Louis Devance, Famille et socialisme vers 1830

Une thèse importante est celle de Louis Devance, La question de la famille — origines, évolution, devenir — dans la pensée socialiste en France de Fourier à Proudhon. Essai de contribution à l’histoire des idées morales et de l’anthropologie dans les deux premiers tiers du XIXème siècle, thèse de 3ème cycle, Université de Dijon, 1973, ex. dactylo, 490 p. Difficile d’accès puisqu’elle ne circule plus, en voici quelques pages en trois fichiers pdf.[1]

Il s’agit des trois parties du chapitre XI, intitulé “De 1848 à la fin des années 1860 : la réduction des dissonances”. Les trois parties avec leur sommaire sont les suivantes, de A à C :

A. La seconde République : progrès du féminisme et respect de la famille

1. Renforcement du féminisme. Son évolution vers l’autonomie. “La voix des femmes” et “L’Opinion des femmes”.

2. L’itinéraire de Pauline Roland

B. Opinions des hommes

1. Le renforcement du féminisme

2. Le traditionalisme des idées de Lamennais sur la famille

3. Un juste milieu quarante-huitard : la destruction des abus de la famille actuelle selon le montagnard GREPPO

4. Les réfractaires fouriéristes et communistes en 1849

C. L’épilogue du second Empire.

1. Nouveaux ralliements fouriéristes

2. Les droits de la mère selon Emile de Girardin. Réfutation par COLINS

3. Un féminisme autonome et antiproudhonien

4. Les ouvriers français de la Première Internationale et leurs thèses sur la famille

5. Et s’il n’en reste qu’un… Jules Gay et le “socialisme rationnel”


[1] Merci à Pascal Allais qui a eu la gentillesse d’effectuer la numérisation de ces documents.


3 réflexions sur « Louis Devance, Famille et socialisme vers 1830 »

  1. Bonjour,
    Une autre thèse importante, toujours issue du milieu de la recherche juridique (elle existe !), vient de paraître. Il s’agit de l’ouvrage de Frédérique Niboyet, L’ordre public matrimonial, Paris, LGDJ, 2008. Citons quelques lignes du résumé proposé par l’auteur(e) dans le n° 30 de Droit et justice :
    “A un ordre public marital et familial est venu se substituer un nouvel ordre public matrimonial qui intègre l’égalité entre époux et est recentré sur les droits de la personne. Le droit international privé sert ici de révélateur des valeurs de l’ordre public. Ainsi les évolutions récentes de la jurisprudence en matière de répudiation montrent bien que l’ordre public continue de s’intéresser au mariage mais s’est modifié dans son contenu pour intégrer l’égalité des sexes. La dynamique de l’égalité entre époux a permis une valorisation des droits de la personne, notamment sous l’impulsion de la Cour européenne des droits de l’homme.
    De fils en aiguille, et dans un contexte de “droits à”, le souci de défendre le groupe conjugal devient cependant toujours plus subsidiaire, tandis que se développent des formes alternatives de conjugalité que sont le pacs et le concubinage. Dans sa dimension collective, l’ordre public familial existe encore mais il se déplace de la sphère conjugale vers la sphère parentale. Le mariage tombe de plus en plus dans la sphère privée, car on tend à le dissocier de la filiation et de la famille” etc.

    La thèse semble contenir des propos historiques (elle ne pouvait pas faire l’économie de la philosophie de Code de 1804). Malgré une terminologie qui me semble flottante dans le résumé (mais le propre des résumés est de trop simplifier ce qui est par nature complexe) la thèse me paraît importante et ne manquera pas d’interroger l’auteur(e) du présent site. Les droits de la personne ! Cela peut laisser songeur, non ?

  2. Merci de cette mention bibliographique, toujours très utile lorsqu’il s’agit de faire connaître des travaux récents dont les bibliographiques manquent encore trop, surtout pour ce qui concerne les thèses.
    Sur le fond, je serais curieuse d’en savoir plus (à quand une fiche de lecture sur cette thèse ? :-)), notamment sur cette idée que le mariage “tomberait” dans la sphère privée. Il me semble que la loi de 2005 qui élève l’âge de la majorité matrimoniale en vue de mettre un frein aux “mariages arrangés”, ainsi que la dernière et très médiatique annulation de mariage, pourraient laisser penser le contraire ; enfin, toujours dans cet ordre d’idée, le pacs est bien une manière d’élargir le lien matrimonial en le diversifiant : son attractivité pour les couples de même sexe n’en fait-il pas une question qui est plus que jamais d’ordre public ?
    Bref, autant de questions qui montrent combien est stratégique cette question d’un ordre matrimonial, et par là, l’intérêt d’avoir fait connaître l’existence de cette thèse.
    Encore merci.
    AV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.