Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (8/8)

Que peut-on espérer d’un tel homme ?

Catherine crois aussi qu’une séparation de bien est la seule solution : « Comme vous mon cher ami j’avais des inquiétudes sur la fortune de Suchet mais que j’étais loin de penser que le mal fut si grand, car je ne me fais pas illusion, je crois tout arrangement impossible, et je suis à me demander si ce serait un bien ; car mon ami que peut on espérer d’un homme qui conserve après des fautes si graves une arrogance envers ses amis et envers son frère ; le refus qu’il fait d’un appartement chez ce dernier, enfin toute sa conduite comme vous le dites fort bien est indéfinissable, il écrit à sa femme d’un ton menaçant, cette pauvre femme n’est-elle pas assez malheureuse de s’être engagée sans savoir ce qu’elle faisait pour une partie assez forte de la fortune qui doit lui revenir, sans chercher à compromettre le reste ; le refus que fait Mr S de remettre ce qui se trouve chez lui à l’usage de sa femme me semble une chose qu’on ne peut croire ; pour les diamants je crois bien qu’il ne peut les montrer et que depuis longtemps il en a disposé pour avoir de l’argent. »[1] Une fois qu’on perd la confiance, on pense que l’homme est capable de tout. Des documents de notaire de Mars 1817 conservés dans les archives à Rouen montrent que à la fin du compte c’est bien le père d’Adèle Suchet qui, accepte de prendre la responsabilité de surveiller la liquidation des biens de son gendre. Le maréchal couvre financièrement ce qui manque ; ca commence avec 200,000 francs en liquide qu’il donne à Pierre-Marie pour embourser les dettes de son frère. Tout s’est passé à Paris ; une copie a été déposée chez le notaire à Rouen. Les signatures incluent tous les personnages impliqués directement et indirectement : le couple Suchet, Pierre Marie Arnaud-Tizon, Pierre Vitet, Jacques Barbet, le Maréchal Suchet, Fournel. Pas une séparation tout de suite ; mais on stipule qu’une séparation reste toujours une possibilité à l’avenir. Après avoir signé le document, Adèle, son père, et Jacques Barbet rentrent tous à Rouen.[2]

Trois mois plus tard, le père d’Adèle se plaint encore de son gendre et son opposition à écouter les sages conseils de son beau-père : « mon gendre ayant été assez peu sage pour mépriser les avis d’un homme de mon âge qui voyait par son expérience l’abyme ou ils s’engloutissait, et n’a pas voulu croire quand je prévoyais et l’avertissais de sa perte, cet homme ne vous a pas donné depuis assez longtemps, par une conduite sage économe et réglée, une garantie pour l’avenir, pour ne pas se mettre en mesure pour éviter la ruine totale de ses enfants ; s’il les aime comme il le dit, il doit ne mettre aucune opposition à cette séparation, où seule il peut trouver lui-même un avenir plus heureux ; il ne faut absolument plus ni délai ni retard ; et vu les beaux raisonnements qu’il a commencé à faire à sa femme et qu’il pourrait faire à vous autres, avec sa tête légère ne méritent aucune attention. » [3] Ses plaintes sont certainement fondées, mais on sent aussi un désir chez lui de garder ses propres propriétés. Il fait tout pour éviter de vendre ses biens et trouve son gendre bien ingrat : « me coutera de vendre Chopillard, que j’ai amélioré de toutes façons, bien auquel je suis attaché, et bien différent de Mr Suchet, je sens une peine extrême de me défaire de biens fonds patrimoniaux seul bien réel et ce temps peu heureux. »[4]

Malgré la liquidation « l’état cruel » de la cousine Suchet continue.   En 1818, Catherine exprime ses inquiétudes encore vives pour sa nièce : « Je suis bien aise de voir la santé de Mme Suchet s’améliorer ; elle en a bien besoin pour supporter l’état cruel où elle se trouve car sa position a cela de fâcheux que l’avenir ne lui offre rien de tranquillisant avec un homme pareil elle sera toujours en craintes elle devrait prendre le sage parti de venir chez son père ; mais elle ne pourra jamais prendre volontairement ce parti, la nécessité seule l’y amènera ; comment tout cela finira-t-il ? S. restera-t-il toujours caché dans Paris, il paraît que l’état nouveau qu’il annonce depuis longtemps ne paraît pas, je crois à vous dire vrai qu’il ne connait pas lui-même sa position au juste ;  vous rendez bien service à Mme Suchet en la faisant se défaire de son appartement d’ici au mois d’octobre elle verra ce qu’elle aura à faire. »[5]

La même année Pierre Marie écrit à Pierre Vitet pour se plaindre de sa fille qui refuse de venir s’installer avec son père ã Rouen : « J’ai reçu par la même occasion de ce retour de Paris une lettre de ma fille, elle me dit se bien porter, ainsi que nos très chers enfants ; Ballicorne m’a dit qu’elle avait ou du moins voulait renouveler encore pour six mois de plus la location de l’appartement qu’elle occupe. J’en suis fâché et suis persuadé que vous ne lui avez pas donné ce conseil ; elle ne m’en dit pas mot ; je croyais cependant devoir mériter sa confiance ; cela m’a fait de la peine ; est-ce une espèce de honte qui l’a retenue ?  je l’aimerais mieux ; ce serait une preuve qu’elle sent qu’elle fait une chose qu’elle ne devait pas faire et qu’aucun vrai ami ne lui conseillera ; mon cher Vitet, j’ai sacrifié ma tranquillité pour tirer ma chère enfant de l’abyme, où son imprévoyante ignorance, et la lâcheté de son mari l’avait consacré en (illisible) pour sa perte et celle de ses enfants ; je crois être un bon père, et la répugnance de ma fille à prendre le seul bon parti en se réunissant à moi pourrait donc faire penser le contraire ; cet abandon me blesse, je suis las de solitude et mon cœur souffre ; dans tous les évènements possibles un père supporte tout quand il est sr de l’affection de ses enfants. »[6]

Le père d’Adèle espère que Pierre va intercéder en sa faveur auprès de sa fille, pour l’amener à revenir chez lui ; la pression est forte, d’autant qu’elle est revenue près de son mari ; on voit bien que dans son cas, la position d’épouse, fusse d’un mari fautif, est préférable à la position de fille : « Car mon cher ami, réfléchissez ; ma fille à Paris après tant de malheurs, n’est-elle pas dans une fausse position ? que peut-elle espérer encore d’un homme qui vous le savez comme moi, au lieu de se relever par une conduite sage réglée et honorable, se livre encore à tous les désordres qui ont consommé sa perte ; et est même en ce moment à où vous le savez ; il y a vraiment aveuglement d’espérer encore ; et vous savez qu’il y a longtemps que la vérité est loin de lui ; mais il a été et est encore votre ami ; brisons là-dessus ; non non mon cher Vitet je n’ai pas un cœur dur ; plaise à dieu que je l’eus moins facile à briser, ma vieillesse s’éteindrait plus doucement ; car si le chagrin venait à trop s’emparer de moi, et que j’y succombasse, quel remord ma pauvre Adèle n’aurait-elle pas ? Chassons chassons ces idées, elles ne valent rien ; au reste je ne vous le cache pas,  voila mes souhaits ; et ils sont, croyez moi Vitet, plus pour le bonheur de mes quatre enfants[dzd1] , plus bien plus encore que pour moi-même qui en trouverais beaucoup ; ma fille en venant auprès de son père, y trouve l’assurance de son avenir, et apprendra à diriger la fortune de ses enfants, qui diminuera infiniment si elle reste éloignée. »  Il dit à Pierre qu’il faut souligner l’indépendance que Adèle peut sentir même si elle réside chez ton père, et insiste sur le fait que financièrement c’est beaucoup plus intelligent pour elle de quitter Paris et venir chez son père. Il faut « qu’elle sache bien sera totalement maitresse, et ne fera que ce qui lui plaira et tout ce qui lui plaira ; son pauvre père le lui promet bien ; j’ai besoin de si peu, de deux maisons gênées pour l’instant, nous en referons bien une bonne ; mais le tout sans gêne, qu’elle réfléchisse et faire ensuite »[7]

« Si son père l’empêche de partir il a grand tort »

Le père réussit enfin à convaincre sa fille de venir à Rouen, mais elle souffre  chez son père, au moins c’est l’idée que donne une lettre de Catherine, chez qui Adèle passe beaucoup de son temps pour fuir la maison paternelle : « Nous avons toujours Mme Suchet qui est bien triste ; elle s’attendait à de meilleures nouvelles que celles que Barbet lui a apportées et désire retourner à Paris et sent cependant combien il lui sera difficile de tenir son ménage avec son revenu ; elle ne parle pas de tout cela mais il est facile de deviner sa pensée ; elle ne parle pas non plus de son départ prochain mais elle ne cesse de dire qu’elle n’est bien qu’au coin de son feu, que chez son père elle n’est pas libre d’y rester [au coin du feu] hier elle vint avec lui et Clémence passer le soir avec nous ; elle dormait toute la soirée et ne nous a pas dit un mot ; si son père l’empêche de partir il a grand tort ; il faut la laisser aller jusqu’au bout et quand elle verra que l’argent ne peut suffire elle prendra son parti ; c’est au moins mon avis quand aux affaires du Mr je crois qu’il est bien difficile de les arranger, il fait un cruel semmaire [av2] ( ?) comment cela finira-t-il en vérité on ne peut le prévoir en attendant voilà une fille qui grandit, tout cela est bien malheureux ; Edouard s’accoutume bien à sa pension. »[8] Adèle, en tant que femme mariée, a une liberté de décision qu’on ne trouve pas accordée aux filles non-mariées On trouve aussi une certaine solidarité féminine dans les pensées de Catherine qui voit que le père fait souffrir encore plus sa pauvre fille qui a déjà assez pour la rendre triste.

En février 1819, Adèle est encore à Rouen, et souffre toujours chez son père. La saison de bals commence, et Adèle se trouve obligée de refuser les invitations. Elle fait des visites en famille, et elle essaye d’aider son mari en passant voir des Rouennais qui le connaissaient quand Suchet avait un poste à Rouen pendant l’Empire. « Mme Suchet a été priée à presque tous les bals mais elle a sagement refusé en disant franchement que la position de son mari ne lui permettait pas d’aller dans le monde et qu’elle n’allait que dans sa famille, elle ira chez Mme Lemarchant, elle était priée aujourd’hui chez Mr Lecarron qui lui a fait de grandes instances, elle a bien envie de savoir de quelle nature est la fortune de Mr Petitjean, elle ne peut y réussir ;  il pourra peut-être à son tour protéger son ancien patron, voilà le monde, je n’entends plus parler des affaires de Suchet, il paraît que rien ne s’arrange, tout cela est bien malheureux et jamais Mme Suchet ne pourra goûter le bonheur chez son père ; et rien n’est pis à mon avis que l’état d’incertitude dans lequel elle vit. »[9] Les problèmes ne terminent pas car en 1820, on trouve qu’Adèle prends la décision de vend ses diamants dans un effort de se libérer de son mari, ou peut-être de son père : « cette chère cousine a été satisfaite de ce qui lui a dit Barbet des affaires de son mari.  Il paraît que les Diamants suffiront pour lui rendre enfin la liberté, c’est déjà quelques chose ; mais pas encore tout malheureusement. Elle a dut vous écrire pour vous remercier d’avoir bien voulut vous charger conjointement avec Fournel de la vente de ces Diamants. »[10]

Ce n’est qu’en 1821 qu’une réunion de famille donne l’impression que les choses et les sentiments commencent à s’arranger. Monsieur Suchet rend visite à sa belle-famille à Rouen cette année-là : « J’ai reçu votre lettre mon cher ami et les différents paquets que vous m’avez adresses par Mr Suchet a qui j’ai trouvé l’air bien portant,  son beau père et sa fille étaient allés à sa rencontre au bureau de la diligence,  il a été bien reçu par toute la famille, Dimanche il a diné chez la bonne maman [Mme Vincent, la grand mère d’Adèle Suchet née Arnaud] et jeudi il dine chez Barbet avec la famille réunie et aussi quelques étrangers, à mon particulier j’ai été satisfaite de le voir venir, sa présence ici ferra bon effet et le public est tout prêt à pardonner des tords lorsque sa famille paraît les avoir oubliés, il faut penser que Clémence a dix sept ans et jusqu’à vingt les années semblent n’avoir pas douze mois ;  je désire bien que ce pauvre garçon parvienne bientôt à se libérer tout à fait, cela faciliterait l’établissement de sa fille. Bref, il faut que cela finisse et il faut espérer qu’il cessera de vivre de chimères et renoncera si il m’en croit à tout projet de fortune »[11]. Catherine reste inquiète pour sa nièce, qui n’arrête pas de se plaindre de sa santé. « Ce cher homme [elle parle de son neveu Suchet] a été je crois satisfait de l’accueil qu’il a reçu de la famille ; sa femme les premiers jours paraissait aussi le voir avec plaisir, mais depuis deux jours elle a pris un redoublement de vapeurs et ne quitte pas sa chambre  hier il y avait un dîner pour eux chez Mr Lemarchant  elle n’a pas voulu y aller ; son père est bien chagrin et fait pitié ;  sa pauvre fille comme vous pensé est loin d’être heureuse tout ceci je vous prie entre nous » Mais Catherine se demande si les problèmes d’Adèle sont juste des excuses pour organiser un voyage à Paris pour se faire soigner : «  à vous dire vraie comme la chère cousine parle de consulter je crois qu’elle a envie de faire un petit tour à Paris ; »[12]

Trois ans plus tard, Mme Suchet n’est pas remise des suites morales de cette faillite familiale ; et l’on redoute, autour d’elle, que cela n’ait de graves conséquences sur l’établissement de sa fille : « « Marie [la fille de Victoire Barbet] allait visiter Mme Suchet qui déjà est retombée dans tous ses malaises et recommences les doléances accoutumées ; le chevalier emploie vainement toute la rhétorique et ses attentions pour la distraire.  Je présume fort que nous ne la verrons pas à diner aujourd’hui, et peut-être ne viendra-t-elle pas non plus mercredi à Bapaume où la famille doit être réunie ? C’est une situation bien affligeante, et qui ne contribuera pas à accélérer l’établissement de Clémence : nous verrons si paris cette fois portera plus de bonheur à la mère & à la fille ; elles y doivent passer, ditons tout l’hiver »[13].

Le patrimoine est formé de bien davantage que des domaines, des meubles, et des propriétés qu’on loue. C’est aussi un lien entre les générations qui apporte plus que de l’argent. Les biens matériels et immatériels ne se séparent pas, surtout dans un système où l’honneur compte pour beaucoup. Dès qu’une discussion d’argent commence, le mot « honneur » rentre en jeu. Un homme « honorable » ne fait pas ceci, et ne mérite pas d’être accusé de tels torts. Un homme qui fait des torts, qui perd la confiance, perd l’honneur, et cela ne touche pas seulement lui et toute la famille qui doit se réunir pour se protéger.

Continuer ici, puis enchaîner sur le sacrifice « consenti » par les mères :

Les mères de Pierre et Antoine vont vivre douloureusement les sacrifices qui leur sont demandés, en termes de baisse de leur niveau de vie et de changements de perspectives. Elles deviennent toutes deux des « rentières » de leur propre fils et perdent ainsi accès à la possibilité de léguer un patrimoine à leur descendance. Le plus difficile pour elle réside dans la découverte subite, indignée ou chagrinée selon les tempéraments de chacune, du caractère « musclé » de la reprise en main du patrimoine par leur fils. Un renversement de hiérarchie s’opère, qui place le fils en position de chef de famille : ce n’est pas aussi facilement accepté par les mères qu’on pourrait le croire. Pourtant, le sacrifice doit faire partie du paysage moral et sentimental car tant Marguerite qu’Antoinette consentiront à se voir retirer l’essentiel de leur patrimoine, et garderont à leur fils toute leur affection. Le patrimoine est une question sensible qui entraîne des reconfigurations matérielles et morales ; pourtant, les conflits qu’il engendre n’ont pas amené les mères et les fils à rompre leurs relations. Fatalité du sacrifice maternel ou prédominance absolue du sentiment sur les considérations patrimoniales ?

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 15 mars 1817. Il se trouvera que ces diamants reviendront finalement à l’épouse ; il en est question dans une lettre de Catherine, datée du 20 décembre 1820 : « il paraît que les diamants suffiront pour lui rendre enfin la liberté, c’est déjà quelque chose ».

[2] AML 84 II 13, Pierre-Marie Arnaud-Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 1 avril 1817. (Lettre mal classée avec les lettres de Catherine Arnaud-Tizon.)

[3] AML 84 II 13, Pierre Marie Arnaudtizon à Pierre Vitet, Rouen le 17 juin 1817.

[4] AML 84 II 13, Pierre Marie Arnaudtizon à Pierre Vitet, Rouen le 17 juin 1817.

[5] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 14 mars 1818.

[6] AML 84 II 13 Pierre-Marie Arnaud-Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 28 mai 1818.

[7] AML 84 II 13, Pierre Marie Arnaudtizon à Pierre Vitet, Rouen le 28 mai 1818.

[8] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 2 décembre 1818.

[9] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet, Rouen le 1 février 1819.

[10] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 20 décembre 1820.

[11] AML 84 II 13 Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet Rouen, 20 février [1821].

[12] AML 84 II 13 Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet Rouen, 26 février 1821.

[13] AML 84 II 15, Pierre Vitet à Amélie Vitet, attachée à une lettre de Ludovic Vitet adressée à sa mère, Rouen le 22 septembre 1823.


[dzd1]Il avait qu’une fille. Donc il doit être en train de parler de sa fille, son mari, et leurs deux enfants.

[av2]Retrouver la lettre aux archives de Lyon.

Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (7/8)

la ruine ou les solidarités ultimes

Les Suchet et les Arnaud-Tizon se connaissent de longue date. Le maréchal Suchet, fils d’un fabriquant de drap lyonnais, travaille avec eux à la municipalité de Lyon pendant la Révolution. Que son petit frère se marie avec la nièce de Claude Arnaud-Tizon n’est pas étonnant. Sous l’Empire, quand Suchet monte dans sa carrière militaire, il aide son frère à être placé dans des postes importants et bien rémunérés. Les Vitet et les Arnaud-Tizon sont bien contents de profiter de leur connaissance avec ce grand personnage de l’Empire et ils assistent à des soirées brillantes chez son frère devenu cousin par alliance. Mais tout va couler d’une manière spectaculaire. Quand le frère cadet commence à se rendre compte que ses finances ne vont plus, sa première démarche est de convaincre son frère d’acheter le château qu’il ne peut plus garder. Mais, comme nous allons voir, ce n’est pas suffisant et ses problèmes vont toucher toute la famille. En mars 1816, la mère d’Amélie, sans savoir jusqu’où vont les problèmes de son neveu par alliance, exprime son espoir qu’il va changer sa manière de vivre et donc éviter des problèmes de couple.

« Ce que vous me dites sur l’affaire de St. Just me fait grand plaisir ; cela en fait aussi à mon frère et ma sœur ; cette dernière m’a dit que le maréchal payait pour St. Just et les bois trois cents soixante et douze mille francs et je pense que les meuble sont compris,  voilà notre parent débarrassé d’une propriété qui ne convenait plus à sa position et qui entre nous ne lui avait jamais convenu   dieu veuille qu’il prenne une autre genre de vie pour sa santé et pour sa bourse;  je vous avoue que m’étant mêlée un peu de son mariage j’éprouve bien du chagrin de tout cela et j’ai toujours peur que cela ne finisse par de la mésintelligence entre le mari et la femme ce qui serait le pis de tout »[1]

Un an plus tard, en mars 1817, la famille sait mieux dans quel état sont ses finances, et c’est bien pire que Catherine ne le pensait. Dans une lettre à Pierre, elle explique que son mari essaye de convaincre son frère de   « faire des sacrifices pour venir au secours de son gendre, [mais] il est dans la ferme résolution de conserver intacte sa fortune à sa fille et à ses petits enfants. Il ne veut grever ses propriétés et il n’a dans son commerce qu’une somme qui serait loin de pouvoir faire face au déficit, et qui d’ailleurs n’est pas disponible ; au reste l’état que Mr Suchet a envoyé de sa situation n’est pas fait pour donner l’envie de le secourir ; on voit 400 000 F et plus de dettes et bien peu de choses réelles pour les couvrir ; comment ce pauvre homme a-t-il pu s’aveugler à ce point ? dans quel chagrin il plonge toute sa famille ; j’ai un poids sur le cœur qui y restera longtemps ; j’ai contribué à ce fatal mariage ;  mon frère ne veut pas aller à Paris et il exige de sa fille qu’elle reste auprès de lui avec tous ses enfants . »[2] Elle se sent coupable parce qu’elle a encouragé sa nièce à se marier avec cet homme et elle s’inquiète parce que son beau-frère refuse d’aider son gendre.

Les pères, frères, beaux-frères, et cousins sont tous impliqués dans un projet qui a le but de sauver l’honneur pour la famille et les générations suivantes. Toute la famille envoie des lettres avec une rapidité impressionnante pour une période où tout va plus lentement qu’aujourd’hui. Le lendemain Catherine écrit une autre longue lettre à Pierre plus pour exprimer ses sentiments que pour lui donner des informations. On sent combien l’argent est au fondement de leur conception du bonheur.

« On fait espérer que ses ressources [de son neveu Suchet] couvrent en partie la dette ; je n’y crois pas et je vois tout perdu pour l’honneur ; notre avis dans cette fatale position est conforme à celui du brave ami de Mme Suchet, Mr Aubernon et à celui du Maréchal qui se conduit en bon frère et en homme d’honneur ;  il voit sa belle sœur et ses enfants et veut mettre son frère hors d’état de les ruiner ; ayant un peu contribué à la réussite de ce fatal mariage je ne peux vous peindre tout mon chagrin ; mon frère n’est pas encore instruit de ce fatal évènement, une lettre du Maréchal qu’on annonce doit l’en instruire, je frémis quand je pense à la secousse terrible que cela va lui donner ; non mon ami vous ne pouvez vous faire une idée de notre position ; que nous aurions besoin de n’être pas si isolés dans cette circonstance et cependant comment faire ? vous êtes utile à Paris, que ce malheur me console de la perte de ma pauvre sœur [3]; je bénis la providence qui l’a enlevée à temps pour lui éviter le plus violent de tous les chagrins. Je vous assure mon cher ami que la vie est bien remplie d’amertumes pensant que tous mes enfants sont heureux je la quitterais sans peine, mais le chagrin m’égare et je fais affront à leur tendresse. »[4]

Adèle, épouse de Gabriel, à propos de la ruine dans laquelle son mari les a enfoncés, écrit à Pierre Vitet pour lui demander ses conseils : « C’est à vous que j’écris mon cher et bien aimé cousin, votre ancienne amitié me fait un devoir de vous exposer bien franchement tous les motifs qui guident ma conduite dans un moment si difficile ; partagée entre des intérêts aussi chers que ceux de mes enfants et ceux de mon mari, mon pauvre cœur est déchiré par mille peines auxquelles ma faible santé a bien de la peine à résister ; un devoir plus sacré et le premier de tous est de conserver la vie à mon père, que les mortelles secousses ont prodigieusement changé, je suis entièrement persuadée qu’il ne résisterait pas aux inquiétudes que lui conserverait l’engagement d’une partie de son bien, inquiétudes qui ne sont fondées que sur sa tendresse extrême pour ses enfants, et sur le peu de confiance qu’il a dans le caractère de mon malheureux mari,  son désastre  n’étant point l’effet d’évènements inattendus, mais une suite d’imprudences commises par son extrême confiance dans le succès d’opérations douteuses et dont il ne doutait jamais. » Elle doit prendre une décision difficile. Si, comme dit son père, son mari ne mérite pas la confiance, il faut qu’elle se sépare de lui.  Elle demande à Pierre d’être son interlocuteur avec son mari, de lui dire qu’elle se sent obligée de suivre les conseils qu’elle reçoit de parttout : « D’après l’avis de toute la famille et de gens instruits dans les lois, j’ai pris la résolution de me séparer de bien, je ne le veux que parce que je le dois, dites lui cela mon cher cousin et continuez auprès de lui le rôle que vous avez si généreusement pris d’adoucir sa triste situation de tout votre pouvoir en le consolant, et surveillez sa santé qui me donne plus d’inquiétude qu’il ne le pense, dites lui combien je suis occupée de lui, mais je le suis sans faiblesse et quand la force me manque je pense à ses enfants et je la retrouve ! au nom de Dieu mon cher cousin dites à nos amis qu’ils n’insistent plus sur le voyage de Paris, mon père ne le supporterait pas, je ne veux pas le voir mourir ; songez à toute l’horreur de ma situation si ce dernier malheur m’était réservé, moi la plus infortunée, la plus malheureuse des femmes réduite à me féliciter de la mort de ma mère qu’un pareil malheur aurait toujours précipitée au tombeau, et qui nous aurait laissé à jamais de déplorables regrets sur la cause de sa mort. (…) J’ai écris au Maréchal, mon père lui a écrit aujourd’hui, je lui demande de secourir son frère, de sauver son nom, le fera-t-il, ah mon cher cousin, se laissera-t-il porter coup aux brillantes espérances que lui-même peut avoir. (…)

(PS) : Je ne puis vous dire les marques d’amitié et de tendresse maternelle que j’ai reçues de votre bonne mère,  hélas elle est la mienne maintenant je l’ai toujours aimée de cette façon [dzd1] je retrouve de la force auprès de mon bon oncle et de ma chère tante ; mais mon malheur leur fait bien du mal. »[5]

Elle vient de perdre sa mère, et elle a peur que son père et son mari ne puissent suivre [av2] à cause de leurs inquiétudes. Elle se sent perdue et elle cherche le soutien de toute sa famille : « La Dernière lettre que vous m’écrivez mon cher Cousin me paraît dictée par cet esprit de sagesse que vous a toujours distingué,  les détails dans lesquels vous voulez bien entrer en m’évoquant vos conseils me prouvent tout l’intérêt que vous prenez à ma triste situation,  ….  une chose qui me surprend … c’est ce que vous m’apprenez au sujet des lettres que j’ai écrites à mon mari et qui ne lui sont pas parvenues ;  depuis sa première nouvelle de cet affreux désastre je lui ai écrit trois fois avec une modération dont peut être d’autres à ma place se seraient dispensées dans un premier moment d’indignation car j’ai été bien trompée mon cher cousin bien indignement ! mes lettres surtout les deux premières lui parlaient des consultations, mais la dernière qu’il a du recevoir avant-hier lui demandait formellement son consentement pour la séparation de bien, d’après le conseil d’un notaire éclairé de ce pays qui nous a dit qu’en pareil cas il ne fallait pas balancer au reste, cette résolution quoique bien arrêtée, peut s’exécuter plus tard et je ne voudrais pas en en reparlant nuire aux moyens d’arrangement que je souhaite si ardemment qu’il puisse obtenir de ses créanciers.  (…)

Adieu mon cher et bien aimé cousin  mille tendresses à ma chère Amélie ; dites à mon mari qu’il conserve du courage, et qu’il soit bien persuadé du profond chagrin que j’éprouve de ne pouvoir faire plus que je ne fais, mais je lui a déjà donné plus que je n’avais, et mon père ne veut pas voir ses pauvres petits enfants à la misère. »[6]

C’est encore pour les générations qui succèdent qu’on réfléchit, au moins c’est comme ca qu’on justifie des décisions qui peuvent être vu comme un simple réflex de garder à soi son argent.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 16 mars 1816.

[2] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet, Rouen le 2 mars 1817.

[3] Il s’agit d’Anne-Françoise Adélaïde, dont le mari pleure tant la perte (voir chapitre Aimer et se l’écrire), disparue subitement. Ils se sont mariés en 1779 à Rouen. Si elle avait 20 ans maximum au moment de son mariage, elle est décédée entre 56 et 58 ans.

[4] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 3 mars 1817.

[5] AML 84 II 13, Adèle Suchet née Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 7 mars 1817.

[6] AML 84 II 13, Adèle Suchet née Arnaud Tizon à Pierre Vitet, Rouen le 10 mars 1817.


[dzd1]Sa propre mère est morte juste avant que toute l’histoire de faillite commence.

[av2]Tu veux dire Survivre ?

Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (6/8)

les alliances incertaines : beaux-frères en partage[av1]

Le patrimoine joue un rôle important dans les relations familiales. Pour plusieurs raisons. Les héritages forcent parfois les descendants à partager des intérêts communs. Des tractations sont opérées au titre de la préférence familiale, qui mettent en péril les liens lorsque des intérêts divergents poussent les uns à vendre contre le gré des autres. C’est le cas notamment entre Antoine et son beau-frère Bertrand de Besson à propos de certaine part du pont Morand que le premier a vendue à sa sœur en 1797. Il la lui a vendue à des conditions qui mettent le mari, au moment du décès de sa femme, dans l’incapacité de revendre la part avant quatre ans. S’ensuivent des tractations, des tensions et finalement, une vraie brouille entre les beaux-frères à laquelle le jugement du tribunal ne mettra pas fin. Plus intéressant, du point de vue de la conjugalité, est le cas de la famille des Barbet, cousins de Pierre et Amélie. Il semble qu’il y ait, entre beaux-frères, une relation exceptionnelle qui rend leur coopération – mais aussi leur concurrence – tout à fait spécifique.

Entre la fin du Premier Empire et le début de la Restauration des Bourbons, c’est-à-dire entre 1813 et 1815, le commerce stagne et l’entreprise familiale des Arnaud-Tizon souffre de grandes pertes. Juste avant ce moment difficile, Jacques Barbet, qui était partenaire avec Ludovic AT dans une usine à Bapaume près de Rouen, a vendu sa part dans l’entreprise pour travailler avec ses propres frères dans le même domaine. Eux aussi connaissent des difficultés mais, en raison de la plus grande taille de leur entreprise, et de l’importance de leur capital, ils évitent la faillite. Par contre, l’entreprise Arnaud-Tizon père et fils (Claude et Ludovic) fait de si grandes pertes qu’ils n’échappent pas, finalement, à la ruine totale. L’entreprise finit par fermer les portes dans les années 1840.

Entre temps, les parents d’Amélie, qui viennent tous deux de familles avec de fortes ressources, et qui ont réussi à bien établir leurs quatre enfants en offrant d’importantes dots à chacun, se trouvent presque sans le sou pour vivre au moment de leur vieillesse.  Ils s’installent pendant un moment chez Pierre et Amélie, et puis définitivement chez Victoire et Jacques Barbet, qui devient Barbet de Jouy grâce au domaine qu’il achète et lui donne droit à un nom à particule. Les dernières lettres que nous avons des parents d’Amélie viennent de Jouy. Tous ces problèmes d’argent en causent d’autres, surtout entre Jacques Barbet et ses beaux-frères Ludovic Arnaud-Tizon et Pierre Vitet. L’histoire est assez compliquée ; les détails ne nous intéressent pas en eux-mêmes mais pour ce qu’ils montrent des relations monétaires entre les membres de ces familles.

Pendant presque vingt ans Pierre Vitet et Jacques Barbet ont été très proches. Ils se tutoient et ils se sentent assez à l’aise ensemble pour plaisanter et risquer, dans leurs échanges épistolaires, des remarques un peu osées. Ainsi, Barbet parle-t-il de son amour pour sa belle-sœur Amélie, la femme de Pierre, d’une manière qui n’est pas tout à fait innocente : il recourt à des expressions qui suggèrent des relations ambiguës, et manifestent l’ambivalence qui peut s’établir parfois entre les membres d’une même famille, créant des situations limites. Le cas de Barbet ne laisse aucun doute sur ce plan : « il m’arrive presque toujours, écrit-il à Pierre, de prononcer le nom d’Amélie en m’adressant à ma femme qui ne fait qu’en rire et je te prie mon ami d’en faire autant car je t’en fais l’aveu j’aime beaucoup ton aimable femme et rien ne me fera changer ainsi prends ton parti en brave. »[1] Leur proximité est telle que Barbet n’hésite pas à raconter à Pierre ses conquêtes amoureuses ou plutôt, libertines. Ainsi, se vante-t-il d’avoir fréquenté de la manière la plus intime qui soit Mlle Mars : « Mais tout ce que je vous dis . . . n’est rien en comparaison de ce que je vais vous annoncer. Il n’y aura qu’Amélie qui n’en sera pas étonnée. Elle est bien pénétrée de ma Galanterie mais cela doit vous être encore plus agréable qu’à elle . . .

Vous savez mes bons amis quel hommage j’ai rendu à Mademoiselle Mars pendant mon séjour à Paris que pour lui plaire et me faire remarquer de cette charmante actrice on m’a vu visiter assez souvent les 1eres, secondes et même troisièmes loges des français où par parenthèse . . . M Le Brun et moi nous nous sommes fait une affaire avec le suisse du Théâtre en forçant la consigne qui lui défendait de laisser entrer de jolis garçons.

Ayant remarqué tout ce que je faisais pour lui plaire et y paraissant fort sensible elle vient de se rendre secrètement à Rouen et ce soir j’ai un entrevue avec elle.  Je compte sur la discrétion de mon cher Vitet ; tu juges de l’importance du secret que je te confie. Cette charmante compatriote (car tu sauras qu’elle est de Rouen) ayant remarqué l’impression qu’elle me faisait dans le Misanthrope et les fausses confidences doit débuter dans ses rôles comme moyens de séduction dans la soirée d’aujourd’hui. (C’est donc à moi seul qu’on doit le plaisir de posséder MM en cette ville et c’est bien prouvé.) »[2]

Tout change tout à coup en avril 1825. D’abord, Jacques propose que Pierre fasse quelque chose pour aider leur beau-père commun : « nous devons au moins faire pour nos parents un arrangement définitif qui leur assure une position indépendante et nous évite à nos enfants de nouvelles discussions. »[3] Quelques jours plus tard, Jacques envoie une autre lettre à Pierre dans laquelle il exprime sa colère, inspirée par quelque chose que Pierre lui a écrit ; il annonce qu’il veut rompre ses relations avec lui et que cette décision s’applique non seulement à lui-même mais aussi à sa femme et leurs enfants : « Monsieur, s’il était un moyen de me faire oublier la lettre outrageante que vous m’avez adressée le 22 courant c’était certainement de m’écrire deux jours après celle que je viens de recevoir, je dois les conserver toutes deux, Monsieur, elles me rappelleront sans cesse avec quelle facilité vous avez rompu des liens d’amitié non interrompus de dix huit années, elles serviront je l’espère d’expérience à mes enfants, ils apprécieront les motifs de ma rupture avec vous et avec une famille qui n’est pas étrangère à une conduite que je devais être si éloigné d’attendre de votre part (…).

On n’est pas arrivé jusqu’à votre âge, Monsieur, sans être bien persuadé des conséquences des nouvelles injures que vous m’adressez. Votre caractère réfléchi me persuade moi même que vous l’avez fait avec l’intention marquée de rompre avec moi, vous serez donc satisfait et voudrez bien vous dispenser de vous rendre Mercredi chez moi car je n’y serai jamais pour vous ni les vôtres, et ma femme et mes enfants me feraient croire à peu d’affection de leur part s’ils ne partageaient pas mes sentiments pour vous et votre famille. »

Qu’est ce qui peut amener des amis si proches à rompre leurs relations si abruptement ? Une histoire d’argent, évidemment. En 1816, quand le moment de marier Adèle est venu, les parents se sentent obligé de fournir une dot de la même taille que elles de ses sœurs et de son frère : 60 000 francs. Mais après les pertes survenues depuis 1813, ils ne leur reste pas assez en liquide pour le faire. Alors Jacques Barbet, leur beau-fils, leur a prêté de l’argent. Seulement leur fils, Ludovic, est au courant de ces arrangements. Quand Claude laisse l’entreprise à son fils pour prendre sa retraite, Ludovic promet de rembourser Barbet, et de payer une rente annuelle de 6 900 francs à son père.  Ludovic Arnaud-Tizon va travailler jour et nuit pendant des années, sans pouvoir faire de grands profit ; au bout d’un certain nombre d’année, Jacques Barbet s’impatiente.

Ils ont fait tout cela sans rien dire à Amélie et Pierre qui, quand ils apprennent une partie des détails quelques années plus tard, pensent que c’est Ludovic qui s’est accaparé l’argent de son père. Ludovic est obligé de se défendre, ce qu’il fait dans une lettre adressée à Pierre: « ma dernière entrevue avec ta femme m’a laissé de cruelles réflexions, j’étais loin de penser que dans ma famille, un seul de ses membres put s’imaginer que j’avais profité des débris de la fortune de mon père ; moi qui trouvais au fond de mon cœur la conviction d’avoir fait, et de faire encore ce qui lui a doit d’attendre d’un bon fils[av2] . Depuis 1814 la position de nos affaires a été de plus en plus fâcheuse par suite de la perte consécutive sur les marchandises ; et lorsque nous avons conté notre dépôt à Barbet, la nécessité seule a commandé cette démarche dont nos intérêts devaient avoir tant à souffrir, mais aucun sacrifice ne m’a coûté pour l’honneur de notre nom et de la famille. Sache donc et cela je te prie entre nous seuls… qu’à cette époque nous avions un déficit de près de cent mille francs dans nos affaires,  responsabilité effrayante qui pesait sur moi seul puisque par suite de la dot de ses enfants, de la dépense de la maison, et de la perte sur la marchandise, mon père se trouvait sans le moindre fonds. Je n’ai pas voulu pour cela séparer nos intérêts, j’ai laissé à mon père moitié des bénéfices, mettant mon espoir dans mon courage et mon activité.  J’ai travaillé à la sueur de mon front pendant bien des années, sans en recueillir le moindre fruit, puisque la commission de Barbet, les intérêts, les levées de mon père et les miennes laissaient à peine quelque mille francs par an pour nous remettre au niveau ;  nous vous cachions une si désastreuse position pour vous éviter le chagrin, et dans l’espoir de la voir s’améliorer ce qui effectivement se réalisait petit à petit. »[4]

Peu après, en mars 1825, les trois beaux-frères se mettent d’accord pour que Ludovic cède à Barbet sa part d’un héritage qu’il partage avec ses trois sœurs d’un domaine à Francheville, près de Lyon, qui appartient à une tante Arnaud-Tizon. Cela  doit résoudre le problème de la dot d’Adèle, mais ce n’est pas suffisant car la lettre de Barbet où il annonce qu’il veut rompre ses relations avec Pierre date de deux mois plus tard[av3] . Il défend l’honneur de Ludovic et donne plus de détails sur les problèmes chez les Arnaud-Tizon : « Je dois saisir cette occasion de ne pas passer sous silence le prétexte que vous paraissez vouloir prendre pour retirer votre famille à Notre beau frère Ludovic.  Il est tout à fait étranger à ce que j’ai pu vous dire ou vous écrire.  Je ne me permettrai pas de vous donner des conseils, Monsieur, mais je vous engagerai d’en agir avec plus de délicatesse envers le frère de votre femme qui mérite honorablement un nom généralement respecté et qui mérite l’estime des honnêtes gens,  il devra se consoler de ne pas avoir la votre si vous persistez à la lui refuser …. Maintenant j’arrive aux renseignements que vous désirez en commençant par mon association avec la Maison C. de Arnaudtizon dont mon beau père était le Chef…   nous joignions la fabrication des Indiennes qui avais lieu dans un Etablissement situé à Bapaume qui était ma propriété » Malgré leurs efforts   « pour résister aux crises qui se succédaient vers cette époque désastreuse de la Guerre de Russie » il ne parviennent pas a faire des bénéfices » à cause de la crise engendrée par la fin de l’Empire : « arriva les Cent Jours, et enfin la second Invasion (sic) plus terrible que la première, leur manufacture d’après ce qu’ils me disaient encore récemment, resta fermée pendant un ans,  (…) se trouver dans la cruelle nécessité de tenir un ménage si considérable par la quantité de personnes que les circonstances avaient placées dans la maison qu’il entraina à dépenser de 19 à 20,000 F dans l’année. La rareté de l’argent était telle à cette époque les pertes de la maison étaient si sensibles que notre belle mère vendait des cafetières d’argent pour y subvenir. »[av4] (… )

Voila les faits Monsieur, je peux me tromper dans une affaire que ne m’était pas personnelle mes intérêts ayant été étrangers à ceux de Mrs Arnaudtizon depuis le mois de juillet 1813. J’aime à croire qu’ils ne trouveront pas déplacés des renseignements de ma part qu’il n’appartenait peut être qu’à eux de vous donner. Sans doute vous les verrez et apprendrez de mon respectable beau père qu’il n’y pas de (illisible) à un commerçant qui à doté trois de ces enfants de 60,000F d’en promettre autant au dernier qu’il établit. Le but de ses efforts dans son commerce était de parvenir à payer sa dernière fille, mais pourquoi vouloir  justifier mon beau père qui n’en a pas besoin ? Peut-être avez-vous reconnu vos torts particuliers à son égard ? Je la désire pour votre conscience Monsieur et pour que vous ne compromettiez pas vous même l’amour le respect que vous devez attendre de vos enfants.

Je suis votre serviteur, Barbet de Jouy »[5]

Ces[av5] difficultés ne vont pas durer très longtemps.  Déjà, le 30 juin, Pierre écrit à son beau-père Claude et décrit sa réconciliation avec Barbet. Cela « s’est passé chez Madame Suchet (la cousine mariée au frère du maréchal), . . . entre Amélie et notre frère. Hier Madame Barbet (Victoire, la sœur d’Amélie) est venue me souhaiter ma fête et nous a fait promettre d’aller à Jouy samedi avec notre cousine. »[6] Donc on a vite résolu les gros problèmes, mais Pierre et Barbet n’ont pas repris leur ancienne amitié car on ne trouve plus de traces d’une correspondance entre eux. Par contre, Ludovic Arnaud-Tizon, et sa femme Amélie, sont souvent en contact avec Pierre. Claude et Catherine s’installent chez Pierre et Amélie entre 1820 et 1825, et puis s’installent à Jouy, la propriété de leur gendre Barbet de Jouy. « Mme votre mère est donc tout à fait habitante de Jouy, elle fait fort bien puisqu’elle trouve que ce séjour est plus favorable à sa santé que l’air de Paris »[7] ?

A suivre….

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 09 Jacques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 7 février 1813.

[2] AML  84 II 09, lettre deJacques Barbet à Pierre Vitet, 8 juillet 1812.

[3] AML 84 II 09, lettre de Jacques Barbet à Pierre Vitet, 21 avril 1824.

[4] Ludovic Arnaud-Tizon à Pierre Vitet, Bapuame le 3 février 1825.

[5] AML 84 II 09 Jacques Barbet de Jouy à Pierre Vitet, Jouy le 25 Avril 1825.

[6] AML 84 II 08, journal de correspondance de Pierre Vitet, 30 juil 1825 au papa Arnaud-Tizon.

[7] AML 84 II 11  Mme Hochet (ancienne voisine des Vitets) à Amélie Vitet, Angers, le 20 janvier 1827.


[av1]Faut-il faire cette partie ? OUI, pour évoquer les rapports entre Barbet et Vitet au moment de leur conflit patrimonial. Cela rallongera le chapitre, mais tant pis.

Je prends donc la liberté d’aller chercher ces paragraphes dans le chapitre où ils étaient jusqu’à maintenant, celui des corps et des choses. Tu me diras ce que tu en penses.

Je crois que ca marche bien. J’ai essayé de finir la section. Tu me diras si ca marche…

[av2]??

[av3]Je ne comprends pas : pourquoi est-il fâché avec Pierre ??? et pas avec Ludovic qui lui doit de l’argent ?

[av4]??

[av5]Il faut expliquer, ici, ce qui est décrit dans la lettre car le lecteur ne va pas prendre le temps ni la peine de le faire.

Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (5/8)

Marguerite se laisse convaincre. Pierre et Amélie rentrent ; et quelques jours après, la mère signe un document, devant le notaire, abandonnant sa part de la maison de la rue des Bouchers[1] à son fils. En échant, Pierre garantit à sa mère 270 francs de rente viagère, et le double à son oncle Chazette. Le document est signé le 16 octobre 1810. Une semaine plus tard, elle est à Lyon. Elle est donc partie presqu’immédiatement après le rendez vous chez le notaire.

6 ans plus tard, elle réalise la portée de son acte. Elle s’en émeut auprès de Pierre. Elle ne comprend pas l’attitude qu’il a eue. Elle ne comprend pas qu’il n’ait pas respecté le souhait qu’elle avait alors exprimé. A savoir,  que sa sœur et ses enfants puissent bénéficier de cette maison, au cas où Pierre décèderait sans descendance : « je n’entendais pas frustrer ma sœur et ses enfant de mon bien, si tu venais à mourir sans laisser d’enfant, je sentais que je portais un coup cruel à un bon père par une telle prévoyance. »[2]

Consciente d’avoir été maladroite, elle a pourtant le sentiment d’avoir elle-même été flouée ; et de l’avoir été par l’effet conjoint de la malignité de son fils et de son propre trouble au moment de quitter sa famille pour rejoindre Lyon.

Il est étonnant qu’elle ne prenne conscience de la gravité de cet acte que six ans après sa signature ; peut-être ne s’agit-il pas de ce départ-là de Paris, celui de 1811, mais tout laisse penser le contraire ; car les termes qu’elle emploie pour décrire l’état dans lequel elle est partie, la lettre de Pierre lorsqu’elle lui apprend qu’elle s’apprête à prendre la route de Lyon, son retour précipité, tout laisse penser qu’il s’agit de cette époque là. Voici la[dzd1] lettre :

« Bon fils, écrit-elle en 1816, je n’ai pas cessé depuis mon retour de Paris de me livrer à une juste inquiétude ; les différents évènements qui ont bouleversé la France auraient dû me faire mourir de regrets, si dieu n’eut voulu par sa bonté me conserver la vie.

Je viens donc avec la juste confiance que tu dois mériter te rappeler que l’acte que tu me fis signer fut fait dans un moment peu convenable pour un engagement sans doute important mais je n’étais pas à moi, absorbée par la crainte de faire de la peine à mes enfants en les quittant et de passer pour ingrate, mon peu de lumière et d’expérience des affaires, auraient dû au moins me faire réfléchir autant de bien connaitre l’engagement, je ne sais pas comment il est conçu, j’étais suffoqué par la peine de vous quitter et je n’avais que ce moment cependant je te dis en revenant de chez le notaire que je n’entendais pas frustrer ma sœur et ses enfants de mon bien, si tu venais à mourir sans laisser d’enfant, je sentais que je portais un coup cruel à un bon père par une telle prévoyance ; tu y répondis car je n’entendis que balbutier, j’aurais dû retarder mon départ et faire un sacrifice, mais tu voulais repartir pour Rouen ; je ne cherchais donc qu’à me distraire, et à me persuader que je te reverrais à Lyon, combien de fois me suis-je reproché de ne t’avoir pas conseillé d’y venir lorsque tes affaires t’y appelaient ; ma sincérité sur ce que tu ne pouvais vendre alors en fut causée 1)

Je te prie donc, et par justice, et par amitié pour ta mère de revoir cet article et de réparer ce qui est au préjudice de ma sœur.

Il est inutile de vouloir te persuader que jamais ni elle ni les siens n’ont agi, ou dit une parole qui put me marquer de l’intérêt[av2] . C’est néanmoins la vérité, et cela me les rend bien plus chers, j’aime par-dessus tout mon fils et mon petit fils, et à Dieu ne plaise que je voulus vous prendre rien de ce que vous devez avoir de moi.

Mais, on ne voit que trop souvent des jeunes gens être victimes de mille accidents ou maladies, voilà ma volonté, je n’ai pas même le loisir de mettre de l’ordre dans mes idées, ni de te marquer ce que je voudrais ajouter à l’acte qu’il convient de faire en détruisant l’autre ; je n’ai communiqué mon dessein à qui que ce soit ici, ni m’ettarer ( ??) [dzd3] dans ce que je voudrais te faire sentir, je te demande le secret a l’égard de ta femme et de mon Ludovic, comme je [le] garde moi-même

Adieu je n’ai que l’instant de faire partir mon paquet, car c’est aux Cordeliers. Je suis et serai toujours ta tendre mère. »[3]

Ces deux lettres, écrites à plus de cinq ans d’écart, montrent un côté inattendu de cette relation entre la mère et le fils.  Il est révélateur que Marguerite veuille garder le secret à l’égard de sa belle-fille et de son petit-fils sur sa volonté de changer le document de 1810. Elle ne leur fait pas confiance, en tout cas elle ne fait pas confiance à Amélie (et souhaite sans doute ne pas mêler Ludovic à cela) ; et elle se sent impuissante envers lui.

Nous savons que Pierre et son père l’ont un peu abandonnée à Lyon depuis leur exil en Suisse entre 1793 et 1794. Pierre a toujours été très proche de son père ; il ne l’a jamais quitté depuis 1793 jusqu’à sa mort en 1809. Une fois mariés, on se souvient qu’Amélie et Pierre s’installent avec lui dans l’appartement qu’il leur a offert au moment de leur mariage.

Il faut attendre plusieurs années pour que Marguerite se décide à se rendre à Paris, apparemment pour la première fois de sa vie ; elle a compris, sans doute, que c’est la seule manière pour elle de revoir son époux, son fils, sa belle fille et son petit-fils  puisque ceux-ci ne veulent ou ne peuvent pas faire le voyage jusqu’à Lyon. Les 150 lettres de Marguerite que nous possédons sont remplies d’affection ; elle répète sans cesse son désir de voir son fils et sa famille. Pierre, par contre, dans le peu de lettres qui ont été sauvegardées, se montre plutôt froid et distant avec sa mère. Son attachement émotionnel est visiblement plus fort pour son père, et la mort inattendue de celui-là a dû être un choc pour le fils.

Que s’est-il passé à ce moment-là ? La mort du père place-t-elle immanquablement les fils dans une position d’héritiers exclusifs ? Toujours est-il que Pierre agit, à l’instar d’Antoine, comme si toute la responsabilité du patrimoine familial, et tous ses fruits, devaient lui revenir. Cela implique, comme dans le cas d’Antoine, le sacrifice du bien être de sa mère. De fait, quelques jours seulement après la mort de Louis, Pierre convainc sa mère de renoncer tout bonnement à ses droits de succession. Il parvient même, un an plus tard, à s’accaparer le seul bien qui lui reste. On ne sait ce qui s’est passé ; Marguerite est encore à Paris à ce moment là ; depuis un an. Est-ce sous l’effet de cette prise de possession qu’elle estime injuste qu’elle décide de repartir à Lyon ? Est-ce seulement le fruit de la déception qu’elle éprouve à voir son fils sans arrêt en déplacement, la laissant seule à Paris avec sa bonne (Marion ?) ?  .

En effet, en 1810, Pierre fait le voyage jusqu’à Lyon alors que sa mère est chez lui à Paris ; l’ironie n’a pas dû échapper à Marguerite, qui l’a pendant de si longues années supplié de venir lui rendre visite. En rentrant de Lyon, il repart tout de suite pour Rouen, laissant sa mère seule dans l’appartement parisien. C’est alors qu’elle prend la décision de retourner à Lyon, où sa sœur et beaucoup d’autres parents l’attendent.

Est-ce qu’elle se sent tellement abusée par son fils, qu’il lui faut cinq ans pour trouver le courage de lui en parler ? Est-ce que c’est sa sœur ou un autre membre de sa famille qui lui a dit que la vente de sa maison pouvait la priver de tout accès à cet héritage si Pierre venait à mourir sans descendance ? On ne peut pas savoir. Mais on sait que cette femme qui a tellement souffert pendant sa vie, qui a vu mourir neuf de ses dix enfants, et qui a été a peu près abandonnée par son mari à cause de ses opinions politiques et religieuses, passe ses dernières années en pensant que son fils lui a fait un mauvais coup de plus. Malgré cela, elle n’arrête jamais de lui envoyer ses expressions tendres et pleines d’amour. Marguerite, comme la mère d’Antoine, montre une grande capacité à souffrir et à tout sacrifier pour ses enfants et ses petits-enfants. Les fils par contre semblent inconscients des souffrances de leurs mères. Ils cherchent à vivre comme ils veulent, sortant tous les soirs et profitant de la sociabilité et la vie mondaine autour d’eux. [av4] Si leurs mères se trouvent dans une situation matérielle amoindrie, les obligeant à vivre bien en-dessous du niveau de vie antérieur au décès de leur mari, ils ne le remarquent pas.  Ils ont une vue sur le futur, peut-être, et sont prêts à tout faire,  y-compris des torts envers l’être qui leur a donné la vie, pour préparer le chemin aux générations à venir.

Ce n’est pas dire que Pierre ne fait rien pour sa mère. Comme Antoine, il écrit souvent, normalement toutes les deux semaines quand un certain Peuch qui fait presque sans arrêt le voyage entre Lyon et Paris retourne à Lyon. Il lui envoie un portrait de son fils, Ludovic, alors âgé de 10 ans, et qu’elle apprécie : « je me suis empressée  d’annoncer au papa Arnautizon la bonne venue de son cher petit-fils, il est venu lui faire sa visite d’amitié, et j’ai reçu ces compliments de bon cœur, ensuite lui et moi nous sommes permis une critiqueégère et sans frais sur des très petits défauts, c’est un peu de gravité trop de foncé dans le visage, et les cheveux un peu trop blonds tout en remarquant ces riens, je conviens que la longueur des séances pouvait l’ennuyer, son bon papa attribue au défaut d’a(illegible) la grossesse de sa figure mais il est fort bien posé et son air est très naturel et de lui son costume est parfaitement bien et au total c’est un très joli garçon  ma sœur et ses enfants en sont enchantées, et les petites cousines le trouvent charmant et redoublent d’envie de voir l’original  (…) je vais le placer en face du tableau de famille à la porte condamnée, il ne saurait être mieux, j’ôte pour lui ma sainte Geneviève et la mettrai dans mon alcôve. »[4] Sa manière de parler du portrait comme si c’était le personnage lui-même montre combien ça lui a fait plaisir. Elle fait des remerciements à Pierre pour un autre tableau, peut-être un de ses propres paysages, qu’il lui envoie en 1813. On ne peut pas dire que son fils l’a complètement négligée[av5] .

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Aujourd’hui rue Flandrin, près de la place des Terreaux. L’immeuble était situé au n°44. L’autre moitié de la propriété appartient à sa sœur, la veuve Morel.

[2] AML 84 II 11  Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, Lyon, le 16 février 1816.

[3] AML 84 II 11  Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet [Lyon] 19 février 1816.

[4] AML 84 II 11  Marguerite Vitet à Pierre Vitet, [Lyon] le 8 juin 1811.


[dzd1] To repond to the comment above : First, I don’t understand the idea of putting this letter near the one from Barbet. Second, I thought in your email that you said that I went too far in depicting Pierre as having un « appat du gain ». So I’m not sure what you are suggesting I do here. Or do you think I already did enough?

Je te dis, dans mon mail, que l’accusation d’avoir lésé sa mere doit être davantage démontrée. Et il me semble que son conflit avec Barbet pourrait être rappelé pour justifier ton jugement sur lui, si tu penses toujours qu’il a un tel appât du gain qu’il est prêt à se disputer avec ses proches. Pour ma part, j’ai l’intuition qu’il n’a pas forcément lésé sa mère avec son arrangement, mais plutôt sa tante. Mais sur ce point je te laisse trouver les éléments dans un sens ou dans l’autre.

[av2]Est-ce bien le terme ?  c’est le contraire, je pense. JE NE SAIS PAS. Mais tu n’as pas le cliché de la lettre alors ? Veux tu que j’aille vérifier ?  NON, JE N’AI PAS LE CLICHÉ. SI TU AS LE TEMPS, OU QUE TU ES AUX ARCHIVES DE TOUTE FACON, OUI. SINON, ON PEUT COUPER CETTE PARTIE. J’irai voir.

[dzd3]Qu’est ce que ca peut être ? EGARER ? mais le « m’ » est bizarre ici.

« Je n’ai communiqué… ni m’égarer » ne veut rien dire ; il faudrait « je n’ai communiqué… ni ne voudrait m’égarer ». So what ? comme elle écrit assez mal, on peut supposer qu’elle a oublié un mot ou mal construit sa phrase.

[av4]Je suis d’accord sur l’idée générale. Par contre, on ne peut pas leur reprocher de sortir tous les soirs, cela n’a pas grand-chose à voir avec leur attitude vis-à-vis de leur mère. Je dirais plutôt qu’Antoine et Pierre se montrent insensibles à la situation matérielle et symbolique de leur mère, convaincus de toute façon d’être mieux placés qu’elles pour faire profiter le patrimoine commun et le transmettre augmenté à la descendance. Les hommes s’accaparent les biens des femmes et de leur mère d’une manière qui n’est légale que dans les formes. Le procès pour Antoine, l’acte notarié pour Pierre. Mais on voit bien qu’elles se retrouvent dans une situation à laquelle leurs droits d’héritières ne les préparaient pas : Antoinette aurait dû vivre plus confortablement des revenus de la richesse acquise du temps de J .A ; et Marguerite, héritière de son père, pouvait prétendre à un relatif confort.

CELA dit : sa préoccupation à elle est tout aussi patrimoniale que celle de Pierre. Sur la question de son confort, nous ne sommes pas certaines qu’elle y a perdu. Au fond, peut être valait-il mieux pour elle se faire payer une rente par son fils, et se voir dégagée des obligations viagères à l’égard de l’oncle ? As-tu pu comparer ses revenus avant et après la signature de cet acte ? est ce que pierre n’a pas fait valoir qu’elle y gagnerait, et n’y voyait il pas lui-même un moyen d’aider sa mère (au détriment de la sœur de marguerite pour laquelle il n’a pas de tendresse et en tout c as à laquelle il ne reconnaît pas de légitimité à hériter de cette partie de la maison paternelle).

[av5]Je ne comprends pas tellement le rapport que ça a avec le patrimoine. Par contre, ça peut venir à l’appui d’une thèse selon laquelle Pierre n’a pas voulu abuser sa mère : mais tu ne le dis pas.

  1.  ? []

Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (4/8)

Sacrifices maternels

Antoinette et Antoine : une inaltérable tendresse

Antoinette ressent comme un sacrifice le renoncement qu’elle a fait à la vente des Brotteaux. Le fait est qu’elle ne reçoit de son fils, à l’issue des arrangements consécutifs au procès, qu’une rente insuffisante pour pallier à ses besoins. Rappelons qu’elle vit avec sa « sœur » que visiblement, elle entretient complètement ; qu’elle emménage rapidement dans un appartement d’une grande tristesse qu’elle loue, rue Brocherie ; et qu’elle ne conçoit pas de se séparer de ses deux domestiques, une femme de chambre et une cuisinière[dzd1] . Lorsqu’elle fait le bilan de son emménagement, elle constate qu’elle ne pourra pas faire face aux dettes qu’elle a accumulées pour l’achat des « petits meubles indispensables » qu’il lui a fallu remplacer ; ni payer les provisions pour l’hiver. Sa rente s’élève à 1250 livres par trimestre. Elle est contrainte d’emprunter mais se plaint amèrement que son fils ne joue par le rôle de banquier : elle ne connaît personne à Grenoble, elle ne peut donc prendre à crédit ni, non plus, « rester redevable aux ouvriers » qu’elle emploie : sa « délicatesse » s’y oppose. En outre, il semble qu’Antoine tarde à lui envoyer ce qu’il lui doit, ce qui la met dans une colère froide. Antoinette connaît fort bien les affaires ; elle sait les sacrifices qu’elle a consentis et pourquoi. Elle connaît également les droits qu’il lui reste et continuera pendant longtemps de batailler avec Antoine sur ce sujet. Sa préoccupation principale est de maintenir la paix dans la famille ; entre elle et son fils mais aussi, par contrecoup, entre Antoine sa sœur et son beau frère qui sont venus tenter de « terminer des dissensions que [il rendait] interminables »[1]. Le bilan qu’elle fait des sacrifices consentis, en 1799, rend compte de leur étendue ainsi que de la conscience qu’elle en a. Ce seul extrait, dont on pardonnera la longueur en raison de son exceptionnelle densité, donne à voir une mère qui s’est volontairement séparée de tout objet de litige entre son fils et elle : « Jetons un voile sur le passé, n’ajoutez plus à mon chagrin, causé par d’affreux malheurs qui souvent encore m’accablent je vous ai pardonné. Je tâche d’oublier. Nulle puissance humaine n’aurait pu m’engager d’accepter un moindre revenu que celui dont je me suis contentée avec tant de peine, et qui n’est que suffisant pour vivre selon mon état. Il aurait dû être plus considérable sous tous les rapports. Je me suis dévêtue, mon fils, en votre faveur, même d’un appartement que vous m’avez demandé avec tant de véhémence. Je vous ai remis avec plaisir des objets précieux auxquels votre infortuné père attachait le plus de prix ; et en m’y succédant, vous m’avez dit vous-même qu’il vous semblait que je n’existais plus. Vous qui jugez les autres, jugez vous vous-même, écoutez la voix de la justice, celle de la nature, du sentiment envers celle qui a été, qui est, et sera toujours votre bonne mère levet Morand. »[2]

Le maintien d’une relation coûte que coûte avec Antoine est autant le fruit de son intarissable tendresse pour le fils que la conséquence de son intérêt pour les affaires liées à ce patrimoine auquel elle tient plus que tout.

L’amour d’Antoinette pour Antoine n’est pas touché par son ressentiment, aussi durable et intense soit-il. Elle ne cesse d’assurer son fils de son attachement « inaltérable », de le couvrir des marques de la tendresse la plus vive. Son amour pour Antoine résiste à toutes les épreuves. Ce grand fils de bientôt 40 ans l’émeut lorsqu’il est malade et, on l’a vu, Antoine ne se prive jamais de raconter avec force détails tous les maux qui l’accablent, et tous les médicaments auxquels il recourt ; elle, de son côté, très affectée de sa souffrance, n’est jamais à court de conseils, de recettes et de posologie pour lui venir en aide. Antoine la fait rire parfois, même lorsqu’elle est au plus fort de sa mélancolie. Elle a beau l’accabler de reproches, elle termine ses lettres, immanquablement, en revenant à l’amour qu’elle a pour lui. Et l’on ne peut croire que ce soit là figure de style ou stratagème pour adoucir son créditeur : les témoignages de son affection sont trop présents, à tout moment de sa correspondance, pour relever de cette seule motivation. Antoinette ne se résout pas à cette séparation qu’elle n’a pas désirée. Elle cherche à la combler en écrivant sans cesse, en requérant des nouvelles d’Albine, James et Léo, en envoyant et demandant toutes sortes d’informations sur les familles lyonnaises ou grenobloises de son entourage. Antoinette, enfin, ne cesse pas, malgré son exil, de s’intéresser au pont, à la gestion du patrimoine familial en général. Non seulement elle s’en inquiète sans cesse, mais elle conseille Antoine, par exemple dès que le gel est assez fort pour nécessiter quelques mesures préventives sur les piliers du pont ; quand la nécessité de faire intervenir des personnalités politiques appelle de sa part une activation des réseaux qu’elle a conservés à Lyon et formés à Grenoble ; quand elle réalise qu’Antoine a négligé de se faire régler le produit des bois de la Guillotière vendus par Jean Antoine ; ou encore, quand elle incite Antoine à demander une indemnisation du tort qu’on lui a fait dans les terrains de l’héritage de son père, par l’obtention d’un pré, la « prébende des Balmes », sur le chemin de la Tête d’or, et que Jean Antoine avait, en son temps, envisagé d’acquérir. Antoinette connaît parfaitement les affaires, a suivi de près les constructions, les plans, les projets de Jean Antoine. Elle continue à faire bénéficier Antoine de son expérience en la matière et sur ce point, on ne peut dire qu’Antoine ne lui reconnaisse une réelle compétence.

Jamais elle ne reviendra à Lyon pourtant. La pénurie de moyens dans laquelle Antoine et la Révolution l’ont mise, l’un en s’obstinant à conserver les Brotteaux et l’autre en anéantissant ses rentes, l’en empêchera toujours.

Antoine, de son côté, a beau se plaindre amèrement de la réaction de sa mère, il multiplie également les signes de son attachement. Il écrit régulièrement, même si ce n’est pas assez au goût d’Antoinette ; il envoie des présents, comme ce tableau des trois enfants qui ont fait un « plaisir inexprimable » à la grand-mère : « L’envoi que vous m’avez fait de mes trois petits enfants m’a fait un plaisir inexprimable, je les ai mis dans la partie la plus éclairée de ma chambre, je les regarde sans cesse je leur souris et leur parle comme s’ils devaient m’entendre, ils sont très bien dessinés, Albine a sa jolie tournure ses beaux cheveux assez de ressemblance, même mon ami james est parlant, sa jolie figure est parfaitement bien rendue, la petite Eléonore, quoique très bien aussi, n’a pas autant l’expression de sa mine fine et lutine, c’est au moins ma manière de les voir. »[3] La seule chose sur laquelle il continue à provoquer l’ire maternelle reste celle du paiement de la rente trimestrielle qu’il lui doit. Négligence ou véritable difficulté financière de la part d’Antoine, on ne peut trancher pour le moment ; il semble probable qu’il se soit trouvé dans une situation économique assez critique, à cette période. Mais Antoinette en est réduite à « boursiller », comme elle dit ; c’est-à-dire à emprunter dans la poche de ses connaissances ; et à se résoudre au déshonneur d’être endettée auprès de son malheureux propriétaire : « Je ne puis rester dans cette pénurie, ne passez par la quinzaine sans solder ce que vous me devez, et ne m’obligez pas à tirer sur vous une lettre de change. Je serai fâchée de vous mettre dans l’embarras ou vous me mettez à chaque payement. »[4]

Il a l’indélicatesse de se plaindre d’avoir à payer trop d’impôt ; indélicatesse qu’Antoinette, en femme d’affaires avertie et surtout, en citoyenne devenue non imposable par son appauvrissement, ne manque pas de lui reprocher : « quant aux impositions, répond-elle, c’est un malheur que tant de gens voudraient être dans le cas de supporter »[5]. Antoinette n’est pas loin de penser que son fils est un enfant gâté. Il n’a certes pas eu à souffrir, comme elle et Jean Antoine, de la lente et laborieuse constitution d’un patrimoine colossal. Il a tout eu en héritage et, plutôt que de s’en réjouir, il a le mauvais goût, un goût bourgeois peut-être, de se plaindre. Elle le semonce vigoureusement à ce sujet : ni elle ni Jean Antoine n’ont joui au même âge de tant de rentes et de capitaux. Qu’il cesse donc de continuellement gémir sur ces « objets de la fortune » ; un peu d’économie pourvoira à ces inquiétudes mal placées. Mais il est vrai, et Antoine est le premier à le reconnaître, qu’il n’en a acquis ni le goût ni l’habitude. C’est, de l’avis de l’une comme de l’autre, un héritier.

C’est un élément étonnant de cette relation, mais qu’on retrouve chez la mère de Pierre. En effet, le sacrifice maternel n’est pas que le fait d’Antoinette. Et il concerne, comme dans la famille Morand, le patrimoine transmis du père au fils.

Marguerite Vitet, mère sacrificielle ?

Marguerite, au moment du décès de son époux Louis en 1809, se voit elle-même spoliée par son fils. Du moins le ressent-elle ainsi et l’exprime à longueur de lettres. Pour autant, son affection n’en ressort pas amoindrie. Il y a, chez ces femmes, une acceptation impressionnante de la prise du patrimoine par leur fils, et par-dessus tout, une impossibilité viscérale à diminuer leur affection. Sans même parler de l’incongruité qu’il y aurait à mettre fin, tout bonnement, à leurs relations épistolaires.

Pendant plus d’un an avant la mort Louis, le « couple » des parents a vécu avec Pierre et Amélie dans l’appartement de la rue St. Roch. Après le décès de son mari, Marguerite y reste pendant un an, et puis quitte Paris précipitamment. Au moment de son départ, Pierre et Amélie sont à Rouen  ; Pierre, en apprenant son départ, est bouleversé  ; pourquoi sa mère part-elle sans même attendre qu’ils viennent lui dire au revoir. Qu’est-ce qui a pu la pousser à retourner à Lyon si précipitamment ?

Juste après la mort de Louis, Marguerite et Pierre ont signé un document chez leur notaire  ; Marguerite y « cède tous ses droits à la succession du sieur Louis Vitet médecin » in compris sa dot, « en faveur de Pierre Vitet son fils, à la charge que celui-ci fera et assurera à la dite Jeanne Marguerite Faulin veuve Vitet une rente viagère de deux mille francs par an payable par quart dans les mois de janvier, avril, juillet et octobre. » En comparaison, Antoinette recevait deux fois plus (rente trimestrielle de 1250#).

Au bas de ce document, on ajoute que « indépendamment des conventions ci-dessus, la jouissance et administration pleine et entière de la portion de maison size rue des Bouchers à Lyon, reste toujours appartenante à Jeanne Marguerite Faulin Veuve Vitet, par l’effet de la succession de sieur Claude Faulin son père, à la charge par elle de payer la pension viagère concédée à Monsieur Chazette son oncle. » [6]

Un an plus tard, alors qu’elle est toujours à Paris, Marguerite envoie une lettre à son fils. Il est à Rouen. Elle lui annonce son départ imminent. Pierre la prie de différer son retour, au moins le temps pour lui et Amélie de revenir de Rouen.

Sa lettre, hâtive et affolée, mérite d’être citée presqu’en entier : « Déterminés à partir pour vous faire au moins nos adieux demain matin 10, nous avons envoyé Marguerite sur le champ à Rouen pour retenir deux places pour Paris ; mais en vain !  Toutes les places soit d’intérieur soit de cabriolet étaient prises dans l’Eclair, le Vélocifer, et la Grande Messagerie. Toute cette impossibilité, je n’ai donc d’autres ressources que devoir écrire par la voie du conducteur de l’Eclair et de vous prévenir que nous partirons demain au soir Amélie & moi ; il s’est trouvé heureusement une dernière place pour elle dans l’intérieur, et une dans le cabriolet pour moi …

J’espère ma chère mère, que l’empressement que nous mettons à vous aller embrasser vous déterminera à retarder d’un jour votre départ ; puisque vous êtes avec un homme complaisant il pourra très bien différer en votre faveur. . .  Le voyage imprévu que nous faisons vous prouvera combien vous aviez mal calculé les dispositions de votre départ ; je ne sais si votre cœur devait moins en souffrir, mais vous ne pouvez pas agir d’une manière plus pénible pour vos enfants et puis pour vous-même à la veille de nous quitter, n’avions-nous pas une infinité de choses à nous communiquer : ne fallait-il pas se concerter à pourvoir à tout ce qui vous est nécessaire à Lyon, et donner avis à Mr Costerizan :  enfin rien à mes yeux ne pouvait adoucir l’idée d’un pareil départ. C’est pourquoi j’ai fait tous mes efforts pour vous aller voir au moins quelques instants, et ma femme a été de moitié dans ma résolution. Si vous m’aviez prévenu plus tôt, ou si vous m’aviez marqué le désir de nous voir incessamment revenir auprès de vous, pouviez[-vous] douter que nous eussions hésité ?

Je n’ai pas le courage de vous entretenir plus longtemps de mes chagrins, il est tard et il faut que je porte ma lettre au conducteur.

Adieu ma chère mère, en attendant le plaisir de vous embrasser, je vous renouvelle l’assurance de mon dévouement. »[7]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Ce 7 pluviose an 7. Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, à Lyon. Lettres d’Antoinette à Antoine, 14 ii 31.

[2] Ce 7 pluviose an 7. Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, à Lyon.

[3] Grenoble, 5 nivose an 7 (janvier 1799). Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, à Lyon.

[4] Grenoble, 5 nivose an 7 (janvier 1799). Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, à Lyon. Lettres d’Antoinette à son fils, 14 ii 31.

[5] Grenoble, 26 nivose. Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, rue Saint Dominique n° 66 à Lyon. Lettres d’Antoinette à son fils, 14 ii 31.

[6] AML 84 II 07, Document de notaire, succession Louis Vitet, datée 3 juin 1809.

[7] AML 84 II 09, Lettre envoyées de Pierre Vitet, lettre à Marguerite Vitet née Faulin, 9 octobre 1810.


[dzd1]Je trouve qu’on s’éloigne trop du couple ici.

OUI certes, mais le chapitre sur le patrimoine peut difficilement se passer de la relation aux « ancêtres ». Je ne sais que faire…

I THINK WE CAN TRY TO SHORTEN THIS A BIT, TO CUT OUT SOME OF THE DETAILS. The chapter is about 10 pages too long, anyway!  Tant pis, nous verrons au moment de l’édition si cela crée un décalage ou pas, si le chapitre est ennuyeux ou si l’on peut garder cette partie ; j’y tiens pour les raisons que je t’ai données.

Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (3/8)

Antoinette, sauvée de la ruine, s’exile à Grenoble

La lettre qu’Antoinette adresse à son fils montre qu’il a emménagé au n° 66 de la rue Saint-Dominique. C’est une première surprise. De quand date ce transfert d’habitation ? Ont-ils vécu ensemble quelques mois, depuis 1796, ou la cohabitation n’a-t-elle pas duré plus de quelques jours ?

La décision d’Antoinette paraît aussi brutale qu’elle a été gardée secrète. Ce n’est qu’au moment de son départ qu’Antoine en est avisé, on ne saura par qui. Les adieux qu’ils se font sont déchirants, et montrent combien ils tiennent encore profondément l’un à l’autre. Qu’est-ce qui a poussé Antoinette à rompre avec tout ce qui la retient à Lyon, son fils, Magdeleine, ses « chers petits enfants », ses amis, ses relations, les terrains et le pont qui sont comme l’incarnation du souvenir de Jean Antoine ?

La lettre qu’elle lui adresse est l’une des plus belles qu’on ait trouvées dans l’ensemble de la correspondance passive d’Antoine[1]. Elle témoigne non seulement de l’état d’esprit, on devrait dire de l’état de cœur dans lequel elle a quitté tout ce qui lui était le plus cher au monde ; mais également, de l’expression des sentiments. On est loin, dirait-on, de l’austérité qu’on prête encore trop souvent aux hommes et aux femmes de l’époque ; de l’austérité comme de la froideur, voire de l’impassibilité. Or, Antoine ne cache pas l’état « terrible » dans lequel le met l’annonce du départ de sa mère ; et celle-ci, à l’écrit, ne minore pas non plus l’intensité des émotions qu’elle a ressenties : « je n’ose mon fils revenir sur nos adieux. J’aurais voulu vous les dérober et je ne sais qui a eu l’imprudence de vous instruire du jour de mon départ. Il m’a semblé que mon cœur se détachait de moi. Ma femme de chambre m’a dit que vous étiez dans un état terrible je me reprochais d’en être la cause. Je suis fâchée que le seul moment où vous parvissimes disposé à une effusion de cœur et où j’avais le courage de vous dire la vérité j’ai été interrompue par une visite. Ha mon fils ! si vous en aviez eu quelques uns de semblables, jamais je n’aurais eu le courage de m’éloigner de vous. »[2] Le matin de son départ, elle s’est empressée, par un travail acharné, de plier bagages, craignant à tout instant de rencontrer ses petits enfants et de renoncer à un départ auquel elle se force : « leur vue m’aurait percé l’âme et mise hors d’état de vaquer à mes affaires. »

Antoinette souffre autant de sa propre solitude, depuis son veuvage, que de la vue de l’amour qui unit son fils et Magdeleine, ou les parents et leurs enfants. Lui au moins pourra se consoler par des « mains bien chères », tant celles de son épouse chérie que celles des enfants ; à elle, que reste-t-il ? Elle craint que ses petits enfants ne l’oublient et enjoint leur père de les entretenir de leur « malheureuse grand-mère » ; elle a peur d’être tout à fait oubliée de tous, à vrai dire. Au moment de refermer la porte de leur appartement endormi, elle a songé : « ce soir il verra sa femme, ses enfants, je serai bientôt oubliée ».

Antoinette part avec le sentiment d’avoir fait son devoir ; notamment, d’avoir su conserver pour Antoine l’appartement et les objets qu’il contient, tout ce que son « digne et infortuné père y a placé. Si ces soins ont été pénibles, ils plaisaient cependant à mon cœur. J’ai remplis ma tâche. Faites la vôtre ». Son souci à elle, désormais, sera celui de son propre salut. Antoinette quitte Lyon bien décidée à faire une croix sur ses aspirations à une vie meilleure sur terre. Elle quitte Antoine, ce fils chéri, celui qu’elle appelle encore, en ces circonstances propres à aiguiser les émotions, son « trop aimable enfant quelquefois cruel » en l’assurant de son amour, inconditionnel : « je suis, signe-t-elle, et serai toujours votre bonne mère Levet Morand. »

C’est une dispute, une de plus sans doute, qui incite Antoinette à quitter Lyon. En tout cas, c’est sur une ultime dispute qu’ils se sont séparés : sans doute sa décision était-elle déjà prise depuis longtemps, le temps d’organiser le voyage, de prévenir la femme de chambre (qui bien sûr suit sa maîtresse) et les amis qui, sur la route et à destination, vont la recevoir. Une dispute au cours de laquelle Antoine, aussi emporté qu’à son habitude, peut-être à bout lui aussi, emploie d’après sa mère « le reproche, la plainte et l’outrage ». De son côté, Antoinette ne comprend pas plus son fils que lui ne la comprend : elle a tout donné, dit elle. Que pourrait-elle faire de plus ? Ne jouira-t-il pas, grâce à la jouissance qu’elle lui a abandonnée, d’une situation bien avantageuse ? Et n’est-ce pas à lui de lui faire les « avances » auxquelles leur arrangement lui donne droit ?

Antoinette rejoint la ville de Grenoble où elle est née, mais où elle ne connaît plus personne et surtout, où vivent sa fille et son gendre, Eléonore et Paul-Bertrand de Besson, ainsi que ses trois petits-enfants, Olimpe, Auguste et Louise[3]. Elle logera, dans un premier temps, chez eux, place aux herbes, juste derrière le tribunal et le théâtre. Avec elle, part également sa « sœur »[4] ; cette ancienne religieuse, dont il est impossible de déterminer le véritable statut familial, la suit de Lyon à Grenoble, emménage avec elle et ne la quittera plus jusqu’à sa mort en 1808[5].

Aussitôt reçue cette missive, Antoine répond. Le ton est léger tout d’abord ; c’est avec plaisir, dit-il, qu’il a appris qu’elle avait fait ce voyage « lestement et heureusement ». Mais il ne fait pas illusion longtemps. Antoine a le sentiment de rompre de nouveau avec ses parents et de revivre des « souvenirs déchirants » maintenant que l’appartement est vide de la présence de sa mère.

Un patrimoine matériel et immatériel

Tout n’est pas très clair dans l’arrangement qui a présidé à ce départ. Antoinette parle, dans un courrier, d’une remise de son logement à Antoine : « Je suis excédée de fatigue, écrit-elle début juillet. Depuis longtemps je mène une vie très pénible. Et obligée de vous remettre mon logement à l’époque de la saint jean, je l’ai été de faire un travail forcé. »[6] Traditionnellement, du moins à Lyon, c’est à la saint jean que se réglaient les loyers, que se signaient les baux. A-t-elle convenu avec lui qu’elle quittait les lieux, comme une étrangère, à cette époque et une fois réglé ce qu’elle doit à son propriétaire ? Le propriétaire en question est-il Antoine ? Les comptes sont les comptes : il n’est pas question de donner, entre ces deux qui se disputent sur le moindre chiffon. Une des lettres d’Antoinette donne l’évaluation qu’elle estime la plus juste des meubles qu’elle a laissés derrière elle. Antoine doit les vendre et lui en remettre le prix. Il faut dire que, de son côté, elle doit finir de se meubler et que tout à Grenoble est aussi cher qu’à Lyon[7].

On comprend, peu à peu, l’objet de leur litige : Antoine a voulu « occuper l’appartement, le cabinet de [son] infortuné père et succéder dès à présent à tous [leurs] arrangements ». Antoinette, elle, a fui des « lieux funestes », un « local où à chaque instant l’époque de ses malheurs était rappelée »[8]. Tout occupée de sa douleur, elle trouvait auprès de son fils la seule consolation susceptible de la faire survivre. Mais les inconséquences d’Antoine ont fini par rendre inefficace cette ultime douceur. Il faut oublier, demande-t-elle à son fils, résolue à ne pas laisser ces divergences, ces reproches et ces regrets entacher davantage une relation qui lui est encore indispensable : « Ne songeons qu’au plaisir de nous revoir. Je ferai l’impossible pour en hâter le moment. »[9]

Le message maternel est un message de conciliation et de paix. Il en sera toujours ainsi. La dispute autour du patrimoine, de son occupation et de sa gestion, se résout par l’abandon d’une des parties. Antoinette a perdu : non seulement elle n’a plus les revenus sur lesquels la fortune gagnée et accumulée avant la Révolution lui permettait de compter (en cela, elle partage sa destinée avec un grand nombre d’anciens aristocrates) ; mais elle ne peut compter que sur son fils pour lui payer une rente à peine suffisante pour lui permettre de vivre dans un appartement étroit d’une rue sombre de sa ville natale. Le retour à la « case départ » doit être, pour elle, vécu d’une manière troublante. Enfin, comble de cette cascade de pertes et de renoncements, la voici éloignée de ce qui suscitait, chez elle, les plus vifs sentiments : les lieux chargés du souvenir religieusement entretenu de Jean Antoine ; et la fréquentation délicieuse et régulière de ses petits-enfants.

La dispute est avivée, peut-être, par l’enjeu que constitue l’appartement et, surtout, son contenu. Tout, en lui, est sujet à se rappeler et évoquer la mémoire du disparu. Une véritable vénération, tant de la part du fils que de la mère, s’est mise en place autour de la figure du si regretté Jean Antoine. On comprend mieux, en se représentant cet attachement au défunt par ses objets, pourquoi Antoine a bataillé si fort pour revenir vivre au lieu de son enfance, devenu le lieu de mémoire d’un être dont il chérit le souvenir. Antoinette n’est pas en reste et l’on mesure, aux soins qu’elle a pris des livres, portefeuilles et ouvrages de son époux, le déchirement qu’a été pour elle l’éloignement. C’est d’ailleurs à ce goût conservateur né très tôt chez les Morand qu’on doit, aujourd’hui, de posséder jusqu’au moindre bout de feuille qui aura appartenu au fondateur et à ses descendants. L’extrait suivant, dans lequel on découvre la force de l’admiration qu’Antoinette vouait au génie créateur de Jean Antoine, est long mais le couper aurait obligé à se priver de l’état d’esprit qui ressort de cette tirade éblouie, presque christique : « j’ai reçu, mon cher fils… (…) des détails intéressants pour mon cœur sur tout ce qui m’est cher et dont la privation me coûte chaque jour des regrets. Pour les adoucir, je pense à toutes vos jouissances ; à celle d’être heureux mari, heureux père, vous joignez celle d’avoir un appartement dans un beau local, dont tous les agencements ont été faits par la main d’un grand maître, de posséder les objets les plus précieux, des livres, portefeuilles, et ce qui l’est bien davantage, tous les ouvrages de votre infortuné père. Lorsque seul et dans vos loisirs, vous les parcourrez, vous serez étonné que sa vie aie été assez longue pour tant de travaux. Si les soins que je me suis donné pour vous tout conserver, et vous le remettre dans le plus grand ordre ont été pénibles, ils ont été satisfaisants. J’ai terminé ma tache en vous faisant dès à présent passer un dépôt précieux qui ne peut qu’ajouter à tout ce que vous devez à la mémoire du meilleur des pères. Lorsque vous songerez que comme je l’ai souvent dit, semblable au créateur, de rien il a fait beaucoup. »[10]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Il peut paraître étonnant d’aborder dans ce chapitre sur le patrimoine un aspect qui pouvait relever davantage de l’expression des sentiments. Nous avions, à l’origine, fait ce choix. Mais l’expression des sentiments n’est pas réservée à des espaces singuliers, dans le temps ou dans l’espace. On peut difficilement la traiter à part, alors qu’elle émerge à tant d’occasions aussi diverses que le manque né de la séparation, la naissance d’un enfant, sa mort aussi, hélas ; ou bien comme c’est le cas ici, dans le cadre d’un désaccord profond et prolongé sur la manière d’envisager la gestion d’un patrimoine commun. Les sentiments n’étant pas séparables de la vie réelle, on ne pouvait les traiter à part, sauf à couvrir tout le récit de leur vie. Seuls les émotions amoureuses, aussi nombreuses que durables, nous ont paru valoir un traitement à part. D’où le chapitre premier.

[2] 26 juin 1798. Au citoyen Morand maison Bollivid rue Saint Dominique n°66. AM de Lyon, 14 ii 31, Lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[3] La famille d’Antoine orthographiait Olimpe et non Olympe. C’était, comme souvent, le prénom de la  grand-mère de la petite fille (la mère de Paul-Bertrand) née Olympe de Blosset une très riche héritière grenobloise (180 000 livres, dont une maison à Grenoble et un domaine à Corenc, le château d’Arvilliers au pied du col de Vence). Pour quelques indications biographiques et généalogiques sur la famille de Besson, voir Sylvain Turc, op. cit., notamment p. 83. D’autres sources indiquent Biosset et non pas Blosset (voir le Bulletin d’archéologie et de statistique de la drôme…, op. cit., p. 233 (npb 1 et 2) qui parle de Marie-Olympe-Catherine de Biosset, veuve en 1780 et sœur de David de Biosset, conseiller au parlement, lui-même marié avec Magdeleine-Thérèse Achard de la Roche). On trouve cependant, parmi les protestants du Dauphiné, un Paul de Blosset, seigneur de Rochevire ; c’était, d’après S. Turc, le père d’Olympe (Cf. Pierre Bolle, Le protestantisme en Dauphiné au XVIIème siècle)

[4] Antoinette la désigne ainsi ; et Antoine l’appelle sa tante.

[5] Elle s’appelait Saint Cyprien Morand. Mais Jean Antoine n’avait pas de frère ou de sœur connus.

[6] Grenoble, 4 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. Ajouté à la plume noire, de l’écriture d’Antoine : « rep. par M. Dubois le 19 messidor ».  AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[7] Grenoble, 4 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. Ajouté à la plume noire, de l’écriture d’Antoine : « rep. par M. Dubois le 19 messidor ».  AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[8] Grenoble, 4 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. Ajouté à la plume noire, de l’écriture d’Antoine : « rep. par M. Dubois le 19 messidor ».  AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[9] Grenoble, 4 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. Ajouté à la plume noire, de l’écriture d’Antoine : « rep. par M. Dubois le 19 messidor ».  AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

[10] Grenoble, le 14 juillet 1798. Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint Dominique n°66 à Lyon. AM Lyon, 14 ii 31, lettres d’Antoinette Levet Morand à son fils.

Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (2/8)

Antoine, pauvre et riche à la fois

Nous sommes donc en juin 1796. Que se passe-t-il entre le fils et la mère, au lendemain de ce procès ? Pourquoi a-t-il eu lieu à Grenoble ? Antoinette avait vécu dans cette ville ; elle y conservait, probablement, un réseau de gens de justice lié à son père, Etienne Levet, ancien conseiller au Parlement. Est-ce sur ces gens qu’elle comptait pour faire entendre sa requête ? Antoine, de son côté, n’était pas démuni ; il était alors juge au tribunal du département. Le lieu choisi pour le procès n’a peut-être pas eu d’impact sur la décision du juge. Le fait est qu’Antoinette se retrouvait complètement démunie alors que son fils, Antoine, restait l’héritier de la fortune considérable, quoique fragilisée, de ses parents ; constituée essentiellement de biens immobiliers, dont certains très amoindris, sa reconstitution allait nécessiter toute son énergie. On en a déjà eu une idée à travers la coopération qui s’est engagée, entre Antoine et Magdeleine, autour de la réfection et de la rentabilisation du pont. Mais, si le sentiment subjectif était celui d’un appauvrissement, objectivement on pouvait admettre qu’Antoine était assis sur une montagne d’or ; c’est ce qu’avait jugé, sans doute, le juge, au vu des propriétés dont continuait à bénéficier le couple : la propriété et les terres de Machy étaient intactes ; le pont et les terrains étaient destinés, nul ne l’ignorait à l’époque, à se développer considérablement. Par ailleurs, Antoine est propriétaire d’autres appartements à Lyon, pour la location desquels il touche des loyers. En l’an 7, il évalue les charges qui pèsent sur lui dans le rôle de la contribution foncière à 2 256 livres, ce qui est considérable pour l’époque et en tout cas, le situe parmi les fortunes les plus importantes de la région[1]. Enfin, ce que ne stipule pas le jugement rendu à Grenoble en 1796, et qui semble être le fruit d’un compromis obtenu de haute lutte par Antoine contre sa mère, le fruit des « petites boutiques » du quai Saint Clair lui revient finalement. Or, c’est Antoinette qui s’est principalement occupée de ces boutiques (propriété de la Compagnie du pont) y compris après la mort de Jean Antoine : manifestement elle en était la légitime usufruitière. A ce titre, c’est elle qui s’est occupée d’indemniser les locataires des habitations détruites par les bombes, de réparer les appartements, sans bénéficier d’aucune aide de la municipalité, malgré ses prières et sa pétition. Et c’est cette source de revenu que, cédant aux instances de son fils, elle abandonne. Elle en reste d’ailleurs la bénéficiaire officielle puisque c’est en son nom qu’Antoine, en 1799, présente une pétition à la municipalité pour obtenir d’être maintenu dans ses droits jusqu’à l’expiration du bail.

Par chance, nous disposons des lettres qu’Antoine écrit juste après ce procès. On se souvient qu’il doit quitter Machy pour la première fois en 1796, afin de se rendre à Paris pour négocier le doublement du péage. On sera surpris de constater combien lui, comme elle, se montre insatisfait de la situation issue du procès.

D’abord, sans surprise, Antoine se plaint de sa situation économique. Si lui et Magdeleine sont à la tête d’une véritable fortune, ils n’en touchent pas les bénéfices ; en tout cas, pas à la hauteur de ce à quoi ils pouvaient prétendre avant la Révolution. Antoine le reconnaît dès son arrivée à Paris : heureusement, écrit-ilà Magdeleine, que rien ne le tente dans la capitale, ni les distractions toujours coûteuses ni ce qu’il aperçoit dans les magasins, car leur « position » ne leur permettrait plus de satisfaire ses envies[2]. C’est bien l’avis de Mion : « Comme tu l’observes ce n’est pas le moment de se passer ses fantaisies comme nous l’avons fait un instant, nous sommes moins malheureux que d’autres parce qu’il nous reste des propriétés ; mais outre les charges que nous avons à supporter je redoute avec raison celles qui vont fondre sur les propriétaires, c’est maintenant la seule réponse du gouvernement et sûrement il en usera amplement. »[3] En outre, les impôts sont dus pour l’an 4, prévient-il (fort inutilement, car elle y a pourvu[4]) : il prévoit que, malgré la perception des rentes en argent, ils seront « plus gênés » qu’ils ne l’ont jamais été. Cela dit, Antoine s’empresse de vouloir faire faire des chaussures pour Mion et Albine, ainsi que de promettre de compléter les livres de la « petite bibliothèque » de son épouse.

C’est dès les premières lettres de son voyage à Paris qu’il évoque la situation avec sa mère.

Antoinette, à cette date, vit encore rue Saint-Dominique tandis qu’Antoine et Magdeleine sont toujours logés, avec leurs trois enfants, rue du Plat. Rappelons que cela situe la mère et son fils dans un carré de quelques ares, de part et d’autre de la Place Bellecour. Le ressentiment d’Antoine est loin de s’être dissipé ; il semble qu’Antoinette ait fait une « scène » à Mion. Quelques jours plus tard, en revenant sur ce sujet, il parle « d’injustices » à l’égard de sa femme[5]. Les relations se sont détériorées depuis les lettres déchirantes de 1793, dans lesquelles Antoine assurait à sa mère qu’il tenait avant tout à ce qu’elle sauvegarde son confort et son indépendance ; ayant touché à ce qu’il considère comme un bien sacré, à savoir l’héritage de son père et la continuation de son œuvre, elle est devenue l’objet de sa fureur et de ses lamentations. Il ne comprend pas ce qui l’a poussée à exiger qu’il lui verse une rente pour les Brotteaux : c’est, d’après lui, le placer dans une situation impossible. Comment dégager autant d’argent alors que les revenus n’entrent pas ? Antoine doit emprunter et, aussi peu économe soit-il, cela lui fend le cœur. Il demande à Mion de contacter un paysan qui, à la campagne, pourra leur trouver 1000 écus à emprunter à 5%. La situation immobilière l’empêche de vendre : « tout est tombé, ici, en fait d’immeubles », confie-t-il à Mion. Au point que le détenteur de 200 000 livres de numéraire pourrait facilement acquérir suffisamment de biens pour en obtenir 25 000 livres de rente.

Il y a autre chose, visiblement : Antoine réclame une part des objets laissés par son père et Antoinette se refuse à les « restituer » à celui qui s’en estime le légitime propriétaire. Antoine envisage de charger un « étranger » de négocier avec un certain Choignard, un ami commun du fils et de la mère, pour trouver une entente sur les « papiers et autres objets » qu’il réclame. Magdeleine est impliquée, qui une fois de plus est chargée de jouer les intermédiaires pour obtenir d’un certain M. Petit, c’est-à-dire un « homme d’affaire », de jouer les bons offices. Et comme toujours, Antoine s’en remet « absolument » à ce qu’elle croira devoir faire[6].

Inversement, Antoinette exprime des demandes qui, aux yeux d’Antoine, paraissent exorbitantes ; il a bien l’intention de les retarder le plus possible, sans espoir d’y parvenir. « Tu verras que je serai toujours obligé d’en venir là et que nous ne l’amènerons jamais à rien de raisonnable ni de juste ; cependant dès que je ne peux rien pour son bonheur, qu’elle me laisse la paix et ne me mette pas dans la nécessité de fuir les lieux qu’elle habite, ce n’est qu’à toi qui es accoutumée à lire dans mon cœur, que je peux avouer ces choses là, mais la conduite qu’elle tient avec moi fait mon tourment au point d’influer beaucoup et sur mon bonheur et sur ma santé. Je crois déjà te l’avoir dit, si jamais j’étais injuste pour mes enfants, rappelle moi ce que ma mère m’a fait souffrir par ses reproches mal fondés, et mes enfants me seront toujours trop chers pour que je veuille leur causer un chagrin aussi vif. » [7]

Quelques jours après, le 11 août, Antoine a reçu une lettre de sa mère. Son expression traduit l’amertume, davantage que la colère. Antoine, décidément, ne comprend plus sa mère : « Avec ta lettre, j’en ai reçu une de ma mère, ah si jamais ma bonne amie j’étais assez malheureux pour affliger mes enfants par des preuves de défiance et des reproches et des plaintes sans fondement, rappelle moi ce que j’ai souffert, ce que je souffre de la conduite qu’une mère impérieuse tient vis-à-vis d’un fils reconnaissant et sensible ! »[8] Voici donc Antoine « reconnaissant et sensible » et sa mère, une impérieuse personne.

Antoine estime avoir agi pour le bien de sa mère dans cette affaire patrimoniale ; s’il a refusé de vendre les Brotteaux, c’est en honneur à son père et à la gloire qu’il en a tirée, de son vivant. Gloire qu’il espère prolonger (et la sienne avec) dans les temps à venir. Comment peut-elle ne pas souscrire à cette logique de préservation de l’honneur de la famille ?

On ne peut que deviner, dans les lettres de cette première époque, les motifs de colère d’Antoinette ; il semble qu’elle exige d’Antoine d’avancer des capitaux dans la « froide espérance », dit il, qu’alors « elle jouirait de tous les revenus ». Sans doute espère-t-elle voir Antoine réhabiliter les terrains des Brotteaux, afin de pouvoir en tirer un revenu plus subséquent que la rente qu’il lui verse[9].

A vrai dire, Antoine se lamente sans raison, dans cette lettre ; il l’avoue tout aussitôt à Mion, en lui confiant que pour une fois, la lettre de sa mère n’a rien d’impérieux ; elle porte seulement sur le « nouvel échec arrivé au pont pendant le temps qu’on l’a tenu ouvert ». Elle ne lui parle pas du tout de leurs « affaires particulières ». Mais Antoine a la dent dure ; il ne pardonne pas à Antoinette de lui faire du mal depuis si longtemps alors qu’il n’a rien à se reprocher, et qu’il tente au contraire de faire son possible pour atténuer ses chagrins : « …crois que depuis longtemps, elle me fait bien du mal, je ne crois pas avoir rien à me reprocher, je remplirai toujours mes devoirs moins par honneur que par sentiment, pourquoi faut il qu’avec ce devoir de contribuer autant qu’il est en moi à adoucir les chagrins de ma mère, je sois si loin d’y réussir. »[10] En tout état de cause, leur relation est devenue si épidermique, qu’Antoine renonce, comme sa mère, à aborder d’autres sujets que celui des affaires qu’ils ont en commun : « sans cela, dit il à Magdeleine, je n’aurais rien à dire ou craindrais de trop dire » [11].

Antoine est sincère. Il souffre réellement de voir sa mère lui montrer une « défiance continuelle » [12] et, par là, de détériorer des relations qui, jusqu’à présent, avaient été placées sous les signes de la confiance et de la tendresse. Désormais, il doit se cacher de tout, surtout de ses dépenses et, plus encore, des prêts qu’il consent : elle risquerait, dit-il, de penser qu’Antoine et Magdeleine ont de l’argent à leur disposition. Ce n’est pas vraiment le cas : les emprunts qu’ils ont faits leur permettent, seuls, de prêter aux autres. Et s’ils prêtent, c’est pour des raisons d’amitié car, sur le plan de leur confort matériel, ils en sont encore, à cette date, à économiser sur le moindre vêtement. Il réclame, pour son retour à Machi, un pantalon et une veste qui sont revenus de Briançon, faute d’avoir eu les moyens de faire faire un « frac » à Paris. Nos (manque un mot : finances ?) sont comme celles de l’Etat, ajoute-t-il, ce qui à l’époque n’est pas pour rassurer[13]. De fait, il connaît continuellement des difficultés : pendant l’hiver, une fois payé le bois, dit-il, il ne lui reste plus que des dettes de tous côtés, et il renonce à s’acheter, encore une fois, un habit. Et, ajoute-t-il, il est impossible de se procurer de l’argent[14].

Antoine est sincère et le montre lorsqu’apprenant que sa mère est malade, il envoie Magdeleine, de Machi, pour faire le voyage jusqu’à Lyon et prendre soin d’elle : « pourquoi faut-il que ma mère soit malade pour que je me rappelle combien elle m’est chère, il me serait si doux de l’aimer toujours ! »[15] Il sait que, de retour à Lyon, il lui faudra, à son tour, s’occuper d’elle : Magdeleine n’est pas envoyée seulement parce qu’en tant que belle-fille, c’est à elle de se charger des soins à apporter à sa belle mère malade. Elle est envoyée pour suppléer à l’absence d’Antoine.

Il lui est impossible de rester indifférent à ses reproches et surtout, de ne pas finalement plier à ses instances. En brumaire 1796, de retour à Lyon, il cède devant les larmes que répand sa mère. « Ma mère me donne toujours bien du chagrin ; je suis un fils ingrat, elle répand des larmes, se livre au désespoir quand elle me parle de nos intérêts ; elle me trouve insensible, elle me paraît injuste et j’avoue qu’il est désolant d’être sans cesse tourmenté comme je le suis ; inutilement je forme le projet de ne plus m’en affecter cela est au dessus de mes forces et si je n’avais pas d’enfants, j’abandonnerais tout pour conserver un peu de tranquillité.

Il faut lui donner de l’argent, il faut par conséquent le prendre sur ce que je m’étais promis de ne pas toucher. »[16] Il se trouve déchiré entre ses responsabilités en tant que fils et en tant que père. Antoine prend le risque d’un conflit avec sa mère au nom de la sauvegarde du patrimoine pour ses enfants. Ce n’est pas le goût du luxe ou l’incapacité à vivre de ce qu’il a déjà qui le guident mais bien le souci de transmettre. Quitte à priver sa mère.

Nous n’avons pas d’élément sur l’année 1797. Or, les relations entre le fils et sa mère, à propos de la gestion de l’héritage du père, sont arrivées à un tel point de détérioration qu’ils envisagent une solution définitive : le départ d’Antoinette. Nous les retrouvons lorsqu’elle arrive à Grenoble, lieu de sa destination, où elle va s’installer et demeurer jusqu’à sa mort, en 1811. Nous sommes en juin 1798.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Pour comparaison, on apprendra avec intérêt que la plus grosse fortune issue du négoce grenoblois était redevable à la même époque d’un impôt de 1846 livres, ce qui le plaçait à la hauteur des grandes familles de la noblesse, avec une fortune constituée de deux maisons et de quatre domaines. Cf. Sylvain Turc, op. cit., p. 257 qui précise que ces deux maisons sont à Grenoble, tandis que les domaines sont à Saint-Egrève, au Cheylas près de Goncelin et à Morestel plus près de Lyon.

[2] A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon. Paris, le mardi matin. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[3] Paris, le 5 fructidor l’an 4 11h du soir.,A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[4] Paris, le 5 fructidor l’an 4 11h du soir.,A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[5] Paris, le 5 fructidor l’an 4 11h du soir.,A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[6] Paris, le 25 thermidor, vendredi 12 août … heures du soir. Lettre d’Antoine à sa femme. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[7] Paris, le 5 fructidor l’an 4 11h du soir.,A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[8] Paris, le 25 thermidor, vendredi 12 août … heures du soir. Lettre d’Antoine à sa femme. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[9] Paris, le 14  fructidor l’an 4. A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. Papier à lettre à en-tête, Egalité Liberté, Commission des travaux publics. Sur l’enveloppe, ie sur le dos de la feuille, un tampon « Mtre de l’intérieur. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[10] Paris, le 25 thermidor, vendredi 12 août … heures du soir. Lettre d’Antoine à sa femme. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[11] Paris, le 9 fructidor 11h du soir. Lettre d’Antoine à sa femme. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[12] Paris, le 14  fructidor l’an 4. A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon. Papier à lettre à en-tête, Egalité Liberté, Commission des travaux publics. Sur l’enveloppe, ie sur le dos de la feuille, un tampon « Mtre de l’intérieur. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[13] Paris, le 26 fructidor l’an 4 de la république. A la citoyenne Morand-Jouffrey, à Machi commun de Chasselay par la petite poste. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[14] Lyon, 19 brumaire an 5, 10h du soir. Antoine à Magdeleine. Sans adresse.

[15] Paris, le 28 fructidor an 4 (14 septembre 1796). Pas d’adresse. AM Lyon, 14 ii 35, 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[16] Lyon, mercredi 3 heures après midi. Il est impossible de dater précisément cette lettre. D’après ce que nous pouvons connaître du contexte, il est certain qu’elle a été écrite entre 1794 et 1799, et probable que ce soit plus précisément en brumaire 1796. AM Lyon, Lettres d’Antoine, non datées à sa femme, 14 ii 35.