Chapitre Deux : Des enfants à élever (7/7)

Le collège : une expérience douloureuse et peu profitable

C’est à l’âge de 11 ans que l’on commence à songer à une instruction hors du domicile familial. Au mois d’août 1798, James entre donc en pension. Il rentre chez lui le samedi pour revenir le lundi. Il a du mal à s’y accoutumer et imite, en cela, l’exemple paternel : « il fait un peu le malade, confie Antoine à sa mère, comme son père faisait à l’oratoire pour revenir dans la maison paternelle, la mère fait aussi un peu l’enfant, cependant j’espère que notre volonté bien déterminée à notre égard lui fera faire de nécessité vertu. » [1] Tout le monde, autour de lui, est bien chagriné de ce départ, sa sœur Albine, ses parents et sa grand-mère qui se remémore avec une vive émotion ce que lui en coûta, de son côté, la mise en pension de son fils Antoine au collège de Thoissey, dans l’Ain. Le séjour de James ne durera guère : la pension où il avait été reçue est presqu’aussitôt détruite. Antoine se tourne alors, vraisemblablement, vers un collège de Tournon dont la réputation est parvenue jusqu’à Antoinette, qui en dit beaucoup de bien : il a, confie-t-elle, l’avantage d’avoir formé « des élèves fort instruits, tous bons sujets, au moins à ma connaissance »[2].

En 1801, James a 15 ans. ; ayant montré des dispositions à l’étude,  ses parents décident de le faire instruire dans un meilleur établissement : « J’ai été au pritannée[3] (sic) et suis très content de tout ce que j’ai vu, nous en causerons beaucoup, il faut que James devienne un homme de mérite dans l’état qu’il embrassera et aie le courage de suivre sans peine la marche que je jugerai la plus convenable à son avancement ; il faut aussi que la petite maman se raisonne sur cet objet, c’est surtout pour eux que nous les aimons ces chers enfants et leur plus grand avantage nous dirigera toujours. »[4] Le parallèle est intéressant entre l’impératif qui guide le père, et la conviction qu’il a d’agir pour le bien de son enfant, et mieux que ça : pour son enfant et non pour son plaisir de parent. Magdeleine n’est pas prête, visiblement, à se séparer de son garçon ; ce n’est pas la première fois qu’on ressent la pression qu’exerce le père pour que l’enfant ne reste pas auprès de sa mère. Lorsqu’il s’était fait cette entorse si grave au printemps, il avait veillé à répéter, inlassablement, qu’elle devait se « débarrasser » de lui pour qu’il reprenne le cours de ses études. Antoine, cependant, se fait violence : la perspective de se séparer de son garçon lui coûte considérablement. Peu de temps après le sermon sur la nécessité de suivre l’intérêt de James et non le leur, Antoine « verse des larmes de joie » en lisant les nouvelles que Mion lui envoie de James. « Pourquoi faut-il, demande-t-il cette fois, l’éloigner de nous pour achever son éducation, je t’assure qu’il m’en coûtera beaucoup, mais je le crois nécessaire et la manière dont il profite de ses maîtres est une raison de plus parce que nous ne négligerions rien de ce qui peut en faire un homme instruit et qui puisse le rendre utile à son pays ; c’est pour lui maintenant, ma bonne amie, que je vais avoir de l’ambition et je t’assure que sans cela je ne courrais pas comme je le fais après la place au tribunal . »[5]

En octobre, c’est chose faite : son père l’emmène à Paris pour lui trouver un  pensionnat. En faveur du Prytanée, il y avait non seulement l’intérêt qu’y avait trouvé Antoine, lors de son voyage du printemps, mais également son coût modique. Cependant, quelques éléments l’amènent à changer d’avis : Mme Morand mère n’est pas favorable à l’établissement, et Antoine reconnaît que tout ce qu’elle lui a dit à cet égard lui a paru « infiniment fondé ». En outre, réalise Antoine, « l’éducation y est absolument militaire et dirigée de ce côté ce qui ne peut me convenir ». Décidément, on ne peut reprocher à Antoine de vouloir viriliser son garçon par la discipline. Rien n’est plus éloigné de l’état d’esprit de ce bon vivant qui se plaît à se décrire en paresseux. Aussi son choix va-t-il porter sur le Collège des Sciences et des arts[6], annonce-t-il à Mion. Cela leur coûtera 14 à 15 cents livres par an, ce qui est une somme considérable, mais « pourvu qu’il en profite ce ne sera pas de l’argent mal employé »[7], admet Antoine, comme pour se rassurer.

La nécessité de le bien instruire est, selon Antoine, primordiale. Il faut le mettre dans le cas de « réussir dans un état », c’est le « plus grand service que nous puissions lui rendre ». Paris fascine Antoine qui sans cesse, rapporte à Mion les dernières modes, les habitudes, l’évolution des idées et des pratiques ; à propos de l’instruction, il se dit « étourdi  de toutes les connaissances que réunissent de très jeunes gens ». Paris est, à ses yeux, le « pays des extrêmes en tout et où les arts les sciences et les connaissances en tout genre sont cultivés avec le plus grand succès à côté de gens tout à fait frivoles et de la plus grande inutilité. »[8]

Hélas, le pensionnat est un échec. Quelques mois après son intégration, James tombe malade au point de faire déplacer ses deux parents à Paris, ce qui est le signe le plus certain de la gravité de la situation. Jamais, de sa vie, Magdeleine n’a fait le chemin, sauf lorsque, toute jeune mariée, elle est venue assister à la remise de XX et se faire présenter aux amis et parents d’Antoine. Le danger a été tel que les parents renoncent au pensionnat. Après la longue période d’immobilité, provoquée par cette cheville foulée, on lui a fait reprendre ses études trop tôt, regrette Antoine ; le père n’est cependant pas tout à fait dupe de la situation : il comprend vite que James, peut-être trop habitué au confort d’une éducation à domicile, s’est langui au point de s’en rendre malade. Il a bien conscience que c’est le plaisir de revoir ses parents et « la certitude de revenir à Lyon » qui ont été « les meilleurs remèdes à sa situation »[9].

Antoine exprimera ses regrets d’avoir dû retirer James de ce collège : « il [dzd1] a placé ses deux fils dans le collège où j’avais mis James à Paris et qui va de manière à bien augmenter mes regrets de n’avoir pu l’y laisser. »[10] (en 1804)

La famille revient à Lyon. En avril 1803[11], Antoine écrit à sa mère que James perd son temps : il attend toujours la formation du lycée pour se déterminer entre cet établissement et le collège de Bellier. Ce sera le lycée. Mais, là encore, James s’y rend à contre cœur. Sa sœur Albine, qui l’observe, le trouve fort triste. Elle a, à ce moment, une remarque intéressante : elle est bien heureuse, « quoi qu’on en dise (jusqu’à présent) de n’être pas un homme [dzd2] ».

James ne s’accoutumera jamais vraiment aux études. A 23 ans, on le retrouve à Grenoble. Il y fait des études de droit mais, d’après son père, c’est « vraiment un tourment terrible pour lui que ces malheureux examens »[12]. Après la soutenance de sa thèse, en 1810, son père se démène pour lui trouver une place à Lyon. L’état d’avocat ne lui convient pas ; on cherche pour lui une place « plus favorable » qui puisse l’amener à se « fixer d’une manière invariable » près de ses parents. Après le décès d’Albine, Antoine et Magdeleine ont considérablement modifié leur point de vue sur les rapports entre intérêt de l’enfant et intérêt des parents. Très affaiblis, ils ressentent fortement le besoin de garder leur fils près d’eux. Cela semble de la dernière nécessité tant pour le père qui ne néglige rien et pour la mère qui se dit prête à sortir un peu de son « apathie ordinaire » afin de mettre toutes les chances de ce côté. Il n’est plus question de supporter une séparation au nom du bien être de James, et de son avenir : « nous avons besoin d’être entourés de ceux qui nous restent, et du côté de l’intérêt nous ne pourrions pas faire de grand sacrifice. »[13]

Chez les Vitet, l’accent est mis avec peut être encore plus d’emphase sur l’éducation de Ludovic. A 8 ans, c’est un enfant sur lequel on place beaucoup d’espoirs ; du moins Catherine, sa grand-mère, considère que c’est un « cher enfant qui promet tant et qu’il ne faut pas négliger ».[14] Il est mis dans une pension toute proche du domicile familial, connue de la famille puisqu’un cousin Barbet y fait déjà ses études. Elle est située place de l’Estrapade, derrière le Panthéon.

Ludovic est l’un des plus jeunes de la pension mais il se montre « bien décidé »[15] ce qui rassure sa grand-mère Catherine qui pense qu’il s’évitera, ainsi, « bien du chagrin » [16]. Par contre, le chagrin ne sera pas évité à sa mère qui, de l’avis de Catherine, doit bien « éprouver un grand vide » [17].

En effet, chez Amélie comme chez Magdeleine, on sent bien que la mise en pension est vécue comme un passage cruel ; Catherine encourage sa fille, au moment de se séparer de son cher Ludovic, à « s’armer de courage » et à ne pas faire paraître la peine qu’elle éprouve. Peine perdue : Amélie tombera malade au moment de se séparer de Ludovic. Apprenant la nouvelle, une amie lui écrit : c’est une « maudite société » que celle qui oblige les mères à sacrifier leur bonheur pour satisfaire l’ambition : « Je prend bien part a la peine que vous avez éprouvée ma chère amie en vous séparant de votre petit Ludovic. Voilà notre sort. Lorsque nous mettons au monde des garçons, après leur enfance passée (sic) nous en sommes toujours séparées. Maudite société qui nous oblige à donner une Education difficile pour satisfaire notre ambition. Je sais que cela ne peut pas être autrement mais combien de fois ai-je envié le sort des paysans qui ne quittent jamais les leurs. »[18]

Il semble bien qu’à cette époque, on ne recommande pas aux parents de donner une « éducation domestique » aux garçons une fois passé l’âge tendre (c’est-à-dire entre 9 et 11 ans) ; ainsi, la grand-mère arme-t-elle sa fille d’arguments en faveur de cette mise en pension : « tu ne pouvais réellement le garder plus longtemps chez toi sans lui faire tort ». L’oncle d’Amélie est encore plus clair sur ce point : « Les femmes ne peuvent élever les garçons ; elles doivent élever leurs filles. »[19] En outre, cet enfant si doué mérite bien que l’on « profite de ses dispositions ». Il y a là une rencontre bien favorable entre la norme éducative et les mérites individuels d’un enfant que sa famille juge particulièrement doué

Mais la perspective d’une première séparation n’est pas forcément seule en cause : les conditions d’accueil ne sont pas faites pour rassurer. Les pensions ne sont pas des lieux confortables : la nourriture n’y est généralement pas appréciée, et les maîtres y montrent une grande rigueur. Il faut demander une permission pour faire parvenir des douceurs, comme ces « mirlitons » que Catherine voudrait envoyer pour améliorer le quotidien du petit garçon[20]. Les journées sont entièrement consacrées au travail, avec deux heures de récréation, ce qui paraît excessif aux yeux de la grand-mère. Les maîtres ne sont pas avares de coups, comme le laisse entendre une inquiétude exprimée par Catherine[21]. Les classes sont bondées : pas moins de 48 élèves parfois[22].

Il ne faut pas longtemps pour que Ludovic ressente le désenchantement. Un mois après son entrée en pension, on apprend qu’il s’y accoutume « passablement » c’est-à-dire assez mal. La faute en est à la mère, selon Catherine : « de trop fréquentes visites ont fini par lui donner du chagrin » [23]. Les bons points s’accumulent, rassurant la grand-mère : il est le premier de sa classe à la fin de l’année, en août. Après avoir passé ses vacances à Rouen, pendant lesquelles son père a « eu soin de le faire travailler », il reprend le chemin de la pension, en octobre. Pour aussitôt tomber malade. On suppose une « maladie nerveuse » due à l’excès de travail. Il faudra renoncer, pour longtemps, c’est-à-dire pendant six ans, à une instruction en dehors de la maison.

C’est Pierre qui va le faire travailler. Un plan d’éducation est mis en place. De toute façon, n’étant pas destiné au commerce, il ne saurait trop souffrir, pense-t-on désormais, d’une éducation domestique : peu pressé par l’entrée dans une carrière, il peut prolonger sans mal ses études. L’enfant a avant tout besoin des « soins maternels », ne cesse de seriner Catherine. En outre, sa croissance exceptionnelle n’est pas adaptée à l’alimentation qu’on offre dans une pension. La seule qui s’inquiète un peu de la sortie de pension, sans y croire vraiment d’ailleurs, est Marguerite, la grand-mère paternelle. Quelle instruction religieuse va-t-il recevoir, désormais ? A toutes fins utiles, elle fait parvenir le catéchisme qu’utilisait déjà son père.

On ne connaît guère la matière et l’organisation de ce plan d’éducation. Il ne doit pas être mauvais puisque, lorsqu’il retourne faire ses études en 1817, c’est-à-dire à l’âge de 15 ans, il se place tout de suite en tête de classe, au grand contentement de toute la famille.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Antoine à sa mère. Le 29 fructidor an 6 de la République (15 sep 1798) ; à la citoyenne Morand la Mère à Grenoble. 14 ii 35.

[2] Lettre d’Antoinette à Antoine, Grenoble, ce 10 frimaire an 7. Au citoyen Morand, juge du tribunal, rue Saint Dominique, n° 66, à Lyon. AM 14 II 31.

[3] Lorsqu’Antoine se renseigne, il existe alors 4 collèges du Prytanée : Paris, Saint-Cyr, Saint-Germain et Compiègne. Chaptal avait institué un grand nombre de bourses, ce qui rendait, comme le constate Antoine, le coût de l’instruction fort modique. Ces collèges recevaient les jeunes adultes jusqu’à 18 ans. On y enseignait les langues, le dessin, l’écriture, l’escrime et la danse ; et selon le choix des sections, la philosophie ou les sciences physiques et mathématiques. Les lycées allaient être créés par la loi du 11 floréal an X (1er mai 1802), ce qui allait rendre les prytanées inutiles ; il ne restera bientôt plus que le Prytanée français, réservé aux fils de militaires se destinant à la même carrière, situé à La Flèche, dans la Sarthe, là où Napoléon avait fait ses études. Cf. Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publié sous la direction de Ferdinand Buisson, Paris, 1911 (notice Prytanée).

[4] Dimanche 5 floréal (25 avril) à 1heure (1801). Numérotée 20. Lettres non datées d’Antoine à sa femme. A Madame Morand Jouffrey, rue Saint Dominique, à Lyon.

[5] Paris, le 8 germinal lundi à une heure (1802 – an X). 29 mai 1801.

[6] Le collège des Sciences et des arts , plus connu sous le nom de Collège Sainte Barbe, a été fondé en 1798, par un ancien du Prytanée, Victor Lanneau. Sa vocation est clairement anti cléricale mais étrangement, Antoine ne fait pas valoir l’argument auprès de Mion. Le collège se situe au cœur du quartier latin, sur la montagne Sainte Geneviève. Sur la personnalité particulièrement contrastée et engagée de cet ancien prêtre rallié à la Révolution, « l’un des dirigeants jacobins les plus importants de l’ancienne province de Bourgogne », voir Marcel Dorigny, « Victor Lanneau, prêtre, jacobin et fondateur du Collège des Sciences et des Arts (1758-1830) », in Annales historiques de la Révolution française, 1988, n° 274, pp. 347-365.

[7] Paris, le 5 brumaire, mardi (27 octobre 1801). A madame Morand rue Brocherie, à Grenoble. Lettres d’Antoine à sa mère, 14 ii 35.

[8] AM de Lyon, 14 ii 35, Lettres d’Antoine à sa femme. Paris, le 3 prairial an 9, 23 mai 1801, A madame Morand Jouffrey, rue saint dominique à Lyon.

[9] Lettres d’Antoine à sa mère ; Lyon, mercredi neuf germinal. Il est indiqué, de la main de la personne qui a classé ces lettres, « an onze ». 30 mars 1803.

[10] Paris, le 19 frimaire an 13 [10 décembre 1804]. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. Lettres d’Antoine à sa mère. 14 ii 35.

[11] Lyon, samedi 24 floréal an 11 (printemps 1803). Lettres d’Antoine à sa mère. 14 ii 35.

[12] Lyon ce mardi  matin 30 janvier 1810. Lettres de Magdeleine à Antoine. 14 ii 031.

[13] Lyon, ce mardi matin, 14 février 1810.  Sur une feuille à part, une adresse : A Monsieur Morand de Jouffrey, rue de richelieu, hôtel menars vis-à-vis la rue … à Paris. Lettres de Marie-Magdeleine à Antoine. 14 ii 31.

[14] Lettre du 21 octobre 1809.

[15] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen le 18 avr 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris) 84 II 12

[16] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen  avr 1811 (tampon de la poste 26 avril 1811), à Pierre et Amélie Vitet (Paris) 84 II 12. Les citations suivantes sont extraites de la même lettre.

[17] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen 30 avr 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris) 84 II 12.

[18] AML 84 II 11  Elise Pradher à Amélie Vitet, n.p, le 18 octobre 1811.

[19] AML 84 II 13, Pierre Marie Arnaudtizon à Pierre Vitet, Rouen le 28 mai 1818.

[20] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen 30 avr 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris) 84 II 12.

[21] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen le 19 nov 1811, à Amélie Vitet (Paris)  84 II 12.

[22] C’est le cas de la pension où se rend un cousin de Ludovic, Juste Barbet. AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 14 [mars 1820]

[23] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen 9 mai 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris) 84 II 12.


[dzd1]Il parle de qui ici ? d’un ami (faut il préciser qui ?)

[dzd2]A utiliser. (cité de mémoire, voir cette lettre dans 14 ii 31).



Citer ce billet
Anne (2009, 2 août). Chapitre Deux : Des enfants à élever (7/7). Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poy7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.