Chapitre Deux : Des enfants à élever (6/7)

L’intelligence des filles

Antoinette, la mère d’Antoine, est attentive à souligner les mérites des filles. Albine, l’aînée des Morand, est particulièrement gâtée par la nature, aux yeux de sa grand-mère. Sa cousine Olimpe de Besson montre également une vive intelligence. Les qualificatifs qu’emploie Antoinette indiquent bien combien elle est attentive à cet aspect de la personnalité en général ; chez ses petites-filles certes, mais pas seulement.

Albine, la « favorite »

Albine est une enfant douée ; Antoine, son père, le laisse entendre à plusieurs reprises dans ses lettres. Il avoue même que lui et Magdeleine l’ont peut être un peu “gâtée”.  Antoinette, sa grand-mère, lui voue une véritable adoration. L’enfant est douée, réussit dans tous les arts d’agrément qu’elle pratique (le piano et le dessin) et manifeste un esprit et une maturité au-dessus du commun. Les traits physiques ou le charme de la jeune fille sont peu évoqués. Il semble qu’elle ait souffert de quelques désagréments sur lesquels, par pudeur, ni Antoine ni Antoinette ne s’étendent. Son talent n’est pas là, à l’évidence.

Albine n’éprouve que des succès, constate la grand-mère en 1798, c’est-à-dire quand Albine a 12 ans, et ce, « dans tout ce qu’elle apprend”. Et Antoinette continue : “Cet aimable enfant est bien prématurée et ne peux que vous donner toutes sortes de satisfactions. »[1] Peut-être par pudeur, ou bien parce que la chose n’a pas besoin d’être soulignée entre époux, Antoine lorsqu’il écrit à Magdeleine, ne s’extasie pas autant que la grand-mère devant les talents de sa fille. Sa grand-mère en revanche, qui est loin et qui cherche à faire plaisir à son fils, ne tarit pas d’éloge sur la pianiste. Très fière, elle rapporte les impressions qu’a ressenties une femme dont elle apprécie particulièrement les dons artistiques et les qualités morales, à la vue d’Albine. Madame de Montherot, qui est comme une fille pour Antoinette Morand, est une femme excessivement douée au piano forte.  Antoinette ne cesse de vanter ses mérites. Elle a, d’après elle,  le « talent d’un maître » sur cet instrument.

Madame de Montherot est une ancienne voisine des Morand, rue Saint Dominique. C’est, vraisemblablement, un membre de la famille quoiqu’il ait été impossible d’établir, jusqu’à maintenant, à quel degré. Antoinette l’appelle sa « fille adoptive » et, lorsqu’elle déménage de la rue Saint dominique, lui reproche gentiment de quitter la “maison de son oncle”.  Son jugement, pour Antoinette, vaut de l’or. Lorsqu’elle lui rapport qu’Albine a fait les plus grands progrès et joue très bien des sonates fort difficiles, Antoinette ne se sent plus de joie. Elle s’empresse de le répéter à Antoine, bien persuadée qu’elle fera le plus grand plaisir à ce père qui, lui aussi, avoue un faible pour son aînée. D’autres viennent témoigner de ces talents que manifeste Albine ; Antoinette qui y est si sensible, s’empresse de rapporter tout ce qu’on dit de sa petite-fille. Un certain M. Silvy, revenu de machy, vient lui rapporter des nouvelles de celle qu’elle n’a pas revue depuis deux ans. Il a été, confie-t-elle ravie, « vraiment étonné des talents de ma chère Albine, il m’a vanté sa bonne tournure ».

C’est plus qu’un faible qu’Antoinette ressent pour Albine. Elle le dira à plusieurs reprises, l’aînée de ses petites-filles est sa « favorite » ; et elle le montre par une multitude de compliments qu’elle lui adresse par l’intermédiaire de son père et, sans doute, qu’elle lui adressait elle-même. Mais, hélas, nous n’avons plus les lettres qu’elle échangeait avec sa petite-fille. A 13 ans, celle qu’elle appelle son « aimable créature » vient de lui écrire. Antoinette s’extasie : c’est « une lettre si bien pensée, si bien peinte et si bien orthographiée, qu’en la lisant j’oubliais son âge, et pensais que dans celui où l’on a plus à acquérir l’on se ferait honneur d’écrire ainsi. »[2] Et elle ajoute : « Tous mes compliments à la petite maman du succès qu’elle a dans les soins qu’elle se donne pour son éducation. »

Albine est une enfant douée qui, de plus, travaille avec constance et application. Son éducation est, de l’avis d’Antoinette qui n’en manque pas elle-même, « très avancée ». Il n’est donc point nécessaire, avertit-elle ses parents soucieux de la trouver légèrement indisposée, d’insister pour la faire davantage travailler. Il faut au contraire, selon elle, la faire danser pour la distraire agréablement. « … cet enfant sera prématurée pour le physique comme elle l’est pour le moral ». Antoinette n’est pas peu fière de cette petite-fille qui sort peu à peu de l’enfance : ses lettres, puisqu’à partir de ses 12 ans elle n’a plus d’autre relation avec elle qu’épistolaire, témoignent d’une « fille au dessus de son âge ». C’est, ressasse-t-elle, « un enfant à souhait qui excelle dans tout ce qu’elle fait ».

Albine est le joyau des Morand de Jouffrey. Elle n’est pas la seule. Sa cousine Olimpe de Besson, née juste après elle, mérite les mêmes compliments. L’attachement cependant, noué à des heures plus tardives, n’est pas aussi intense.

Olimpe de Besson

Olimpe a, en 1798, 11 ans. Elle vit à Grenoble, place aux Herbes, avec ses parents, son frère Auguste et sa petite soeur Louise. Antoinette apprend à mieux la connaître à partir du moment où elle s’installe définitivement à Grenoble, rue Brocherie, c’est à dire à quelques pas seulement de la place aux Herbes. Antoinette n’a guère fréquenté cette partie de sa famille depuis le siège de Lyon et l’exécution de Jean Antoine. On sait que sa soeur et sa fille étaient auprès d’elle dans ces moments tragiques. Mais où étaient les trois enfants d’Eléonore ? Jean Antoine n’évoque pas leur présence dans les lettres qu’il adresse à sa femme, de sa prison lyonnaise. Aussi, on ne sait si Antoinette a vraiment eu l’occasion de les voir grandir. Présente au moment de la naissance d’Olimpe, elle n’évoque pas d’autre séjour grenoblois dans ses courriers ; ni de souvenir lié à la petite enfance des enfants d’Eléonore, sa fille.On peut bien supposer que, lorsqu’elle arrive à Grenoble en 1798, c’est trois petits enfants de papier qu’elle rencontre. Enfants de papier si Eléonore a pris la plume pour régulièrement donner des nouvelles de sa famille. Ce dont on n’a pas la preuve.

Olimpe, lorsqu’elle fait sa connaissance, lui apparaît comme une enfant aussi douée que sa chère Albine. Au point de mériter la comparaison avec le phénix de Machy : « Olimpe se porte à merveille. C’est à présent la santé de la maison. Mais elle reste bien petite. Elle est comme albine pour l’intelligence, elle a une excellente tête. Pour y classer tout ce qu’elle apprend avec facilité. Auguste est un aimable polisson, il ne manque pas aussi d’intelligence, mais il est extrêmement distrait, fort vigoureux et d’une franchise qui fait excuser ses fautes dont il convient volontiers. »[3] Antoinette s’extasie cependant moins sur elle que sur Albine . Du moins dans ses lettres à Antoine, les seules qu’on ait conservées. Elle a passé moins de temps auprès d’elle ; et peut-être aussi a-t-elle moins de raisons de vanter les mérites de cette petite nièce encore plus étrangère à Antoine qu’à Antoinette, que de s’extasier sur les qualités de cette fille chérie.

On le voit dans cet extrait qui concerne les mérites d’Olimpe : la comparaison avec les garçons n’est pas forcément à leur avantage. Elle s’en enquiert, leur montre un attachement qu’on devine aussi intense qu’aux filles. Mais les mérites sont moins souvent soulignés, ou d’une manière qui accentue moins leur intelligence et plutôt leur jolie figure. C’est en tout cas le charme qu’elle trouve, en particulier, à James le grand frère d’Albine et de Léo.

Il est une autre demoiselle qui reçoit de cette vieille dame facilement charmée par le talent, des déluges de compliments. L’affection qui lie Antoinette à sa mère peut expliquer, comme pour Albine, celle qu’elle éprouve pour l’enfant. N’aime-t-on pas avec plus de facilité les enfants des personnes qui nous sont le plus chères ? Antoine, le père d’Albine, est incontestablement l’enfant chéri d’Antoinette. La fille de Madame de Montherot, sa « fille adoptive », ne pouvait que partir avec de forts atouts pour plaire à Antoinette.

Mlle de Montherot

[4] Sa mère, cette « chère fille Demontherot », comme elle se plaît à l’appeler, pouvait déjà en tout « servir de modèle » ; ses filles allaient forcément, prédit-elle, faire « d’aimables amies” pour ses petites filles. La prédiction s’est avérée juste. Albine est devenue l’une des meilleures amies de Louise Demontherot et la grand mère, certaine que l’influence lui sera bénéfique, s’en réjouit : « Je félicite ma chère Albine d’avoir pour amie Mlle demontherot, c’est la candeur et la bonté personnifiées. J’ai trouvé aussi beaucoup d’esprit et de raison dans les conversations que je me suis plu d’avoir avec elle. »

Le destin va donner cependant un écho des plus lugubres à ces rapprochements amicaux, presque familiaux, entre Louise et Albine. La première mourra en 1804 des suites d’une grossesse extra-utérine, laissant ses proches au désespoir ; Albine, trois ans plus tard, connaîtra le même sort pour des raisons similaires. On devine, à lire Antoinette au fil de son admiration pour l’une et pour l’autre, le degré d’anéantissement auquel ces disparitions tragiques porteront le cœur de la vieille dame. Antoinette déjà si profondément atteinte lorsque partira, après tant d’autres, sa chère Albine : car le sort se sera véritablement acharné sur cette femme, veuve inconsolable d’un époux vénéré ; mère orpheline d’Eléonore, qui les quittera quelques jours seulement après le mariage d’Albine ; soeur enfin privée de son alter ego, cette femme mystérieuse dont on n’a gardé que peu de souvenirs, sinon un gobelet marqué Saint Cyprien Morand, du nom qu’elle avait emprunté pour entrer en religion, et qui elle aussi est la première à partir.  Entre 1793 et 1807, Antoinette aura perdu la plupart des êtres qui lui étaient le plus chers, la mort atteignant à chaque fois des êtres de plus en plus jeunes : son époux, sa soeur, sa fille et enfin, Albine sa petite-fille chérie. La vieille dame survivra encore quatre ans avant de s’éteindre à l’âge deen 1812.

Antoinette chérit les filles de son entourage. Elle est une grand-mère attentive, admirative et encourageante. On ne l’entend jamais, dans les lettres, exprimer autre chose que de la tendresse. C’est elle qui, en dépit des difficultés financières où elle se trouve, insiste pour offrir à Albine les 100 livres que coûtent une vingtaine de leçons de piano forte dont elle a besoin. On n’entend pas la voix de la mère, c’est dommage. Mais d’autres voix féminines se montrent à l’unisson de celle d’Antoinette. Il y a, chez ces femmes responsables de l’éducation des enfants en général, mais des filles en particulier, un souci et une qualité d’attention sur les caractères et dispositions individuelles tout à fait remarquables. La fameuse Madame de Montherot, cette grande amie d’Antoinette justement, renchérit par l’intermédiaire d’Antoine lorsque, chargée pendant des circonstances exceptionnelles[1] de l’amusement et des occupations de Léo, elle lui fait connaître son jugement sur la petite fille alors âgée de 10 ans ; Antoine, bien certain que le compliment ira droit au cœur de sa mère, s’empresse de lui faire parvenir ces paroles : « le jour je suis très occupé et les soirées se passent ou avec ma petite compagne [Léo] ou en l’accompagnant quelque part et venant la rechercher le soir[2] ; comme j’ai fait aujourd’hui chez Mad. de Montherot ; elle m’a chargé de mille choses pour vous et pour ma femme, et n’a cessé de me dire combien elle appréciait et aimait encore mieux Léo depuis qu’elle avait eu plus de rapports avec elle ; elle lui trouve beaucoup de douceur, d’intelligence, de mémoire et un heureux naturel ; elle est enfin bien persuadée que son éducation peut présenter à celle qui voudra la faire, plaisirs et succès. » [3]

On ne peut dire que les filles, et en tout cas Albine, sont méjugées ou peu considérées, dans la famille Morand. Si, comme on le remarquait tout à l’heure, les garçons partent avec un temps d’avance, mieux accueillis par des mères inquiètes de plaire aux maris comme aux familles en attente d’un héritier, certaines filles ne manquent pas non plus d’un vrai et sincère soutien.

La formation des garçons

L’éducation des garçons est plus sommaire au sens où elle nécessite apparemment moins d’efforts : les fortifier physiquement d’abord, puis former son caractère sont les deux grandes directions que se donnent les parents. Très jeunes, ils sont séparés du milieu familial pour acquérir une instruction, du moins quand ils parviennent à supporter la dureté du collège.

Accoutumer les corps à la fatigue

Dès que James atteint 7 ans, son père incite Mion à chercher à « fortifier sa santé, à accoutumer de bonne heure son corps à la fatigue ». [5] Ludovic, quant à lui, dans le même but, prend des cours de danse. A 10 ans, c’est un enfant d’une « grandeur extraordinaire » ; sa grand-mère, Catherine, doute qu’il soit assez fort pour supporter ces cours mais c’est le seul moyen, en hiver, pour faire de l’exercice puisqu’à partir de la saison d’hiver, il n’est plus question de se promener dans la ville[6]. On n’est pas partisan, chez elle, d’une pratique intensive ; lorsqu’un mois plus tard elle apprend qu’il persévère, elle l’en félicite mais elle ajoute qu’il en faut faire « modérément »[7]. A 17 ans, il est devenu un excellent danseur, courtisé par les « jeunes dames et demoiselles » pour qu’il les fasse danser.

Douceur et bonté dans le caractère

Ludovic Vitet est, quant à lui, un garçon dont on souligne le « caractère affable et les bonnes manières » [8].

Bonté du cœur, douceur du caractère : telles sont les qualités qu’observent, et dont se félicitent, les deux parents de James . A 7 ans comme à 15 ans, c’est un garçon assez réservé, timide même, qui travaille avec application au collège de la Croix Rousse où il a été placé. Antoine apprécie, autant que chez ses filles, la modestie de son maintien : « Je suis très content de ton fils, il ne cherche point à se produire, a la timidité qui convient à son âge mais annonce beaucoup de bon sens, de réflexion et de l’instruction pour son âge et par conséquent du véritable et bon esprit. »[9] Il dessine, notamment lorsqu’une assez grave entorse l’oblige à demeurer chez lui plus longtemps que prévu. Tous ces traits de caractère agréent Antoine, qui s’en félicite et s’en inquiète à la fois. Il n’est vraiment occupé, remarque-t-il un brin étonné, « que du désir de s’instruire et de s’avancer ». Lui-même ayant été d’un tempérament beaucoup plus fougueux, voire emporté, ayant vécu une jeunesse de passions et d’amusements, il se prend à douter de la capacité de James à faire face à l’éloignement, le moment venu : « studieux et très doux », ne risque-t-il pas de se décourager ? Ne faudrait-il pas qu’il soit « un peu moins raisonnable » finalement ? Ne manque-t-il pas « de caractère et d’un peu d’énergie » ? Toutes ces interrogations émergent lorsqu’il s’agit de placer James dans un collège à l’autre bout de la France.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Grenoble ce 22 thermidor an 6 (9 août 1798). Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint dominique n°66 à Lyon. AM Lyon, 14 ii 31.

[2] 12 germinal an 7 (Antoinette à son fils). Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal de lyon département du Rhône à Lyon.

[3] Fontaine, 27 vendémiaire an 7 (1798) : Antoinette à Antoine. Au citoyen morand juge du tribunal, rue saint dominique, n° 66, à Lyon. Fontaine était la résidence secondaire des Besson.

[4] Fontaine, 27 vendémiaire an 7 (1798) : Antoinette à Antoine. Au citoyen morand juge du tribunal, rue saint dominique, n° 66, à Lyon. Fontaine était la résidence secondaire des Besson.

[5] Lettre du 24 germinal an II, soit le 13 avril 1794.

[6] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen le 25 jan 1812, à Pierre et Amélie Vitet (Paris)  84 II 1

[7] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 22 février 1815.

[8] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 5  février 1819.

[9] Grenoble, mardi à 8h ½ (août 1802, messidor an 10). A Madame Morand de Jouffrey, rue saint dominique à lyon Deux feuilles volantes ton bleuté.

[1] Sur lesquelles nous reviendrons. Cf. infra, chapitre VII.

[2] Antoine est, à cette époque, seul à Lyon avec Léo. Magdeleine est à Grenoble.

[3] Lyon, le samedi 19, 10h du soir [19 décembre 1807]. Cette lettre déclassée se trouve dans le dossier des lettres non datées. Nous avons pu la dater pour des raisons que nous donnons plus loin, chapitre VII.

en 1811.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.