Sénégal, notes au fil du souvenir

Sur le voyage au Sénégal, avant que la mémoire ne s’envole, je note :

1. une vie paysanne non “conjugaliste” : les femmes prennent en charge le travail parental (soin, surveillance, santé, habillement, nourriture, éducation des enfants), la propreté et l’entretien de la maison, le maraîchage et la vente des fruits et légumes excédentaires au marché. Les hommes, loin du domicile pendant plusieurs semaines d’affilée, envoient un peu d’argent, ce qu’il reste lorsqu’ils ont payé le coût de leur vie en solitaire à la ville (loyer, restauration, transports, électricité…).

Une conversation avec les “hommes du village” : contenu des échanges (chômage en Europe, intérêt pour eux d’y envoyer leurs fils, coût de la vie en Europe, où sont les hommes ?) intérêt pour notre guide de nos questions pour faire avancer ses propres positions ; définir l’homme : les hommes en âge de travailler. De fait il n’y a pas d'”hommes” au village, ie entre 15 et 65 ans.

L’homme prend les décisions, aréopage de vieilles personnes mal en point physiquement, soucieuses du bien être de leur “population” (rappeler comment l’imam a poussé notre guide, il y a 20 ans, à se marier à la jeune femme qui lui avait donné un fils/à qui il avait fait un fils).

Un euro par jour suffit pour payer l’huile et le savon que les femmes ne peuvent fabriquer elles mêmes, nous dit le guide, Pape. Pour les vêtements, les enfants sont habillés de guenilles ; ils possèdent néanmoins un vêtement d’apparat, confectionné par les mères ou par le couturier du village (il y en a un). Les femmes possèdent beaucoup de ces vêtements flambants neufs qu’elles portent tous les jours, qui coûtent à peu près 25 000 CFA, soit 40 euros pièce).

On ne connaît pas la solidarité, déclare un soir Mariama (conversation rapportée par Jean-François, un toubab comme nous) : je réalise combien la notion de solidarité est fabriquée de toute pièce au seuil de la IIIème République (Léon Bourgeois), et non pas une reprise conceptualisée de pratiques villageoises, communautaires. La communauté ne connaîtrait pas la solidarité ? pratique des sociétés individualistes. Solidarité organique solidarité mécanique de Durkheim à relire.

Comment inciter les jeunes garçons à rester au village ? telle est la question que ne cesse de se poser, tous les matins au réveil, Pape. Visites des écoles, apprentissage de notions de maraîchage… cela peut il suffire à les détourner de l’appel de la ville et de son apparent confort de vie ? rôle des femmes, sur lesquelles il s’appuie pour développer la culture maraîchère, déjà ; mais également pour atteindre les enfants et inciter les futurs hommes à redevenir des paysans, vivre au village, le développer et parvenir à l’autonomie économique. Je ne peux m’empêcher de songer aux hommes de la Révolution qui, eux aussi, cherchaient à changer l’homme, l’amener à faire d’autres choix, plus en conformité avec la nouvelle République ; et qui eux aussi ont réalisé, assez tôt finalement, qu’ils ne pourraient se passer des femmes dans leur entreprise de moralisation et de civilisation. Société encore traditionnelle où la femme des classes non bourgeoises est occupée à nourrir, vêtir, surveiller et éduquer les enfants et le mari ; où la femme bourgeoise est occupée à diriger la préparation des repas, des lessives, à la fabrication des vêtements, à la surveillance des leçons des enfants (qu’elle fait faire par des domestiques, des maîtres, des professionnels, elle est ainsi placée au coeur d’une activité “domestique” intense).



Citer ce billet
Anne (2008, 1 décembre). Sénégal, notes au fil du souvenir. Homosexus. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pox3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.