le citoyen père de famille selon F. de Neufchâteau, 1799

Paris, le 21 Germinal an 7 de la République française, une et indivisible

Le MINISTRE DE L’INTÉRIEUR,

Aux Administrations centrales et municipales.

Citoyens administrateurs, je continue à parcourir avec vous la série philosophique et touchante de nos Fêtes nationales. Ce sujet a pour moi un attrait spécial ; et si je pouvais parvenir à bien rendre ce que je sens, je vous transmettrais des instructions dignes de ces lois imposantes et de ces sages arrêtés que je dois vous développer ; mais quoique je demeure fort au-dessous de l’idée que je m’en fais, je dois prouver mon zèle en excitant le vôtre ; et ce devoir de ma place, d’accord avec le penchant de mon cœur, ne souffre ni retard, ni excuse.

Dans le système moral des Fêtes, celle des Epoux succède à celle de l’Adolescence ; et par ce rapprochement, le Législateur indique à une jeunesse trop souvent égarée par de faux et stériles plaisirs, les sources de la véritable volupté, dans ce lien sacré qui donne du corps à l’amour en le fondant sur la vertu.

Lorsque la corruption semble universelle, lorsque abjurant l’aimable pudeur, la pudeur, cette parure de l’innocence naïve, ce charme plus puissant que la beauté même, et plus séduisant encore que la grâce, une foule abusée cherche dans les plus frivoles illusions, ou dans les égarements les plus coupables, le fantôme (1) d’un bonheur toujours fugitif, suivi des dégoûts et des remords, et dans lequel on ne rencontre trop souvent que le mépris public et que sa ruine particulière ; il est beau d’opposer aux tableaux de la dépravation, celui de la simplicité des vertus domestiques, de cette félicité sans trouble que le sentiment embellit, que la raison confirme, où tous les devoirs ennoblissent et épurent les plaisirs, où les plaisirs tempèrent l’austérité des devoirs les plus saints, et où l’état le plus heureux de la vie se trouve sous la sauvegarde des bonnes mœurs.

La société doit particulièrement honorer cette institution à laquelle elle doit sa force, son lustre, et peut-être son origine ; cette institution dont elle a fixé ensuite les bases, d’accord avec la nature, qui, après avoir conduit l’être sensible, par l’attrait du plaisir, à former ces liens, l’y retient par les charmes de l’habitude et de la reconnaissance, par les soins communs et délicieux que l’éducation physique et morale des enfants impose au père et à la mère, dont l’amour, dirigé vers ces nouveaux objets, semble passer pour lors à un autre bonheur.

La morale vengée et consolée sourit à ces tableaux. Le mariage, cette union sainte et légitime, en étendant et en resserrant les nœuds des familles, assure leur repos et leur honneur : elle arrête l’homme sur la pente des vices, et met un frein à la dissolution des mœurs ; elle crée à l’être frivole ou corrompu, de nouveaux sentiments et des vertus qu’il ne soupçonnait pas encore. Oui, l’homme est un citoyen plus digne et plus recommandable, du moment où il acquiert le titre de père de famille ; il sent alors, par les nouveaux soins qui lui sont imposés, les obligations qu’il a contractées envers la grande famille dont il fait partie : il ne vit plus pour lui seul ; il a le besoin du bonheur des autres ; et sa sensibilité, éveillée, s’étend de ses enfants à ses semblables, et de sa famille à la société. Alors l’objet de ses affections, sa compagne, ajoute au charme fugitif et périssable de la beauté, celui des vertus qui ne s’efface jamais, le seul dont le temps ne puisse flétrir l’éclat ; et c’est ainsi qu’elle (2) s’assure un nouvel empire, et qu’elle attache au cœur même de son époux, la chaîne dont leurs enfants viennent resserrer les nœuds en les couvrant de fleurs.

Tels sont les rapports moraux qu’il convient d’indiquer dans les discours, et de développer par des emblèmes et des allégories.

Il est un rapport politique non moins important : ces principes de vertus modestes et intérieures, d’ordre, de décence, d’économie, etc…, se lient essentiellement à ceux du Gouvernement républicain. De là ces honneurs, ces privilèges, ces distinctions, accordés par les anciens législateurs à la sainteté des mariages. De là, la censure du célibat, ce fruit de l’égoïsme et du libertinage, qui corrompt la société et l’appauvrit en même temps, qui était puni chez les Grecs, et qui, chez les Romains, ne commença de prévaloir qu’à la fin de la République. De là, la législation motivée du divorce, remède nécessaire, dont l’existence prévient celle du mal qu’il doit guérir, au sujet de quoi Montaigne a si bien dit : Jamais les mariages ne furent chose plus sainte et plus sacrée, que lorsqu’il y eut facilité de les rompre. De là, les peines infligées à l’adultère, considéré comme portant le trouble et le désordre au sein des familles et dans l’état des Citoyens, et peut-être, après l’homicide, le plus punissable des crimes, puisqu’il est à la fois le plus cruel de tous les vols et le plus sanglant des outrages.

Si l’institution du mariage fut honorée et protégée par toutes les législations, elle doit l’être particulièrement par la nôtre. Non seulement cette institution se rapporte à ses principes ; non seulement le mariage est une des conditions que notre loi fondamentale exige de la part des citoyens élus pour s’asseoir au Conseil des Anciens ; mais seul il doit former cette génération forte et pure qui conservera et qui honorera la Constitution républicaine.

C’est par l’éducation que les pères disposeront des brillantes destinées de leurs enfants, et par suite de celles de l’Etat. Heureux celui à qui l’on pourra adresser ces paroles : Citoyen la société te sait gré, elle te félicite d’avoir donné à la patrie un (2bis) citoyen, un homme préparé aux travaux de l’agriculture et des arts, et également propre à défendre la République dans les tourmentes de la guerre, et à embellir par ses mœurs les douceurs de la paix (*[1]).

Voilà une partie des idées et des espérances, des images et des leçons que la loi a voulu rappeler aux Républicains, lorsqu’elle a ordonné qu’on célébrât, le 10 floréal, la Fête des Epoux.

L’arrêté du Directoire exécutif, du 27 Germinal an 4 (bulletin 40, n° 326), vous indique les principales dispositions de l’ordonnance de cette fête.

Distinguer les personnes mariées qui, par quelque action louable, auront mérité de servir d’exemple à leurs concitoyens, ou qui, déjà chargées de famille, ont adopté un ou plusieurs orphelins ; inviter à la Fête les jeunes époux unis pendant le mois précédent et pendant la première décade de floréal ; y donner des places d’honneur aux vieillards accompagnés de leurs enfants et petits-enfants, etc. ; tels sont les principales dispositions de cet arrêté.

Vous les étendrez par tous les moyens que votre zèle éclairé pourra vous suggérer, ou qui naissent des considérations que je viens de vous développer.

Placez avec honneur le buste du précepteur d’Emile au milieu d’un groupe de mères et d’enfants ; rendez honneur aux mères qui nourrissent, aux pères qui sont instituteurs.

Rappelez la mémoire, et présentez, s’il est possible, les images de Cornélie, mère des Gracques ; de Porcie, d’Arrie, d’Eponine, etc.

Répétez, célébrez les traits touchants de tendresse conjugale que l’histoire nous a conservés.

Ne vous bornez pas à honorer l’héroïsme, le dévouement, le courage, les vertus brillantes ; payez aussi un juste tribut aux vertus obscures, à l’économie, à la tempérance, aux vertus douces (4) et modestes, à la décence, à la pudeur, à la foi dans les engagements, etc.

Couronnez les parents dans leurs enfants, en accordant quelque distinction à ceux dont les fils se sont illustrés dans la carrière du patriotisme, des lettres et des arts ; à ceux dont les enfants ont volé à la défense de la patrie et dont le sang a coulé, ou qui se sont honorés par des actions héroïques et généreuses ; à ceux aussi dont les filles sont distinguées par leurs vertus.

Invitez les Directeurs de spectacle à donner, pendant ce jour, des pièces morales, telles que le Père de famille, le Préjugé à la mode, le Bourru bienfaisant, etc.

Vouez au mépris, à l’animadversion publique, les mauvaises mœurs, la séduction, la débauche, l’oubli des devoirs, tous ces vices nés dans la corruption de la monarchie, et que la morale républicaine doit proscrire et faire disparaître. Que cette Fête prenne le caractère auguste et touchant qui lui convient. Elle rappelle à la fois les images les plus douces et les plus imposantes, l’amour pur et ses ineffables jouissances, la tendresse maternelle, le bonheur et les soins de la paternité, les égards réciproques ; le partage du plaisir et des peines, qui centuple les premiers et atténue les derniers ; les principes de l’éducation des enfants ; enfin tous les devoirs de père et de mère de famille.

Que les emblèmes, les chants, les discours, rendent ces grandes vérités sensibles à tous les esprits et chères à tous les cœurs.

Le mariage a trois objets ; le bonheur des époux, l’éducation des enfants, la conservation de la société : sachez le faire envisager sous ce triple rapport.

Orateurs citoyens, vous ne serez point dans le cas de ces rhéteurs du fanatisme, qui, s’étant voués par état à un célibat corrupteur, n’étaient pas dignes de parler de l’amour conjugal. Vous trouverez dans vos cœurs mêmes la source pure et abondante des sentiments qu’inspire la Fête de l’Hymen, et des paroles les plus propres à les faire goûter. (5)

Si vous aviez besoin d’un texte, ouvrez les Essais de Montaigne ; et dans son style plein de grâce, de vérité et d’énergie, voyez ce qu’il a si bien dit pour relever le mariage : Il a pour sa part, l’utilité, la justice, l’honneur et la constance ; c’est une douce société de vie, pleine de fiance et d’un nombre infini de bons, de solides offices et obligations mutuelles. A le bien façonner, il n’est point de meilleure pièce dans la société. Aucune femme qui en savoure le goût, ne voudrait tenir lieu de maîtresse à son mari.

Le chapitre 7 de l’Economique de Xénophon (1[2]) pourrait aussi servir de texte aux discours à prononcer dans la Fête des Epoux : les modernes n’ont rien dit de mieux raisonné ni de plus persuasif ; mais ils ont démontré par des calculs exacts, que l’on vit plus longtemps dans l’état du mariage que dans le célibat. Confirmez par ce fait le vœu de la nature.

Présentez surtout le tableau touchant des soins consolateurs que les époux se doivent, qu’ils donnent à leurs enfants, et que leurs enfants leur rendront un jour.

L’arbre aux rameaux étendus que la vigne enlace, dont l’ombrage tutélaire dispense la fraîcheur sur de jeunes et tendres plantes qui croissent, s’élèvent et couronnent de fleurs ses branches chargées de fruits délicieux : telle est l’image des bienfaits du lien conjugal.

En rendant un juste hommage au sexe qui donne, charme et console la vie, n’oubliez pas ce mot d’un homme éloquent et vertueux : sans les femmes, les deux extrémités de la vie seraient sans secours, et le milieu sans plaisirs (2[3]). (6)

Ramenez les femmes, par les exemples mêmes qu’elles ont donnés, aux vertus simples et modestes : présentez la peinture effrayante des malheurs publics et particuliers qu’entraînent la dissolution des moeurs et l’oubli de la foi des engagements.

Livrez au mépris ceux qui font de cet état, d’où dépend le bonheur de la vie entière, un vil trafic d’intérêt et qui mettent un calcul à la place d’un sentiment.

Rendez enfin à cette institution la dignité qu’elle n’obtient que dans les Républiques : vengez-là des insultes que lui fit la légèreté française sous la monarchie, où l’on répandait sur les objets les plus respectables, le vernis d’une coupable frivolité.

Puissent les peintures sentimentales ramener aux routes de la vertu ceux qui sont assez malheureux pour s’en écarter ! puisse l’image du bonheur des époux, augmenter celui dont ils jouissent, leur apprendre à le mieux sentir, leur rendre leurs devoirs plus présents et plus chers, les diriger dans l’éducation de leurs enfants, et enfin créer une classe nouvelle d’hommes sensibles, de pères et de mères de famille respectbles et de citoyens éprouvés, qui, par l’exercice des vertus particulières, se préparent à exercer un jour toutes les vertus publiques !

Tels sont, citoyens administrateurs, les vœux qu eje vous confie, et que vous aiderez à réaliser.

Je compte sur le soin que vous prendrez pour embellir la Fête des Epoux ; mais avant de finir ma lettre, je crois devoir vous indiquer et vous recommander un détail précieux, qui peut rendre tout à la fois cette cérémonie plus touchante et plus utile. Ce serait, Citoyens, de ne pas oublier, dans ces jours d’allégresse, qu’il est des êtres malheureux, souffrants et délaissés. Ah ! sans doute il est digne du bon esprit républicain de les faire participer, par un moyen quelconque, à nos fêtes nationales.

Oui, ce sont les jours de ces fêtes que vous devez choisir pour faire voir à la jeunesse, pour visiter vous-mêmes les asiles de la misère, et les prisons, et les hospices, surtout ceux où l’on (7) recueille ces enfants infortunés, victimes ou de la mort, ou de l’indigence, ou de la barbarie des auteurs de leurs jours. Est-il dans la nature des êtres plus à plaindre ? Rien ne peut dans le monde suppléer aux effets de l’amour maternel, et ils en sont privés. Ils sont perdus dans ces hospices, où il est impossible de pourvoir convenablement et à leur nourriture et à leur éducation. Que cette idée est déchirante ! que ce spectacle est douloureux ! Qu’il serait beau de parvenir à donner à chacune de ces tristes victimes, des parents et une famille qui soigneraient leur existence, et les attacheraient à la société par le don d’un état et la double culture des talents et des mœurs ! L’adoption, heureusement permise par nos lois, présente, à cet égard, à tous les citoyens, un moyen bien facile de suppléer à l’impuissance de la bienfaisance publique, par les actes divins d’une bienfaisance privée. Emparez-vous de cette idée, citoyens Administrateurs : excitez, provoquez, appelez à grands cris sur ces pauvres enfants la sensibilité de vos concitoyens. Non, non ; ils ne seront point sourds à la voix de l’humanité : il s’en trouvera, je l’espère, et dans tous les cantons, il s’en trouvera, dis-je, qui se chargeront de quelqu’une de ces infortunées et innocentes créatures. Que ces adoptions orneront solennellement la Fête des Epoux ! Quel plus délicieux spectacle peut s’offrir aux yeux du grand peuple ! il fera tressaillir les entrailles de tous les pères et les cœurs de toutes les mères ; il intéressera et la pitié de la jeunesse et la raison de l’âge mûr ; enfin, il donnera à nos fêtes nationales le véritable caractère que le législateur voulut leur imprimer, puisqu’il en fera le théâtre d’une bienfaisance éclairée, le triomphe de la nature et le règne de la vertu. »

Salut et Fraternité,

Signé François (de Neufchâteau)


[1] C’est à peu près le sens des fameux vers de Juvenal : Gratum est quod patriae civem populoque dedisti, etc.

[2] Cicéron traduisit l’Economique de Xénophon : on trouve dans Columelle plusieurs fragments de cette traduction, et entre autres une assez grande partie, ch. 7, sur le mariage. Il commence ainsi : maritale conjugium sic comparatum est à naturâ, ut non solum jucundissima, verumetiam utilissima vitae societas iniretur, etc. On pourra consulter aussi l’Esprit des lois, t. III, ch. 2ème et suivants.

[3] Thomas.



Citer ce billet
Anne (2008, 7 octobre). le citoyen père de famille selon F. de Neufchâteau, 1799. Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/powq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.