Chapitre deux : Des enfants à élever (2/7)

La découverte du sexe de l’enfant

Marie Magdeleine accouche donc de son troisième enfant en avril 1795. Elle est déçue, elle qui souhaitait un garçon. Antoine, en revanche, s’en réjouit : « Ma femme vient d’accoucher très heureusement d’une fille et a son grand regret, pour moi cela m’est à peu près égal et quand ma fille aînée sera mariée, je serai fort aise d’en avoir une qui la remplace auprès de moi. »[1] Déjà, en 1787, lors de la naissance de sa première nièce, Olimpe Bertrand de Besson, Antoine s’est exprimé sur ce sujet. En faisant allusion au sentiment qu’éprouve sa sœur, il confie à sa mère : « … qu’elle ne soit point fâchée du sexe de son enfant et qu’elle n’imagine pas que son mari doive l’être, je suis sûr que Besson aimera sa fille de tout son cœur et comme moi, ne voudra par la changer contre un garçon ; pour moi je suis tout fier d’avoir une petite nièce de mon sang et la petite Olimpe me sera aussi chère dans la suite que l’Eléonore[2] qui m’a toujours tendrement aimé et à qui je le rends bien.

Nous avons envoyé chez mon oncle qui comme il nous l’avait annoncé, ne s’informait pas du sexe de l’enfant mais seulement de la santé de la mère, il a été enchanté d’apprendre qu’elle était aussi bonne qu’elle peut l’être après une pareille secousse (…). »[3]

Marie Magdeleine exprimant sa déception est loin d’être un cas isolé. Catherine Arnaud Tizon, de son côté, anticipe en riant sous cape la déception qu’aura un de leurs amis proches, M. Roux[4], lorsqu’une quatrième fille lui naîtra : « La nouvelle que vous me donnez de la grossesse de Mme Roux nous a fait tous beaucoup rire, pour moi je n’avais pas besoin de cette preuve pour être persuadée que l’ambition fait tourner la tête ; que pense Fournel[5] de ce nouvel exploit de l’ami Roux ; s’il a une quatrième fille son nez touchera son menton »[6]. En vérité, c’est un garçon qui, 7 mois plus tard, naît au sein de cette famille ; et Mme Arnaud Tizon, jamais à court de jugements, trouve encore quelque chose à déclarer sur le sujet : « J’ai reçu mes chers enfants votre lettre du 29 qui m’annonce l’accouchement de Mme Roux qui doit être au comble de la joie ; lorsque l’on a un grand nom à transmettre il est permis de désirer un garçon ; il aura trois jolies soeurs pour le bercer, tout cela est à merveille, veuillez je vous prie faire mon compliment à M. et Mme Roux sur ce grand événement ; soignée par votre cher papa[7] je ne doute pas que l’accouchée ne soit bientôt rétablie ; c’est ce que j’aprendrai avec beaucoup de plaisir. »[8]

Pourquoi pensent-t-elles, toutes ces femmes, que les hommes ne veulent que des garçons tandis que les hommes disent l’inverse ? Que signifie cet écart entre les attentes des pères et des mères ?  S’agit-il d’un désamour des femmes à l’égard du sexe féminin, que ne partagent pas les hommes de cette classe sociale, tout acquis aux femmes de la famille et aux femmes en général ? Les hommes sont-ils faussement indifférents ou bien le fait d’avoir un mâle les dédouane-t-il à jamais d’en avoir un second ?

Peut-être faut-il considérer les choses autrement. Non pas en termes d’amour ou de désamour pour un sexe, mais du point de vue de l’idée que l’on se fait, de part et d’autre, de son utilité relative dans la famille. Lorsque la sœur d’Antoine s’émeut, c’est moins apparemment d’avoir mis au monde une fille, que de ne pas répondre aux attentes de son mari : elle craint de n’avoir pas rempli son devoir, de n’avoir pas été « utile » elle-même en ne mettant pas au monde un héritier mâle. Un autre versant de l’utilité paraît plus convaincant encore : Antoine met très bien l’intérêt de « disposer » d’une cadette pour remplacer l’aînée auprès de lui. Antoine aime « avoir » une fille dans la perspective de le servir peut être, mais aussi de lui tenir compagnie, de jouer avec lui au tric trac, aux échecs, de discuter et d’être présente : il ne faut pas oublier que les filles, contrairement aux garçons, passent toute leurs enfance, jusqu’au moment du mariage, dans la maison parentale. Ni Albine ni Eléonore n’iront en pension, et c’est à la maison qu’elles reçoivent leur instruction. Le plus clair de leur temps est consacré aux arts d’agrément, à la conversation, aux jeux. Elles forment donc un élément essentiel de la vie domestique, et mieux, des côtés agréables de la vie domestique ; aussi bien pour les pères que pour les mères qui partagent encore plus que les premiers leur quotidien avec elles.

Ajoutons enfin, pour proposer encore une raison non sentimentale à cette différence entre la susceptibilité des mères et celle des pères à la naissance d’une fille, que l’éducation d’une fille est une charge et une responsabilité pour la mère : on le verra, c’est elle qui surveille son éducation jusqu’à son mariage, sans interruption et sans guère d’aide extérieure. Le père, qui lui se charge davantage de donner une instruction à son fils, peut compter sur les institutions qui, à l’époque, existent ou se mettent place : collèges, lycées, internats, universités, etc. Lorsque naît une fille, un père peut davantage voir en elle les agréments qu’elle lui apportera, alors que la mère y verra surtout ce que cela va lui coûter en peine(s).

Il y a aussi, bien sûr, le coût de la dot mais à cet égard, le père devrait aussi bien que la mère s’inquiéter de la naissance d’une fille supplémentaire ; dans les familles aisées, ce n’est pas un problème.[dzd1] La question est ailleurs, par conséquent.

On pourrait prendre en compte le devoir qu’ont les femmes de mettre au monde un garçon d’abord, afin de donner un héritier à la lignée masculine. Mais la question n’est pas que là, sinon comment expliquer la déception de Marie Magdeleine à la naissance de la petite Eléonore, alors qu’elle a déjà mis au monde un garçon ?[dzd2]

Enfin, une dernière chose qui témoigne de l’état d’esprit dans lequel étaient attendus les bébés. Dans la famille de Pierre et Amélie, du moins du côté maternel, on parle du futur enfant en l’appelant le « petit Mr »[9]. On n’a alors, évidemment, aucune idée de son sexe. Mais on devine la pression que cela pouvait mettre sur le ventre des mères qui, au lieu du Petit Monsieur tant attendu, mettaient au monde une petite madame dont personne jusqu’ici n’avait parlé.

Bien entendu, cela n’engage en rien les sentiments des uns et des autres, une fois l’enfant présent. Cette petite fille qu’on n’attendait pouvait très bien ne pas être mal accueillie, voire entourée et aimée : on navigue ici dans entre le possible et le probable, variable selon les familles. On peut être certain en revanche de la satisfaction, et de l’atmosphère festive, qui venaient entourer la venue au monde d’un petit bébé de sexe mâle. On peut raisonnablement penser que, d’emblée, avant que ne se nouent les liens particuliers nés du soin et du contact, la mère se penchait sur son fils avec une tendresse mêlée de reconnaissance et de contentement. Si la petite fille n’était pas toujours perdante à ce jeu des attentes déçues, le petit garçon y était, lui, généralement gagnant.

La petite fille est d’autant moins perdante qu’elle vient après un grand nombre de fausses couches. L’enfant qui naît est alors, fille ou garçon, accueilli comme un bienfait. C’est le cas de la fille de Pierre et Amélie qui naît après deux décennies d’attente, de renoncements, de deuils aussi même s’ils n’en portent pas le nom. On félicite la mère de son heureux accouchement, et l’on se réjouit du « plaisir qu’elle a d’avoir une petite fille. » [10]

Conserver la vie

On se souvient que, dans l’histoire familiale de Pierre Vitet, la question de la survie des nourrissons n’est pas une petite affaire : ses parents ont perdu une dizaine d’enfants en bas âge.

Les enfants ne survivent pas toujours, et il semble que, s’ils décèdent très jeunes, il n’en soit pas fait un drame aussi poignant que ce serait le cas aujourd’hui. Ainsi, lorsque Pierre doit apprendre à sa mère que l’un des jumeaux mis au monde par sa belle-sœur est finalement décédé trois jours après sa naissance, il le note rapidement au dos d’une feuille comme s’il risquait d’oublier : « nouvelles de Victoire, nourri à la maison, fille morte, garçon va bien, ma femme marraine » [11].

Le fait qu’il ne leur accorde pas de prénom n’est, en revanche, pas un indicateur de son désintérêt pour l’enfant[dzd3] ; cela laisse simplement penser que les jumeaux n’avaient pas été baptisés au moment du décès de la petite fille.

La mise en nourrice

Antoine raconte qu’il a été mis en nourrice. Il ne s’en plaint pas, ayant, dit-il, été « remis à mon père et à ma mère dans le meilleur état possible ». Ce n’était pas toujours le cas : sa sœur, également mise en nourrice, qui « ne fut pas élevée avec autant de soin que moi. On la remit dans un état de dépérissement qui fit craindre à ma mère de ne la pouvoir pas conserver, à quatre ans elle ne marchait pas, et il a fallu tous les soins de ma mère pour avoir pu l’élever. » Autres temps, autres mœurs : dans les années 1790, tous ceux qui ont lu Rousseau (c’est-à-dire à peu près toute l’élite éduquée) n’ont pas pris le choix d’utiliser une nourrice sans y refléchir. Mais ce n’est pas à dire que toutes ont fait le choix de faire l’allaitement maternel non plus.

Lorsque naît la deuxième fille de Pierre et Amélie, celle-ci est mise en nourrice sans aucune discussion dans les lettres de l’époque. La mère d’Amélie s’inquiète, quand le moment de la naissance d’une de ses petites filles, chez Adèle s’approche, si celle-ci a décidé de mettre son enfant en nourrice ou de le garder « chez elle ». Elle s’en informe pour une raison qui étonnera, sans doute : il s’agit de déterminer le type de layette qu’elle doit faire faire. Or, « il y a toujours un peu de différence pour l’un ou l’autre cas ». En d’autres termes, un enfant confié à une nourrice n’est certainement pas aussi richement paré que s’il est mis en exposition aux yeux des amis à la maison. Chez les Arnaud-Tizon, c’est-à-dire dans la lignée maternelle d’Amélie, on n’en est plus à penser qu’il est bon de confier un enfant à une nourrice. On n’y recourt qu’en dernière extrémité ; ainsi, quand Victoire réalise qu’elle ne parviendra pas à nourrir son deuxième enfant, une petite Mery, parce qu’elle est trop faible pour têter et oblige sa mère à lui donner le sein « tout le jour », Catherine confie à Amélie que le recours à une nourrice « serait bien désagréable », quoiqu’inévitable[12]. Quels sont les variables qui entrent dans cette décision ?  Il y a santé de la mère et de l’enfant évidement, mais il y a aussi le plaisir aussi bien sexuel que social, car une mère qui allaite ne peut faire n’importe quoi.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lyon, le 19 frimaire an 4 (nov décembre 1795). Au citoyen morand, homme de loi à Briançon. (Adressée à son cher oncle.)

[2] L’Eléonore dont il s’agit est sa sœur (et non pas sa fille qui en 1787 n’est pas encore née).

[3] Lyon, ce 28 may à 10 heures du soir. Lettres d’Antoine à sa femme, non datées. 14 ii 35. Antoine y parle d’Albine, donc postérieure à 1786. Et ne parle pas de James, donc avant sa naissance en septembre 87. Naissance d’Olympe Bertrand de Besson, le 27 mai 1787, sans doute.

[4] Des représentants de la famille Roux avaient été témoins au mariage de Pierre et Amélie. Ce sont, comme il se doit, des Lyonnais.

[5] Les Fournel sont dans le même cas que les Roux. (mais combien y avait-il de témoins à ce mariage ?) Quand je dis « témoins » je parlent de ceux qui ont signé le contrat de mariage. C’est peut-être pas la même chose ? Si, on peut prendre comme définition que ceux qui signent sont appelés comme témoins. Il faudra l’écrire quelque part, dans une petite note.

[6] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 1 mai 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[7] Il s’agit bien entendu de Louis Vitet qui exerce encore la médecine à Paris. On sait d’ailleurs qu’il est le médecin attitré d’Antoine lorsque celui-ci se rend à Paris. (il faut penser à l’ajouter à l’introduction).

[8] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 1 dec 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12.

[9] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 9 avril 1817.

[10] AML 84 II 10 Veuve Morel à Pierre Vitet, Lyon le 6 février 1822.

[11] AML 84 II 11, notes de brouillon écrit sur la lettre de Vitet née Faulin datée du 25 juillet 1812.

[12] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen 12 juin 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris) 84 II 12


[dzd1]Même dans les familles aisées les dots peuvent peser lourd. Plus qu’on est riche, plus qu’on doit donner. Je ne suis pas convaincue par ta logique ici.

[dzd2]C’était bien le cas dans la famille Roux après la naissance de trois filles.

Ton commentaire veut dire que tu es d’accord ou le contraire ? dans la famille Roux, il fallait, oui, donner un héritier ; mais ça n’explique pas le cas de Mion qui a déjà donné un héritier : c’est ça que je veux dire, sur la déception « en général ». Qu’en penses tu ? Plus haut, tu as raison sans doute.  Tu peux modifier dans le texte quand tu n’es pas d’accord.

[dzd3]Le bébé avait bien un prénom (Louise Adèle). On l’a inscrit dans l’état civil à Rouen un jour après sa naissance, et on trouve l’acte de décès juste après. Par contre, c’est possible que Pierre, à Paris, ne sache pas son prénom. Dans ce cas, chère Denise, pense à effectuer toi-même les modifications dans le texte.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.