Louis Couailhac, ou la femme comme ultime jouissance du pauvre

Nous avons étudié, vendredi dernier, un texte de Louis Couailhac, extrait de l’Echo de la Fabrique, le journal des canuts des années 1830. Le feuilleton qui nous occupait, Le Canut, illustrait assez bien, selon moi, le conjugalisme inhérent à la pensée “classiste” (ou socialiste pour utiliser le néologisme que forgera peu de temps après Pierre Leroux). Sur ce point, pas grand chose à commenter, le texte parle de lui même : c’est par son époux que le sort de la femme s’améliorera, et non par l’union des femmes entre elles. C’est pour cette raison que nous l’avons étudié. Certains, dans l’auditoire, ont manifesté une réticence au moment où j’interprétais l’attitude de Jacques Lebras, qui meurt pour voir voulu venger l’affront qu’il subit à travers l’agression de sa femme : interprétation qui, prenant appui sur les termes utilisés par Couailhac lui-même, montrait que la femme y était présentée comme le dernier “bien”, l’ultime “jouissance” universelle, libre d’accès, permettant aux pauvres (aux hommes de la classe ouvrière) de supporter, par cette égalité avec les hommes de toutes classes, leur misère matérielle. Difficile en effet d’admettre que dans l’honneur réside une part d’appropriation de l’autre, et que dans le sacrifice qu’il fait de sa vie, l’époux venge davantage sa propre dignité qu’il ne se soucie du sort de sa femme (dont à aucun moment, dans ce feuilleton, il ne s’enquiert ; et qu’il voue de toute façon à la misère en lui laissant la charge de leurs enfants).

Un jeune homme éduqué du XXIème siècle, à cela, rétorque que “La femme n’est pas qu’un corps”, et que Jacques Lebras, par son geste, signifie simplement son amour pour elle “tout entière”. Peu importe, selon moi, qu’il l’aime comme corps ou comme “être dans son entier”, les deux étant inextricables. La question n’est pas de savoir s’il l’aime ou pas ; mais dans quelle mesure avoir touché au corps (et à l’âme pourquoi pas) de Rose, c’est avoir atteint l’honneur de Jacques. Ce que j’y vois, c’est l’identification de soi à l’autre, l’appropriation comme annexe de la solidarité, du lien et du sentiment pour l’autre. De jacques à son épouse, s’opère la même transmutation que celle qui relie un parent à son enfant, touché et blessé du seul fait qu’on ait touché et blessé celui dont on a en charge le bien être, la protection. Or, et l’on revient au coeur du paternalisme moderne, c’est bien la protection des plus faibles qui justifie, in fine, dans le Code mais bien plus largement dans les représentations de la paternité et de la famille, l’autorité paternelle et maritale.

Le plus difficile à admettre pour un esprit jeune et généreux, c’est que ce sentiment d’appropriation masculine ait davantage persisté que celui de protection. Et la question subsidiaire est : ce sentiment d’appropriation s’il était alors masculin, l’est-il resté exclusivement ?

Voici les trois parties publiées entre avril et mai 1833 dans l’Echo de la Fabrique (j’ai souligné en bleu le passage dans lequel Louis Couailhac rappelle à son lecteur les raisons qui ont poussé Jacques Lebras à venger l’agression qu’a subie Rose, son épouse) :

14 avril 1833, L’Echo de la fabrique, n°15

Le Canut[1]

– Rose, voila ma pièce finie ; je vais la porter au magasin.

– Et il faut y aller bien vite ; car nous n’avons plus que quarante sous à la maison.

– Rose disait cela sans quitter l’aiguille, avec aussi peu d’émotion qu’elle aurait dit une chose très-ordinaire, comme si au bout de ces quarante sous la faim ne devait pas la prendre à la gorge, elle et sa famille. Le peuple a le bonheur de vivre avec insouciance sa vie au jour le jour ; il voit arriver son dernier sou sans angoisse et semble compter pour le lendemain sur la bonté de Dieu, qui n’abandonne jamais sa créature. Sans cela il y aurait quelque chose de trop fatiguant dans cette lutte continuelle avec les besoins du corps, dans cette crainte toujours renouvelée de rester sans pain. L’artiste du moins a pour le soutenir dans sa carrière aventureuse le sentiment exalté de son art, de temps en temps quelques accidens heureux de passion ou de fortune, ici une femme qui l’aime de cœur, là un voyage avec un seigneur russe ou un riche anglais sous le ciel poétique de l’Italie, puis des amis joyeux, des soupers arrosés de Champagne qui se prolongent bien avant dans la nuit, enfin l’espoir de voir un jour son nom entouré de quelque renommée, son talent récompensé par une certaine aisance. L’ouvrier n’a que des jours de labeur et de peine, des sueurs au profit d’une aristocratie dédaigneuse, une existence sans avenir et sans jouissance du moment, sans variété et sans teinte poétique, grossière et d’une réalité toute matérielle, pas d’autre but que de vivre et d’arriver péniblement à la mort qui met de côté tout privilège et fait l’égalité des cadavres. Ceci est beaucoup plus triste.

Jacques Lebras travaillait dans la soierie et habitait Lyon ; il avait épousé une jeune couturière de dix-sept ans, Rose Dupuis, et en avait eu trois enfans en quatre ans d’union. La canaille suit à la lettre le précepte de Dieu : Croissez et multipliez. Là la nature n’est pas soumise au calcul, et on ne se règle pas d’avance sur la portion d’héritage qu’on veut laisser à chacun de ses enfans ; on leur donne deux bons bras et une santé robuste pour tout bien.

Jacques mit sa veste et sortit avec sa pièce sous le bras. Arrivé chez le fabricant il fut obligé d’attendre quelque temps dans l’espèce de cage d’où le canut livre son ouvrage au commis retranché derrière les barreaux ; son tour vint. On voulait lui rabattre quelque chose sur la façon ; hardi et peu endurant il adressa des réclamations énergiques et dit que c’était une infamie de spéculer ainsi sur la fatigue du pauvre ouvrier. Le commis lui accorda ce qu’il demandait pour ne pas prolonger une discussion qui donnait du courage aux plus timides et aurait infailliblement excité une foule de réclamations.

– Voulez-vous me donner de l’ouvrage, continua Jacques d’un ton radouci ?

[7.2]- Il n’y en a pas, reprit sèchement le commis.

– Mais il me semble pourtant que d’autres viennent d’en emporter…

– Il n’y en a plus, vous dis-je ! Est-ce fini ? J’espère que vous ne me forcerez pas à vous confier des pièces quand je n’en ai pas !… Voyons un autre…

Jacques essuya vite avec sa main une larme de rage qu’il n’aurait pas voulu montrer à cet homme et partit. Il se sentait humilié d’être contraint à céder devant cette puissance de l’argent. Depuis long-temps il travaillait pour la même maison, avait souffert plusieurs injustices en silence et n’avait pu s’empêcher de se révolter enfin contre un abus criant : maintenant il fallait chercher et surtout trouver de l’occupation chez un autre fabricant. Mais d’ici là, lui à qui ses charges domestiques ne permettaient pas de faire des économies, comment donnerait-il du pain à ses enfans quand ils lui en demanderaient à grands cris ? Comment pourrait-il supporter les larmes et les gémissemens de sa pauvre femme !

Huit heures sonnaient ; il se détourna un peu de sa route pour passer dans un cabaret où se réunissaient quelques compagnons de ses amis ; il voulait leur demander s’ils ne pouvaient lui procurer de la besogne chez quelqu’un de leurs patrons respectifs.

– Ah ! ah ! voila Jacques Lebras, s’écria un des anciens camarades d’apprentissage de notre ouvrier. – Jacques, approche un tabouret et prends un verre de vin avec moi ; nous allons rire.

– Je n’ai guère envie de boire et de rire, vois-tu, Léonard. Je n’ai plus d’ouvrage et je viens en chercher.

– C’est toujours la même chanson, dit en l’interrompant un individu assis à une table voisine et vêtu d’une longue redingote noire un peu rapée. – Vous prétendez tous que vous n’avez pas d’ouvrage, que vous mourez de faim… Il y a peut-être bien un peu de votre faute…

– Ce reproche-là ne me regarde pas, reprit Jacques… Car j’ai toujours travaillé avec conscience et je n’ai jamais perdu mon temps.

– Vous ne me comprenez pas, l’ami… Il y a de votre faute en ce sens que c’est la faute du gouvernement et qu’il ne tiendrait qu’à vous de travailler…

Les deux ouvriers se regardèrent un instant étonnés.

– M’entendez-vous ?

– Oui, oui, à peu près. Je sais bien que les affaires ne vont pas tout-à-fait comme elles devraient aller. Mais enfin il n’y a encore rien de perdu ; on peut facilement revenir à bien.

– Bah ! Il n’y a qu’un seul moyen de voir revenir l’ouvrage et les bonnes journées… Voulez-vous que je vous conte cela entre nous, bien bas… Tenez… je vais vous glisser ma recette dans le tuyau de l’oreille… Approchez… – Pour que le commerce reprenne… – Il faut que les autres soient revenus…

– Qui donc ça, les autres ?

– Et bien ceux qui occupaient et secouraient l’ouvrier, ceux qui pendant quinze ans vous ont fait vivre en joie, ceux qui sont exilés, ceux du drapeau blanc, enfin.

Un éclair de colère passa dans les yeux des canuts.

– Monsieur, dit Jacques, cessons de causer… sur cet article-là nous ne serons jamais d’accord… Pour ma part je vous avouerai que je déteste du fond du cœur ces Bourbons qui sont rentrés deux fois en France à la suite des cosaques et qui plus tard se sont donnés aux jésuites et ont versé le sang français sur les pavés de Paris… Je ne leur pardonnerai jamais cela, et je vous [8.1]réponds que s’ils avaient le malheur de remettre le pied chez nous, je ne serais pas le dernier à prendre le fusil pour faire lâcher prise.

L’homme à la longue redingote noire fit une grimace expressive et se leva :

J’espère, camarade, que vous reviendrez à de meilleurs sentimens quand vous aurez encore un peu souffert… Je m’intéresse à vous et je veux vous donner de bon conseils… Venez me voir rue de la Charité, n° 32 ; vous demanderez M. Joseph. En attendant, voici… – il se baissa vers lui et lui glissa quelque chose dans la main. – …voici cinquante francs pour subvenir à vos premières nécessités.

– Monsieur, s’écria Jacques avec indignation et en jetant les cinquante francs sur la table, je ne veux voir ni vous ni votre argent. Et partez vite, parce que si j’avertissais les camarades, votre affaire ne serait pas bonne.

L’homme noir ramassa son argent et se hâta prudemment de s’esquiver.

– As-tu jamais vu un pareil cafard, dit Jacques à son camarade en lui souhaitant le bon soir. Je ne voudrais pas devenir riche au prix qu’il me proposait.

– Ni moi non plus, ma foi.

Et ils retournèrent tous deux au sein de leur pauvreté.

(La suite à un prochain numéro.)

L’Echo de la Fabrique, 21 avril 1833, n°16

En rentrant Jacques annonça à Rose l’altercation qu’il avait eue avec le commis et le fâcheux résultat qu’elle avait amenée. Elle en fut bien abattue ; de son seul travail elle ne pouvait suffire à la dépense journalière de la maison. Le canut distribua à ses enfans le repas du soir avec une tristesse qu’il chercha en vain à dissimuler ; il n’était pas sûr de pouvoir leur en donner autant le lendemain. Au lit sa femme l’entendit pleurer et remarqua qu’il cachait sa tête sous l’oreiller pour ne pas être entendu ; elle chercha à le consoler et finit par lui rendre un peu de tranquillité et de courage. Cependant elle-même ne se livra pas au sommeil ; toute la nuit elle fut occupée à aviser aux moyens de sortir de la crise où ils se trouvaient. « Alors elle pensa que Jacques avait peut-être été un peu trop brusque ; elle ira trouver M. Boursault, le fabricant pour lequel il travaillait ; elle le suppliera de ne pas retirer l’ouvrage à son mari, elle lui parlera de ses enfans, de la détresse où ils vont tomber ; il se laissera attendrir et le pauvre ménage pourra encore subsister. » Le matin, pendant que Jacques était déjà sorti pour trouver de l’occupation, elle fit un peu de toilette et se dirigea vers le magasin.

Elle était jolie, Rose ; son teint frais et animé faisait ressortir la douceur de ses yeux bleus ; la simplicité de sa parure, sa tournure sans apprêts et sans roideur, sa grace naturelle et sans afféterie donnaient de suite bonne opinion de sa beauté. Elle avait une de ces physionomies sur lesquelles l’œil fatigué aime à s’arrêter après avoir passé en revue dans une brillante promenade toutes ces figures de jeunes filles musquées, minaudières, jouant l’expression et grimaçant la nature ; ainsi en sortant d’une serre chaude où des fleurs étrangères croissent à grand-peine [7.2]et dépourvues de cette végétation brillante, de cet abandon gracieux dont elles se parent sous le ciel de la patrie, on revoit avec plus de plaisir la timide violette et l’humble bluet des champs.

Elle arriva et entra d’un pas timide dans le bureau ; Boursault s’y trouvait à ce moment. En voyant la jeune femme il sourit, fit un signe d’intelligence à son commis qui était habitué à pareille fête et rentra dans son appartement ; on pria Rose de passer dans l’appartement de M. Boursault.

– Que puis-je faire pour vous, ma belle enfant ?

– Monsieur…

– Oh ! n’ayez pas peur, je ne suis pas un tigre…

Et il se mit à rire comme Odry lorsqu’il vient de faire un calembour.

– Monsieur, vous avez refusé de l’ouvrage à Jacques Lebras, mon mari…

– Ah ! vous êtes mariée… L’heureux mortel celui qui possède tant de charmes !…

Il allait continuer une série de galanteries à l’usage des mauvais sujets vis-à-vis les femmes mariées, lorsque Rose l’interrompant et feignant de n’avoir pas entendu :

– Monsieur, je viens vous prier de rendre votre pratique à Jacques … Car nous n’avons pas d’autre ressource.

– Comment donc, ma charmante, mais cela peut se faire… très-bien, très-bien…

Tout en parlant il l’attirait sur le sopha où il était assis et lui passait la main autour de la taille. Rose qui ne s’attendait pas une pareille réception était à côté de lui, rouge, tremblante, ne sachant que faire, n’osant pas encore le repousser ; car elle songeait, la pauvre mère, à la faim de ses enfans.

– Cependant je mets à cela une petite condition, reprit Boursault.

Elle trembla et s’empressa de lui dire :

– Oh ! Monsieur, j’aurai pour vous la reconnaissance la plus vive…

– Justement, mon ange, c’est de la reconnaissance que je demande…

Il s’approcha d’elle les yeux brillans et lui posa la main sur le cou afin de l’embrasser. Rose perdit tout espoir :

– Laissez-moi, Monsieur… s’écria-t-elle avec un accent de colère et en se débattant vivement.

– Allons, cruelle… ne viens-tu pas de me promettre ?…

Il la saisit vigoureusement et chercha à la retenir entre ses bras. Rose lutta avec force, se dégagea adroitement, le repoussa sur le sopha, se précipita vers la porte et entra vite dans le bureau ; Boursault n’osa pas l’y poursuivre au milieu des personnes qui étaient là.

– C’est une des plus rebelles que j’aie rencontrées, dit-il en lui-même en se peignant les favoris devant une glace. – Jamais on ne m’a résisté ainsi !

Le gros fat ! Il voulait dire que jamais on n’avait résisté à son argent ; car c’est la séduction ordinaire que mettent en avant nos grands seigneurs de nouvelle espèce. Dans l’ancien régime, lorsqu’un Sévigné ou un Richelieu avait remarqué quelque fille au joli minois, avant de parler diamans, petite maison et carosse, il parlait cœur et passion et tâchait de se faire aimer pour lui-même. Les Marion Delorme et les Ninon1 n’auraient eu que du dédain pour un adorateur dont tout le mérite eût sonné en écus et qui leur eût proposé un contrat de vente au lieu d’un accord d’amour. Maintenant les despotes à coffre-fort se présentent dans le boudoir d’une [8.1]femme la bourse à la main comme ils entrent chez le commissaire-priseur un jour d’adjudication ; ils marchandent la passion et ont une maîtresse comme ils ont un comptoir. Si j’étais peintre et que je voulusse représenter l’amour de ce temps-ci je lui mettrais un sac d’argent en guise de carquois et un billet de banque sur les yeux. Siècle d’agioteurs !

l’écho de la fabrique, 28 avril 1833, n°17

Lorsque Rose revint à la maison elle trouva son mari la tête appuyée sur ses deux mains et tout affligé de l’inutilité de ses courses. Lui, la voyant embarrassée, le teint enflammé, les yeux humides, lui demanda d’où elle venait ; elle lui avoua d’abord sa démarche auprès de Boursault. Jacques lui fit de vifs reproches de ne l’avoir pas consulté avant de s’abaisser à supplier cet homme. Mais que devint-il lorsqu’il apprit la condition que Boursault avait mise à la demande de Rose et l’indigne attaque à laquelle celle-ci avait été exposée. – Il devint pâle tout à coup, comme lorsqu’on apprend un grand malheur, un malheur nouveau et inattendu. Il aurait pu tout supporter, la pauvreté, la faim, des injures ; en pensant à sa famille il aurait pu courber sa tête et se taire sous une humiliation personnelle ; mais être insulté dans ce qu’il avait de plus cher au monde ! être déshonoré dans l’honneur de sa femme ! être regardé comme un homme qui peut manger un pain acheté à ce prix ! Son sang bouillonnait dans ses veines. C’est là l’injure que le pauvre ressent le plus douloureusement ; ces inégalités factices de fortune et de condition que la main des hommes lui a imposées, il les subit par nécessité et par habitude ; mais il est fier de l’égalité des dons que la nature distribue à tous les mortels ; et dès qu’une caste élevée veut encore les attirer à elle et avoir seule le privilège des jouissances qui doivent appartenir à tous ; dès qu’elle porte atteinte au seul bien dont elle ne puisse s’arroger le monopole, alors le pauvre se révolte comme d’une infraction à un traité passé entre lui et Dieu qui a donné cette unique compensation à tant de maux et de misère.

Jacques s’en alla sans mot dire. Il court chez Boursault et demande à lui parler. L’Adonis de la fabrique trompé par le nom crut que la jeune femme revenait ; il ordonna à la hâte de faire entrer et prit pour la recevoir un air riant et triomphateur. Mais quel fut son désappointement lorsqu’il vit entrer Jacques.

– Vous êtes un malhonnête homme, lui dit celui-ci brusquement et sans préambule.

– Hé bien ! Qu’est-ce cela ? s’écria Boursault étonné d’un pareil langage dans la bouche d’un canut.

– Comment ! non seulement vous n’avez pas honte de vous engraisser du travail des malheureux ouvriers ! il faut encore que vous vous appropriez leurs femmes et leurs filles ! cela vous arrive souvent, Messieurs les richards ! mais si jusqu’ici vous avez eu affaire à des niais ou à des gens qui préfèrent la honte à la misère, je vous réponds que vous n’aurez plus envie de vous frotter à Jacques Lebras.

– Ah ! je comprends ! fit Boursault en souriant bêtement.

– Eh ! bien, mon cher Monsieur, si vous comprenez, j’espère que vous ne refuserez pas de me rendre raison… Je manie encore assez bien le briquet pour vous voir cinq minutes en face…

– Oh ! oh ! oh ! Finissez donc… J’étouffe ! Il est excellent avec son briquet… !

[7.2]- Vous auriez donc la lâcheté de me refuser satisfaction…

– Allons, mon ami, voila assez de plaisanteries comme cela… Maintenant je vais prendre la chose au sérieux… Partez vite où je vous fais jeter à la porte par mes domestiques !

– Me faire jeter à la porte !

Jacques ne voyant plus aucune ressource de vengeance pour lui après ce refus, exaspéré de s’entendre encore insulté, hors de lui, s’élance tout-à-coup sur Boursault, le saisit à la gorge, le renverse et lui mettant un genou sur la poitrine.

– Demande-moi pardon de ton injure, criait-il d’une voix forte…

Boursault en se débattant sous la pression vigoureuse de son antagoniste, saisit le cordon de la sonnette.

Les domestiques accoururent et débarrassèrent leur maître sans toutefois user de violence envers l’ouvrier dont les regards foudroyans leur en imposaient. Boursault, essoufflé, rendu, s’écriant d’une voix entrecoupée : « Ah ! le scélérat ! C’est un vrai guet-à-pens ! Comme il m’a arrangé ! Mais j’ai des témoins et ton affaire est bonne. »

Cependant Jacques sortit la tête haute et d’un pas tranquille.

Il fut cité par Boursault en police correctionnelle, et grâce au talent d’un jeune avocat qui plaida sa cause de bonne volonté, il ne fut condamné qu’à deux mois de prison, cent francs de dommages et intérêts, et aux frais du procès.

C’était déjà trop pour lui.

S’il avait été riche peut-être il aurait pu aussi lui aller d’abord demander satisfaction aux tribunaux ! Mais il aurait fallu perdre aux audiences des journées de travail ; il aurait fallu faire de premiers frais et risquer une perte d’argent en cas d’échec ! Et ces journées de travail le faisaient vivre avec sa famille ! Et il n’avait pas de quoi faire ces premiers frais et risquer cette perte d’argent ! Mais Boursault pouvait payer et la justice lui prêtait une oreille plus docile.

Ainsi la prétendue égalité des Français en face de la loi tombe et se brise devant l’inégalité des fortunes. Cette lèpre corrompt et mange au cœur les institutions les plus sages, et nos législateurs n’ont pu s’empêcher de jeter un peu d’or dans la balance de Thémis. La justice ne cessera d’être une illusion pour la majeure partie de nous que lorsqu’un gouvernement ami du peuple établira des défenseurs d’office chargés de poursuivre gratuitement la réparation des injures qui auraient été faites au pauvre, et de traîner le coupable devant ses juges en l’arrachant du sein de son opulence qui ne sera plus pour lui un gage d’impunité ! Jusque-là quand on nous parlera d’égalité devant la loi, nous répondrons : amère dérision ! Et cette parole aura de l’écho dans les masses.

(La suite à un prochain numéro.)

l’écho de la fabrique,  5 mai 1833, n°18

Ce qui inquiétait le plus Jacques entre les quatre murailles où la justice l’avait mis, c’était le sort de sa femme et de ses enfans. Depuis trois jours qu’il était là on n’était pas encore venu le voir et il vivait dans de cruelles angoisses. Un matin la porte s’ouvre et Rose entre.

Jacques lui saute au cou :

– Que fais-tu ? Comment vivez-vous ? Pourquoi as-tu tant tardé ?

Rose étourdie de ces questions rapides, le mène vers une chaise, l’y fait asseoir, se place sur ses genoux et lui raconte ce qui lui est arrivé.

– Pour payer les frais du procès on a saisi et vendu notre petit mobilier… J’ai trouvé à louer un grenier où nous demeurons.

– Pauvre femme… – Et il l’embrassait en pleurant…

– Puis j’ai cherché de l’ouvrage afin de pouvoir nourrir nos enfans… Voila pourquoi je ne suis pas venue plus tôt… Tu ne m’en veux pas, n’est-ce pas ?…

– Oh ! non, non… !

– Comme je gagne bien peu, nous ne mangeons qu’une fois par jour, mais nous mangeons enfin… !

Jacques sanglotait et couvrait sa femme de baisers.

Les heures se passèrent vite à aviser aux moyens de passer ce moment critique, à parler de leur honneur quand ils seraient libres et réunis !

Jacques témoigna à Rose, sa crainte que pendant son absence, Boursault ne se portât à quelque violence envers elle. « Oh ! lui disait-il avec rage, si ce scélérat osait le faire, accours ici, réfugie-toi dans mes bras… il ne viendra pas t’y chercher… »

Et cette idée surtout l’entretenait dans un état d’irritation et de malaise qui le tuait.

Cependant le geôlier annonça que l’heure de la sortie des visiteurs était arrivée.

– Je ne veux pas que tu t’en ailles, s’écria Jacques, [8.1]il pourrait te rencontrer et te faire du mal… et je ne serais pas là pour te défendre…

– Il faut bien qu’elle sorte cependant… reprit le geolier.

– Tu ne t’en iras pas… je ne serais pas là pour te défendre.

El il la tenait embrassée étroitement et ne voulait pas la lâcher malgré ses efforts et ses supplications. C’est en vain que le geolier lui montrait le règlement ; il le repoussait et n’écoutait que sa douleur.

– Allons, il faut employer les grands moyens, dit l’homme aux clés.

Il alla chercher quatre hommes et un caporal. On arracha violemment Rose à son mari qui criait d’une voix déchirante :

– Oh ! ne m’abandonne pas… Et toi aussi tu veux me quitter… Il te fera du mal.

– Et quand elle fut sortie, éplorée et larmoyante, il resta là, étendu misérable sur le carreau. Force était restée au réglement.

Jacques souffrait bien, retenu dans sa prison par la main de fer de la loi et s’imaginant toujours que Rose était peut-être au moment même en butte aux brutales séductions du négociant. Alors il avait la fièvre, ses bras se roidissaient, et il aurait voulu renverser les murs. Jamais il n’avait si bien senti le prix de la liberté.

Tous les jours sa femme venait le voir et lui amenait ses enfans à embrasser ; tous les jours en la voyant partir il éprouvait la même souffrance.

Ah ! il s’amassait dans son sein un gros levain de haine contre les oppresseurs de sa classe.

Le jour de la délivrance arriva ; Jacques sortit de prison. Comme son pied foulait joyeusement le pavé de la ville ! Comme sa poitrine se gonflait de plaisir au vent libre des rues ! Il courut chez lui.

Arrivé à la Croix-Rousse, il y remarque du tumulte. Il rencontre Léonard effaré qui lui dit :

– Les fabricans ont refusé le tarif. La garde nationale monte à la Croix-Rousse pour disperser les rassemblemens d’ouvriers. On dit que des coups de fusil se sont fait entendre vers la Grande-Côte.

A ces mots de fabricans, Jacques se précipite vers des groupes de canuts qui criaient : aux armes ! Il les excite, il les anime de sa haine. Il saisit une carabine qu’on lui présente : il dirige la foule vers le lieu où le bruit éclate. Il grince des dents en se voyant en face de ceux qu’il déteste, et au moment où il va ajuster l’un d’eux, il tombe.

– C’était Boursault, qui peut-être par hasard, l’avait frappé d’une balle au front.

Le lendemain Jacques le factieux fut jeté pêle-mêle avec d’autres à la fosse commune. Il n’y eut que Rose qui parla encore de lui et le pleura.

Boursault, rentré dans Lyon à la suite du prince royal, reçut la croix d’honneur et les actions de grâce du journal officiel.i1

L. Couailhac.

Note du Rédacteur. – Nous avons extrait cette historiette de mœurs des Sept Contes Noirs, ouvrage intéressant publié en 1832 à [8.2]Lyon, chez Bohaire, par M. Louis Couailhac, ex-professeur au Lycée, actuellement l’un des rédacteurs de la Bibliothèque populaire. Cet ouvrage forme un volume in-8 de 142 pages. Les autres contes sont intitulés l’Espagnol, Une Femme, la Fille du Chirurgien, Le Paria, Méphistophélès et Le Projet de loi ; ils sont précédés d’une préface sous le titre de Causerie d’ouverture dont nous recommandons la lecture à nos lecteurs.


i Note du rédacteur. – Un travail se prépare par les soins de M. Marrast sur les croix d’honneur accordées depuis 1814. Il doit nous être communiqué ; nous en extrairons les documens relatifs à celles qui ont été accordées a la suite des journées lyonnaises de novembre 1831 et nous les offrirons à nos lecteurs auxquels cela fera sans doute plaisir. La vertu et la valeur doivent être honorées.

[1] Louis Couailhac (1810-1885), auteur probable de La Révolte de Lyon ou la Fille du prolétaire, roman populaire qui reprendra en partie cette série publiée dans L’Écho de la Fabrique (numéros du 14, 21, 28 avril et 5 mai 1833). Le thème de la prostitution des femmes et filles de canut, comme celui de la « cage », sert alors de témoin aux atteintes portées à la dignité des travailleurs. Chastaing va en faire peu de temps plus tard le thème de l’un de ses tableaux notant, par exemple, « le bonheur n’est pas pour la fille du prolétaire » (numéro du 12 mai 1833). Mais, probablement en raison du statut particulier des travailleuses au sein de la Fabrique de Lyon (voir ici Laura Strumingher, Women and the Making of the Working Class: Lyon 1830-1870, Saint Alban, Eden Press Women’s Publications, 1979), la question de l’émancipation féminine va prendre un relief particulier dans les pages de L’Écho de la Fabrique au cours de l’année 1833. Jullien va rapidement l’associer au progrès général de la société industrielle : « il est dans la nature des choses que la condition des femmes agisse incessamment sur la civilisation, et que la civilisation à son tour réagisse sur elle » (numéro du 24 juin 1833), alors qu’un extrait de la Revue Encyclopédique, reproduit dans L’Écho de la Fabrique du 14 juillet 1833, reviendra longuement sur la dépendance qu’organisent pour les femmes et les filles les articles sur le mariage et la famille dans le code de 1804. Enfin, au tournant des années 1833-1834, le journal des canuts répercutera les efforts réalisés par Eugénie Niboyet dans Le Conseiller des femmes. Cette note est extraite du site L’Echo de la Fabrique. C’est à l’occasion d’un colloque sur ce journal, qui eut lieu en septembre 2007, que j’avais eu l’occasion de me pencher sur Le Canut. Les actes du colloque seront publiés aux presses de l’ENS-LSH.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.