Introduction au livre-sans-titre (2/4)

Antoine comme Marie-Madeleine sont donc de jeunes époux gâtés par la fortune. Leur contrat de mariage est plus qu’avantageux : à Lyon, les parents d’Antoine lui lèguent la jouissance de l’une de leurs maisons, située quai Saint Clair, sur les bords du Rhône, ainsi que la propriété du « pré Morand ».

Le pont Morand et, au fond, le quartier Saint-Clair (BM Lyon)

Le pont Morand et, au fond, le quartier Saint-Clair (BM Lyon)

La maison du quai est d’ailleurs bien plus qu’une maison : c’est tout un hôtel construit en pierre de taille par le père d’Antoine. Il n’est pas certain, cependant, que le couple ait choisi de s’y installer. La maison du quai est un logement spacieux mais son emplacement est excentré : sur les plans de la ville, on voit bien, en effet, que le quai Saint Clair est à l’extrême limite au nord de la presqu’île, à quelques mètres des remparts qui ferment l’accès au faubourg de la Croix Rousse. Il est plus probable que le couple ait choisi de s’installer plus près du centre, c’est-à-dire plus près de la place de Bellecour : on a conservé une lettre dans laquelle Antoine se fait adresser son courrier au n°9 de la rue du Plat. Mais, tardive puisqu’elle est datée de 1796, elle ne garantit pas que, dans les 10 années précédentes, le couple n’a pas vécu ailleurs. Au n°9 de la rue du Plat, l’immeuble est situé juste derrière la place de Bellecour, du côté de la Saône ; le couple loge ainsi à quelques pâtés de maison des parents d’Antoine qui se sont installés au n° 66 de la rue Saint-Dominique qui donne, elle, directement sur la place de Bellecour. Le quartier était celui de l’aristocratie : Antoine et Marie-Madeleine, davantage que leurs parents, par le choix de cette localisation, se situent dans cette classe sociale[av1] .

Les époux se sont-ils choisis ? Nul ne sait. Se choisir pouvait tout au plus signifier, à l’époque et dans cette classe de la société, donner son accord aux choix effectués préalablement par les parents et leur entourage. Il va de soi que plus les dots étaient importantes, plus les prétendants se présentaient et plus les jeunes gens avaient de latitude pour faire agir leurs préférences. Marie Magdeleine est issue de la bourgeoisie et apporte, à n’en pas douter, une dot conséquente : la mère d’Antoine veille et manifeste, sur ce point, des prétentions très élevées. En témoigne son attitude très sélective au moment de marier sa fille Eléonore. Malheureusement, le contrat de mariage d’Antoine et Marie Madeleine est absent des archives [DD2] et[av3] il ne nous est pas possible de connaître le tribut qu’apporta la jeune femme au moment de la formation de son couple. On ne peut, par conséquent, pas plus deviner que savoir si elle a pu manifester une préférence, ou bien si elle a dû obtempérer, bon gré mal gré, aux volontés parentales. Quant à Antoine, sa fortune, la réputation de son père et son appartenance à l’aristocratie ne pouvaient que lui ouvrir l’espace des possibilités ; il est fort probable qu’il ait pu faire jouer ses goûts, et entrer dans le mariage comme on entre dans une vie pleine de promesses et de rêves réalisables.

Le fait est qu’Antoine, lorsque tout jeune marié il écrit à son oncle, se décrit comme « parfaitement heureux » : sa femme est, dit-il, « aimable ». On n’en saura guère plus sur ces années qui précèdent la correspondance que la longue période révolutionnaire va les amener, ensuite, à échanger : les époux, au début de leur mariage, font un bref voyage à Paris, à l’occasion du serment prononcé par Antoine pour se faire recevoir à la chambre des comptes, mais aucune lettre n’a subsisté d’une éventuelle correspondance avec la famille restée à Lyon. Les époux vivent ensemble et près de leur famille lyonnaise : nous n’avons, par conséquent, quasiment aucune trace écrite des sentiments et des émotions qu’ils ont pu éprouver à cette période de leur vie : que ce soit entre Antoine et Marie Madeleine ou entre le fils et la mère, nous n’avons aucune lettre susceptible de nous renseigner sur le détail de la vie familiale du couple entre 1789 et 1793.

Très vite, c’est-à-dire moins d’un an après la célébration du mariage, un premier enfant naît ; c’est une fille. On la prénomme Antoinette Albine. Elle s’appellera, et on l’appellera, Albine. Un an plus tard, un deuxième enfant paraît : cette fois c’est un garçon et on lui donne le triple prénom d’Aimé Jean-Jacques. Cette association insolite d’un prénom en forme de qualificatif et d’un illustre prénom composé décrit bien l’atmosphère rousseauiste dans laquelle, au milieu des années 1780, baignait ce couple de la grande bourgeoisie cultivée. Cependant, effet ou pas des événements révolutionnaires, on ne l’appellera jamais autrement que James.

Marie Madeleine est une femme qui, avec deux grossesses successives, a rapidement perdu sa « taille de demoiselle » et acquis une corpulence qui lui sied bien, de l’aveu d’Antoine. C’est une femme dont on sait, et dont on saura, peu de choses : ses lettres n’ont, pour la plupart, pas été conservées. C’est à travers le regard qu’Antoine pose sur elle qu’on la découvrira, d’une manière forcément partielle. Lui même est un homme habitué aux plaisirs ; celui de la chair n’est pas des moindres, on aura l’occasion de s’en apercevoir et, plus que cela, de prendre la mesure de son attachement pour les attraits de celle qu’il surnomme, affectueusement, « Mion ». Il se décrit volontiers comme un paresseux invétéré, un amateur de vin, de bonne chère et de gibier. On n’a pas conservé, aux archives du moins, de portrait de cet homme qui, avec la trentaine, était devenu « rond comme une boule ». A la manière qu’il avait, alors, d’annoncer ce changement à son épouse, on peut supposer que l’embonpoint était venu tardivement, alors qu’il s’était éloigné d’elle pour fuir la répression qui avait coûté, déjà, la vie à son père.

Car, au moment où nous rencontrons nos deux époux, c’est-à-dire au moment où la Révolution est déjà bien engagée dans la radicalité, Antoine et Marie Madeleine ont déjà vécu de plein fouet le traumatisme révolutionnaire. C’est d’ailleurs l’obligation où est Antoine de fuir Lyon qui oblige les deux époux à commencer une correspondance assidue.

Antoine a fui la ville dès les débuts de la répression de la révolte lyonnaise, probablement au moment où son père, Jean Antoine, est emprisonné, c’est-à-dire pendant l’hiver 1793. Qu’était-il jusqu’alors ? On sait qu’il fut lieutenant des grenadiers et président de la section de Saône, ce qui confirme qu’il habitait plus probablement rue du Plat, qui relève de cette section, que la maison du quai Saint Clair. C’est à ce titre qu’il participe, du moins le prétend-il, à la « défense de la ville » assiégée par l’armée jacobine. Il est mis hors la loi lorsque tombe Lyon, notamment parce que son nom figure, au côté de centaines d’autres, sur une pétition qui sert de liste de proscription. Il se soustrait aux poursuites en s’exilant à Briançon. Briançon, c’est la terre de ses ancêtres paternels : son père y est né. Résident encore, dans cette ville située à plusieurs dizaines de km de Lyon, un oncle et des cousines qui vont prendre soin de lui. C’est là qu’il trouve un emploi dans les subsistances de l’armée, comme inspecteur des vivres.

jean-antoine-morand-buste-vieux

Jean Antoine Morand

Jean Antoine, son père, après plusieurs semaines d’attente dans les prisons de la ville, est guillotiné au début de l’année 1794, vraisemblablement sur le pont même qu’il a construit, puisque là est posée la guillotine.

On a conservé les lettres qu’il envoie à sa femme pendant sa détention. L’acte d’accusation ne mentionne pas qu’il a, avant toute chose, réussi à empêcher l’anéantissement de son pont menacé par une « infernale » puis par des brûlots qui, ni l’une ni l’autre, ne parvinrent à leur fin. L’architecte est accusé d’avoir d’abord saboté son pont afin de protéger la retraite des révoltés ; et, crime non négligeable aux yeux de ses accusateurs, d’être « riche ». L’homme, acculé, nie tout : il nie sa richesse, qu’il impute à celle de sa belle famille : il a épousé une fille « de famille honnête qui lui a apporté 60 000 livres de dot » ; il nie son intérêt, lui qui, sur les 3 arpents acquis aux Brotteaux, en a donné la moitié au public en plantant des arbres, et en le nivelant sur plus d’une demi-lieue de longueur pour en faire une promenade publique.

En 1784, les Brotteaux accueillaient des attractions.

En 1784, les Brotteaux accueillaient des attractions.

« C’était ton intérêt qui te conduisait », lui rétorque-t-on lors de son bref interrogatoire ; mais, répond Jean Antoine, inutilement astucieux : « j’aurais agi en mauvais père de famille si je n’avais eu la liaison intime de l’intérêt public et du mien ».

Jean Antoine a été emprisonné en novembre. On a conservé les petits bouts de papier, les lettres qu’il fait parvenir à sa femme, Antoinette. Au dos de la plupart de ces courriers, on lit : « A la citoyenne Morand, rue Challier, n°66, cy[i]-devant rue saint dominique ». Challier, en vérité Chalier, était ce représentant du pouvoir jacobin dont l’exécution, par les sections en révolte, avait sonné comme le coup d’envoi du siège de la ville et de sa répression. Qu’on ait donné son nom à la rue qu’ils habitaient sonnait certainement d’une étrange et ironique manière pour la famille Morand ; cela indique assez combien la rue Saint-Dominique était considérée comme l’une des plus importantes, au moins symboliquement, des rues de la ville.

Les conditions de détention, extrêmement dures, ajoutent à la détresse du prisonnier et de sa famille. Entassés à plus de trois cents les uns sur les autres, le vacarme et la promiscuité, les odeurs de la paille placée sur les lits et qui devient vite du « fumier », l’insalubrité, le froid, le défilé des détenus « unis par une corde deux à deux comme les chevaux à la foire », l’attente de la libération, l’impossibilité de dormir plus d’une heure de suite, tout cela « donne l’idée d’un enfer dont il est impossible d’assez peindre les horreurs », confie Jean Antoine ; et encore bénéficie-t-il de conditions privilégiées : le lit, les draps, les couvertures mais aussi le linge de corps et la vaisselle, le papier, l’encre et les plumes lui sont apportés de l’extérieur, de même que la soupe de vermicelles qui lui arrive de manière frauduleuse : le prisonnier, ou sa femme, ont réussi, contre vingt sols, à trouver une alliée. C’est elle, parce qu’elle a « les entrées de l’hôte », qui se charge d’améliorer ses conditions de détention en lui faisant passer, chaque jour, du fromage, du chocolat, des pâtés, poulardes et même des gigots. Car le quotidien se résume le plus souvent à demeurer privé de soupe. Mais parce qu’il est soutenu, parce qu’il peut obtenir de l’aide de l’extérieur, Jean Antoine parvient néanmoins à se ménager un quotidien un peu plus confortable que l’ordinaire de ceux qui sont isolés ; il parle, ainsi, du domestique qui viendra prendre son lit pour l’emporter dans l’hôtel commun où il va être, avec les autres détenus, transféré. Antoinette sa femme, la sœur de celle-ci et Eléonore leur fille, sont restées à « Ville Affranchie » : ce sont ces trois femmes qui veillent sur le prisonnier. Antoine, dont il n’est pas question dans les lettres du père, est parti déjà, et peut-être déjà en route pour Briançon ; quant à Marie Magdeleine, elle fait des allers et retours entre Machy et Lyon, et est auprès de sa belle famille pour le jour de Noël. Il n’est pas question, non plus, de l’époux d’Eléonore, Bertrand de Besson qui comme la plupart des hommes de cette famille sont obligés de s’éloigner de la ville s’ils veulent conserver leur tête[1].

Ce sont donc les femmes qui, non seulement sont chargées d’assurer le bien être du prisonnier, mais également de s’occuper de sa défense. A cet égard, Jean Antoine s’en remet entièrement à sa femme : « tu es sage et je me repose entièrement sur toi », lui dit-il en évoquant le jugement que les factions doivent émettre sur leurs membres maintenus en détention.

L’interrogatoire dont nous avons parlé a lieu le jour de Noël ; il a duré, d’après Jean Antoine, plus de 25 minutes. Impossible, confie-t-il le lendemain, de rien « présumer du jugement qu’on a rendu à [son] égard ». Anxieux de savoir en quoi il consiste, il charge son épouse, une fois encore, de trouver les informations nécessaires. Son désarroi, alors, est extrême : « il s’en faut bien que je possède ma tête », confie-t-il, demandant qu’on maintienne ces « petites visites » qui lui sont « d’un prix infini » pour sa consolation et son bonheur.

A la mi janvier, Antoinette écrit aux juges de la commission du département. « Alarmée sur la santé de ce qu’elle a de plus cher », elle plaide en faveur de la « délivrance » de son époux. En vain. Une semaine après, Jean Antoine griffonne, sur un morceau de papier, au crayon à papier, les mots suivants qui seront ses derniers : « J’ai été interrogé à 8 heures ce qui a duré plus de 20 minutes cela s’est fait avec égard ; douceur et fermeté de la part des juges, tranquillité et force de ma part on m’a renvoyé dans la même salle ce qui est de bonne augure à ce que tout le monde assure. » Jean Antoine sera exécuté le lendemain.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[i] On orthographie généralement ci-devant mais l’orthographe cy-devant est avérée. Nous ne reproduisons pas, généralement, les incorrections orthographiques qui parsèment les lettres de nos couples. Cependant, lorsque le terme est nouveau, ou que son usage connaît des changements importants, il peut se prêter à toutes sortes de fantaisies qu’il est utile, à notre avis, de laisser apparaître quand elles marquent le caractère novateur, et encore non fixé, de la nouvelle appellation.


[1] Paul Bertrand de Besson avait épousé Eléonore, la sœur d’Antoine, en 1786 Avocat et conseiller au Parlement du Dauphiné depuis 1781, il s’est trouvé, avec sa femme, porté comme émigré sur la liste des notoirement suspects arrêtée en avril et mai 1793. En dépit de cette suspicion portée à son encontre, Eléonore est demeurée auprès de sa mère. Cf. Abbé Cyprien Perrossier, « Correspondance d’Achard de Germane  avec M. de la Coste… », in Bulletinde la Société départementale d’Archéologie et de Statistique de la Drôme, tome XX, 1886, p. 233.


[av1] Je dois aller voir, aux AM, dans les lettres qu’Antoine envoie à son père, celle sur les preuves de noblesse, lettres antérieures à 1779. On consacrera, plus loin, un paragraphe sur la recherche de reconnaissance qui a été une véritable obsession familiale : du père qui demande en vain la croix de Saint Michel au fils qui la redemande puis obtient le grade de Chevalier de la légion d’honneur.

[DD2] As-tu essayé de le trouver aux archives départementales ?  Tu  connais leur notaire, non ? Et tu as la date de leur mariage ? Ca ne doit pas être trop difficile de trouver.

[av3] J’irai voir, tu as raison.



Citer ce billet
Anne (2009, 18 juillet). Introduction au livre-sans-titre (2/4). Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poxs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.