Chapitre Deux : Des enfants à élever (4/7)

De la nécessité nouvelle d’une instruction solide

En 1801, Antoine prend conscience que le monde a changé et qu’il sera nécessaire, dorénavant, de posséder un savoir et de montrer une « continuelle application à un travail de tous les moments » pour parvenir au bonheur, c’est-à-dire à un état et à une considération mérités : « Je vous plains beaucoup, écrit-il à sa mère [qui, à Grenoble, loge James] d’être environnée d’ouvriers et je sens que c’est surtout dans ce moment que votre petit fils doit vous embarrasser beaucoup, je vois cependant avec plaisir que vous êtes contente de sa conduite et de son travail, il faut bien qu’il en prenne l’habitude car ce n’est qu’en s’occupant sans cesse qu’on peut se mettre en état de parvenir maintenant, on ne peut se faire une idée de la manière dont on travaille ici, car dans cette grande ville qui est bien déserte maintenant on trouve ou des gens qui ne font que tuer le temps et n’avoir que l’air de s’amuser ou d’autres qui se livrent avec une continuelle application à un travail de tous les moments, ceux là quand ils se livrent à quelques instants de délassement sont réellement heureux et j’aime à penser que c’est la route que (déchiré) fils pour mériter la considération et parvenir au bonheur qu’on peut espérer dans ce monde. » [1]

Le travail est devenu non seulement une valeur, mais une nécessité : « …tout ce qui est talent, même de pur agrément, est maintenant porté à une si grande perfection qu’on a besoin de plus de travail que jamais pour être remarqué. »[2][dzd1] )

l’implication des pères : sollicitude et tendresse

Antoine, un peu comme Henley, distille les conseils, décide de ce qui est bon ou pas pour les enfants. Cependant, ce n’est pas sans prendre des avis autour de lui. On l’a vu avec l’inoculation : Marie Magdeleine, partisane de la vaccination, tente de le convaincre ; mais c’est vers sa mère qu’il se tourne et c’est la conjonction des deux avis qui le fait céder. Antoine cède, mais c’est lui qui cède. Car les décisions, in fine, lui reviennent. Par ailleurs, ce n’est pas non sans s’impliquer lui-même : Antoine, à ses heures perdues, joue les pédagogues. Enfin, il se préoccupe de la santé, des soins qu’en son absence, Marie Magdeleine prodigue aux enfants. Antoine exprime et manifeste une réelle tendresse pour ses trois enfants, sur lesquels il n’exerce que très peu de jugement.

De la sollicitude à l’inquiétude

Antoine n’est pas avare de conseils, on a eu l’occasion de s’en apercevoir. Lorsque naît leur troisième fille, l’allaitement et l’alimentation des enfants n’ont plus de secret pour les parents ; Antoine, fort de son expérience, enjoint Marie Magdeleine à bien surveiller la manière dont on nourrit Léo : « prends bien garde ma bonne amie qu’on ne lui fasse pas manger du [illisible] et des villenies, sa soupe et son téton, rien autre et tiens y la main, c’est à ce petit âge qu’on peut abîmer l’estomac d’un enfant »[3].  Antoine est sur tous les fronts : l’éducation, l’instruction, la santé et l’alimentation, ainsi que la mode enfantine à laquelle il est sensible. Ainsi, de Paris, écrit-il en juillet 1796 : « quand tu feras une petite chemise à ta petite. S’il fait encore chaud, laisse lui les bras tout nus, tous les petits enfants sont ici comme cela et c’est très drôle, j’imagine qu’ensuite cela n’empêche pas de placer des manches quand le froid arrive. » [4] Ce même été, il décide de faire faire des chaussures à Albine ; « une paire comme les enfants les portent ici, ils ne peuvent pas les sortir du pied, ce qui aura bien son avantage, et cette paire pourra servir de modèle pour en faire d’autres. » [5] N’ayant pas de cordonnier, ils sont incapables, d’eux-mêmes, de prendre correctement les bonnes mesures ; il demande à Marie Magdeleine de lui envoyer non pas une « pointure » (la notion n’existe pas) mais une chaussure pour prendre modèle dessus.

Il n’est pas avare non plus de son temps. Alors qu’il a trouvé une activité lucrative régulière, c’est à dire un « emploi » qui vient compléter les revenus irréguliers du Pont qu’il gère, la perspective d’un congé des tribunaux du département apparaît, au sortir de l’été 1796. Il envisage alors de consacrer ces deux mois, entre fructidor et brumaire[6], à l’enseignement de la géographie aux enfants : « c’est une des choses qu’on peut le plus facilement enseigner en l’apprenant soi-même, et je suis à peu près dans ce cas là car le peu que j’en ai su est bien oublié. » [7]

C’est un père qui s’inquiète continuellement de ses enfants ; à des centaines de lieues de distance[dzd2] , au début du printemps, il met en garde contre le soleil « qui est bien dangereux en ce moment » [8] pour les enfants qui courent dehors ; il s’enquiert d’Albine qui ne doit pas commencer trop tôt l’apprentissage de l’écriture, sous peine de déformer son orthographe – et bien qu’elle ait huit ans[9].

Les encouragements et les signes de reconnaissance sont réfrénés, de peur de « gâter » les enfants ; Antoine le regrette, lui qui est si expansif et prompt à manifester son enthousiasme. Très fier de James par exemple, de son sérieux et de son application aux études, il se réfrène cependant dans l’expression de son contentement : « pourquoi faut il, pour son bien ne pas se livrer trop à tout le plaisir que j’aurais à lui laisser voir combien sa conduite et son application le rendent cher à son père » [10] ? Il ne fait pas de doute que, malgré les parapets qu’il place tout autour de ses élans, Antoine manifeste malgré lui l’immense tendresse qu’il ressent pour ses enfants. Ceux-ci le lui rendent bien.

La tendresse exprimée

Antoine se fait vraisemblablement appeler « papa » et se fait tutoyer. La génération a changé car lui-même, comme Pierre Vitet, a appris et continué à vouvoyer sa mère.

On ne perçoit guère, dans les lettres d’un homme qui écrit de loin, la manière dont il exerçait son autorité. On devine ses intentions, comme lorsqu’il s’adresse à Marie Magdeleine pour l’inciter à ne pas gâter leur fils, et à lui donner « une éducation républicaine et sévère »[11]. A l’inverse, ses lettres sont emplies d’intentions tendres à l’endroit de chacun de ses enfants.

Antoine a une relation privilégiée avec ses deux premiers né.e.s : à la fin de chacune de ses lettres, il charge leur mère d’embrasser « de tout cœur », ou bien « mille fois » ses « petits amis »[12], ses « jolis enfants ». En juillet 1796, alors qu’il les a quittés depuis moins d’une semaine, il écrit : « J’embrasse de tout mon cœur nos jolis enfants on n’en voit pas beaucoup comme ceux là mais il faut bien croire que les yeux des pères sont indulgents. » [13]

Il est amusant de constater combien même les formules de tendresse portent la marque du genre : lorsqu’en 1801, Antoine entreprend un nouveau voyage à Paris, 5 ans après celui qui l’y avait emmené pour régler l’affaire du double péage sur le Pont, il demande à Mion d’embrasser les enfants ; pour chacun, il a une petite formule, une pensée spéciale, dans lesquelles se devinent les distinctions subtiles qui s’établissent dans la socialisation différenciée des garçons et des filles : « Mille baisers à ma petite léo… la plus petite, l’assurance de toute ma tendresse à mon albine et de mon espérance de succès pour mon james, (…) il est tout simple que mes derniers regards c’est-à-dire les plus tendres se portent sur ma maîtresse ma femme et mon amie[14].

Antoine avoue une tendresse particulière pour sa fille aînée, qui la première l’a fait devenir père : il « croirait presque avoir pour elle un sentiment de prédilection » s’il lui était possible de « mettre entre eux quelque différence »[15]. En bon disciple de la pensée des Lumières, il s’interdit toute préférence : « ils se conduiront tous également bien et me seront toujours également chers » [16]. De fait, il ne manque pas d’exprimer son amour pour la petite dernière. Alors qu’il s’éloigne une fois de plus de sa famille, Antoine pense à sa petite dernière, Léo (Eléonore), alors âgée de 8 ans : « Léo est toute seule à Machi, je ne lui aurai pas fait de grands adieux il m’en coûte de partir sans l’embrasser un peu plus fort qu’à l’ordinaire. Elle est bien un peu gâtée, mais elle est caressante gaie et bien aimante. Mille choses tendres à ma sœur et à ses enfants j’embrasse mon frère. »[17]

Un père heureux et content

A l’été 1796, Antoine ne peut s’empêcher de comparer ses enfants à ceux, apparemment bien plus dégourdis, qu’il croise à Paris : « ils ont bien du mérite, mais ils ont à vaincre leur timidité et à rendre un peu de tournure, il est certain qu’à cet égard les plus petits enfants à Paris sont gracieux et causants. » [18]

En 1801, Antoine est à Paris depuis deux mois ; il se languit de ses enfants, de Mion qu’il envie d’être restée à Machy pour « finir toutes nos affaires » : je voudrais de tout cœur ma bonne amie ne pas en avoir d’autres que celles-là, l’éducation de nos enfants et le plaisir de vivre l’un près de l’autre ; c’est à quoi se bornent tous mes vœux, il n’y a pas d’apparence qu’ils puissent se réaliser. » [19]

D’une manière générale, les pères sont présents non seulement dans l’orientation des choix éducatifs, des soins, et du quotidien en général ; mais ils peuvent également assurer un rôle d’aide et de réassurance auprès des mères dont les affects sont supposés aveugler parfois la raison : ainsi, Pierre rassure-t-il très doctement sa femme, Amélie, sur les maux qui ont donné de la fièvre à leur petite fille : « tu sais bien que les dents produisent d’ordinaire ces malaises » ; il ajoute, comme pour trouver des excuses à cette inquiétude qui, de loin, lui paraît avoir été sans fondement : « le cœur d’une mère comme toi ne raisonne pas ; il s’affecte avant tout, et à mon grand regret je n’étais pas là pour t’aider et te rassurer. »[20] Où l’on voit combien Pierre est convaincu de l’importance de son rôle tant comme père que comme soutien de la mère de ses enfants.

former de bons citoyens et de bonnes mères de famille

La question de l’éducation semble se poser davantage pour les filles que pour les garçons. Non pas tant celle de l’instruction à leur donner, que celle des moyens et de la finalité que cette éducation doit se donner. Antoine, en prenant des notes sur Fénelon, consigne : « le grand décret de l’éducation des deux sexes, et surtout du sexe dont les mœurs ont le plus d’influence dans la société, c’est de mettre à l’abri des séductions, c’est d’écarter de lui tous les objets capables d’éveiller l’imagination et les sens. »[21]

On a souligné, tout à l’heure, que le petit bébé de sexe mâle avait bien des chances d’être accueilli le mieux du monde ; l’expression employée par Catherine, qui fait de tout fœtus un « monsieur », montre bien que le « petit d’humain » qui va naître est pensé sur la base d’une masculinité première, originale. Toute personne, considérée dans son humanité, est masculine implicitement. C’est comme si la perfection gisait là ; comme si le petit garçon constituait le référent absolu au regard duquel le reste, c’est-à-dire une fille, obligeait à se décaler, à prendre un autre chemin que la voie ordinaire, et appelait ainsi les difficultés, un travail supplémentaire peut être, une formation spécifique certainement. Le garçon doit être instruit, mais il n’a pas à être éduqué : parfait par sa forme d’humain premier, on peut lui laisser une grande liberté, il fera son chemin tout seul, aura toujours une légitimité qu’il saura imposer par la seule force d’évidence de sa masculinité.

(A suivre)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AM de Lyon, 14 ii 35, Antoine à sa mère, Paris, jeudi 28 mai. Lettres non datées. Mais que je peux situer avec certitude en 1801.

[2] AM de Lyon, 14 ii 35, Antoine à Marie Magdeleine, Paris, le 13 prairial an 9 (2 juin 1801), mardi. Lettre n°37.

[3] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 1er fructidor (17 août 1796) à dix heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon.

[4] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, A la citoyenne Morand Jouffrey, dans le domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[5] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 1er fructidor (17 août 1796) à dix heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon.

[6] C’est-à-dire de mi août à mi octobre.

[7] AM Lyon, 14 ii 035.  Lettres datées de l’an IV. Paris, le 22 fructidor an 4 de la république (7 sep 1796). A la citoyenne Morand Jouffrey, dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[8] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. Lettre numérotée 16/ du 16 germinal (6 avril) lundi à midi.

[9] AM Lyon, 14 ii 035, lettre du 25 fructidor an II, 11 septembre 1794.

[10] Paris, le 8 germinal lundi à une heure (1802 – an IX). 29 mai 1801.

[11] Lettre du 24 germinal an II, soit le 13 avril 1794.

[12] AM Lyon, 14 ii 035, Lettre de Briançon, du 23 brumaire an III de la république, 13 nov. 1794.

[13] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, A la citoyenne Morand Jouffrey, dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[14] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. A madame Morand-Jouffrey, rue saint dominique, n°66, à Lyon. Lucy ( ?), le soir, le vendredi à 4h.

[15] AM de Lyon, dossier 14 ii 35, 31 lettres d’Antoine à sa femme, 1807. Paris, le mercredi 15 avril. A madame Morand de Jouffrey, Rue saint dominique, à Lyon.

[16] AM de Lyon, dossier 14 ii 35, 31 lettres d’Antoine à sa femme, 1807. Paris, le mercredi 15 avril. A madame Morand de Jouffrey, Rue saint dominique, à Lyon.

[17] Lyon, le jeudi soir 24 brumaire (15 nov) AML 14 ii 35, Lettres d’Antoine à sa mère, dossier des lettres non datées. Il y a quelque chose d’étrange. Le couronnement de Bonaparte a eu lieu le 2 décembre. Tu as raison.après vérification, c’est la veille de son départ pour Paris, et il va bien se rendre au couronnement dont il rend compte le 10 décembre à sa mère.  J’avais fait cette inscription pour m’aider à trouver l’année d’écriture de cette lettre.

[18] AM Lyon, 14 ii 035.  Lettres datées de l’an IV, Paris, le 5 fructidor l’an 4 à onze heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[19] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, lettre n° 19/ Paris, le 30 an 9, à 11h du matin, lundi, décade. A mme Morand-Jouffrey, rue saint-dominique.

[20] AML 84 II 15, Pierre Vitet à Amélie Vitet, attachée à une lettre de Ludovic Vitet adressée à sa mère, Rouen le 22 septembre 1823.

[21] AM Lyon, 14 ii 028.


[dzd1]Comment ?  Veux tu que je trouve des exemples chez les Vitet ? non, je pensais juste qu’il manquait un petit commentaire pour cette partie qui n’est faite que d’extraits, quasiment.

[dzd2]Les mêmes mots appareillent sur la prochaine page.  OK. Tu as bien fait de faire la modification.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.