Chapitre Deux : Des enfants à élever (3/7)

L’allaitement ou la sexualité

Eléonore, née en novembre 1795, est allaitée par sa mère : « prends soin de la nourrice », écrit Antoine à sa femme. Le fait qu’il parle de la nourrice ne doit pas tromper ; c’est bien Marie Magdeleine qui nourrit son enfant au sein. Mais la mise distance que réalise la troisième personne du singulier permet de la scinder et de s’adresser différemment à l’une et à l’autre, sans risque de confusion : à la mère il prodigue ses conseils, l’incitant à se bien alimenter, à se reposer afin d’être la meilleure nourrice possible. On se souvient que M. Henley avait eu ce type d’inquiétude lorsqu’il s’était agi de déterminer si le lait de sa femme serait le meilleur possible pour l’enfant à naître. Il y a, en la matière, une espèce d’expertise reconnue aux pères, et à l’inverse, une tendance que dénonçait bien Isabelle de Charrière, à considérer la mère comme un simple pourvoyeur de substances laitières. Mais Antoine n’est pas ce mufle insensible qu’est Henley. Antoine qui a la passion de la réciprocité – aussi subtile et complexe soit-elle[1] – se conçoit lui-même comme un « père nourricier ». C’est ainsi que dans l’une de ses lettres, il s’indigne de ne pas recevoir de nouvelles de ce bébé qui est au sein : « je suis un peu en peine de Léo, recommande-la à sa nourrice qui l’oublie au point de n’en pas dire un seul petit mot dans sa dernière lettre au père nourricier. » [2] On peut trouver aussi, dans cette insistance sur ces identités de nourrice et de nourricier, la marque d’une reconnaissance. Il y a comme un goût de nouveauté dont on se gargarise, à prononcer ces noms lorsqu’ils ne renvoient plus à des femmes extérieures à la famille, mais à une fonction anoblie par le grand Jean Jacques. Antoine se plaît à savoir ses enfants bien nourris, c’est-à-dire non pas seulement d’un liquide riche en éléments nutritifs mais, comme on le pensait encore beaucoup à l’époque (et Henley en est témoin), de toutes les substances qui traversent le corps, l’esprit et les humeurs de la mère.  Appeler sa femme une nourrice, c’est à la fois la renvoyer, sous forme de taquinerie, à un rôle subalterne (auquel on se [dzd1] permet de donner conseils et guides de bonne conduite) et l’instituer comme détentrice d’une fonction quasi sacrée.

Mais cette « nourrice », du fait même qu’elle est désignée comme une personne tierce, par le recours à la troisième personne du singulier, n’est pas non plus, n’est pas vraiment, la femme d’Antoine. Et le jeu sur les identités permet à l’époux, quand il s’adresse à Marie Magdeleine, de parler à son épouse.

On attendait généralement que l’enfant ait fait ses dents pour arrêter son allaitement ; c’était le signe de la reprise de la fécondité, pensait-on (et peut être aussi de la sexualité, ce qui ne pouvait qu’aider à conférer à l’allaitement un pouvoir de stérilité). De sexualité, entre Antoine et Marie Magdeleine, il n’y en a pas de toute façon pour prouver le contraire, puisque c’est le moment, choisi ou non, pour un nouveau séjour à Paris. Néanmoins, au moment de retrouver bientôt sa femme, Antoine s’impatiente de savoir encore Léo au sein : « Léo ne veut donc pas pondre ses dents, écrit-il J’en suis d’autant plus fâché que cela va retarder le moment d’en débarrasser la nourrice ainsi que la naissance de son petit frère. »

D’autres sont encore moins patients que lui. L’époux de Victoire, petite sœur d’Amélie, se montre « fort ennuyé du nourrissage ». Mais il est possible que le désagrément vienne non pas du nourrissage en soi, mais du danger qu’il représente pour la santé de la mère ; en effet, l’allaitement de ce premier enfant, Juste, ne se passe pas bien. Le sein est dur, le nourrisson s’en détourne, « il faut l’attraper en le tournant de l’autre côté » pour l’amener à se nourrir. Or, nul n’ignore les risques liés à l’inflammation d’un sein. La mère veille, comme toujours dans cette famille, et s’inquiète, à son habitude. Elle se confie auprès de sa fille Amélie, à laquelle elle rend compte des moindres changements dans la santé de Victoire : « Je vous avoue qu’il serait bien essentiel pour le bonheur de votre soeur qu’elle fût bien portante car son mari n’aime pas les malades et a l’air fort ennuyé du nourrissage tout en carressant beaucoup son petit qui se porte à merveille. »[3] Catherine la mère ne s’étonne pas de ces manifestations d’impatience de la part d’un homme ; elle cherche simplement à y mettre fin. Il faudrait ainsi que Victoire soit rétablie non pas tellement pour échapper à la maladie ou permettre à son enfant de se nourrir mieux, mais pour faire cesser les ronchonneries de son époux, Jacques Barbet.

Le berceau auprès du lit

Mion garde la petite Eléonore bien près de son lit, sans doute, puisqu’Antoine, en thermidor 1796, alors qu’elle est encore un bébé, envie Marie Magdeleine de pouvoir la « caresser pendant la nuit »[4] ; le 1er fructidor, languissant de dormir à nouveau près de Mion, notre bon mari se montre prêt à beaucoup de concessions : « … je vais me coucher fort ennuyé d’être seul, dût Léo me réveiller par ses cris, je sais bien où je voudrais être. »[5] Amélie, de son côté, gardera elle aussi ses enfants près de son lit, la nuit[6].

Inoculer ou vacciner ?

Antoine aurait été inoculé [dzd2] à l’âge de 5 ans, par un chirurgien du nom de Grafot, à Lyon. La pratique n’était pas en grand usage mais c’est pourtant elle, dit il, qui l’a garanti pour la vie des dangers d’une maladie « ordinairement inévitable et qui devient plus terrible à mesure qu’elle tarde davantage à frapper. »[7]. De quelle maladie s’agissait-il ? de la varicelle, de la rougeole ?

Mais étrangement, lorsqu’il aborde la question avec Mion, en 1801, il ne semble plus être si sûr de son efficacité, ni de la manière dont c’est pratiqué à Lyon. « Quant au petit Léo je ne t’ai pas parlé inoculation parce que je ne veux pas toujours que tu aies les peines sans que je les partage. Il faut espérer qu’elle ne prendra pas la petite vérole cette année et que la … s’accoutumant à la vaccine nous la ferons vacciner si comme on le prétend ici cela est si sûr et si simple ; tout le monde à Paris vante cette méthode et en garantit l’avantage ; je ne sais si à Lyon on en a déjà fait l’expérience. » [8] Deux mois plus tard, sa décision est prise : « je ne ferai pas vacciner Léo mais bien inoculer tout bonnement. » [9]

Cependant, trois ans plus tard, rien n’a été fait encore et Antoine, sous les instances conjointes de sa femme et de sa mère, change d’avis. Léo sera vaccinée. « Quant à Léo, il est question d’inoculer ou de vacciner, je tenais beaucoup au premier moyen ; le second est généralement employé et est bien tentant parce qu’il n’y a aucun danger et presque pas de maladie pour l’enfant. Dites moi je vous prie ce qu’on en pense à Grenoble et surtout ce que vous en pensez ; ma femme a été convertie par les docteurs vaccinants [dzd3] et je ne voudrais pas qu’il résultât de mon opposition que nous ne prissions aucun moyen contre une si terrible maladie. »[10] Quelques jours plus tard Antoine annonce à sa mère : « On va disposer Léo à être vaccinée, ce que vous me dites sans être positif me détermine cependant. » [11]

La responsabilité des mères : l’éducation au jour le jour

Ce sont les bonnes qui s’occupent, au jour le jour, des enfants : elles qui leur préparent le café du matin ; elles qui les emmènent se promener « en Bellecour », où le hasard leur fait parfois rencontrer les parents ; elles enfin qui assurent tout le quotidien 24h sur 24 : ainsi, lorsqu’Antoine et Marie Magdeleine se rendent deux jours à Machi, ils décident de ne pas emmener James et Albine, qui « resteront avec leur bonne »[12] à l’appartement de Lyon. Cela dit, il semble bien que ce ne soit leur bonne que parce que la grand-mère, mère d’Antoine, n’est plus là pour prendre le relais des parents ; c’est le sens de la remarque mi figue mi raisin qu’Antoine adresse à sa mère, tout juste partie vivre près de sa fille à Grenoble, et dont il n’accepte que difficilement le départ : « … quand nos affaires nous obligent de les quitter, ils [les enfants] n’ont plus personne à Lyon qui puisse prendre à eux un véritable intérêt et dont la tendresse les conseils et l’expérience puissent leur être de quelque utilité. » [13] Ce sera donc la bonne à défaut de la grand-mère.

Et c’est la grand-mère à défaut de la mère. Car la mère assume l’essentiel, c’est-à-dire ce qui est considéré comme l’essentiel, de l’éducation des enfants.

Apprendre à écrire

Chez Pierre et Amélie, Ludovic commence à lire alors qu’il vient d’avoir 5 ans[14]. Non seulement on apprend tôt, mais on apprend rapidement : six semaine suffisent pour réussir à écrire une lettre pour son papa. Ce sont bien les mères qui enseignent ainsi l’écriture aux enfants, puisque c’est aux pères qu’on fait la surprise d’un apprentissage dont, apparemment, ils ne savent rien (ou font mine de ne rien savoir) : « Marie[15] au bout de six semaines de leçons a écrit une lettre à son père pour le jour de l’an qui était vraiment très bien » [16].

L’enseignement de la religion[dzd4]

La religion est une affaire de femmes ; mais plutôt de grand-mère que de mère. Dans les lettres d’Antoine, il n’en est jamais fait mention de la moindre instruction religieuse pour les enfants. La seule référence se trouve dans une lettre de 1802, alors qu’il s’est rendu à Paris pour chercher une pension pour son fils aîné, James. Et encore écrit-il à sa mère, sur ce sujet. Avec son épouse, que ce soit un sujet de dispute ou au contraire, d’indifférence partagée, il n’évoque jamais les questions religieuses et ses mots sur la religion semblent d’être une manière de satisfaire et rassurer sa mère pour qui c’est un véritable sujet d’intérêt. La comparaison entre les lettres qu’il adresse à son épouse d’un côté, et à sa mère de l’autre, est frappante à cet égard. « Le religion est partout traitée bien légèrement. C’est de même dans tous les établissements et il faut compter un peu sur les principes qu’il a déjà. On ne trouve partout que des prêtres mariés (…). »[17] Antoine n’est pas un grand croyant ; il essaie de le faire croire à sa mère, en l’assurant de temps en temps qu’il rend des actions de grâce au seigneur ; mais il charge surtout sa tante maternelle, visiblement une ancienne religieuse, de le « remercier » en son nom car « tout doit être mieux reçu de sa part. » [18] S’il est croyant, il n’est guère pratiquant et peu enclin à faire amende honorable.

Chez les Vitet, c’est Marguerite, la mère de Pierre, qui revient continuellement à la charge sur la question de l’instruction religieuse des enfants. Elle en parle dans presque toutes ses lettres, comme celle qu’elle à envoyé fin 1812 pour envoyer ces vœux de nouvel an :   « j’ai à cœur que ma chère fille prenne tous les soins possible pour recouvrer sa santé et quelle ne s’inquiète pas, cella lui nuirait beaucoup. Je lui souhaite dans l’année qui va commencer tous ce qui peut contribuer à son bonheur, même une fille, ci son cœur désire une.  Je sais que tu serais content de ce qui ferait la félicité de ton épouse, et que ce vœux ne déplaisait pas à mon bon Ludovic ainsi je le forme et le soumet à dieu qui peut l’exaucer et vous faire sanctifier vos enfants, en les élevant pour lui   je lui offre à ce dieu, notre père, mon cher petit fils, tous les jours, je le prie de vous conserver tous, mes chers et bien aimés enfants, et pour lui et pour moi, qui ne désire rien tant que de vous savoir bons catholiques avant que je meure, le tems presse de lui en donner les leçons, et l’exemple, si vous l’aimé vraiment pour lui, donne des amis vertueux et qui ne rougissent pas de remplir les devoirs que la religion impose aux chrétiens et j’aime à croire qu’ils les surpassera et en science et en sagesse »[19] D’autres lettres de la même époque renforce la même idée : « il n’est point de parfait Bonheur en ce monde, mes bons enfants, songes à vivre en chrétien qui ce préparent à celui d’être au ciel pour l’éternité, que ton fils je t’en conjure remplisse ces devoirs Religieux, suivant son âge  il a bien du jugement, et d’heureuse disposition, met les à profit. »[20] Tout le monde sait qu’elle porte beaucoup d’importance à la religion, et quand Ludovic fait sa première communion, c’est à elle, au plaisir et à la satisfaction qu’elle va nécessairement ressentir, qu’on pense : « je félicite mon cher Ludovic d’avoir fait sa premier communion ; sa bonne maman a dû recevoir cette nouvelle avec bien du plaisir. »[21]

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Voir le chapitre premier.

[2] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 17 fructidor, 11 heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans le domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon.

[3] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen le 12 oct 1809, à Pierre et Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[4] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 25 thermidor.

[5] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 1er fructidor à dix heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon.

[6] Pierre Vitet à Amélie, à Bapaume, le lundi 15 septembre 1823.

[7] AM Lyon, 14 ii 028. Il s’agit de la petite vérole ? Vérifier en Englais c’est « small pox »  Mon dictionnaire traduit ca par « petite vérole » et « variole ». Il y a-t-il une différence en français ? Aucune idée. Voir sur wikipédia ? J

[8] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. Lettre numérotée 10/ du 4 germinal après midi pour partir le 5.

[9] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. Lettre de Paris, le 26 floréal an 9 (16 mai 1801). Samedi. Sans adresse. A ce propos, voir la correspondance d’Ampère, sur le site http://www.ampere.cnrs.fr/correspondance, qui fait référence à la manière dont Vitet, médecin de la famille comme des Morand, encourage à pratiquer des inoculations plutôt que des « vaccines » : « J’ai su par Pignot que M. Vitet, de qui j’apprécie le savoir (2), n’est pas porté pour la vaccine. Sans en dire du mal, il dit qu’on ne pourra juger de son bon effet que dans 20 ans. Il préfère l’inoculation ; moi aussi, mais plus tard… ». Vendredi 21 mai 1802, lettre de Julie Carron-Ampère à André-Marie Ampère. Référence publiée de cette lettre : DE LAUNAY (Louis). Correspondance du Grand Ampère. tome I. Paris : Gauthier-Villars, 1936. p. 154-155.

[10] AML 14 ii 35, Lettres d’Antoine à sa mère, dossier des lettres non datées. 9 germinal (29 mars) (1804).

[11] AML 14 ii 35, Lettres d’Antoine à sa mère, dossier des lettres non datées. Lyon, mercredi 21 germinal (10 avril) (1804).

[12] Lyon, le 30 messidor an 6,  18 juillet 1798. A la citoyenne Morand la Mère, recommandée au citoyen Bérard, place aux herbes. Lettres d’Antoine à sa mère. 14 ii 35.

[13] Lyon, le 30 messidor an six, 18 juillet 1798. A la citoyenne Morand la Mère, recommandée au citoyen Bérard, place aux herbes. Lettres d’Antoine à sa mère. 14 ii 35.

[14] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 24 nov 1807 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[15] Marie est l’une des nièces de Pierre et Amélie. Elle est la fille de Victoire et … Barbet.

[16] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 5  janvier 1819.

[17] AM de Lyon, 14 ii 035. Antoine à sa mère, Paris, le 5 brumaire, mardi (an 10), 27 oct. 1801. A madame Morand rue Brocherie, à Grenoble. (oct-nov 1801).

[18] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1806 ?). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[19] AML 84 II 11  Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet [Lyon] n.d. probablement décembre 1812.

[20] AML 84 II 11  Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, [Lyon] 16 février 1812.

[21] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 18 juillet [1817].


[dzd1]Good analysis !

[dzd2]A l’époque ils font l’inoculation contre la variole. Vers 1800 ils introduisent la vaccination, qui porte moins de risques.

[dzd3]Tableau de Boilly donne bien une idée de comment ca se faisait.

[dzd4]Il faut mettre les lettres de la mère de Pierre Vitet avec ca. OUI, pense à les insérer quelque part dans ce texte.  OK.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.