Chapitre Deux : Des enfants à élever (5/7)

Il n’en va pas de même des filles. La déception ressentie par les mères, on l’a suggéré, pouvait bien venir de cette conscience qu’avec une fille, rien n’allait être aussi simple qu’avec un garçon. Et le gribouillage d’Antoine recopiant Fénelon le dit déjà : l’éducation des sexes concerne surtout celui « dont les mœurs ont le plus d’influence dans la société ». Cela dit bien que le grand sujet de débat, la préoccupation majeure des pédagogues, en ces années qui entourent la Révolution, focalise l’éducation bien davantage sur les filles que sur les garçons.

L’éducation n’est pas l’instruction. Le débat avait longtemps porté sur l’injustice qui consistait à ne former intellectuellement que les garçons[1]. Sur ce point, aux alentours de la Révolution, on n’a guère fait bouger les lignes du sens commun. Au contraire peut être, avec l’avènement d’une République faisant de l’unité conjugale et de la domestication des femmes son alpha et son oméga. En revanche, si domestication il devait y avoir, elle passait nécessairement par une emphase sur l’éducation de celles à qui l’on confiait le gouvernement de la maisonnée.

L’éducation des filles

L’éducation des filles préoccupe. En quoi consiste-t-elle, dans les familles Vitet et Morand ? Les jugements de valeur, on le constate en premier lieu, portent davantage sur les filles que sur les garçons ; le modèle maternel en constitue, aux yeux des pères, le pivot ; enfin, des arts d’agréments leur sont enseignés, principalement dans le but de les occuper et de distraire leur entourage.

Jugements de valeur

Catherine, de Rouen, exprime très souvent ses jugements sur ses petites filles et petits fils. Les premières sont l’objet de toute son attention, et c’est sur elles qu’elle s’attarde le plus dans ses lettres. Quand les garçons sont généralement qualifiés de « sage et raisonnable », c’est bien le plus que l’on peut obtenir d’elle sur eux. En revanche, elle ne tarit pas de commentaires sur celles qu’elle fréquente ; non plus que sur la réputation qu’elles se sont faites, ou qu’on leur a faites à travers les échanges de correspondance.

Marie, l’une des filles de Victoire (sœur d’Amélie) à 11 ans, « est à la vérité assez étonnante par son goût pour le travail ; elle aime aussi beaucoup à causer et je vous assure que quand nous passons la soirée tête à tête la conversation ne tarit pas et qu’elle m’amuse mieux que beaucoup de gens raisonnables… »[2]

Victoire, qui est une autre de ses petites filles, est âgée de 16 ans ; on la juge déjà en âge de se marier. Une voisine des Vitet, en écrivant à Amélie, s’inquiète : elle avait la réputation, et on lui reprochait, « ses goûts de solitude ». Or, maintenant que c’est une « demoiselle bonne à marier », il faudrait qu’elle ait pris « un peu le goût du monde et des bals ». Est-ce le cas ? demande-t-elle à la tante. L’inquiétude est feinte, en vérité car le jugement sur l’essentiel est déjà formé : « avec l’éducation qu’elle a reçue, et l’esprit naturel qu’elle avait ce sera une charmante femme » [3]. Cette femme continue à juger ici, là, jusqu’à en venir à sa propre fille dont elle dit qu’elle commence à devenir « bien moins capricieuse », qu’elle « annonce des dispositions à apprendre facilement », qu’elle est d’un « caractère très gai et d’une très belle santé, ce qui est fort heureux …». Jugeant Amélie, la petite dernière de Pierre et Amélie, elle s’informe de l’évolution de son caractère : « est-elle toujours un peu lutin ? », étant la plus gâtée parce que la plus petite (elle a 5 ans). Il ne faut pas s’en inquiéter, la rassure-t-elle : la « raison vient vite aux demoiselles et, comme elle ne vous quittera pas, vous en ferez une bien aimable petite fille d’ici à peu de temps. »

L’art de faire des cadeaux est, à soi seul, une manière d’orienter le destin des filles. Chez les Vitet et Arnaud-Tizon, quand les garçons reçoivent, en guise d’étrennes, des livres, les filles se voient offrir des robes et des fourrures. Antoine rapporte de Paris de la peinture et du matériel à dessin pour Albine ; des bijoux parfois, à la demande de Marie Magdeleine, pour leur faire plaisir. Les livres sont pour Marie Magdeleine.

La mère comme point fixe

L’exemple maternel fait figure de principal paramètre dans la formation du caractère des petites filles : à force de demeurer au contact de leur mère, nécessairement elles finissent par en adopter le ton, les attitudes, les principes et finalement la morale. Les petites filles qui, par nécessité, doivent se tourner vers une éducation de pension sont considérées comme des victimes du destin : c’est que dans ces établissements, on acquiert une piètre éducation et, de surcroît, un « jugement faux » [4].

En 1801, Antoine recommande à sa femme de veiller à ce que leur fille aînée, Albine, alors âgée de 15 ans, se ménage. Elle vient de se rendre à deux bals et il craint que cela ne l’ait « échauffée » : il ne s’agit pas qu’elle se fasse remarquer, sauf par « sa bonne éducation, sa douceur, ses qualités essentielles et toutes les ressemblances avec sa mère qui pourrait (sic) en faire une bonne mère de famille » [5]. Antoine semble exprimer la crainte qu’Albine, en s’échauffant, n’aille s’imaginer un destin au-dessus de sa condition de « mère de famille ». C’est pourquoi il se tourne vers Marie Magdeleine pour la ramener à davantage de modestie.

Au printemps 1807, Léo, la petite dernière, atteint ses onze ans. C’est, aux yeux de son père, « une grande personne », déjà. Son devoir est de s’empresser de se rendre utile à sa mère et de la « suppléer dans les soins du ménage ». Mais Léo prend aussi des cours. Pendant l’hiver 1807-1808, C’est lui qui s’occupe de la petite fille depuis que Marie Magdeleine, ravagée par le chagrin, a quitté Lyon pour Grenoble. Il est au palais de justice quand les maîtresses viennent faire leur leçon à Léo, et il ne les rencontre pas mais, dit-il, elles sont contentes d’elle. Il lui donnera donc un maître de danse après les fêtes de fin d’année ; en attendant, il demande à Marie Magdeleine de revenir car, dit-il : « je ne sais pas faire le soutien de maman, rien ne peut remplacer une tendre mère, conserve-la donc à tes enfants et que le coup terrible qui nous frappe ne pèse que sur nous. »[6]

Une éducation exclusivement maternelle n’est cependant pas sans inconvénient. L’enfant et surtout le jeune adulte se conforme d’autant mieux aux injonctions qu’elles sont non verbales, passent par le corps et les gestes ; lorsqu’il s’agit d’enseigner explicitement, la difficulté s’accroît. L’entremêlement de l’affectif et de l’exigence pédagogique ne produit pas que de bons effets ; ainsi, Albine semble-t-elle préférer « les observations et les instructions d’une personne étrangère », qui ont plus d’effet sur elle, « que celles de sa mère » [7]. Non pas, ajoute aussitôt Antoine, toujours soucieux de ménager la susceptibilité de Mion, « que sa bonne mère ne soit bien dans le cas de continuer avec succès tout ce qu’elle a commencé » ; mais à l’âge d’Albine, et avec son caractère bien trempé, l’enseignement gagne à être externalisé.

Catherine, pour sa part, se réjouit de ce que sa dernière fille, Adèle, séjourne auprès d’Amélie et Pierre à Paris : « elle ne peut que gagner beaucoup à être auprès de vous ; vous allez mettre la dernière main à son éducation car il faut que quand les dix huit ans sonneront il ne reste rien à faire. »[8] Finalement, le plus important réside peut-être là, dans cette « touche finale » que peut offrir l’exemplarité familiale. Exemplarité familiale qui se résume bien souvent à l’exemplarité maternelle, on l’a vu ; ou à défaut, au modèle des sœurs puisqu’ici, Amélie est la sœur d’Adèle. Et sur ce point, Catherine fait confiance à Amélie pour offrir le meilleur exemple possible : « je l’engage fort à conserver le maintien modeste ; cela plait en tout pays ; peu de gens aiment l’air évaporé de certaines demoiselles qui prennent cela pour l’aisance ; au reste Adèle n’a pas de meilleur modèle que ses sœurs ; il y a peut être un peu de vanité dans mon dire mais elle m’est je crois permise. »[9]

C’est pourquoi aussi on insiste tant pour que les filles soient non seulement éduquées mais instruites à la maison, et plutôt par des femmes.

De l’art d’agrémenter la vie intérieure ou de se faire un métier ?

Chez les Arnaud-Tizon, il semble qu’on s’attarde peu sur les contenus pédagogiques ou pratiques des arts enseignés aux filles. Quand elles jouent de la musique, c’est du piano : Catherine, la grand-mère, applaudit alors à leur application, quoiqu’en trouvant cela « drôle » [10]. Elles font du dessin, de la danse. L’une, qui fait du piano, se voit agrémentée du joli compliment d’être « fort bien organisée pour la musique ». Vraisemblablement, Catherine n’est pas elle-même musicienne. On n’en apprendra guère plus. Dans une famille aussi fortunée que les Arnaud-Tizon, dans laquelle l’avenir des filles est nécessairement le mariage, l’important n’est pas forcément dans leurs progrès en la matière. Il suffit qu’elles y prennent du « goût », qu’elles s’y amusent ou qu’elles parviennent à en distraire les autres. Car l’objectif de ces enseignements est bien de les occuper sans les ennuyer, pour leur permettre d’animer et d’agrémenter de leurs talents la maisonnée.

Chez Antoine et Marie Magdeleine, il semble en aller différemment. Ce ne sont pas des négociants : leur richesse tient dans leur patrimoine. Essentiellement des rentes viagères et les revenus du pont Morand. Or, vers 1801, Antoine ne cesse de se plaindre de la baisse de leur niveau de vie. Il est sans arrêt à court de liquidités et doit éviter souvent des dépenses qu’il s’accordait sans y penser quelques années auparavant. Dans ce contexte, Marie Magdeleine songe à l’avenir d’Albine ; c’est elle qui la première insiste pour que leur fille aînée pousse le plus loin possible ses capacités et son travail dans l’art du dessin. Sur ce point, ils n’ont tout d’abord pas le même avis : en aristocrate issu d’une famille fortunée, Antoine ne voit dans la pratique d’un art que le plaisir pour soi et l’agrément pour les autres. La concurrence est trop rude pour envisager sérieusement de se faire « remarquer ».

Albine montre des dispositions en piano ; mais éprouve une vraie passion pour le dessin. Au point de négliger son apprentissage et sa pratique de la musique. Son père s’en inquiète : elle pourrait, en insistant un peu, devenir une bonne accompagnatrice et trouver bien du plaisir à partager son art avec d’autres. On retrouve dans les expressions qu’il utilise un état d’esprit très proche de celui des Arnaud Tizon et des Vitet, sur les objectifs de l’enseignement des arts d’agrément pour les filles : « … elle avait vraiment de la facilité pour l’un et pour l’autre, mon intention est bien qu’elle continue le piano de manière à ne jamais l’abandonner et à devenir après bonne musicienne pour pouvoir convoiter l’accompagnement, cela seul peut y attacher, quant à la perfection dans l’exécution, il faut trop de temps et une trop grande continuité d’application, au reste il y a maintenant des choses si étonnantes en fait de talents, qu’il faut se borner à les avoir pour son plaisir, son occupation surtout et l’agrément des siens mais ne pas avoir la prétention d’être remarquée ni citée. »[11] Mais on devine, à la réponse qu’y fera Antoine, que Marie Magdeleine ne partage pas son opinion. Sans doute songe-t-elle à la possibilité pour Albine de se faire professeur de dessin, si le besoin un jour s’en faisait sentir. Sa position n’est donc pas du tout la même que celle d’Antoine. Celui-ci finit par s’y rallier et de Paris, accepte qu’Albine prenne davantage de cours de dessin ; à cet effet, il engage son épouse à faire ces frais, en reconnaissant que lui aussi « pense à l’avenir et adopte des idées qu'[elle a] eues la première »[12]. Le seul problème à ses yeux gît dans le choix du professeur de dessin ; si, comme convenu, ce doit être un homme, « la maman (…) sera obligée d’assister aux leçons » et cela, bien qu’il ait « le ton fort honnête »[13]. On voit bien que la perspective des parents est la pratique d’un métier, au cas où Albine ne trouverait pas à se marier.

Antoine est attentif à l’éducation qu’il donne à Léo, comme il l’a été pour Albine : dans cette même lettre, sur la foi d’un petit « saint jean » qu’elle a dessiné et envoyé à sa mère, qui s’en est montrée contente, il décide qu’elle passera l’année à « dessiner beaucoup » selon une certaine technique[14]. Il a remarqué qu’elle avait, elle aussi, « beaucoup de facilité et une grande propreté dans ce qu’elle fait. (…) J’avoue que je tiens plus à cela qu’au piano, mais je ne lui dis point. » [15]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Un livre oublié, aujourd’hui, retrace les discours depuis Fénelon jusqu’à Mme Roland en passant par  Rousseau et Mmes de Lambert, d’Epinay et Necker sur l’éducation des femmes. Il s’intitule, joliment, L’éducation des femmes par les femmes. Il a été écrit à l’époque où la IIIème République mettait en place une instruction de qualité pour les filles, par la loi Camille Sée. Cf. Octave Gérard, L’éducation des femmes par les femmes, 1886. Le livre est consultable en format html sur wikisource.org.

[2] AML 84 II 13 Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet Rouen, 16 avril 1821

[3] AML 84 II 11  Mme Hochet (ancienne voisine des Vitet) à Amélie Vitet, Angers, le 20 janvier 1827.

[4] Lettre 7 frimaire de l’an 3 de la république, 27 novembre 1794.

[5] AM de Lyon, 14 ii 35, Antoine à Marie Magdeleine, Paris, le 13 prairial an 9 (2 juin 1801), mardi. Lettre n°37.

[6] Lettre d’antoine à sa femme, Lyon, adressée rue brocherie à grenoble, datée du lundi 21 9bre. Je suppose qu’il s’agit du mois de novembre.  Oui, ces abréviations sont partout sur les documents d’archives.

[7] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 21 prairial an 9 (10 juin 1801), Mercredi.

[8] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 21 février 1816.

[9] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 21 février 1816.

[10] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 20  janvier 1819.

[11] Antoine à sa mère, lettre du 9 floréal an 9 (29 avril 1801)., AM Lyon, 14 ii 035.

[12] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 21 prairial an 9, Mercredi (10 juin 1801)

[13] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 21 prairial an 9, Mercredi (10 juin 1801).

[14] On lit difficilement le mot « bosse ». S’agit-il de dessiner à la brosse ? C’est, d’après Antoine, « ce qui forme », quitte à adopter ensuite un genre « et chercher à y devenir d’une certaine force ». On n’a pas le sentiment, à le lire, qu’il s’agit d’une technique mais plutôt d’un style.

[15] AM de Lyon, dossier 14 ii 35, 31 lettres d’Antoine à sa femme, 1807. Paris, le mercredi 15 avril. A madame Morand de Jouffrey, Rue saint dominique, à Lyon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.