Pierre Guyomar : “Ridicule citoyenne !”

“Le partisan de l’égalité politique entre les individus ou problème très important de l’égalité en droits et de l’inégalité en fait”, 1793

“Je ne conçois pas comment une différence sexuelle en mettrait une dans l’égalité des droits. Quoi ! ce serait là la ligne de démarcation tracée par la nature entre la partie souveraine et la partie sujette dans l’espèce humaine. En ce cas-là, les femmes naissent et demeurent esclaves, et inégales en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune des hommes. (…)

De deux choses l’une, ou la nation est composée d’hommes et de femmes, ou elle ne l’est que d’hommes. Dans le premier cas, les hommes forment un corps, contre l’esprit de l’article [Deux] ; dans le second cas, les femmes sont les ilotes de la République. Choisissez : de bonne foi, la différence des sexes est-elle un titre mieux fondé que la couleur des nègres à l’esclavage ? (…)

Où est donc l’obligation de la femme d’obéir à des lois auxquelles elle ne concourt ni directement ni indirectement ? (…)

Je soutiens que la moitié des individus d’une société n’a pas le droit de priver l’autre moitié du droit imprescriptible d’émettre son voeu. Affranchissons-nous plutôt du préjugé de sexe, comme nous nous sommes dégagés du préjugé de la couleur des nègres. (…)

Tous les jours, j’entends dire : la France a 25 millions d’habitants ; alors on comprend les femmes. S’agit-il de calculer le nombre des membres du souverain : sans façon on fait la soustraction de la moitié de la population. De quel droit, de quelle autorité s’il vous plaît ? (…)

On me dira, sans doute, que la Constitution a aboli la féodalité. Moi, je soutiens qu’elle en conserva la plus forte racine par la succession des seuls mâles au ci-devant trône constitutionnel de France. (…)

L’homme et la femme sont également habiles à régner, et à se faire détester : mais l’un et l’autre sont susceptibles de la vertu ainsi que du vice. Les mêmes talents se développent dans chaque individu, par le moyen d’une bonne éducation. (…)

Cette liberté, cette égalité appartiennent également à l’homme et à la femme, ou bien l’immortelle Déclaration des Droits contient une mortelle exclusion. (…)

Je pense donc que la déclaration des Droits est commune à l’homme et à la femme. Je ne vois pas quel titre à la souveraineté pourrait réclamer l’un, qui ne serait aussitôt revendiqué par l’autre. (…)

…il y a plus de différence d’homme à homme, qu’il n’y en a de tel homme à telle femme. (…)

Admettrons-nous, rejetterons-nous de notre pacte social les femmes ? (…)

Quoi ! le Français esclave dit : Les femmes sont indignes de monter sur le trône [référence à la loi salique]. Le Français libre dira-t-il aussi : les femmes sont indignes de jouir de l’égalité des droits politiques. N’est-ce pas, sous deux gouvernements très différents, tenir le même langage ? (…)

Quoi ! à la naissance de l’égalité,

on proclamerait aussi l’esclavage de la moitié du genre humain dont nous avons le projet de faire le bonheur. L’époque du nouvel ordre de choses laissera les femmes dans l’ancien, et elles dateront de ce jour leur nom d’ilotes de la Républiques ; elles seront des servantes non gagées, placées dans le même rang que nos constituants assignèrent aux serviteurs à gages. En effet, elles n’ont point de cité ; si elles n’ont pas droit de voter dans les assemblées primaires, elles ne sont pas membres du souverain. Ce sont deux vains mots pour elles. J’observe, en passant, que le nom de citoyenne est plus que ridicule, et doit être retranché de notre langage.

Il faudra désormais les appeler femmes ou filles de citoyen, jamais citoyennes. Ou retranchez le mot, ou accordez la chose. (…)

Mais je dois déclarer que le droit de cité est pleinement acquis par la seule votation et délibération dans les assemblées primaires.

Je dirai même que ce droit est le seul que les femmes puissent exercer, à en juger pas les moeurs européennes. Un usage que j’invoque, parce qu’il est fondé sur la nature et nos moeurs ; cet usage établit un partage d’occupations entre les individus. La femme est chargée de nourrir, d’élever les enfants en bas âge ; elle s’occupe des affaires du dedans, tandis que l’homme fait les affaires du dehors. Le genre de vie des femmes mariées ou non, est et doit être sédentaire parmi nous ; celui des hommes est plus actif. Sans inconvénient.

Un jour viendra peut-être où le règne des moeurs permettra aux individus des deux sexes de circuler avec la même sécurité. (…) Mais la vie sédentaire ne l’est pas au point qu’elle entraîne l’exclusion des assemblées primaires. (…)

On me fera sans doute le reproche de composer moi-même avec les principes, et de proposer une exclusion tout en m’opposant aux exclusions. Voici ma réponse. Les femmes élisantes ont incontestablement le droit d’être élues. Je dois distinguer ici et la rigueur du droit et les convenances tirées de nos moeurs. La compatibilité est seulement présumée et non réelle. (…)

Je ne vois même aucun inconvénient à l’admission de certaines places locales, qui n’exigeraient aucun déplacement. (…)

… aujourd’hui, il ne doit y avoir entre les hommes des deux sexes d’autre distinction que la vertu et le vice. J’ajoute que les droits et les devoirs de la nature sont d’un ordre supérieur à toutes les institutions antiques ou nouvelles. (…)

Apôtres de l’égalité, traitons les femmes égales, et marchons de front dans la carrière politique.”



Citer ce billet
Anne (2008, 9 octobre). Pierre Guyomar : “Ridicule citoyenne !” Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/powu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.