Chapitre Quatre : La coopération politique (2/8)

Le pont de bois sur le rhône : une association conjugale

Le pont de bois sur le Rhône, construit par Jean Antoine entre le quai Saint Clair et les Brotteaux, est partiellement détruit lorsqu’Antoine revient d’exil à la fin de l’année 1794. On sait pourquoi. Ce pont est une propriété privée qui appartient en partie à la famille Morand, en partie aux détenteurs d’actions. C’est aussi une mine d’or car toute traversée du pont par un piéton ou une voiture induit le paiement d’un péage. Pendant le siège, les billets du péage ont d’ailleurs servi de monnaie d’échange. En 1796, lorsqu’Antoine enfin peut songer à s’occuper de remettre sur pied une entreprise autrefois florissante, il faut déterminer un nouveau tarif de péage. Les réparations engagées sont lourdes et les « concessionnaires » espèrent pouvoir tirer un revenu subséquent de leurs investissements passés. Deux grandes affaires vont occuper Antoine, qui a pris en charge la représentation et la défense des intérêts de la société du pont : le doublement du péage d’une part, et l’exonération d’impôts d’autre part. Elles vont le mener à Paris à plusieurs reprises puisque ce sera entre Paris et la préfecture du Rhône que se négocieront ces aménagements, principalement sous la forme de lois. Les enjeux sont importants car, au-delà du cas Morand, ce sont tous les ponts de France qui sont concernés.

Le doublement du péage, 1796

Le Pont de bois était une belle et monumentale construction : 17 arches sur plus de 200 mètres de long et 12 de large, ce qui était considérable pour l’époque[1]. En outre, il s’était révélé d’une belle vigueur en résistant aux massives et coupantes plaques de glace qui, pendant l’hiver 1789, avaient détruit le pont de Serin[2].

En 1772, une compagnie avait été créée pour le construire puis l’exploiter. Elle avait d’abord acquis la cession de tous les bacs et trailles qui traversaient le Rhône entre Saint Clair et le pont de la Guillotière ; après quelques désaccords avec les Hospices civils, propriétaires de l’une de ces voies de communication[3], elle avait obtenu la concession d’un droit de péage pour 99 ans. L’affaire était avantageuse pour les habitants : il était convenu que le prix du péage s’élèverait à un tiers de moins que celui perçu par les bacs ou les trailles que le pont allait remplacer[4]. En contrepartie, le pont n’était assujetti à aucun impôt.

C’est à partir de la construction du pont que se développa, de l’autre côté du Rhône, un espace de loisirs populaires composé de guinguettes et de promenades plantées d’ormes. On connaît les projets ambitieux que Jean Antoine avait conçus pour les Brotteaux. Leurs plans sont conservés aux archives et constituent, encore aujourd’hui, une référence en matière de prospective urbaine[5]. L’un des premiers, avec Soufflot, il avait su anticiper le développement de la ville au nord-est de son fleuve le plus impétueux.

Après le siège, l’endroit est dévasté : les arbres ont été sciés, les édifices abattus. Le pont est à moitié détruit : non seulement par les conséquences du siège de l’été 1793, mais également des suites des « dégradations volontaires » qui s’en sont suivies : « l’enlèvement presque général des fers et boulons qui liaient l’assemblage de ce pont, celui des barrières de fer, la démolition des banquettes et celle des pavillons et guérites de pierre », tout cela a forcé les concessionnaires à une « reconstruction presque générale »[6]. Pour faire face à de telles dépenses, la Compagnie demande d’abord le doublement du péage.

Au tout début du mois d’août 1796, Antoine prend la route pour Paris. Il doit y rencontrer, d’abord, notre ami Louis Vitet. Louis Vitet est, à cette époque, membre du conseil des Cinq Cents. La solidarité lyonnaise ne joue pas pour autant : Louis est un adversaire déclaré du projet d’Antoine et de la Compagnie, pour une raison que l’on ignore. Un plan a été échafaudé pour convaincre le conseiller, c’est-à-dire le député, de changer sa façon de penser : « Après demain j’irai voir M. Vitet avec M. Narbonne, il est convenu avec ses collègues qui maintenant font bande à part, que je ne paraitrai occupé que du soin de le ramener à ma façon de penser et que pendant ce temps-là j’agirais fortement avec eux (dont je suis infiniment content) pour préparer la décision de mon affaire. »[7] Louis Vitet est, aux yeux d’Antoine, un « diable d’homme » dont il convient de se méfier. Cependant, il ne jouit pas de suffisamment de crédit pour constituer un adversaire bien redoutable : « ils ne doutent pas vu le peu de crédit dont il jouit dans cet instant que nous ne l’emportions, mais cependant ce diable d’homme m’inquiète, il est si aisé de nuire ! »[8] .

Antoine est très anxieux. L’enjeu est d’importance, il est même vital pour la famille. Un doublement du péage devrait produire 15 000 livres de plus chaque année ; sur 5 ans, voilà qui avancerait bien les réparations[9]. Leur situation financière est si gênée que, malgré la perception attendue des rentes viagères qu’ils possèdent en nombre conséquent, et si le doublement du péage n’était pas acquis, ils seraient plus gênés que jamais[10]. Arrivé à Paris, il se dit incapable de profiter du spectacle, des changements accomplis dans la capitale : « Je t’avoue, confie-t-il à Magdeleine au lendemain de son arrivée, que rien de tout cela ne me tente beaucoup, je pense même très heureusement, vu notre position, que tout ce que je vois de nouveau et d’agréable dans les magasins ne me tente plus comme autrefois. » Il loge chez des connaissances, les Narbonne, ou plutôt dans un appartement de leur hôtel particulier ; Paris finit par exercer son attrait ou plutôt, une certaine attraction sur les sens d’Antoine. Il s’est rendu, avec Mme Narbonne et M. Virieux, à la fête du 10 août. Un peuple immense, de magnifiques illuminations aux Champs Elysées, des feux d’artifice, des danses, des concerts, un « monde prodigieux », des jeux de bagues, des courses à pieds, de chevaux, etc. Tout l’impressionne, et il en rend compte fidèlement à Magdeleine. D’ailleurs, lui confie-t-il, « Je t’assure que si j’avais à ma disposition la somme qu’a le premier[11] j’achèterais (avec ton consentement toutefois) une petite maison à Paris, une petite campagne à côté et viendrais passer ici quelques années pour y exister tranquillement et nous occuper uniquement de l’éducation de nos enfants. » Tout n’est pas enchanteur dans cette ville de lumière. Le jour de la fête du 10 août, un feu d’artifice a explosé, faisant 18 blessés dont 4 mortellement. Mais « ici on prend son parti sur ces accidents et l’on n’en parle qu’un instant ; il y a à Paris beaucoup de luxe, on ne s’y occupe que de plaisirs, on n’y lit pas seulement les journaux, on ne parle ni des décrets ni de nos victimes, et l’on vit avec une insouciance qui annonce qu’il n’existe plus d’esprit public. »[12] Le constant, d’une amertume qui n’est pas coutumière à Antoine, révèle bien l’état dans lequel il se trouve à cette époque de sa vie, éloigné de Machy, de Mion et des enfants, obligé de négocier quand il a la chose en horreur,  et par-dessus tout, en conflit perpétuel avec sa mère retirée à Grenoble.

Qu’a donné l’entrevue avec Louis Vitet ? Etonnamment, le médecin conseiller s’est montré plutôt favorable à la position des Lyonnais : « Ou la leçon qu’il a reçue l’a corrigé, ou bien il cherchera à me tromper, mais il nous a paru revenu à ce que nous désirons et nous en avons été contents. J’aime mieux qu’il prenne ce parti que celui de me nuire ouvertement ; je ne le craindrai au reste qu’au Directoire[av1] , car son opposition au Conseil des 500 [DD2] me servirait plus qu’elle ne me nuirait. »[13] Quelques jours plus tard, confiant dans la députation nouvelle qui lui paraît favorable à sa cause, il annonce à Mion que le ministre aura bientôt le rapport. Est-ce de Louis Vitet qu’il parle à mots couverts lorsqu’il évoque ce « citoyen qui devait s’opposer à la chose avec tant de chaleur » ? Toujours est-il qu’il est « revenu », peut-être « honteux des circonstances qu’il a faites », ou peut-être « faux » de bout en bout : « ma foy je n’en sais rien, mais je me conduis avec assez d’adresse pour qu’il ne puisse pas agir ouvertement contre moi et c’est toujours fort heureux. »[14]

Il y a là un mystère que nous ne saurons pas éclaircir dans l’état actuel de nos connaissances. Louis Vitet et Antoine ont eu maille à partir. Pour autant, on sait qu’Antoine continuera de le fréquenter en tant que médecin. S’ils se sont opposés c’est, comme le suggère très bien ce passage d’une de ses lettres, à fleurets mouchetés. Si les alliés se ménagent, a fortiori les adversaires potentiels. C’est du moins le principe que suit, en tout et toujours, Antoine.

La commission chargée d’examiner le rapport est composée d’une manière favorable aux intérêts d’Antoine : il connaît certains d’entre eux, qu’il appelle les « trois nouveaux députés lyonnais »[15], comme Rambaud[16], Richard[17] et Hugues, qui sont de Vienne ou de Lyon, et doit leur présence à Pastoret, qui préside le Conseil des Cinq Cents[18]. Le 22 fructidor, l’affaire est gagnée : le péage passe à cinq centimes pour chaque passager, et un droit proportionnel pour les chevaux et voitures[19]. A charge, pour les concessionnaires du « pont Morand de Lyon » de faire les réparations convenables[20]. « Il a fallu bien de la peine pour les réunir tous les trois, car il ne faut pas croire que les législateurs aillent aussi exactement au conseil que les juges vont au palais. J’en suis cependant venu à bout, ils ont examiné les pièces, sont convenus des bases du décret et sont de l’avis du directoire, c’est-à-dire 5 ans de doublement de droit et point d’exemption d’impôt. »[21] Antoine évoque encore Louis Vitet, dont il se dit content, sans le nommer. Il est le seul dont il craignait véritablement l’influence, et la contrer par des amabilités et des visites lui a, manifestement, coûté car, « tout ce qui s’est passé ne fait que le rendre plus méprisable aux yeux des êtres bien puissants. » De quoi s’agit-il ? Parle-t-il de son rôle à la mairie de Lyon ? Fait-il référence à un acte qu’il aurait commis depuis son élection au Conseil des Cinq Cents ? Nous l’ignorons mais, manifestement, Magdeleine comprenait parfaitement de quoi il était question, puisqu’Antoine jamais ne prend la peine de donner de plus amples informations.

L’enjeu était d’importance. Il s’agissait d’introduire un péage alors qu’ils avaient été levés par la Révolution, au nom de la liberté de circulation et de l’égalité devant l’impôt. L’affaire n’était donc pas populaire et risquait de rencontrer une certaine opposition, tant de la part de certains représentants du peuple que des Lyonnais. Antoine, mis en garde par un certain Avanchy qui a « toujours peur », prend la peine de longuement rassurer Mion et, peut être, lui-même sur la question : « je suis très tranquille sur l’effet que cela produira, avec un décret nous n’aurons point à craindre qu’on veuille nous rien disputer ; nous ne tarderons pas à voir rétablir les octrois des villes, tous les impôts indirects et ensuite les barrières sur les grandes routes ou comme en Angleterre, on contribuera par un péage à l’entretien des grands chemins ; je suis donc bien persuadé que notre péage ne paraîtra pas longtemps exhorbitant et que le peuple sentira la justice à contribuer par cette augmentation au rétablissement d’une communication aussi intéressante ; il va commencer dans le mauvais temps, alors il y a peu de monde et quand la belle saison reviendra on y sera tout à fait accoutumé. »[22]

Mion s’intéresse au pont ; demande des nouvelles politiques qu’Antoine. Elle en oublie de lui parler des enfants, notamment de la petite dernière, Léo, ce dont Antoine ne manque pas de s’étonner en la plaisantant. Au fond, partager ses préoccupations politiques avec elle le passionne et il est le premier à jouer de leur impatience réciproque ; ainsi, le jour où il apprend en lisant le journal que son décret est enfin passé, il fait exprès de n’en parler qu’à la troisième page, pour le plaisir de la faire « enrager ». Plus sérieusement, Antoine s’enquiert auprès d’elle qui, mieux que lui, lit les textes juridiques ; à la parution du fameux décret, il lui envoie une copie afin qu’elle partage avec lui son opinion sur l’interprétation qu’on peut en faire.

Elle est très présente bien que tout se passe encore, en 1796 et sur l’affaire du péage, à Paris. Son tour viendra. En attendant, elle ne reste pas inactive à Lyon. Elle a en charge de faire payer les loyers, point sur lequel il lui laisse une totale liberté. En évoquant le vote prochain d’une loi sur les baux à loyer, il l’incite à continuer à faire à sa guise, ce qu’elle croira « le plus sûr et le plus convenable à nos intérêts »[23] ; « ma confiance la plus entière est en toi »[24]. Elle est chargée également de faire le vin blanc, ainsi que le vin de cerise, et priée de ne pas le manquer ; de faire de la mêlée avec la meilleure paille et le trèfle à couper ; d’acheter une troisième vache, d’arranger l’écurie, etc. Magdeleine est bien l’alter ego d’Antoine à Machy comme à Lyon et, vraisemblablement, un peu à Paris où l’entretien de la correspondance occupe une grande partie du temps.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Le Pont Serin, par exemple, compte 7 arches sur à peine cent mètres et ne fait que 9m de large.

[2] Actuel pont de Koenig, qui fut construit en 1815 après la totale destruction du Pont de Serin, ce pont se trouvait sur la Saône..

[3] Désaccords qui n’étaient sans doute pas sans rapport avec l’obstruction que mirent les Hospices au projet de jean Antoine de réaliser une vaste perspective, à partir de son pont, jusqu’à la route d’Italie. Propriétaires du sol de la rive gauche du Rhône, ils firent construire une maison « tout exprès pour rompre la ligne droite et arrêter la perspective », raconte Monfalcon (Cf. Histoire de Lyon, 1847, p. 864). On trouve un historique extrêmement précis du litige en question dans Etienne Dagier, Histoire chronologique de l’hôpital général et grand hôtel-dieu de Lyon, Lyon, 1830.

[4] Cf. Séance du 6 nivôse an IX du Conseil municipal de Lyon, qui récapitule les critères d’attribution listés dans l’arrêt du Conseil du 4 janvier 1771.

[5] Cf. Dominique Bertin et Nathalie Mathian, Lyon. Silhouettes d’une ville recomposée. Architecture et urbanisme 1789-1914, Lyon, Editions lyonnaises d’Art et d’Histoire, s.d., en particulier le chapitre 4 : « La rive gauche : de nouveaux territoires pour une « ville nouvelle » ».

[6] Séance du 6 nivôse an IX du conseil municipal de Lyon.

[7] 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[8] 16 lettres d’Antoine à Marie Madeleine, datées de l’an IV (1796).

[9] AM Lyon, 14 ii 035.  Lettres datées de l’an IV, Paris, le 14 fructidor l’an 4. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans le domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon. 31 août 1796.

[10] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, A la citoyenne Morand Jouffrey, dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[11] Il parle de Besson, son beau-frère.

[12] Paris, le 25 thermidor, vendredi 12 avril à … heures du soir.

[13] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 25 thermidor. 12 août 1796.

[14] AM Lyon, 14 ii 035.  Lettres datées de l’an IV, Paris, le 1er fructidor à dix heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon. 18 août 1796.

[15] Paris, le 1er fructidor à dix heures du soir (18 août).

[16] Député du Rhône au Conseil des Cinq Cents, Pierre Thomas Rambaud, né en 1754, sera maire de Lyon entre 1818 et 1826.

[17] Il existe un député au Conseil des Cinq Cents du nom de Richard (Joseph-Charles, député de la Sarthe) mais on voit mal le rapport entre lui et Antoine. D’autant que ce Ch. J. richard s’est montré particulièrement féroce à l’égard de Lyon, durant le siège. Cf. Révolution française. Table alphabétique du moniteur,…, tome second, Noms d’hommes, (sic), p. 407.

[18] On est alors en fructidor an IV, c’est-à-dire quelques semaines avant l’insurrection royaliste de vendémiaire, à laquelle Pastoret va participer, ce lui vaudra d’être « fructidorisé » c’est-à-dire exilé.

[19] Cf. la loi du 30 fructidor an IV.

[20] Décret du 26 fructidor an IV. Le péage entre en vigueur à partir du 1er vendémiaire an IV.

[21] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 22 fructidor an 4 de la république, écrite le 21 à 11heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon. 8 septembre 1796.

[22] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV. Paris, le 26 fructidor l’an 4 de la république. A la citoyenne Morand Jouffrey, à Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon. 12 septembre 1796. De fait, l’octroi sera rétabli par le Directoire en octobre 1798.

[23] Paris, le 9 fructidor 11h du soir. A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon.

[24] Paris, le 14  fructidor l’an 4.

A la citoyenne Morand Jouffrey dans le domaine de machi commune de chasselai par la petite poste, à Lyon.


[av1]Louis Vitet est au directoire ? y connaît il des personnes ?  JE NE SAIS PAS. Je crois que tu n’as pas vu les archives de Louis Vitet, n’est ce pas ? Comme elles sont aux Archives municipales de Lyon, je pourrais aller jeter un œil sur les correspondants qu’il pouvait avoir, en dehors de la famille. Qu’en penses tu ?

[DD2]Tu peux toujours regarder, mais il me semble qu’il n’y avait pas beaucoup de papiers. Vitet ne faisait pas parti des directeurs, si c’est ca que veut dire « directoire » ici.

Non, je voulais dire qu’il pouvait avoir des relations proches avec quelques personnes du directoire.