Chapitre Trois : Des corps et des choses (2/5)

Une fois arrivé à Paris, Antoine circule généralement à pieds, pour économiser le prix des calèches. Mais, lorsqu’en 1810 il accompagne Sathonay devenu sénateur pour faire ses « visites aux puissances », tous deux se déplacent à chevaux, c’est-à-dire en « voitures » ; ce mode de locomotion n’est guère confortable cependant : « je t’avoue que je crains si fort la voiture que le temps que l’on emploie à ces courses me paraît bien long. »[1]

Chez les Vitet, c’est à pieds qu’on circule principalement. Les rues, parcourues de carrosses, sont dangereuses. C’est en traversant la rue que Louis Vitet sera gravement blessé, quelques mois avant de mourir. Quand ils parlent de commissions, des magasins, et courses à faire, ils décrivent des trajets qui se font à pieds par presque tout les temps.

Le courrier non plus ne fonctionne pas comme aujourd’hui. Six boîtes aux lettres sont placées dans la ville de Lyon, dont l’une tout près de chez Antoine et Magdeleine puisqu’elle se trouve rue Saint Dominique. La levée s’effectue tous les jours à heure fixe. Le prix à payer dépend de la distance et du poids. Pour Paris, le tarif s’élevait à 70 centimes pour une « lettre simple ». Pour Grenoble, on ne comptait, en revanche, que 30 centimes.

Le courrier met au mieux trois jours pour faire Lyon-Paris, parfois bien davantage selon le temps et la saison. Il est distribué tous les jours, même le dimanche,[2] parfois plusieurs fois par jours, à des heures irrégulières comme l’indique ce passage d’une lettre d’Antoine à sa femme : « En finissant ma lettre avant-hier, ma chère amie, je n’espérais plus recevoir de tes nouvelles parce que je venais de recevoir une lettre de ma mère, mais on ne distribue pas sans doute tout un courrier à la fois car un autre facteur une heure après m’apporta une lettre de ma bonne amie et une de M. Gouret. »[3] Les retards sont fréquents et les épistoliers, résignés à ces longueurs : « J’espère bien, ma bonne amie, qu’à son tour Madame la Petite t’aura donné des nouvelles des députés de la ville de Lyon et je me flatte enfin que Vitet[4] t’aura communiqué ma lettre de (dimanche ?) avec les Petites Gaytés[5] que je m’y suis permises. Ainsi tu ne seras pas en peine de moi, mais je commence à trouver le temps très long et j’espérais presque recevoir une lettre aujourd’hui ; il faut prendre patience et se résigner, la saison est bien mauvaise, les chemins doivent être difficiles et les courriers vont plus doucement j’espère cependant que demain ne passera pas sans recevoir une lettre de ma bonne amie. »[6]

Pour toutes ces raisons, on se donne des nouvelles les uns par les autres ; ainsi, Magdeleine reçoit-elle des nouvelles d’Antoine deux jours après son départ alors qu’évidemment, il n’a pas encore atteint Paris et qu’il n’a pas, non plus, eu l’occasion de lui écrire en route. C’est qu’il a rencontré, près d’Autun, une certaine Mme Victor qui s’est empressée de venir à Lyon rendre visite à Mion pour lui donner des nouvelles de celui qu’elle a croisé[7]. Il est rare que quelqu’un voyage sans lettres et paquets à distribuer en arrivant. Les services rendus, les commissions ainsi effectuées peuvent encourager de nouvelles relations, ce qui offre une bonne raison pour passer chez quelqu’un et faire sa connaissance. Aussi, on n’hésite pas à passer par de simples connaissances ou amis d’amis pour faire circuler le courrier ou les objets à remettre.

La distribution du courrier est un élément essentiel de la correspondance : on compte les jours entre les lettres, on attend les réponses avec impatience, parfois inquiétude, le moindre retard alerte tous les sens. On repère les dates (extrêmement importantes) pour vérifier qu’aucune lettre ne s’est perdue en route : « C’est seulement hier, mon cher ami, que j’ai reçu la première nouvelle de votre arrivée à Paris, et c’est ta lettre du 1er février qui m’est parvenue, comme dans celle là tu ne me parles en aucune manière de votre voyage, etc. et au contraire de ce que tu as fait la veille il est clair qu’il y a eu une lettre de perdue et c’est un grand guignon que cela aie porté sur la plus intéressante, il faut même que ce soit à Paris où l’événement a eu lieu, car M. Victor a eu la complaisance depuis le samedi de se tenir informé si je n’avais point de lettre, heureusement qu’il était constant que les courriers retardaient beaucoup ce qui diminuait mon inquiétude et Mme La Petite avait une si grande sécurité qu’elle m’en procurait un peu ; tu vois cependant comme ton exactitude à m’écrire a été essentielle pour moi dans cette occasion car si cette seconde lettre n’eut pas suivi de près la première, nous serions encore à attendre, je crois qu’il faut autant que tu le pourras t’assurer toi-même qu’elles soient mises exactement à la poste. »[8]

Jours de fêtes et cadeaux

Ce ne sont pas les anniversaires qui sont célébrés, mais les fêtes. La mère d’Antoine n’oublie jamais d’envoyer un petit signe le jour de la Saint-Antoine,. La mère de Pierre n’oublie jamais les jours de fêtes non plus : la Saint-Louis pour son mari et son petit-fils, la Saint-Pierre pour son fils, la Sainte-Marie pour Amélie (son deuxième prénom). On offre typiquement un bouquet de fleurs ; mais on y ajoute des douceurs. Ainsi Antoine, chaque année, se voit-il offrir une bouteille de ratafia, et parfois un fromage.

La fête de l’an 7 est l’occasion, chez les Morand, de nouvelles larmes et d’un profond chagrin de la part de la mère d’Antoine, tant la date de sa fête, le 17 janvier, rappelle les émotions qui entouraient la célébration d’une fête qui concernait trois des 4 membres de la famille : Antoine le père, Antoine le fils, et Antoinette la mère. Quel meilleur symbole de l’unité familiale pour celle qui pleure, plusieurs années après l’exécution de Jean Antoine, la perte de son amour et de cette vie familiale qui faisait son bonheur ? En outre, janvier est le mois anniversaire de l’exécution de Jean Antoine. Il y avait bien de quoi vouloir, comme elle l’exprime ici, redouter l’approche d’une telle fête : « Vous recevrez, mon cher fils, par la voie de Champon voiturier une caisse à votre adresse contenant du ratafia[9] et un gros fromage de Sassenage que j’ai choisi comme le croyant bon. J’ai devancé votre fête voulant arriver avant votre départ pour Villefranche. Toutes les parties de ce bouquet ne sont pas odoriférantes mais elles sont de votre goût. Je redoute d’ailleurs l’approche de cette fête que nous célébrions tous ensemble, avec l’auteur infortuné de vos jours qui faisait notre commun bonheur et où me sont arrivées les époques de ma vie les plus heureuses, et les plus fatales, cette fête que vous chantiez par les expressions des sentiments les plus filials (sic) et les plus tendres, qui faisait le charme de ma vie, et couler les larmes les plus délicieuses »[10]

L’autre moment pour distribuer des cadeaux était la fin de l’année quand chacun faisait des étrennes. Un sujet qui apparaît souvent dans la correspondance familiale est une description des étrennes de fin de l’année. Catherine satisfait la curiosité de sa fille aînée en 1806 par une longue description des cadeaux reçus par toute la famille et les amis : « Amélie désire avoir un détail sur les étrennes de Victoire ; connaissant la paresse de ma seconde fille qui pourra bien en cela égaler sa sœur ainée  je m’empresse de la satisfaire ; Ludovic garçon très judicieux a envoyé à sa sœur deux robes de crêpe blanc pour danser et aussi une à Adèle qui est très satisfaite de ce cadeau ; elle a reçu de sa tante un assortiment de fleurs et de pièces de rubans et Adèle une robe de mouceline (sic) brodée à mouches et la robe de taffeta blanc pour aller dessous ; Victoire a reçu de Mdes Hanguet des ciseaux d’or et de Mde Ballicorne un superbe éventail à lorgnette, le papa lui a donné de l’argent qu’on met en réserve pour le prochain voyage de Paris, Adèle a différents joujoux qui heureusement ne sont pas de gros volume car nous sommes déjà assez encombrés par les poupées ».[11]

Quand on ne sait pas quoi offrir à un enfant, on envoie de l’argent : « J’aurais désiré mon cher Ludovic pouvoir t’offrir pour tes étrennes quelque chose qui put te faire plaisir, mais craignant de ne pas rencontrer ton goût je préfère te remettre deux napoléons que tu emploieras à ta fantaisie ; à Paris il y a sûrement de plus jolies choses qu’à Rouen;  ta tante t’envoie un livre qui est nouveau elle espère que tu en seras content  elle y a joint quelques bonbons ».[12]

On profite du fait qu’une partie de la famille habite Paris pour acheter des cadeaux qu’on ne peut pas trouver en province  : « Je viens au nom de Ludovic [Arnaud-Tizon] prier ma chère Amélie de lui faire une emplette. Il désire avoir pour sa femme et lui donner pour étrennes une robe de danse de chez Bremare ou autre.  On la désire blanche. Amélie [la femme de Ludovic Arnaud-Tizon] ayant une robe de dessous fraîche il s’en rapporte au bon goût de sa sœur. Il ne voudrait pas passer [dépasser] trois ou quatre Louis. Je pense qu’il faudrait y joindre une coiffure de fleurs ; il ne faut pas de perle dans la garniture voulant porter la dite robe avec des diamants, il serait égal qu’il y eut de la couleur ou fleurs de couleur dans la garniture ;  pardon mille fois ma chère Amélie de la peine que je te donne ».[13]

Les cadeaux les plus répandu sont des oranges, des jouets et des bijoux, comme suggère ce passage d’une lettre de Catherine qui date d’une année de crise, surtout à Rouen : « j’ai remis de votre part aux enfants ce que vous leur avez adressé  tous ont été enchantés de leurs étrennes et je laisse à leur maman le plaisir de vous en remercier ; je ne sais si à Paris les marchands ont beaucoup vendu mais ici ils se plaignent fort depuis le marchand d’oranges jusqu’au Bijoutier ».[14] Chaque année des paquets de cadeaux sont envoyés dans tous les sens. Après le mariage de sa fille cadette, Catherine envoie les cadeaux destinés à ses petits enfants à Amélie qui les distribue à Paris : « Je profite ma chère Amélie de l’occasion de Mr Brunet pour t’envoyer une petite caisse contenant les très petites étrennes que nous avons destinées à notre cher Ludovic ; elle sont si disproportionnées avec le personnage que nous osions à peine les lui offrir ; je le prie de ne voir dans ce petit hommage que l’expression de notre bien tendre amitié pour lui ; si il est aussi heureux que nous le souhaitons rien ne manquera jamais à son bonheur ;  embrasse bien ce grand garçon pour moi et le bon papa tu trouveras aussi dans la Boëtte [av1] différents petits paquets pour Francine et Emile que tu voudras bien remettre à Adèle pour qu’elle les donne à ses enfants de notre part. Il y a aussi deux paquets de bombons pour notre grand garçon : chaque paquet a une adresse ; tu trouveras aussi pour toi un petit paquet de la part de Mme Suchet et un petit paquet d’argent pour ton mari ;  l’argent pour Ludovic est dans un petit rouleau ;  je te prie de garder la Boëtte [av2] que tu me renverras à l’occasion »[15]

Le jour de l’an est une fête importante qu’on cherche à passer en famille et avec ses meilleurs amis. Jacques Barbet écrit à Pierre pour dire combien il est déçu de ne pas le fêter avec sa famille cette année : « Je suis moins heureux cette année que les précédents mon cher Vitet ; nous avons passé ensemble le 1er jour des années 1813 & 1814 & nous les avons passés gaiement, il n’en est pas de même cette année où je ne sais pas même s’il me sera possible de sortir dans cette même journée pour faire les compliments d’usage ».[16]

A Noël par contre, on ne donne pas de cadeau et c’est une journée plutôt normale. C’est une simple fête religieuse sur laquelle on ne donne aucun détail dans les lettres. Une messe était célébrée dans la nuit du 24 au 25 décembre, qui ne prêtait pas à une quelconque célébration à domicile, hormis la dégustation d’un repas qui sort de l’ordinaire[17]. On n’aperçoit ni sapin, ni décoration dans les demeures ; parfois une bûche est disposée dans l’âtre, et une crèche devant laquelle on chante. Le 25 décembre est un jour travaillé comme les autres.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Paris, le samedi 3 février 1810 à dix heures du soir. A madame Morand de Jouffrey rue saint dominique à lyon. AM de Lyon, 14 ii 35.

[2] (lettre du dimanche 19 avril : je reçois ta lettre postée le jeudi 16, 19 avril 1807)

[3] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 21 prairial an 9, Mercredi.

[4] Antoine parle ici de Jean-François Vitet, l’un de leurs amis. Jean-François était le cousin de Louis Vitet.

[5] Antoine a épelé Gaytés et ajouté une majuscule. Dans l’impossibilité de savoir si cela a une signification particulière, ou s’il a simplement voulu parler de petites gaités pour parler de plaisanteries, nous laissons l’orthographe originale.

[6] Paris, le mardi 6 février 1810 à 11 h du soir. A madame Morand de Jouffrey rue saint dominique à lyon. AM de Lyon, 14 ii 35.

[7] Lyon ce mardi matin 30 janvier 1810. Lettres de Magdeleine à Antoine. 14 ii 031.

[8] Lyon, ce mardy 6 février 1810. Lettres de Magdeleine à Antoine. 14 ii 31.

[9] Le ratafia était une liqueur assez commune. Elle était peu alcoolisée (15°) et servait de digestif. Il existait un ratafia de Grenoble, fait à partir de cerise, et inventé par Teisseire au XVIIIème siècle. Le célèbre médecin Joseph Virey en donne la recette : il se compose d’1/6 cerises noires des bois écrasées avec leur noyau ; de 2/3 d’alcool à 24° et d’1/6 de sucre blanc. Le tout devait macérer un mois avant filtrage et aromatisation. Cf. Traité de pharmacie théorique et pratique…, par Julien Joseph Virey, Paris, 3ème édition, 1823, p. 498.

[10] Grenoble, 20 nivose. Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, rue Saint Dominique n° 66 à Lyon.Lettres d’Antoinette à son fils, an 7.

[11] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 9 janvier 1806.

[12] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon à Ludovic Vitet, Rouen le 30 décembre 1810.

[13] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon à Amélie Vitet, Rouen le 25 décembre 1814.

[14] AML 84 II 13, Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 3 janvier 1817.

[15] AML 84 II 13, Catherine Arnaud-Tizon à Amélie Vitet, Rouen le 30 décembre 1820.

[16] AML 84 II 09, Jacques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 31 décembre 1814.

[17] Quelques éléments sur http://www.associationsuchet.com/article-7323553.html (Les fêtes de fin d’année durant la Révolution, par Jérôme Croyet).


[av1]C’est vraiment l’orthographe d’origine ?

[av2]On dirait, oui… Le vocable existe, mais ne signifie pas du tout boîte. C’est un appât pour les poissons…