Pierre Villaume, La société paternelle et la société conjugale, 1786

J’avais parlé, précédemment, de cet ouvrage découvert grâce à J. Meyer (cf. « post » Dissertations sur l’autorité paternelle, 1788 (bis).). Quelques éléments bio/bibliographiques se trouvent sur cet « article« .

Pierre Villaume, Histoire de l’homme, 1786.

L’ouvrage a paru d’abord en 1784, puis il a été réédité deux fois, en 1786 et 1792.

Numérisé par BooksGoogle, consultable à la bnf, je ne résiste pas au plaisir de vous en livrer quelques passages.

Section VII : Société paternelle.

 » (…) Les pères aiment beaucoup leurs enfants, et les mères les aiment encore davantage. Cependant les enfants, bien loin d’être de quelqu’utilité aux parents, leur donnent beaucoup de peines et d’inquiétudes, surtout aux mères. Les cris des enfants les inquiètent, la moindre maladie qui attaque ces enfants les angoisse, les met en allarmes ; leurs maux les affligent ; et souvent ces petites créatures chagrinent leurs parents par leur désobéissance, leurs caprices, leurs folies. » (…) [Comme c’est l’éducation qui nous distingue des animaux], « Cette culture demande une entière obéissance de la part des enfants, car il est impossible d’instruire celui qui ne veut pas écouter, et de former celui qui ne veut pas faire ce qu’on lui ordonne. Voilà pourquoi les enfants naissent faibles et flexibles : flexibles, pour pouvoir se prêter à tout ; et faibles, afin que les parents puissent les contraindre sans peine à l’obéissance. » (304) (…)

[Comme l’éducation est un ouvrage qui demande un long temps], « … les pères et les mères ont toujours beaucoup d’autorité sur leurs enfants. Chez les Grecs, il dépendait du père d’élever ses enfants, ou de les faire mourir. Il pouvait les punir de mort, quand ils manquaient à leur devoir. Chez nous les pères n’ont pas ce droit, mais ils peuvent disposer de leurs enfants à leur gré, les conduire, les punir comme ils veulent. Le magistrat leur prête son secours, s’ils le demandent : le fils rebelle est mis en prison sans examen, sur la seule réquisition du père. Chez les anciens Germains, les fils n’osaient ni manger ni boire, ni se montrer au public avec leurs pères, jusqu’à ce qu’ils eussent le droit de porter les armes. Quand les fils sont élevés, c’est à dire quand ils sont hommes, l’autorité du père sur eux cesse, et la reconnaissance, l’amour et le respect prennent chez eux la place de (305) l’obéissance. Les filles demeurent sous tutelle, jusqu’à ce qu’elles se marient. »

Section VIII : Société conjugale.

« Quand les jeunes gens deviennent grands, ils se marient. Cependant ils ne le font pas tous. Il s’en trouve un grand nombre des deux sexes qui refusent de se marier, les uns par piété, parce qu’ils croient ainsi se rendre plus agréables à Dieu ; les autres par paresse, pour n’avoir pas une grande famille à entretenir ; ou par libertinage, afin qu’une femme ne les gène pas ; d’autres ne peuvent pas se marier avec la personne qu’ils voudraient, ils ne trouvent pas un parti à leur gré. Il y en a que personne ne veut épouser.

Ce sont les jeunes hommes qui choisissent, et qui demandent en mariage ; les jeunes filles n’ont d’autre parti à prendre, que d’attendre qu’on leur demande. Les filles qui désirent de se marier, et qui s’empressent trop, sont en grand danger d’être méprisées. On demande d’une fille qu’elle soit réservée. D’un autre côté, il y a des filles trop difficiles et trop délicates qui demandent trop d’un homme. Ce défaut peut aisément venir des flatteries des jeunes hommes ; qui croyent les filles assez vaines et assez imbécilles pour se laisser prendre à des (308) flaterries outrées. Ces flatteurs ne sont pas ordinairement des gens qui pensent à un attachement sérieux ; ils ne cherchent que l’amusement ; c’est pourquoi ils tiennent à toutes le même langage. Une fille éblouie par ces louanges, croit pouvoir prétendre à tout, et les partis qui s’offrent ne sont jamais assez bons pour elle. Elle les refuse donc, elle vieillit, ses espérances s’évanouissent ; alors elle saisit la première occasion, de peur de ne rien trouver, et accepte quelque misérable ; ou bien elle demeure fille toute sa vie.

Un homme avait chez lui une fort jolie parente. Quelques jeunes gentilshommes avaient les entrées libres dans la maison, et voyaient souvent cette personne ; ils ne manquaient pas de lui faire hautement l’éloge de sa beauté. Un pasteur, qui avait une fort bonne cure, la demanda en mariage ; elle penchait fort à l’accepter. Mais les jeunes officiers lui dirent et lui répétèrent, que c’était dommage, qu’une fille comme elle était trop bonne pour un pasteur, et pour se séquestrer à la campagne. La pauvre la crut, (sic), s’attendant sans doute, à devenir un jour une Dame d’importance. L’affaire fit du bruit ; et personne ne la rechercha depuis ; ceux qui l’avaient flattée ne pensaient pas à elle, et la pauvre fille finit par perdre l’esprit de regret. (309)

Les filles qui vieillissent, n’obtiennent jamais la considération, qu’on accorde partout à une mère de famille ; et quand on sait qu’elle est cause de son célibat, on s’en moque ; elle passe d’ailleurs la plus grande partie de sa vie sous tutelle, et dans la gêne.

Les jeunes hommes règlent leur choix sur des vues bien différentes. Les uns se laissent séduire à la beauté, à une danse agréable, à une belle voix, ou à tel autre avantage. Cela n’arrive guère que dans la première jeunesse, et il y en a beaucoup qui s’en repentent. Après les premiers mois, ils sont tout accoutumés aux attraits de leurs femmes : et comme ils trouvent ensuite des défauts qui les chagrinent, le caprice, l’entêtement, la légèreté, la vanité, la coquetterie ; ils se repentent de leur mauvais choix.

Un grand nombre ne cherche que la fortune. Une fille riche a pour eux toutes les qualités. Ce n’est pas la personne, c’est l’argent qu’il leur faut. Il y a des jeunes gens qui se voient à peine, et qui ne se connaissent point du tout avant le mariage. Le jeune homme donne commission à un courtier de mariages, celui-ci fait à peu près ce qu’il faut à un tel ; c’est à dire l’âge, la condition et l’argent que veut l’épouseur ; il a une liste, la plus exacte qu’il peut, des filles à marier et de leur bien. Il fait des proopositions. Les futurs se (310) voient une fois par son entremise dans une maison tierce. On se regarde, et voilà qui est fait. IL y avait des peuples dans l’antiquité, qui ne donnaient point de dot à leurs filles. Les Nègres et les Lapons reçoivent des présents de leurs gendres futurs, au lieu d’en donner. Ces filles savent au moins, qu’on les demande pour leur personne. C’est ce que nos filles riches ne peuvent savoir. Car celui qui aime la bourse, adresse ses flatteries à la personne. Un homme qui se marie ainsi, ne tarde pas non plus à s’en repentir le plus souvent. Bien des filles riches sont vaines, aiment le luxe, le plaisir, le jeu, et savent épuiser leurs revenus en bagatelles : ou bien elles sont négligentes et ignorantes en économie, n’ayant fait aucun ouvrage dans la maison paternelle, parce que la mère ou les domestiques s’en chargeaient. Certaine fille médiocrement riche, n’avait d’autre occupation que quelques pompons et son clavecin ; jamais elle ne cousait du ligne ordinaire, elle ne voyait pas la cuisine ; sa mère, bonne économe et fort active, ne le permettait pas. Un matin elle entre par hasard dans la cuisine, et voit la servante lever quelque chose de dessus le lait, et le manger. Que faites-vous là, dit la jeune personne ? Il faut bien écumer le lait, répond l’autre, et plutôt que de jeter l’écume au feu, je la mange. La demoiselle se paya de cette raison. Remarquez qu’elle (311) passait les dix-huit ans. D’autres héritières ont grand soin, de faire sentir à leurs maris, les obligations qu’ils leur ont : elles leur font entendre souvent, que le bien vient de leur part, et qu’ainsi le mari n’est point en droit de leur refuser ce qu’elles exigent, ni de contrôler leurs dépenses. Qu’elles prodiguent en parures, au jeu ; on dit au mari, qu’il ne lui en coûte rien. Une telle femme ne s’enferme guère dans son ménage, alléguant qu’elle ne prétend pas être esclave, et qu’elle n’en a pas besoin, vu qu’elle est riche. Ou bien même elle ne permet point à son mari, de se mêler de ses revenus, elle administre elle-même sa recette et sa dépense. Le mari doit fournir aux besoins de sa maison, Madame ne s’en mêle pas ; elle refuse même de payer les dettes, si le mari ne pouvant suffire à tous, s’est vu contraint d’en faire. Il y a aussi des filles riches, qui sont bonnes ; mais il faut du discernement pour les distinguer.

Il y a des hommes, qui n’ont d’autre règle de leur choix que la vanité ; ils recherchent des femmes au-dessus de leur état ; le petit bourgeois ne veut s’allier qu’à de bonnes familles, et le bon bourgeois veut une demoiselle. Il est vrai qu’ils n’y gagnent rien, car la femme n’élève pas le mari, qui reste ce qu’il est, et ne fait qu’abaisser sa femme : ce qui lui en (312) revient est de pouvoir dire Monsieur mon beau père, Messieurs mes Oncles et mes Cousins. Or ces messieurs ne donnent pas leur Demoiselle à un bourgeois, tant qu’ils ont quelque espérance de la mieux placer, c’est-à-dire si Mademoiselle n’est nue, contre-faite, ou stupide : et ils ne regardent jamais le bourgeois que comme un homme fort au dessous d’eux. Il y a aussi des demoiselles raisonnables ; et on a vu des dames de la plus haute naissance, épouser des bourgeois, s’accommoder fort bien à leur nouvel état, et oublier leur grandeur passée. Le cas est rare, et le pas dangereux.

Les filles acceptent par les mêmes raisons que les hommes demandent. Les unes ne veulent que des hommes riches, et les autres des maris titres. Elles ont les mêmes risques à courir que les hommes. » 313 (…) « Les personnes instruites de tout ceci, ont grand soin d’y penser, et de sonder la personne qu’elles veulent éposuer. Elles regardent en premier lieu aux qualités personnelles. Le père de famille examine, si le prétendant est vraiment homme par la raison, la capacité ; s’il est en état de nourrir une famille, et de la conduire ; comme les Groenhandais, qui n’acceptent pour gendre, que celui qui est habile à la pêche du chien marin. On observe encore s’il n’a pas des défauts trop choquants, comme l’emportement, l’avarice, l’injustice, l’ivrognerie, le mensonge, le jeu. Car une fille, quelque bonne et sage qu’elle soit, ne saurait être heureuse, avec un homme qui aurait ces défauts. Un père sage ou une fille prudente ne demandent pas qu’un homme soit sans défauts ; il n’y en a aucun. Le jeune homme de son côté, ou son père plus prudent, regardent si la jeune fille est sage, si elle a une bonne réputation, si elle n’est pas vaine, dépensière, négligente, coquette ; si elle sait travailler, conduire un ménage, si elle n’est pas contredisante, acariâtre, grondeuse, impertinente.

De part et d’autre on prend garde à la santé. Un jeune homme valétudinaire ne peut pas fournir aux besoins d’une maison, et laissera une jeune veuve ; une fille faible ne suffira pas aux tracas du ménage ; ses enfants seront délicats. La personne (314) malade rend la vie triste et pénible à celle qui se porte bien. On fait quelque attention aux défauts corporels trop choquants.

Une certaine convenance de caractère est bien utile. Un homme vif a besoin d’une femme patiente ; une femme légère d’un mari grave ; un homme qui penche à la tristesse, recherche une femme gaie sans excès. Plus il y a d’égalité de condition entre les époux, et plus on peut espérer une union heureuse. L’égalité de bien n’est pas si nécessaire. Un jeune homme riche peut sans risque épouser une pauvre fille, pourvu qu’il se sente la force, le courage, l’habileté nécessaire pour subvenir aux besoins de la maison. Mais un pauvre homme risque toujours, en épousant une fille riche. Les hommes qui épousent des femmes trop au-dessous de leur condition, s’exposent à bien des chagrins. Un bon bourgeois par exemple éposuera sa servante. Celle-ci sort tout à coup de son état, elle ne sait qu’elle mine faire, elle devient impertinente, sans avoir assez d’usage du monde pour cacher son impertinence. Elle joint aux vices grossiers de son premier état, les vices que le changement lui inspire, et n’a les bonnes qualités ni de l’une ni de l’autre condition.

La conformité d’âge est pareillement désirable, pour maintenir l’union des époux. La jeunesse est trop vive, et la (315) vieillesse trop lente et trop froide ; les caractères, les goûts sont trop différents, pour qu’elles s’accordent bien. (…)

Presqu’en tout pays, les lois donnent un grand pouvoir aux parents sur le mariage de leurs enfants ; surtout une fille en dépend entièrement. Il y a des pays, où les parents conviennent entr’eux, et les jeunes mariés se voient pour la première fois, le jour de leurs noces. (316)

Les filles ont coutume de rougir ou de rire, quand on leur parle de mari, elles n’écoutent pas quand on leur donne des avis. On dirait qu’elles ont honte de dire oui, quand on les recherche. Chez les Nègres, les époux sont obligés d’enlever leurs fiancées de la maison paternelle ; et celles-ci font semblant de crier et de se débattre. Il en était de même chez plusieurs anciens peuples. Ces enlèvements réussissent cepenant toujorus. Chez nous la cérémonie d’ôter la couronne à la mariée, est souvent accompagnée de larmes. Quelquefois même la mariée a des angoisses réelles, au moment de recevoir la bénédiction nuptiale. Cela n’est pas étonnant, outre ce que la mode peut y contribuer, les filles entrent la plupart du temps au mariage, sans en connaître les devoirs, les peines, les avantages, ni les précautions qu’il faut prendre. Les mères prudentes ont grand soin d’instruire leurs filles de ces choses. » 317

(…)

[Long passage sur le ralentissement des premières affections, dès le mariage commencé. Aversion, aigreur, tourments suivent bientôt. L’attirance pour un amant ne tarde pas : peut-être la femme a-t-elle trouvé dans son mari « un libertin, un brutal là où elle n’avait vu qu’un homme caressant et flatteur. » 320]

« Dès qu’on est en ménage les besoins augmentent. Un jeune homme a un ménage fort simple ; une fille trouve chez son père ce dont elle a besoin. Mais dès qu’ils sont mariés la maison s’aggrandit ; il faut un ameublement et un logement fortable (sic : confortable ?) ; des domestiques, une table plus régulière ; un voit des amis, il faut recevoir chez soi. Une femme cause bien des dépenses. Viennent les enfants, nouveaux soins, augmentation du domestique ; ces besoins vont toujours en croissant à mesure que la famille grossit, et que les enfants grandissent. Nos artisans, nos laboureurs n’ont pas tant d’embarras. Les Nègres, les Tartares, les Américains bien moins encore. Les époux sont très souvent de différent avis. La femme est ordinairement craintive, et le mari a plus de courage ; celui-ci forme des entreprises, que celle-là croit téméraires et impossibles. La femme est plus sensible, elle ne sait pas faire des actes de vigueur, elle s’oppose même souvent à ceux que le mari se croit obligé de faire. Or il est impossible que tous deux aient leur volotné. On est donc convenu par tout pays, et de tout temps, que dans ces cas la femme cèderait au mari. Plusieurs (321) raisons appuient cet usage. Les hommes ne sont pas si souples que les femmes ; ils en coûterait bien plus de peine pour les conduire ; les révoltes et les plaintes seraient fréquentes. L’homme a beaucoup plus de force que la femme, et chez le peuple, chez les nations sauvages et grossières, les hommes usent souvent de cette force pour maltraiter leurs femmes ; et si l’usage donnait l’autorité à ces dernières, il serait fort à craindre que celui qui devrait obéir, ne forçât celle qui doit commander.Bien des femmes prétendent être lésées par cet usage, et refusent de s’y soumettre ; il y en a telle, à qui il suffit que son mari ait quelque volonté, pour qu’elle s’obstine au contraire. Ces femmes vivent dans une désunion perpétuelle avec leurs maris, à moins qu’elles n’aient un homme, qui aime son repos, et qui craigne le bruit. Un tel mari souffre assez patiemment l’obstination et les caprices de sa femme ; mais il ne l’aime pas, il tâche de l’éviter, il fuit sa maison, qui lui est désagréable. Les enfants voient le mauvais exemple des parents, et ne respectent ni le père ni la mère ; les domestiques qui craignent moins les maîtresses, méprisent ici le maître, et sont insolents. Le mari néglige son travail, cherche dehors de l’amusement, et fait des dépenses. On le raille et on méprise sa femme. (322)

Les hommes qui ont le sang vif, ne souffrent pas ces contradictions : on se haït, on se traverse, on en vient à de fâcheuses extrémités, on s’é »vite, on se boude, on se sépare : chez le peuple on se bat. La maison tombe en décadence.

Aussi les femmes prudentes évitent-elles soigneusement ces contradictions ; elles cèdent, et le font avec plaisir, quand elles ont un mari respectable par son sens et sa conduite. Même lorsque leurs maris se trompent visiblement, elles ne heurtent pas de front leurs volontés, elles attendent un moment favorable, font des représentations, et réussissent ordinairement à ramener leurs maris à leur volonté.

Une femme prudente peut corriger un mari de vices considérables, comme de l’ivrognerie, de la négligence des affaires, de l’abandon de sa maison, de son goût pour le plaisir, de ses prodigalités, de ses brusqueries. Elle gagne son autorité par sa douceur et sa complaisance, elle lui rend sa personne et sa maison agréable ; elle le retient avec de l’adresse et de la patience, sans qu’il s’en aperçoive. On raconte qu’un homme qui avait le vin mauvais, et à qui il arrivait souvent d’en boire, brisait dans son ivresse tout ce qui lui tombait sous la main. La femme s’en affligeait, mais elle ne disait mot. Un soir qu’il recommençait ce train ruineux, elle prit (323) sans affecter aucune colère un miroir, puis une porcelaine, et les mit en pièces. Le mari la regarde : que faites-vous là ? Je vois, mon cher, que ces choses vous importunent, je vous aide à vous en débarrasser. Le mari confus n’y retourna plus de sa vie. » [etc etc.]

Dissertations sur l’autorité paternelle, 1788 (suite)

Après avoir écrit, dans le précédent article, que j’étais à la recherche de renseignements sur la localisation de ces dissertations, Jennifer Meyer, étudiante en doctorat en cotutelle à l’Univeristé d’Erfurt (Allemagne) et à l’Ens-Lsh m’a très aimablement envoyé un grand nombre d’informations. J’espère n’avoir rien déformé de ses indications bibliographiques. Elles sont organisées par site.

Références bibliographiques

1. Berlin, Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften Akademiebibliothek

Pierre Villaume, Discours qui a remporté le prix adjugé en 1787 sur la question « Quels sont dans l’état de nature, les fondemens et les bornes de l’autorité paternelle? » ; Pierre Claude Daunou, Discours qui a obtenu le premier accessit ; Ernst Ferdinand Klein, Discours qui a obtenu le second accessit, 1788.

Cote 1 : M 401 (pas d’emprunt, copie possible) ; Cote 2 : 1993 B 1151. Microfilm. Pas d’emprunt, copie possible.

2. Kiel, Universitätsbibliothek Kiel

Dissertations sur l’Autorité Paternelle : dont la première a remporté le prix et les deux autres ont obtenu l’accessit dans l’assemblée publique de l’Académie Royale des sciences et Belles-Lettres, le XXIV de Janvier MDCCLXXXVIII, Berlin, George Jacques Decker, 1788, 106 p. Cote : Kf 2793

Département: 15 pws 118. Pas d’emprunt, copie possible.

3. Göttingen, Niedersächs. Staats-und Universitätsbibliothek/Universität Göttingen

Département: HG-MAG. Pas d’emprunt, copie possible.

Cote : 4 J MAT 270/575

4. Universitätsbibliothek Bayreuth

Dissertations sur l’autorité paternelle : dont la première a remporté le prix et les deux autres ont obtenu l’accessit dans l’assemblée publique de l’Academie Royale des Sciences et Belles-Lettres le XXIV de janvier MDCCLXXXVIII, Berlin, Decker, 1788, pp. 34 – 106. Textes en francais et en allemand. Notation RVK: PI 2660. Identifié dans le catalogue BVB-Verbundkatalog sous la référence BV011111639.

Cote : 327/PI 2660 D613 Campus / Handapparate RW.

5. Numérisation en cours ?

Jennifer Meyer a trouvé également, sur ce site que la Bibliothèque Cyfrowa (Pologne) a prévu la numérisation du document.

Pour les contacter : Powstancow Wielkopolskich St.
16, 61-895 Poznan, POLAND
Foundation of Scientific Libraries
tel: (+48) 61-854-31-41, fax: (+48) 61-854-31-49
www: http://www.pfsl.poznan.pl
e-mail: office@pfsl.poznan.pl

Autres comptes-rendus des dissertations

Enfin, Jennifer Meyer a également fait une vraie découverte : l’existence de plusieurs autres critiques de ces dissertations. Elles ont été numérisées par GoogleBooks.

La première par un certain Hans (ou Hannß) Ernst von Globig, intitulée Über die Gründe und Gränzen der väterlichen Gewalt ? (traduction J. Meyer : « Sur les raisons et les limites de l’autorité paternelle » – remarque: le mot Gewalt signifie ici autorité, mais aussi violence ou pouvoir dans le sens pouvoirs exécutif/législatif/judiciaire). Et sur booksGoogle.

La deuxième par un certain Karl Adolf Cäsar, dans les Philosophische Annalen, 1789, pp. 123-137 (Annales de Philosophie). Concerne uniquement la dissertation de Pierre Villaume. Sur BooksGoogle.

Pierre/Peter Villaume

Enfin, on trouve sur le wikipedia allemand une biographie de Peter Villaume.

En voici un résumé en français, effectué grâce aux indications de Jennifer Meyer :


Né le 16 Juillet 1746 à Berlin ; mort le 10 Juin 1825 à Fuirendal (Danemark), Pierre Villaume est un théologien et pédagogue allemand huguenot. Il a fait des études de théologie à Berlin.

1771: prêtre au sein de la paroisse française réformée à Schwedt/Oderund.

1776 : à Halberstadt.
1779/80 : fondation avec son épouse à Halberstadt d’un « Erziehungsanstalt für Frauenzimmer aus gesittetem Stand und von Adel » (établissement d’éducation pour « gourgandines » de bonne origine (littéralement, d’état civilisé – au sens des classes de l’Ancien régime –) et de la noblesse).

1787 : professeur de Philosophie au lycée (Gymnasium Joachim Thal)  à Berlin.

Jusqu’en 1793 : cours de morale et beaux-arts.

Démission due à l’édit religieux de Johann Christoph von Wöllner en mars 1793.

A partir de 1787 : rédaction avec Joachim Heinrich Campe d’une encyclopédie Allgemeine Revision des gesamten Schul- und Erziehungswesen (« révision générale de l’ensemble du système scolaire et éducatif » => instruction et éducation).

1793 : départ pour le Danemark + différents postes en tant que prof.

Il écrivit en français et en allemand et obtint de nombreux prix en Allemagne et à l‘étranger.
10.06.1825 : décès à Fyrendal (ou Fuirendal). [Le catalogue de la Bnf infique un décès moins tardif : 1806]

PierreVillaume est connu en Allemagne sous le nom de Peter Villaume ; il a publié de nombreux livres, dont quelques uns en français :

Histoire de l’homme (1783). [Une édition, parue à Bronsvic, se trouve à la Bnf ; parue en 1792, elle fait 478 pages ; la première édition a paru à Dessau en 1783, la deuxième à Wolfenbüttel en 1786 ; c’est, selon le catalogue de la Bnf, un ouvrage destiné à la jeunesse, « exposant en 12 sections les caractéristiques physiques et morales de l’être humain ». Vérification faite, on trouve l’édition de 1786 sur booksgoogle ; on ne s’étonnera pas de trouver, dans la table des matières, les entrées suivantes : section VII. Société paternelle ; Section VIII. Société conjugale ; Section IX. Société domestique ; Section X. Société civile, pp. 303-334. Je vous en recommande la lecture car, au contraire de ce que nous avons lu jusqu’à présent, l’ouvrage s’adresse aux enfants : bien des choses, demeurées dans l’implicite, sortent de l’ombre. Je ferai, à l’occasion, un « post » sur ces sections.. Par ailleurs, J. Meyer m’indique que les différentes éditions, en français et en allemand, sont disponibles dans un grand nombre de bibliothèques allemandes.

Lecture amusante pour la jeunesse des deux sexes (1788). Introuvable à ma connaissance ; mais disponible en Allemagne ; l’édition de 1788 à la Staatsbibliothek zu Berlin Preusischer Kulturbesitz / Unter den Linden (Cote B VIII, 15 663-1 R). Une nouvelle édition, de 1802 (avec préface de Guillaume Cte de Goertz), à la Stadtbibliothek Mainz (Mayence), cote 802/74, Bd. 1.

Dissertations sur l’autorité paternelle, 1788

Le texte ci-dessous est le compte-rendu détaillé et critique des mémoires couronnés par l’Académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin le 24 janvier 1788 ; d’accès relativement peu aisé (microfilm à la BNF, Bibliothèque municipale de Lyon, non numérisé sur books google…), je le mets à disposition. Malheureusement, je n’ai pas eu accès aux manuscrits envoyés par Daunou et Villaume, auteurs de ces mémoires récompensés. Je ne sais même pas s’ils sont conservés quelque part, en France ou, plus probablement, en Allemagne. Tout renseignement sur ce sujet me serait très utile (depuis que j’ai écrit ces lignes, des informations très riches me sont parvenues)

[i]

Son intérêt ne tient pas seulement à son contenu philosophique ; ni seulement à la figure de l’un de ses auteurs, Pierre Daunou, qui deviendra un des principaux rouages du gouvernement directorial ; il réside également dans le fait que Pierre Daunou est probablement l’un des initiateurs du sujet qui sera mis au concours par la section de « science sociale et législation » de la Classe des sciences morales et politiques, sur l’étendue et les limites de l’autorité paternelle, entre 1797 et 1800. Mémoires dont vous avez déjà eu un aperçu puisque j’en ai déjà publié un extrait ici (cf. Nougarède de Fayet sur la puissance paternelle), et que je « verserai » peu à peu.

La référence exacte de ce texte est « Dissertations sur l’autorité paternelle, dont la première a remporté le prix, et les deux autre ont obtenu l’accessit, dans l’Assemblée publique de l’Académie royale des Sciences et Belles-Lettres (de Berlin), du 24 janvier 1788. In-4° de 106 pages. A Berlin, chez Decker et fils », in Journal encyclopédique ou universel, le 1er mai 1789 (tome III, partie III, pp. 379-403).

« Ce sujet doit être compté parmi les plus importants que la Classe de philosophie de l’Académie de Berlin ait proposée. Le nouveau règne, commencé le 17 août 1786, (379), ayant changé les époques des assemblées publiques, avait fait différer celle de l’adjudication du prix.

La dissertation couronnée en était certainement digne ; mais comme elle a été envoyée pendant l’intervalle de ce délai, elle a peut-être frustré de cette palme le mémoire qui a eu le premier accessit, et que bien des juges compétents trouvent encore supérieur. On pourrait s’en tenir à ce mot : Ambo cantare pares.

Remettons la question sous les yeux de nos lecteurs. Elle était énoncée en ces termes :

Quels sont dans l’état de nature les fondements et les bornes de l’autorité paternelle ? Y-a-t-il une différence entre les droits des pères et ceux des mères sur leurs enfant s ? Quelle est cette différence  et jusqu’à quel point les lois peuvent-elles étendre ou restreindre ces droits ?

L’auteur de la pièce victorieuse est M. Villaume, ci-devant pasteur de l’église française d’Halberstadt, à présent professeur de philosophie au collège royal allemand de Berlin, dit de Joachimsthal. Il a publié une multitude d’ouvrages didactiques, relatifs principalement à l’éducation, et qui ont tous eu beaucoup de succès ; il s’est ainsi trouvé, en quelque sorte, dans son élément, lorsqu’il a traité cette matière. Sa devise était : les enfants sont un dépôt, et non une possession. (380)

Il imagine d’abord un état de nature ; il isole l’homme, ou plutôt la famille, pour avoir des rapports simples ; et afin que ces rapports puissent servir à l’homme de règle de conduite, il prête au père de famille dans la solitude toute la raison et tout le sentiment nécessaire pour en former un être moral.

Ensuite il observe qu’il n’y a que cinq moyens de fonder un droit primitif, c’est-à-dire, l’origine du droit, savait : la production, la force, les bienfaits, les contrats et l’obligation.

« J’entends (dit-il) les obligations de celui qui a les droits, et non de celui sur qui ces droits s’exercent. Les premières sont les fondements des droits ; les secondes ne sont que les corrélatifs. »

« Il est absolument impossible de se charger d’une obligation sans stipuler en même temps le droit nécessaire pour la remplir. Si le magistrat doit veiller au bon ordre dans la société, il lui faut une puissance coactive et le droit de l’exercer. »

« Nous avons là dans une idée unique et simple un titre incontestable à des droits légitimes et nécessaires, et la mesure exacte de l’étendue et des bornes de ces droits. »

« Sur ce principe, le seul applicable à notre question dans le droit rigoureux, il nous faut rechercher avant tout si le père a des obligations envers ses enfants, et quelles (381) peuvent être ces obligations. De la dépend la solution de la question, savoir : Quels sont ses droits, et quelle est leur étendue ?

« Les obligations d’un père envers ses enfants ne sont pas douteuses ; et si j’entreprends de les prouver, ce n’est que dans la vue de procéder méthodiquement, et de donner à mes recherches toute l’exactitude philosophique dont elles sont susceptibles. »

« Le père donne la vie à son enfant, et cela, non dans une intention de bienveillance envers cet enfant qu’il ne connaît pas, et dont il ignore même s’il parviendra à la vie, mais dans le dessein de jouir d’un plaisir qu’il recherche, et dont sa constitution lui fait une sorte de besoin. Bien loin donc d’acquérir des droits par l’acte de la génération, le père contracte des obligations auxquelles s’il ne satisfait pas, il rend son enfant la victime de ses voluptés. »

« L’enfant reçoit la vie par un effet des plaisirs de son père. Cette vie est un bien à lui. IL ne peut se la conserver ; il faut donc que celui qui l’a réduit à ce besoin, supplée à sa faiblesse et prenne soin de sa subsistance : première obligation du père ».
« La vie peut lui devenir à charge, si l’on ne supplée à son imprudence ; elle sera malheureuse, si l’on ne prend soins de le former à la sagesse et à l’industrie. Ce danger sera plus ou moins grand selon les circonstances. Le père ayant exposé son enfant à (382) ce danger st obligé, dans l’exacte justice, à faire tout ce qu’il peut pour l’en préserver. Il doit donc veiller sur lui, et le former selon que l’exigent les circonstances. Le père, en Groenland, aura des obligations ; mais elles seront infiniment au dessous de celles d’un père parmi nous. Voilà la seconde obligation, et ces deux les comprennent toutes. »

« C’est l’unique fondement des droits paternels, et une règle infaillible pour en marquer l’étendue et les bornes. Je vais tâcher d’en assigner les principales limites.

Le devoir de fournir à la subsistance de l’enfant n’exige aucun droit de la part du père. Jamais le fils ne refusera de prendre la nourriture qu’on voudra lui présenter.

Mais le père doit veiller à la conservation de l’enfant ; il doit le former à l’industrie qu’exigera le bonheur de sa vie ; il doit être son gardien, son conducteur, son moniteur. Cette obligation demande des droits, une autorité, un pouvoir suffisant pour le faire obéir, et contraindre le fils, en cas de refus, à l’obéissance. Le père est en droit de prescrire à son fils ce qu’il doit faire ou ne pas faire, de châtier l’enfant désobéissant, de l’élever et de le dresser de la manière qui lui paraît la plus convenable. Voilà la sphère de ses droits, dans l’enceinte de laquelle son autorité est absolue et irrévocable. »  (383)

Dans l’examen de diverses questions, M. V. montre, entr’autres vérités, que les pères n’ont aucun droit de tuer, de mutiler leurs enfants, ni quant au corps, ni quant à l’âme, ou de les vendre pour esclaves ; que les mères étant chargées des premiers et des principaux soins de la tendre enfance, leurs droit sont alors plus grands que ceux des pères.

En discutant la dernière partie du problème, l’auteur déclare que la société ne peut donner des droits qu’en vertu des principes naturels, modifiés et déterminés par la nécessité de sa constitution, soit que l’on considère les particuliers dans leur liaison entr’eux, soit qu’on fasse attention au corps de la société comme à un être moral.

« La société (ajoute-t-il) peut-elle étendre les droits des pères ? Sans contredit elle le peut et elle le doit, si elle étend leurs obligations. Or elle étend ces obligations nécessairement. Dans l’état de nature, le père n’élève ses enfants que pour eux ; il doit développer leurs forces, et les former à l’industrie nécessaire pour vivre le mieux qu’ils pourront dans leur climat. Leurs besoins seront siples, et les moyens d’y satisfaire aisés ; il n’en coûtera donc guère de peine de donner aux enfants la prudence et l’industrie dont ils auront besoin. Dans la société, c’est tout autre chose : elle exige et doit exiger, que l’enfant soit formé aux qualités (384) sociales, à l’humanité, à la bonté, à la bienveillance, à l’obéissance aux lois, au respect pour le souverain, pour les magistrats et tous les supérieurs ; il faut à l’homme une industrie bien supérieure à celle de l’état de nature, une conduite bien plus mesurée. En un mot, le père aura bien plus de peine à former ses enfants pour eux-mêmes, et il lui faudra par-dessus tout cela, les former encore pour les autres et pour l’Etat. Le père qui n’élèverait son fils qu’aux vertus de l’homme isolé le plus parfait, ne serait quitte ni envers ce fils, ni envers la république. Sa tâche est beaucoup plus pénible et plus longue. »

« Ses droits s’étendent par cela même en vertu des principes que nous avons admis ; mais cette augmentation de droits n’est point un dont libre et gratuit que la société fait au père ; c’est un effet nécessaire et naturel de sa constitution, qui en dérive indépendamment de sa volonté. Imaginons qu’un enfant, dans l’état de nature, fût faible, imbécille, valétudinaire, en un mot, eût plus de besoins et moins de forces que les enfants ordinaires : les obligations et les droits des pères s’étendraient davantage, tout comme dans la société. »

« Les lois ne peuvent faire ici aucun don arbitraire, parce que les droits de l’enfant s’y opposent. Quel abus, que de vouloir sacrifier le fort au détriment du faible, le (385) père aux dépens de l’enfant ! »

« Ainsi les lois doivent étendre l’autorité paternelle, ou plutôt en cosntater et en déterminer la plus grande étendue : car elles ne constituent point les droits ; elles n’en sont que l’expression. »

« Elles fixeront donc un plus long terme à la minorité naturelle : cela est nécessaire, puisqu’il faudra un temps plus considérable pour former son fils à toutes les qualités qu’exige la société. »

« Elles statueront une dépendance plus parfaite et une obéissance plus complète de la part des enfants, tant pour faciliter au père une éducation plus difficile, que pour accoutumer de bonne heure les enfants à plier sans répugnance sous un joug légitime qu’ils doivent porter toute leur vie.

« Elles étendront l’autorité paternelle à une infinité de choses qui, sans être mauvaises dans l’état naturel, peuvent incommoder la société, ou accoutumer la jeunesse à une licence dangereuse pour l’avenir : telle serait, par exemple, la vengeance propre. »

« La société ne veillant pas sur le détail de la conduite et de l’éducation des enfants, de peur de gêner trop la liberté domestique de ses membres, et étant cependant intéressée à ce que les enfants se conduisent d’une manière sage et modeste, elle rend les parents responsables des démarches de leurs enfants, et par cela même, elle étend nécessairement (386) leurs droits à tous les moyens qui peuvent donner la facilité de contenir ces enfants dans les bornes de la modestie »…

« Il est certain que la société doit avoir un pouvoir fort étendu sur les enfants, par la raison qu’elle est responsable de ses soins, non seulement aux enfants, comme le sont les pères dans l’état de nature, mais à tous ses membres, parce que la paix et la tranquillité de ceux-ci dépendent de l’éducation des citoyens. Ce polisson qui s’amuse dans son enfance à des tours d’espièglerie, pourra me tourmenter et faire mon malheur ou celui de mes enfants, étant homme. Je suis donc en droit d’exiger de la société qu’elle veille à ce qu’il devienne un honnête homme ; et si elle néglige ce devoir, elle me fait tort[t1] . »

« Supposé donc qu’il y ait, dans les droits des pères quelque clause qui empêche la société de veiller à l’éducation de la jeunesse, elle est pleinement autorisée à la retrancher et à annuler un droit dangereux. »

« La société étant obligée de veiller à l’éducation des enfants, elle acquiert sur eux tous les droits paternels, relatifs à l’étendue des soins qu’elle doit se donner ; et comme elle décharge les pères de ces soins, il est naturel que ceux-ci perdent les droits uniquement fondés là-dessus. »

« Toute l’éducation, même cette partie dont les pères demeurent chargés, doivent être sous la direction de la société, parce (387) qu’elle en est responsable. Par cela même, tous les droits des pères, fondés uniquement sur le devoir d’élever leurs enfants, sont subordonnés au pouvoir de la société, et celle-ci doit en déterminer l’exercice et en fixer les bornes. »

« Etant responsables, non seulement aux enfants, mais à tous les citoyens, de la conduite des premiers, les lois ont, par cela même, le droit d’ôter aux parents inhabiles à ce devoir l’éducation de leurs enfant s ; et comme c’est un grand hasard que le grand nombre ne gâtent leurs enfants par ignorance, par incurie, par caprice, par vanité, par tendresse ou par humeur, les lois doivent les surveiller, et leur prescrire les méthodes d’éducation. Sparte et la Perse ancienne n’excédaient point les limites de leurs pouvoirs en élevant leurs enfants publiquement sous l’autorité et l’inspection des lois. »

« Nos lois n’exercent qu’une partie de leurs droits en se bornant à régler l’instruction, et principalement l’instruction religieuse… Mais elles demandent autre chose. Félicitons-nous de ce qu’elles se réveillent, et vont se remettre en possession de leurs droits ; Nous verrons de meilleurs citoyens se former sous leur direction, et nos en serons plus tranquilles. »

Le discours auquel le premier accessit a été décerné, a pour auteur M. Daunou (388), de la congrégation de l’Oratoire, à Enghien-lès-Paris, et pour épigraphe : Nos legem bonam à malâ, nullâ aliâ, nisi naturae, normâ, dividere possumus[1].

M. D. remarque qu’il faut faire de grandes abstractions, si l’on veut trouver tous les hommes naturellement égaux ; que cette égalité ne se rencontre que dans une vue générale qui compare toute la durée d’un individu à toute celle d’un autre.

« L’enfant qui naît, dit-il, est destiné à être un  jour ce que son père est aujourd’hui ; mais il ne l’est pas encore. Quand je vois d’un côté la force, de l’autre la faiblesse et de l’esprit et du corps, je conçois aussitôt des idées de supériorité et d’infériorité, j’admire dans cette graduation des êtres un des puis puissants moyens de la nature : de là, l’ordre et l’harmonie. Or cette différence des facultés est le premier principe de la puissance. Il ne suffirait peut-être pas seul ; mais sans lui les autres n’existeraient pas. On voit bien que je n’établis pas le droit du plus fort, si l’on n’entend par là que la vigueur corporelle. Entre des êtres purement physiques,  il n’en faudrait pas davantage ; mais l’idée de droit suppose des êtres moraux, et l’homme joint à des organes matériels un principe actif et pensant. J’envisage donc à la fois ces deux parties de nous-mêmes, et les trouvant inégalement développés dan les divers (389) individus, voici comment j’aperçois l’origine de l’autorité : Votre âme, encore sans énergie, ne distingue ni ses intérêts, ni ses devoirs : vous avez besoin d’un maître. Votre corps est sans force : on peut vous faire obéir. Je veux travailler à votre bonheur ; je puis vous préserver des dangers dont vous seriez la victime, et vous contraindre à une soumission que votre propre intérêt exige. C’est moi qui suis votre guide jusqu’à ce que vous sachiez vous conduire. [a].Ce discours n’a rien d’injuste ni d’inhumain, et c’est ainsi que les facultés des parents sont le premier fondement de leur pouvoir. »

« Mais si ce soin qu’ils veulent et qu’ils peuvent prendre de leur enfant était en même temps pour eux une obligation imposée par la nature ; alors leur puissance, confondue avec leur devoir, ne serait plus simplement légitime, elle serait nécessaire. Or cette obligation n’est point douteuse. Je ne la démontrerai pas par les exemples des animaux : ils ne prouveraient point assez. Chez eux, les secours de la mère suffisent : encore les petits sont-ils bientôt en état de s’en passer. Chez les hommes, les enfants ont de la raison ; mais elle ne leur vient que par degrés : il ne suffit pas de les nourrir ; il faut encore les conduire : déjà ils pourraient vivre, et ils ne savent pas se gouverner [1]. Celui qui m’abandonnerait dans (390) un état d’infirmité qu’il a prévu et où je suis parce qu’il l’a voulu, ne serait-il pas méchant et cruel ? Je devais naître languissant, croître au milieu des douleurs et des maladies, plus longtemps demeurer exposé aux dangers de l’ignorance et des passions. Celui qui, malgré ces considérations, a contribué à mon existence, me doit des secours, des aliments, des soins, des leçons, des conseils : je n’ai consenti à naître qu’à ces conditions. Mais en établissant ses obligations, j’établis son autorité : car il s’est engagé à me servir quelquefois malgré moi : mon indocilité a été prévue dans le pacte qui l’oblige : il a contracté avec un être qui méconnaîtrait un jour ses véritables intérêts. Il a promis de ne point écouter mes murmures insensés, et d’avoir pour moi la raison. Son pouvoir n’est jamais plus affermi que dans les circonstances où je veux injustement m’y soustraire ; et il n’est pas dispensé de ses devoirs, quand je ne connais pas les miens. »

« Séparer dans la question que je traite les devoirs des parents de l’intérêt des enfants, ce n’est au fond qu’envisager sous deux rapports divers une même cause de l’autorité paternelle ; mais cette distinction est utile, parce qu’il est toujours important de trouver dans la personne même du sujet le fondement de la puissance du chef. C’est un principe incontestable (391), qu’un pouvoir n’est légitime que lorsqu’il est institué, non pour l’ambition de celui qui commande, mais pour l’avantage de celui qui obéit. Or la faiblesse et l’ignorance du premier âge, la légèreté de l’adolescence, les passions inquiètes de la jeunesse, demandaient des maîtres : il est avantageux de trouver dans les autres une force et une prudence qu’on n’a point. Et quels sont les guides que l’enfant eût préférés à ceux que la nature lui choisit ? C’est à l’amour qu’il est confié. On peut dire avec Puffendorf que si l’enfant jouissant au premier instant de son existence, de l’usage libre de sa raison, prévoyait qu’il va la perdre pour longtemps, et qu’il n’est de remède aux maux physiques et moraux qui vont l’investir que dans les facultés, la tendresse et le pouvoir de ses parents, on peut dire qu’il invoquerait, qu’il établirait lui-même l’autorité qui doit le gouverner. Mais il est un dernier fondement de cette autorité, absolument distingué de ceux que je viens d’exposer. »

« Je sais que les lois naturelles dérivent de l’essence même e l’homme ; qu’elles éclairent sa raison naissante, et que lorsqu’il les enfreint, il est lui-même son juge ; mais je sais aussi qu’elles ne parlent à l’enfance qu’un langage obscur, et que trop souvent leur voix est moins puissante que celle des passions qui agitent la jeunesse. Si personne n’a droit de s’opposer aux écarts (392) de cet âge dangereux, je crains bien que, livré à toute son effervescence, il ne renverse bientôt l’ordre moral. Croirons-nous que la nature ait consenti à voir périr son ouvrage, et qu’elle n’ait pas songé aux moyens d’en assurer la durée ? Cette idée me conduit à reconnaître dans les parents des gouverneurs établis pour accoutumer et forcer leurs enfants à l’accomplissement des devoirs. Une liberté qui précéderait la raison ferait le plus grand des désordres[2] : la nature ne l’a pas permis. Un pouvoir tempéré par la tendresse était le moins dangereux : la nature n’a pu mieux choisir. Par conséquent, dans l’énumération des fondements de l’autorité paternelle, aux facultés et aux devoirs des parents, à l’intérêt et au consentement des enfants, je joindrai la nécessité d’admettre des magistrats naturels, chargés de veiller à l’observation des lois morales. Telles sont les causes qui, dans l’état de nature, rendent le pouvoir des parents possible, légitime, nécessaire, et ces causes sont en même temps les règles qui en dirigent l’exercice, les lois qui en bornent l’étendue. »

L’auteur ne doute pas que dans l’état de nature, il n’y eût une différence entre les droits du père et ceux de la mère ; voici en quoi cette différence consistait. (393)

« La mère, observe M. D., était à la fois l’institutrice et le juge des enfants que leur faiblesse retenait dans la maison ; elle seule était témoin de leur conduite, et pour un âge qui ne connaissait point de passions, elle avait assez de sévérité. Les premières leçons de vertu devaient être aimables : la nature voulait qu’elles fussent données par l’amour maternel. Jusqu’alors la puissance du père n’était qu’accessoire et subordonnée. »

« Sortis de la première enfance, les fils suivaient leur père pour aller sous ses yeux s’exercer à des travaux auxquels ils étaient comme lui destinés. C’est en lui qu’ils voyaient et le maître chargé de les instruire, et le juge obligé de punir leurs fautes. La nature ne laissait pas entre les mains des femmes ceux qu’elle appelait à un genre de vie contraire, et ne souffrait pas que les excès d’un jeune homme déréglé trouvassent dans une tendresse excessive une pernicieuse indulgence. »

« Les filles demeuraient auprès de leur mère, et recevaient d’elle l’éducation convenable à leur sexe. Elle réglait leurs occupations, et dans le choix d’un état, d’un époux, son consentement était le plus nécessaire. Tant qu’il n’y avait point de désordres à réprimer, le père n’avait pas la principale autorité ; mais si l’infraction des lois naturelles demandait un juge, il (394) l’était, et la mère n’avait plus que le droit d’implorer sa clémence[3] ».

Jusqu’à quel point les lois peuvent-elles étendre l’autorité des pères et des mères sur leurs enfants ?

Le législateur, en conservant aux parents toute la puissance qu’ils tiennent de la nature, peut y ajouter de nouveaux droits, selon M. D., en leur communiquant une partie du pouvoir civil, et en faisant de chaque père un magistrat préposé au gouvernement de la famille. « Dans la nécessité de partager l’autorité et de charger plusieurs particuliers des détails dans lesquels les principaux chefs ne peuvent pas entrer, il était sans doute très permis, continue-t-il, de donner aux parents une telle juridiction »……

« Cette magistrature… est nécessairement subordonnée aux chefs de l’Etat : car le législateur n’a pas dû supposer que dans une multitude de citoyens pourvus de cette autorité domestique, aucun ne serait tenté d’en abuser. D’ailleurs, si les enfants, membres d’une société civile, n’avaient pas les moyens de se plaindre des violences de leurs parents, ils contribueraient aux charges publiques sans jouir des avantages qui en doivent résulter ; ce qui est contre la nature (395) de tout pacte social. Il est vrai que leurs poursuites doivent être respectueuses. Ils seront obligés de les faire avec les ménagements convenables, ce que les jurisconsultes appellent SUB QUALITE ACTIONIS IN FACTUM[4]. »

« Il est encore évident que les vices qui font cesser l’autorité du père doivent suspendre celle du magistrat ; que la puissance des magistrats sur un homme raisonnable et, par conséquent, libre, se réduit à pouvoir le contraindre à l’observation des lois ; que s’il les observe, il est d’ailleurs maître de ses actions, et que les chefs dont il respecte le rang, doivent respecter sa liberté »…

« Des magistrats peuvent-ils jamais avoir le droit de tuer un enfant impubère, de vendre un citoyen, de le forcer à un pacte auquel sa volonté répugne ? De telles entreprises sur la vie et la liberté sont des crimes dans toute hypothèse : le pouvoir du corps entier de la nature ne va pas jusque là. J’en dis autant d’une loi qui attribuerait absolument au père et à la mère les biens de leurs enfants, et qui ne laisserait à ceux-ci aucune propriété »…..

« Le pouvoir ajouté par l’Etat à l’autorité naturelle des parents ne les exempte pas du devoir de nourrir leurs enfants et de (396) pourvoir à leurs besoins tant qu’ils sont en puissance »…..

« La nature ne déterminant point l’époque précise où commence l’âge de la raison ; la loi fixera la durée de la minorité ; elle en reculera les termes, pourvu qu’elle ne laisse pas (comme dans le Parlement de Toulouse) les hommes sous la puissance paternelle jusqu’à 40 ou 60 ans. On demandera, si l’on veut, le consentement des parents avant que de mettre l’enfant en liberté, pourvu qu’on n’ait aucun égard à des refus injustes, et que les formes de l’émancipation n’aient aucun rapport aux ventes simulées de l’ancien droit romain, et qu’elles ne rappellent en rien la manumission des esclaves : ce qui avilit un citoyen n’est jamais permis. Enfin le fils émancipé ne cessera pas d’être sous la puissance de son père, considéré dès lors moins comme père que comme magistrat. »

« Si vous voulez augmenter l’autorité paternelle sur la liberté des enfants mineurs, accordez aux parents le droit de rompre tous les pactes formés sans leur consentement. Cette loi n’a besoin que d’être publiée pour devenir juste dans l’état civil. C’est, à proprement parler, interdire tout contrat avec les enfants mineurs dont les parent n’auront pas été consultés ; règlement qui n’a rien que d’utile, et dont la meilleure sanction consiste dans l’irritation de l’action qui y (397) contrevient. Rien n’empêche d’étendre cette loi aux vœux et au mariage ; mais il est sage d’exiger en même temps plusieurs autres conditions difficiles à éluder et, par conséquent, propres à rendre le cas de l’annihilation très rare. »

« Pour consoler, pour honorer la vieillesse, forcez par des lois précises les enfants à subvenir aux besoins de leurs parents : la nature le commande : exigez qu’on lui obéisse, et punissez sévèrement les transgresseurs. Donnez à l’aïeul le droit de veilleur sur l’éducation des petits-fils : que ce soit là une des fonctions de cette magistrature dont la loi l’a revêtu ; mais que ce pouvoir n’anéantisse jamais sans cause celui que la nature a donné aux parents immédiats longtemps avant les constitutions civiles. »

On sait qu’Aristote (De REpub. I, B., c. I) a prouvé la nécessité de conformer l’éducation au genre de chaque gouvernement. « Le législateur conclura peut-être de cette maxime, dit M. Daunou, qu’il faut construire des écoles publiques où tous les parents soient contraints d’envoyer leurs enfants aussitôt après la faiblesse du premier âge. Ce projet n’aura rien d’injuste, si les maîtres établis par l’Etat ont pour inspecteurs les citoyens dont ils élèvent les enfants, si les parents ont le droit de s’assurer des progrès, de se plaindre des abus ; car ce n’est qu’à de telles conditions qu’ils (398) auraient pu renoncer au devoir naturel d’élever eux-mêmes leurs enfants. Mais les plaintes deviendront si fréquentes, que cette éducation commune et forcé offrira bientôt beaucoup moins d’avantages que de difficultés. Suivant Cicéron[5] , LA CYROPEDIE est un roman. A Rome, l’éducation était libre ; elle ne fut nulle part plus nationale. »

« La nature n’accordant aux parents aucun droit sur la vie des enfants, le législateur n’aura, à cet égard, aucune restriction à faire. Quant au pouvoir paternel sur la liberté des mineurs, la loi peut interdire certaines espèces de châtiments ; elle peut encore permettre aux enfants de contracter et de se marier, quelquefois malgré leurs parents ; mais il faut que les raisons de ceux-ci soient entendues et pesées, toutes les fois qu’ils viendront former quelque opposition à ces actes. A l’égard des biens de l’enfant mineur, le législateur peut supposer que celui qui les a acquis par son travail, sera capable de les administrer : on pourrait donc soustraire aux parents la tutelle et l’usufruit des biens connus sous les noms de Castrensia et de Quasi-Castrensia. Pour ceux qu’on appelle Adventices, s’il est permis d’en ôter l’usufruit aux parents, ils ont le droit d’ne être les gardiens, et personne ne doit leur (399) disputer cette tutelle, à moins que le donateur n’ait exprimé une condition contraire, ou que l’enfant, déjà administrateur de ses acquêts, ne soit, par là même, jugé en état de garder ses autres propriétés. Outre ces restrictions générales, le magistrat, dans les cas particuliers, guidé par les circonstances, enlèvera quelquefois à un père et à une mère suspects d’infidélité ou d’incapacité, l’administration des biens de leurs enfants, pour en charger quelque autre personne qu’il désignera. Enfin on exigera que les parents rendent compte des biens dont ils auront été tuteurs, et telles sont sans doute les bornes les plus étroites que l’on puisse donner à cette partie du pouvoir paternel : car il serait absurde que le législateur eût généralement plus de confiance dans des étrangers que dans des parents. Pourquoi, par exemple, après le décès du père, et lorsqu’il n’y a aucune circonstance extraordinaire, pourquoi, dis-je, chercherait-on un autre tuteur que la mère ? On n’enlève point à une veuve l’administration de ses propres biens : sera-t-elle moins capable de prendre soin des biens de ceux dont elle ne distingue pas les intérêts des siens propres ? »

« Avant de considérer jusqu’où les lois peuvent restreindre l’autorité paternelle sur les enfants majeurs, observons qu’il est permis au législateur d’avancer le terme de la (400) majorité : l’excès consisterait à déclarer en général qu’un enfant sera libre avant les 4 ou 5 premières années qui suivent sa puberté. Le juge restera maitre des cas particuliers ; et si un fils prouvait  que ses parents abusent du pouvoir, on le soustrairait à ce pouvoir, soit en l’émancipant, soit en lui créant un autre gouverneur. »

« Les devoirs auxquels on reste obligé envers ses parents après la majorité, se réduisent, 1° à conserver pour eux des sentiments de respect, d’amour, de reconnaissance, 2° à les secourir dans leurs besoins. Une constitution civile qui mettrait quelque restriction au premier article, serait si horrible, qu’elle est à peine possible, et je ne vois d’autre exception licite au second que celle que Solon imagina. La loi peut punir des parents qui ont négligé l’éducation de leurs enfants. Or le châtiment le plus analogue à ce crime, dont la nature et l’Etat ont à se plaindre, c’est de ne point écouter ceux qui viennent réclamer l’autorité civile contre un fils qui ne ferait peut-être pas inhumain, s’il eût été mieux élevé. »

« Une autre manière de limiter l’autorité des parents, c’est de mettre des obstacles aux aliénations qu’ils pourraient faire de leurs biens, par donation, par vente ou par testament : on assure par là aux enfants majeurs des droits qui seraient moins certains dans l’état de nature. Ces règlements ne sont pas (401) injustes, s’ils n’ont pas trop d’étendue. Mais il serait dangereux d’ôter aux parents toute liberté dans la disposition de leurs biens, en sorte qu’ils ne pussent frustrer d’aucune partie de la succession un enfant dont ils auraient de justes sujets de plainte. C’est la sanction du pouvoir paternel : si vous la détruisez entièrement, il est à craindre que les enfants ne deviennent moins respectueux : ceux qui se verront assurés d’un héritage considérable, préféreront souvent de vains plaisirs à un travail devenu inutile pour eux ; ils seront mauvais citoyens ; peut-être qu’ils se promettront des consolations au malheur de perdre leur père, et il n’y aura pas loin de là à supputer combien d’années retardent encore leurs jouissances.

Voulez-vous réprimer ces désordres, et restreindre en même temps la liberté des parents dans la disposition de leurs biens ? Obligez le père qui veut les aliéner ou en frustrer ses enfants majeurs, à s’y faire autoriser par le juge. »

Les notes dont ce discours est suivi sont plus étendues que celles qui se trouvent au bas des pages, et ne font pas moins d’honneur à l’érudition de M. Daunou que le texte n’en fait à ses recherches et à son jugement. »


[1] « C’est que, pour distinguer une bonne loi d’une mauvaise, nous n’avons d’autre règle que la nature. » Traduction d’après Charles Appuhn, De la République, Des lois, Paris, Garnier, 1932, gracieusement mise à disposition sur le site d’agoraclass.


[i]

Jennifer Meyer, étudiante en doctorat à l’Université d’Erfurt, en Allemagne, m’a envoyé un grand nombre de renseignements complémentaires sur ce concours, la localisation des dissertations, l’existence d’autres critiques et enfin, sur Peter Villaume, qui jouit d’une assez grande notoriété en Allemagne pour bénéficier d’une page sur wikipédia. On trouvera ces renseignements bio-bibliographiques sur un article à part d’homosexus. Je remercie vivement Jennifer Meyer pour son aide et son apport.


[a] [Je n’ai pas réussi à identifier cette citation.]

[1] Montesquieu, Esprit des lois, liv 13, chapitre 2[en fait il s’agit du livre XXIII, Des mariages].

[2] Que non corrumpit pubes effraena, novaque Libertas properata togae ? Stat, lib. 5, Sylvar.

[3] On attribue aux Mexicains des coutumes à peu près semblables. V.Popell, l.2, de tribus mundis.

[4] Code Frédéric, prmière partie, liv. 1, tome IX, art. 2, Q. 19.

[5] Ep. I, l. I, ad Quint.


[t1]Cette allusion au polisson me fait penser au comportement dissolu de la « jeunesse » aristocratique, dont les bourgeois ne cessent de se plaindre (et pour cause). Le délinquant, à  l’époque, c’est le riche ; c’est de lui qu’il s’agit de se prémunir, contre ses débordements qu’il faut se garantir. Ce sont eux qu’il faut éduquer à la modestie, au respect des autres, de la propriété, etc.

Conjugalisme, sexualisme et… sexualitarisme ? (à propos d’Harvey Milk)

George Moscone et Harvey Milk

Harvey Milk, activiste américain, s’est employé, dans les années 1970 à San Francisco, à fédérer la communauté homosexuelle. Plusieurs films, documentaires, sites retracent son engagement, et font vivre sa mémoire. L’un des sites les plus documentés est le site de Strange de Jim. Le wikipedia anglophone reprend de manière longuement détaillée le parcours de Harvey Milk. L’image ci-contre vient du site d’Uncle Donald ; elle représente Harvey Milk (à droite) et George Moscone.

Bien sûr aussi, le film de Gus van Sant (2008), qui permet aujourd’hui à la légende de Harvey de dépasser les frontières de la culture gay pour atteindre des millions de conscience.

A le voir, je me demande dans quelle mesure la haine des homosexuels, la chasse aux sorcières dont ils furent victimes, n’est pas le fruit du conjugalisme : n’est-ce pas toujours l’union de l’homme et de la femme telle que voulue par Dieu ou la Nature, qui est brandie par leurs opposants (Anita Bryant, John Briggs…) ? Pour autant, la cause « Gay et lesbienne » n’est pas sexualiste : elle n’appelle pas à la solidarité entre hommes ou entre femmes, mais bien à une solidarité entre homosexuels, donc de sexualité. Comme toujours ou presque dans ces mouvements de revendication, on flotte entre mise en valeur d’une identité spécifique et aspiration à l’intégration par élargissement des frontières de la « normalité » (et donc, à terme, disparition de l’identité). Ce sont les haines et les rejets qui d’abord construisent cette identité dont on fait, dans un deuxième temps, un motif de valorisation puis normalisation ; le sexualisme, cause qui s’est fédérée autour de l’émancipation des femmes, s’est construit sur l’identité de sexe, lorsque les femmes ont pris conscience qu’elles formaient une extériorité homogène – et que l’unité familiale incarnée par le citoyen chef de famille n’était plus porteuse de leurs intérêts. Comment et quand les femmes ont-elles réalisé qu’elles n’étaient plus représentées, que la solidarité de couple ne jouait plus en leur faveur, que les hommes n’étaient plus politiquement, électoralement, des chefs de famille mais des membres de leur classe de sexe aux intérêts spécifiques ? Je mise, personnellement, sur le début du XXème siècle, parce que les premiers signes sont là : discours de Viviani en 1919, débats parlementaires en 1922 sur le vote des femmes. Toutes ces paroles publiques laissent penser qu’une pensée sexualiste s’est cristallisée à cette époque, en même temps que les femmes commençaient à revendiquer une identité distincte de leur fonction familiale d’épouse. La mère est alors devenue un motif intéressant pour elles, puisqu’il leur permettait de mettre en avant une autre fonction, reproductrice mais surtout, dans le lien à l’enfant qu’on protège et nourrit, et non dans le lien à l’époux auquel on doit obéissance. Bizarrement, mais assez logiquement finalement, la maternité a pu servir aux femmes à prendre leur indépendance vis à vis de l’unité familiale ; à mettre en avant une identité de sexe (une femme peut, pour être mère, se passer de l’unité familiale, surtout à une époque où l’Etat commence à prendre en charge les mères seules – et donc à se « substituer » au père) ; et à revendiquer leur part dans l’économie nationale, en tant que groupe aux intérêts spécifiques.

Tout cela pour dire que, à côté du conjugalisme (unité familiale), du sexualisme (classe de sexe), on trouve à partir des années 1970 ce qu’on pourrait appeler le sexualitarisme : la constitution d’une identité politique de combat (se défendre, d’abord, contre les discriminations) non plus autour du couple, ou de sa féminité, mais autour de sa sexualité. Reste à déterminer si c’est bien un paradigme spécifique, ou si l’on renoue avec des formes de conjugalisme et de sexualisme.

Prévention du sida, modernité et conjugalisme

Je découvre aujourd’hui une campagne assez ancienne d’Aides pour la prévention du sida (2005). Elle retrouve un peu d’actualité grâce à France Inter qui en a parlé ce matin, 20 mars 2009, et en a publié le lien sur son site (émission d’I. Giordano). On y observe les tribulations sexuelles d’une jeune femme qui se heurte le plus souvent à l’incompréhension, voire l’agressivité des hommes auxquels elle propose un préservatif ; jusqu’à trouver, en bloc, l’amourlemariageetlamaison.

Prévention Sida – kewego »> Prévention Sida – kewego »/>
Popol59123 – Pub –> Prévention Sida – kewego

Au-delà d’un message explicitement « jeune », libéré sexuellement, humoristique et léger, on découvre une vision conjugaliste de la sexualité des jeunes femmes : petite fille, solitaire gamine en mal d’amitié, notre héroïne se heurtait à l’incompréhension des garçons dont elle recherchait la compagnie ; tout change dès qu’elle devient une femme (dès que se forment, au sens propre,  les trois « bulles » à quoi se résume sa féminité) : une cour se forme autour d’elle, qu’elle repousse de quelques pichenettes hautaines (juste retour des vexations subies lorsqu’elle était petite fille ?). Désormais, c’est elle qui tient le volant et qui règne en maîtresse sur les hommes attroupés… le temps d’un instant ; car le bonheur n’est pas au rendez-vous : les hommes qu’elle rencontre, non contents de s’indigner du préservatif qu’elle leur tend avec une constance qui en fait bien une héroïne des temps modernes, jamais ne satisfont son attente : celle du Grand Amour. Grand amour comme objet exclusif de sa recherche ; et Grand amour indissociable de la sexualité, puisque c’est seulement au sortir d’une longue nuit d’extase qu’elle décide d’offrir son coeur à son partenaire qui, lui, dissocie parfaitement les sentiments et la sexualité ; il est présenté d’ailleurs comme un parfait goujat puisqu’il écrase le coeur qui lui est tendu d’un revers de cigarette. Bref, cette jeune femme qui pleure presque tout le temps, qui est systématiquement déçue par les hommes, rencontre finalement l’amour. Mais la sexualité a entretemps disparu : soit elle est le chemin vers l’amour, soit l’amour s’en dispense ; mais quant à connaître une vie sexuelle dénuée de sentiments amoureux, ce n’est manifestement pas le destin d’une femme. Et hop,  et voilà, et c’est fini : happy ending, la voilà mariée, et aussitôt domestiquée avec son bonhomme de mari puisque c’est désormais dans une petite maison perdue au milieu de milliers de maisons semblables qu’ils vont trouver le bonheur (sexuel), une fois la porte bien refermée derrrière eux et la voiture garée devant le garage.

Je ne sais pas comment une jeune fille aujourd’hui reçoit une telle vidéo. Mais n’en étant plus une depuis longtemps, pour ma part je frémis ; et d’autant plus si je pense à mes trois filles dont l’une est en passe de devenir le coeur de cible de ces campagnes de prévention bien intentionnées ; et je me dis qu’elle(s) pourrai(en)t bien trouver le sort de cette jeune femme enviable, puisque par le mariage elle en a fini de la galère : pourquoi le mariage s’offre-t-il comme une issue, à la manière des films des années 1950 ?

Au moment où je visionnais cette vidéo, j’étais en train de lire un vieux réactionnaire, qui écrivait dans les années 1790. Nougarède de Fayet prétendait que les épouses devaient renoncer aux moeurs « monarchiques » qui leur accordaient une trop grande liberté après le mariage ; et préférer les moeurs républicaines qui avaient si bien réussi à Rome et Sparte, en ne laissant de liberté et de visibilité dans l’espace public qu’aux jeunes vierges, pour les enfermer et les voiler sitôt le mariage prononcé. Tocqueville reprendra la comparaison en l’appliquant aux Françaises des années 1840, enfermées dans leur jeunesse et libérées par leur mariage, et aux Américaines, libres au contraire jusqu’à leur mariage.

Erik VERVROEGEN, qui signe cette vidéo (voir infos notamment sur le site d’Aides), est un auteur de grand talent : les campagnes qu’il a menées – dont l’une des dernières sur l’efficacité des pétitions dans la lutte contre la peine de mort – sont percutantes et rencontrent un grand succès (multiples récompenses, dont Cannes et… notre chère Assemblée nationale). Mais la vision qu’il nous présente du destin féminin me fait penser à ce contraste observé par ces hommes d’un autre temps entre la vie des femmes avant et la vie des femmes après le mariage. Le mariage étant le seul et unique destin de cette « intéressante moitié de l’humanité ». Dans la vidéo, les femmes ne sont libres sexuellement que pour mieux trouver le conjoint qui leur conviendra. La quête reste, elle, éminemment conjugaliste, non ? Je pleure quand je vois tant de talent mis au service d’une conception aussi traditionnelle du destin féminin.

P. S., ajouté ce lundi 23 mars : il y a beaucoup à dire encore sur cette vidéo, même en ne s’en tenant qu’à la perspective « conjugaliste » (car d’autres commentaires acrimonieux pourraient être ajoutés sur la taille « forcément » XXXL du pénis du seul homme noir de la bande) ; les quelques réactions que j’ai reçues en « off » (hélas pour le débat, qui reste privé), ainsi que les deux commentaires qui ont été postés depuis (merci ! cf. ci-dessous) le laissent penser.