Chapitre Trois : Des corps et des choses (5/5)

Une médecine familiale

Par contre la vie des siens compte pour beaucoup et[av1] le moindre rhume donne de l’inquiétude. Le plus petit retard à répondre aux lettres laisse toujours penser que le correspondant est malade. Ainsi, ce passage d’une lettre de la mère d’Amélie condense-t-elle l’ensemble de ces soucis de santé : « Je dois réponse à vos deux lettres du deux et du 4 mes chers enfants, et je vous avoue que le petit retard que vous aviez mis à répondre à celle qui contenait un « effet », connaissant l’exactitude de mon cher Vitet, je craignais qu’il ne fût malade ; me voilà parfaitement rassurée par vos lettres ; et je peux aussi vous donner de très bonnes nouvelles de nos santés : les rhumes de Barbet et sa femme ne sont presque plus rien. »[1]

C’est à l’occasion de ses maladies chroniques, et notamment cette « goutte » que l’on soupçonne, qu’Antoine est amené à rencontrer le père de Pierre, Louis Vitet : il est son médecin à Paris.

La visite du médecin, les soins des femmes

Louis Vitet, on l’a dit, bénéficie alors d’une grande renommée. Il a publié quatre ouvrages de médecine et continue de visiter ses malades. On a conservé des ordonnances, griffonnées sur un morceau de papier, prescriptions de décoctions, de régime alimentaire, de temps de repos. Le médecin se rendait au chevet du malade à son appel. Parfois, on lui envoyait un courrier, voire un dossier complet, décrivant les symptômes. Il n’existait pas de tarif fixe apparemment ; à cet égard, Antoine explique à Magdeleine qu’il a payé Louis Vitet deux louis, pour deux visites que le médecin lui a faites. « Il a paru content », commente Antoine qui, visiblement, a fixé lui-même le prix de la consultation[2].

Pendant tout son exil à Briançon, Antoine se plaint de son œil et de ses jambes. Le mal dure puisqu’en 1799, il continue à se dire malade : son œil en particulier est menacé d’une fluxion considérable. Conformément aux prescriptions de l’époque, Antoine devrait se soigner par un « bon régime de vivre », se purger pour « consommer l’humeur pituiteuse qui domine dans la masse du sang et pour l’obliger à reprendre son cours ordinaire »[3]. « Je n’ai pas pu jeuner aujourd’hui parce qu’il serait impossible de rester jusqu’à quatre heures et demie, mais j’ai fait maigre, c’est le seul jour de l’année où cela m’arrive ; M. Vitet prétend cependant qu’il faudrait vivre de poisson d’eau douce et de végétaux mais j’aime tous les animaux ! J’ai toujours quelques étourdissements et prends des bouillons de veau avec des dents de lyon. »[4] Trop gourmand pour « faire maigre », Antoine préfère employer des moyens qui l’obligent à moins d’efforts : les Vésicatoires[5], les bains de jambes ou les sangsues[6].

Lors de son séjour à Paris, en mai 1801, il semble que ce soit les crises de goutte qui apparaissent (ou réapparaissent). Le mal est si profond que, s’il devait a nouveau se faire sentir, Antoine aurait alors besoin, non pas de M. Vitet, mais bien de son épouse auprès de lui. Il est à Paris, elle est à Lyon, mais qu’importe le prix à payer pour elle comme pour leur porte-monnaie : sa présence deviendrait indispensable : « si j’avais eu la certitude de reprendre mes maudites douleurs, je t’en aurais parlé de suite, je n’aurais plus le courage de les supporter seul et malgré notre état de gêne, je ne t’aurais point privée de l’espèce de jouissance que ton attachement pour moi t’aurait fait trouver à les partager et à les adoucir par ta présence. »[7] Que craint-il ? Difficile à déterminer. Il remet à Louis Vitet un « mémoire », quelques jours plus tard, dans lequel il a consigné ses symptômes ; il espère obtenir du médecin un avis écrit pour se conduire à l’avenir : « j’espère bien que mes craintes n’étaient pas fondées au reste elles ont été bonnes à quelque chose puisqu’elles m’ont fait prendre des précautions ; il me semblait que ce nombre de sangsues devait m’affaiblir, mais après les avoir appliquées, M. Vitet vint me voir le surlendemain et me dit après m’avoir tâté le pouls que j’aurais pu en appliquer le double sans que cela eut été trop[8]. Je vais prendre maintenant de la saponaire[9] avec un peu de sel de Vitré et en boirai pendant une dizaine de jours. »[10]

Le docteur Vitet n’est pas le seul à prescrire des sangsues, qu’on pensait à l’époque pouvoir diminuer des malaises causés par un excès d’eau dans le corps.  Antoine raconte à sa mère qu’il les applique pendant un séjour à Machy pour guérir son œil.  « Je suis revenu, ma chère maman, trouver à Machi ma femme et mes filles, j’ai grand besoin d’un peu de tranquillité, mon œil me fatigue et les sangsues derrière l’oreille ne m’ont pas débarrassé ; je me borne en ce moment à mettre les jambes dans l’eau avec de la moutarde et j’espère que cela suffira pour me dégager la tête »[11].

Quelques années plus tard, c’est leur fils qui tombe malade à Paris et les parents se croient obligés de monter pour le soigner. Le prix de la santé est tel qu’il vaut un déplacement, toujours fort long, pénible et dispendieux, des parents de James lorsqu’il tombe malade dans son pensionnat parisien. Magdeleine se déplace pour la première fois à Paris, accompagnée d’Antoine qui l’y laisse, rappelé par ses affaires[12]. Rester éloigné a un moment pareil semble impossible.

On retrouve le même empressement chez Catherine qui assiste, impuissante, à la progression d’un rhume qu’elle ne croit pas banal, chez sa fille. Or, Amélie n’est-elle pas mariée et belle-fille de médecins de la meilleure réputation, ce dont la belle mère est convaincue ? Sans doute. D’ailleurs elle « réclame de [son] cher Vitet une lettre dans deux jours pour [lui] confirmer [son] bien être et achever de [la] tranquilliser. »[13] Mais rien n’y fait : l’inquiétude est telle que les médicaments n’y suffiront pas : il y faudrait les soins attentifs d’une mère, la commodité d’une vaste maison à la campagne, la possibilité de faire de l’exercice en montant à cheval, et le grand air.  « Je crois que le changement d’air et un peu de lait de vache ou d’ânesse  a Bapaume lui ferait le plus grand bien. Nous avons à choisir d’une petite vache noire nouvellement accouchée ou d’une ânesse ».[14] Quand la santé d’Amélie ne s’améliore pas, Catherine essaye de convaincre Pierre de laisser partir Amélie : « Je compte sur votre amitié et vous conjure de faire ce sacrifice à la santé de ma chère Amélie que  nous soignerons bien. Elle sera à la campagne ou à la ville comme cela lui conviendra  elle ne veillera pas et ne verra la société qu’autant que cela lui conviendra bien nous tâcherons de nous suffire en famille car c’est je crois le vrai moyen de vivre heureux et content ».[15] Pour renforcer l’importance que la mère mettait à avoir sa fille chez elle à Rouen, le père d’Amélie a ajouté un paragraphe dans la lettre de son épouse, ce qui était très rare : « Je joins mes pressantes sollicitions à celles de ma femme pour vous engager mes chers enfants à venir nous voir le plus tôt qu’il vous sera possible ;  je me persuade que le changement d’air et la vie plus privée que l’on mène ordinairement dans le sein de sa famille contribueront promptement au parfait rétablissement de la santé de notre chère Amélie et du cher petit Ludovic. Je la prie donc ainsi que vous et très instamment de me faire ce plaisir dont je vous saurai infiniment bon gré à tous les deux. »[16] Amélie, quoique ne parvenant pas à surmonter son mal, ne se résoudra pas à quitter Paris en laissant derrière elle, ne fusse que quinze jours, son mari et son fils. Quelques jours plus tard, les parents essayent une autre méthode : ils parlent des mauvaises fréquentations de leur fille à Paris : « une chose qui me tourmente aussi beaucoup est de voir ma fille liée d’intimité avec une femme qui a tout l’air d’avoir mal à la poitrine et qui par surcroît est d’une humeur assez triste, et j’ai trouvé pendant mon séjour à Paris la gaieté de ma chère Amélie tout a fait disparue;  excusez ma franchise mon cher ami je ne peux rien vous cacher de ce que je sens si je peux dire quelque chose qui vous déplaise ne l’attribuez qu’à ma tendresse pour vous ».[17] La nécessité de se justifier en parlant de sa fille à son mari montre la frontière entre le dicible et l’indicible au sein de la famille en ces matières. Cette série de lettres donne une idée des tensions possibles entre un mari et ses beaux-parents qui se disputent sur la manière de traiter une maladie, même quand le mari et le beau-père sont des médecins réputés.

Catherine a toute confiance en Pierre et Louis pour soigner sa fille Amélie ; cependant, elle ne manque pas de confiance en elle et, sur la base de sa propre expérience, n’hésite pas à affirmer haut et fort à leur adresse que « Messieurs les docteurs se trompent souvent dans cette matière ». On se doute immédiatement de quelle matière elle parle : il s’agit bien entendu de tout ce qui concerne la maternité. Sachant une nouvelle fois sa « chère fille un peu incommodée », elle écrit à Pierre et Amélie : « Je l’engage à se bien ménager et à garder comme elle le fait son lit quelques jours car Mrs les Docteurs se trompent souvent dans cette matière et il est bien possible qu’elle est fait un faux germe. Donnez moi souvent de ses nouvelles et croyez au déplaisir que j’éprouve de ne pouvoir aller voir par moi-même comment vont les choses, mais on ne fait pas toujours ce qu’on veut. »[18]

Antoine semble ne prendre au sérieux ni les prescriptions, ni les avis de Louis Vitet : « M. Vitet prétend cependant qu’il faudrait vivre de poisson d’eau douce et de végétaux mais j’aime tous les animaux ! »[19] ; en réalité, l’ironie est douce amère car il se résigne bien, finalement, à ne prendre que « des bouillons de veau avec des dents de Lyon », ce qui n’est pas déraisonnable.

Antoine offre à sa mère des détails bien plus précis sur ses souffrances qu’il ne le fait avec Magdeleine : d’ailleurs, il reconnaît lui-même que ce n’est qu’à elle qu’il confie de « pareils événements » : « Je suis arrivé fort échauffé par les nuits de la route et souffre beaucoup de douleurs dans le fondement, ce ne sont point des hémorroïdes jamais je n’ai été assez heureux pour en avoir, ce qui me débarrasserait la tête, c’est sans doute un déchirement suite des efforts que j’ai faits dans la route (…) et je souffre beaucoup (…). Pardon de ces détails il n’y a qu’une mère et qu’une bonne mère à qui l’on puisse parler de pareils événements… »[20] Là, aussi, nous pouvons voir les limites entre l’acceptable et le non-acceptable.

Catherine se croit obligée de se mêler de la santé de sa fille quand Amélie se plaint d’un mal de dents. En l’an XIV, c’est-à-dire en 1805, Amélie n’a même pas vingt ans ; elle doit cependant déjà songer à se faire arracher une dent : « J’ai reçu votre lettre du 24 mes chers enfants et j’ai vu avec une grande satisfaction que ma chère Amélie continuait à se bien porter et que le mal aux dents la laissait tranquille ; je l’engage cependant à ne pas perdre de vue celle qu’elle devait se faire arracher ;  la chose est pressante si elle ne veut pas que les voisines se gâtent ; je me recommande à vous mon cher Vitet pour la déterminer »[21].

Un couple n’est pas simplement la cohabitation de deux êtres qui dorment, mangent, jouent ensemble et partagent d’une manière ou d’une autre les tâches pour élever des enfants et faire marcher un ménage. La culture, les mœurs et les habitudes de leur époque et de leur société définissent les choix et les contraintes qu’ils sentent dans la vie quotidienne. Il faut aussi penser au niveau social qui ouvre et ferme les possibilités. Une famille aristocrate ne peut avoir moins d’un certain nombre de domestiques, par exemple, et ils sont obligés de vivre, de recevoir, d’une manière qui correspond à leur statut social. Par contre une famille bourgeoise va considérer les choses autrement et leurs comportements vont refléter le besoin de travailler, où au moins de faire travailler l’argent qu’ils ont déjà pour s’enrichir davantage. Le couple s’inscrit dans un monde d’amis et de parents qui s’inquiètent pour eux, leur santé, leur bonheur. On est surveillé, et on surveille à son tour, les régimes et les traitements à suivre pour améliorer la santé. On se donne des conseils, on propose des médecins et des accoucheurs en qui on a confiance ou qui bénéficient d’une bonne réputation. On s’inquiète sur la santé parce qu’il n’y avait pas grand chose d’autre à faire, quand on vivait aussi éloignés les uns des autres, que d’exprimer ses inquiétudes. Chaque lettre commence et se termine avec des références à la santé.

A suivre…


[1] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 6 oct 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12S

[2] 14 ii 035, 1801 / 1802, Lettres d’Antoine à sa femme, 24 prairial an 9 de la république, samedi.

[3] Traité des maladies de l’œil et des remèdes propres pour leur guérison…, par M. Antoine Maître-Jean, chirurgien juré du roy à Méry-sur-Seine, à Troyes, 1707, p. 363.

[4] Paris, le vendredi saint à dix heures du soir pour partir demain 27 germinal (1802) Numérotée 27.

Les « dents de Lyon » sont des pissenlits. On les appelait aussi, à Lyon, des « Barabans », ce qui a donné son nom à la Rue Sainte Anne de Baraban, d’après le site http://ruesdelyon.wysiup.net, consulté le 14 juillet 2009. Le nom dents de lion vient du latin, taraxacum dens lionis qui désigne cette plante. Cf. André Robert et François Emptoz, « Les dents… de Lyon », in Actes de la Société française de l’art dentaire, 2006, 11, pp. 21-24, consulté le 14 juillet 2009 sur http://www.bium.univ-paris5.fr/sfhad/vol11/2006_04.pdf.

[5] Les vésicatoires étaient des espèces d’onguent qui, posés sur la peau, la soulevaient de manière à former une ampoule. De fait, on les employait pour « détourner promptement une humeur dangereuse », explique Mme Genlis, in Maison rustique pour servir à l’éducation de la jeunesse ou Retour en France d’une famille émigrée (Paris, 1810, t. II, p. 205) citée par http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/definition/v%C3%A9sicatoire/77106. (dernière consultation le 14 juillet 2009).

[6] Antoine à sa mère. Villefranche, le 28 ventôse. Lettre non datée ; mais je pense pouvoir la classer sans me tromper dans les lettres de 1799 car elle est adressée rue des prêtres, juste avant son emménagement rue brocherie. 14 ii 35. 18 mars.

[7] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801/1802. A Madame Morand Jouffrey, rue Saint Dominique à Lyon. Paris, le 3 prairial an 9, mardi (23 mai 1801).

[8] Louis Vitet était un très grand spécialiste des usages médicinaux de la sangsue. Son Traité de la Sangsue médicinale, en préparation depuis l’exil suisse, donc depuis 1793, sera publié par Ludovic l’année même de la mort de son père, en 1809. Signe du degré intime de connaissance que Louis avait avec l’animal : son Traité fait presque 600 pages !

[9] La saponaire, plante de la famille des Caryophyllacées, était prescrite pour soigner les ulcères. C’est un diurétique qui exerce une action dépurative du sang. Elle avait notamment la réputation d’aider à l’expulsion des calculs urinaires. On l’utilisait contre la goutte. Est-ce un indice de plus du mal non identifié dont souffre Antoine ? Louis Vitet, dans un ouvrage qu’il publie l’année suivante, la recommande en tout cas pour calmer et retarder les accès de goutte. Cf. Matière médicale ou exposition méthodique des Médicaments…, par les Citoyens Vitet, père et fils, médecins, à Lyon, an XI (1803), p. 159. On trouve le livre en texte intégral sur https://books.google.fr/books.com

[10] AM de Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 9 prairial vendredi, an 9. A Madame Morand Jouffrey, rue saint dominique, à Lyon. 29 mai 1801.

[11] Lettre d’Antoine à sa mère, Machi le 22 thermidor, dimanche, 10 août 1802.

[12] Lyon, mercredi neuf germinal. Il est indiqué, de la main de la personne qui a classé ces courriers, « an onze ». Lettres d’Antoine à sa mère.

[13] (5 avril 1811)

[14] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon , Rouen le 13 mai 1811, à Pierre et Amélie Vitet à Paris.

[15] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon , Rouen le 11 janvier 1812, à Pierre et Amélie Vitet à Paris.

[16] AML 84 II 12, Claude Arnaud-Tizon , Rouen le 11 janvier 1812, à Pierre et Amélie Vitet à Paris à la fin d’une lettre écrite par son épouse.

[17] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon , Rouen le 16 janvier 1812, à Pierre et Amélie Vitet à Paris.

[18] 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 23 avril 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)

[19] Paris, le vendredi saint à dix heures du soir pour partir demain 27 germinal (1802)

Numérotée 27.

Lettres non datées d’Antoine à sa femme.

A Madame Morand Jouffrey, rue Saint dominique, à Lyon

[20] AM de Lyon, 14 ii 035. Lettres d’Antoine à sa mère. Paris, le 5 brumaire, mardi (an 10). A madame Morand rue Brocherie, à Grenoble. (oct-nov 1802).

[21] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 27 vendémiaire [an 14] à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12S


[av1]J’aime bien l’enchaînement.



Citer ce billet
Anne (2009, 7 août). Chapitre Trois : Des corps et des choses (5/5). Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poyd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.