Prologue : Le Mari sentimental (1/5)

Au tout début de l’année 1784 paraît, à Genève, un petit roman épistolaire qui connaît immédiatement le succès : Le Mari sentimental. C’est le premier ouvrage d’un auteur suisse qui tient à garder l’anonymat[1]. Aussitôt paru, l’ouvrage provoque le débat. Isabelle de Charrière, qui vient de terminer la rédaction de ses Lettres neuchâteloises, s’irrite de ce petit conte « aimable et cruel »[2] ; aussi décide-t-elle de répondre à sa manière, par la fiction. Dès le mois de mars 1784 elle fait paraître les Lettres de Mistriss Henley qui, à leur tour, vont causer un « schisme  dans la société de Genève »[3] et jeter la « zizanie dans les ménages »[4] : « jamais, affirme-t-elle, personnages fictifs n’eurent autant l’air d’être existants, comme si je les eusse connus ailleurs que sur mon papier. J’ai entendu des gens très polis se dire des injures à leur sujet. »[5] Les aventures éditoriales de ce Mari sentimental ne s’arrêtent pas là : aussitôt parues les Lettres de Mistriss Henley, un anonyme dont le secret a été protégé jusqu’à aujourd’hui fait paraître, en réaction, une Justification de M. Henley. Enfin, dès l’année qui suit, un éditeur trouve l’idée de les rassembler en un tout, faisant accroire qu’il s’agit d’une seule et même œuvre[6].isabelle-de-charriere

Le récit qui a provoqué ces réactions en chaîne est édifiant. C’était d’ailleurs ainsi que le voulait son auteur, qui entendait faire œuvre morale et, comme beaucoup de ses contemporains, prenait les femmes pour cible.

M. Bompré, le futur mari sentimental, est d’abord un célibataire heureux de son sort. A un ami qui lui vante les mérites de son mariage tout récent, il répond : « Non, mon ami, les femmes n’influeront point sur ma vie, et mon sort ne dépendra point d’elles. » Trop laid, trop malheureux, trop maltraité par ce beau sexe auquel il a renoncé par dépit, l’homme se présente comme un perdant au jeu de l’amour et des sentiments. Les femmes n’ont jamais eu pour lui les faveurs qui auraient, à ses yeux, compensé tous leurs défauts : « leurs erreurs, leurs faiblesses, leur légèreté et surtout leur empire ». Il n’y aura donc point, sur terre, de femme assez extraordinaire pour donner à M. Bompré davantage de bonheur qu’il n’en éprouve en vivant seul.

Le récit prend un tournant lorsque Bompré répond à l’invitation d’un ancien camarade de l’armée qui vient d’épouser une « vieille fille » ; il part donc pour Genève, quittant sa campagne à regret et résolu à ne pas s’en laisser conter : « je croirai, s’il veut, à son bonheur, mais je serai encore plus persuadé du mien ». Evidemment, la suite lui prouvera que non.

Dès la troisième lettre, le voici marié et, c’est un comble, heureux de l’être : « il faut des siècles pour prendre une résolution ; il ne faut qu’un moment pour en changer ». Ce fut donc un coup de charme et non pas seulement une union de convenance et de fortune ; ce n’en fut pas moins un « mariage arrangé », vues les circonstances dans lesquelles on a mis en présence ce vieux garçon et sa future. Sitôt arrivé chez son ami, tout le charme, de l’accueil à l’arrangement de l’appartement, de la modestie des lieux au choix des meubles, « simples et propres ». Partout, on « voit des marques de l’union qui règne entre lui et sa femme : l’un a voulu, l’autre a exécuté, ou plutôt ils ont voulu et exécuté ensemble. (…) … comme le mari et la femme viennent toujours au secours l’un de l’autre, et qu’ils n’ont qu’une volonté, ils sont bien servis », ce qui pallie au peu de domesticité (deux servantes) dont ils s’entourent, faute d’une fortune assez étendue. Nous voici, avec la description que Bompré fait du couple Fabert, au cœur de l’utopie conjugaliste : une seule volonté, de la modestie en tout, du sol au plafond et des pieds à la tête et, enfin, la raison pour guider l’ensemble. La raison, et non pas l’esprit : de cet ornement, Mme Fabert ne jouit ni n’a besoin, et c’est un bon point supplémentaire pour le bonheur de ce couple enviable : « sans avoir beaucoup d’esprit, observe notre homme, elle a une raison vraie et solide qui intéresse ». Or, c’est là l’une des pièces essentielles du bon ménage : la raison « réduit tout au vrai elle fait la jouissance du moment, et se trouve dans tout et partout. Avec la raison, le bien augmente et le mal diminue. » Sur ces réflexions, voici qu’entre une « grande Demoiselle » à l’air « doux et noble ». Mlle de Cherbel est la sœur de Mme Fabert. C’est une femme dotée d’« infiniment d’esprit » et de mille grâces qui séduisent immédiatement le vieux garçon. « C’est la femme qu’il vous faut », lui assène, dès le soir de cette rencontre, son vieil ami : âgée de 35 ans, sa fortune a toujours été modeste ce qui laisse penser qu’elle n’aura pas de grandes exigences ; en outre, accoutumée à la vie campagnarde, elle s’accommodera aisément de devoir quitter Genève pour suivre son époux. Ses seuls défauts : « elle a de l’esprit, elle en fait peut être trop de cas » et s’écarte parfois de la raison ; en outre, elle montre de la hauteur et manifeste parfois « trop de prétention à l’élégance et à la perfection de tout ce qui lui appartient ». Bompré, conscient de ce qui pourrait constituer un réel empêchement à son bonheur, est partagé ; mais quatre jours suffiront pour taire ses doutes, juger des « convenances de caractère et de fortune » et se faire un parti : « il n’en fallait pas davantage à des gens raisonnables pour se décider » puisqu’il ne s’agissait pas « de filer la belle passion ». Ce mariage est donc une décision de la raison, d’autant plus rapidement prise qu’elle est le fruit d’un calcul, une rencontre provoquée entre deux solitaires que l’entourage pousse fermement, non sans brusquerie parfois, à se réunir.

Le mariage a lieu dans la quinzaine qui suit ; puis les époux rejoignent la « campagne » de Bompré. Celui-ci est décrit, par Constant, comme un homme enfin heureux, aussi naïf et empressé qu’un enfant, à moins que ce ne soit la description du bonheur de Bompré qui soit naïve et cousue de fil blanc : car le personnage est présenté comme plein d’une bonne volonté tellement affirmée, à tel point soumis et aveuglé par son enthousiasme, que le lecteur sent déjà pointer le désenchantement. Mais le problème n’est pas tant dans la maladresse du conteur. Il est plutôt dans ce qu’elle révèle de sa perception d’un couple qui « part mal » et va droit au malheur : un mari « sentimental » qui croit bon et juste de céder en toute chose à une épouse divinisée : « je soumets toutes mes idées aux siennes, et je fais bien ; elle a bien plus d’esprit et bien plus de goût que moi ; je le vois à chaque instant dans tout ce qu’elle veut et dans tout ce qu’elle projette. » On sent l’imposture à la seule énonciation insistante de cette soumission qui, visiblement, ne va pas de soi. Quelle Julie, à l’inverse, prendrait la peine de décrire les raisons de se soumettre avec un tel luxe de détails ? On la verrait plutôt, comme chez Rousseau, chercher le moyen de se trouver heureuse, malgré tout, d’une telle situation. Ici, chez Constant, c’est l’inverse : heureux d’avoir une femme tout à lui, (« elle sera à moi »), il pense nécessaire de déposer à ses pieds toute sa volonté et de lui soumettre toute initiative ; pour Bompré, la subordination vient comme une conséquence du bonheur. C’est un tribut qu’il offre et l’on devine que, dès l’instant où son épouse ne le rendra plus heureux, cet arrangement se défera de lui-même. Il se soumet parce qu’il le veut bien ; parce qu’il voit là un gage du bonheur qu’il ressent à vivre avec une femme selon son cœur. C’est une soumission conditionnelle qui a de fait tout à voir avec les sentiments, la volonté [dzd1] [av2] maritale (fût-elle manipulée par le sentimentalisme) et rien avec les normes ou les conditions sociales qui, à la nouvelle Héloïse de Rousseau, imposent de se montrer obéissante et de s’en faire une raison. C’est là, en somme, la définition selon Constant d’un mari sentimental.

Tout va rapidement aller de mal en pis. C’était fatal, on l’aura compris. Car à tout, Bompré va céder : aux domestiques renvoyés pour un vase cassé, au portrait du père déplacé, à la décoration refaite luxueusement en dépit de son goût pour la simplicité, au désir exprimé par Mme Bompré d’avoir une chambre à soi. A tout cela, il va consentir ; mais il va consentir sans comprendre et à contre-cœur.

Tout est factice dans les consentements de Bompré ; tout ce qu’il cède pour le confort et le plaisir de son épouse revient à lui enlever une part de vie. Tout est renoncement et sacrifice, rien n’est légèrement vécu : le moindre mouvement de meuble est sacrilège, le déplacement d’un portrait de famille touche au crime de lèse majesté. Mme Bompré, dépeinte comme égoïste, capricieuse, autoritaire et indépendante (car c’est aussi un défaut), a des initiatives qui sont présentées comme des exigences impérialistes : elle a pris le pouvoir sur les objets de la maisonnée qu’elle dispose ou arrange sans tenir compte du passé et du conservatisme de M. Bompré. Deux exemples suffiront, dans l’amoncellement des motifs de rancœur qu’accumule le mari, pour décrire l’état d’esprit dans lequel il vit chacune des « exigences » de son épouse.

M. Bompré rêvait d’une femme qui « serait un autre [lui]-même ». On retrouve là l’idéal conjugaliste non seulement de la fusion, mais également d’une fusion faite au bénéfice des intérêts de l’un, maquillés en intérêts de tous. « En prenant une compagne, j’étais persuadé que mes sentiments deviendraient les siens, qu’elle serait heureuse de mon bonheur. » Plus loin : « Je croyais que ce qui doit faire la vanité d’une femme était le bonheur de son mari. » Il est très envieux, à cet égard, du bonheur conjugal de M. de Saint-Thomin, l’ami auquel il adresse ses missives. Au moins son épouse n’a-t-elle pas exigé qu’il change quoi que ce soit à la maison de ses pères, c’est-à-dire de ses ancêtres vénérés ; et au moins ne passe-t-elle pas son temps à lire. En un mot, c’est une épouse modèle : « Je voudrais [que mon épouse] prît pour modèle Madame de Saint-Thomin qui lit fort peu, qui s’occupe gaiement de ses affaires domestiques, et qui sait trouver dans la société et dans le monde des plaisirs qui n’entraînent ni histoire, ni événement. »

A l’inverse, Mme Bompré « ne se lie avec rien de ce que j’ai ; ma compagnie ne lui est point nécessaire ; elle me voit sans plaisir, elle me quitte sans peine » ; elle « peut presque toujours se passer de moi » ; il y a 8 heures dans le jour où il paraît qu’il ne lui est rien ; elle ne partage plus son déjeuner avec lui, leurs jours ne se ressemblent plus, leurs intérêts ne tendent pas à se réunir, leurs goûts ne deviennent pas les mêmes. Et, pour couronner le tout, voici que Mme Bompré demande pour elle-même un « appartement », c’est-à-dire une chambre et sans doute un cabinet de toilette indépendants. C’est ici sans doute que Bompré révèle avec le plus de force, par son indignation autant que par l’emploi qu’il fait du pronom possessif, son adhésion à une vision androcentrée de la vie conjugale : « Ma chère femme dit qu’il lui faut un appartement où elle puisse être seule ; je ne croyais pas qu’elle vînt chez moi pour être seule ». Ainsi le domicile conjugal est-il resté, en dépit du mariage, la demeure de l’époux qui consent à y accueillir une personne étrangère, mais en aucun cas à en faire un espace commun, partagé. C’est la maison des ancêtres dans laquelle il aurait fallu tout laisser en l’état et, comme lui qui y est né, s’y trouver bien. Le caractère androcentré est ici, évidemment, un égocentrisme que révèle bien cet espoir qu’émet, à force de vouloir se convaincre d’un avenir meilleur, M. Bompré : « ma femme se rapprochera de ce qui faisait la douceur de ma vie ; elle se plaira à me voir heureux, et alors son esprit sera tout au profit de notre bonheur. » Ainsi Mme Bompré, dont le profil se résume, sous la plume de Constant, à une série de décisions abruptes et autoritaires qui sont autant de « prises de pouvoir », aurait-elle dû ne rien changer à l’environnement dans lequel elle arrivait ; et se consacrer, au contraire, à le préserver, l’améliorer éventuellement mais dans des limites très subjectives, et maritalement subjectives : « Nous pouvons être heureux sans rien changer. Moi, je ne changerai jamais », résume Bompré, dans un accès de lucidité. Ne rien changer, tout en veillant prioritairement sur le bonheur de son époux, tel est le double devoir moral que M. Bompré attendait de son épouse et dont la perspective le réjouissait tant, au tout début de leur union.

La fin est tragique et finit de donner à l’ensemble, déjà passablement caricatural, une impression de mauvaise farce. Sur ce point, Isabelle de Charrière était moins sévère, qui trouvait le récit cruel mais aimable. Car M. Bompré, désespéré de ne pas trouver d’issue à la mauvaise entente qui s’est installée dans son couple, met violemment fin à ses jours. Il en était arrivé au point où, sans qu’il puisse s’en défendre, tout était tombé « sous le pouvoir de [sa] femme » : ayant « plus de justesse dans l’esprit que de sensibilité dans le cœur », elle était « habile, économe » ; son « esprit actif » décidait de tout ; c’est même elle qui disposait, sur la fin, des revenus de M. Bompré. Quant à lui, il souffrait d’avoir une « sensibilité extrême » et c’est de cet excès qu’il mourra, pense-t-il. Par « sensibilité extrême », on peut aussi entendre « autisme » ; car c’est ce qui caractérise le mieux sa posture de mari, sourd et muet aux besoins d’indépendance et d’autonomie de son épouse, et dans l’impossibilité de toute empathie envers elle. Le Mari sentimental offre à son lectorat, en 1784, le portrait d’un homme qui meurt de s’être bercé de l’illusion d’une union pensée comme un redoublement de soi ; et d’un bonheur commun tel qu’un seul le conçoit.

A cette fable, à cet « aimable et cruel petit livre », Isabelle de Charrière aussitôt réagit.

(A suivre sur la page : Prologue, Le Mari sentimental – 2/5)


[1] L’auteur en est Samuel Constant de Rebecque. Il s’agit du frère de Constant d’Hermenches et de l’oncle de Benjamin Constant, deux hommes qui comptent parmi les amis les plus intimes d’Isabelle de Charrière.

[2] D’après la fille de Samuel de Constant, on ne devina pas l’identité de l’auteur ; il n’y a donc pas de lien entre l’intervention d’Isabelle de Charrière et ses relations avec les autres membres de la famille Constant. (cf. P. Kohler, cité par Raymond Trousson, « Introduction à Madame de Charrière », in Romans de femmes du XVIIIème siècle, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 292., op. cit., p. 290).

[3] Mme de Charrière, janvier 1804, in Œuvres complètes, tome VI, p. 559, citée par Raymond Trousson, « Introduction à Madame de Charrière », in Romans de femmes du XVIIIème siècle, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 297.

[4] Raymond Trousson, « Introduction à Madame de Charrière », in Romans de femmes du XVIIIème siècle, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 297.

[5] Mme de Charrière, janvier 1804, in Œuvres complètes, tome VI, p. 559, citée par Raymond Trousson, « Introduction à Madame de Charrière », in Romans de femmes du XVIIIème siècle, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 297.

[6] De fait, l’ouvrage a paru sans préciser qu’il s’agissait de trois œuvres distinctes sous le titre suivant : Le Mari sentimental, ou le Mari comme il y en a quelques-uns suivi des Lettres de mistriss Henley, publiées par son amie, Mde de C*** de Z***, et de la Justification de M. Henley adressée à l’amie de sa femme, Genève et Paris, Buisson, 1785. On trouve, sur google.books, l’édition de 1803.


[dzd1]I’m not sure I understand this.

[av2]C’est une soumission qui n’a rien de social, mais qui est une conséquence des sentiments qu’il a pour elle, sa volonté de plaire à sa femme. Tu comprends mieux comme ça ?


13 réflexions sur « Prologue : Le Mari sentimental (1/5) »

  1. J’aimerais apporter un commentaire sur cette première partie du prologue du Mari sentimental, et en particulier sur le passage où il est dit que c’est “la sensibilité extrême” de M. Bompré qui a poussé ce dernier à mettre violemment fin à ces jours. Ce passage m’a fortement interpellée d’autant que vous précisez ensuite : “Par « sensibilité extrême », on peut aussi entendre « autisme » ; car c’est ce qui caractérise le mieux sa posture de mari, sourd et muet aux besoins d’indépendance et d’autonomie de son épouse, et dans l’impossibilité de toute empathie envers”.

    Je suis de celles qui, de part mon histoire, ont de la difficulté à percevoir les différences entre homme et femme (en dehors des différences physiques, cela va sans dire). Pour moi, nous sommes d’abord “humains” et avons, de ce fait, un certain nombre de besoins en commun : les fondamentaux liés à la survie (air, eau, nourriture, abri, repos, sécurité…) puis d’autres comme le besoin d’affection, de reconnaissance… Je ne vois pas, pour ma part, les “désirs” de Mme Bompré (choisir sa décoration, par exemple, ou disposer d’une chambre personnelle), comme des “besoins” et ai, moi aussi, bien du mal à comprendre en quoi ils sont un problème de couple, et ce que, les satisfaire, pourrait apporter à ce dernier. Je resterais probablement et, comme M. Bompré, indifférente et sourde à de telles demandes que je trouve très égocentrées. En revanche, Mme comme M. ont, tous deux, et comme nous tous, un besoin d’affection, de sécurité et de reconnaissance à combler. Et ces besoins là, dans un couple, l’autre peut justement, me semble t-il, contribuer à les satisfaire, et ce, sans doute même, avant toute autre personne. Il n’est bien entendu pas le seul à pouvoir le faire ce qui rend alors, et effectivement nécessaire, l’autonomie de chacun.

    “Qu’est ce qu’une personne autonome ? Sur cette question, je partage la définition qu’en donne Lise Bourbeau. “C’est celle qui a la faculté d’agir librement et, surtout, de pouvoir décider elle-même de ce qu’elle veut. Si elle n’arrive pas à satisfaire ses besoins par ses propres moyens, elle est capable de faire ses demandes et de solliciter de l’aide au besoin. C’est celle qui n’a besoin ni de l’approbation, ni de la présence continuelle de quelqu’un d’autre ou besoin de quelqu’un en particulier pour se sentir bien”. Ainsi, pour ma part, et compte tenu de ce qui précède, je m’interroge sur la réelle autonomie de Mme Bompré d’autant que pour moi, l’autonomie ne se revendique pas par rapport à un autre, elle est…ou n’est pas.

  2. La question de la différence entre
    autonomie et indépendance est au coeur de la définition du “sujet
    absolu” qu’est, à mes yeux, le mari sentimental. Mais ici,
    étrangement, c’est Mme Bompré que je qualifie de ces deux adjectifs.
    Et ça m’amène à réaliser que M. Bompré est très dépendant de sa femme
    ; tout en étant un sujet absolu, c’est à dire indifférent et sourd, au
    fond, aux désirs d’autonomie de sa femme (choisir sa décoration, par
    exemple, ou disposer d’une chambre personnelle), qu’il ne comprend pas.
    Il est dépendant d’elle pour des raisons affectives. Dépendant et
    parfaitement autonome, au sens où c’est lui qui décide de sa vie.
    Comme ce que dit Lise Bourbeau.

  3. Moi aussi je suis plutôt universaliste et j’ai tendance à considérer qu’hommes et femmes n’ont pas grand chose de différent, n’était l’éducation qui les sépare grandement. Et là, sur ce point, on ne peut que constater que de grandes lignes existent de part et d’autre, qui font agir chacun d’une manière plutôt en conformité avec son “genre”. Même les grands professeurs de psychologie, qui pourtant ont tendance à ne pas vouloir considérer les distinctions autres qu’individuelles, en viennent aujourd’hui à travailler sur le genre comme catégorie psycho-sociale (je pense aux travaux de Annick Houel ou Patricia Mercader). Bien sûr nous sommes humains et avons des besoins communs, je ne le nierai jamais. Cependant, la société répond plus ou moins à nos besoins selon qu’on est hommes ou femmes, à certains besoins plutôt qu’à d’autres, etc.
    Par exemple, au besoin de reconnaissance des femmes, on répond moins qu’à celui des hommes qui emplissent les podiums de toutes sortes, les conseils d’administration, les remises de médailles diverses et variées, et cela de plus en plus à mesure qu’on grimpe dans l’échelle des âges. Expliques-tu cela par la différence de talents entre les unes et les autres qui n’ont que ce qu’elles et ils méritent ?
    Même chose pour le besoin d’affection : est ce que ce ne sont pas les femmes qui assurent le plus et le mieux ce besoin chez l’autre, et se plaignent le plus de manquer du minimum de réciprocité en la matière ? Quant à la violence, ne sont ce pas les femmes, encore, qui la subissent quand les hommes la pratiquent, dans la sphère privée, sans être beaucoup dérangés jusqu’à présent ?
    Oui, Mme Bompré a l’air égocentrée : c’est ainsi que Constant la décrit car c’est ainsi qu’il la voit. Mais considère son époux : elle arrive chez “lui” alors qu’ils viennent de se marier ; elle ne peut bouger aucun meuble, aucun tableau sans commettre un sacrilège. Elle n’est jamais chez elle cette femme ; et lorsqu’elle demande un endroit pour elle, comme Virginia Woolf demandait une “chambre à soi”, son mari s’épouvante de tant de désirs d’autonomie. Il l’aurait voulue attentive à ses désirs à lui, et il est déçu de trouver un individu, c’est à dire une personne qui tente de se faire une place. Bien sûr la caricature est forte et Constant, l’auteur, peint à outrance une femme autoritaire. Mais si l’on veut bien lire ce qu’il laisse percer chez Bompré, on voit bien que celui-ci n’est pas l’ange qu’il croit être. C’est lui qui, plus qu’elle, m’intéresse ; car Constant s’est acharné sur elle ; tandis qu’il a cherché à rendre le caractère de Bompré sympathique. C’est cette soi disant “perfection” d’un mari qui m’intéressait : en quoi elle révélait un idéal qui, à nos yeux aujourd’hui, est bien peu idéal. Voudrais-tu d’un mari qui ne te laisse pas bouger un petit doigt parce que tu es venue habiter “chez lui” ? qui s’épouvanterait de tes désirs d’indépendance ?
    Il lui offre de l’affection, peut être ; de la sécurité, oui ; de la reconnaissance, je ne pense pas. Elle n’a pas d’existence à ses yeux. Elle n’est qu’une épouse et pas une personne. Donc je pense qu’il ne répond pas à ses besoins fondamentaux d’être humain en attente d’un minimum d’espace, d’initiative, de liberté. Lui en revanche ne se pose même pas la question de ces besoins qu’il satisfait tout seul : il est chez lui, il fait ce qu’il veut, et décide de tout. Sur ce plan, il y a une inégalité de départ qu’ils ne comblent pas et les mène à leur perte. Pourquoi aimerait-elle quelqu’un qui l’ignore ? qui se plie à tout sans jamais comprendre au fond pourquoi elle désire déplacer un meuble, un tableau ? Comme si elle était folle. Je pense qu’il la pousse à bout, avec sa fausse gentillesse qui n’est qu’une abdication en vue de la voir revenir. Nul respect pour la personne dans son attitude.
    Je suis sévère mais cet homme personnifie, à mes yeux, l’égocentrisme dans toute sa splendeur. Je pense que les choses ont évolué mais à la marge. Et que bien des Bompré se trouvent sur le chemin des filles aujourd’hui. Les mieux intentionnés qu’ils soient, aveugles à leur propre fonctionnement, sûrs de leur fait, croyant faire des cadeaux somptueux lorsqu’ils se résolvent à concéder une part de leur propre confort.

  4. JE suis tout à fait d’accord avec Anne!
    L’attitude Bompre traduit l’attitude des hommes qui généralement souffrent de voir leurs compagnes (épouses) se réaliser en tant qu’individu autonome et indépendant.
    Ce qui tue Bompré n’est pas un chagrin d’amour, mais la prise de conscience de l’existence, et de l’affirmation de son épouse en tant qu’individu à part entière, exprimant ses besoins ses désirs et essayant de les réaliser. Le fait que Mme Bompre ait de l’esprit est présenté par Constant comme un défaut incompatible avec l’usage de la raison, Mais la question à se poser est celle de savoir: De quelle raison parle-t-on? Quel point de vue promeut cette raison? Autrement dit, la question est celle de savoir : Qui parle? et de quoi parle-t-on? Ainsi en situant le sujet parlant et en définissant l’objet dont il parle en tenant compte de ce sujet, et du contexte dans lequel il s’inscrit, on comprend mieux l’objet. En l’occurence la raison dont il est question ici renvoit à une conception masculine de la raison, une vision instrumentalisée de celle-ci, au service de la satisfaction des intérêts exclusivement masculins présentés comme les intérêts du coupl, voire de la société.
    Anne la manière dont Constant présente Mme Bompré peut-elle être aussi analysée comme une mise en garde de l’auteur aux hommes qui seraient tentés par amour ou par accommodation de laisser leurs femmes gouverner (diriger) le couple?

  5. Je reprends la longue réponse que j’avais écrite ce matin et qui s’est envolée, me laissant en rage quoique bien inutilement.
    Je suis d’accord, Bompré ne meurt pas d’amour. Il meurt du désamour de sa femme, il meurt de l’idée qu’il se faisait de l’amour qu’on devait lui porter.
    Constant est intéressant parce que, dans le portrait qu’il dresse de Mme Bompré, il nous donne à voir une femme qui nous ressemble ; car au-delà de son apparence d’autoritarisme, qui n’est que l’habit dont Bompré-Constant habille tout être qui ne se place pas dans un rapport hiérarchique, elle se déploie dans un regisre qui n’a rien d’étonnant pour aujourd’hui : se sentir chez soi et non chez l’autre, arranger son environnement selon son goût et non celui d’ancêtres morts pour elle (siens ou pas), désirer un espace indépendant, un espace propre (une chambre à soi, quand on n’a aucun autre lieu intime, dans ou hors la maison), etc. Au-delà de son “caractère”, qu’ont ses actions qui puissent tant choquer cet homme qui se prétend son amant ?
    Constant met en garde les maris pour qu’ils ne versent pas dans le sentimentalisme qu’il croit avoir dépeint. Mais de quel sentimentalisme souffre Bompré le pied-tendre ? lui qui confond amour et subordination ne voit dans la revendication d’autonomie de son épouse que son contraire, c’est à dire l’autoritarisme et le désamour. Constant est consternant (pardon) de simplisme, qui n’imagine pas qu’on puisse sortir autrement que par la mort de l’affontement entre deux sujets autonomes. Il faut un gagnant et un perdant, au jeu du mari sentimental. Constant aurait bien préféré que ce ne soit pas le mari. Et Madame de Charrière va lui donner l’occasion de réaliser ce dont il n’avait pas forcément eu conscience en rédigeant son petit roman : il y a toujours un mort à ce jeu-là. Le plus édifiant est que le jeu que fait jouer Charrières à Mistriss Henley paraît beaucoup moins ridicule que celui que Constant fait jouer à Bompré.

    Merci pour ce commentaire. A bientôt sur le fil qui chante ?

    Anne

  6. Merci Anne pour ce passionnant débat. Tu me demandes si je voudrais « d’un mari qui ne me laisse pas bouger un petit doigt parce que je suis venue habiter “chez lui” » ? La réponse est non bien évidemment. Et j’irais même plus loin dans le sens où non seulement je n’en voudrais pas mais en plus j’aurais même, avant cela, refusé d’habiter « chez lui ». Je peux le dire aujourd’hui pour l’avoir personnellement vécu. En me proposant de venir habiter avec mes enfants dans la maison qu’il venait d’acquérir, j’ai senti immédiatement que cet homme me proposait une « situation» (dans le style « famille Ricoré » :-), un jeu de rôles bien réglé et non une relation véritable entre deux personnes qui se choisissent pour ce qu’elles sont et non pour ce qu’elles ont ou représentent. J’ai eu le même sentiment en lisant l’histoire des Bompré. N’as-tu pas le sentiment que Mme Bompré choisit son mari d’abord (voire seulement) pour combler ses attentes à elle, pour ce qu’il allait pouvoir lui offrir : une belle « situation », un confort de vie ? Elle n’a que faire de qui il est. Et, personnellement, je ne vois pas où est l’amour dans tout ça. A l’inverse, en début de récit, il est dit que « M. Bompré, le futur mari sentimental, est d’abord un célibataire heureux de son sort ». Il n’a donc à priori nul besoin de Mme pour être heureux. Il ne cherche donc pas avec elle (et contrairement il me semble à cette dernière) à combler un manque mais bien à partager de la plénitude. Et si, ainsi que je le crois, l’amour implique un lâcher-prise, un abandon dans la confiance, ne peut on dire que c’est justement ce que choisit de vivre M. Bompré lorsqu’il « se soumet parce qu’il le veut bien ; parce qu’il voit là un gage du bonheur qu’il ressent à vivre avec une femme selon son cœur » ? Je n’y vois, pour ma part, aucune soumission ni subordination. Simplement, l’un est dans l’amour, l’autre pas…
    C.G Jung disait : «Le contraire de l’amour n’est pas la haine, mais le pouvoir. » En voilà, je crois, une bien malheureuse illustration…

    • Bonjour Eugénie,
      Mme Bompré n’est pas une femme d’aujourd’hui, en dépit de la proximité qu’on peut ressentir avec elle, ou de la sympathie qu’on éprouve pour elle. Je veux dire par là qu’il était courant à l’époque de faire un tel mariage, où s’accordaient comme on disait, “la fortune et les caractères”. Si l’on pouvait y trouver l’amour, c’était une chance de plus pour le bonheur. Mais l’essentiel n’était pas là ; ou plutôt, on pensait qu’avec ces deux conditions, il n’y avait pas de raison pour trouver le bonheur (sinon un amour profond). Les futurs époux ne se rencontraient qu’à peine et toujours en “public”, sous l’oeil des parents : on s’assurait qu’on se plaisait, mais de loin et de manière très superficielle, sur la foi de manières convenables, d’une jolie figure, d’un certain charme. Vois comment ces deux là se marient : en 4 jours c’est réglé.
      Sur le chapitre des attentes, je vois que chacun en a : elle pour une situation de femme mariée et lui, pour exactement la même chose (les attentes n’étant ni similaires ni symétriques pour autant). Bompré se dit satisfait de sa situation de célibataire mais il ne cesse d’envier son ami nouvellement marié ; il revient sans cesse sur l’ennui qu’il éprouve à vivre seul. Tu as raison, et Mistriss Henley le dira bien : même s’il avait envie de se marier, il n’était pas fait pour le mariage car incapable d’empathie. Il cherche peut être à partager de la plénitude, mais à quel prix pour elle ? il s’agit bien de partager sa conception à lui de la plénitude. C’est là où le bât blesse.
      J’ai tiré un peu fort sur Bompré en assimilant son attitude à de la subordination. Mais il me semble qu’il renonce à tout en même temps qu’il ne cède qu’à contre coeur. N’est-ce pas une définition de la soumission ? Je ne le vois jamais heureux des concessions qu’il fait, et au contraire, plutôt dans l’attente d’un “retour sur investissement” ; qui ne vient pas, d’où son désarroi.
      Ni l’un ni l’autre ne sont dans l’amour, mais pour un mariage de 1784 cela n’avait rien de révoltant. Je crois que Constant a voulu mettre l’accent sur le désaccord des caractères, et l’inversion dénaturée des rôles avec un mari qu’il dépeint comme “sentimental”(ce qui pour lui signifie soumis par ses sentiments) et une épouse autonome (ce qui pour lui signifie sans sentiment).
      J’espère avoir répondu à tes questions.
      Anne

  7. Oui, Anne, je réalise en te lisant qu’effectivement ce n’est pas de l’amour. La rencontre a eu lieu…et a suffit pour qu’en 4 jours, M. et Mme se marient. Mais étaient-ils “Prince” et “Princesse” alors ? J’en doute. L’échec du couple Bompré était inévitable si l’on en croit le message que livrent les contes de fées de notre enfance…

    Voici ce qu’écrit Hélène Vecchiali à leur sujet :

    “Les contes de fées, telle La Belle au bois dormant, sont particulièrement édifiants sur les étapes initiatiques (idéales ?) sur la voie d’un vrai couple.

    Tout d’abord, pour que la magie advienne, il faut être Prince ou Princesse. Le latin nous indique que “prince” vient de princeps, “premier”. Pour être “premier” à soi, pour mériter ces titres de Prince et Princesse, il a fallu accomplir un travail personnel : être “premier” dans son désir, premier avant tout autre personne, sans autre droit de regard que le nôtre ; premier pour avoir enfin “tué” le Père symbolique qui incarne les censures parentales puis notre propre censure, notre propre peur d’accomplir nos désirs.
    Avant sa rencontre avec le Prince, la Princesse dort cent ans. Il lui faut bien tout ce temps pour quitter son père, le Roi si aimable, si puissant, si présent dans sa vie, pour se séparer de sa mère, si belle et si souvent rivale, pour entrer en contact avec ses rêves, donc avec son inconscient, ses propres désirs, et s’apprêter à accepter d’être femme devant un homme. Cent ans allongée sur un “divan”, ce pourrait être le temps métaphorique d’une psychanalyse longue, si longue quelquefois, avant de s’autoriser à être désirable, mais aussi et surtout désirante ! Ce peut être également la métaphore d’un chemin hors psychanalyse (ce n’est pas un passage obligé !) enrichi de prises de consciences personnelles grâce aux expériences multiples offertes par la vie.
    Pour le prince, le temps paraît injustement plus court. Que fait il pendant toute cette période où la princesse se prépare ? On peut imaginer qu’il apprend à combattre, y compris ses propres démons qu’il affronte “pour de vrai” afin de vérifier, au pied du mur, au pied de la forteresse paternelle , sa véritable “posture”, sa véritable puissance : il n’est plus alors le fils de sa mère, celui qui se battait “pour de faux” – et qui gagnait forcement – avec une épée en carton sous son oeil admiratif ; il n’est plus alors le fils de son père le Roi, car il a prouvé au combat sa capacité de puissance, d’homme à homme : le mot “Prince” ne le protégeant d’aucune arme, d’aucune confrontation.
    Prince et Princesse sont enfin mûrs : ils ont tués l’enfant de leur parents qu’ils étaient ; ils ont accouchés d’eux-mêmes adultes ; mais être au clair avec ses désirs, être prêt à être une femme et à être un homme et à vivre une alliance n’excluent en rien la peur de la vivre…au contraire. Il n’y a plus de barrières internes (de garde-fous ?) pour éviter de s’y perdre ! Et c’est là que l’injustice initiale faite aux femmes de devoir travailler deux fois plus pour accéder à cette joie partagée se répare : c’est à l’homme seul qu’incombe de vaincre leur peur commune à tous les deux ; il va devoir triompher du Dragon pour se prouver qu’il n’est pas un imposteur, pour prouver à la Princesse combien elle est désirable en risquant sa vie pour elle. Et avant cette ultime confrontation avec le Dragon, le prince se brûlera au lac de lave et se piquera sur une mer de ronces. L’homme-Prince révèle ainsi sa puissance (“phallus”) en terrassant le Dragon-Peur qui barre la route vers son désir, leur désir commun.
    On retrouve là le combat contre l’imposture pour l’homme, la preuve de sa désirabilité et la reconnaissance de ses désirs pour la femme et, pour tous les deux, la victoire contre le censeur des désirs (le père symbolique). Voilà les clés du coffre-bonheur, du trésor-amour. Dragon, draco-onis, signifie étymologiquement…”gardien de trésor”.”

    Eugénie

  8. Chère Eugénie,
    comme tu le vois, je vais beaucoup moins loin que toi, ou que Hélène l’auteur de ce long passage que tu cites, dans mon analyse du couple Bompré. Je n’ai pas non plus les mêmes “outils” pour approcher ce texte, parce que je pose d’autres questions, aussi.
    Je prends les Bompré comme une illustration des rôles de genre au XVIIIème, et pensant qu’ils ont beaucoup à nous dire encore ; que le miroir qu’ils nous tendent n’est pas si distant que les 250 ans qui nous séparent d’eux pourraient le laisser croire. Ce qui fait que mon questionnement est un peu différent du tien, et mes réponses, en décalage peut être avec tes attentes. Car je ne saurais te dire, à l’instar de cette Hélène, s’ils sont ou non un “vrai” couple (si je le savais moi-même, déjà…) ; ou s’ils étaient voués à échouer ou pas.
    Je n’ai pas de savoir à partager sur ce qui fait la matière d’une conjugalité réussie ou pas et notre livre, avec Denise, ne devrait pas donner de leçon en la matière (ou alors, comme souvent, de manière non verbale peut être).
    Ta réaction me fait beaucoup réfléchir sur les attendus de notre projet de livre.
    Car c’est d’abord un livre d’histoire, une plongée dans un temps lointain où les manières d’articuler le genre et la vie de famille, la conjugalité et la vie sociale, étaient très différents. Même si j’insiste sur certaines proximités, je voudrais qu’apparaisse aussi, par l’éloignement et le caractère outré de certains aspects de ces personnalités (notamment cette figure du sujet absolu et, en miroir, celle de la femme en autonomie relative), le chemin qu’on a parcouru depuis, et le chemin qu’on pourrait encore parcourir si l’on souhaitait continuer à s’éloigner de ces pratiques.
    Il y a Bompré, figure caricaturale s’il en est ; puis il y a Antoine Morand et Pierre Vitet. C’est aussi dans ce décalage qu’est l’intérêt, je l’espère, du livre. Car ce que révèlent les correspondances, ce sont les écarts à la fiction. Antoine est un sujet absolu, Magdeleine est une femme à l’autonomie toute relative : ils toucheront du doigt ces aspects lorsqu’ils vivront la plus grande crise de leur vie, au moment de la mort d’Albine. Jusque là, ils vivent dans une espèce de modus vivendi qui atténue les angles de ces caricatures “à la Constant”, les rend invisibles quasiment et leur ferait presque croire (et à nous lecteurs/observateurs) qu’ils échappent au modèle conjugaliste pour être dans une espèce de romantisme, ou de pré-romantisme (voir les commentaires de Daniel et de Joseph).
    Je m’attarde, pardon.
    Encore merci de tes réactions ; hélas, je ne sais si les miennes t’aident à répondre à tes questionnements.

    Anne

  9. L’utilité de publier ce livre en ligne n’est donc plus à démontrer comme en témoignent les échanges ci-dessus, mi-universitaires (pardon d’être grave) et mi-personnels.
    Un monde sépare heureusement les deux Constant, le romancier et le philosophe-romancier. Le premier refuse l’altérité constitutive, le second en fait l’élément moteur du libéralisme politique. Le premier “sert la soupe” au modèle juridique (parole de juriste) autoritaire qui préside au lien matrimonial, où la juste domination mâle est censée être le reflet de la juste domination du roi sur ses sujets (incapacité théorique de la femme et des enfants). Seulement ce modèle qui, pour faire simple, repose sur celui du rapport dominant/dominé, est en crise dans la France pré-révolutionnaire : à la jointure des siècles, la femme sujet (ontologique : crise de la religion) émerge. Le couple juridique inégalitaire est en crise auquel la Révolution tentera d’apporter une solution… Tout cela est dit beaucoup trop simplement et sans nuance. Mais le roman de Constant est un SOS, comment dire… ? de vieux réactionnaire qui refuse précisément l’altérité constitutive, savoir : l’autre comme enrichissement et don de soi.
    Ce roman est très irritant (on aurait dit “fasciste” dans les années 1970). Il permet en revanche très habilement de prendre la mesure entre idéologie romanesque (et quasiment idéologie politique) et vie quotidienne, simple, humble. Je veux parler du reste du livre d’Anne Verjus et sa collègue qui nous donne à voir, sans a priori, le couple tel qu’il est à un moment donné de l’histoire de la conjugalité. Cette simplicité n’est pas sans beauté, sans hauteur de vue finalement tant les renoncements la caractérisent…
    Merci aux auteurs de ce livre et à l’auteur (e?) de ce blog de nous l’avoir livré.

  10. Cher Momoro, merci de ces remerciements qui sont un encouragement et une récompense en même temps. Oui, l’histoire d’Antoine et Magdeleine, de Pierre et Amélie vient comme pour souligner la distance entre les vies rêvées des romanciers, et les vies nouées, entrelacées, conjuguées des êtres de chair et de sang. Les romanciers n’ont pas tort cependant, mais c’est à l’occasion de crises que se révèlent le mieux le talent de leurs idéaux-types. Telle est, en tout cas, l’expérience douloureuse et peut-être sans retour que feront Antoine et Magdeleine en 1808.
    Constant l’auteur du Mari sentimental n’est pas le Constant que connaissent bien, oui, les universitaires et notamment les juristes. Il s’agit ici de Samuel et non de Benjamin. Il y avait trois Constant autour d’Isabelle de Charrière à l’époque : Constant d’Hermenches, avec qui elle engage une correspondance de longue haleine, à mi chemin entre l’amitié et le fleurt. Benjamin Constant de Rebecque, qu’elle rencontre un peu plus tard et pour qui elle aura des sentiments passionnés, qu’il lui rendra bien jusqu’à ce qu’il rencontre Germaine de Staël. Enfin, Samuel Constant de Rebecque, qu’elle ne rencontre peut-être jamais mais dont le livre est l’occasion d’écrire les Lettres de Mistriss Henley.
    Encore merci d’avoir lu et pris intérêt à ce livre en construction.

  11. Oui, Anne, tes réactions m’aident dans mes questionnement, preuve en est la joie que j’ai à prendre part à ces échanges que nous avons. Je me trouve à une étape de ma vie où je m’interroge justement sur la possible compatibilité entre accomplissement personnel dans l’amour et accomplissement collectif conformément aux valeurs sociales contemporaines. Mon chemin de vie m’a apporté matière sur le premier sujet, j’étais en recherche sur le second. Je trouve des débuts de réponse dans ton livre-blog et sa lecture me conforte dans l’idée que l’un ne va pas sans l’autre. Il s’agirait de trouver un juste équilibre entre les deux, équilibre que Bompré n’a, il me semble pas su trouver. Il a vu son accomplissement personnel dans le seul fait de se marier et s’est alors « confortablement » installé dans un couple sans amour et parfaitement conforme aux valeurs sociales de l’époque. Il n’a pas osé la relation réelle, vivante, celle qui provoque, écorche et dérange, le chemin qui mêne au mystère de l’être. Au final, dans ce jeux de rôle parfaitement réglé par les convenances, il s’est perdu lui-même, noyé me semble t-il dans le « collectif ». Je crois que le couple d’ Antoine et Marie Magdeleine s’est lui formé sur des bases un peu différentes…même si, en apparence, ils vivent ainsi que tu le dis dans un modus vivendi similaire (avaient-ils en même temps un autre choix au XVIIIème ?). Pour moi, l’amour est là. Il me tarde d’en savoir un peu plus sur ce que tu appelles « la plus grande crise de leur vie » et la manière dont l’un, l’autre et leur couple vont la traverser. L’épreuve aura-t-elle valeur d’initiation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.