1793 : Roederer répond à Condorcet

Roederer, extrait de son “Troisième discours sur l’organisation sociale”, lu au lycée le 10 février 1793 (l’an II de la république française). Suite des éléments physiques de la société », in Œuvres du comte P.-L. Roederer, pair de France, membre de l’Institut, etc. etc. etc., publiées par son fils le baron A. M. Roederer, ancien pair de France, tant sur les manuscrits inédits de l’auteur que sur les éditions partielles de ceux de ses ouvrages qui ont déjà été publiés avec les corrections et les changements qu’il y a faits postérieurement, Paris, Firmin Didot Frères, 1853-1859, vol. 8, p. 160 et suiv.

« Si elles se faisaient représenter dans toutes les affaires par des députés de leur sexe, il y aurait un grand nombre de cas où elles auraient un intérêt commun avec leurs maris ; et il résulterait de leur suffrage, qui très généralement serait le même que celui de leurs maris, que les hommes mariés auraient dans la société un avantage trop considérable sur ceux qui ne le seraient pas.

Si elles se faisaient représenter dans toutes les affaires par des députés de notre sexe, alors elles se réuniraient encore pour la plupart en faveur de leurs maris ; et dès lors les hommes mariés auraient l’avantage d’être élus plus probablement et en plus grand nombre que les non mariés.

Dans les affaires communes, il y aurait encore à craindre le danger des distractions ou de la séduction, effet nécessaire de cet invincible charme qui porte toujours un sexe vers l’autre, et de cette prière muette qu’ils se font sans cesse pour le plus doux, le plus intime des besoins.

Leur représentation se réduira-t-elle aux affaires où elles ont intérêt, alors elles ne pourront députer des personnes du sexe avec lequel elles seraient en guerre, ou du moins elles ne pourront en attendre une véritable protection. Si elles députent des personnes de leur sexe, alors il faudra que le nombre de ces députés soit égal à celui des hommes ; s’il était inférieur, leurs droits seraient illusoires ; s’il était supérieur, le droit des hommes serait illusoire ; mais, s’il est égal, qui départagera dans l’opposition ? qui videra la querelle ? je ne vois dans l’assemblée que des parties adverses qui sont aux prises ; je ne vois point de juges.

Ces dernières réflexions répondent à tout ce qu’on pourrait dire en faveur des femmes veuves ou des filles majeures, quand elles ne seraient pas une exception à la condition générale des femmes, et une exception trop bornée pour entrer en compte.

Ainsi, quand le perfectionnement des sociétés par la liberté ne garantirait pas les femmes de tout danger, il ne leur resterait cependant d’autre ressource que celle de se confier aux hommes comme dans l’état de nature ; de s’y confier comme leurs enfants se confient en elles ; de se reposer sur ces lois de la nature, qui ne sont pas toujours toutes puissantes au milieu du désordre de nos sociétés, mais qui le sont souvent, et ont toujours un organe dans la conscience d’un grand nombre d’hommes. J’observe, en finissant, que ma doctrine n’exclut pas les femmes de l’éligibilité à l’éducation publique ; 2° à l’administration et service des hôpitaux : ce sont là des soins essentiellement domestiques ; 3° du tribunal de famille. »

Syllabus du séminaire 2008-2009

Master 2 Recherche de Science Politique de l’Université de Lyon

Séminaire de recherche Pensée politique des rapports sociaux de sexe

Anne VERJUS

Année universitaire 2008-2009

Conjugalité, classe de sexe et individu

dans la pensée politique et sociale contemporaine

Présentation

Comment les républicains de l’ère révolutionnaire, les critiques socialistes, les législateurs de la IIIème République, les sociologues puis les politologues, lorsqu’ils observent, organisent ou critiquent la citoyenneté « ordinaire », intègrent-ils les rapports sociaux de sexe ?

Deux mouvements sont en tension depuis la Révolution ; deux paradigmes qui traversent les siècles depuis la Révolution française. D’une part, la pensée conjugaliste, c’est-à-dire une pensée de l’unité d’intérêts du couple ; du couple comme individu naturel et social élémentaire. D’autre part, la pensée sexualiste, définie ici comme la représentation de deux classes de sexes aux intérêts antagonistes. Une alternative, enfin, à cette pensée des rapports sociaux de sexe, propose de n’en tenir aucun compte : c’est la solution « individualiste ». Ces trois grands schèmes de la pensée des rapports sociaux de sexe seront abordés à travers une histoire politique de la représentation, de la critique sociale féministe et des outils scientifiques mobilisés dans l’analyse des rapports sociaux de sexe.

L’organisation du séminaire

Ce séminaire de recherche apportera les premiers éléments d’une formation à la recherche dans le cadre général d’une histoire de la pensée politique des rapports sociaux de sexe.

D’une durée de 21 heures, à raison de sept séminaires de trois heures, d’octobre à janvier, il aura lieu un vendredi sur deux de 10h à 13h en salle R 253 les 10 octobre, 24 octobre, 7 novembre, 21 novembre, 5 décembre, 19 décembre et 9 janvier.

Le séminaire, d’une durée de trois heures, est un lieu d’apprentissage de connaissances, d’outils méthodologiques mais aussi d’élaboration conceptuelle ; il se composera, à cet effet, d’une partie « cours » et d’une partie « débat » ; la lecture de textes dont la liste vous sera remise à chaque fin de séance est une des conditions du bon déroulement de ces deux parties du séminaire. Il est donc fortement recommandé de les avoir lus avant chaque séance. L’approche socio-historique de la pensée politique qui va être la nôtre nous amène à travailler avant tout sur un matériau original. La bibliographie que vous aurez à lire pour chaque séance se composera donc non seulement des références théoriques utiles à connaître, mais également de textes traités comme matériau pour la recherche.

Par ailleurs, un « carnet de recherche » servira de support pour mutualiser les échanges éventuels autour de la problématique, des aspects méthodologiques de votre recherche mais également du cours et de ses références bibliographiques.

L’évaluation

L’évaluation portera sur un travail de recherche original qui devra être rendu à la fin de la session, soit le 9 janvier. A partir d’un corpus limité à un ou deux cartons des Archives municipales de Lyon[1] ou à une poignée d’ouvrages peu connus et publiés entre 1789 et 1968, vous mènerez une enquête historique et sociologique sur les cadres de la pensée politique des rapports sociaux de sexe, dont vous rendrez compte dans un français compréhensible. Le tout, annexes non comprises, devra être contenu dans les limites de 45 000 à 70 000 signes.

Séances et bibliographie

10 octobre : présentation(s) et introduction

24 octobre : L’individu révolutionnaire : un « paterfamilias » (1780-1792)

  • Lynn Hunt, Le roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995. Lire l’introduction et le chapitre sur le père.
  • Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992. Lire l’introduction et le chapitre sur la Révolution française.
  • Michel Borgetto, « Métaphores de la famille et idéologies », Le droit non civil de la famille, Paris, PUF, 1983, pp. 1-21.
  • Pierre Murat, « La puissance paternelle et la Révolution française. Essai de régénération de l’autorité des pères », in La famille, la loi, l’Etat, de la Révolution au Code civil, Textes réunis et présentés par Irène Théry et Christian Biet, Paris, Imprimerie nationale, Centre Georges Pompidou, 1989.
  • 1761 : Jean-François Marmontel, Contes moraux, t. 2, Paris, 1826 (première édition 1761) : Le bon mari. Disponible sur Gallica.
  • 1788 : Roederer, De la députation aux Etats-Généraux, par M. Roederer, conseiller au Parlement de Metz, de la Société royale des Sciences et arts de la même ville, 8 novembre 1788. Disponible sur Gallica. Lire le premier alinéa de la SECTION V. La représentation ne suppose-t-elle pas le concours de tous ceux qui ont droit de cité, tant à l’élection qu’à l’éligibilité ?, intitulé : I. Des chefs de famille, des femmes, enfans et serviteurs.
  • 1788, François Joseph L’Ange et le suffrage des chefs de famille ((disponible sur Homosexus).
  • 1797-1798 : Roederer distingue l’autorité patriarchale et l’autorité paternelle (extrait des archives de Roederer, AN, disponible sur Homosexus).
  • 1798 : Nougarède et le patriarchalisme républicain (extrait des Archives de l’Institut de France, disponible sur Homosexus).

7 novembre : Femmes et citoyenneté électorale (1792-1804)

  • Dominique Godineau, « ‘Privées par notre sexe du droit honorable de donner notre suffrage…’. Le vote des femmes pendant la Révolution française », in La démocratie “à la française” ou les femmes indésirables, sous la dir. d’Eliane Viennot, Paris, Publications de l’Université Paris 7 – Denis Diderot, 1996op. cit, pp. 199-211.
  • Daniel Teysseire, “Fonctionnalisme sexuel et privatisation de la femme chez Cabanis et … quelques autres”, in Les femmes et la Révolution française, Actes du colloque international, 12-13-14 avril 1989, Université de Toulouse-Le Mirail, Edition préparée par Marie-France Brive, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989, pp. 343-350.
  • Yan Thomas, “La division des sexes en droit romain”, Michelle Perrot et Georges Duby (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 1, Le monde antique, sous la dir. de Pauline Schmitt-Pantel, collab. Nicole Loraux, François Lissarague, Claudine Leduc et al., Paris, Plon, 1991.
  • 1790 : Condorcet, « Sur l’admission des femmes au droit de cité », in Journal de la Société de 1789, n°5, juillet 1790 : in E. Badinter, Paroles d’Hommes (1790-1793), POL, 1989. Disponible également sur Gallica.
  • 1793 : Roederer répond à Condorcet : « Troisième discours sur l’organisation sociale, lu au lycée le 10 février 1793 (l’an II de la république française). Suite des éléments physiques de la société », in Œuvres du comte P.-L. Roederer, pair de France, membre de l’Institut, etc…., Paris, Firmin Didot Frères, 1853-1859, (disponible sur Homosexus).
  • 1793 : Guyomar, “Le partisan de l’égalité politique entre les individus ou problème très important de l’égalité en droits et de l’inégalité en fait”, 1793 (disponible sur Homosexus).
  • 1796 : Citoyen, citoyenne : une « conversation » en 1796 (disponible sur Homosexus).

21 novembre : La conjugalité des lois civiles et politiques (1804-1830)

  • Francis Ronsin, Le contrat sentimental. Débats sur le mariage, le divorce de l’Ancien Régime à la Restauration, Paris, Aubier, 1990
  • Louis Dumont, « La valeur chez les modernes et chez les autres », in Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Le Seuil, 1983.
  • Paul Hoffmann, La femme dans la pensée des Lumières, Genève, Slatkine, 1995 : « Le couple, fait normatif », pp. 256-261 ; et chapitre 2, pp. 262-286.
  • Le citoyen père de famille selon F. de Neufchâteau en 1799, circulaire du ministre de l’intérieur (disponible sur Homosexus)
  • 1799 : Discours prononcé au Temple de la piété filiale, à la Fête des Epoux, le 10 floréal an 7, par le citoyen Chapuis, Commissaire du Directoire Exécutif près l’Administration Municipale du douzième Arrondissement, disponible sur Gallica.
  • 1804, Portalis, Discours préliminaire au premier projet de Code civil, préf. de Michel Massenet, Bordeaux, Éd. Confluences, 1999, 77 p.

5 décembre : Couples et classes de sexe (et individu ?) dans la pensée féministe (1830-1880)

  • Devance L., La question de la famille — origines, évolution, devenir — dans la pensée socialiste en France de Fourier à Proudhon. Essai de contribution à l’histoire des idées morales et de l’anthropologie dans les deux premiers tiers du XIXème siècle, thèse de 3ème cycle, Université de Dijon, 1973, ex. dactylo. Des extraits de cette thèse consultable uniquement sur place sont disponibles sur Homosexus.
  • Michèle Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848, Paris, Albin Michel, 1994.
  • 1850, Luc Desages, « Le droit des femmes », in Revue sociale ou solution pacifique du problème du prolétariat, publiée par Jules Leroux et al., février 1850. (disponible sur Homosexus).
  • 1839, Ernest Legouvé, « Femmes », in Encyclopédie nouvelle, Dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel, …, sous la dir. de MM. P. Leroux et J. Reynaud, Paris, 1839. (Des extraits sont disponibles sur Homosexus).

19 décembre : Le vote des femmes, des citoyennes ou des épouses ? (1880-1944)

  • Laurence Klejman et Florence ROCHEFORT, 1989, L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses FNSP/des femmes.
  • Claudia Koonz, Les mères-patrie du IIIème Reich. Les femmes et le nazisme, Paris, Lieu Commun/histoire, 1989. Le chapitre II.
  • Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Ed. du Seuil, 1996. Le chapitre 5.
  • 1919, René Viviani, “Discours à la Chambre des députés du 20 mai 1919”, disponible sur Homosexus.
  • 1879, Hubertine Auclert, “discours prononcé au Congrès ouvrier socialiste de Marseille”, disponible sur homosexus.

9 janvier : L’analyse politologique du vote des époux (1944-2008)

  • Anne Muxel, Toi, moi et la politique. Amour et convictions, Paris, Le Seuil, 2008.
  • Bruno Denoyelle, “Des corps en élections. Au rebours des universaux de la citoyenneté : les premiers votes des femmes (1945-1946)”, in Genèses, no 31, juin 1998, pp. 76-98.
  • 1955, Maurice Duverger, La participation des femmes à la vie politique, 1955.
  • 1955, Jacques Narbonne et Mattéi Dogan, Les Françaises face à la politique, 1955.
  • 1965, Andrée Michel, « Les femmes et la politiques » in Les Temps modernes, n°230, juillet 1965.