Gisèle Halimi, pour la parité, contre la classe de sexe

Dans son dernier livre (Ne vous résignez jamais, Plon, 2009), Gisèle Halimi a quelques pages éblouissantes sur le travail parental, que je vous laisse découvrir car ce n’est pas le sujet de ce blog, du moins à ce stade de son développement.

C’est pour une autre raison que je lui consacre cette page : dans le récit qu’elle fait de son combat pour la parité, elle montre que la/sa parité n’est en rien une négation de l’universalisme ; elle a quelques arguments à faire valoir ; mais c’est plus loin qu’elle va jusqu’au bout de son raisonnement : les femmes ne forment pas une classe de sexe. Leurs intérêts ne sont pas les mêmes. C’est en cela que le féminisme se différencie d’autres mouvements révolutionnaires construits sur l’identité de communauté ou de classe.

Je vous le livre ici les deux passages :

«  »Il y a deux manières de se perdre. Par la ségrégation, murés dans le particulier. OU par la dilution dans l’universel ». Ces mots d’Aimé Césaire, semblent écrits pour baliser la revendication paritaire. Pour en indiquer les pièges. Pour régler son compte, surtout, à un universalisme (républicain), avide d’une intégration destructrice. (…)

A aucun moment Choisir la cause des femmes n’a justifié sa démarche par des « valeurs » et une « nature » spécifiques chez l’homme et la femme. Mais souligné que tous deux parcourent, autrement, quelque fois en parallèle, la vie dans ses phases successives. Ils se fabriquent ainsi en acteurs « sociaux » différents qui forment le peuple citoyen dans ses deux grandes composantes. L’apport des femmes – le quantitatif, 50%, fait de leur expérience et de leur vie – ne peut qu’enrichir le qualitatif, la vision et la gestion de la démocratie. Et, peut-être, les modifier. Peut-être. Rien n’est sûr. En mieux, en pis, en identique ? Personne ne le sait encore mais on peut induire, globalement, d’une pratique paritaire des rouages démocratiques, un enrichissement de l’expérience et des projets des élu(e)s. Et – peut-être- de leur compétence. Notre demande paritaire ne relève en rien, on le voit, d’une thèse essentialiste.

Autre précison indispensable, les femmes élues le sont au même titre que leurs collègues hommes. Elles représentent le peuple français et non des intérêts particuliers. Elles sont donc investies de la même mission d’intérêt général. On peut logiquement penser qu’elles prendraient davantage en compte l’inégalité des femmes, dont la disparition fait partie de la même mission. En quelque sorte, le femmes, ainsi élues, auraient l’initiative d’intégrer le genre dans un débat de fond. Et de relier la représentation électorale à ses racines sociales et économiques. Si le pouvoir et la responsabilité de légiférer revenaient réellement aux « élues » paritaires, elles bénéficieraient d’instruments de contrôle des enjeux politiques. Et de la possibilité de les infléchir.

L’égalité et leur dignité en font partie. » (pp.  193 puis 198-199)

Et plus loin : « Les femmes ne se sont guère révoltées depuis les débuts de l’humanité alors qu’elles ont toujours subi l’oppression des hommes. Outre celle du rapport des forces (économique, social, politique), l’une des raisons majeures tient, je l’ai déjà souligné, à la mixité homme/femme. Nécessaire, justement, à la survie de l’humanité.

Mais aussi parce que les femmes ne constituent pas comme les Noirs ou les ouvriers une communauté ou une classe. Leur hétérogénéité – passé, religions, histoire – les empêche de se fondre dans une unité. » (p. 226)