Le 20 mai 1919, la chambre des députés et le vote des femmes

En ce 20 mai 1919, pour la première fois de l’histoire française, les députés votent à la quasi-unanimité en faveur d’un droit de suffrage pour les femmes. On sait bien ce qu’il advint de ce vote, puisque le Sénat fera, pendant tout l’entre-deux-guerres, blocage contre l’extension du corps électoral à cette catégorie supposée trop homogène pour ne pas annuler le vote des hommes. Le débat, qu’il soit favorable ou défavorable aux femmes, s’articule autour d’une conception sexualiste du vote : les hommes ne représentent plus qu’eux-mêmes ; les femmes ne voteraient qu’en tant que femmes. Il n’est pas question, dans ce débat de 1919 comme dans ceux qui suivront, d’une opinion politique asexuée et ce, qu’elle concerne les femmes ou les hommes.

Les débats de cette journée, dont le discours de René Viviani, sont accessibles ici : 20-mai-1919.[1]


[1] Merci à Pascal Allais qui a eu la gentillesse d’effectuer la numérisation de ces documents.

Le Bon Père de Famille

Archives Municipales, ce mardi 25 novembre : à l’occasion d’une discussion avec Etienne Couriol, doctorant en histoire, celui-ci me fait part de l’existence d’un travail récent sur la notion juridique de « bon père de famille » ; difficile à repérer, la référence est la suivante : Isabelle Céléa, “La notion juridique de bon père de famille du XVIème au XVIIIème siècle”, in Résolution des conflits. Jalons pour une anthropologie historique du droit, textes réunis par Jacqueline Hoareau-Dodinau et Pascal Texier, Pulim (Presses Universitaires de Limoges), Cahier de l’Institut d’Anthropologie Juridique, n° 7, 2003, 367 pages, pp. 115-133.

L’article cite également une thèse qui pourrait être intéressante à consulter sur le même sujet : S. Seyrat, Le bon père de famille. Etude sur l’origine, la signification et la fonction de l’expression dans le droit, thèse, Paris, 1985.

Yan Thomas

J’apprends ce soir, par un courrier ami, la disparition de Yan Thomas le 11 septembre dernier. Hommage soit rendu à ce juriste d’exception dont nous avons longuement travaillé un de ses meilleurs articles, la semaine dernière, et dont les travaux constituent une source inépuisable de réflexion pour l’historien du droit mais également, l’historien de la « division des sexes » et, plus largement, des institutions. Une courte biographie, écrite par les membres de son laboratoire à l’EHESS, est disponible en ligne.

L’article sur la division des sexes, qu’il définissait également comme la conjonction entre les sexes, renvoie au conjugalisme qui traversait le droit romain, même si Y. Thomas n’emploie jamais le terme de conjugalisme dans son article. Ici, la « division » ce n’est pas l’antagonisme entre les classes de sexe, mais le contraire. On ne peut être surpris quand on connaît les similitudes entre le droit romain et le droit de la Révolution.

Sexualisme ou individualisme ? le féminisme d’Hubertine Auclert

Hubertine Auclert, en 1879, s’adresse aux socialistes pour leur demander de ne pas conditionner l’égalité des droits entre hommes et femmes à l’avènement d’une société juste et égale que, comme les Révolutionnaires de 89, ils invoquent en guise de réponse à la revendication féministe. Elle y soulève la question d’un revenu pour les mères leur permettant d’accéder à l’autonomie économique (raison invoquée : la mère ne peut, contrairement à l’homme, se soustraire à son devoir parental). Demande-t-elle un droit politique pour les femmes en tant qu’elles sont des mères dont le soutien, la protection ne sont plus assurées par les époux ? un droit pour les femmes en tant qu’elles sont des êtres sociaux (sexuellement indifférenciés) qui devraient parvenir à l’indépendance économique quel que soit leur destin matrimonial ? Quelle est la femme à laquelle se réfère, dans ce texte, Hubertine Auclert ?

Le texte est disponible en pdf ici : hubertine-auclert-181

Un voyage au Sénégal

La petite, qui avait eu peur de nous, s'était accrochée à sa mère et n'en avait plus bougé.

J’ouvre ici un nouveau « placard », après un voyage bref mais d’une extraordinaire intensité dans le lointain pays sénégalais, au fin fond de la région du Siné Saloum, dans le petit village de Dassilamé Sérère. Je ne sais encore comment intégrer ces impressions de voyage à nos deux thématiques, bien que l’on puisse faire sans grand risque l’hypothèse que nous entrons de plein fouet dans une forme achevée de familialisme. J’y ai surtout observé, et c’est ce qui m’incite le plus à inscrire ces notes pendant que leur mémoire est encore fraîche, une expérience de développement, par un seul homme, qui met au coeur de son projet l’activité et le travail féminins (en l’absence remarquée des hommes, ie des hommes en âge de travailler, entre 15 et 65 ans).

La similitude avec les thématiques soulevées par les révolutionnaires français, soucieux de ne pas se priver d’une influence féminine qu’en hommes (c’est à dire en fils et en « virs », c’est à dire en ex-enfants élevés par une femme, et en tant qu’hétérosexuels) ils considéraient comme fondamentale, qu’elle soit néfaste ou bénéfique, est certainement le plus frappant de cette expérience. Thématiques est d’ailleurs un mot trop faible, ne serait-ce qu’en raison du fait que, dans le langage commun, la notion renvoie à des théories ou des concepts, des idées qui passent trop souvent pour n’être que des « trompe l’oeil », des cache sexe ; et en l’occurrence, des trompe l’oeil destinés dans le contexte de 1789 à compenser les droits nouveaux et exclusifs des chefs de famille ; ces droits politiques comme le droit de suffrage et, par là, le pouvoir de décision démocratique, droits auxquels, en occidentaux, nous attribuons l’exclusivité des formes acceptables socialement du pouvoir.

Le recours à la force et au travail, à l’influence et au pouvoir des femmes sont bien davantage que des « thématiques », ce sont des éléments fondamentaux du système politique, de l’efficacité des moyens mis en place pour l’organiser. Entre pouvoir de décision politique et importance sociale, il faudra bien, pour l’étude et la compréhension des sociétés traditionnelles, que l’on apprenne à ne pas systématiquement opérer une confusion qui n’a pas lieu d’être.