1793 : Roederer répond à Condorcet

Roederer, extrait de son “Troisième discours sur l’organisation sociale”, lu au lycée le 10 février 1793 (l’an II de la république française). Suite des éléments physiques de la société », in Œuvres du comte P.-L. Roederer, pair de France, membre de l’Institut, etc. etc. etc., publiées par son fils le baron A. M. Roederer, ancien pair de France, tant sur les manuscrits inédits de l’auteur que sur les éditions partielles de ceux de ses ouvrages qui ont déjà été publiés avec les corrections et les changements qu’il y a faits postérieurement, Paris, Firmin Didot Frères, 1853-1859, vol. 8, p. 160 et suiv.

« Si elles se faisaient représenter dans toutes les affaires par des députés de leur sexe, il y aurait un grand nombre de cas où elles auraient un intérêt commun avec leurs maris ; et il résulterait de leur suffrage, qui très généralement serait le même que celui de leurs maris, que les hommes mariés auraient dans la société un avantage trop considérable sur ceux qui ne le seraient pas.

Si elles se faisaient représenter dans toutes les affaires par des députés de notre sexe, alors elles se réuniraient encore pour la plupart en faveur de leurs maris ; et dès lors les hommes mariés auraient l’avantage d’être élus plus probablement et en plus grand nombre que les non mariés.

Dans les affaires communes, il y aurait encore à craindre le danger des distractions ou de la séduction, effet nécessaire de cet invincible charme qui porte toujours un sexe vers l’autre, et de cette prière muette qu’ils se font sans cesse pour le plus doux, le plus intime des besoins.

Leur représentation se réduira-t-elle aux affaires où elles ont intérêt, alors elles ne pourront députer des personnes du sexe avec lequel elles seraient en guerre, ou du moins elles ne pourront en attendre une véritable protection. Si elles députent des personnes de leur sexe, alors il faudra que le nombre de ces députés soit égal à celui des hommes ; s’il était inférieur, leurs droits seraient illusoires ; s’il était supérieur, le droit des hommes serait illusoire ; mais, s’il est égal, qui départagera dans l’opposition ? qui videra la querelle ? je ne vois dans l’assemblée que des parties adverses qui sont aux prises ; je ne vois point de juges.

Ces dernières réflexions répondent à tout ce qu’on pourrait dire en faveur des femmes veuves ou des filles majeures, quand elles ne seraient pas une exception à la condition générale des femmes, et une exception trop bornée pour entrer en compte.

Ainsi, quand le perfectionnement des sociétés par la liberté ne garantirait pas les femmes de tout danger, il ne leur resterait cependant d’autre ressource que celle de se confier aux hommes comme dans l’état de nature ; de s’y confier comme leurs enfants se confient en elles ; de se reposer sur ces lois de la nature, qui ne sont pas toujours toutes puissantes au milieu du désordre de nos sociétés, mais qui le sont souvent, et ont toujours un organe dans la conscience d’un grand nombre d’hommes. J’observe, en finissant, que ma doctrine n’exclut pas les femmes de l’éligibilité à l’éducation publique ; 2° à l’administration et service des hôpitaux : ce sont là des soins essentiellement domestiques ; 3° du tribunal de famille. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.