Introduction au livre-sans-titre (3/4)

La déflagration est telle qu’Antoine, de là où il s’est réfugié, craint pour la vie de sa mère ; « conservez, lui écrit-il sur un quart de feuille vert pâli, sans date et sans signature, chère et tendre mère, des jours si précieux à vos enfants » ; que les soins dont l’entourent sa sœur, sa fille Eléonore puissent, souhaite-t-il, l’attacher encore à la vie. Lui-même, continue-t-il, sans qu’on puisse être certain qu’il parle au sens propre ou au sens figurer, se voit obligé d’étouffer sa douleur « pour conserver [sa] tête ». Lorsqu’il reprend la plume, au mois d’avril, c’est pour confier à sa mère que l’isolement, l’éloignement accroissent sa douleur au point de lui donner des accès de folie et de violence qui « dans tout autre pays, pourraient [le] compromettre » : « je n’ai vraiment d’autre ressource que de chercher à m’étourdir et j’y réussis quelquefois ». C’est par une lettre qu’il a appris l’exécution de son père ; lettre qu’il ne parvient pas à relire, dit-il, attendant pour cela que sa raison soit « devenue la plus forte ». Antoine sait que son courrier peut être lu ; il choisit avec soin les termes qu’il emploie pour exprimer sa révolte ; et n’écrit à sa mère que de manière détournée, comme s’il s’agissait d’une amie. La lettre qu’il envoie le 24 germinal est adressée à la « bonne maman d’Albine », et non à « Mme Morand » ; elle a probablement été acheminée par des amis, des relations sûres qui se sont chargés de la lui remettre. D’une prudence extrême, il n’accuse que la providence : « ha, digne amie, on est bien tenté de murmurer contre les inexplicables décrets de la Providence quand on voit un sort aussi affreux réservé à tant de vertus, quand on voit un bon père de famille terminer ainsi une carrière aussi laborieuse ; quand on voit une bonne mère une tendre épouse, livrée pour toujours à la douleur pour prix de ses peines et de ses vertus. En vérité ces réflexions sont déchirantes, quelquefois elles m’attendrissent, mais le plus souvent elles égarent ma raison et me rendent injuste vis-à-vis de l’être suprême dont il n’appartient pas à des êtres faibles d’expliquer les immuables volontés. » Et lorsqu’il en vient à traiter des affaires qui les concernent tous deux, c’est à la troisième personne qu’il parle de lui-même : « j’ai fait part à Ant. de tout ce que vous me dîtes de sa Mère et des affaires qui peuvent l’intéresser… ».

A cette époque de leur vie, Antoine et sa mère, de fait, sont encore des amis ; convaincu qu’elle « n’a jamais travaillé que pour ses enfants » et que leurs intérêts communs ne pourraient être en de meilleures mains, il l’engage, sur ces affaires dont on devine qu’elles concernent la succession de Jean Antoine, à se « conserver de quoi vivre bien libre et bien indépendante ». Cependant, l’avenir proche montrera que chacun a une opinion bien différente de ce en quoi consistent les ressources nécessaires pour préserver cette liberté et cette indépendance. Les ennuis et les dissensions suivront qui mèneront le fils et sa mère à s’affronter violemment, à s’en remettre à la justice et finalement à contraindre Antoinette, en 1796, à quitter Lyon pour trouver refuge à Grenoble, dans un petit appartement proche de celui de sa fille et de son gendre.

Antoine va demeurer une année en exil, principalement à Briançon ; parti de Lyon au moment, sans doute, de la défaite de la ville, c’est-à-dire en octobre 1793, il ne rentrera qu’en décembre 1794. Mais les premières lettres qu’il adresse à « Mion » datent seulement du printemps : s’est-il caché à Machy avant de rejoindre Briançon ? A-t-on perdu les lettres qu’il aurait pu échanger avec Marie Magdeleine entre l’hiver et le printemps ? C’est plus que certain : en avril, dans une lettre à sa mère, il évoque une lettre « si importante », écrite par sa femme, qu’elle a préféré n’y pas glisser le mot que sa mère lui avait préparé. La première lettre conservée d’Antoine à Marie Magdeleine date du 3 messidor, c’est-à-dire du 21 juin 1794. C’est ici que nous commencerons le récit de cette vie conjugale qui se donne à voir, par parcelles et par intermittence, au travers de ces lettres ; une vie conjugale entre deux personnes qui se connaissent bien, puisqu’elles ont déjà vécu ensemble une dizaine d’années ; mais qui se tutoient, visiblement, pour la première fois lors de cette lettre datée du 3 messidor. Le drame de l’exécution du père, la peur incessante dans laquelle la Terreur lyonnaise a plongé les familles les plus en vue de la ville, mais aussi peut-être l’obligation de s’écrire, contribuent à resserrer le lien. Le tutoiement n’en est que le signe extérieur. Nous verrons, principalement à travers Antoine puisque seules ses lettres nous ont été conservées, combien le couple s’attache, en effet, à lutter contre le malheur des temps.

Il est un autre couple dont nous parlerons, tout au long de ces lignes. C’est un couple de Lyonnais qui a connu lui aussi la ferveur et la peur de 1793. Tout comme pour Antoine et Marie-Madeleine, ce sont des émotions ressenties surtout par personne interposée : car dans la famille de Pierre et d’Amélie, ce sont les pères qui, comme Jean Antoine, sont en première ligne.

Le couple se forme beaucoup plus tard que celui d’Antoine et de Marie Madeleine : Pierre Vitet a 17 ans en 1789. Amélie, sa future épouse, n’a que 4 ans. Il y a là un écart de maturité qui les amènera à vivre très différemment l’événement révolutionnaire ; ils ont en commun, par contre, d’avoir vu leurs pères échapper à la répression en les emmenant dans un exil définitif.

Pierre et amélie

Pierre Jean Vitet est né à Lyon en 1772. On sait peu de choses de sa petite enfance, mis à part qu’il est l’unique rescapé d’une fratrie de 10 enfants, tous morts en bas âge. Son adolescence et ses premières années d’adulte sont indissociables de la vie de son père, qu’il n’a pas quitté pendant la décennie révolutionnaire.

Son père, Louis Vitet, est un homme très connu : médecin, professeur de médecine et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres comme La Pharmacopée de Lyon[1] , Le Médecin du peuple ou encore Matière médicale). matiere-medicale-vitet-1803

Il est maire de Lyon entre décembre 1790 et septembre 1792, date à laquelle il est élu à la Convention mais également, inscrit sur une liste des « citoyens riches et contre révolutionnaires »[i].

Louis Vitet, le père de Pierre

Louis Vitet, le père de Pierre

Il vote pour la détention du roi mais se fait peu remarquer dans l’assemblée qu’il quitte, pour des raisons de santé, assez rapidement. Il s’installe alors à Longes, tout près d’une propriété déjà acquise par son grand-père Christophe Vitet, dans une vaste propriété qu’il vient d’acquérir à 50 km au sud de Lyon : il s’agit de l’ancien domaine de la Combe des Chartreux de Sainte Croix, qu’il a acquis au moment de la vente des biens nationaux en mars 1791. C’est là qu’il demeure, avec sa famille, pendant les 6 mois du printemps et de l’été 1793 qui voient les sections de Lyon entrer en révolte contre le pouvoir jacobin, exécuter Chalier, et toute la ville subir le siège du mois d’août. C’est à cette date, Pierre ayant alors 21 ans, qu’ils s’enfuient, laissant Mme Vitet derrière eux, pour rejoindre la demeure d’un ami. C’est à ce moment qu’ils sont arrêtés et conduits tous les deux au Comité de sûreté générale de Lyon qui les assigne à résidence. Lorsque le siège prend fin, Pierre et son père connaissent l’errance : ils cherchent refuge chez des amis, des parents, passent à Longes où Pierre enterre les bijoux de la famille, puis s’enfuient par la Suisse en janvier 1794. A Coppet, ils découvrent que leur réputation de républicains outrés les rend suspects aux yeux des émigrés qui peuplent alors la petite ville suisse. Ils vont aller de ville en ville, de déconvenue en déconvenue, jusqu’à Zurich où le père et le fils s’installent.

Ils reviennent en France à l’annonce de la chute de Robespierre, et après un détour par Lyon, rejoignent Paris au début du mois de janvier 1795. On connaît l’apparence physique de Pierre grâce à la description qui en est faite sur son passeport. A l’époque, il fallait en effet être autorisé à voyager à l’intérieur du pays. Pierre, pour se rendre de Lyon à Paris, a donc dû obtenir des papiers. On trouve, sur ce passeport, la description suivante : « 5 pieds 6 pouces, cheveux et sourcils châtains, yeux bruns, nez aquilin, bouche moyenne, menton rond, front ordinaire, visage ovale. » Rien de très marquant, sinon la grande taille de Pierre qui mesure 1,79 m  ; à cette époque, la taille moyenne des Parisiens exerçant une profession libérale est d’1,71 m[2].

Deux ans plus tard, toujours à Paris, le père se fait élire au Conseil des Cinq Cents. En 1798, le père achète une maison, ou plutôt un hôtel particulier puisqu’il s’agit d’un ancien couvent ; il est situé rue Saint Roch, près du jardin des Tuileries. Pierre reprend-il, alors, ses études de médecine ? Entré en apprentissage comme apothicaire lorsqu’il était à Zurich, il se déclare bientôt médecin. C’est du moins ce qu’il indique au notaire lorsqu’en 1801, il se marie avec Amélie Arnaud-Tizon.

Amélie est la fille d’un autre acteur politique de premier plan de la Municipalité lyonnaise des premières années révolutionnaires. Née à Lyon en 1785, Amélie Marie Josèphe est l’aînée de 4 enfants. Son frère Pierre Louis Arnaud-Tizon, que pour des raisons inconnues on appelle Ludovic, est né deux ans après elle, en 1787 ; trois ans plus tard, en 1790, c’est une petite fille qui vient au monde : Claudine Victoire, qu’on appelle Victoire ; enfin, passé le long tumulte révolutionnaire, et la famille à l’abri loin de Lyon, la mère donne naissance à une troisième fille à Rouen en 1798.

On sait peut de chose sur l’enfance d’Amélie. Etre une jeune enfant pendant la Révolution, avec un père très impliqué dans les affaires de la Municipalité, n’a pas dû être facile mais on n’a pas gardé trace de cette mémoire-là, chez elle. Comme toutes les bourgeoises de l’époque, elle a reçu un minimum d’instruction : elle sait lire et écrire, mais continue, adulte, à faire des fautes d’orthographe.

Ses parents sont de riches négociants lyonnais qui ont réussi à faire fructifier une affaire familiale déjà florissante, si l’on en juge par le montant de la dot au moment de leur mariage : la mère d’Amélie a, en effet, reçu 100 000 livres, soit le double de la dot reçue par la mère d’Antoine ; quant à son père, il a hérité de presqu’un demi million de livres de son père, un Claude lui aussi.

Claude Arnaud-Tizon siège, entre novembre 1790 et novembre 1792, à la Municipalité de Lyon. Il a donc bien connu Louis Vitet puisqu’il est élu avec lui et Chalier ; et comme eux identifié, par Jaurès, comme l’un des « chefs du parti démocrate et patriote »[ii] – on parle alors du parti des « Rolandins », du nom de leur chef de file. On retrouve son patronyme sur des listes de Jacobins. Etrangement, on ne voit pas son nom apparaître sur le procès-verbal de la séance de septembre 1792 qui mit Louis Vitet sur la liste des citoyens « riches et contre révolutionnaires » ; pourtant, il est présent jusqu’à la dissolution de mai 1792 et réapparaît le 4ème jour du second mois de l’an 2, c’est-à-dire en octobre 1793[iii], comme chargé des subsistances et des finances. D’ailleurs, notons également que Claude Arnaud-Tizon est au conseil municipal lorsque Jean Antoine Morand est guillotiné, en janvier 1794 ; et qu’il est encore là en thermidor an II, c’est-à-dire après la réaction thermidorienne, aux côtés du maire Antoine-Marie Bertrand. Pour peu de temps : Bertrand est remplacé en septembre et doit s’enfuir ; c’est à cette occasion que Claude Arnaud-Tizon est révoqué, incarcéré et transféré à Paris.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Pharmacopée de Lyon, ou Exposition méthodique des médicaments simples et composés, …, par M. Vitet, Médecin, ancien professeur de chymie et d’anatomie, de la Société royale de médecine de paris, à Lyon, 1778. Pour l’anecdote, on notera que l’accouchement est considéré comme une maladie de la neuvième classe, dite des « maladies par rétention de matières fluides, ou solides ».

[2] Jacques Houdaille, « La taille des Parisiens en 1793, » Population 38 :1 (1983), p. 177.  La taille moyenne des paysans (vaste majorité de la population à l’époque) et des pauvres citadines était bien plus petite.


[i] Délibération des Corps municipaux, Archives Municipales de Lyon.

[ii] Cf. Jean Jaurès, Histoire socialiste, tome I, La Constituante (1789-1791), Paris, Jules Rouff, p. 420.

[iii] Délibération des Corps municipaux, Archives Municipales de Lyon.



Citer ce billet
Anne (2009, 19 juillet). Introduction au livre-sans-titre (3/4). Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poxt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.