Chapitre trois : Des corps et des choses (1/5)

Comment vivent les couples autour de 1800 ? Evidement on doit éviter de trop généraliser. Il y a aujourd’hui, comme hier, beaucoup de manières de vivre et de comprendre la vie conjugale. Dans ce chapitre nous cherchons à nous approcher de nos couples en passant par les détails de leur vie quotidienne : l’alimentation, le rythme des repas, la distribution du courrier, les voyages entre Paris, Rouen, Lyon et Grenoble,  les moyens domestiques ou médicaux de se soigner les relations avec les domestiques, membres de la famille mais membres subordonnés, et aussi, moins attendue mais tout aussi liée à la question des corps et des choses, c’est-à-dire des corps comme des choses, la question des remplaçants à la guerre . Il ne faut pas oublier que nos personnages sont des hommes et des femmes faits de chair et de sang, aussi bien que des cœurs battants et des esprits, et que les manières de se nourrir, se soigner, s’habiller, etc. font partie de leur vie de couple aussi bien que les mots de l’amour,  de la sexualité, et de l’éducation des enfants.

Le rythme de la vie, bien sûr plus lent qu’aujourd’hui, change par rapport au stage [av1] d’un couple aussi. Jeunes, ils cherchent à s’amuser, peut-être, mais en général ils sont aussi occupés très tôt par la naissance d’un premier bébé. Il faut aussi souligner que les parents « s’occupent » peu de leurs enfants car la plupart sont envoyés en nourrice  ; si ce n’est pas le cas, une nourrice et des domestiques sont installés à la maison pour s’occuper d’un nouveau né et des jeunes enfants. Les parents sont vite libérés pour reprendre leurs activités habituelles qui incluent la sociabilité, des activités nécessaires pour des personnes de leur statut social, la lecture, les activités professionnelles, et aussi la correspondance. Une lettre de quatre pages écrite à la main prend du temps à rédiger. Alors essayons de faire entrer dans notre histoire les corps et les choses de nos personnages pour mieux les placer dans leur milieu.

« Ma vie animale »

L’agenda quotidien

Les repas

La journée, et notamment la répartition des repas, est organisée d’une manière assez différente de la nôtre. Le matin, on déjeune d’un bol de café au lait, y compris pour les enfants. Le déjeuner a lieu entre 10h et 11h, et il se compose soit de vin et d’une viande soit de petits pains et d’une boisson. On dîne à des horaires très variables, entre 14h et 17h, d’une manière plus abondante : Antoine décrit ainsi un dîner qu’il prend seul chez lui et qu’il fait venir sur un plateau : un « biftec », un fricandeau au petit pois[1] et la moitié d’un maquereau, le tout accompagné d’une demi-bouteille de vin. Une autre fois, il parle d’un morceau de bœuf, d’un ragoût de veau, d’une lotte frite, d’un plat « d’oseille ou d’épinard je n’en sais rien » et d’une petite salade verte[2]. La ration de protéine est, on le voit, assurée et même, largement dépassée : on comprend qu’Antoine ait rapidement, c’est-à-dire précocement, souffert d’une espèce de « goutte » [av2] et soit devenu, avant 40 ans, « rond comme une boule »[3]. Au retour du spectacle, lorsqu’on vit à Paris comme le fait Antoine en déplacement, on peut souper vers minuit d’une bière et de quelques « échaudés »[4].

Enfin, autre gourmandise typique d’Antoine : fumer la pipe. On n’allume pas l’objet, d’ailleurs, mais on « l’éclaire ». C’est du moins l’expression qu’emploie Antoine. Il en parle quelques fois, toujours comme d’un plaisir et d’un délassement pris notamment au moment où il écrit ses lettres : « J’ai interrompu ma lettre un moment pour déjeuner, car il est dix heures et par grand extraordinaire, je ne compte sortir aujourd’hui qu’à midi ; j’ai du vin dans ma chambre, j’ai acheté une langue scarlatine et depuis 8 à 10 jours, je déjeune solidement. Je dine à quatre heures et souvent à cinq ; je vais au spectacle le plus que je peux, il est ordinairement plus de douze heures quand je rentre, je fais du thé j’y trempe une croute de pain, j’écris, je fume plus d’une pipe, et vais me coucher tristement entre minuit et une heure, pour me lever à sept heures du matin. Cette vie agitée et isolée ne me convient nullement, cependant je me porte bien et si je réussis à l’objet de mon voyage et que je puisse retourner bientôt à Machi mon ambition sera satisfaite. » [5]

Pierre a l’air d’être moins gourmand qu’Antoine, au moins c’est l’impression qu’il donne dans une lettre à sa femme où il  raconte ses habitudes pendant son séjour à Lyon en 1820: « D’abord je te dirai que je continue de me très bien porter, ayant soin de beaucoup m’observer dans les dîners que je fais en ville pour répondre à d’aimables invitations qu’il est difficile de refuser ; cette précaution me fait éviter l’inconvénient attaché à ce genre de vie, d’ailleurs je rentre tous les soirs de bonne heure collationner avec ma tante, et me couche de même. [6]

Les distractions

Le mouvement et les activités incessantes de la vie parisienne frappent toujours les provinciaux quand ils y passent du temps. Le 18 prairial 1801, Antoine est allé avec M. de Virieu et son fils se promener à Tivoli. Tivoli était un immense parc d’attractions pour adultes : les jardins se trouvaient au nord de Paris, sur l’emplacement actuel de la gare Saint Lazare. Ils occupaient un vaste espace de 8 hectares où se tenaient, dit-on, des fêtes « insensées ». 10 000 personnes s’y rassemblent chaque dimanche. On les appelait également la Folie-Boutin mais en 1795, les jardins prennent définitivement le nom de Tivoli, en référence aux jardins du même nom à proximité de Rome[7]. On y trouvait des « panoramas », des marionnettes, des manèges, des montagnes russes d’une utilisation assez risquée (pour ne pas dire mortelle[8]), des eaux thermales ; le soir, des milliers de lampions s’illuminent et c’est ce qui frappe le plus Antoine. Ou plutôt, c’est ce qu’Antoine juge bon de rapporter à Mion en notant de « très belles illuminations », un « assez mauvais concert et feu d’artifice passable » ; le tout offre « un monde prodigieux, on évalue à dix mille personnes le nombre de spectateurs ce qui à 6# donne une recette de 60 000 livres. Il n’y a que Paris pour toutes ces choses là, tous les spectacles sont toujours pleins et le prix n’arrête personne, le luxe, les chevaux voitures, augmentent chaque jour on est cependant bien loin d’avoir une paix solide mais chacun ne s’occupe que des moyens de s’amuser sans songer si cela pourra durer longtemps. »[9]

Une manière très répandue de faire passer le temps consiste à jouer aux cartes, aux échecs. Antoine fait souvent allusion à la passion qu’a Magdeleine pour le tric trac. « Il me paraît que madame aime toujours beaucoup le trictrac, excepté avec son mari. Si j’avais su de rester si longtemps à Paris je me serais fait donner des leçons pour devenir assez fort pour qu’on eut daigné faire une partie, mais mes efforts auraient bien pu être sans succès, les jours de voyage ( ?) sont passés et le mari fut-il plus fort serait toujours mis de côté. »[10] Quelques années plus tard, il remarque que sa petite fille, Léo, alors âgée de dix ans, « a pris une fureur d’échecs, Honoré [son père] a bien de la peine à se défaire d’elle et pour moi elle m’a fait échec et mat deux fois hier ; je suis bien fâché de n’avoir pas un peu joué avec James parce que j’aurais pu quelques fois guerroyer avec toi et tu sens bien que malgré tous les progrès de Léo à ce jeu là je ne me flatte pas de l’apprendre par ses leçons. (…) »[11]

Voyages, transports et courrier

Il est facile d’oublier combien les distances étaient importantes il y a deux cents ans. Deux hommes à cheval en été 1808, et qui souhaitent éviter la chaleur, doivent compter neuf jours de voyage : ils cavalent le matin de 5 heures à 10 heures, et en fin d’après midi de 4 heures à 8 heures, soit 9 heures par jour.

Pour une famille ou quiconque voyage par carrosse privé, le voyage dure une huitaine de jours. On s’arrête la nuit dans des auberges et l’on roule à peu près tout le jour.

Enfin, le moyen le plus rapide est celui de la diligence : en roulant sans s’arrêter, sauf pour ravitailler bêtes et hommes aux postes établis tout au long de la route, on peut être rendu à Paris en 96 heures, soit 4 jours[12]. Ces entreprises de voitures, dont plusieurs se faisaient concurrence dans les années 1820, montrent qu’il y avait une demande assez importante, qu’il y avait donc assez de voyageurs pour remplir ces voitures et que c’était un chemin fréquenté. La route pouvait être faite par deux voies principales : la Bourgogne et le Bourbonnais. On oublie aujourd’hui la deuxième depuis que les chemins de fer et l’autoroute passent par la Bourgogne, mais avec les chevaux, le Bourbonnais convient mieux car on évite les montagnes du Beaujolais. On passe alors par Roanne (première étape), Moulins, Cosne puis Paris.

Quelle que soit la manière choisie, le voyage est long et fatigant ; on souffre de la chaleur ou du froid, des cahots sur des routes qui sont plus souvent des chemins. Les passagers avec qui on partage le carrosse peuvent être gentils et intéressants, ou trop bavards et ennuyeux. Dormir assis pendant qu’on roule est presqu’impossible, et tous ceux qui font le voyage parlent de la nécessité de se reposer après une telle expérience. Antoine se plaint du voyage qu’il a dû faire un hiver : « Il faut convenir que la manière de voyager la plus sûre et la moins incommode, dit-on, est infiniment pénible et fatigante ; j’ai dormi depuis que je t’ai quittée, cinq heures à Macon, et trois heures à Chalons, hier j’ai passé la nuit et je ne vois pas que nous puissions espérer de nous coucher avant l’arrivée à Paris ; les chemins sont affreux et il est tombé ici une si grande quantité de neige (…), que nous sommes obligés d’aller presque toujours au pas pour ne pas verser. Au reste j’ai le plaisir d’être avec M. Rigollet et de fort bons compagnons de voyage ; point de femmes et nous convenons qu’en voyage cette privation peut au moins se supporter.”[13]

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Il s’agit d’un pâté de campagne.

[2] Lettres d’Antoine Morand à sa femme, 1810-1816.

[3] Miralou ( ?) le 6 messidor l’an 2 de la République une, indivisible et démocratique. (= 24 juin 1794). Antoine à Magdeleine, AM Lyon, 14 ii 035.

[4] Il s’agit de petits gâteaux à l’anis.

[5] Paris le 23 ventôse an 9. Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 (63 lettres), 1802 (18 lettres)

1801 : Antoine a 41 ans. Sa femme, 39 ans.            Les lettres sont numérotées de la main de celle qui les a soigneusement classées.

[6] 84 II 09  PV à Amélie V, [Lyon], 15 mai 1820

[7] Cf. Gilles-Antoine Langlois, Folies, Tivolis et attractions : Les premiers parcs de loisirs parisiens.  Catalogue de l’exposition organisé par la Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris en 1991, Paris Délégation à l’Action Artistique, 1991. Voir également le site très bien renseigné http://www.faget-benard.com/jojo/articles/retroviseur/tivoli.htm.

[8] Il y eut, d’après le site http://www.faget-benard.com/jojo/articles/retroviseur/tivoli.htm, des « blessés et même des morts » sur ces montagnes russes.

[9] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 19 prairial an 9. A Madame Morand Jouffrey, rue Saint Dominique, à Lyon.

[10] AM Lyon, 14 ii 35, Antoine à Magdeleine, 9 prairial an 9.

[11] lettre de 1807, septembre

[12] On retrouve des détails sur un voyage entre Paris et Lyon à cheval dans les lettres de Marduel à Pierre Vitet 15 juillet 1808 and 4 juillet 1806 (AML 84 II 10).  Au début du XIXe siècle, une diligence partait tous les jours de Paris et de Lyon. Elle contenait six places à l’intérieur, et 4 places d’impériale. Il lui fallait une centaine d’heures pour effectuer le trajet pendant l’été et six jours pendant l’hiver. Entre Lyon et Châlons, le trajet pouvait aussi se faire par une « diligence d’eau ». En 1817, on passe à cent heures par tous les temps, donc tout au long de l’année. En 1825, les messageries royales feront partir tous les jours une diligence dans chaque sens, qui feront le même trajet en 60 heures l’été par la route du Bourbonnais, et en 84 heures l’hiver par la Bourgogne. . Cf. Georges Reverdy, Les chemins de Paris à Lyon (Paris, Revue générale des routes et des aérodromes, 1978) et aussi Théodore Aynard, Voyages au temps jadis en France, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Sicile, en poste, en diligence, en voiture, en traîneau, en espéronade, à cheval et en patache, de 1787 à 1844, (Lyon, 1888), Voir également Félix Desavernay, « Comme on voyageait au temps jadis », Lyon-Revue : Recueil Littéraire, Historique et archéologique, Tome VIII Sixième année (Lyon 1884), pp. 87-94.

[13] Lettre N°2 / A madame Morand-jouffrey, rue saint dominique, n°66, à Lyon_/, in AM Lyon, 14 II 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 (63 lettres), 1802 (18 lettres). Nous sommes en février 1801.


[av1]Que veux tu dire ?

[av2]Je dois encore vérifier, sur les ordonnances conservées aux Archives, ce que lui prescrivait le bon docteur Vitet, pour confirmer ce qui n’est qu’une hypothèse très hasardeuse pour le moment. Je ne m’appuie que sur ses lettres de 96, ses souffrances sur son pied droit et les « crises » dont il parle. Seulement, ce qui me fait douter, c’est que la goutte ne s’accompagne pas de fièvre. Alors, qu’a-t-il eu ?



Citer ce billet
Anne (2009, 3 août). Chapitre trois : Des corps et des choses (1/5). Homosexus. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poy9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.