Pierre Villaume, La société paternelle et la société conjugale, 1786

J’avais parlé, précédemment, de cet ouvrage découvert grâce à J. Meyer (cf. “post” Dissertations sur l’autorité paternelle, 1788 (bis).). Quelques éléments bio/bibliographiques se trouvent sur cet “article“.

Pierre Villaume, Histoire de l’homme, 1786.

L’ouvrage a paru d’abord en 1784, puis il a été réédité deux fois, en 1786 et 1792.

Numérisé par BooksGoogle, consultable à la bnf, je ne résiste pas au plaisir de vous en livrer quelques passages.

Section VII : Société paternelle.

” (…) Les pères aiment beaucoup leurs enfants, et les mères les aiment encore davantage. Cependant les enfants, bien loin d’être de quelqu’utilité aux parents, leur donnent beaucoup de peines et d’inquiétudes, surtout aux mères. Les cris des enfants les inquiètent, la moindre maladie qui attaque ces enfants les angoisse, les met en allarmes ; leurs maux les affligent ; et souvent ces petites créatures chagrinent leurs parents par leur désobéissance, leurs caprices, leurs folies.” (…) [Comme c’est l’éducation qui nous distingue des animaux], “Cette culture demande une entière obéissance de la part des enfants, car il est impossible d’instruire celui qui ne veut pas écouter, et de former celui qui ne veut pas faire ce qu’on lui ordonne. Voilà pourquoi les enfants naissent faibles et flexibles : flexibles, pour pouvoir se prêter à tout ; et faibles, afin que les parents puissent les contraindre sans peine à l’obéissance.” (304) (…)

[Comme l’éducation est un ouvrage qui demande un long temps], “… les pères et les mères ont toujours beaucoup d’autorité sur leurs enfants. Chez les Grecs, il dépendait du père d’élever ses enfants, ou de les faire mourir. Il pouvait les punir de mort, quand ils manquaient à leur devoir. Chez nous les pères n’ont pas ce droit, mais ils peuvent disposer de leurs enfants à leur gré, les conduire, les punir comme ils veulent. Le magistrat leur prête son secours, s’ils le demandent : le fils rebelle est mis en prison sans examen, sur la seule réquisition du père. Chez les anciens Germains, les fils n’osaient ni manger ni boire, ni se montrer au public avec leurs pères, jusqu’à ce qu’ils eussent le droit de porter les armes. Quand les fils sont élevés, c’est à dire quand ils sont hommes, l’autorité du père sur eux cesse, et la reconnaissance, l’amour et le respect prennent chez eux la place de (305) l’obéissance. Les filles demeurent sous tutelle, jusqu’à ce qu’elles se marient.”

Section VIII : Société conjugale.

“Quand les jeunes gens deviennent grands, ils se marient. Cependant ils ne le font pas tous. Il s’en trouve un grand nombre des deux sexes qui refusent de se marier, les uns par piété, parce qu’ils croient ainsi se rendre plus agréables à Dieu ; les autres par paresse, pour n’avoir pas une grande famille à entretenir ; ou par libertinage, afin qu’une femme ne les gène pas ; d’autres ne peuvent pas se marier avec la personne qu’ils voudraient, ils ne trouvent pas un parti à leur gré. Il y en a que personne ne veut épouser.

Ce sont les jeunes hommes qui choisissent, et qui demandent en mariage ; les jeunes filles n’ont d’autre parti à prendre, que d’attendre qu’on leur demande. Les filles qui désirent de se marier, et qui s’empressent trop, sont en grand danger d’être méprisées. On demande d’une fille qu’elle soit réservée. D’un autre côté, il y a des filles trop difficiles et trop délicates qui demandent trop d’un homme. Ce défaut peut aisément venir des flatteries des jeunes hommes ; qui croyent les filles assez vaines et assez imbécilles pour se laisser prendre à des (308) flaterries outrées. Ces flatteurs ne sont pas ordinairement des gens qui pensent à un attachement sérieux ; ils ne cherchent que l’amusement ; c’est pourquoi ils tiennent à toutes le même langage. Une fille éblouie par ces louanges, croit pouvoir prétendre à tout, et les partis qui s’offrent ne sont jamais assez bons pour elle. Elle les refuse donc, elle vieillit, ses espérances s’évanouissent ; alors elle saisit la première occasion, de peur de ne rien trouver, et accepte quelque misérable ; ou bien elle demeure fille toute sa vie.

Un homme avait chez lui une fort jolie parente. Quelques jeunes gentilshommes avaient les entrées libres dans la maison, et voyaient souvent cette personne ; ils ne manquaient pas de lui faire hautement l’éloge de sa beauté. Un pasteur, qui avait une fort bonne cure, la demanda en mariage ; elle penchait fort à l’accepter. Mais les jeunes officiers lui dirent et lui répétèrent, que c’était dommage, qu’une fille comme elle était trop bonne pour un pasteur, et pour se séquestrer à la campagne. La pauvre la crut, (sic), s’attendant sans doute, à devenir un jour une Dame d’importance. L’affaire fit du bruit ; et personne ne la rechercha depuis ; ceux qui l’avaient flattée ne pensaient pas à elle, et la pauvre fille finit par perdre l’esprit de regret. (309)

Les filles qui vieillissent, n’obtiennent jamais la considération, qu’on accorde partout à une mère de famille ; et quand on sait qu’elle est cause de son célibat, on s’en moque ; elle passe d’ailleurs la plus grande partie de sa vie sous tutelle, et dans la gêne.

Les jeunes hommes règlent leur choix sur des vues bien différentes. Les uns se laissent séduire à la beauté, à une danse agréable, à une belle voix, ou à tel autre avantage. Cela n’arrive guère que dans la première jeunesse, et il y en a beaucoup qui s’en repentent. Après les premiers mois, ils sont tout accoutumés aux attraits de leurs femmes : et comme ils trouvent ensuite des défauts qui les chagrinent, le caprice, l’entêtement, la légèreté, la vanité, la coquetterie ; ils se repentent de leur mauvais choix.

Un grand nombre ne cherche que la fortune. Une fille riche a pour eux toutes les qualités. Ce n’est pas la personne, c’est l’argent qu’il leur faut. Il y a des jeunes gens qui se voient à peine, et qui ne se connaissent point du tout avant le mariage. Le jeune homme donne commission à un courtier de mariages, celui-ci fait à peu près ce qu’il faut à un tel ; c’est à dire l’âge, la condition et l’argent que veut l’épouseur ; il a une liste, la plus exacte qu’il peut, des filles à marier et de leur bien. Il fait des proopositions. Les futurs se (310) voient une fois par son entremise dans une maison tierce. On se regarde, et voilà qui est fait. IL y avait des peuples dans l’antiquité, qui ne donnaient point de dot à leurs filles. Les Nègres et les Lapons reçoivent des présents de leurs gendres futurs, au lieu d’en donner. Ces filles savent au moins, qu’on les demande pour leur personne. C’est ce que nos filles riches ne peuvent savoir. Car celui qui aime la bourse, adresse ses flatteries à la personne. Un homme qui se marie ainsi, ne tarde pas non plus à s’en repentir le plus souvent. Bien des filles riches sont vaines, aiment le luxe, le plaisir, le jeu, et savent épuiser leurs revenus en bagatelles : ou bien elles sont négligentes et ignorantes en économie, n’ayant fait aucun ouvrage dans la maison paternelle, parce que la mère ou les domestiques s’en chargeaient. Certaine fille médiocrement riche, n’avait d’autre occupation que quelques pompons et son clavecin ; jamais elle ne cousait du ligne ordinaire, elle ne voyait pas la cuisine ; sa mère, bonne économe et fort active, ne le permettait pas. Un matin elle entre par hasard dans la cuisine, et voit la servante lever quelque chose de dessus le lait, et le manger. Que faites-vous là, dit la jeune personne ? Il faut bien écumer le lait, répond l’autre, et plutôt que de jeter l’écume au feu, je la mange. La demoiselle se paya de cette raison. Remarquez qu’elle (311) passait les dix-huit ans. D’autres héritières ont grand soin, de faire sentir à leurs maris, les obligations qu’ils leur ont : elles leur font entendre souvent, que le bien vient de leur part, et qu’ainsi le mari n’est point en droit de leur refuser ce qu’elles exigent, ni de contrôler leurs dépenses. Qu’elles prodiguent en parures, au jeu ; on dit au mari, qu’il ne lui en coûte rien. Une telle femme ne s’enferme guère dans son ménage, alléguant qu’elle ne prétend pas être esclave, et qu’elle n’en a pas besoin, vu qu’elle est riche. Ou bien même elle ne permet point à son mari, de se mêler de ses revenus, elle administre elle-même sa recette et sa dépense. Le mari doit fournir aux besoins de sa maison, Madame ne s’en mêle pas ; elle refuse même de payer les dettes, si le mari ne pouvant suffire à tous, s’est vu contraint d’en faire. Il y a aussi des filles riches, qui sont bonnes ; mais il faut du discernement pour les distinguer.

Il y a des hommes, qui n’ont d’autre règle de leur choix que la vanité ; ils recherchent des femmes au-dessus de leur état ; le petit bourgeois ne veut s’allier qu’à de bonnes familles, et le bon bourgeois veut une demoiselle. Il est vrai qu’ils n’y gagnent rien, car la femme n’élève pas le mari, qui reste ce qu’il est, et ne fait qu’abaisser sa femme : ce qui lui en (312) revient est de pouvoir dire Monsieur mon beau père, Messieurs mes Oncles et mes Cousins. Or ces messieurs ne donnent pas leur Demoiselle à un bourgeois, tant qu’ils ont quelque espérance de la mieux placer, c’est-à-dire si Mademoiselle n’est nue, contre-faite, ou stupide : et ils ne regardent jamais le bourgeois que comme un homme fort au dessous d’eux. Il y a aussi des demoiselles raisonnables ; et on a vu des dames de la plus haute naissance, épouser des bourgeois, s’accommoder fort bien à leur nouvel état, et oublier leur grandeur passée. Le cas est rare, et le pas dangereux.

Les filles acceptent par les mêmes raisons que les hommes demandent. Les unes ne veulent que des hommes riches, et les autres des maris titres. Elles ont les mêmes risques à courir que les hommes.” 313 (…) “Les personnes instruites de tout ceci, ont grand soin d’y penser, et de sonder la personne qu’elles veulent éposuer. Elles regardent en premier lieu aux qualités personnelles. Le père de famille examine, si le prétendant est vraiment homme par la raison, la capacité ; s’il est en état de nourrir une famille, et de la conduire ; comme les Groenhandais, qui n’acceptent pour gendre, que celui qui est habile à la pêche du chien marin. On observe encore s’il n’a pas des défauts trop choquants, comme l’emportement, l’avarice, l’injustice, l’ivrognerie, le mensonge, le jeu. Car une fille, quelque bonne et sage qu’elle soit, ne saurait être heureuse, avec un homme qui aurait ces défauts. Un père sage ou une fille prudente ne demandent pas qu’un homme soit sans défauts ; il n’y en a aucun. Le jeune homme de son côté, ou son père plus prudent, regardent si la jeune fille est sage, si elle a une bonne réputation, si elle n’est pas vaine, dépensière, négligente, coquette ; si elle sait travailler, conduire un ménage, si elle n’est pas contredisante, acariâtre, grondeuse, impertinente.

De part et d’autre on prend garde à la santé. Un jeune homme valétudinaire ne peut pas fournir aux besoins d’une maison, et laissera une jeune veuve ; une fille faible ne suffira pas aux tracas du ménage ; ses enfants seront délicats. La personne (314) malade rend la vie triste et pénible à celle qui se porte bien. On fait quelque attention aux défauts corporels trop choquants.

Une certaine convenance de caractère est bien utile. Un homme vif a besoin d’une femme patiente ; une femme légère d’un mari grave ; un homme qui penche à la tristesse, recherche une femme gaie sans excès. Plus il y a d’égalité de condition entre les époux, et plus on peut espérer une union heureuse. L’égalité de bien n’est pas si nécessaire. Un jeune homme riche peut sans risque épouser une pauvre fille, pourvu qu’il se sente la force, le courage, l’habileté nécessaire pour subvenir aux besoins de la maison. Mais un pauvre homme risque toujours, en épousant une fille riche. Les hommes qui épousent des femmes trop au-dessous de leur condition, s’exposent à bien des chagrins. Un bon bourgeois par exemple éposuera sa servante. Celle-ci sort tout à coup de son état, elle ne sait qu’elle mine faire, elle devient impertinente, sans avoir assez d’usage du monde pour cacher son impertinence. Elle joint aux vices grossiers de son premier état, les vices que le changement lui inspire, et n’a les bonnes qualités ni de l’une ni de l’autre condition.

La conformité d’âge est pareillement désirable, pour maintenir l’union des époux. La jeunesse est trop vive, et la (315) vieillesse trop lente et trop froide ; les caractères, les goûts sont trop différents, pour qu’elles s’accordent bien. (…)

Presqu’en tout pays, les lois donnent un grand pouvoir aux parents sur le mariage de leurs enfants ; surtout une fille en dépend entièrement. Il y a des pays, où les parents conviennent entr’eux, et les jeunes mariés se voient pour la première fois, le jour de leurs noces. (316)

Les filles ont coutume de rougir ou de rire, quand on leur parle de mari, elles n’écoutent pas quand on leur donne des avis. On dirait qu’elles ont honte de dire oui, quand on les recherche. Chez les Nègres, les époux sont obligés d’enlever leurs fiancées de la maison paternelle ; et celles-ci font semblant de crier et de se débattre. Il en était de même chez plusieurs anciens peuples. Ces enlèvements réussissent cepenant toujorus. Chez nous la cérémonie d’ôter la couronne à la mariée, est souvent accompagnée de larmes. Quelquefois même la mariée a des angoisses réelles, au moment de recevoir la bénédiction nuptiale. Cela n’est pas étonnant, outre ce que la mode peut y contribuer, les filles entrent la plupart du temps au mariage, sans en connaître les devoirs, les peines, les avantages, ni les précautions qu’il faut prendre. Les mères prudentes ont grand soin d’instruire leurs filles de ces choses.” 317

(…)

[Long passage sur le ralentissement des premières affections, dès le mariage commencé. Aversion, aigreur, tourments suivent bientôt. L’attirance pour un amant ne tarde pas : peut-être la femme a-t-elle trouvé dans son mari “un libertin, un brutal là où elle n’avait vu qu’un homme caressant et flatteur.” 320]

“Dès qu’on est en ménage les besoins augmentent. Un jeune homme a un ménage fort simple ; une fille trouve chez son père ce dont elle a besoin. Mais dès qu’ils sont mariés la maison s’aggrandit ; il faut un ameublement et un logement fortable (sic : confortable ?) ; des domestiques, une table plus régulière ; un voit des amis, il faut recevoir chez soi. Une femme cause bien des dépenses. Viennent les enfants, nouveaux soins, augmentation du domestique ; ces besoins vont toujours en croissant à mesure que la famille grossit, et que les enfants grandissent. Nos artisans, nos laboureurs n’ont pas tant d’embarras. Les Nègres, les Tartares, les Américains bien moins encore. Les époux sont très souvent de différent avis. La femme est ordinairement craintive, et le mari a plus de courage ; celui-ci forme des entreprises, que celle-là croit téméraires et impossibles. La femme est plus sensible, elle ne sait pas faire des actes de vigueur, elle s’oppose même souvent à ceux que le mari se croit obligé de faire. Or il est impossible que tous deux aient leur volotné. On est donc convenu par tout pays, et de tout temps, que dans ces cas la femme cèderait au mari. Plusieurs (321) raisons appuient cet usage. Les hommes ne sont pas si souples que les femmes ; ils en coûterait bien plus de peine pour les conduire ; les révoltes et les plaintes seraient fréquentes. L’homme a beaucoup plus de force que la femme, et chez le peuple, chez les nations sauvages et grossières, les hommes usent souvent de cette force pour maltraiter leurs femmes ; et si l’usage donnait l’autorité à ces dernières, il serait fort à craindre que celui qui devrait obéir, ne forçât celle qui doit commander.Bien des femmes prétendent être lésées par cet usage, et refusent de s’y soumettre ; il y en a telle, à qui il suffit que son mari ait quelque volonté, pour qu’elle s’obstine au contraire. Ces femmes vivent dans une désunion perpétuelle avec leurs maris, à moins qu’elles n’aient un homme, qui aime son repos, et qui craigne le bruit. Un tel mari souffre assez patiemment l’obstination et les caprices de sa femme ; mais il ne l’aime pas, il tâche de l’éviter, il fuit sa maison, qui lui est désagréable. Les enfants voient le mauvais exemple des parents, et ne respectent ni le père ni la mère ; les domestiques qui craignent moins les maîtresses, méprisent ici le maître, et sont insolents. Le mari néglige son travail, cherche dehors de l’amusement, et fait des dépenses. On le raille et on méprise sa femme. (322)

Les hommes qui ont le sang vif, ne souffrent pas ces contradictions : on se haït, on se traverse, on en vient à de fâcheuses extrémités, on s’é”vite, on se boude, on se sépare : chez le peuple on se bat. La maison tombe en décadence.

Aussi les femmes prudentes évitent-elles soigneusement ces contradictions ; elles cèdent, et le font avec plaisir, quand elles ont un mari respectable par son sens et sa conduite. Même lorsque leurs maris se trompent visiblement, elles ne heurtent pas de front leurs volontés, elles attendent un moment favorable, font des représentations, et réussissent ordinairement à ramener leurs maris à leur volonté.

Une femme prudente peut corriger un mari de vices considérables, comme de l’ivrognerie, de la négligence des affaires, de l’abandon de sa maison, de son goût pour le plaisir, de ses prodigalités, de ses brusqueries. Elle gagne son autorité par sa douceur et sa complaisance, elle lui rend sa personne et sa maison agréable ; elle le retient avec de l’adresse et de la patience, sans qu’il s’en aperçoive. On raconte qu’un homme qui avait le vin mauvais, et à qui il arrivait souvent d’en boire, brisait dans son ivresse tout ce qui lui tombait sous la main. La femme s’en affligeait, mais elle ne disait mot. Un soir qu’il recommençait ce train ruineux, elle prit (323) sans affecter aucune colère un miroir, puis une porcelaine, et les mit en pièces. Le mari la regarde : que faites-vous là ? Je vois, mon cher, que ces choses vous importunent, je vous aide à vous en débarrasser. Le mari confus n’y retourna plus de sa vie.” [etc etc.]


2 réflexions sur « Pierre Villaume, La société paternelle et la société conjugale, 1786 »

  1. Edifiant. Ce qui, dix ans plus tard, le vernis optimiste ayant sauté, donnera quelque chose de plus franc, du genre :
    “Le mariage prépare le gouvernement de la famille et amène l’ordre social; il établit les premiers degrés de subordination nécessaires à le former. Le père est le chef par la force; la mère la médiatrice, par la douceur et la persuasion; les enfants sont les sujets et deviennent chefs à leur tour ; voilà le type de tous les gouvernements”.
    J. Girard, Considérations sur le mariage et sur le divorce, Paris, 1797, pp 3-4. (Cité de seconde main d’après Günther LOTTES, Le débat sur le divorce et la formation de l’idéologie contre-révolutionnaire, MSHDB, 1993, p. 324).

  2. A la demande de Momoro, voici le correctif à la référence ci-dessus :
    “Le débat sur le divorce et la formation de l’idéologie
    contre-révolutionnaire”, La Révolution et l’ordre juridique privé.
    Rationalité ou scandale, PUF, 1988, tome I, p. 324.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.