce qui m’est cher et dont la privation me coûte chaque jour des regrets. Pour les adoucir, je pense à toutes vos jouissances ; à celle d’être heureux mari, heureux père, vous joignez celle d’avoir un appartement dans un beau local, dont tous les agencements ont été faits par la main d’un grand maître, de posséder les objets les plus précieux, des livres, portefeuilles, et ce qui l’est bien davantage, tous les ouvrages de votre infortuné père. Lorsque seul et dans vos loisirs, vous les parcourrez, vous serez étonné que sa vie aie été assez longue pour tant de travaux. Si les soins que je me suis donné pour vous tout conserver, et vous le remettre dans le plus grand ordre ont été pénibles, ils ont été satisfaisants. J’ai terminé ma tache en vous faisant dès à présent passer un dépôt précieux qui ne peut qu’ajouter à tout ce que vous devez à la mémoire du meilleur des pères. Lorsque vous songerez que comme je l’ai souvent dit, semblable au créateur, de rien il a fait beaucoup. »[10]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Il peut paraître étonnant d’aborder dans ce chapitre sur le patrimoine un aspect qui pouvait relever davantage de l’expression des sentiments. Nous avions, à l’origine, fait ce choix. Mais l’expression des sentiments n’est pas réservée à des espaces singuliers, dans le temps ou dans l’espace. On peut difficilement la traiter à part, alors qu’elle émerge à tant d’occasions aussi diverses que le manque né de la séparation, la naissance d’un enfant, sa mort aussi, hélas ; ou bien comme c’est le cas ici, dans le cadre d’un désaccord profond et prolongé sur la manière d’envisager la gestion d’un patrimoine commun. Les sentiments n’étant pas séparables de la vie réelle, on ne pouvait les traiter à part, sauf à couvrir tout le récit de leur vie. Seuls les émotions amoureuses, aussi nombreuses que durables, nous ont paru valoir un traitement à part. D’où le chapitre premier.

[2] 26 juin 1798. Au citoyen Morand maison Bollivid rue Saint Dominique n°66. AM de Lyon, 14 ii 31, Lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[3] La famille d’Antoine orthographiait Olimpe et non Olympe. C’était, comme souvent, le prénom de la  grand-mère de la petite fille (la mère de Paul-Bertrand) née Olympe de Blosset une très riche héritière grenobloise (180 000 livres, dont une maison à Grenoble et un domaine à Corenc, le château d’Arvilliers au pied du col de Vence). Pour quelques indications biographiques et généalogiques sur la famille de Besson, voir Sylvain Turc, op. cit., notamment p. 83. D’autres sources indiquent Biosset et non pas Blosset (voir le Bulletin d’archéologie et de statistique de la drôme…, op. cit., p. 233 (npb 1 et 2) qui parle de Marie-Olympe-Catherine de Biosset, veuve en 1780 et sœur de David de Biosset, conseiller au parlement, lui-même marié avec Magdeleine-Thérèse Achard de la Roche). On trouve cependant, parmi les protestants du Dauphiné, un Paul de Blosset, seigneur de Rochevire ; c’était, d’après S. Turc, le père d’Olympe (Cf. Pierre Bolle, Le protestantisme en Dauphiné au XVIIème siècle)

[4] Antoinette la désigne ainsi ; et Antoine l’appelle sa tante.

[5] Elle s’appelait Saint Cyprien Morand. Mais Jean Antoine n’avait pas de frère ou de sœur connus.

[6] Grenoble, 4 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. Ajouté à la plume noire, de l’écriture d’Antoine : « rep. par M. Dubois le 19 messidor ».  AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[7] Grenoble, 4 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. Ajouté à la plume noire, de l’écriture d’Antoine : « rep. par M. Dubois le 19 messidor ».  AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[8] Grenoble, 4 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. Ajouté à la plume noire, de l’écriture d’Antoine : « rep. par M. Dubois le 19 messidor ».  AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[9] Grenoble, 4 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. Ajouté à la plume noire, de l’écriture d’Antoine : « rep. par M. Dubois le 19 messidor ».  AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[10] Grenoble, le 14 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.



Citer ce billet
Anne (2009, 26 août). Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (3/8). Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poyw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.