Citoyen, citoyenne : une “conversation” en 1796

« Aux Auteurs du Journal », par les citoyens Roederer et Corancez, juin 1796[1]

“Quelqu’un à qui je faisais hier cette observation [sur l’usage parodique, dans une pièce de théâtre, du terme de Monsieur pour dire citoyen] me répondit qu’il était revenu fort à la mode de remplacer le titre de citoyen par celui de monsieur. Je répliquai que dans les lieux publics, et au théâtre, les hommes du public doivent se conformer, non à la mode, qui est la fantaisie de quelques uns, mais aux moeurs et aux lois qui sont la volonté de tous.

Notre conversation avait lieu dans un café, et mon adversaire venait de lire le Journal de Paris. Voyez, me dit-il, ce journaliste, qui dans sa lettre à une femme lui dit : Madame et non pas citoyenne. Ceci, répartis-je, est autre chose. Les citoyens, dans la république française, sont les membres de l’état. Etre membre de l’état, c’est avoir un droit politique. Le titre de citoyen est donc un titre politique. Mais une femme n’est que membre de la famille. Elle n’a aucun droit politique dans l’état. Elle ne doit donc porter aucun titre politique.

A Rome on disait les citoyens romains, et les dames romaines, matronae.

Ce n’est pas parce que les femmes sont au-dessous des hommes qu’elles doivent avoir un autre titre ; c’est parce qu’elles sont au-dessus. Dame veut dire maîtresse, dominatrice. Le mot vient de la même origine que domaine. Nous sommes le domaine des femmes.

Mais autrefois ne disait-on pas le président et la présidente ; le comte et la comtesse ? — Oui, mais on ne disait pas mon médecin et ma médecine, mon avocat et mon avocate. Et pourquoi la différence ? C’est qu’autrefois les emplois publics s’obtenaient toujours par faveur ou par argent, c’était madame qui les obtenait, point monsieur, madame en était aussi capable que monsieur, et souvent les exerçait au moins par moitié avec monsieur. Mais dans les professions où il fallait payer de sa personne, comme celles de jurisconsulte et de médecin, le titre du mari ne passait point à la femme. Or, le devoir de citoyen, est de ceux pour lesquels il faut payer de sa personne.

Mais on disait autrefois le roi et la reine. — Abus, qui donna lieu à mettre en principe qu’il n’y avait qu’une majesté en France, de sorte que le Parlement refusa toujours le titre de majesté aux reines.

Ici un plaisant se mêla de la conversation : Parbleu, dit-il, en s’adressant à mon interlocuteur, que nous parlez-vous encore de citoyennes ? Les plus zélés républicains n’ont-ils pas réhabilité le madame, quand ils ont applaudi à Notre-Dame-des-Victoires et à Notre-Dame-de-Bon-Secours. Eh morbleu ! soyez citoyens et laissez-nous nos dames. »


[1] Journal de Paris, par les citoyens Roederer et Corancez, 11 messidor an IVème de la République française, une et indivisible (mercredi 19 juin 1796).



Citer ce billet
Anne (2008, 7 octobre). Citoyen, citoyenne : une “conversation” en 1796. Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/powp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.