Introduction au livre-sans-titre (1/4)

Introduction

Retrouvons-nous ce malheur conjugal dans les traces que nous avons des couples de la même époque ? Nous ne pourrons répondre que partiellement à cette question. Car nous n’avons pas l’intention de retracer toute la vie conjugale à l’époque révolutionnaire, aussi diverse qu’elle puisse être selon les régions, les milieux sociaux, les conditions économiques ; notre ambition est de décrire avec le plus de finesse possible quelques vies conjugales qui se sont déroulées à l’époque de la Révolution, c’est-à-dire juste au moment où se tenaient les épisodes dramatiques du Mari Sentimental et du couple Henley.

Pour ce faire, nous avons exploité deux groupes de correspondances bien réelles cette fois. Deux groupes puisqu’à partir d’un personnage, nous avons pris en considération toutes les lettres envoyées ou reçues qui pouvaient concerner sa vie conjugale ; principalement, les lettres qu’un homme envoie à sa femme (plus rarement, l’inverse, les épouses faisant généralement brûler ce type d’échange épistolaire),  et celles qu’il échange avec sa mère ou sa belle-mère (plus rarement avec les hommes de la génération au-dessus, mais pour des raisons particulières à l’époque et au milieu, nous allons vite comprendre en quoi)  ; au total, nous avons parcouru, à nous deux,  environ 1500  lettres.

Dans ces lettres, les protagonistes décrivent de grands événements de la vie politique comme la fête pour le Concordat de 1801 qu’Antoine a vue pendant une visite à Paris. Ils font référence aux événements de leurs vies personnelles aussi : les mariages, les décès, les réussites et les échecs des amis et parents. Ils parlent de banalités de la vie quotidienne : les commissions à faire, le rhume qui fait souffrir un enfant (pas toujours banal quand on n’a même pas d’aspirine pour faire baisser la fièvre), un domestique à remplacer. Toutes ces choses là font le tissu de la vie d’un couple, hier comme aujourd’hui. Il n’y a que les détails qui ont changé : un lave-vaisselle à réparer au lieu d’un domestique peut-être. Nous cherchons ici à utiliser les détails de ces lettres intimes pour tisser la vie du couple, en commençant par les sentiments. [av1]

Ces lettres ne sont pas représentatives de toute la conjugalité révolutionnaire. Elles offrent le portrait de deux couples principaux, et de quelques couples secondaires qui gravitent dans leur entourage familial ou amical. Ces deux couples sont proches, par leur situation sociale, des Bompré et des Henley : ils sont membres de la bourgeoisie très fortunée, puisqu’ils possèdent ou sont héritiers de propriétés particulièrement lucratives : rien moins qu’un « pont » pour les uns, les rentes de diverses propriétés pour les autres ; des appartements prestigieux, des terres qu’ils font exploiter par « leurs paysans » pour les uns, un petit château au nord de Lyon pour les autres. Les uns sont bourgeois, les autres sont des nobles et, on va le voir, ces appartenances continuent de caractériser leurs comportements ; mais le contexte va jouer un rôle sur ces « identités » premières, en amenant les nobles à s’embourgeoiser, et les bourgeois à se donner des allures et des attitudes aristocratiques.

Les deux couples sont des Lyonnais de « souche », même si très rapidement l’un va définitivement quitter les bords de la Saône pour s’installer à Paris. Ils ont vécu durement, parfois de manière traumatique, la Révolution : leurs pères sont, du moins trois sur quatre, des proscrits : l’un est arrêté, emprisonné plusieurs semaines avant d’être guillotiné lors de la répression jacobine qui frappa Lyon devenue « Ville affranchie » pendant l’hiver 1793-1794. Un autre doit fuir la répression et, après un long périple, finit par trouver refuge à Paris, qu’il ne quittera plus ; un troisième, qui a connu la prison, fuit également Lyon et s’installe définitivement à Rouen. Tous sont touchés, car tous sont considérés, non sans raison, comme des responsables politiques : l’un, constructeur d’un pont célèbre qui traverse le Rhône, est accusé d’avoir freiné la progression des troupes jacobines en sabotant son chef d’œuvre ; les deux autres ont fait partie du pouvoir municipal révolutionnaire, l’un comme maire de Lyon et l’autre comme officier municipal.

L’ensemble de ces protagonistes se situe dans la même classe sociale, à quelques distinctions de rang près, que les héros des romans de Constant de Rebecque et d’Isabelle de Charrière. La question qui se pose, à l’ouverture du rideau sur les vies réelles des familles, est celle de la similitude entre ces destins romanesques et les morceaux de vies que découvrent ces lettres : le malheur conjugal que décrit Isabelle de Charrière, à travers les époux Henley, est-il vécu sur le même mode par les hommes et par les femmes de cette époque ? Les épouses sont-elles vouées, comme Mistriss Henley, à subir l’insensibilité de compagnons épris d’un rationalisme aussi froid qu’ennuyeux ? Les époux sont-ils destinés à ne se pas comprendre, pris chacun dans les rets d’éducations trop différentes, voire disparates, pour parvenir à une entente ?

Les deux couples que nous avons placés au centre de notre récit sont de générations sensiblement différentes ; les uns, tout comme les époux Henley, se sont mariés juste avant la Révolution, en 1786 pendant que les autres étaient encore dans l’enfance. La différence de génération introduit-elle une différence et cette différence est-elle imputable à la période, aux événements politiques et à leurs conséquences sur les attitudes morales, pratiques, socio-économiques ? En d’autres termes, la Révolution puis l’Empire ont-ils pu avoir un impact différencié sur les manières de vivre conjugalement ?

Qui sont, alors, les protagonistes de ces vies conjugales esquissées, détaillées parfois, décrites subjectivement à travers cet ensemble colossal de lettres ? Et de qui sont ces lettres, c’est-à-dire à travers quel prisme observe-t-on ces couples ?

Deux groupes, nous avons dit, au centre desquels nous découvrons deux couples.

Antoine et Marie-Madeleine

Le premier dans le temps, c’est-à-dire le premier à se marier, c’est le couple d’Antoine et de Marie-Madeleine. Nous sommes en 1785, au printemps. Antoine a, alors, 25 ans : c’est relativement jeune pour un homme de cette classe sociale, mais c’est dans les normes pour un premier mariage. [dzd2] Sa promise est, comme il se doit, bien plus jeune que lui : Marie-Madeleine, lyonnaise elle aussi, n’a que 19 ans. C’est un âge tout à fait normal pour marier une jeune fille de la bourgeoisie fortunée.

Marie-Madeleine Guilloud est la fille d’un capitaine « riche et estimé ». On ne sait que très peu de choses de la jeune fille qu’elle est.

Antoine, qui a fait des études de droit, a été reçu avocat au parlement de Paris en 1779, c’est à dire à 19 ans ; lorsqu’il se marie, il est aussitôt nommé procureur du roi au titre des finances de la généralité de Lyon : titre pompeux autant qu’état lucratif. Le mariage des garçons, en particulier des aînés, était souvent l’occasion de leur trouver un état susceptible de leur permettre d’assurer largement leurs charges de famille. Antoine n’est de toute façon pas à plaindre ; avant même de se marier, il a acquis une belle propriété ; ou plutôt, ses parents ont acquis, pour lui, une belle propriété. Il s’agit d’un petit château, situé dans la campagne au nord de Lyon, à une quinzaine de km (c’est-à-dire deux bonnes heures de route) de la ville, entre Chasselay et Poleymieux. Quelques années plus tard, Antoine est toujours lourdement  endetté par l’achat de cette spacieuse habitation perchée sur une colline dominant, sur sa façade nord, la campagne de Chasselay et tournant le dos aux Monts d’Or : en 1799, il doit encore 100 000 francs, payables en trois ans. C’est l’équivalent, aujourd’hui, d’un bien estimé à[av3] ; acquis en 1778, alors qu’il n’avait que 18 ans, nécessairement grâce au crédit (sinon à la fortune) de son père, Machy restera, pour Antoine, le lieu où il aimera le mieux vivre, se retrouver en famille, et vieillir ; en dépit des drames qui s’y dérouleront, et des pressions très fortes qu’exercera Marie Madeleine pour revendre un lieu qui s’est chargé de souvenirs déchirants, jamais il ne consentira à s’en séparer. Le château existe encore, et il a gardé bien des traces de l’époque de Morand : la propriété de Machy a conservé, notamment, des peintures sur les poutres et au plafond, qui datent de l’époque d’Antoine et de Marie-Madeleine ; quelques pièces ont été ajoutées par les descendants qui n’ont vendu le domaine qu’à la fin du XXème siècle.

jean-antoine-morand

Jean Antoine Morand de Jouffrey

Le père d’Antoine, presque son homonyme, se prénomme Jean Antoine ; c’est un architecte célèbre lorsqu’il marie son fils ; et devenu, par ses œuvres et son génie architectural autant qu’urbanistique, fort riche.

Jean Antoine, fils d’un magistrat de la ville de Briançon, très jeune avait fuit l’autorité paternelle ; après avoir fait ses premières armes dans le décor peint, il se fait architecte puis constructeur du premier pont de bois qui enjambe le Rhône dans sa partie septentrionale, au nord-est de Lyon. Mais il doit sa fortune à l’idée ingénieuse, vraisemblablement venue de Soufflot, d’étendre la ville de Lyon sur la rive gauche du Rhône : à quelques mètres des premiers hôtels qu’il a fait bâtir dès les années 1750 sur le quai Saint Clair, il achète aux Hospices civils de Lyon des terrains qu’il va lotir, aménager et auxquels il va donner le nom de « Pré Morand », connu aujourd’hui comme « les Brotteaux ». C’est pour relier ce quartier au reste de la ville qu’il construira, entre 1771 et 1775, son pont de bois.

Le pont Morand

Le pont Morand

La Révolution, notamment au moment du siège de la ville, emportera la quasi-totalité des bâtiments et des arbres qui vont brûler. Ce sera l’œuvre de son fils, Antoine, de reconstruire et de mettre en valeur ce qui, au moment de la succession de son père et du partage avec sa mère, n’est plus qu’un champ de ruine ; un champ de ruine de sinistre mémoire, de surcroît, puisque c’est là qu’ont lieu une grande partie des exécutions de la Terreur, et que sont enterrés, dans d’immenses fosses, la plupart des guillotinés.

(à suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[av1]Voilà où j’ai inséré ton petit texte.

[dzd2]Oui, on peut mettre des statistiques. Je viens de chercher dans le livre de Flandrin que j’ai dans mon bureau, mais je n’ai pas trouvé ce qu’il faut encore.

[av3]Il faut que je retrouve l’acte d’achat de Machy, peut être aux archives du Rhône, pour me rendre compte du prix qu’il a payé ce domaine, et faire l’estimation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.