Chapitre Deux : Des enfants à élever (1/7)

2. Des enfants à élever

De son lointain exil, Antoine parlait déjà d’étendre leur famille. Albine et James étaient nés avant la Révolution, en 1786 et 1787. Avaient-ils sciemment renoncé à toute grossesse alors que s’annonçaient, avec la précipitation des événements politiques, des temps troublés ? Ou bien Marie Magdeleine avait-elle connu, comme très souvent les femmes à cette époque, des fausses couches qui avaient retardé d’autant l’arrivée d’un troisième enfant ?

Car le désir d’une famille nombreuse est présent chez Antoine. De Briançon, où il a tout loisir de rêver à un avenir meilleur, il annonce : « il nous faut doubler au moins nos richesses »[1] ; et de s’imaginer, comme s’il émergeait d’un roman de Rousseau, auprès de sa « fermière » pour l’aider à « former de bons citoyens et bonnes mères de famille ». Le sort leur donnera un dernier enfant, Eléonore, en 1795. Mais le petit frère attendu ne viendra pas.

Chez Pierre et Amélie, le désir d’une grande famille est le même. Mais le petit Louis dit « Ludovic », né en 1802, attendra sa sœur pendant vingt ans.

Bien des choses diffèrent de notre conception de l’éducation des enfants, chez ces couples fortunés. D’abord, le caractère extrêmement différencié des soins qu’on apporte aux garçons et aux filles : quoiqu’élevés, éduqués et instruits ensemble pendant une grande partie de leur enfance, ils sont soigneusement préparés pour endosser des rôles distincts. La deuxième différence, c’est la forte implication des pères dans cette formation de l’enfant, sous la forme d’un mélange d’autorité et de tendresse. La troisième différence, c’est que les soins domestiques, et le travail parental dans ce qu’il peut avoir de plus pénible, sont pris en charge par la domesticité. Les mères peuvent se consacrer entièrement à une éducation domestique qui consiste non seulement à prendre soin de la santé des enfants, mais également à les éduquer et les instruire, au jour le jour, pendant les sept premières années de leur vie quand ce sont des petits garçons et pendant les dix-huit années qui précèdent le mariage quand ce sont des filles. Autant dire que ce n’est pas une moindre responsabilité ni une petite charge.

Enfin, il est une chose qui a considérablement changé depuis l’époque : le risque de mortalité maternelle à la naissance des enfants. C’est bien sûr par cela qu’il faut commencer l’histoire de ces couples lorsqu’ils se faisaient parents.

Mettre au monde et maintenir en vie

Donner naissance

On ne sait pas grand-chose de la venue au monde des premiers enfants d’Antoine et Magdeleine. Albine est née moins d’un an après leur mariage, le 18 avril 1786 ; et son petit frère, James, naît 14 mois plus tard, le 16 septembre 1787.

Antoine a, malgré ces naissances rapprochées, vécu une expérience dont il garde un souvenir cruel. On l’apprend au moment de la naissance de sa nièce Olimpe, en mai 1787 : « nous avons tous appris avec transport l’heureuse délivrance de ma petite sœur maintenant petite maman » ; mais ajoute-t-il, « quelque naturels que soient ces moments on ne peut se défendre de certains mouvements de crainte, surtout quand (…) comme moi l’on a assisté à une scène [dzd1] qui ne s’effacera jamais de ma mémoire. » Quelle est-elle, on ne saura pas. Marie Magdeleine a-t-elle vécu une fausse couche, malgré les naissances rapprochées d’Albine et de James ?

Il est certain, de toute façon, que les grossesses étaient vécues comme des moments particulièrement risqués pour la vie de la mère. On prenait toutes sortes de précautions pour ménager celle qui portait l’enfant : une mère, surtout au tout début de sa grossesse, doit rester chez elle, éviter la danse, les sorties, les mouvements brusques. La mère d’Amélie s’inquiète d’avoir appris par Pierre qu’Adèle, sa fille cadette, est toujours fatiguée de sa grossesse : « comment va-t-elle se tirer de l’entreprise de donner un bal dans son petit appartement, j’ai peur qu’elle ne se fatigue beaucoup trop pour son état ; tu aurais dû interposer ton autorité de maman, que je t’ai déléguée, pour faire quelques observations à cette jeune tête, elle ne les prend pas toujours comme il faudrait, enfin, l’âge viendra, il me tarde de savoir comment tout se sera passé et surtout si elle n’a pas été fatiguée de cette corvée. »[2]

Est-ce le peu d’assurance qu’on avait de mener à terme ces grossesses qui incitait à les cacher le plus longtemps possible, y compris à son mari ? Il semble qu’ait régné le sentiment d’une entière responsabilité des femmes en la matière. Ce sont les hommes, à cette époque, qui sont censés porter l’unique germe de vie : les femmes se trouvent donc en charge de mener à bien le développement de cet être minuscule, d’origine masculine, qui leur a été confié. Toute fausse couche ne peut être considérée que comme un échec de la mère, sinon une faute. Il est juste, dans ce contexte, que la plupart des femmes préfèrent ne pas faire connaître leur état, jusqu’au moment où il devient impossible de le cacher ; c’est la mère d’Amélie qui lui raconte que sa belle fille, la femme de Ludovic Arnaud-Tizon, enceinte, a pris le « prétexte de son deuil qu’elle a prolongé pour refuser les invitations de bals, je suis très contente de cette résolution car je te dirai sous le secret qu’elle est grosse de deux ou trois mois et qu’après l’accident qu’elle a eu dans sa dernière grossesse elle doit prendre bien des précautions et la danse surtout aurait pu lui faire mal… »[3] Un mois plus tard Catherine exprime encore ses inquiétudes pour sa belle fille, mais hésite de lui en parlé directement : « je crois t’avoir déjà marqué que Mde Ludovic était grosse. Cela me donne assez d’inquiétude d’après le dernier évènement qu’elle a éprouvé.  Il faut espérer qu’il n’en serra pas de même cette fois. Elle devait aller à Paris ce printemps avec ses enfants. Je ne sais si cela changera ses projets. Je ne lui donnerai la dessus aucun conseils mais je crois qu’elle ferrait très prudemment de ne pas voyager. »[4]

Chez les Vitet, l’écart de presque vingt ans entre l’aîné, Ludovic, et la petite sœur Amélie s’explique par les fausses couches d’Amélie, la femme de Pierre. Après dix années d’expériences tragiques, elle les vit toujours douloureusement, comme en témoigne une lettre de la mère de Pierre : « enfin, j’hésite à vous témoigner mon regret mes bons enfant sur ce qui vous affecte maintenant, quoique je n’eut pas bien compté sur cette grossesse[av2] , je conçois que vous en aviez l’espoir et que chaque jour assurait votre jouissance… ; (….) tu feras bien de l’engager cette chère femme de se promener tous les jours le matin à la fraicheur, le bon docteur[5] peut à cet égard donner de très bon avis, mais ce diner dont tu fais mention est je pense un pari pour le oui ou le non de la grossesse[av3] . »[6] Catherine, la mère d’Amélie, s’inquiète constamment des allées et venues de ses filles et belles filles dès lors qu’elles sont « grosses ». On la voit, à longueur de lettres, conseiller de prendre du repos, de ne pas danser et surtout de ne pas voyager. Mais il faut bien reconnaître que ses inquiétudes sont souvent fondées. Les femmes de la famille Arnaud-Tizon sont sujettes aux fausses couches. Tant les deux Amélie qu’Adèle ou Victoire sont passées par là au moins une[av4] fois[dzd5] .

Tout risque n’est pas écarté car le moment de l’accouchement est sans doute, pour la mère, le plus dangereux. Bien des mémoires familiales portent la trace d’accouchements tragiques, ou de la nécessité impérieuse de ne plus risquer la vie de la mère ; ainsi, Antoine raconte-t-il dans ses mémoires que sa propre mère « courait risque de perdre la vie en la donnant à sa fille, ses couches furent suivies d’accidents qui la réduisirent dès ce moment au même état où se trouvent ordinairement les femmes âgées de 50 ans et empêchèrent l’augmentation de la famille ».

Si ce n’est pas dans la famille, les exemples ne manquent pas autour de soi pour considérer ce moment comme particulièrement risqué, pour la mère ou pour l’enfant. En juillet 1796, Antoine évoque la famille Dullieu, dont la fille aînée a perdu son premier enfant et qui est grosse du second[7]. Quelques années plus tard, c’est une amie très chère, une voisine d’enfance d’Antoine, qui meurt d’une grossesse qui n’avait pas été détectée : « La pauvre Mad. Louise de Montherot vient de mourir après avoir accouché il y a 7 à 8 jours d’un enfant mort et qui paraissait âgé de cinq à six mois ; plusieurs de nos médecins et chirurgiens les plus instruits soutenaient qu’elle n’était point grosse, le contraire a été prouvé, mais ils soutenaient qu’elle avait un corps étranger dans la matrice et à cet égard ils ne se sont malheureusement pas trompés. Sa délivrance avait donné beaucoup d’espérance pour son rétablissement, mais le mieux qui en était résulté pour elle n’a pas duré ; elle est morte avant-hier ; hier soir j’ai assisté à son convoi, elle est généralement regrettée, sa mère et son [mari] sont au désespoir. »[8]

Pour cette raison, la sollicitude et l’expérience maternelles sont attendues surtout au moment de l’accouchement. Les mères souvent se déplacent et demeurent plusieurs semaines auprès de leur fille après la naissance. C’est le cas en 1787 quand la sœur d’Antoine accouche d’Olimpe : elle supplie sa mère, qui vit encore à Lyon, de ne pas « l’abandonner » et de lui rendre visite à Grenoble[9].

Ces mères ne sont pas seules auprès de leur fille : un médecin est appelé, quand le temps le permet. Chez les filles Arnaud-Tizon, c’est Adèle qui choisit, en dernière instance, parmi ceux que son mari lui propose. Il faut, confirme sa mère, « ne rien faire par déférence en pareil cas »[10] . Seule la confiance doit guider la future mère dans le choix de son accoucheur. En 1810, lorsque Victoire, une des sœurs d’Amélie, met au monde une « grosse fille », après seulement deux heures de travail, c’est sa mère qui reçoit l’enfant ; prévenu mais arrivé trop tard, le médecin s’est contenté de terminer la « besogne »[11]. Quelques années plus tard, en 1817, Catherine se rend à nouveau au chevet d’une de ses filles. Cette fois c’est Adèle qui a besoin de ses soins. Elle fait le voyage de Rouen, non sans avoir envoyé au préalable la layette et promis de s’occuper « de quelques petites robes et bonnets brodés que je me réserve d’acheter à Paris »[12]. Elles resteront six semaines ensemble.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Le 13 fructidor l’an 2 de la République une, indivisible et démocratique. (30 août 1794). 14 ii 35.

[2] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 10 janvier 1817

[3] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 1 février 1819.

[4] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 4 mars 1819

[5] Le bon docteur est évidemment Louis Vitet. On peut se demander cependant s’il était de si bon conseil que cela, au vu de la mortalité infantile dans sa propre famille. Cependant, ce n’étaient pas les grossesses qui se terminaient mal, puisque Mme Vitet en a mené plus d’une dizaine à terme, mais les enfants qui mouraient en bas âge.

[6] AML 84 II 11 Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, [Lyon] 3 mai 1812

[7] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, A la citoyenne Morand Jouffrey, dans le domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[8] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres d’Antoine à sa mère, non datées. 9 germinal (1804 ?)

[9] Lettres d’Antoine Morand à sa mère.  Il faut la référence exacte.

[10] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 10 janvier 1817.

[11] AML 84 II 13 Claude Arnaud Tizon à Amélie Vitet, Rouen le 15 octobre 1810.

[12] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 9 avril 1817.


[dzd1]A qui écrivait-il ? S’il parle à sa femme, je ne crois pas que c’est elle qui est impliquée dans cette scène. A mon avis c’est quelqu’un d’autre. NON, il parle à sa mère.

[av2]Qu’est-ce que ça veut dire ?  ON NE PEUT PAS DIRE CA ? si c’est correct en français mais pourquoi ne comptait elle pas dessus ? cela veut dire soit qu’elle pensait que ça ne marcherait pas, soit qu’elle ne la désirait pas. Evidemment, c’est plus probablement la première hypothèse qui est la bonne, mais ce n’est pas très sympathique d’aller dire cela à un couple qui vient de perdre un bébé.

[av3]Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?  JE NE SAIS PAS NON PLUS. CE N’EST PAS LOGIQUE.

[av4]Je pense, en disant cela, à cette lettre qui parle de Mde Ludovic (bon sang c’est qui déjà celle là ?) : « je crois t’avoir déjà marqué que Mde Ludovic était grosse cela me donne assez d’inquiétude d’après le dernier évènement qu’elle a éprouvé   il faut espérer qu’il n’en serra pas de même cette fois,  elle devait aller à Paris ce printemps avec ces enfants  je ne sais si cela changera ces projets  je ne lui donnerai la dessus aucun conseils mes je crois qu’elle ferrait très prudemment de ne pas voyager »[1]

[dzd5]Ce n’est pas des la norme de l’époque ?   Mde Ludovic est la femme de Ludovic A-T, le frère d’Amélie. Ils ont trois enfants, Claudius, Marc et  Auguste.  C’est une descendante de cette branche de la famille que j’ai rencontré au Havre il y deux ans.  OK ! merci ! Elle s’appelle Amélie, n’est ce pas ? je m’y perds dans cette famille, je vais commencer à noter un arbre quelque part.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.